Navigation – Plan du site
Varia

Les institutions dans la théorie de la régulation : une actualisation

The institutions in the theory of regulation: an updating
Bernard Billaudot

Résumés

Deux étapes ont scandé l’avancée du programme de recherche régulationniste. La première consacre l’affichage « institutionnaliste » de ce programme, en plaçant au centre de l’analyse les formes institutionnelles conçues comme la codification d’un ou plusieurs des rapports sociaux qui sont constitutifs du capitalisme. La seconde précise cette définition. L’institutionnel est analysé comme une médiation entre la structure et les comportements individuels, ce qui revient à traiter de l’articulation entre l’action collective instituante et l’action individuelle. L’objet de cet article est de faire le point sur cette seconde étape à propos de la caractérisation de la structure socio-économique en question et du contenu exact à donner au terme de médiation. Cette actualisation fait ressortir que le socle commun de propositions relatives à ces deux domaines délimite un institutionnalisme qui a sa propre identité au regard des autres institutionnalismes qui ont vu le jour en économie au cours des trente dernières années.

Haut de page

Notes de l’auteur

JEL : A13, A14, B40, K0.

Texte intégral

1. Introduction

1Dans les propos de l’homme ordinaire ou dans les démarches scientifiques d’observation des phénomènes sociaux, le terme d’institution recouvre une grande diversité d’objets (arrangement contractuel ou organisationnel, dispositif législatif ou règlementaire, norme sociale, habitude, etc.). La problématique théorique de recherche dite institutionnaliste en science sociale vise une conceptualisation de l’entité « institution » à même de comprendre ce qui réunit tout ou partie de ces objets. Le chercheur qui adopte une telle problématique se trouve confronté à deux questions : comment construire la relation entre institution et comportements individuels et comment expliquer le processus par lequel les institutions naissent et se modifient (Hall et Taylor, 1996) ? L’école de la régulation s’est constituée autour de la seconde question, en se préoccupant avant tout des institutions économiques sociétales, c’est-à-dire de celles que l’on peut qualifier de macroéconomiques. Cette préoccupation n’a pas changé. Il en va de même pour la réponse apportée à cette question, réponse selon laquelle les institutions sont des modalités nécessairement temporaires de régulation du conflit social. Mais on doit distinguer deux étapes dans la trajectoire de ce programme de recherche.

  • 1  Cette proposition, reprise de Jeammaud et Lyon-Caen (1986 : 9), explicite la distance prise par l’ (...)
  • 2  L’inclination à agir s’engendre dans la relation entre un champ et un habitus ; elle est « l’effet (...)

2Associée à l’analyse du fordisme, la première étape conduit au concept de forme institutionnelle(FI par la suite). Cinq propositions sont ainsi établies. 1/ Une FI est la codification d’un ou plusieurs des rapports sociaux qui sont constitutifs du capitalisme (étant entendu qu’un rapport donné peut être codifié de différentes façons) ; les FI ne sont pas un simple habillage de rapports économiques préexistants ; au contraire, « les règles et institutions juridiques […] leur permettent d’être conçus et de se développer »1. 2/ Cette codification se fait à l’échelle de chaque État-nation ; les FI ainsi définies sont constitutives d’une économie nationale ; elles sont au nombre de cinq ; les trois premières sont la forme de la monnaie, la forme du rapport salarial et les formes de la concurrence ; en se donnant le fractionnement du monde en État-nations, les deux autres sont la forme de la relation État-économie et la forme de l’insertion internationale. 3/ La genèse d’une FI ne peut s’expliquer par la fonction quelle assure au sein de ce système des cinq formes, une fois qu’il s’est stabilisé ; elle doit être comprise comme un compromis temporaire entre classes sociales dans le cadre de la crise d’une ancienne forme. 4/ On ne peut déduire la fonction d’une FI de sa genèse ; elle dépend de l’insertion de cette FI dans le système des FI, insertion qui la stabilise. 5/ L’action d’une FI sur les comportements individuels passe par son incorporation conjointe avec celle des autres, cette incorporation se traduisant par des habitus2. Ces cinq propositions, qui reviennent à situer les FI au centre de l’analyse, sont constitutives de ce qu’on peut appeler la TR1 (Boyer, 1986) (Boyer et Saillard, 1995).

  • 3  Cette proposition est explicitée pour la première fois dans ces termes, qui empruntent beaucoup à (...)

3La seconde étape correspond au passage d’un questionnement relatif à la trajectoire d’un mode de développement associé à des formes institutionnelles stabilisées à un questionnement relatif au changement institutionnel en période de crise/mutation. Ce déplacement conduit à étendre le champ d’investigation au-delà de la seule macroéconomie. On est en présence d’un approfondissement qui conduit à préciser le concept de FI, en retenant qu’il s’agit d’une médiation entre la structure socio-économique (faites des rapports sociaux dont les FI sont les formes dans l’espace-temps pris en compte) et les comportements individuels de ceux qui s’activent dans cette structure3. Cela est toutefois réalisé selon diverses voies.

4L’objet de cet article est de faire le point sur cette seconde étape. Il sera d’abord question des avancées concernant la caractérisation de la structure socio-économique (2). On traitera ensuite du contenu exact à donner au terme de médiation (3). On conclura en faisant ressortir que le socle commun de propositions relatives à ces deux domaines délimite un institutionnalisme qui a sa propre identité au regard des autres institutionnalismes qui ont vu le jour en économie au cours des trente dernières années (4).

2. La caractérisation de la structure socio-économique

5Les travaux de la seconde étape ont permis de faire ressortir deux hypothèses qui ont présidé à l’élaboration de la TR1. 1/ Les FI sont l’attribut d’une économie dont l’espace d’institution, en l’occurrence celui d’un État-nation, est présupposé sans faire état d’une conception précise du politique. 2/ On peut comprendre la genèse des FI en laissant de côté la question relative à la construction de la relation entre FI et comportements individuels, celle-ci n’étant traitée qu’ensuite en envisageant uniquement l’action des FI en place sur les comportements. L’ouverture de la seconde étape peut ainsi être rattachée à la réalisation de travaux qui ne reposent plus sur l’une ou l’autre de ces deux hypothèses.

6Un accord assez général s’est dégagé pour considérer la première hypothèse comme une hypothèse auxiliaire (au sens de Lakatos) qu’il fallait lever. Cela conduit à se poser quatre séries de problèmes. Si ce questionnement est commun, les réponses apportées ne le sont pas. Nous verrons dans la partie suivante que le statut de la seconde hypothèse est discuté.

2.1. Des questions communes

7Quatre séries de questionnements président alors au champ de recherche ainsi ouvert et au débat qui va en résulter. La première porte sur l’économique dont traite la TR1 : est-il propre à un genre de société ? Se confond-il avec le capitalisme ? La seconde concerne l’insertion de cet économique dans le sociétal : quelle est la forme de cette insertion ? Quels rapports entretiennent l’économique et le politique ? La troisième tient au fait que toutes les institutions ne peuvent pas être mises sur le même plan : quels sont les rangs d’institution qu’il convient de distinguer ? Cela conduit-il à introduire une partition entre les institutions et les organisations ? La quatrième a trait à l’arrière plan des trois précédents : doit-on considérer la structure socio-économique comme une pure construction de l’esprit du chercheur ou comme une entité dotée d’une essence ? Quelles distinctions doit-on faire alors entre forme structurelle, forme institutionnelle et institution ?

  • 4  Ainsi que (1998) et (2002). Voir aussi (Guibert, 1986) et (Billaudot, 1996). Et aussi (Lordon et O (...)

8Les interrogations concernant l’économique sont nécessairement la porte d’entrée, puisqu’il s’agit de revenir sur les fondements marxiens de la TR1. Beaucoup de travaux portent à ce titre sur la monnaie. Ils débouchent sur un point d’accord essentiel : les sujets marchands n’ont pas la possibilité d’instituer une monnaie à travers leurs seules interactions décentralisées ; en conséquence, la monnaie précède l’économie de marché et la fonde, et non l’inverse (Aglietta, Orlean, 1982)4. Autrement dit, « si la monnaie institue l’économie marchande, elle ne peut en être la conséquence » (Boyer, 2004 : 27) ; « c’est clairement la monnaie qui [en] est l’institution de base » (ibid : 14). Ce premier élément d’approfondissement a tout d’un préalable, un préalable nécessaire pour bien poser les questions suivantes. Au-delà, des analyses différentes se font jour, même si tous leurs auteurs conservent l’idée que, s’agissant de l’institution des FI, « la sphère politique est directement mobilisée dans ce processus » (Boyer, 2004 : 26). Cinq analyses relativement complètes ont été retenues pour cadrer le débat.

2.2. De la sphère politique à la sphère économique : une interdépendance incluant la distinction de quatre niveaux (Boyer)

  • 5  Voir le schéma figurant dans (2004a) p. 28.

9La représentation d’ensemble que propose Robert Boyer (2004a, 2004b) reste circonscrite à l’espace territorial défini par une souveraineté étatique. Comme c’est le cas pour celle de Marx, sa schématisation est verticale s’agissant des positionnements respectifs de la sphère économique et de la sphère politique, encore qualifiée d’ordre constitutionnel5. Mais une interaction réciproque entre ces deux sphères est postulée (voir infra), ce qui exclut que l’on puisse parler d’un englobement de l’économique dans le politique. Il y a seulement englobement de l’une et de l’autre dans l’État-nation.

10Quatre niveaux ordonnés selon leur degré de persistance sont distingués : la sphère politique (l’ordre constitutionnel, l’État), les FI, les organisations et les individus (leurs comportements). L’autonomisation du troisième niveau (les organisations) relativement aux deux premiers repose sur la distinction conceptuelle entre institutions et organisations avancée par North pour qui « les institutions sont les règles du jeu et les organisations les joueurs » (2005 : 86). La sphère économique (l’économie capitaliste) s’inscrit dans les trois niveaux inférieurs, à commencer par celui des FI qui comprend alors les cinq formes institutionnelles de la TR1. Même si ces quatre niveaux s’apparentent aux quatre rangs d’institution que distingue Commons (1934), ce ne sont pas tous des niveaux de cette nature (voir le quatrième).

11Dans cette représentation, on doit comprendre que chaque niveau incite et contraint le niveau situé en dessous de lui. Une hiérarchie entre la sphère politique et la sphère économique est donc postulée. Mais on a aussi une rétroaction de chaque niveau inférieur sur le niveau supérieur. Ceci implique de façon synthétique l’existence d’une rétroaction de la sphère économique sur la sphère politique, via le fait que les déséquilibres et les conflits qui se manifestent dans la première appellent une redéfinition des règles du jeu. Cette rétroaction opère tout particulièrement dans les périodes de grande crise lorsque « s’affrontent des stratégies et des conceptions contradictoires qui […] ne trouvent leur aboutissement qu’à travers l’intervention du politique et la codification juridique de nouvelles formes institutionnelles » (Boyer, 2003a : 5).

  • 6  Pour Petit (1998), ce sont alors « les formes de la concurrence » et pour Fourquet (2004), « le ra (...)

12Dans le prolongement de la TR1, Boyer focalise son analyse sur le second niveau – celui des FI. Cela lui permet notamment de mettre en évidence que, sous le fordisme comme dans le cours de sa crise de longue durée qui s’ouvre dans les années soixante-dix, on est en présence d’une grande variété de capitalismes : d’un pays à l’autre, ces formes ne sont pas les mêmes ; elles sont toujours situées dans l’espace, sans que s’affirme à l’échelle mondiale une loi qui contraindrait à leur convergence (Boyer, 2003b). Deux aspects sont alors pris en compte : 1/ la nécessaire complémentarité des FI pour qu’un système de formes puisse se stabiliser un temps et 2/ le fait que ce système est toujours hiérarchisé (la mise en cohérence se réalise sous l’égide d’une FI particulière située au sommet de la hiérarchie). Ce fut le rapport salarial pour le fordisme et la finance incluse dans la monnaie, dans le cours de la mondialisation libérale (au moins jusqu’à la crise de septembre 2008)6. Cela laisse entendre que le capitalisme comme structure est appréhendé comme un système de formes structurelles sans hiérarchisation a priori.

2.3. La validation politique des structures sociales (Amable, Palombarini)

13La voie de recherche de Amable et Palombarini (2003, 2005) procède d’une appropriation critique de la représentation de Boyer, en retenant que les FI ne sont pas de la sphère économique, mais de la société dans son ensemble. Cette idée y est développée sur la base d’une conception englobante du politique qui doit plus à Machiavel qu’à Montesquieu. L’économique n’est pas effacé, puisque l’économie politique néoréaliste qu’ils préconisent est « la science sociale qui étudie les rapports de détermination réciproque entre dynamique politique et dynamique économique » (2003 : 55). Il y a certes un « impact des stratégies économiques sur l’organisation sociale d’ensemble et sur les choix publics en particulier » (p. 55), notamment un impact des logiques capitalistes d’enrichissement. Mais on est toujours en présence d’une pluralité de logiques d’action à l’œuvre dans un système social. Bien plus, les conflits d’intérêt qui résultent de cette pluralité ne peuvent être pensés indépendamment des institutions. Ces dernières structurent le conflit social et, à partir du moment où l’on renonce à l’idée que le politique procèderait de la recherche d’un bien commun, les FI qui émergent de ce conflit social sont des compromis essentiellementpolitiques.

14Pour nos auteurs, « la logique politique est […] une logique spécifique et autonome ». Le politique ne se réduit pas à l’État ou au système politique. En effet, « le problème ne peut être posé en termes de consensus, même si le système politique a besoin de soutien pour se reproduire. […] Au sens large, le politique est un mode d’interaction social, caractérisé par la tentative des acteurs de faire prévaloir une organisation sociale conforme à leurs intérêts tels qu’ils les conçoivent ; ils essayent alors d’acquérir et faire valoir une capacité d’influence sur les choix publics. Cette influence, ce pouvoir, découlent principalement du rôle que les différents acteurs peuvent jouer dans la production de soutien au système politique » (p. 48). D’où la proposition d’une validation politique des structures sociales, que les auteurs opposent à celle de leur justification (voir infra).

  • 7  Voir aussi (Palombarini, 2001).

15La proposition régulationniste qui voit dans toute FI un compromis « lié à la configuration des attentes sociales et des rapports de force en présence » (p. 54) se trouve ainsi précisée, de même que celle selon laquelle « genèse et fonction des institutions ne répondent pas à la même logique » (p. 51). L’amendement de la TR1 est de passer de la régulation de l’économie (par des FI de la sphère économique) à la régulation du conflit social. Il n’y a alors aucune raison de considérer que la crise d’un mode de régulation serait un problème pour tous les acteurs sociaux. Se préoccuper de la régulation du conflit social consiste seulement à « rendre compte des mécanismes spécifiques qui permettent aux systèmes sociaux de ne pas vivre dans une condition de crise permanente » (p. 56). Il n’est pas nécessaire qu’un régime de croissance se mette en place. Il suffit que la contestation des structures sociales par ceux qui ne font pas partie du « bloc social dominant » demeure à un niveau politiquement maîtrisable7.

2.4. L’autonomisation de l’économique (le capitalisme) sous l’égide de la monnaie (Aglietta)

16Chez Michel Aglietta (1997), la monnaie comme forme structurelle n’est pas pensée en rapport avec l’organisation politique de la société. Elle est comprise comme « le pôle collectif dans le rapport individuel-social » qui découle de l’existence d’une certaine division du travail. Instrumentée par le système des paiements, la monnaie est donc « la forme sous laquelle les sociétés dans lesquelles l’économie s’est autonomisée traitent la participation de chacun à la reconstitution de la division du travail » (souligné par nous). Apparemment cette autonomie est complète. En effet, dans la mesure où « le rapport entre deux individus peut être dit marchand parce qu’il est médiatisé par la monnaie », cette dernière« est le principe d’appartenance à la société marchande des individus libres de poursuivre leurs propres fins, sans avoir à coordonner leurs actes dans la formation de prix d’équilibre ». Comme chez A. Smith, c’est bien de société marchande dont il est question, mais le sens du lien de causalité entre monnaie et marché a été renversé. Toutefois, en reprenant à son compte le propos tenu par Karl Polanyi (1983), Aglietta considère que « les mécanismes de marché doivent être complétés ou supplantés par l’action collective qui s’inscrit dans des médiations sociales ».

  • 8  Ou encore, de la « séparation qui rend un ensemble d’individus libres incapables de se constituer (...)

17La première de ces médiations sociales est la forme instituée du rapport salarial. Ce dernier est défini dans des termes conformes à la conception de la monnaie : il s’agit du clivage « entre ceux qui ont l’initiative de créer la monnaie pour la transformer en moyen de financement et ceux qui n’ont accès à la monnaie qu’en vendant leur force de travail »8, Ainsi « le pouvoir d’une classe sociale sur une autre que le rapport salarial établit, c’est le pouvoir de l’argent ». L’autre domaine qui est analysé en détail est la finance privée. Elle est conçue comme un ensemble de médiations associées à la transformation de la monnaie en capital. Les principales médiations concernent l’évaluation financière du capital. Ces médiations sont nécessaires « parce que les marchés financiers sont incomplets, les informations sont imparfaites et les attitudes à l’égard du risque sont versatiles » et qu’en conséquence cette évaluation « entraîne des risques non diversifiables ». Les artisans de la transformation de la monnaie en capital « ne peuvent accumuler le pouvoir de l’argent sans dépenser, donc sans s’endetter et se soumettre au jugement de la société ». Ce jugement est rendu au moment de la vente, qui, seule, « permet aux capitalistes d’honorer leurs engagements financier ». Dans le même temps l’accumulation de capital se poursuit en sorte que ces engagements ne s’éteignent pas. Il en résulte que, « le capital des capitalistes individuels est évalué par une circulation financière » qui est le fait de la communauté financière, c’est-à-dire des autres capitalistes. Cette évaluation est elle-même une spéculation sur le futur puisque les cours nous disent ce que valent pour la communauté les paris de chacun de ses membres.

18Ainsi, Michel Aglietta prolonge l’analyse de Keynes, qui a « planté le décor de l’enlacement infernal de l’industriel et du financier ». Étant ainsi « liés par le maillage des engagements financiers », leur solidarité est conflictuelle. Elle se joue dans l’évaluation financière du capital. Cette évaluation est porteuse d’un risque de système, lorsque le doute sur la solvabilité des industriels s’installe chez les financiers. Ce risque est inhérent au capitalisme. Mais « cela dépend du contexte que ce soit la figure du débiteur ou du créancier qui ait la position haute ». Il n’y a donc pas de réponse générale à la question de savoir qui détient le pouvoir sur l’autre. Diverses modalités de régulation du capitalisme, tenant à divers modes possibles de gouvernance de l’entreprise capitaliste, sont ainsi laissées ouvertes (Aglietta et Rébérioux, 2004).

2.5. La coexistence de deux ordres de pratiques finalisées, qui communiquent par l’intermédiaire de la monnaie et du droit (Théret)

19Pour Théret (1992, 1999), l’avènement de la société moderne se caractérise par la séparation conjointe de deux ordres : l’économique et le politique. Cela change l’essence de ce dernier en le détachant de toute propriété territoriale. Les pratiques qui sont constitutives d’un ordre ont la même finalité ; elles procèdent de la même logique. L’économique relève d’une accumulation de richesses et le politique, d’une accumulation de pouvoir, accumulation de richesses procédant de l’aliénation par les prolétaires de leur force de travail au Capital d’un côté, accumulation de pouvoir procédant de l’aliénation par les simples citoyens de leur force de pouvoir à l’État de l’autre (Foucault). Ces deux logiques structurales sont constitutives d’un côté du capitalisme, de l’autre de l’État moderne. La topologie du social ainsi proposée retient donc un « côte à côte » de l’économique et du politique. Ces deux ordres, qui sont propres à la modernité, ne doivent pas être confondus avec les deux niveaux présents dans tous les genres de société humaine, le niveau du rapport des hommes aux choses (l’économie) et le niveau des rapports des hommes entre eux (la politique). Cela conduit à une représentation matricielle : il y a de l’économie dans l’économique et dans le politique, et tout autant de la politique dans les deux ordres. Dans cette représentation, la monnaie est conçue comme le médium de communication entre les deux ordres au niveau de l’économie et le droit, au niveau de la politique. On comprend ainsi que l’économique soit fractionné en économies nationales, sans prédétermination autre qu’historique de l’espace d’existence de chaque économie nationale.

20Il ne s’agit pas d’une vision dualiste de la structure en question pour deux raisons. 1/ L’économique (le capitalisme) et le politique (l’État) sont ramenés à un même principe structurant, l’aliénation ; autrement dit, la solution permettant d’articuler l’aliénation économique (celle de la force de travail du salarié au Capital) et l’aliénation politique (celle de la force de pouvoir du citoyen à l’État) est celle qui consiste à retenir que l’aliénation résulte du caractère contraignant des structures en place. 2/ Aucun de ces deux ordres ne dispose en son sein de toutes les ressources nécessaires à sa reproduction.

2.6. Une vision pragmatiste de la structure institutionnelle de la société moderne (Billaudot)

21L’analyse de Billaudot (2008a) est à la fois historique et pragmatiste (Dosse, 1995). Elle prend en compte (i) les significations que les hommes donnent aux activités qu’ils réalisent et (ii) les justifications/contestations qui sont le lot commun de tout processus d’institution, qu’il s’agisse d’un processus sans concertation débouchant sur une convention commune ou d’un processus concerté lorsque la règle ou le système de règles institué est une convention collective (un accord entre « partenaires » sociaux) ou un texte de loi, un arrêté ou un décret (arbitrage politique). Les significations sont indispensables pour comprendre l’identification institutionnelle de l’économique et du politique.

22La monnaie est l’institution (ou encore le rapport social) dont procède l’identification de l’économique. Celle-ci est conçue comme un langage, celui de l’équivalence entre les choses. Ce qui est « économique » dans la vie sociale est tout ce dont la signification ne peut être exprimée qu’en se servant de ce langage. Cet économique voit le jour avec les premières formes de monnaie. Le moment déterminant dans l’histoire est celui du take off de l’économique comme ordre, de son autonomisation relative. Cette dernière résulte du désencastrement de la monnaie du politique et de son adossement à la citoyenneté, désencastrement qui va de pair avec la dépersonnalisation de ces rapports sociaux, comme de ceux qui sont institués en mobilisant ces deux langages (sans quelque dépendance préalable que ce soit entre les « individus » mis en rapport, puisqu’il s’agit de citoyens égaux en droit). Le take off du politique, qui va de pair avec celui de l’économique. Il se caractérise par la transformation de la sujétion (au roi, au prince ou à l’empereur) en citoyenneté et l’institution de l’État de droit, ces deux institutions étant réalisées de façon conjointe dans la constitution. Ce qui est d’ordre politique est alors tout ce dont la signification ne peut pas être exprimée sans mobiliser le langage de la citoyenneté, celui de l’égalité en droit entre les hommes.

  • 9  En effet, leur dépersonnalisation est porteuse d’une distanciation spatio-temporelle (Giddens, 199 (...)
  • 10  Concernant la délimitation des grammaires en question, voir Billaudot (2008b).
  • 11  Il n’en va pas de même à l’échelle des espaces privés.

23Les deux principales caractéristiques de ce genre de société dite moderne sont : 1/ les formes structurelles qui sont constitutives de sa structure de base (la monnaie, la citoyenneté, les rapports sociaux d’ordre économique et les rapports sociaux d’ordre politique) sont délocalisées9 ; 2/ les justifications exprimées dans l’espace public à propos de ce que l’on devrait pouvoir faire dans la vie courante doivent être des justifications en raison, c’est-à-dire relever uniquement de la rationalisation et non plus de la sacralisation. Ces justifications dites sociales ne sont pas autre chose que la justification des règles qui tout à la fois habilitent et contraignent les activités humaines. Dans cet espace, ces règles doivent être défendues au nom de l’intérêt général, c’est-à-dire en mobilisant l’une ou l’autre des grammaires de justification répondant à cette exigence10 : telle est la condition requise pour que le débat conduise à l’institution de règles « qui pourront être considérées comme légitimes parce que communément ou collectivement justifiées » (Billaudot, 2008a : par. 7). Dans ce débat, les intérêts personnels ou particuliers à un groupe social (classe ou communauté) ne disparaissent pas ; « ils avancent masqués » (idem), en ce sens que ce sont eux qui tirent les ficelles à propos des choix faits par les participants au débat de mobiliser telle ou telle grammaire de justification. Dans ces conditions, il y a peu de chances que l’on assiste à un processus d’auto organisation par polarisation mimétique sur une grammaire de justification particulière, c’est-à-dire qu’une convention proprement commune émerge et soit ainsi instituée11. Certes, il se peut que ce soit une convention commune en un sens plus large, c’est-à-dire une convention conjointement justifiée à partir de deux grammaires différentes se référant implicitement à la même valeur, mais en des sens différents. Il n’en reste pas moins que « les processus d’institution dans l’espace public ne peuvent se limiter à l’établissement de conventions communes ; l’intérêt général ne peut être qu’exceptionnellement un intérêt commun ; il est construit comme intérêt collectif via un règlement en droit, qui se présente comme un compromis » (idem), un compromis réalisé dans l’ordre politique s’agissant d’une loi.

  • 12  Ils incluent les règles relatives au franchissement des dénivellations institutionnelles pour les (...)
  • 13  La distinction entre territoire et organisation (Billaudot, 2007) est donc ici substituée à la dis (...)

24On débouche ainsi sur une architecture d’ensemble à quatre rangs d’institutions, selon un ordonnancement vertical dans lequel le rang supérieur sert de ressource pour instituer le rang inférieur. Le premier rang est celui des institutions fondamentales, la monnaie et la citoyenneté. Le second, celui de la mise en forme des rapports sociaux qui sont constitutifs, à l’échelle d’une société territorialisée, de l’ordre économique (rapport commercial, rapport salarial et rapport financier) et de l’ordre politique (État)12. Le troisième, celui de l’institution des individus-personnes morales, c’est-à-dire celle d’agents organisés comme unités instituées dans un territoire (société par action, administration, famille, etc.). Le quatrième enfin, celui de l’institution de ces organisations en interne, de la mise en forme de la structure de gouvernance des transactions entre membres ou services. L’analyse de l’institution des FI se fait en croisant rang et niveau spatial d’institution et en considérant qu’il y a de l’institutionnel dans tout going concern(territoire et organisation), c’est à dire sans réserver le terme de FI au second rang13.

25Ainsi défini, l’ordre économique n’est pas associé à une logique d’enrichissement. Il ne se confond donc pas avec le capitalisme. Comme l’avaient déjà avancé Aglietta et Brender (1984), le capitalisme ne doit pas être considéré comme un système (doté d’une structure qui lui serait propre) ; c’est une force d’impulsion des activités d’ordre économique (de production, de commercialisation ou de financement). Ce n’est pas la seule possible. Reste que cette force d’impulsion ne peut pas ne pas manquer de s’exercer dès que le rapport commercial est mis en forme, a fortiori si le rapport salarial et le rapport financier le sont. Mais elle n’a vraiment droit de cité qu’avec l’institution, au rang trois, de la firme capitaliste

2.7. Synthèse : une même approche morphologique ?

26La comparaison entre ces analyses ne débouche pas sur une position unique concernant les trois premières séries de questionnements listées au départ. Certes, l’économique dont parle la TR1 est très largement revisité et un point commun se dégage : cet économique n’apparaît qu’à une certaine étape de l’histoire et sa caractéristique est alors d’être doté d’une structure (de rapports sociaux qui lui sont propres) sans que celle-ci soit pour autant autocéphale, puisqu’il ne s’agit que d’un secteur, d’une sphère ou d’un ordre inséré dans une structure sociétale plus vaste. Mais il n’y a pas de point de vue commun sur les formes structurelles dont se compose la structure de cet économique et sur sa dénomination. Cette absence de point de vue commun se constate aussi à propos de la forme d’insertion de l’économique dans la structure sociétale. Tout particulièrement en ce qui concerne sa relation au politique. Le point critique est relatif au positionnement de la « monnaie », selon qu’elle est envisagée comme une forme distincte (séparée du financement) et à ce titre extérieure à l’économique ou comme une institution économique complexe au sein de laquelle on ne peut repérer une entité dissociée du financement.

  • 14  « À la représentation de la firme comme organisation : i.e. comme pluralité d’agents qui opèrent à (...)

27Quant à la question relative à l’existence de divers rangs d’institutions, elle n’est vraiment traitée que dans les constructions architecturales de Boyer et Billaudot. Il y a lieu de se focaliser sur la sphère (ou ordre) économique. Chez Boyer, la « firme comme unité instituée » ne relève pas d’un rang particulier ; cette institution est comprise dans le niveau des FI, de sorte que la seule entité instituée distinctement est « la firme comme organisation » dotée de routines (comme dans la théorie évolutionniste). On pourrait penser que l’analyse de Billaudot reprend celle de Coriat et Weinstein selon laquelle il y a lieu de ressaisir la firme « sous sa double dimension d’organisation et d’institution » (1995 : 191)14. Ce n’est pas le cas : le quatrième rang de Billaudot est aussi un rang d’institution dont l’objet n’est pas seulement de permettre une coordination cognitive ; comme à tous les autres rangs, il s’agit de régler des transactions reposant sur l’ambivalence « conflit/dépendance » (Commons) ; la mise en ordre ainsi réalisée est une coordination « politique » (au sens de l’aspect politique de toute vie des hommes entre eux, en retenant que l’organisation est un lieu ou un espace du vivre ensemble) ; la coordination cognitive procède de cette coordination politique.

  • 15  En résolvant alors le problème posé par la mise en correspondance entre le langage de l’observatio (...)
  • 16  Théret se réfère à la problématique structuraliste de Piaget, pour qui « en première approximation (...)
  • 17  Pourtant, elle est alors envisagée comme étant détachée de sa forme « monnaie de crédit », qui est (...)

28Toutes les différences ou dissonances qui viennent d’être relevées sont toutes la conséquence, si ce n’est de réponses différentes à la quatrième série de questionnements, du moins de tentatives différentes qui s’avèrent toutes infructueuses bien qu’elles relèvent d’un positionnement épistémologique commun. La question cruciale est celle relative au sens de la distinction entre forme structurelle et forme institutionnelle, si tant est qu’elle soit faite. Boyer ne prétend pas remonter au niveau de la structure ; il s’en tient aux FI en les qualifiant à ce titre de « catégories intermédiaires », tout en étant « des abstractions qui s’inscrivent dans une démarche théorique » (2004a : 32) – une démarche théorique qui vise à se représenter théoriquement, ou encore à conceptualiser, les formes des institutions délimitées empiriquement comme des phénomènes observables15. Théret se préoccupe du structurel, de la structure (niveaux ou registres) et des formes structurelles (les ordres propres à un genre de société)16, mais son analyse ne traite pas explicitement des formes institutionnelles. Celle de Billaudot tente de lever ce manque, mais sans y parvenir dans la mesure où elle confond en permanence forme structurelle et forme institutionnelle, en qualifiant notamment la monnaie (détachée du financement) d’institution17 ; autrement dit, l’analyse en reste à deux espaces (empirique/théorique), le structurel étant traité comme un (méta) niveau du second. Il en va de même, en première analyse, chez Amable et Palombarini et chez Aglietta.

29Une conclusion s’impose : toutes les analyses considèrent plus ou moins explicitement qu’il y a trois « espaces » à prendre en compte – l’espace phénoménologique des « faits » construits, donc des institutions empiriquement observées ; l’espace des représentations théoriques, donc des formes institutionnelles conceptualisées ; l’espace symbolique (ou encore ontologique) des formes structurelles – mais sans réussir à les articuler. Ce positionnement méthodologique commun peut être qualifié de morphologisme (Duperthuy, 2008). Il est en effet tout à fait remarquable (i) que le terme de forme soit central et (ii) que le « langage » qui est mobilisé pour rendre compte du structurel soit celui de la géométrie (il est question d’encastrement, de bord, d’extériorité, de séparation, d’architecture, de plans, de déformation,…). Sans que cela soit explicite, ce recours renvoie à la distinction aristotélicienne entre forme et contenu (ou matière). Ainsi, lorsqu’on observe les objets que lancent les joueurs de poker, on dit qu’il s’agit de dés. Si on se contente de cela, sans préciser la matière (du bois, de l’os,…), on ne désigne ainsi que la forme structurelle de cet objet matériel, sa forme « institutionnelle » prenant en compte sa taille. Cela s’applique tout autant à une « institution sociale empiriquement observée ». Ainsi on peut dire, de façon métaphorique, que l’employeur se « cogne » à la forme du rapport salarial, en ce sens qu’il ne peut franchir une frontière, il ne peut pas aller au-delà, sauf à contrevenir à la forme (à en sortir). Quand on se déplace dans l’espace et le temps, la forme instituée change. De plus, la forme ne fait que contenir la matière, elle ne la fixe pas ; ainsi une même forme institutionnelle du rapport salarial est à même de contenir une « matière » différente d’un secteur d’activité à l’autre. Tel est bien le sens qui est mobilisé par l’École de la régulation. Le principal enseignement est que l’espace du structurel demeure hors de vue pour le chercheur qui est dans la caverne de Platon : les représentations théoriques, qui visent à caractériser les formes des institutions observées (leurs frontières, leurs bords, la façon dont leurs formes se positionnent les unes par rapport aux autres) ne peuvent couvrir tout l’espace en question et les mots de tous les jours, ou même ceux qu’inventent certains chercheurs, ne sont pas le médium de communication pour en « parler ». Cette posture, qui relève du niveau 0 de Popper (le rationalisme critique), consiste à reconnaître à la fois la réalité ontologique de la structure – ce n’est pas le produit de l’imagination du chercheur – et l’impossibilité de la voir autrement que par les ombres qu’elle projette. La seconde étape ne pourra déboucher sur une synthèse qu’à la condition de mettre en œuvre de façon conséquente une telle méthodologie.

3. L’institutionnel comme médiation entre structure et comportements individuels : le sens précis de cette médiation en débat

  • 18  (Commons, 1934, reed 1990, vol 2 : 73).
  • 19  Notamment Postel et Sobel (2001 : 340) et d’autres qui repartent de Dewey.

30La seconde hypothèse de la TR1, qui peut être a priori considérée comme auxiliaire (au sens de Lakatos) est, cela a été dit, que l’on peut traiter du changement institutionnel sans avoir à traiter en même temps de la relation entre institution et comportements individuels, cette question ne se posant qu’une fois les FI en place. On retient donc que les actions individuelles ne sont pas, en tant que telles, partie prenante de l’action collective instituante, cette dernière ne mettant en jeu que des acteurs collectifs (syndicats, partis, groupes de pression,..) exprimant des intérêts communs particuliers. Il s’agit d’une hypothèse auxiliaire si le « on retient » signifie précisément « on retient dans un premier temps pour simplifier ». Ce n’en est plus une si cela signifie « le programme de recherche est clairement circonscrit par cette hypothèse de départ » et a fortiori, « cette hypothèse parait tout à fait réaliste ». Le débat ouvert au sein du programme de recherche régulationniste dans sa seconde étape porte avant tout sur cette alternative. Il porte donc sur la façon de penser le lien entre l’action individuelle et l’action collective, en ayant déjà établi la proposition selon laquelle tout processus d’institution (de mise en ordre) est une « action collective en contrainte, en libération et en expansion de l’action individuelle »18. Les travaux qui ont nourri ce débat ont-ils permis de combler le manque pointé par certains19 – l’absence, dans la TR, d’une théorie de l’acteur qui lui soit propre ?

3.1. Une formation sociale de l’individu

31Un certain nombre d’analyses convergentes ont contribué à l’édification d’une première composante d’une telle théorie. Elles débouchent sur la proposition d’une formation sociale de quelque chose qui est propre à chaque individu, ce « quelque chose » étant diversement qualifié en raison de références sociologiques, anthropologiques ou philosophiques différentes. Ce spectre d’analyses est décliné du plus proche au plus éloigné de la référence à l’habitus bourdieusien (TR1).

La disponibilité : le modèle place-rôle-style

  • 20  On passe ainsi à une analyse en termes de « dualité du structurel » (Giddens).
  • 21  Autrement dit, « l’habitus n’est pas un programme qui détermine l’individu à se conformer triviale (...)

32Lipietz (1988) préfère parler de disponibilitéà propos de cette « capacité à tenir un rôle et à chercher à y améliorer son jeu » qu’est l’habitus. Ainsi les places sociales « ménagent aux individus qui les occupent un rôle plus ou moins conforme à ce qu’ils peuvent percevoir comme leur intérêt » (1988 : 7). Ce rôle est le point de vue de l’acteur sur le rapport social dans lequel il s’inscrit. Pour chaque individu, l’entrée et le maintien dans ce rapport est le résultat d’une stratégie20. L’individualisation d’agents va toutefois plus loin que la simple capacité à tenir un rôle à une place définie par la structure (Parsons). Réduire le jeu des acteurs à leur rôle, c’est encore « refuser l’autonomie des individus et des groupes pris dans les rapports sociaux, la capacité à se constituer en sujets sociaux capables de transformer les structures ». C’est oublier que chaque individu a son style : il tient toujours un rôle avec son propre style21.

Conatus actualisé et système de dispositions

  • 22 Ainsi, « le principal bénéfice de la référence à Spinoza réside donc dans la possibilité restaurée (...)

33En « prenant l’habitus pour ce qu’il est vraiment, à savoir un générateur sous déterminantdes comportements », Lordon (2003a : 116) pousse plus avant l’analyse en remontant au conatus de Spinoza – cet effort de persévérance dans l’être dont chacun est doté. Il se propose de construire un « structuralisme énergétique ». Le point de départ est de considérer que « l’existence est fondamentalement activité » et que « l’intérêt fondamental, celui dont dérive toutes les formes spécifiques de l’intérêt, n’est-ce pas celui de la persévérance dans l’être ? » (p. 127). On doit alors distinguer le « conatus essentiel » et le « conatus actualisé » en désirs particuliers dans une société donnée. Le second est formé par les FI qui sont constitutives de cette société. Ainsi, le conatus est susceptible d’englober la rationalité « comme un cas spécifique » (p. 135)22. Cette lecture de Spinoza conduit à parler de « l’intérêt souverain » (2006).

34De son côté, Servais (2003) fait appel au concept de disposition construit par Peirce pour mieux cerner le processus de formation de l’habitus et tenter de « concilier la détermination sociale de l’action (les préférences socialement acquises) et un degré suffisant d’intentionnalité (une latitude d’action indéterminée) » (p. 4). Pour Peirce, une disposition est une inclination à agir dans un sens déterminé acquise par inférence hypothétique, c’est-à-dire par l’ajustement progressif d’hypothèses explicatives à une série d’expériences singulières. Les dispositions opéreraient ainsi en tant que commutation entre institutions et actions. Deux variantes sont toutefois possibles. Servais opte pour celle qui ne fait aucune place à l’ « illusion héroïque » de la prise de conscience (Palombarini, 1999).

La distance entre la règle et le comportement : toute règle est à la fois contraignante et habilitante

  • 23  On peut considérer que cela vaut autant pour une règle tacite que pour une règle codifiée.

35Les analyses précédentes paraissent insuffisantes si on suit Reynaud (1992). Pour cette dernière en effet, une règle est un énoncé normatif : elle est à la fois « abstraite, hypothétique et permanente »23. Elle permet de trouver la solution à un problème particulier, mais ne donne pas cette solution. Cette distance de la règle à la solution fait de la première une maxime qui s’interprète. Son ambivalence tient à cela. C’est à la fois un étalon et un modèle de référence, une contrainte et un guide pour l’action.

  • 24  En ce sens qu’elles se forment en conséquence de la société (ou de l’organisation) dans laquelle a (...)

36En se préoccupant de tirer parti de l’apport des anciens institutionnalistes, Théret (2001, 2003b) note que cette ambivalence est déjà présente chez Commons – l’institution contraint et libère l’action individuelle. La formule de toute transaction est « conflit-dépendance-ordre » : l’ordre résout la contradiction entre le conflit de prétentions et la dépendance entre les protagonistes ; mais cette mise en ordre ne résulte pas d’un accord ou d’un contrat passé entre ces derniers ; elle se situe en position de surplomb. C’est toujours l’action collective concertée qui délimite l’espace de liberté laissé aux parties prenantes dans la façon de conclure la transaction et ce sont toujours des conventions communes qui « occupent » cet espace. L’interprétation de la règle en situation repose sur des valeurs et des représentations qui, tout en étant sociales24, n’en sont pas moins du niveau de ce dernier (Théret, 2003a). Leur présence à ce niveau individuel, ou personnel si on préfère, est une condition essentielle de la médiation qu’opèrent les FI.

La rationalité située comme seconde nature

37Pour Boyer et Saillard, « toute rationalité est située […]. [Les individus] ne peuvent se repérer qu’à travers les contraintes, les références communes, procédures et régularités que véhiculent ou favorisent les dispositifs collectifs que sont les règles, les conventions, les organisations (Orlean, 1994) » (1995 : 59). En conformité avec le propos d’Elias (1985), la rationalité est ainsi définie comme une seconde nature qui voit le jour à une certaine étape de l’histoire humaine et dont la forme dépend à la fois de la société dans laquelle vit l’individu, de la position sociale qu’il y occupe et de la situation de l’agir.

38Cette notion de rationalité située est analysée par Chanteau selon le paradigme CSP (constructivisme ; subjectivisme ; phénoménologie). « Les propositions méthodologiques [de ce paradigme] sont les suivantes : (C) la rationalité de chaque individu se construit dans des interactions socialisées avec la nature et la culture (ce n’est pas une dotation initiale) ; (S) la rationalité n’est pas une opération cognitive objective, c’est à dire indépendante de la personne : les objets ou les problèmes n’acquièrent une valeur qu’en fonction des projets de l’individu […] ; (P) la rationalité n’opère pas sur la réalité mais sur des représentations de la réalité [...], représentations soumises à un principe de plausibilité qui se valide à la fois aux niveaux symboliques et matériels » (2003 : 46). Ce travail s’inscrit dans la tentative qui consiste à « développer une problématique d’intégration dialectique d’une théorie de l’action et d’une théorie de la structure que nous appellerons “holindividualiste” » (p. 47).

La rationalité comme qualificatif de la signification d’une activité

  • 25  La nature de l’engagement n’est pas la même selon la valeur (éthique ou sociale) de référence qui (...)
  • 26  Cette légitimation est le point d’aboutissement de l’action collective, donc la façon dont a été t (...)

39Si cette problématique est celle de Billaudot (2004a), ce dernier ne retient pas toutefois que la rationalité serait une propriété. La caractéristique dominante des activités au sein de la société moderne est que la signification donnée à une activité – le sens communiquéaux autres par celui qui s’active (Weber) – est à signification rationnelle :le discours tenu se réfère, essentiellement ou principalement, à son intérêt personnel, par opposition à une activité à signification traditionnelle. L’intérêt dérive du conatus, mais ce terme est associé à la rationalisation. L’engagement individuel dans une activité s’inscrit dans cette futurité dont parle Commons – « les hommes vivent dans le futur et agissent dans le présent » (1934 : 84). Il y a toujours une justification individuelle à cet engagement, une justification qui peut être exprimée par la personne ou qui ressort de la signification communiquée – cette justification est formulée en mobilisant les mêmes grammaires de justification que pour les justifications sociales (voir supra)25. Le problème du lien entre action individuelle et action collective – celui du sens de la médiation des institutions – est donc posé dans les termes suivants : y a-t-il une bonne correspondance entre la justification individuelle et la façon dont l’institutionnel qui préside à l’activité considérée a été légitimé26. Il y a actualisation des règles si cette correspondance est acquise, c’est-à-dire si la personne se retrouve (quelque peu) dans ce compromis. Si non, une tension se manifeste qui peut conduire à l’une ou l’autre des trois modalités envisagées par Hirschman (1995) – exit, voice ou loyalty. Le second mode ouvre la voie à la participation individuelle au changement institutionnel.

3.2. La place faite aux individus dans le changement institutionnel

  • 27  Cette voie n’est plus vraiment d’actualité au sein de la mouvance régulationniste, dans la mesure (...)
  • 28  « Épreuves » au sens où en parlent Boltanski et Thévenot (1991) et Boltanski et Chiapello (1999).

40Lorsqu’on cherche à comprendre la participation des individus au changement institutionnel, en conformité avec l’idée d’une formation sociale de l’individu, la matière première est nécessairement ce que disent les gens. La question est de savoir comment analyser ces discours. Mais de quels discours s’agit-t-il ? Ce sont d’abord ceux qui sont tenus par les représentants des groupes sociaux qui interviennent dans la régulation sociale. Mais on ne peut s’y tenir. En effet, cela impliquerait de faire l’hypothèse que ces groupes traversent sans dommage les changements de FI27. Or les groupes sociaux se forment au sein de FI et la crise d’un système de FI les déconstruit, au moins partiellement. Certes, il n’y a jamais de FI qui sont instituées dans un vide institutionnel – c’est plutôt le trop plein qui est la règle ! Ce sont toujours des groupes d’intérêts plus ou moins bien fédérés sur la base de l’existant qui opèrent dans les négociations collectives comme dans la constitution des soutiens en jeu dans le processus de validation politique. Mais on ne peut faire comme si les luttes de classement des individus – celles qui sont à l’ordre du jour dans les justifications des épreuves qui étalonnent les grandeurs respectives des personnes et des objets28 – n’interféraient pas avec les conflits entre ces groupes, via le fait que ce n’est pas nécessairement la même grammaire qui va dominer en permanence dans un groupe. On se doit de remonter aux propos des individus.

  • 29  Cette proposition s’accorde à celle d’Amable et Palombarini (voir supra). Ces derniers, on l’a vu, (...)

41À ce titre, Lordon (1997, 1999, 2000) parle de discours de légitimation. Ils s’exprimentà propos des politiques économiques, des réformes institutionnelles relevant du politique (lois, etc.) ou des nouvelles conventions dans la finance et la gestion des affaires, telle la « création de valeur ». Ces discours sont alors compris comme des représentations symboliques, dont l’objet est de justifier des stratégies. Ils doivent être pris en compte parce qu’ils entraînent l’adhésion lorsqu’ils paraissent pertinents29. Cette analyse diffère donc de celle Billaudot (voir supra), non pas tant parce qu’il est question ici de justification et là de légitimation, mais parce que la dimension axiologique est prise en compte par ce dernier, en ne considérant pas le recours à l’intérêt général comme de pure rhétorique.

  • 30  « Cette ouverture potentielle du processus de structuration de l’individu est tout à la fois le re (...)

42En tout état de cause, la résurgence du conflit ne peut se comprendre qu’à deux conditions : 1/ adopter une conception strictement dynamique de la formation de l’intérêt personnel – il s’exprime en termes d’évolution satisfaisante ; 2/ introduire un effet en retour, par nature diachronique, des conditions de déroulement des phénomènes sociaux sur cette formation. La rationalisation par l’individu de ce qu’il fait est donc comprise comme un effet du processus de structuration de l’individu, processus dont la cohérence est toujours partielle. Cela laisse place à l’ouverture sur du nouveau imprédictible ; autrement dit, à l’invention et à la création30. Dans ces conditions, il y a un accord pour reconnaître le caractère imprédictibledu processus ouvert par une mise en crise de formes institutionnelles antérieurement stabilisées. De même, pour dire que « se trouve alors posée la question de la redéfinition de nouvelles formes institutionnelles, qui elles-mêmes supposent la recomposition d’une myriade de champs et d’habitus » (Boyer, 1995 : 25). Reste la question de l’origine du caractère imprédictible de ce processus de recomposition. Est-il imprédictible parce que le scientifique ne peut tenir toutes les relations de cause à effet en jeu ? L’est-il parce que le hasard intervient ? L’est-il au contraire parce que l’individu est en état d’exercer sa liberté ?

3.3. De quelques propositions communes concernant le lien entre action individuelle et action collective instituante

43Ce panorama des analyses développées au sein de la TR concernant le lien en question s’apparente à un dégradé de nuances d’une même couleur, qui est à la disposition d’un peintre.

44Il y aurait au départ une même préoccupation, celle de comprendre le changement institutionnel en évitant tout déterminisme de la reproduction, sans retomber pour autant sur une théorie du sujet souverain, d’un acteur libre et conscient de ses actes qui fait l’histoire. Pour le dire en des termes plus imagés, il y aurait la préoccupation commune de construire une théorie propre de l’action qui ne jette pas la nécessité structurale avec l’anti-individualisme primaire. Dans une approche essentiellement pragmatique, le débat porte sur la place exacte à faire aux projets, aux volontés, aux engagements des personnes, à l’exigence de bien agir, en évitant de laisser entendre que cette exigence, ces engagements et ces projets pourraient être pris comme des données.

  • 31  Cela n’implique pas, pour autant, d’être antihumaniste ou athée.

45Quelques propositions communes peuvent être dégagées dans le cadre de cette préoccupation, propositions qui s’accordent avec l’épistémologie morphologiste dégagée supra (voir 2.7) en ce qu’elles présupposent une structure dont les formes disposent d’une plasticité. 1/ L’homme n’est pas naturellement doté d’une boussole qui lui indiquerait ce que sont le bien et le mal. Ce sens moral est toujours un construit social31. 2/ Il n’y a pas lieu d’opposer le contrat marchand à la normalisation procédant d’une action collective concertée ; c’est une illusion de croire que le contrat « librement négocié » serait source de normativité sociale et qu’il pourrait s’établir sans la présence préalable d’une telle normativité ; l’action collective instituante, concertée ou non concertée, est la condition de toute activité individuelle. 2/ Le problème que doit résoudre cette action collective n’est pas avant tout de surmonter l’incertitude radicale qui préside à toute coordination – que va faire l’autre en interaction avec ma propre action ? – mais de résoudre des conflits de prétentions, inhérents à l’effort de persévérance dans l’être de chacun et actualisés par les positionnements dans la structure, entre des personnes qui sont dépendantes, c’est-à-dire entre des personnes qui doivent d’une façon ou d’une autre s’entendre. C’est en réglant cette dualité « conflit/dépendance » que l’incertitude radicale est transformée en déterminant des régularités de comportements et d’attentes. 3/ Cette « détermination » est soumise à une condition dynamique de satisfaction : elle opère, en habilitant/contraignant des pratiques qui actualisent les formes institutionnelles, tant que cette condition est satisfaite et n’opère plus au-delà pour des raisons endogènes au processus de reproduction sociale ; certains exercent alors leur liberté en participant à une action collective porteuse d’un changement dont on ne peut prédire l’issue en raison même de la pluralité des valeurs de référence qui vont alors guider l’action, valeurs dont la liste est contrainte par la structure. Le point critique qui reste à creuser est de comprendre comment se forme dans les relations (trans-actions) « l’horizon de signification » (Taylor, 1992) sans lequel les valeurs, que l’individu « choisit » et qui détermine ce qui est juste et bien pour lui, ne peuvent acquérir ce statut.

4. Conclusion 

  • 32  Si cela a été affirmé par certains, ce ne peut être qu’au titre d’une recension partielle et sans (...)

46La seconde étape ne débouche pas sur une nouvelle synthèse, que l’on pourrait qualifier de TR232. Le débat reste encore trop ouvert sur certains points pour que ce soit le cas, tant en ce qui concerne l’identification de la structure socio-économique, dont relèvent les phénomènes économiques que l’école de la régulation s’attache à comprendre, que la façon d’appréhender le lien entre action individuelle et action collective instituante au sein de cette structure. Les propositions communes qui ont été dégagées permettent toutefois d’identifier un institutionnalisme qui se distingue nettement des autres institutionnalistes actuels en économie (Chavance, 2007).

  • 33  Les trois premières positions (IR, IP, IH) sont celles qui ont déjà été délimitées par les travaux (...)

47La grille de classement, qui est mobilisée à cet effet, est une topologie construite « en compréhension » dans une optique unidisciplinaire à partir d’une critique de celle de Théret (2000a et 2000b). Trois plans sont d’abord distingués, sur la base de différenciations d’ordre méthodologique, puis les capacités théoriques d’explication (ou de compréhension) sont prises en compte au regard des deux faits majeurs de la vie des hommes en société – la présence de différences entre les comportements des individus qui occupent une même place sociale au sein d’un système institutionnel donné et de changements de cet institutionnel dans l’espace-temps – pour déboucher sur une topologie matricielle (Billaudot, 2004a et 2006a). On met ainsi en évidence quatre approches institutionnalistes potentielles (voir tableau)33.

Tableau : Quatre approches institutionnalistes

Tableau : Quatre approches institutionnalistes
  • 34 L’ancien institutionnalisme américain du début du siècle (Veblen, Commons, etc.), en tant que regro (...)
  • 35  Ce que retient Bessis (2008 : 22).

48Il s’avère aisé de classer la théorie de l’agence, la théorie des droits de propriété, la théorie néo institutionnaliste (en termes de coûts de transaction) et la théorie évolutionniste en institutionnalisme rationnel (IR), l’Économie des conventions en institutionnalisme pragmatique (IP) et la théorie de la régulation de la première étape (TR1) en institutionnalisme historique (IH)34. L’institutionnalisme historique et pragmatique (IHP), couplant la problématique historique de l’IH et la problématique pragmatiste de l’IP, serait l’approche vers laquelle tendrait l’avancée du programme de recherche régulationniste dans sa seconde étape, l’institutionnalisme circonscrit par les propositions communes énoncées supra se situant sur la frontière entre l’IH et l’IP. Cet institutionnalisme est donc doté d’une identité tout à fait spécifique au regard des autres institutionnalismes en économie. Certes, le sens de la trajectoire suivie par l’économie des conventions devrait conduire dans l’avenir à situer cette école en IHP, avec un positionnement actuel à la frontière entre l’IP et l’IHP ; mais cette convergence ne doit pas masquer le fait que les positionnements actuels sont différents sur le fond. Il y a des éléments communs, mais pas de « socle commun ».35

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1997), Régulation et crises du capitalisme, (nouv. éd.), Odile Jacob, Paris.

Aglietta M., Brender A. (1984), Les métamorphoses de la société salariale, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta M., Orlean A. (1982), La violence de la monnaie, coll. « Économie en liberté », PUF.

Aglietta M., Orlean A. (éds.) (1998), La monnaie souveraine, Odile Jacob, Paris.

Aglietta M., Orlean A. (éds.) (2002), La monnaie : entre violence et confiance, Odile Jacob, Paris.

Aglietta M., Rebérioux A. (2004), Les dérives du capitalisme financier, Albin Michel, Paris.

Amable B., Palombarini S. (2005), L’économie politique n’est pas une science morale, Raisons d’agir, Paris ; (2003), « Une approche néo-réaliste de l’économie politique », Communication au colloque « Institutions et conventions », La Défense, Déc.

Arendt H. (1958-1983), Condition de l’homme moderne, Press Pocket, Paris.

Bessis F. (2008), « Quelques convergences remarquables entre l’Économie des Conventions et la Théorie de la Régulation », Revue française de socio-économie, n° 1.

Billaudot B. (1996), L’ordre économique de la société moderne : un réexamen de la théorie de la régulation, coll. « Théorie sociale contemporaine », L’Harmattan, Paris.

Billaudot B. (2001), Régulation et croissance. Une macroéconomie historique et institutionnelle, L’Harmattan, Paris.

Billaudot B. (2004), « Institutionnalismes, rationalisme et structuralisme en science sociale »,Économie et institutions, n° 4, p. 5-50.

Billaudot B. (2006a), « Économie des conventions et théorie de la régulation. De la comparaison à la confrontation », Économie et institutions, n° 8, p. 55-94.

Billaudot B. (2006b), « Degrés d’engagement des individus dans leurs activités et organisation sociale. À partir de Condition de l’homme moderne de Hannah Arendt », Communication au colloque PEKEA « Individu et société », Dakar, 1-3 déc.

Billaudot B. (2007), « Patrimoine et organisation », Économie appliquée, Tome LX - n° 3 – septembre, p. 85-120.

Billaudot B. (2008a), « Une théorie de l’État social », Revue de la régulation, n° 2, janvier 2008, Varia (http://regulation.revues.org/document2523.html).

Billaudot B. (2008b), « Institution et justification », Revue française de socio-économie, n° 1.

Boltanski L., Thevenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski L. et Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdieu P. (1980), Questions de sociologie, Paris, Éditions de minuit.

Bourdieu P. (1994), Raisons pratiques, Seuil, Paris.

Boyer R. (1986), La théorie de la régulation : une analyse critique, Agalma, La Découverte, Paris.

Boyer R. (2003a), « Les institutions dans la théorie de la régulation », Document de travail Cepremap, n° 2003-08 ; Cahiers d’Économie politique, n° 44, Décembre, 79-101.

Boyer R. (2003b), « Variété du capitalisme et Théorie de la régulation », L’Année de la Régulation, n° 6, 125-194.

Boyer R. (2004a), Théorie de la régulation. I. Les fondamentaux, coll. « Repères », La Découverte, Paris.

Boyer R. (2004b), Une théorie du capitalisme est-elle possible ?, Odile Jacob, Paris.

Boyer R. (2005), « La théorie de la régulation. Entretien avec Robert Boyer », Critique économique, n° 15, Printemps, Rabat.

Boyer R. et Saillard Y. (1995), « Un précis de la régulation », in Boyer R. et Saillard Y. (éds) Théorie de la régulation. L’état des savoirs, La Découverte, Paris.

Chanteau J.-P. (2003), « La dimension socio-cognitive des institutions et de la rationalité : éléments pour une approche holindividualiste », L’Année de la Régulation, vol. 7, 2003-2004, p. 49-92.

Chavance B. (2007), L’économie institutionnelle, coll. « Repères », La Découverte, Paris.

Commons J. R. (1934), Institutional Economics. Its Place in Political Economy, The University of Wisconsin Press, 1959, 2 vol. (1ère éd. 1934, Macmillan).

Coriat B., Weinstein O. (1995), Les nouvelles théories de l’entreprise, Le Livre de Poche, Paris.

Dosse F. (1995), L’empire du sens, La Découverte, Paris.

Duperthuy D. (2008), Structures, institutions et formes : essai d’épistémologie morphologique appliquée à l’économie, thèse soutenue à l’université de Savoie.

Elias N. (1985), La société de cour, Flammarion, Paris.

Fourquet F. (2004), « Le rapport international est toujours dominant », L’Année de la régulation, n° 8, 2004-2005, p. 135-171.

Giddens A. (1984-1987), La constitution de la société, PUF, Paris.

Giddens A. (1994), Les conséquences de la modernité, L’Harmattan, Paris.

Guibert B. (1986), L’ordre marchand, Cerf, Paris.

Hall P. et Taylor R. (1996), « Political Science and the Three New Institutionnalisms », Political Studies, dec. ; trad. fr. : (1997), « La science politique et les trois néo-institutionnalismes », Revue française de science politique, vol. 47, n° 3-4, juin-août, p. 469-495.

Hirschman A. (1970-1995), Défection et prise de parole, Fayard, Paris.

Jeammaud A. et Lyon-Caen A. [1986], Droit du travail, démocratie et crise, Actes Sud, Arles.

Lipietz A. (1988), « La trame, la chaîne et la régulation », Documents de travail, Cepremap, n° 88-16.

Lordon F. (1997), Les quadratures de la politique économique, Alban Michel, Paris.

Lordon F. (1999), « Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation, vol. 3, La Découverte, Paris.

Lordon F. (2000), « La création de valeur comme rhétorique et comme pratique. Généalogie et sociologie de la valeur actionnariale », L’Année de la régulation, vol. 4, La Découverte, Paris, p. 115-164.

Lordon F. (2003a), « Conatus et institutions : pour un structuralisme énergétique », L’Année de la Régulation, vol. 7, 2003-2004, p. 111-146.

Lordon F. (2003b), « Revenir à Spinoza dans la conjoncture intellectuelle présente », L’Année de la Régulation, vol. 7, 2003-2004, p. 147-166.

Lordon F. (2006), L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, La Découverte, Paris.

North D. (2005), Le processus du développement économique, éditions d’Organisation, Paris.

Orléan A. (1994), « Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions », in Orlean A. (dir), Analyse économique des conventions, PUF, Paris.

Palombarini S. (1999), « Vers une théorie régulationniste de la politique économique », L’Année de la régulation, vol. 3.

Palombarini S. (2001), La rupture du compromis social italien, CNRS Editions, Paris.

Petit P. (1998), « Formes structurelles et régime de croissance postfordiste », L’Année de la régulation, vol. 2.

Piaget J. (1968), Le structuralisme, PUF, Paris.

Polanyi K. (1983), La grande transformation, Gallimard, Paris.

Postel N. et Sobel R. (2001), « L’impensé de l’hétérodoxie économique française », Les temps modernes, n° 615/616, sept./oct., p. 321-346.

Reynaud B. (1992), Le salaire, la règle et le marché, coll. « Cibles XXI », C. Bourgois, Paris.

Servais O. (2003), « Dispositions et détermination de l’action dans la théorie de la régulation », Économie et institutions, n° 3, 2e semestre, p. 29-73.

Théret B. (1992), Régimes économiques de l’ordre politique : esquisse d’une théorie régulationiste de l’État, PUF, Paris.

Théret B. (1999), « L’effectivité de la politique économique : de l’autopoïèse des systèmes sociaux à la topologie du social », L’Année de la régulation, vol. 3, p. 127-168.

Théret B. (2000a), « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Tallard M., Theret B. et Uri D. (dir.), Innovations institutionnelles et territoires, L’Harmattan, Paris.

Théret B. (2000b), « Nouvelle économie institutionnelle, économie des conventions et Théorie de la régulation : vers une synthèse institutionnaliste ? », La lettre de la régulation, déc., p. 1-4.

Théret B. (2003a), « Institutionnalismes et structuralismes : oppositions, substitutions ou affinités électives ? », Cahiers d’économie politique, n° 44, L’Harmattan.

Théret B. (2003b), « Structure et modèles élémentaires de la firme : une approche hypothético-déductive à partir des Insights de John R. Commons », Économie et institutions, n° 2, 1er semestre 2003, p. 141-166.

Weber M. (1995), Économie et société, Agora Pocket, Plon, Paris.

Haut de page

Notes

1  Cette proposition, reprise de Jeammaud et Lyon-Caen (1986 : 9), explicite la distance prise par l’École de la régulation vis-à-vis de Marx. Il n’est plus question d’une formation économique de la société, dont le politique et le juridique ne seraient que des composantes de sa superstructure.

2  L’inclination à agir s’engendre dans la relation entre un champ et un habitus ; elle est « l’effet historique de l’accord entre deux réalisations du social, dans les choses par l’institution et dans les corps par l’incorporation » (Bourdieu, 1980).

3  Cette proposition est explicitée pour la première fois dans ces termes, qui empruntent beaucoup à l’analyse de Commons, dans (Theret, 2000a et b).

4  Ainsi que (1998) et (2002). Voir aussi (Guibert, 1986) et (Billaudot, 1996). Et aussi (Lordon et Orlean, 2006).

5  Voir le schéma figurant dans (2004a) p. 28.

6  Pour Petit (1998), ce sont alors « les formes de la concurrence » et pour Fourquet (2004), « le rapport international ».

7  Voir aussi (Palombarini, 2001).

8  Ou encore, de la « séparation qui rend un ensemble d’individus libres incapables de se constituer en producteurs privés dans le cadre de l’économie marchande ».

9  En effet, leur dépersonnalisation est porteuse d’une distanciation spatio-temporelle (Giddens, 1994). Leur institution consiste donc en premier lieu à les inscrire dans l’espace et le temps, sans prédétermination quelconque pour l’un comme pour l’autre.

10  Concernant la délimitation des grammaires en question, voir Billaudot (2008b).

11  Il n’en va pas de même à l’échelle des espaces privés.

12  Ils incluent les règles relatives au franchissement des dénivellations institutionnelles pour les transactions établies à l’échelle internationale par des agents résidents (ce qui se trouve dans la cinquième forme de la TR1).

13  La distinction entre territoire et organisation (Billaudot, 2007) est donc ici substituée à la distinction de North entre institutions et organisations.

14  « À la représentation de la firme comme organisation : i.e. comme pluralité d’agents qui opèrent à travers des modèles d’interaction déterminés par leurs limites cognitives, il convient d’associer une représentation de la firme comme institution : c’est-à-dire encore comme coalition de groupes qui s’affrontent et coopèrent dans des rapports et selon des règles socialement déterminées » (Coriat et Weinstein, 1995 : 143).

15  En résolvant alors le problème posé par la mise en correspondance entre le langage de l’observation et le langage théorique (entre notions et concepts) (Billaudot, 2005).

16  Théret se réfère à la problématique structuraliste de Piaget, pour qui « en première approximation, une structure est un système de transformation, qui comporte des lois en tant que systèmes (par opposition aux propriétés des éléments), et qui se conserve ou s’enrichit par le jeu même de ses transformations, sans que celles-ci aboutissent en dehors de ses frontières ou fasse appel à des éléments extérieurs. En un mot, une structure comprend ainsi les trois caractères de totalité, de transformation et d’autoréglage » (1968 : 6-7). Ainsi, la structure – comme invariant dont on ne sort pas – serait informe et un système de formes structurelles en serait un modèle (une mise en forme particulière). Sur le positionnement du structuralisme méthodique de Levy-Strauss et Piaget, voir notamment (Theret, 2003).

17  Pourtant, elle est alors envisagée comme étant détachée de sa forme « monnaie de crédit », qui est analysée par ailleurs comme le résultat d’un grand « compromis historique » entre l’État et la finance privée (Billaudot, 2001 : 27). Cela signifie que Boyer a raison lorsqu’il ne considère qu’une seule forme institutionnelle « monnaie (y compris financement) », mais qu’il a tort en la définissant comme un rapport social – « le rapport social fondamental qui institue les sujets marchands. » (Boyer, 2004a : 39). De même s’agissant de la distinction entre Citoyenneté et État.

18  (Commons, 1934, reed 1990, vol 2 : 73).

19  Notamment Postel et Sobel (2001 : 340) et d’autres qui repartent de Dewey.

20  On passe ainsi à une analyse en termes de « dualité du structurel » (Giddens).

21  Autrement dit, « l’habitus n’est pas un programme qui détermine l’individu à se conformer trivialement aux nécessités de la reproduction. L’habitus est une disponibilité à jouer le jeu, mais conformément à des visées autonomes, voire à sortir du jeu quand la possibilité et l’intérêt se présentent. En ce sens, l’habitus ne reproduit pas seulement la réalité : il la transforme, voire il l’engendre » (p. 10).

22 Ainsi, « le principal bénéfice de la référence à Spinoza réside donc dans la possibilité restaurée d’accéder au changement sans en passer par “l’acteur”, de renouer avec l’histoire sans sacrifier aux métaphysiques individualistes » (2003b : 150).

23  On peut considérer que cela vaut autant pour une règle tacite que pour une règle codifiée.

24  En ce sens qu’elles se forment en conséquence de la société (ou de l’organisation) dans laquelle agit tel ou tel individu

25  La nature de l’engagement n’est pas la même selon la valeur (éthique ou sociale) de référence qui est constitutive de la grammaire mobilisée. Les trois « types » d’activité que distingue Hannah Arendt (1958) – le travail, l’œuvre et l’action – sont alors considérés comme trois types d’engagement spécifiques à l’homme moderne (Billaudot, 2006b).

26  Cette légitimation est le point d’aboutissement de l’action collective, donc la façon dont a été tranché le débat de justification sociale qui a précédé.

27  Cette voie n’est plus vraiment d’actualité au sein de la mouvance régulationniste, dans la mesure où beaucoup reconnaissent que « le thème du changement n’est pas celui où la sociologie de Bourdieu est à son meilleur » (Lordon, 2003a : 114).

28  « Épreuves » au sens où en parlent Boltanski et Thévenot (1991) et Boltanski et Chiapello (1999).

29  Cette proposition s’accorde à celle d’Amable et Palombarini (voir supra). Ces derniers, on l’a vu, font état, d’une validation politique des structures sociales « qui s’oppose à celle de leur justification ». Comme la légitimation se situe du côté de la rhétorique et de l’imposition symbolique, elle fait partie de la validation politique.

30  « Cette ouverture potentielle du processus de structuration de l’individu est tout à la fois le reflet et la condition de l’ouverture du processus de structuration sociale » (Billaudot, 2004a : 32). Cette idée se trouve déjà chez Lipietz (1988 : 24) pour qui « la contradiction n’est pas entre la structure et l’action. Elle est à l’intérieur de l’action elle-même entre son aspect routinisé [...] et son aspect potentiellement divergent, novateur, autonome, [...] instituant », ce qui revient à reconnaître « l’irréductible aspiration des individus à la liberté ». Elle est précisée en notant que c’est dexercice de la liberté dont il s’agit, d’action au sens de Hannah Arendt (1958).

31  Cela n’implique pas, pour autant, d’être antihumaniste ou athée.

32  Si cela a été affirmé par certains, ce ne peut être qu’au titre d’une recension partielle et sans qu’il s’agisse d’une avancée importante par rapport à la TR1, c’est-à-dire sans que l’angle mort « théorie de l’action individuelle » ait été notablement réduit.

33  Les trois premières positions (IR, IP, IH) sont celles qui ont déjà été délimitées par les travaux antérieurs (DiMaggio et Powell, Hall et Taylor, Nielsen, Théret). L’IR couple le calcul et la coordination, soit une vision fonctionnaliste des institutions (la fonction explique la genèse) ; l’IP couple la culture et la coordination, ce qui revient à concevoir les institutions comme des modèles moraux ou cognitifs permettant l’interprétation et l’action individuelle, le cadre de référence faisant l’objet d’un choix entre plusieurs possibles (la fonction découle de la genèse) ; enfin, l’IH articule calcul et culture et fait reposer la genèse des institutions sur la résolution de conflits dans un institutionnel en crise, la fonction d’une forme institutionnelle particulière ne se comprenant qu’après coup en raison du système institutionnel dans lequel elle s’inscrit (dissociation entre genèse et fonction).

34 L’ancien institutionnalisme américain du début du siècle (Veblen, Commons, etc.), en tant que regroupement d’analyses diverses qui n’ont pas fait l’objet d’une synthèse, se situerait au centre (avec une orientation vers l’une des frontières, ou l’une des cases, qui dépend de l’auteur).

35  Ce que retient Bessis (2008 : 22).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau : Quatre approches institutionnalistes
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/7632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Billaudot, « Les institutions dans la théorie de la régulation : une actualisation », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/7632

Haut de page

Auteur

Bernard Billaudot

LEPII-CNRS-UPMF-Grenoble, Bernard.billaudot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page