Navigation – Plan du site
Dossier : Institutions, régulation et développement

L’approche latino-américaine de l’économie populaire, les inégalités et la pauvreté

Isabelle Hillenkamp

Résumés

Cet article analyse l’évolution des politiques et des théories en économie du développement depuis les années 1950. Il montre les raisons de leur essoufflement au début des années 1980 et situe l’approche de l’économie populaire qui surgit en Amérique latine dans ce contexte. À partir du cas de la Bolivie, il illustre l’intérêt de cette approche socioéconomique et non-évolutionniste des pratiques de production, d’échange et de financement des secteurs populaires pour une analyse renouvelée des inégalités et de la pauvreté. Pour cela, deux échelles d’observation sont successivement adoptées : l’observation à micro-échelle de l’environnement institutionnel et des logiques de fonctionnement des organisations de l’économie populaire ; et l’analyse du cadre macro-institutionnel dans lequel ces organisations sont immergées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Codes JEL : B52, N86, O11, O17, P48.

Texte intégral

1Depuis les années 1980, des chercheurs latino-américains ont proposé d’aborder les pratiques de production, d'échange et de financement des secteurs populaires de la région au travers d’une perspective spécifique : l’« économie populaire ». Cet article présente les caractéristiques de cette approche et discute ses implications pour l’analyse de la pauvreté et des inégalités socio-économiques. La première section situe tout d’abord l’économie populaire par rapport aux concepts et aux théories classiques de l’économie du développement, puis en propose un cadre d’analyse fondé sur les formes d’intégration de l’économie dans la société au sens de Karl Polanyi. À partir du cas de la Bolivie, les deuxième et troisième sections illustrent alors en quoi l’approche de l’économie populaire fournit un éclairage nouveau sur la pauvreté et les inégalités. Pour cela, deux échelles d’observation sont successivement adoptées : l’observation à micro-échelle d’organisations boliviennes de l’économie populaire, dans la deuxième section, permet de saisir leurs logiques de fonctionnement et les dynamiques de production et de reproduction des inégalités et de la pauvreté. Ce point de vue est complété, dans la troisième section, par l’analyse à macro-échelle de la place changeante de l’économie populaire dans les régulations et les politiques publiques depuis les années 1980.

1. Une « économie populaire »

2L’« économie populaire » désigne un ensemble de pratiques économiques présentant des caractéristiques spécifiques en même temps qu’un cadre d’analyse de ces pratiques. Cerner cette économie suppose donc de se situer sur le double plan de l’évolution des concepts et des théories en économie du développement et des pratiques et des politiques économiques. Cette perspective conduit à identifier un point de rupture au début des années 1980, marquant une inflexion à la fois dans les politiques de développement et dans leurs cadres d’analyse.

1.1. Jusque vers 1980 : modernisation et économie du développement

3Un double mouvement caractérise la période qui va de l’après-guerre jusqu’au début des années 1980 : la mise en place, dans la plupart des pays latino-américains, africains et asiatiques, de politiques volontaristes de développement fondées sur l’intervention étatique et l’émergence de l’économie du développement comme champ de la science économique. Une telle émergence suppose qu’un développement conjoint des pays développés et en développement est possible et que son analyse nécessite un corpus théorique spécifique. Cette double condition, à la fois politique et académique, a été résumée par Albert Hirschman (1984) comme « l’affirmation de la réciprocité des avantages » et « le refus du mono-économisme ». Elle permet de saisir le cadre des théories du développement jusqu’aux années 1970, puis leur essoufflement et l’apparition d’autres approches comme celle de l’économie populaire en Amérique latine.

  • 1  Ces trois cadres ne constituent pas une revue de l’ensemble des théories du développement, mais se (...)

4Trois principaux cadres d’analyse de l’économie du développement permettent de retracer cette évolution1. Le modèle de développement économique en situation d’excédent de main-d'œuvre d’Arthur Lewis (1954) constitue un premier jalon. Il suppose une structure duale des économies des pays en développement comprenant, d’une part, un secteur industriel moderne et, d’autre part, un secteur traditionnel agricole et de petits services où se concentre l’excédent de main-d'œuvre. Ces deux secteurs se distinguent par leurs logiques de rémunération : dans le secteur moderne, supposé capitaliste et concurrentiel, le taux de salaire s’établit au niveau de la productivité marginale du travail ; dans le secteur traditionnel, il plafonne, en raison de l’excédent de main-d'œuvre, à un taux de subsistance inférieur à celui du secteur moderne. De la sorte, les salaires dans le secteur traditionnel exercent une pression à la baisse sur ceux du secteur moderne, augmentant d’autant les profits et donc, selon l’hypothèse de Lewis, les réinvestissements dans ce secteur. Ils doivent conduire à une hausse progressive de la productivité du travail et donc du niveau d’emploi dans le secteur moderne. Le développement, synonyme ici de modernisation, consiste dans le transfert de main-d'œuvre du secteur traditionnel vers le secteur moderne.

5Le modèle de Lewis peut être vu comme une première tentative de rendre compte de l’hétérogénéité des modes de production dans les pays en développement. Il constitue un progrès par rapport aux approches, à la même époque, fondées sur des cercles vicieux de la pauvreté (Nurkse, 1962 [1953]) ou sur de simples critères de sous-développement (Gannagé, 1962). Toutefois, la faiblesse, voire l’échec, de la modernisation dans la plupart de ces pays conduit à réexaminer les hypothèses de Lewis. Au début des années 1970, apparaît un nouveau jalon dans les théories du développement : l’économie informelle. D’abord introduite par l’anthropologue Keith Hart (1973) à partir d’une étude dans la ville d’Accra au Ghana, cette notion, ou ce concept, selon l’auteur, désigne une source d’emploi distincte à la fois de « l’économie formelle du gouvernement » et du « capitalisme organisé ». Au plan conceptuel, Hart se fonde sur l’hypothèse que la régulation de l’économie par l’État légal-rationnel, au sens de Max Weber, assure sa formalisation. Au plan empirique, il montre l’existence d’un vaste champ d’activités ne pouvant être situé ni dans le secteur moderne, ni dans le secteur traditionnel de l’économie au sens de Lewis, mais articulant précisément les logiques supposées relever de ces deux secteurs. Les théories dualistes apparaissent alors comme une vision simplifiée et de ce fait réductrice des modes non capitalistes de production dans les pays en développement.

  • 2  Une première version de l’article fondateur de Hart, paru en 1973, a été présentée dès 1971 (Confe (...)
  • 3  « Définitions statistiques et opérationnelles du secteur informel », www.ilo.org/public/english/em (...)

6Cependant, l’économie informelle reste une approche par défaut par rapport à l’économie formelle et qui implique, pour la plupart des observateurs et des politiciens, la nécessité d’un nouveau type de modernisation consistant en la formalisation des activités informelles. Celles-ci tendent alors à être assimilées à une économie précapitaliste, quand elles ne sont pas simplement confondues avec une économie souterraine, voire illégale. Le succès qu’a connu cette approche dès son apparition n’a pas peu contribué à ces glissements sémantiques. Immédiatement adoptée par l’Organisation internationale du travail (OIT, 1972)2, elle est bientôt opérationnalisée comme un « secteur informel » caractérisé par des unités économiques de petite taille, de bas niveau d’organisation, d’usage naissant du capital et de la technologie3. L’évidence empirique n’est bien sûr qu’apparente : les critères supposés coextensifs de cette définition ne se superposent en réalité que très imparfaitement. Cette interprétation est toutefois adoptée dans un grand nombre de travaux et tend de nouveau à occulter les logiques propres aux activités informelles. Au plan théorique, le « problème » de l’informalité fait de plus l’objet de controverses entre économistes marxistes, y voyant l’effet du capitalisme sauvage dans les pays en développement, et économistes néolibéraux qui l’attribuent aux excès de législation (Candia, 2003). Les théories du secteur informel tendent alors à s’enfermer dans cette opposition, à moins que, comme l’a souligné plus tard Hart (2006), le concept ne soit simplement accusé d’occulter les mécanismes d’exploitation propres au mode de production capitaliste.

7Les théories de la dépendance, qui voient le jour en Amérique latine à partir de la fin des années 1940, constituent un troisième type d’approches. Si certaines de ces théories tiennent compte de la structure, complexe, des sociétés dites « périphériques » (notamment Cardoso et Faletto, 1978 [1974]), elles mettent surtout l’accent sur leur dépendance financière et commerciale vis-à-vis des pays dits « du centre » (Prebish, 1949 ; Singer, 1949). Ce faisant, elles montrent le « développement du sous-développement » selon l’expression d’André Gunder Frank (1972) et mettent en cause l’hypothèse fondatrice de réciprocité des avantages entre pays développés et en développement. Parallèlement, la prise de conscience des disparités, croissantes, entre pays en développement, rend de plus en plus inopérant le raisonnement sur un pays en développement type. La « décadence de l’économie du développement » (Hirschman, 1984) est alors inévitable. Elle coïncide avec l’abandon, au tournant des années 1980, des politiques volontaristes et l’adoption, dans le contexte des crises des dettes publiques extérieures, de plans de stabilisation financière et d’ajustement structurel. Au plan académique, deux principales options se dessinent alors : un mono-économisme consistant en l’application de théories orthodoxes à l’ensemble des pays dits désormais « du Sud » ; ou des approches spécifiques cherchant à rendre compte des pratiques économiques non assimilables à l’économie capitaliste dans différents contextes. L’approche latino-américaine de l’économie populaire s’inscrit dans cette seconde voie.

1.2. L’approche latino-américaine de l’économie populaire

  • 4  Notamment Razeto, 1984 ; Razeto et Calcagni, 1989 ; Larrachea et Nyssens, 1994 ; Coraggio, 1995 ; (...)
  • 5  On peut alors parler d’une économie populaire et solidaire, dans la mesure où ces groupes ou assoc (...)

8Élaborée par des sociologues et économistes latino-américains4 à partir des années 1980, cette approche se caractérise par l’attention portée aux dynamiques et à la cohérence interne des entités socio-économiques des secteurs ou groupes dits « populaires » de ces pays. D’un point de vue sociologique, cette approche part de la distinction entre ces groupes et les élites latino-américaines, en supposant des « cultures », des pratiques de production, d'échange et de financement et des modes de production articulés mais distincts. Pour les sociologues brésiliennes Ana Mercedes Sarria Icaza et Lia Tiriba, l’économie populaire désigne ainsi « l’ensemble des activités économiques et des pratiques sociales développées par les groupes populaires en vue de garantir, par l’utilisation de leur force de travail et des ressources disponibles, la satisfaction des besoins de base, autant matériels qu’immatériels » (Sarria Icaza et Tiriba, 2006, p. 259). Cette économie se caractérise par une finalité spécifique, la satisfaction des besoins de base ou, selon l’expression de José Luis Coraggio (1995), la « reproduction élargie de la vie ». Elle se fonde sur la valorisation du travail, grâce à « l’activation et la mobilisation économique du monde populaire » (Razeto, 1996, p. 10), plus que sur l’accumulation de capital. L’existence de capitaux, notamment sous forme d’équipements, dans certaines entités de l’économie populaire n’est évidemment pas exclue, mais ils ne sont pas déterminants dans les rapports de production. Les entités de l’économie populaire présentent par ailleurs des caractéristiques hétérogènes. Trois principaux types, correspondant à des tailles et à des degrés croissants d’organisation, peuvent être distingués : des initiatives individuelles de travailleurs indépendants ; des micro-entreprises familiales impliquant quelques personnes ; des groupes ou associations réunissant un plus grand nombre de personnes ou de familles (Razeto, 1996, pp. 12-13)5.

  • 6  Les statistiques du secteur informel urbain publiées par l’Organisation internationale du travail (...)
  • 7  La définition de l’économie populaire selon Ignacio Larrachea et Marthe Nyssens, à partir du cas c (...)

9Si l’approche, conceptuelle, de l’économie populaire prend forme durant les années 1980, ces entités n’apparaissent pas soudainement durant cette période. L’économie populaire assume des sens et des formes variables selon les espaces et les périodes historiques (Sarria Icaza et Tiriba, 2006), qui lui confèrent une plus ou moins grande visibilité. Jusqu’à la fin des années 1970, l’économie populaire est globalement occultée par la rhétorique de la modernisation et par la problématique de l’informalité. Les années 1980 marquent un tournant à la fois du point de vue des régulations macro-économiques et de la perception de l’économie populaire en Amérique latine. Dans l’ensemble de la région, le modèle d’industrialisation par substitution des importations est abandonné au profit de l’ouverture commerciale, de la mise en place de marchés et de la privatisation des entreprises. Un nouveau modèle d’accumulation de capital se met en place, dans lequel les entreprises privées occupent la place centrale (Rojas et Guaygua, 2003). Parallèlement, le capitalisme connaît une nouvelle phase de mondialisation, caractérisée par l’intégration économique et par l’ouverture financière (Aglietta, 1997). Dans ce cadre, l’économie populaire s’articule aux nouvelles structures de marché et aux entreprises capitalistes. Mais elle ne se dissout pas dans le mode de production capitaliste : le changement de modèle économique freine au contraire l’expansion de la société salariale, en même temps qu’il accélère l’urbanisation, entraînant finalement une extension de l’économie populaire6. L’existence et la persistance de cette économie deviennent alors évidentes pour de nombreux observateurs latino-américains, notamment dans les villes où se concentrent les secteurs populaires ne trouvant pas à s’employer dans les entreprises capitalistes7.

10L’approche de l’économie populaire permet de rendre compte de l’existence de ces entités, de leurs logiques et de leur adaptation aux contextes dans lesquels elles se déploient. À la différence des théories antérieures, cette approche ne propose pas d’explication générale du développement ou de la modernisation. Elle est donc plus modeste, mais elle permet également de mieux saisir les caractéristiques de la pauvreté au fondement des pratiques économiques des groupes populaires et leurs liens avec les processus de discrimination et de production des inégalités. Il s’agit dans ce cadre de comprendre, non plus la subordination ou l’évolution de l’économie populaire vers le mode de production capitaliste, mais la cohabitation et l’articulation entre différents modes de production et différentes logiques d’action.

  • 8  Certains textes de Polanyi (notamment le chapitre III de The livelihood of man [1977]) suggèrent l (...)
  • 9  Jean-Michel Servet propose ce terme pour éviter l’emploi de celui, polysémique, de marché. Il soul (...)
  • 10  Rappelons que, selon Karl Polanyi, les formes d’intégration de l’économie dans la société ne décou (...)

11L’approche de l’économie substantive de Karl Polanyi (1975 [1957], 1977) fournit un cadre adéquat pour une telle analyse. Polanyi identifie trois8 formes ou principes invariants selon lesquels les économies empiriques – soit l’ensemble des pratiques de production, d'échange et de financement – sont intégrées dans les sociétés : le principe d’échange marchand ou d’« échange-commutation »9 ; le principe de réciprocité ; et celui de redistribution. Ce cadre conceptuel possède une qualité fondamentale : il ne suppose pas l’évolution des économies empiriques vers une forme particulière d’intégration de l’économie dans la société. Il permet d’aborder la diversité des pratiques de production, d'échange et de financement présentes au sein de l’économie à partir de différents arrangements des trois formes d’intégration de l’économie. Pour cela, les structures institutionnelles qui soutiennent chacune de ces formes et par lesquelles les économies empiriques acquièrent récurrence, stabilité et efficacité sociétale doivent être analysées10. La question de l’articulation de l’économie populaire avec l’économie capitaliste et de son insertion dans les structures de marché se pose alors essentiellement en termes d’institutionnalisation, à différents niveaux, des formes d’intégration de l’économie.

1.3. Le cas bolivien

  • 11 Nous nous appuyons pour cela sur des recherches de terrain réalisées entre 2005 et 2007 en préparat (...)
  • 12  Données de l’Institut national de statistiques bolivien sur le marché du travail et sur l’incidenc (...)
  • 13  Selon les dernières estimations du PNUD, datant de 2002, ce coefficient s’élève à 60,1.
  • 14  Selon le recensement de 2001, plus de 60 % de la population bolivienne se reconnaît comme apparten (...)

12Cette contribution s’appuie sur le cas de la Bolivie pour illustrer l’intérêt de l’approche de l’économie populaire pour l’analyse des inégalités et de la pauvreté11. Trois principales raisons rendent ce cas particulièrement pertinent pour une telle analyse. Tout d’abord, l’économie populaire occupe en Bolivie, du fait de sa taille, une place significative par rapport à l’économie capitaliste et à l’économie publique. À titre d’estimation, environ sept dixièmes de la population tire son revenu de petites activités de commerce et de production et environ la même proportion de la population est considérée comme pauvre12. Dans le même temps, la répartition des revenus y est la plus inégalitaire du sous-continent selon la mesure par le coefficient de Gini13, ce qui ne constitue que la manifestation la plus visible de mécanismes d’exclusions multiples reposant sur la discrimination ethnico-culturelle de la population dite « indigène »14. Enfin, des mouvements sociaux critiquant le « néolibéralisme » se sont structurés depuis les années 1990, menant à l’élection, le 18 décembre 2005, de l’ancien leader des producteurs de coca, Evo Morales, et faisant de la Bolivie un pays où la validité des formes populaires d’organisation économique est actuellement vivement revendiquée.

2. Organisations de l’économie populaire, pauvreté et inégalités

13En se basant sur le cas de deux organisations, cette deuxième section propose une analyse à micro-échelle de l’économie populaire bolivienne. Cette échelle d’observation permet de mettre en évidence les logiques d’émergence et de fonctionnement de ces organisations, notamment au travers de leur insertion dans des dispositifs institutionnels, ainsi que les liens établis par les acteurs entre la pauvreté et les inégalités.

2.1. Des organisations d’économie populaire

14L’Association artisanale bolivienne « Señor de Mayo » et le Centre de promotion et de formation des femmes aymaras « Tika Tanka » (CPFOMAT) sont deux organisations de l’économie populaire bolivienne nées lors du changement de modèle économique des années 1980. La première, l’association Señor de Mayo, voit le jour entre 1987 et 1989 à El Alto, ville attenante à La Paz que la migration soutenue des paysans et des mineurs de l’Altiplano commence alors à transformer en zone périurbaine sinistrée. Après avoir bénéficié d’une formation en tissage octroyée par une ONG locale, CEMTA, une centaine de nouveaux citadins sans emploi, en grande partie des femmes, se constituent en groupes de production, eux-mêmes rassemblés en association. Les « leaders » de chaque groupe, désignés comme tels par les membres, ont pour tâche de « trouver des matières premières » (sacar materia prima) pour démarrer la production. Les membres apportent les moyens de production – de simples aiguilles à tricoter – à titre individuel et « mettent seulement leur travail » (solo ponen su trabajo). L’accès à l’association se veut ouvert à toute personne du quartier ou de la ville disposée à apprendre le métier en mettant « de l’intérêt et de la motivation » (interés y ganas). Le travail est réalisé à domicile, chaque groupe se réunissant une fois par semaine pour distribuer les commandes et les matières premières, contrôler la qualité, l’améliorer par l’échange de connaissances et centraliser les produits finis. L’association a pour rôle de trouver des débouchés commerciaux et des financements pour des formations et des investissements collectifs.

  • 15  Environ 350 US $ en 2006.

15La seconde organisation, CPFOMAT, est active dans les communautés rurales de la municipalité de Comanche, dans la région de l’Altiplano au sud-ouest de La Paz (voir carte ci-dessous). L’incidence de la pauvreté y est bien plus élevée qu’à El Alto (67,2 % contre 39,7 % en 2004) et provient essentiellement de l’insuffisance des revenus agricoles. Au début des années 1980, CPFOMAT exécute des projets d’alimentation, de santé et d’éducation du Programme alimentaire mondial. Avec le soutien de Caritas bolivienne, il propose ensuite des formations en production artisanale devant permettre de créer de nouveaux revenus monétaires. Des « Centres productifs en artisanat » sont mis en place dans certaines communautés, constitués de groupes d’une quinzaine de femmes. De même que dans le cas de Señor de Mayo, l’accès à ces groupes se veut ouvert aux personnes désireuses d’y travailler. L’approvisionnement en matières premières – essentiellement de la laine de mouton et d’alpaga – est individuel ; il provient en partie de troupeaux familiaux et en partie de l’achat sur des foires locales. Le tissage se réalise au moyen de métiers à tisser, dont le coût est élevé15 et qui sont achetés collectivement grâce à des cofinancements d’organisations d’appui. La commercialisation et la recherche de fonds sont assurées par CPFOMAT.

Figure 1 : Incidence de la pauvreté extrême en Bolivie par section municipale

Figure 1 : Incidence de la pauvreté extrême en Bolivie par section municipale

Source : Institut national de statistiques de Bolivie, base de données « Objectifs du Millénaire pour le Développement » (2004).

  • 16  IFAT est un réseau international de producteurs, de magasins et d’opérateurs du commerce équitable (...)
  • 17  L’ensemble de ces chiffres concerne l’année 2006. L’estimation du revenu équivalent par jour de tr (...)

16Ces deux organisations connaissent des trajectoires différenciées. À partir des années 1990, Señor de Mayo consolide ses réseaux de commercialisation, notamment auprès de clients du commerce équitable membres d’IFAT16. Parallèlement, l’association développe une solide stratégie de relations institutionnelles avec des organisations d’appui. Mettant à profit la proximité avec la ville de La Paz, elle noue des contacts avec plusieurs ONG et fondations, minimisant de la sorte les relations de dépendance et les conditionnalités contraires à ses propres objectifs. Finalement, des relations stables s’établissent avec trois organisations dont les domaines d’appui, complémentaires, sont clairement définis : l’association suisse Chacaltaya remplit le rôle de conseiller et de promoteur commercial à l’étranger ; l’association catholique italienne AdGente assure le renforcement institutionnel et finance des infrastructures ; la fondation suisse Avina soutient la formation de leaders et de nouveaux producteurs. De manière transversale, l’ONG de coopération canadienne CECI met Señor de Mayo en relation avec des organisations sociales de ce pays, dont plusieurs deviennent ses clients. À El Alto, Señor de Mayo est considérée comme une initiative « de base » ayant connu un franc succès : ses produits sont vendus à l’étranger, elle compte environ 400 membres et dispose d’un édifice et d’équipements administratifs propres. Le revenu équivalent par jour de travail se situe autour de 1,5 US $, avec certaines variations selon les produits17. Ces revenus ne sont toutefois pas constants sur l’année, conduisant les producteurs à combiner leur travail pour Señor de Mayo avec de petites activités productives urbaines ou agricoles ; ils restent, pour la plupart, inférieurs à l’équivalent journalier du salaire minimum légal (2,5 US $ en 2006).

  • 18  Selon la même méthode d’estimation que pour Señor de Mayo (données de 2006).

17CPFOMAT ne bénéficie pas d’une stratégie aussi maîtrisée de commercialisation et de relations institutionnelles. Les produits sont proposés lors de foires artisanales locales, où les ventes sont faibles. Le financement des investissements, en particulier des métiers à tisser, est erratique et insuffisant dans la plupart des groupes. Dans la seconde moitié des années 1990, CPFOMAT bénéficie du fonds gouvernemental de promotion indigène « LIL Indígena ». Il permet de financer des investissements productifs, mais est limité dans le temps et les montants octroyés sont faibles. À la même époque, CPFOMAT entre en contact avec le Centre de développement intégral de la femme aymara (CDIMA). Située à El Alto, cette organisation bolivienne devient le principal soutien de CPFOMAT, constituant, de l’avis de ses dirigeantes, à la fois une « chance » et une « institution au-dessus d’eux ». CDIMA offre un appui global, allant de la formation technique à l’appui à la commercialisation et à la recherche de financements. Cette organisation est elle-même financée par la coopération norvégienne au développement, dont elle exécute des projets pluriannuels. Depuis 2003, un objectif central dans le domaine productif est l’amélioration de la qualité et l’accès au commerce équitable local et d’exportation. Le bilan est toutefois mitigé. En 2006, CPFOMAT compte environ 150 membres répartis en 12 groupes de production, mais les revenus sont faibles – entre 0,5 et 0,8 US $ par jour de travail pour la plupart des produits, atteignant 1,3 US $ dans le cas de châles élaborés en laine d’alpaga18– et irréguliers. La rentabilité des groupes n’est pas assurée et la dépendance vis-à-vis de CDIMA est forte.

2.2. Insertion aux structures de marché et rôle du cadre institutionnel

18Trois principaux enseignements peuvent être tirés de ces études de cas. En premier lieu, l’émergence de ces organisations repose sur la mobilisation du monde populaire, qu’il s’agisse des réseaux urbains parmi la population migrante d’El Alto ou des structures communautaires du monde rural. Leur fonctionnement se fonde sur la mise en valeur des savoir-faire locaux, en l’occurrence le tissage artisanal, afin de mitiger certains facteurs de la pauvreté – le chômage et le sous-emploi urbain dans le cas d’El Alto, l’insuffisance des revenus agricoles dans celui de Comanche. La valorisation du travail est affirmée au travers du principe de libre adhésion des personnes désireuses de rejoindre les groupes de production. Les investissements ne sont pas absents, mais les technologies employées sont globalement peu intenses en capital. Les équipements ou infrastructures les plus coûteux (métiers à tisser des groupes de CPFOMAT, bâtiment et équipement administratif de Señor de Mayo) sont acquis en propriété collective grâce à des cofinancements. Les rapports de production entre associés ne sont pas de type capitaliste. Ce fonctionnement, enfin, n’est pas transitoire : ces organisations poursuivent ce même modèle depuis une vingtaine d’années.

19En deuxième lieu, la pérennisation de ces organisations dépend de leur capacité à s’insérer aux structures de marché, tout en maintenant en leur sein d’autres formes d’intégration des pratiques économiques. La constitution de groupes de production rassemblés en associations, centres ou réseaux représente une constante de ce type d’organisations. Ils forment l’étayage micro-institutionnel sur lequel se greffent les pratiques économiques. Ainsi, des matières premières, des commandes, des savoir-faire, des équipements sont échangés ou partagés au sein des groupes et, parallèlement, centralisés et redistribués au niveau de l’association, du centre ou du réseau. Ces pratiques relèvent des deux principes, distincts et complémentaires, de réciprocité et de redistribution au sens de Karl Polanyi. Le principe de réciprocité pose la reconnaissance des interdépendances entre personnes, égales mais différentes et de ce fait complémentaires, au sein d’un tout social. Celui de redistribution, l’interdépendance de personnes de statuts différents et occupant de ce fait une position centrale ou au contraire périphérique au sein d’une structure sociale. Les organisations de l’économie populaire s’appuient à la fois sur des relations horizontales de complémentarité technique ou organisationnelle entre membres et sur des relations verticales autour des leaders qui assurent une centralisation nécessaire pour accéder à des débouchés commerciaux, à des financements et à des appuis. Cependant, ces organisations s’insèrent, afin notamment d’assurer leur approvisionnement en intrants et la vente de leurs produits, aux structures de marché dominées par le principe d’échange-commutation. Les modalités précises de cette insertion constituent un déterminant de leur capacité à assurer des revenus stables et d’un niveau adéquat à leurs membres : alors que Señor de Mayo a diversifié sa clientèle, y compris à l’étranger, et a accès à des modalités de commerce équitable, CPFOMAT commercialise ses produits sur les foires locales où les ventes sont irrégulières et les rémunérations, faibles.

20Toutefois, les différences de revenus ne proviennent pas uniquement de la plus ou moins grande habileté des leaders à positionner leurs organisations au sein de niches de marché. Plus profondément, et c’est là le troisième enseignement de ces études de cas, la capacité des organisations de l’économie populaire à s’insérer favorablement dans les structures de marché dépend de l’institutionnalisation des formes d’intégration de l’économie dans des dispositifs dont le niveau les dépasse. Les organismes de commerce équitable constituent l’un de ces dispositifs. Ils articulent l’échange-commutation entre organisations de producteurs en concurrence pour l’accès à ces débouchés et cherchant eux-mêmes à diversifier leur clientèle avec la réciprocité et la redistribution au travers de la discrimination positive des petits producteurs du Sud par les consommateurs. Les organisations d’appui à l’économie populaire représentent un second type, plus général, de ces dispositifs : elles permettent aux producteurs de s’insérer plus favorablement aux structures de marché grâce aux ressources qu’elles leur redistribuent. Dans les deux cas, la possibilité pour les acteurs de l’économie populaire d’influer sur ces dispositifs est limitée.

2.3. Les organisations d’appui à l’économie populaire, la pauvreté et les inégalités

  • 19  Au moment de l’enquête en 2005-2007 ; les objectifs des organismes d’appui ont toutefois pu évolue (...)
  • 20  Bruno Lautier (2001) a montré comment dans le discours de la Banque mondiale, principal promoteur (...)

21Les organisations d’appui occupent donc une place significative dans le cadre institutionnel permettant le déploiement de l’économie populaire au sein des structures de marché. Elles se composent, dans le cas bolivien, d’organismes liés à la coopération internationale, et, dans une moindre mesure, de structures gouvernementales et d’œuvres religieuses. La réduction de la pauvreté constitue l’objectif-cadre de ces organisations19, qui rejoignent sur ce plan très général les acteurs de l’économie populaire. Cependant, les diagnostics posés par les acteurs de l’économie populaire et par les organisations d’appui divergent. Pour les premiers, les discriminations ethnico-culturelles sont la principale cause de pauvreté en Bolivie : elles engendrent des structures sociales inégalitaires permettant l’exploitation des « petits producteurs indiens » de l’économie populaire par « l’oligarchie ». Selon cette analyse, l’oligarchie, au pouvoir jusqu’à l’élection d’Evo Morales, a promu des structures de marché et des régulations macro-économiques favorisant les détenteurs de capitaux au détriment des secteurs populaires. En corollaire, les entités de l’économie populaire ont dû se tourner vers les organisations de la coopération internationale pour obtenir des appuis, généralement ponctuels et soumis à conditions, mais indispensables à leur fonctionnement. Quant aux organisations de la coopération internationale, elles affichent une analyse essentiellement technique et dépolitisée20 de la pauvreté, considérée comme le résultat d’une compétitivité insuffisante des micro-entreprises et autres unités de production de bas niveau de capitalisation. Il s’ensuit que leur accès aux marchés et leur productivité doivent être améliorés, par la mise en relation avec de nouveaux clients, la prise en charge de certains coûts de commercialisation, de certains investissements et de formations techniques. Les régulations macro-économiques et les structures marchandes ne sont donc pas mises en cause, mais la redistribution de ressources doit améliorer l’intégration des entités de l’économie populaire à ces structures. La réduction des inégalités apparaît alors comme le résultat, mathématique, de celle de la pauvreté.

22De tels dispositifs d’appui peuvent effectivement contribuer à pérenniser certaines organisations d’économie populaire, comme l’illustre le cas de l’association Señor de Mayo. Cependant, les modalités pour y accéder peuvent accroître les inégalités au sein de l’économie populaire, en favorisant les entités qui sont déjà les plus consolidées. Globalement, le paradigme de l’aide au développement depuis les années 1990 se fonde sur l’hypothèse que la proximité avec les populations bénéficiaires permet une plus grande adéquation avec leurs besoins et ainsi une plus grande efficience dans l’utilisation des moyens à disposition. Le travail direct avec les populations du Sud est donc privilégié sur celui avec les États (Corsino, 1997). À cette fin, les organismes de coopération mettent en place des partenariats multiples, contractant des ONG de leur propre pays ou du pays bénéficiaire, qui à leur tour exécutent leurs programmes au travers d’organisations de base dites « de contrepartie ». Dans ce schéma, les maillons successifs de la chaîne de la coopération se financent en assumant divers contrats d’exécution.

23Une conséquence de ce type de schéma est la multiplicité des objectifs des dispositifs d’appui, que l’objectif-cadre de réduction de la pauvreté, extrêmement large, peut difficilement rendre cohérents. Bien plus, le caractère multidimensionnel et l’extension de la pauvreté en Bolivie laissent des degrés d’interprétation considérables à chaque maillon de la chaîne. Du point de vue des acteurs de l’économie populaire, la coopération internationale et ses organisations connexes se présentent comme une nébuleuse dans laquelle il s’agit de trouver des portes d’entrée. Un grand nombre de ces organisations privilégie de plus les mécanismes de marché pour délivrer leurs appuis, y voyant un mode d’allocation de leurs ressources plus efficace que le ciblage direct des bénéficiaires. Le profil effectif des bénéficiaires et l’impact des appuis sont alors rarement évalués, ne serait-ce qu’en raison des coûts engendrés. Cependant, les capacités requises pour accéder à ces dispositifs sont considérables, en termes d’organisation, de temps, d’accès à l’information et de disponibilité de fonds nécessaires aux cofinancements. Parmi les quelque sept dixièmes de la population bolivienne vivant sous la ligne de pauvreté, ces capacités sont d’autant plus grandes que l’on se rapproche de cette ligne. Les difficultés de CPFOMAT à accéder à des dispositifs d’aide à la commercialisation montrent comment des conditions de départ défavorables ont des effets cumulatifs sur les inégalités et sur la pauvreté. De manière générale, les restrictions propres au milieu rural bolivien, dues à la faible diversification productive et aux coûts élevés de transaction, conjuguées à celles des organisations de femmes, découlant notamment de leur moindre éducation formelle et du temps absorbé par le travail domestique, limitent fortement l’accès à ces dispositifs pour les fractions les plus pauvres de la population.

24L’observation à micro-échelle des entités de l’économie populaire et de leurs organisations d’appui mène donc à une double conclusion. Premièrement, les organisations d’appui peuvent jouer un rôle positif dans la consolidation de certaines organisations de l’économie populaire en améliorant leur insertion aux structures de marché. Cependant, les modalités d’accès à ces appuis sont restrictives pour les entités de l’économie populaire en plus grande difficulté. Les mesures de réduction de la pauvreté peuvent donc, paradoxalement, augmenter les inégalités au sein de l’économie populaire. Deuxièmement, les organisations d’appui, liées pour la plupart à la coopération internationale au développement, ne mettent pas en cause les régulations macro-économiques pouvant entraver le développement de l’économie populaire. Une analyse complémentaire de ces régulations, par une observation à macro-échelle, est donc nécessaire pour situer l’économie populaire dans son contexte d’ensemble.

3. L’économie populaire et les régulations macro-économiques

25Les régulations macro-économiques depuis le début du Plan d’ajustement structurel en 1985 ont ménagé une place changeante à l’économie populaire bolivienne. Elles ont été forgées non seulement par les gouvernements, mais aussi par les organismes de coopération internationale, notamment multilatéraux, jouissant d’une forte influence dans le pays. Les régulations affectant l’économie populaire dépendent en grande partie de l’articulation établie par ces acteurs entre l’économique et le social autour de l’équilibre entre deux variables clefs : l’efficience et l’équité. L’efficience fait essentiellement référence à l’optimisation des moyens engagés, notamment dans les processus de production ; l’équité pose la question du niveau d’inégalités soutenable du point de vue de la justice et de la stabilité sociales. Depuis 1985, plusieurs formes de compromis entre ces deux variables se sont succédé en Bolivie, déterminant finalement trois grandes périodes : de 1985 à la réforme administrative de 1994 ; de 1994 à la chute du gouvernement de Sánchez de Lozada en 2003 et à l’élection d’Evo Morales fin 2005 ; et l’« ère Morales » depuis 2006.

3.1. 1985-1994 : marché et privatisation

26La première phase, qui s’étend de 1985 à 1994 environ, correspond à la mise en place d’une économie « de marché » en Bolivie. Entre 1982, date du retour à des gouvernements élus, et 1985, le pays traverse une crise marquée par la récession économique, la cessation de paiement de la dette publique extérieure, puis l’hyperinflation. Dans ce contexte, la Nouvelle Politique Économique, qui signe le début de l’ajustement structurel, est adoptée par décret présidentiel et avec le soutien des Institutions financières internationales et des agences de coopération bilatérale dont les gouvernements siègent au Club de Paris. Le marché, combiné à la propriété privée des moyens de production, apparaît alors comme le mécanisme non seulement le plus efficient, mais aussi le plus équitable pour l’allocation de l’ensemble des ressources. En conséquence des structures de marché sont progressivement mises en place pour les échanges de marchandises, de main-d'œuvre, de capitaux, puis de ressources naturelles, notamment en hydrocarbures. Cette vision ne se cantonne pas, durant cette première phase, à quelques technocrates ou à la classe politique. Elle se diffuse dans la société au point que, au milieu des années 1990, des sociologues boliviens estiment que « les systèmes d’action et d’interrelation sociale [des travailleurs de l’économie « informelle »] ont désormais pour scénario non plus l’État ou le politique, mais le marché » (Calderón et Laserna, 1995, p. 52).

27Jusqu’au début des années 1990, les bons résultats des indicateurs macro-économiques, en particulier la maîtrise de l’inflation, suffisent à affirmer le succès de cette politique. Dans ce cadre, les politiques sociales apparaissent comme des formes d’intervention de l’État menaçant l’efficience des marchés et devant donc être minimisées. Entre 1985 et 1989, seul fonctionne, et avec de nombreuses limitations, un Fonds national d’urgence pour la création d’emplois temporaires (Instituto Prisma, 2000). Durant cette période, les agences officielles bilatérales et multilatérales consacrent plus de 80 % de leurs ressources au programme d’ajustement et à l’aide à la balance des paiements. Les quelques 20 % restants, correspondant à moins de 50 millions US $, représentent pourtant plus de 65 % de « l’investissement social » du gouvernement bolivien (Gondrie et al., 1993, p. 30). Ainsi, les institutions et les régulations macro-économiques mises en place durant cette période ne prévoient pas de place spécifique pour l’économie populaire. Les soutiens reçus par certaines entités, en général les groupements ou associations, sont essentiellement privés, provenantd’ONG, de fondations nationales ou internationales d’assistance sociale ou d’œuvres religieuses.

  • 21  Tel que défini par les statisticiens de l’Organisation internationale du travail et des Instituts (...)

28Les profondes transformations dans la distribution des richesses provoquées par le passage à l’économie de marché ne sont connues que de manière fragmentaire. La médiatisation de la situation préoccupante de certains groupes sociaux – en particulier les quelques 23 000 mineurs syndicalisés de l’entreprise étatique COMIBOL licenciés en 1985 –tend à occulter la détérioration des revenus d’autres catégories moins visibles, comme les paysans de l’Altiplano et les travailleurs du secteur informel urbain21. À partir de la seconde moitié du mandat présidentiel de Jaime Paz Zamorra (1989-93), la persistance des problèmes dits « sociaux » – la pauvreté et les inégalités – et l’incapacité des mécanismes de marché à les résoudre deviennent patentes. Premier pas d’un processus de remise en cause des relations entre efficience et équité, le gouvernement, soutenu par les organisations internationales, tente alors de promouvoir la participation des plus pauvres au marché en améliorant leur « capital humain » en santé et en éducation. Toutefois, cette politique, qui reste conforme au paradigme du marché, ne bénéficie que de faibles moyens et reste sans effet notable.

3.2. 1994-2005 : les secteurs populaires comme acteurs économiques… de seconde classe

  • 22  Notamment la loi n° 1182 du 17 septembre 1990 sur les investissements étrangers et la loi n° 1689 (...)

29En 1994-1995, une importante réforme administrative, comprenant comprend des lois de Participation populaire, de Décentralisation et de Municipalisation, marque une nouvelle étape dans l’évolution de la vision gouvernementale des liens entre efficience et équité. Elle introduit un découpage du territoire bolivien en municipalités, qui deviennent le niveau privilégié de conception et d’application de politiques de développement dit « local ». Le bilan de cette réforme est complexe. D’une part, elle permet au gouvernement central de gagner un contrôle inédit sur l’ensemble du territoire (Lavaud, 2001). D’autre part, elle entraîne une redistribution considérable de ressources fiscales en faveur des municipalités les plus pauvres, notamment rurales. Les nouvelles politiques de développement local renforcent de plus certaines organisations de producteurs par des partenariats dits « public-privé » avec les municipalités et avec des organismes de la coopération internationale. Deux grandes nouveautés se dégagent finalement : premièrement, l’équité est désormais pensée comme une variable nécessitant l’intervention de l’État, même si elle se réduit pour l’heure à une redistribution fiscale entre municipalités. Deuxièmement, les organisations de l’économie populaire, mais non en général les initiatives individuelles et les micro-entreprises familiales isolées, sont élevées au rang de sujets de politiques économiques. Néanmoins, cet intérêt subit du gouvernement pour l’économie populaire ne doit pas occulter que les entrepreneurs capitalistes restent ses principaux alliés politiques et les bénéficiaires de mesures toujours plus radicales de dérégulation de l’économie22 visant à encourager les investissements nationaux et étrangers.

30Par ailleurs, la Bolivie accède en 1997 à l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés. L’objectif de réduction de la pauvreté, auquel les ressources d’allègement de la dette sont subordonnées, devient une nouvelle variable des politiques économiques et sociales. D’un côté, les politiques nées de cette Initiative renforcent certains acquis de la réforme de 1994-1995 : reconnaissance de la contribution des entités de l’économie populaire, notamment cette fois des micro-entreprises, au produit intérieur et, partant, appui à l’amélioration de leur compétitivité; participation des représentants d’organisations de l’économie populaire à des Dialogues nationaux (1997, 2000, 2003) définissant les priorités pour l’emploi de ces fonds. Dans la pratique toutefois, la difficulté à mettre en place des politiques pour l’économie populaire, alliée au manque de volonté politique, font qu’une grande partie des ressources bénéficie finalement aux moyennes et grandes entreprises, créatrices de la majeure partie du produit intérieur mais seulement d’une faible proportion de l’emploi (Farah, 2003). Au-delà du discours, les producteurs de l’économie populaire restent donc des acteurs économiques de seconde classe, alors que les politiques sociales continuent d’être strictement encadrées par le principe de non-affectation de l’efficience des marchés.

3.3. Depuis 2006 : une place pour les secteurs populaires dans une économie « mixte » ?

31En 2003, une nouvelle Stratégie de réduction de la pauvreté commence à être élaborée, qui affiche pour objectif la mise en place d’un modèle de croissance « de base large », incluant les secteurs populaires. Elle est interrompue par un violent mouvement de protestation de ces mêmes secteurs, connu comme la « guerre du Gaz », contre la politique « néolibérale » du gouvernement de Sánchez de Lozada. Celui-ci est forcé à l’exil, alors que s’ouvre une période d’instabilité politique qui débouche finalement sur l’élection à la présidence d’Evo Morales, en décembre 2005. L’exploitation du gaz naturel devient alors la thématique centrale à partir de laquelle le gouvernement Morales remet en cause le modèle d’économie de marché et d’accumulation privée du capital des deux décennies précédentes : il l’accuse de conduire à la captation de l’excédent économique par les entreprises capitalistes, notamment transnationales, et de se fonder, à l’intérieur du pays, sur des rapports historiques d’exploitation, dont le néolibéralisme constituerait le dernier avatar. Dans ce cadre, les politiques de réduction de la pauvreté sont considérées comme une compensation, par nature insatisfaisante, d’un modèle inéquitable. Ce diagnostic appelle une transformation radicale des institutions et des politiques économiques et sociales.

  • 23  Données de l’Unité d’analyse de politiques sociales et économiques du gouvernement bolivien (UDAPE (...)

32La « récupération » de la propriété des hydrocarbures et leur industrialisation constituent la pièce maîtresse du Plan de développement du gouvernement Morales. En 2006, le gouvernement nationalise les ressources en hydrocarbures, dégageant d’importants revenus qui alimentent le budget et les investissements publics. Inférieurs à 600 millions US $ par an jusqu’en 2005, ces investissements passent à 762 millions US $ en 2006, 1 104 en 2007, puis 1 407 en 2008 et 1 871 prévus pour 200923. Ils sont destinés à la construction d’infrastructures, à la transformation des ressources naturelles, à la création d’entreprises mixtes et à l’encouragement des formes associées de production et des organisations de propriété collective. L’ensemble de ces mesures a pour finalité la diversification de l’économie par la mise en place, orchestrée par le gouvernement, d’une nouvelle « Matrice productive » devant inclure les secteurs populaires. La construction d’infrastructures, notamment routières, doit ainsi favoriser « l’intégration physique, sociale, culturelle et économique du pays » en donnant aux « acteurs productifs » les infrastructures nécessaires pour « développer leurs activités » (Ministerio de Planificación y Desarrollo de Bolivia, 2006, p. 160). La transformation des ressources naturelles, par différents modèles d’investissement incluant des entreprises mixtes, doit assurer la base de la Matrice productrice par un processus d’accumulation du capital contrôlé par l’État et devant créer des emplois. Enfin, le renforcement des « unités, associations et communautés de producteurs de bas niveau de développement » par des projets gouvernementaux permettant « l’accès aux technologies modernes, l’assistance technique, la dotation en services financiers et de normalisation, certification et accréditation de qualité » doit assurer leur inclusion dans cette Matrice (ibid., p. 146).

33Les principes d’efficience et d’équité trouvent dans ce modèle une articulation radicalement nouvelle : ils ne sont plus considérés comme le résultat d’une politique économique et de mesures sociales séparées, mais sont supposées découler de l’inclusion des secteurs populaires dans la nouvelle Matrice productive du pays. De la sorte, ces secteurs doivent bénéficier de nouveaux revenus permettant de réduire les inégalités socio-économiques et la pauvreté tout en contribuant à une plus grande efficience de l’économie dans son ensemble. Au niveau macro-institutionnel, ce nouveau modèle peut être décrit comme celui d’une économie mixte, sur le plan des formes de propriété, à la fois privées et étatiques, et des formes d’intégration de l’économie. Les structures de marché existantes sont désormais censées s’articuler aux schémas de redistribution initiés par le gouvernement ainsi qu’aux logiques réciprocitaires et redistributives des organisations de producteurs fondées sur la propriété collective. Ce modèle ménage une place potentielle d’une ampleur sans doute inédite à l’économie populaire bolivienne en proposant un cadre macro-institutionnel cohérent avec ses principes de fonctionnement. Les effets possibles sur la réduction des inégalités socio-économiques et ainsi de la pauvreté sont considérables. Dans le même temps, ce modèle comporte des risques de particularisme, notamment dans le choix des bénéficiaires des politiques redistributives, pouvant induire de nouvelles formes d’iniquité déjà dénoncées par l’opposition. Le clientélisme ainsi que les erreurs inhérentes à la planification peuvent de plus affecter négativement l’efficience de la nouvelle politique économique.

Conclusion

34À partir du cas de la Bolivie, cet article a cherché à montrer la pertinence d’une approche socioéconomique non évolutionniste de la pauvreté et des inégalités. Une telle approche conduit, dans le contexte latino-américain, à distinguer les logiques d’action et les pratiques économiques des secteurs populaires de celles des élites et à étudier l’insertion de ces pratiques, changeante selon les lieux et les époques, dans la société. Cette insertion s’appuie sur des institutions de différents niveaux et faisant intervenir différents types d’acteurs, y compris ceux, étrangers, liés à la coopération internationale au développement. Dans ce cadre d’analyse, la pauvreté n’est pas attribuée a priori à un stade de développement inférieur de l’économie populaire par rapport au mode de production capitaliste, ni à des effets néfastes du capitalisme ou des marchés. De tels effets peuvent exister, du fait notamment de la création d’inégalités socio-économiques et de pauvreté par divers mécanismes de discriminations et d’exclusion, mais ils doivent être établis de manière spécifique. L’analyse du cas bolivien depuis les années 1980 suggère ainsi qu’une cause de l’incidence particulièrement élevée de la pauvreté dans ce pays réside dans un cadre institutionnel excluant les secteurs populaires : deux décennies de promotion de l’échange-commutation, au travers de la création de structures de marché, et de régulations favorisant la propriété privée, n’ont pas permis l’inclusion de cette partie de la population dans les dynamiques de développement. Les inégalités socio-économiques entre élites et secteurs populaires ainsi qu’au sein de ces secteurs ne se sont pas résorbées, voire se sont creusées, y compris sous l’effet de nouvelles modalités d’appui à ces secteurs. Une partie, majoritaire, de la population, continue de vivre sous le seuil de pauvreté. En régime démocratique, une telle situation appelle, à court ou à long terme, un changement politique. La montée de la critique sociale du « néolibéralisme » et l’arrivée au pouvoir de gouvernements « de gauche » dans la plupart des pays latino-américains ces dernières années incarnent ce changement. En Bolivie, l’élection d’Evo Morales a pour principal enjeu la mise en place d’un cadre institutionnel pluriel, permettant le développement d’entités économiques populaires fondées sur des formes d’intégration de l’économie et des modes de production non capitalistes. Ces nouvelles configurations latino-américaines demandent à être analysées du point de vue du rapport de force politique entre élites et secteurs populaires, ainsi qu’entre différents courants au sein de ces secteurs.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1997), Régulation et crise du capitalisme, Paris, Odile Jacob.

Calderón F. et Laserna R. (1995), Paradojas de la Modernidad. Sociedad y cambios en Bolivia, La Paz, CERES.

Candia J. M. (2003), « Sector informal ¿treinta años de un debate bizantino? », Nueva Sociedad, 186, 36-45.

Cardoso F. et Faletto E. (1978 [1974]) (éd.), Dépendance et développement en Amérique latine, Paris, PUF.

Coraggio J. L. (1995), Desarrollo humano, economía popular y educación, Buenos Aires, IEAS.

Corsino D. (1997), « La part des ONG dans la coopération internationale », Alternatives Sud, 4 (IV), 35-59.

Farah I. (2003), « Incorporación de la perspectiva de género en la Estrategia Boliviana de Reducción de la Pobreza », in Berger S. (éd.), Inequidades, pobreza y mercado de trabajo: Bolivia y Perú, Lima, OIT.

Frank A. G. (1972), Le développement du sous-développement : l'Amérique latine, Paris, F. Maspero.

Gannagé E. (1962), Économie du développement, Paris, PUF.

Gondrie P. et al. (1993), Políticas sociales y ajuste estructural. Bolivia 1985-93, La Paz, CID, COTESU, MCTH.

Hart K. (1973), « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, 11, 61-89.

Hart K. (2006), «Informal Economy», www.thememorybank.co.uk (accès: 13 octobre 2006).

Hillenkamp, I. (2009), «Formes d’intégration de l’économie dans les démocraties de marché : une théorie substantive à partir de l’étude du mouvement d’économie solidaire dans la ville d’El Alto (Bolivie)», Thèse de doctorat en études du développement, Université de Genève, Institut des hautes études internationales et du développement.

Hirschman, A. O. (1984), L'économie comme science morale et politique, Paris, Gallimard.

Instituto Prisma (2000), Las políticas sobre la pobreza en Bolivia. Dimensiones políticas y resultados (1985-1999), La Paz, Plural.

Larraechea I. et Nyssens M. (1994), «L'économie solidaire, un autre regard sur l'économie populaire au Chili», in Laville J.-L. (éd.), L'économie solidaire. Une perspective internationale, Paris, Desclée de Brouwer, 177-222.

Lautier B. (2001). « Sous la morale, la politique : la Banque Mondiale et la lutte contre la pauvreté », Politique africaine, 82, 169-176.

Lavaud J.-P. (2001), « Municipalisation et participation populaire en Bolivie », Cahier du GEMDEV, 27, 113-122.

Lewis A. (1954), «Economic Development with Unlimited Supplies of Labor», Manchester School of Economic and Social Studies, 22, 139-91.

Ministerio de Planificación y Desarrollo de Bolivia (2006), Plan Nacional de Desarrollo, La Paz.

Nurkse R. (1962 [1953]), Problems Of Capital Formation In Underdeveloped Countries, Oxford, Blackwell.

Núñez O. (1995), La economía popular, asociativa y autogestionaria Managua, CIPRES.

OIT (1972), Employment, Incomes, and Equality : A Strategy for Increasing Productive Employment in Kenya, Geneva, ILO.

Polanyi K. (1975 [1957]), « L’économie comme procès institutionnalisé », in Polanyi K. et Arensberg C. M. (éds.), Les systèmes économiques dans l'histoire et dans la théorie, Paris, Larousse université.

Polanyi K. (1977), The livelihood of man, New York, San Francisco, London, Academic Press.

Prebisch R. (1949), The Economic Development of Latin America and its Principal Problems, ECLAC General Assembly, La Habana, juin 1949.

Razeto L. (1984), Economía de solidaridad y Mercado democrático, libro primero, Santiago de Chile, PET.

Razeto L. (1996), Los Caminos de la Economía de Solidaridad, Buenos Aires, Lumen-Humanitas.

Razeto L. et Calcagni R. (1989), Para un proyecto de desarrollo de un sector de economía popular de solidaridad y trabajo, Santiago de Chile, PET/ TPH.

Rojas B. et Guaygua G. (2003), El empleo en tiempo de crisis, Avances de Investigación, 24, La Paz, CEDLA.

Rossel P. et Rojas B. (2000), Ser Productor en El Alto, La Paz, CEDLA.

Sarria Icaza A. M. et Tiriba L. (2006), «Économie populaire», in Laville J.-L. et Cattani A. D. (éds.), Dictionnaire de l'autre économie, Paris, Gallimard, 258-268.

Servet J.-M. (2007a), «Le principe de réciprocité chez Karl Polanyi. Contribution à une définition de l'économie solidaire», Revue Tiers Monde, 190, 255-273.

Servet J.-M. (2007b), «Les illusions des "Objectifs du millénaire"», in Lafaye de Michaux E., Mulot É. et Ould-Ahmed P. (éds.), La fabrique institutionnelle et politique des trajectoires de développement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 63-88.

Singer H. (1949), The Distribution of Gains between Investing and Borrowing Countries, Meeting of the American Economic Association, décembre 1949.

Singer P. (2000), « Economía dos setores populares: proposta e desafio », in Kraychete G. et Costa L.B. (éd.), Economia dos setores populares: entre a realidade e a utopia, Brasil, Vozes.

Thiele R. (2003), « The social impact of structural adjustment in Bolivia », Journal of International Development, 3 (15), 299-320.

Tomas, Jim (2002), Decent Work in the Informal Sector: Latin America, Geneva, ILO.

Haut de page

Notes

1  Ces trois cadres ne constituent pas une revue de l’ensemble des théories du développement, mais seulement un axe de lecture permettant de situer l’apparition de l’économie populaire. L’analyse des articulations entre ces cadres s’appuie sur des éléments du cours d’économie du développement donné par Jean-Michel Servet à l’Institut universitaire d’études du développement à Genève entre 2005 et 2008.

2  Une première version de l’article fondateur de Hart, paru en 1973, a été présentée dès 1971 (Conference on Urban Employment in Africa, Institute of Development Studies,université de Sussex, septembre 1971). L’adoption du concept par l’OIT en 1972 est donc bien postérieure.

3  « Définitions statistiques et opérationnelles du secteur informel », www.ilo.org/public/english/employment/skills/informal/who.htm.

4  Notamment Razeto, 1984 ; Razeto et Calcagni, 1989 ; Larrachea et Nyssens, 1994 ; Coraggio, 1995 ; Núñez, 1995 ; Singer, 2000.

5  On peut alors parler d’une économie populaire et solidaire, dans la mesure où ces groupes ou associations reposent sur des interdépendances recherchées et reconnues comme telles par leurs membres. Toute entité d’économie populaire n’est cependant pas nécessairement solidaire – ce n’est pas le cas des initiatives individuelles ni des micro-entreprises familiales en général – de sorte que la solidarité n’est pas un critère distinctif de l’économie populaire, mais un attribut de certaines de ses entités.

6  Les statistiques du secteur informel urbain publiées par l’Organisation internationale du travail donnent une idée de cette extension : la taille de ce secteur, en chiffres absolus et en proportion des emplois, s’est accrue durant les années 1980 et 1990 dans la plupart des pays latino-américains (Tomas, 2002).

7  La définition de l’économie populaire selon Ignacio Larrachea et Marthe Nyssens, à partir du cas chilien, fait explicitement référence au cadre urbain : « l’ensemble des activités économiquesorganisées par les "pobladores" » (Larrachea et Nyssens, 1994, p. 190), c'est-à-dire par les habitants des périphéries urbaines.

8  Certains textes de Polanyi (notamment le chapitre III de The livelihood of man [1977]) suggèrent l’existence d’une quatrième forme liée à la domesticité et au partage. Nous nous concentrons ici sur les trois formes « classiques » auxquelles Polanyi se réfère dans la plupart de ses textes.

9  Jean-Michel Servet propose ce terme pour éviter l’emploi de celui, polysémique, de marché. Il souligne ainsi que les parties prenantes à ce type d’échange sont virtuellement « commutables » ou subsituables entre elles durant l’échange (Servet, 2007a).

10  Rappelons que, selon Karl Polanyi, les formes d’intégration de l’économie dans la société ne découlent pas d’attitudes ou de comportements individuels, mais du type de structures institutionnelles, symétriques, centralisées, ou fondées sur des marchés créateurs de prix, qui encadrent le processus économique.

11 Nous nous appuyons pour cela sur des recherches de terrain réalisées entre 2005 et 2007 en préparation d’une thèse de doctorat (Hillenkamp, 2009). Elles comprennent notamment des études de cas approfondies de 25 organisations d’économie populaire, ainsi que divers entretiens auprès de représentants du gouvernement bolivien et de la coopération internationale au développement.

12  Données de l’Institut national de statistiques bolivien sur le marché du travail et sur l’incidence de la pauvreté (chiffres de 2003).

13  Selon les dernières estimations du PNUD, datant de 2002, ce coefficient s’élève à 60,1.

14  Selon le recensement de 2001, plus de 60 % de la population bolivienne se reconnaît comme appartenant à un groupe indigène, les deux principaux groupes étant les aymaras et les quechuas.

15  Environ 350 US $ en 2006.

16  IFAT est un réseau international de producteurs, de magasins et d’opérateurs du commerce équitable spécialisé dans l’artisanat.

17  L’ensemble de ces chiffres concerne l’année 2006. L’estimation du revenu équivalent par jour de travail se fonde sur les prix de vente et sur les coûts de production indiqués par l’association.

18  Selon la même méthode d’estimation que pour Señor de Mayo (données de 2006).

19  Au moment de l’enquête en 2005-2007 ; les objectifs des organismes d’appui ont toutefois pu évoluer depuis sous l’effet du changement de gouvernement en Bolivie et du contexte international. Nous y revenons à la fin de la troisième section.

20  Bruno Lautier (2001) a montré comment dans le discours de la Banque mondiale, principal promoteur des politiques de lutte contre la pauvreté depuis les années 1990, la pauvreté est constituée en problème moral, déconnecté de ses causes politiques et de ses liens avec les inégalités, hormis lorsque ces dernières apparaissent comme un frein à la croissance. Un prolongement et une actualisation de cette critique dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement peuvent être trouvés dans Servet (2007b).

21  Tel que défini par les statisticiens de l’Organisation internationale du travail et des Instituts nationaux (voir première section). Rainer Thiele (2003), s’appuyant sur les données de l’Institut national de statistiques de Bolivie, souligne ainsi que les revenus réels des travailleurs du secteur formel urbain ont connu des hausses substantives (respectivement +58,1 % et +26,9 %) entre 1989 et 1999, alors que ceux des travailleurs à leur compte, majoritaires, stagnaient (+2,3 %), voire connaissaient des baisses réelles considérables certaines années. Cet auteur souligne par ailleurs que les termes de l’échange internes rural-urbain ont connu une chute de 20 % au détriment des agriculteurs lors de la première année de l’ajustement structurel, qui n’avait pas été récupérée jusqu’en 1999.

22  Notamment la loi n° 1182 du 17 septembre 1990 sur les investissements étrangers et la loi n° 1689 du 30 avril 1996 sur les hydrocarbures.

23  Données de l’Unité d’analyse de politiques sociales et économiques du gouvernement bolivien (UDAPE).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Incidence de la pauvreté extrême en Bolivie par section municipale
Légende Source : Institut national de statistiques de Bolivie, base de données « Objectifs du Millénaire pour le Développement » (2004).
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/7625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Hillenkamp, « L’approche latino-américaine de l’économie populaire, les inégalités et la pauvreté », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/7625

Haut de page

Auteur

Isabelle Hillenkamp

Chercheure à l’Observatoire de la mondialisation, des échanges globalisés et de l’altérité et membre associé au Laboratoire d’économie de la firme et des institutions (Lyon). Email : Isabelle.Hillenkamp@ish-lyon.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page