Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Réformer la recherche

Universités et Recherche : doit-on reproduire le « modèle américain » ?
Samuel Bliman

Texte intégral

1Dans les cercles politiques, économiques et de la recherche, un accord, au moins verbal, semble se manifester sur l’importance sociale et économique de la recherche et du développement. Sans aborder ici les ambiguïtés et souvent les ignorances que couvre cet accord, on veut plutôt retenir et discuter certaines propositions de réforme de la recherche. Dans des tribunes récentes, certains avançaient que la réflexion devrait être fondée sur les présupposés suivants : élitisme, compétitivité, évaluation et indépendance de la recherche et des chercheurs. Cette approche est, si l’on peut dire, dans l’air du temps et donne à percevoir que le discours : « que fait-on pour les élites ? » est en réalité sous-jacent. Encore semble-t-il pertinent d’examiner quelques traits significatifs  de ce qui est proposé comme  « principes fondamentaux »  devant inspirer une réforme.

1. Quatre présupposés

1.1 Elitisme scientifique

2Qu’est-ce à dire ? Nos concurrents les plus dynamiques sont-ils  élitistes ? Un tour d’horizon de leurs lieux d’origines semblerait pointer dans la direction de l’Ouest…. vers les Etats-Unis !! Avec l’entrée dans l’ère de la financiarisation de nos sociétés et l’adoption du Bayh-Dole Act (1980), tout semble orienter vers les établissements universitaires et de recherche disposant des meilleures finances et engagées dans la « commercialisation » de leurs résultats de recherche ; où sont-ils ? On pense aux universités privées de la côte Est, entre autre. Posséder 35 milliards de dollars de dotation (Harvard), cela signe- t- il l’élitisme scientifique ?  Pour preuve de cela, certaines universités se sont offerts, et s’offrent encore, de débaucher des chercheurs, jeunes et moins jeunes et titulaires de contrats importants, voire des équipes entières, d’établissements « modestes » auxquels ils sont attachés, pour les recruter (à prix significatifs, à faire pâlir d’envie des « traders » !).
Est ce là une forme de l’élitisme ? Remarquons toutefois que l’élitisme scientifique est tel, en France, que les « meilleurs étudiants » se détournent de la science, études terminées, au profit d’activités plus terre à terre : l’argent via des activités de bourse, finance, assurance. On commence à entrevoir la pénurie de mathématiciens à l’horizon des départs en retraite des « baby boomers » universitaires et chercheurs (voir les salles de marché où l'on trouve beaucoup de ces jeunes gens brillants dont les études ont été payées par l’Etat).

3 Quant aux modalités des recrutements, en France, faut-il inférer que jusqu’à présent, la pratique des « compagnonnages vertueux »  a été la règle ou bien que les candidats sont médiocres ? Avancer la proposition selon laquelle les décisions scientifiques élitistes pleinement assumées devraient être le fait d’une élite scientifique elle-même cooptée, c’est un peu nous laisser penser que « la guerre est une chose si sérieuse qu’il faudrait laisser les militaires en décider » ! Et qui décrèterait  être de cette élite scientifique ? Et que dirait l’indice de classement bibliométrique ?

1.2 La compétitivité 

4On peut concevoir que la compétition, au bout du compte, soit inscrite dans l’action même du chercheur : soumettre des articles à publier dans de bonnes revues à statut et image internationaux (et à comité de lecture) et les voir acceptés est déjà une action de compétition ; en effet, il est peu fréquent de se trouver être le seul travaillant un domaine et que se pose la question non pas tant de la compétition mais plutôt, suis-je l’initiateur du domaine ? Et puis, l'idéologie du « publier ou périr » largement diffusée, est-elle un trait de compétitivité ? A ce propos, quelques enquêtes récentes ont montré qu’un nombre non négligeable, hélas croissant, de travaux passés par le filtre de comités de lectures de grandes revues étaient des plagiats (en France, l’observation est vraie, aussi)!
La procédure de demande de contrats de recherche, aux Etats-Unis (le modèle!!) oblige à paraître le meilleur et le premier, dans le domaine du sujet proposé ; qui ne connaît les cas où la citation de l’antériorité du sujet est omise. Admettons que la compétitivité, dans les domaines où le brevet et la propriété intellectuelle sont possibles fasse sens, mais en philosophie, littérature, droit et bien d’autres disciplines, quel sens faut-il lui donner ? Sauf à considérer que la rémunération, en espèces sonnantes, serait nécessairement le terme de la  compétition !! La course aux contrats de courte durée, vers des thèmes de plus en plus appliqués, détourne de plus en plus de la recherche fondamentale. Est ce là le sens de la compétitivité ?

5Attirer de jeunes talents, certes, peut être tenu pour un signe de la compétition, mais comment y parvenir et qu’avons-nous à offrir qui soit si attrayant ? Là est la question. Non seulement le politique y a un rôle à jouer mais l’image que donne d’elle la communauté scientifique a valeur incitative (à condition d’oublier les parcours autrement rémunérateurs). Enfin, il est temps de cesser de donner dans le « jeunisme » ; l’esprit de compétition n’est pas l’apanage des jeunes.

1.3 L’évaluation 

6L’évaluation est devenue, au fil du temps, une espèce d’obsession des politiques – sous la pression des tenants de la gestion des « ressources humaines » – et des milieux professionnels eux-mêmes – par contagion, à l’image d’une pandémie ! Mais peut-être faut-il s’interroger sur le pourquoi et le comment.

7Le concept même de ressource humaine, tel qu’il est employé couramment, pointe déjà fortement dans la direction de la « marchandisation » de l’être humain au travail et le chercheur n’y échappe pas. Toutes les entreprises, et la recherche, par delà les institutions de rattachement des chercheurs, connaissent des procédures d’évaluations ; toujours envisagées par les politiques ou les financiers gouvernant les entreprises. Evaluer un chercheur ou un groupe de chercheurs (l’équipe de recherche) à l’aune des critères internationaux propres à sa (ou leur) discipline, qu’est- ce- à dire ?  Où, en quel lieu, en quel cercle énonce-t-on ces critères ? Admettons, au mieux, qu’existent des cercles de chercheurs ayant des contacts suivis et qui discutent la valeur et/ou la portée de tel travail, mais de là à établir des critères… Julius Axelrod, prix Nobel de médecine 1970, écrivait en juin 2005 : « 99 % des découvertes sont effectuées par 1 % des scientifiques ». Cela invalide-t-il le travail et, a priori, la qualité du travail des autres et justifie-t-il cette soif d’évaluation ?  Après tout, les progressions de carrière, statistiquement, donnent un reflet des évaluations.

8La systématisation des évaluations, dans le milieu universitaire, montre déjà ses contre effets : il ne faut pas déplaire aux étudiants payants des droits de plus en plus élevés, et  par ailleurs, les universitaires seraient tentés de réduire leur temps de présence devant ceux-ci au profit d’une activité de recherche (voir ci-dessus la question de la compétitivité). En cas d’évaluation défavorable serait-on conduit à rendre le non performant « jetable » tout comme dans les restructurations d’entreprises ou dans les délocalisations ?

1.4 L’indépendance 

9Comment croire à la possibilité d’une médiation entre pouvoir politique et décisions scientifiques garantie par des instances scientifiquement légitimes et politiquement indépendantes ? La relation salariale avec un employeur et le financement de la recherche par les deniers publics imposent une forme de contrainte limitant l’indépendance ; mais mieux encore, quand l’indépendance est-elle envisageable ?
D’évidence, le doctorant n’est pas indépendant. Thèse soutenue, le devient-il ? Nommé soit chargé de recherche soit maître de conférences, donc intégré au sein d’une équipe de recherche ou d’un laboratoire, devient-il indépendant ? Certes, dans le choix de ses orientations et sujets, il dispose d’une marge d’autonomie, pour autant que son environnement ne le tienne pas pour « déviant »; sinon, sous couvert du statut de la fonction publique, une carrière très peu évolutive se profile devant lui… Le temps de l’indépendance apparaît enfin lorsque les promotions l’auront fait directeur de recherche ou Professeur.

10Il reste que toute négociation aboutie de contrat de recherche, que ce soit dans le domaine public ou dans le secteur privé limite l’indépendance du titulaire du contrat ; se pose aussi la question de la validité de cette décision scientifique : qui l’apprécie, quelle instance ? Reste aussi une question qui soulève, pour le moins, des problèmes éthiques et moraux : celle des conflits d’intérêts.
Un examen tant soit peu documenté des conditions de fonctionnement des institutions de nos concurrents et collègues donne à voir que les quatre vertus cardinales supposées sont de plus en plus sous contraintes voire inappliquées et/ou inapplicables, même dans les établissements les plus riches et mieux pourvus. Sait-on que, sans les contrats fédéraux de recherche, même les établissements les mieux pourvus seraient réduits à peu de chose. Quant aux contrats de recherche passés avec le secteur privé, ils ne constituent, pour ces mêmes établissements, qu’une fraction infime de leurs budgets totaux de recherche.  Il reste toutefois à tenter de penser des évolutions, des réformes, en France.

2. Quelle réforme en France ?

11La France, cette belle république monarchique, a des modes de fonctionnement qui, simplement, reflètent son histoire, sa culture, son organisation sociale. Rien n’est immuablement fixe mais on se doit de noter que les dispositifs légaux en vigueur ne résultent souvent que de la superposition de lois, de textes qui n’abrogent pas les précédents. Et puis, il faut bien l’admettre, la recherche et les universités, hors des propos de convenance en période pré- électorale, ne sont pas de ces affaires qui mobilisent les foules ! Pour s’en convaincre, on sait, d’expérience, qu’en période de contrainte budgétaire, on « taille » dans les dotations des universités et de la recherche. Le prince qui gouverne ce pays, depuis le XVIe siècle, a maintenu séparés le monde des universités et celui des établissements créés pour répondre à un besoin du moment (qui se sont maintenus, par défiance vis à vis des universités). D’où, comme conséquence de cette défiance, la création  de grands établissements, de grandes écoles qui n’avaient pas vocation à « faire de la recherche ». Evidemment, on peut objecter que ces derniers ont en leur sein des laboratoires de recherche ; c'est vrai pour nombre d’entre eux, mais depuis une quarantaine d’années seulement, et encore  hébergent-ils souvent des doctorants issus des universités (nous sommes là dans le beau paradoxe français).

12Les commissions examinent les candidatures et les avancements des chercheurs et enseignants –chercheurs. Au CNRS, après bien des atermoiements, on a fini par admettre de nommer des chercheurs hors CNRS dans les commissions (confirmé par signature des tutelles) ; les propositions sont transmises et examinées par département scientifique.

13Dans les universités, les commissions comportent des personnalités extérieures à l’établissement à trois niveaux :

  • Niveau 1: les commissions de spécialistes examinent et classent les candidats à nomination et/ou à avancement. Où est la politique à ce niveau ? Des personnalités extérieures en sont membres mais à titre et en tant que scientifiques;

  • Niveau 2: le conseil d’administration de l’université : les personnalités extérieures ne prennent pas part aux débats tendant à classer des candidats à nomination ou à promotion ;

  •  Niveau 3: les instances nationales, sections du Conseil National des Universités,  où les politiques ne sont pas représentés.

14Est-on sûr que dans les grands établissements, ces procédures à plusieurs niveaux soient pratiquées et que certaines formes de népotisme n’y soient pas pratiquées ? Enfin, la présence de membres élus sur liste syndicale dans les diverses instances et commissions qui ont à connaître des nominations et promotions  est-elle en soi cause ou source de nomination ne satisfaisant pas à l’élitisme scientifique ? Ou simplement, faut-il les éliminer ?  Peut-être est-il temps d’obliger les candidats au  premier poste (emploi) après doctorat à se projeter hors de l’établissement où la thèse a été préparée et soutenue. Un jeune docteur peut encore changer de sujet. On satisferait ainsi aux besoins de  mobilité.

15Si on invoque le déclassement salarial des chercheurs et universitaires, il faut savoir que leur revenu a stagné (corrigé de l’inflation et des prélèvements obligatoires) depuis vingt cinq ans (début effectif de la financiarisation des sociétés). Pour corriger cela, nul n’est besoin d’invoquer l’étranger ! Les études comparées des évolutions de la productivité et des salaires, sur la longue durée, montre l’envolée de la première et le retard aggravé des seconds, depuis le début de la décennie 1980. Qu’il apparaisse nécessaire de revaloriser les salaires, c’est incontestable, mais l’argument selon lequel un très bon chercheur de retour de l’étranger doive diviser par deux ou trois voire quatre son salaire, en France est certainement contestable : il convient de se rappeler que l’étranger dont il est question (implicitement les Etats-Unis) offre des salaires plus élevés selon des données statistiques récentes (2004-2005), le salaire annuel moyen d’un professeur titulaire d’école doctorale en université privée était de l’ordre de 127 214 $, son homologue en établissement public percevait 97 948 $, mais il reste à prélever sur ces traitements les cotisations pour retraite, couverture sociale, assurance maladie et coût d’études des enfants, ce qui, in fine, ramène le salaire effectivement disponible à un niveau pas tellement largement plus élevé qu’en France, à position comparable de directeur de recherche et/ou Professeur (il n’est évidemment pas question des « vedettes » ici !) Les données statistiques relatives aux rémunérations de début de carrière et comparées à celles pratiquées à l’étranger sont défavorables aux débutants français ; est-ce que pour autant cela dissuade de faire candidature ? Et quelle est l’importance du flux de l’émigration des chercheurs vers l’Ouest ? Revenant à l’indépendance et à la compétitivité, un instant, on peut observer que le cumul de traitements, ici comme là-bas, n’est pas interdit. Les voies de réforme seraient plus à attendre du côté des politiques : on attendrait qu’enfin les engagements de campagne soient tenus : budget de recherche à hauteur des 3 % du P.I.B.; revalorisation des traitements et carrières.

16Un élément significatif de la revalorisation des débuts de carrière devrait être de réduire les tâches administratives et de gestion dont sont surchargés les chargés de recherche et maîtres de conférence. Au fil des années, on a vu disparaître, du plus près des laboratoires et et des secrétariats des enseignants, tous  les personnels techniques et administratifs (ou presque) ; il serait souhaitable d’accroître le personnel administratif de qualité et de faire que les directeurs de recherche et Professeurs prennent  une part plus effective de la gestion administrative de leurs unités. Le temps ainsi libéré profiterait à l’activité de recherche de ceux dont on dit qu’ils sont potentiellement productifs et créatifs.

17L’élargissement de la base du recrutement pourrait être aussi un des éléments d’évolution: en France, d’abord, il serait sage de ne pas rompre le « pacte moral » pris à la fin de la guerre d’agir pour rendre l’enseignement supérieur accessible au plus grand nombre ; c’est en effet là que l’on voit émerger les chercheurs potentiels. D’autre part, l’ouverture sur les pays étrangers : les Anglo-Saxons, depuis longtemps, ont compris qu'en favorisant la venue d’étudiants, ils élargissaient la base du vivier de doctorants potentiels (sans considérer le fait qu’avoir été dans un pays étranger contribue au renforcement de liens divers, lors du retour au pays d’origine). Enfin, bien des universités américaines et britanniques ouvrent des « filiales » en pays dits émergents car elles profitables du point de vue financier aussi bien que pour attirer ensuite des étudiants doctorants. Enfin donner à la notion d’année sabbatique son sens plein (salaire et temps) serait profitable à tous ; le concept introduit en 1987-1988 a été progressivement vidé de tout sens puisque les durées accordées rétrécissent de plus en plus.

18Réformer la recherche est au cœur de la création de l’Agence Nationale de la Recherche mais la méthode et surtout la mission ne sont pas sans rappeler ce que l’on pense être la National Science Foundation. Les thématiques énoncées dans les appels à projets montrent à l’envi qu’elles sont pour l’essentiel orientées vers quatre grands domaines : les nanotechnologies, les technologies de l’information et de la communication, les sciences du vivant (biotechnologies et écologie) l'environnement; les sciences humaines et sociales y ont la portion congrue. Cela vous a un parfum connu provenant des Etats-Unis et qui a déjà diffusé vers le Japon et la Grande Bretagne. Il faut souligner que d’emblée, l’Agence Nationale de la Recherche vise l’excellence scientifique et s’engage dans l’évaluation impartiale des projets. Le début de l’action, depuis la fin 2005 laisse planer des doutes quant à l’application  effective de ces deux principes : quels projets sont retenus, pourquoi tels autres ne le sont pas ? En revanche, on voit bien que cet organe doit rester sous un contrôle assez strict du politique. Il semble plutôt que cette agence vise à gérer des actions de court terme (trois ans) sans se préoccuper de stratégie à long terme. Quant aux auteurs de projets non agréés, quel est leur avenir ?

19Où est donc, en fait, la réforme de la recherche?  En suspens et en attente des choix et décisions politiques. Les petits pas effectués jusqu’ici laissent voir que l’esprit de compagnonnage n’est décidemment absent ni du discours ni de l’action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Bliman, « Réformer la recherche », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/5963

Haut de page

Auteur

Samuel Bliman

Professeur Emérite, Université Paris-Est, Marne la Vallée, conseiller scientifique au CEA, Département de Recherche sur la Fusion Contrôlée, Grenoble 1970-1990.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page