Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Catherine Laurent et Christian du Tertre (Dir.), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, 2008.

Bernard Pecqueur

Texte intégral

1La livraison que proposent C. Laurent et Ch. du Tertre sous le titre « Secteurs et territoires dans les régulations émergentes vient poser un point d’étape dans un processus de réflexion amorcé depuis plus de 15 ans1 visant à dégager l’ATR de son cadre strictement macroéconomique et à prendre en compte des effets « mésoéconomiques » émergents dans l’après fordisme. Jusque-là, la figure de l’État et le gabarit « système productif national » apparaissaient pertinents pour comprendre la globalisation de type fordiste où s’affrontent les entités nationales dans un système d’avantages comparatifs ricardiens rythmé par les productivités des facteurs sinon calculables, du moins appréciables.

2Mais le monde en crise, décrit ex post et clairement par l’ATR, laisse la place, après les Trente Glorieuses, à ce que l’on pourrait nommer les « trente Mutantes », c'est-à-dire que la transformation du capitalisme s’est produite dans un processus long d’ombre et de lumière où les repères sont flous. Seuls émergent quelques balises pointées par nos auteurs comme la montée des services, la généralisation d’investissements immatériels, les mutations spatiales originales et inattendues. Pour C. Laurent et C. du Tertre, « les dispositifs institutionnels nationaux issus de cette période, notamment ceux associés au rapport salarial fordien et aux formes de concurrences oligopolistiques, ne permettent plus le dépassement des contradictions qui s’affirment entre acteurs, entre groupes sociaux, entre aires géographiques ».

3En 1995, paraissait le gros ouvrage collectif sur l’« état des savoirs » dans la régulation2. Les contributions de Ch. Du Tertre (l’une générale et l’autre sur le travail) et d’A. Mollard (sur l’agriculture) ont lancé la question d’une approche proprement sectorielle de l’ATR. Une autre contribution (J.P. Gilly et B. Pecqueur) proposait une entrée par la dimension locale de la régulation en se faisant l’écho des travaux italiens sur les districts notamment.

4L’étape suivante sera la constitution d’un groupe de travail intitulé « Régulation Sectorielle et Territoriale » (RST). Ce groupe va fixer dans un premier texte de 20023, la problématique qu’il s’assigne et dans la suite de laquelle le présent ouvrage se situe.

5Dans le monde globalisé de la fin des années quatre-vingt, les auteurs réclament l’extension de l’approche régulationniste à deux niveaux d’analyse l’un sectoriel et l’autre, spatial. La validation de compromis sectoriels  ou territoriaux s’inscrit alors dans le « respect des conventions financières instituées à un niveau d’ensemble qui associe globalisation et régionalisation supranationale (…) Autrement dit, l’analyse sectorielle ou territoriale doit aussi se soucier du bouclage macroéconomique » (J.P. Chanteau et alii, p. 126). Cette proposition se justifie par l’observation de quelques faits stylisés : l’importance stratégique croissante des activités immatérielles, l’internalisation dans les entreprises ou dans les décisions publiques, d’externalités associées à une complexité systémique croissante, des changements radicaux des formes de concurrence et l’évolution décisive des modes de relation entre entreprises.

6L’ouvrage coordonné par C. Laurent et Ch. Du Tertre poursuit la réflexion en partant des mêmes constats. On a alors une bien meilleure lisibilité des évolutions évoquées dans les étapes précédentes. En particulier, différents chapitres de l’ouvrage font avancer la connaissance des compromis sectoriels dans les domaines de l’emploi et du travail (J. Perrat, P. Dieuaide, C. Laurent et M.F. Mouriaux), de l’immatériel (Ch. Du Tertre), de l’éducation (T. Lamarche), de la politique agricole (M. Berriet-Solliec, C. Deprès, A. Trouvé), de l’industrie aéronautique (Y. Dupuy et J.P. Gilly), de la firme (Y. Lung) et des services (P. Petit). Par ailleurs, deux chapitres s’interrogent plus spécifiquement  sur le croisement secteur/territoires (J.P. Gilly et Y. Lung, C. Laurent et M.F. Mouriaux) et sur la dynamique des localisations entre territoires et global (G. Colletis).

7Au-delà d’avancées factuelles très sérieuses et utiles, l’ouvrage consolide l’observation de la disparition progressive des régulations issues du fordisme ainsi que l’émergence de nouvelles régulations même si « l’apparition de nouveaux dispositifs [ont] une portée qui n’est pas encore lisible et dont la cohérence n’est pas véritablement pensée vis-à-vis des enjeux de développement concernés » (Cf. introduction de C. Laurent, C. Du Tertre, P. Dieuaide et P. Petit, p. 13).

8La compréhension des régulations émergentes avance incontestablement. Ce qui paraissait intuitif autour du secteur et du territoire se précise et se définit.

9Il reste cependant un point aveugle dans ce débat qui est la relation secteur/territoire dont l’additivité comme propriété logique, ne va pas de soi.

10Au moins trois types de traitement sont réservés à l’articulation secteur/territoire, formant ainsi des figures sinon antinomiques, du moins peu compatibles et non cumulables.

11En premier lieu, la juxtaposition, c’est le cas des contributions de P. Dieuaide et de P. Petit où la question des régulations territoriales n’est pas traitée, tout juste évoquée et où l’approche sectorielle tient toute la place.

12En second lieu, les approches sont opposées c'est-à-dire qu’elles s’excluent mutuellement comme le montrent M. Berriet, C. Deprès et A. Trouvé, à travers le cas de la politique agricole en France, en relativisant « l’idée selon laquelle la dimension territoriale de la politique agricole permet (…) un renouvellement en profondeur des fondements et des règles de l’intervention publique en agriculture : la dimension sectorielle reste la composante prédominante de la régulation agricole » (p. 134). Ici le secteur est en situation conflictuelle de contradiction avec le territorial laissant entendre que chacune des approches est porteuse de mode de régulation spécifique et non compatible.

13Une troisième figure du couple territoir-secteur est celle de la combinaison. On trouve chez Ch. Du Tertre le souci de la combinaison : « les patrimoines immatériels collectifs peuvent relever de dynamiques séparées d’ordre territorial ou sectoriel [mais il faut] penser aux articulations secteurs/territoires qui tiennent sur le fond, aux principes de création de valeur mis en œuvre, aux déterminants des externalités considérés comme ressources » (p. 94). Toujours dans l’ordre de la combinaison, J. Perrat propose de considérer le territoire soit comme « lieu d’un débordement du rapport salarial », soit comme « lieu de négociation » (pp. 58 et 59). On aurait alors un territoire agissant comme opérateur notamment du secteur de la formation et du marché de l’emploi.

14Ainsi, l’hétérogénéité des traitements pose la question de la pertinence de les lier dans une même analyse. Ce qui tient ensemble les deux notions est sans doute leur situation mésoéconomique comme le soulignent J.P. Gilly et Y. Lung : « Le secteur et le territoire sont des construits qui relèvent de la mésoéconomie (…) Les rapports secteur-territoire s’inscrivent donc dans des configurations variables dans le temps, avec pour certaines périodes, une prédominance de certains secteurs et, pour d’autres, une montée en puissance des territoires » (p. 177).

15Cela suppose que la notion de mésoéconomie puisse s’appliquer de la même manière tant à l’une qu’à l’autre notion. Or la méso économie sectorielle se réfère clairement à l’approche déjà ancienne de Lucien Gillard 4 pour qui le secteur est mésoéconomique en ce qu’il est une portion du système productif macroéconomique et inclus dans ce dernier. Autrement dit, le méso serait une fraction homothétique du tout macro. Il n’en est pas de même pour le territoire qui, s’il était une fraction de l’État-nation, serait assimilé purement et simplement à une région. Si le territoire, construit d’acteurs5 à caractère provisoire et incomplet ne peut pas être ramené à une portion d’espace, il ne peut pas non plus n’être défini que par une échelle. T. Lamarche à propos du secteur de la formation, est plutôt dans la figure de la combinaison en montrant que simultanément on observe deux inflexions contemporaines : la sectorisation du supérieur et la territorialisation du système éducatif (p. 107), mais sa conception du territoire est celle d’un « niveau territorial d’élaboration des politiques d’éducation laissant place à différents niveaux là où l’Etat s’était imposé comme principal acteur légitime».

16Il y a là une vision purement scalaire qui gomme la dimension d’organisation d’acteurs que revêt le territoire. Le texte de G. Colletis ouvre une piste pour mieux définir ce que pourrait être la mésoéconomie territoriale avec la notion d’« ancrage »6 qui pourrait caractériser le territoire et celle de « rencontre productive » (p. 83) pour articuler secteur et territoire au sein d’une activité économique.

17En tout état de cause, la méso n’est pas l’entre-deux sur une ligne qui irait du micro au macro, il s’agit bien d’un ailleurs agissant mais qui ne réarticule pas pour autant, de façon convaincante le secteur et le territoire.

18Au terme de la lecture de ce « Secteurs et territoires dans les régulations émergentes », le lecteur pensera sans nul doute que le renouvellement des régulations par l’action combinée de processus sectoriels et territoriaux constitue bien une analyse puissante dont le pouvoir explicatif a démontré son efficacité au fil des publications jusqu’à cet ouvrage. Il est maintenant peu de domaines qui n’aient été passés au crible de la lecture par les secteurs et les territoires7. Il reste un peu de chemin conceptuel pour mieux articuler les deux notions mais on se laissera aller avec plaisir à l’exploration proposée ici dans l’activité économique contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Voir en effet, pour les effets sectoriels, R. Boyer, 1990, Les politiques de la régulation face aux spécificités sectorielles, Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurale, n°17, pp. 39-76, où l’auteur présente la thèse de P. Bartoli et D. Boulet qu’il a dirigé,  Conditions d’une approche en termes de régulation sectorielle, le cas de la sphère viticole.
2 R. Boyer et Y. Saillard (sous la direction), 1995, Théorie de la régulation, état des savoirs, éditions La découverte, 565 pages.
3 J.-P. Chanteau, Ch. du Tertre, M. Nieddu, B. Pecqueur, 2002, Théorie de la régulation, secteurs et territoires : quels enjeux de recherche ?, Géographie Economie Société, volume 4, n°2, pp. 123-129.
4 Voir la thèse de L. Gillard sur « le secteur comme concept théorique, essai de meso-analyse », Université de Paris 1, 1970.
5 Pour comprendre la complexité du maniement de la notion de territoire, on pourra se référer aux huit différentes définitions qu’en donne J. Levy dans J. Levy et M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 2003, notice : « territoire », page 907.
6 Voir aussi à ce sujet, J.B. Zimmermann, De la proximité dans les relations firmes territoires : nomadisme et ancrage territorial, in J.-P. Gilly et A. Torre (dir), Dynamiques de proximité, L’Harmattan, 2001, pp. 225-249.
7 Il manque notamment la monnaie et la finance, ce qui en ces temps de krach serait éclairant !
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pecqueur, « Catherine Laurent et Christian du Tertre (Dir.), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, 2008. », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/4892

Haut de page

Auteur

Bernard Pecqueur

Université de Grenoble, UMR PACTE
e-mail : pecqueur AT ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page