Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Lucien Karpik, L’économie des singularités, Nrf – Gallimard, 2007.

Nicole Azoulay

Texte intégral

1L’ouvrage de Lucien Karpik, inscrit dans la sociologie économique, traite des conditions de l’échange marchand d’un certain type de  biens et services, les singularités. Elles présentent des caractéristiques propres, telles que, pour l’auteur, la partition du monde marchand se résout en trois catégories de marchandises : les biens et services homogènes, les biens et services différenciés et les biens et services singuliers. La mise en perspective théorique par laquelle démarre l’ouvrage mobilise les apports de la sociologie et de l’économie à travers une synthèse de ces deux types de littérature. Cette dernière vise à montrer que si les biens différenciés ont trouvé une représentation théorique du comportement des consommateurs avec la théorie des caractéristiques de Lancaster, les singularités constituent un trou noir de l’analyse standard des marchés. L’objet central de l’ouvrage est d’élaborer une grille de lecture des dynamiques réelles en œuvre dans la coordination marchande des singularités en se focalisant sur le versant de la demande ; une représentation de la réalité surgit alors, qui échappe à la théorisation des marchés que nous livre traditionnellement l’analyse économique. De la consommation de biens culturels (films, livres, pièces de théâtre…) à l’achat de grands vins, d’œuvres d’art ou d’objets de design, en passant par les prestations de médecins, notaires, avocats, psychanalystes, conseils et autres architectes, l’ouvrage de Lucien Karpik ouvre la recherche sur la coordination marchande en la confrontant à la diversité et la complexité du réel.

2L’analyse qu’il nous propose peut être succinctement résumée :

31. Les singularités sont des biens et services multidimensionnels et indivisibles, incomparables en ce sens qu’ils ne peuvent pas être mis en rapport les uns avec les autres à travers des grandeurs communes. Leur prix n’est pas un vecteur de choix, il agit comme contrainte financière et ne constitue pas nécessairement un signal marchand de la qualité. Bref, il n’y a pas d’espace homogène de mesure qui permette d’évaluer la qualité des singularités ; elles sont « incommensurables ». Elles sont classées à partir de deux modèles généraux : le modèle de l’originalité qui intègre les singularités recherchées pour leurs caractéristiques esthétiques (œuvres d’art, films, haute couture…), le modèle de la personnalisation qui regroupe les relations de service avec des interventions sur mesure (conseils aux entreprises, médecins, avocats…).

42. Leur échange marchand est donc caractérisé par une incertitude radicale. Deux formes d’incertitude sont identifiées : (1) une incertitude stratégique qui renvoie au risque d’inadéquation entre une singularité et son client potentiel compte tenu du caractère multidimensionnel des biens singuliers (par exemple, un film vendu pour son caractère burlesque peut passer à côté des cinéphiles plus sensibles à la mélancolie et à la solitude du clown). (2) Une incertitude sur la qualité, car au moment de la transaction, les singularités ne sont que des promesses, l’évaluation de leur qualité est différée (médecin, spectacle, avocat, voyage…). Les marchés des singularités sont alors menacés dans leur existence même par l’opportunisme associé à l’asymétrie des informations d’une part, et par l’opacité du marché d’autre part, car les qualités ne sont pas révélées et l’accès au marché suppose de mobiliser un niveau élevé de connaissances sans pouvoir in fine se prémunir des risques d’erreurs et de mauvais choix.

5La question centrale est alors posée : comment fonctionnent ces marchés ?  Plus précisément, comment les consommateurs arrivent-ils à rencontrer et à sélectionner les biens et services singuliers qu’ils recherchent ?

63. Ces marchés existent grâce à des dispositifs de jugement qui servent d’aide à la décision. Ce sont des intermédiaires qui procèdent à des évaluations censées procurer aux consommateurs une connaissance suffisante pour qu’ils puissent faire des choix. Cinq grandes catégories de dispositifs de jugement sont identifiées : les appellations (labels, certifications…), les cicérones (critiques, experts, guides), les classements (prix, palmarès…), les confluences (compétences d’accueil et d’informations sur les lieux de vente), les réseaux (relations interpersonnelles par lesquelles expériences et connaissances circulent).

7Ces dispositifs de jugement présentent trois caractéristiques centrales :

  • Ils reposent sur un rapport de délégation : les consommateurs s’en remettent aux dispositifs sur la base d’une dépendance volontaire fondée sur la confiance. Des dispositifs de jugement se dégage donc une sorte d’autorité symbolique sur la base de laquelle les choix sont effectués.

  • Les dispositifs constituent des supports cognitifs : leur rôle est de produire des connaissances orientées vers la sélection des singularités. Sous cet angle, ils ne rendent pas le marché transparent, ils organisent des possibilités de choix dans l’opacité constitutive des marchés des singularités. On peut même considérer qu’ils renforcent l’opacité du marché puisqu’ils élèvent le niveau de connaissances exigées : les choix que ces dispositifs proposent prennent appui sur un niveau de connaissances supérieur à celles des consommateurs ce que montre très bien le parcours de Disco confronté aux jugements et évaluations des critiques musicaux dans le choix de « la bonne interprétation » de la Neuvième Symphonie de Beethoven (p. 123).

  • La troisième caractéristique est alors évidente ; ces dispositifs constituent des enjeux économiques très importants. On doit distinguer ceux qui sont commerciaux de ceux qui sont indépendants, mais dans tous les cas, le développement quantitatif de ces dispositifs indique un déplacement de l’espace de la concurrence de l’univers des biens et services à celui des dispositifs de jugement (peut-être serait-il  plus juste de parler de prolongement de l’espace concurrentiel puisque ces dispositifs s’ajoutent à d’autres dispositifs stratégiques de captation de la demande).

84. Cette grille de lecture se prolonge par la catégorie de régime de coordination, qui articule les modalités particulières d’adéquation entre le produit qualifié, les dispositifs de jugement et les comportements des consommateurs, articulation au cœur de la problématique de l’ouvrage. L’analyse de la coordination marchande des singularités est alors mise en œuvre dans l’étude de régimes de coordination réels ; cette démarche heuristique se traduit par l’identification et la construction de six régimes concrets de coordination : (1) le régime de l’authenticité, incarné par l’étude des grands vins, des guides Hachette et Parker comme dispositifs de jugement et des comportements de consommateurs (qualifiés au moyen d’une typologie générale, en l’occurrence ici actifs et autonomes et plutôt portés par une logique esthétique), (2) le régime Méga, décliné à travers trois études appliquées ; le « Méga-film » qui révèle en particulier que pour la catégorie des films moyens et petits (fonction du nombre d’entrées et du nombre de copies) si les films français attirent nettement moins de spectateurs que les salles qui projettent des films américains équivalents ce n’est pas que les spectateurs aient été subitement convertis à la culture américaine, c’est plus prosaïquement que, faute de dispositifs de jugement, ces films sont invisibles et n’ont donc pas ou peu d’existence sur le marché (p.192) ; « Les biens et luxe » et « les Méga-marques ». (3) Le régime de l’opinion experte, illustré à partir des prix (littéraires, cinématographiques) comme dispositifs de jugement. (4) Le régime de l’opinion commune, organisé à partir des palmarès (audimats, best-sellers, hit-parades). Ces quatre premiers régimes prennent appui sur des dispositifs impersonnels, alors que les deux derniers mobilisent des dispositifs personnels, associés aux réseaux d’une part (5) le régime des convictions, et aux relations de service d’autre part (6) le régime de coordination professionnel.

95. Pour finir, Lucien Karpik explore, dans un dernier chapitre, les relations entre les qualités associées aux singularités et les prix tels que les marchés les révèlent. L’association entre les valeurs économiques et les valeurs symboliques donne lieu à une typologie sous forme de trois modèles ; chacun d’entre eux articule un type de hiérarchie des singularités issu des dispositifs de jugement existants, avec un mode de fixation des prix :

  • - Le classement (des grands vins par exemple) produit par un dispositif de jugement qui fait autorité (l’autorité esthétique incarnée par le guide Parker ici), est associé à une échelle des prix relatifs sur la base de sa conformité hiérarchique . Dans ce cas, on doit considérer que le prix est un signal de la qualité. Lorsque le dispositif de jugement fait l’objet d’une forte reconnaissance, il peut être érigé par les offreurs et les demandeurs en price maker (c’est le cas lorsque les producteurs de vins attendent de connaître les notes de la nouvelle édition du guide pour fixer leurs prix). C’est alors sur cette base que les ajustements de marché auront lieu, et que les stratégies d’acteurs se déploieront (créer artificiellement de la rareté par exemple).

  • - Le palmarès (de la musique de variété par exemple) regroupe les dispositifs de jugement pour lesquels la hiérarchie des qualités et le volume des ventes sont confondus ; la recherche de l’offre est alors orientée vers une maximisation des volumes (qu’on pense ici aux multinationales qui concentrent la production, la diffusion et la distribution mondiale des titres de variété). Le palmarès est tout à fait déconnecté de l’échelle des prix, c’est le mode de l’autonomie du prix par rapport aux qualités (et aux volumes probablement aussi d’ailleurs) qui définit ce modèle. Compte tenu de la concentration du pouvoir économique, cette autonomie permet d’organiser « une politique des prix directement orientée par la recherche du taux de profit maximal sur le court terme » (p. 291).

  • - Les gradations correspondent à l’ensemble des singularités qui font l’objet de multiples dispositifs de jugement dont le poids relatif est difficile à appréhender et dont les contenus peuvent être contradictoires (critiques littéraires, réseaux de lecteurs pour le marché des livres par exemple). Dans ce dernier modèle, la logique de fixation des prix relève de la neutralisation, l’ échelle des prix est indépendante des valeurs symboliques et prend plutôt appui sur les supports industriels (collections de livres) et des modes de régulation collective (prix des séances de cinéma).

10Avec l’examen de ces logiques économiques de fixation des prix relatifs, Lucien Karpik esquisse en réalité une démarche théorique et méthodologique où l’imbrication des types de singularités, des dispositifs de jugement qui les qualifient et des structures de marché qui les produisent donnent une intelligibilité à l’échelle des prix relatifs des singularités.

11La présentation des principales catégories analytiques de l’économie des singularités étant faite, on se propose d’abord de situer cette approche dans la littérature existante, pour énoncer finalement quelques commentaires.

12Cet ouvrage s’inscrit dans un champ théorique et appliqué investi de longue date par toute une série de travaux. La littérature sur la coordination marchande en présence d’incertitude sur la qualité des biens est ancrée dans la théorie économique depuis les travaux fondateurs de Chamberlin (1953), Hotelling (1929) et Lancaster (1966). Elle s’est particulièrement développée à partir des années 70 et 80 alors même que la différenciation des produits et la montée des services se généralisent dans les économies développées. On peut classer cette littérature en deux grands groupes de travaux :

13Les travaux pour lesquels le marché est un cadre analytique de départ et où l’incertitude sur la qualité remet en cause les mécanismes de la concurrence, voire l’existence des marchés: soit lorsque l’incertitude sur la qualité est traitée du point de vue de l’asymétrie de l’information qu’elle engendre (Akerlof 1970, Arrow 1985, Stiglitz 1987). Une partie de la littérature économique s’est alors attelée à analyser les mécanismes permettant de réduire cette asymétrie (voir Lupton 2006). Soit lorsque l’incertitude sur la qualité se traduit par une incertitude sur l’information partagée par les agents : Les agents partagent une ignorance commune sur la qualité des biens, ce qui correspond en particulier à l’émergence de biens et services nouveaux (voir par exemple Hirschman 1982). Dans cette voie, Nelson (1970) et Darby et Karni (1973) proposent une typologie des biens en fonction de l’information disponible : les biens de recherche, où l’information est disponible avant l’achat ; les biens d’expérience, pour lesquels l’information est découverte après l’achat et la consommation et les biens de confiance, à propos desquels l’information ne peut être obtenue même après la consommation.

14La seconde voie renvoie aux travaux, issus de la sociologie du travail et la sociologie des marchés, pour lesquels les modalités de la coordination marchande sont plurielles et socialement construites, et où, par conséquent, les marchés constituent un résultat et non un point de départ de l’analyse ; leurs modes de coordination doivent être révélés. On rangera ici les approches où une pluralité de conventions de qualité des produits sont associées à des formes de coordination ; chaque forme de coordination se référant à des principes d’évaluation de la qualité des biens (Eymard Duvernay 1989). Les travaux où le processus de qualification des produits, qui implique conjointement utilisateurs, offreurs ainsi que l’ensemble « des professionnels du marché » (Cochoy et Dubuisson-Quellier 2000) aboutit à « la singularisation » du produit et de sa transaction ; la transaction étant alors l’élément simple des « réseaux socio-techniques » qui relient les protagonistes de l’échange (Callon 2002). Les marchés sont définis ici comme des dispositifs collectifs qui permettent d’atteindre des compromis sur la qualification des biens et sur leur valeur (Callon 2003, 2005). C’est dans cette seconde série de problématiques que l’économie des singularités s’est historiquement construite (Karpik 1989, 1995, 2000).

15Au plan de son objet d’étude, l’analyse des singularités soulève un enjeu fondamental : Si les biens non reproductibles de Ricardo étaient légitimement négligeables par l’analyse économique du début du XIXe siècle, l’étude des singularités s’impose dans des économies de service dont la croissance repose sur la multiplication des activités immatérielles ; sous cet angle, le travail de Lucien Karpik ouvre un large champ d’étude. Il soulève toutefois une difficulté conceptuelle relative à la définition même des singularités. En effet, l’incertitude sur la qualité et ses conséquences en termes d’opportunisme et d’opacité du marché ne spécifient pas les singularités : Elles concernent potentiellement tous les biens et services dès lors que la dimension de sécurité comme élément de leur qualité est prise en compte (l’évaluation de la toxicité sanitaire ou environnementale des biens). De la même façon les caractéristiques de leurs conditions de production et d’échange (conditions de travail, travail des enfants…) participent à la qualification des produits et présentent une incertitude. Sous cet angle, l’incertitude sur la qualité concerne virtuellement tous les biens. La notion d’incommensurabilité est, elle aussi, peu convaincante : somme toute, c’est le propre de chaque valeur d’usage de ne pas pouvoir être mise en rapport avec une autre valeur d’usage. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’économie politique classique et marxiste se sont tournées vers le travail pour fonder les termes de l’échange, et l’économie néo-classique a substitué la valeur ordinale à la valeur cardinale des biens. Doit-on alors considérer que le noyau dur des singularités est finalement contenu dans leurs seuls caractères d’indivisibilité et de non-reproductibilité ? Le dispositif conceptuel pour en rendre compte doit-il être étendu à l’ensemble des biens et services où une incertitude sur la qualité existe ou se limite t-il à ces singularités ?

16La difficulté à construire une partition du monde des marchandises entre biens et services homogènes, différenciés et singuliers, telle que L. Karpik nous la propose, apparaît par une autre entrée : celle des frontières entre les deux derniers sous-ensembles qui sont particulièrement ténues, comme en témoigne la comparaison des chaînes Hi-Fi (p. 134). Comparaison qui conduit à considérer que, selon le dispositif de jugement mobilisé, le même bien est différencié dans un cas (évaluation Fnac qui porte sur la technicité) et singulier dans l’autre (évaluation Diapason qui porte sur la musicalité). Par extension, tout bien différencié, à fortiori lorsque la différenciation est horizontale, est en dernière instance porteur de valeurs symboliques (comme Chamberlin l’a montré) et est qualifié par des dispositifs de jugement qui rendent son classement ordinal. On voit que c’est la question de la spécificité des singularités comme sous ensemble constitué du monde des marchandises qui est ici posée ; la résolution de cette difficulté doit sans doute être trouvée dans une définition plus stricte et restrictive des singularités, faute de les voir se perdre dans le monde des marchandises.

17La pièce centrale du dispositif théorique et heuristique de l’économie des singularités est contenue dans la catégorie de dispositif de jugement. C’est la catégorie pivot à partir de laquelle les frontières des marchés des singularités sont définies : en qualifiant et hiérarchisant les singularités, les dispositifs de jugement sélectionnent et rassemblent les consommateurs qui vont adhérer aux critères de jugement qu’ils mobilisent. Sous cet angle, ils jouent le même rôle, au plan théorique, que l’hypothèse d’homogénéité des biens de la théorie standard dans la définition des frontières du marché. Ces dispositifs apparaissent alors comme des acteurs de premier plan des relations marchandes : on passe de marchés représentés par les relations d’offre et de demande à des marchés structurés par l’offre, les dispositifs de jugement et la demande. Dispositifs de jugement dont on a vu le rôle dans la hiérarchie des prix relatifs. Cet enrichissement de la représentation des marchés est indéniablement d’un grand intérêt et a, en réalité, une portée beaucoup plus large que le champ des singularités. Comme l’a  montrée la comparaison des chaînes HI-FI, les dispositifs de jugement concernent l’ensemble des biens et services et a à voir avec leur abondance et leur complexité. Avec les dispositifs de jugement, la représentation de la coordination marchande se densifie même si en l’état, leur articulation avec la production des biens reste à construire.

18Réciproquement, en étant bâtie du côté de la demande, la représentation de Lucien Karpik éclaire un versant de l’économie de la connaissance sur lequel peu de travaux se sont engagés ; la littérature économique hétérodoxe en la matière s’est principalement développée sur les thématiques de l’innovation, la montée en complexité des biens et services, la lutte pour les standards, etc. Ici, nous avons en quelque sorte, l’autre versant des approches en termes d’économie de la connaissance, celui des individus confrontés à l’opacité du marché, aux risques d’opportunisme et à l’incertitude sur la qualité des biens et services qu’ils souhaitent acquérir. Et où tout acte de consommation les met en situation d’apprentissage, d’acquisition de connaissances et de résolution de problème. Or cette représentation, explicitement associée à la rationalité procédurale de Simon (p. 109), constitue une dimension incontournable de l’étude du nouveau régime d’accumulation.

19Pour finir, on soulignera les prolongements que l’économie des singularités appelle. Indépendamment des points déjà abordés, l’inscription des singularités dans l’histoire des marchandises, l’espace dans lequel elles se développent aujourd’hui et la division internationale du travail qui les supporte, constituent autant de problématiques qui soulignent l’intérêt qu’on aura porté à cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

AKERLOF G., (1970), « The market for « lemons » : quality, uncertainty and the market mechanism », Quaterly Journal of Economics, 84 (3), pp. 488-500

ARROW K., (1985), « The Economics of Agency », in Pratt J., Zeckauser R. (eds), Principal and Agents : The structure of Business, Boston, Harvard Business School Press, pp. 37-51

CALLON M., (2002), « Pour en finir avec les incertitudes ? » in La Qualité, Sociologie du Travail, 44, pp. 261-267

CALLON M. & MUNIESA F., (2003), « Les marchés économiques comme dispositifs collectifs de calcul », Réseaux n°122, pp.189-233

CHAMBERLIN E.H., (1953), La théorie de la concurrence monopolistique, Paris, PUF

COCHOY F. & DUBUISSON-QUELLIER S., (2000), « Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand », Sociologie du travail, 42, pp. 359-368

DARBY M. & KARNI E., (1973), « Free competition and the optimal amount of fraud », Journal of Law and Economics, 16, pp. 67-88

EYMARD-DUVERNAY F., (1989), « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue Economique, 40 (2), pp. 329-359

HIRSCHMAN A. O., (1982), Shifting Involvements. Private Interest and Public Action, Princeton, Princeton University Press

HOTELLING H., (1929), « Stability in competition »,Economic Journal, 39, pp. 41-57

KARPIK L., (1989), « L’économie de la qualité », Revue Française de Sociologie, 30 (2), pp. 187-210

KARPIK L., (1995), Les Avocats. Entre l’Etat, le public et le marché. XIX-XX siècles, Gallimard, Paris

KARPIK L., (2000), « Le Guide rouge Michelin », Revue Française de Sociologie, 42 (3), pp. 369-389

LANCASTER K., (1966), « A new approach to consumer theory », Journal of Political Economy, 74 (2), pp. 132-156

LUPTON S., (2006), « Il était une fois la qualité », Munich Personal RePEc Archive, Université de Munich

NELSON P., (1970), « Information and consumer behaviour », », Journal of Political Economy, 78, pp. 311-329

STIGLITZ J., (1987), « The causes and consequences of the dependence of quality on price », Journal of Economic Literature, 25, pp. 1-48

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Azoulay, « Lucien Karpik, L’économie des singularités, Nrf – Gallimard, 2007. », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/4853

Haut de page

Auteur

Nicole Azoulay

GERME, Université Paris Diderot,
e-mail : nicole.azoulay AT univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page