Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bruno Théret (Dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Éditions de l’EHESS, Paris, 2007

Robert Boyer

Texte intégral

1Au premier abord, le lecteur risque d’être désarçonné par un tel ouvrage, du fait bien sûr de son volume mais plus encore de l’originalité de sa démarche qui entend combiner les analyses des meilleurs spécialistes avec un effort théorique que l’on pourrait qualifier, sans exagération, de prométhéen. Le propos du présent compte rendu est précisément de lever ces obstacles et de souligner tout l’intérêt que les chercheurs en sciences sociales, et tout particulièrement les institutionnalistes, ont à s’emparer des concepts et des résultats de ce monumental ouvrage… pour mieux les prolonger et les étendre dans leur propre domaine d’investigation. Le présent texte ne prétend donc pas à une recension exhaustive des divers chapitres dont se compose l’ouvrage, tâche difficile dans les limites d’un compte rendu de lecture de taille acceptable.

1. Tout autant une somme qu’une percée théorique !

2Il faut d’abord savoir gré à Bruno Théret d’avoir coordonné les réflexions d’un aussi grand nombre de chercheurs appartenant à des disciplines différentes, qui étudient des périodes s’échelonnant sur plusieurs siècles et qui poursuivent par ailleurs chacun leur propre agenda de recherche. En effet, à un premier niveau, l’ouvrage rassemble des chapitres qui font le point sur les crises monétaires qui s’échelonnent de la Grèce de la fin du Ve siècle avant Jésus-Christ jusqu’à l’Argentine de la convertibilité et de sa crise. C’est donc un premier exploit que d’avoir ainsi rassemblé des chercheurs qui publient dans des revues et des supports extrêmement différents, et plus encore de les faire interagir autour de la construction d’une problématique générale des crises comme révélatrices des fondements de la monnaie.

3En effet, si l’on en juge à travers la très riche introduction générale de Bruno Théret et le très stimulant chapitre conclusif de Michel Aglietta, l’ambition n’est autre que de jeter les bases d’une théorie générale de la monnaie qui soit capable de rendre compte de la diversité des périodes historiques et des profondes différences qui marquent l’articulation de la monnaie avec des sociétés extrêmement variées. Une autre particularité de l’ouvrage tient au fait qu’il résulte, non pas de l’assemblage de chapitres répondant à un appel à communication, mais d’un patient travail collectif rassemblant les auteurs pendant près de cinq ans. En une période marquée par l’individualisation poussée de l’activité de recherche en réponse à un système d’incitation privilégiant les publications d’articles dans des revues internationales spécialisées, cette caractéristique est particulièrement bienvenue.

4On ne saurait sous-estimer la nouveauté méthodologique et épistémologique de l’approche développée par Bruno Théret dans son introduction. Les économistes, après avoir privilégié une approche axiomatique comme accès à une théorie générale, préfèrent aujourd’hui développer les méthodes économétriques adaptées à chacun des domaines et des périodes étudiés. Ainsi, ils oscillent entre la toute puissance de la déduction et l’empirisme de l’induction statistique, sans d’ailleurs explicitement articuler ces deux démarches en fait complémentaires. L’originalité de La monnaie dévoilée par ses crises tient au fait que Bruno Théret et ses coauteurs considèrent que la méthode comparative est l’une des voies royales vers la généralisation de théories nées locales. En ce sens ils rejoignent l’un des principes prônés par Pierre Bourdieu, principe qui par parenthèse est au cœur de la démarche régulationniste qui n’a cessé de s’enrichir par la constatation de la diversité des alternatives au fordisme.

  • 1 André Orléan, « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’année (...)

5Fidèle à ses travaux antérieurs, Bruno Théret est un adepte du structuralisme génétique. Une fois encore, il démontre le caractère heuristique de cette approche des sciences sociales, qui transcende le découpage des disciplines académiques. Il fait ainsi ressortir une unité de la théorie monétaire que les tendances à l’hyper spécialisation rendent de plus en plus difficile. Sur ce champ particulier, mais combien important, Bruno Théret montre la pertinence du plaidoyer d’André Orléan en faveur d’un retour à l’unité des sciences sociales1. Les ouvrages de ce type se sont faits rares dans les années 2000, de sorte que La monnaie dévoilée par ses crises s’inscrit en réaction par rapport aux tendances actuelles de la recherche tout en renouant avec les approches des années soixante-dix.

6Un grand danger hante les sciences sociales contemporaines, et tout particulièrement l’économie : leur fonctionnalisme implicite donne l’impression que les systèmes sociaux étudiés sont dotés d’une forme ou d’une autre d’autorégulation. Elles sont donc fort mal placées pour éclairer les crises structurelles, y compris monétaires et financières, dont la période actuelle est riche : elles sont généralement interprétées comme un dysfonctionnement passager, résultats de quelques irrationalités des acteurs ou des gouvernements. Le contraste est saisissant avec la problématique proposée par Bruno Théret. C’est lorsque se décompose un ordre monétaire, lors des petites ou grandes crises, que se manifestent le plus clairement les fonctions et les propriétés de la monnaie qui, dans les périodes de stabilité semblent aller de soi. Pour comprendre la régulation monétaire analysons-en les crises, tel est le leitmotiv qui parcourt l’ensemble de l’ouvrage. Cette approche intégrée ne manque pas de séduire les tenants d’une approche en termes de régulation et de justifier le présent compte rendu dans cette revue.

2. Une théorie englobante de la monnaie

7Pour introduire à la lecture de l’ouvrage, il est possible d’en résumer le message à travers sept propositions majeures, sachant que cette liste est loin d’épuiser la richesse de son contenu.

  • La monnaie est un opérateur de totalisation sociale, hypothèse centrale de l’ouvrage qui en fait l’originalité. Pour citer Bruno Théret : « Voir la monnaie comme une entité structurée par elle-même conduit ainsi a priori à la considérer non pas à partir de ses multiples usages fonctionnels en contexte mais en tant que lien social universel de nature simultanément économique, politique et symbolique. » Ainsi, la monnaie est tout à la fois le résultat d’un système de représentations, d’une institutionnalisation dans les sujets et dans les objets. Le mérite de cette hypothèse est d’abord de fournir une très éclairante taxonomie des divers travaux tant anthropologiques qu’économiques comme le fait ressortir le tableau 4 de cette introduction. C’est ensuite un moyen de distinguer entre les divers régimes monétaires en fonction de la hiérarchie entre les trois formes fonctionnelles de la monnaie comme unité de compte, support du monnayage et moyen de paiement. C’est enfin adopter une définition suffisamment générale pour traiter dans le même cadre analytique des monnaies sauvages et des monnaies modernes.

    • 2 Voir entre autres : Robert Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions d (...)

    Une définition universelle de la monnaie n’est pas un obstacle à l’analyse historique de ses formes. En effet, cette critique avait été portée à l’encontre d’un précédent travail collectif qui avait fait l’objet de la publication sous la direction de Michel Aglietta et André Orléan sous le titre La monnaie souveraine. Comme le note Michel Aglietta dans le chapitre 21 du présent ouvrage, certains lecteurs avaient regretté la non prise en compte de l’historicité de la monnaie depuis l’antiquité gréco-latine jusqu’à nos jours, alors que d’autres s’interrogeaient sur la spécificité de la monnaie dans l’économie marchande. Tant Bruno Théret que Michel Aglietta soulignent que le problème de l’historicité n’était pas traité en tant que tel, car l’objet était alors la construction d’une théorie générale, mais que rien n’empêchait sa prise en compte. Ce que Bruno Théret exprime clairement : « Cet ouvrage reconnaît donc le caractère historique des monnaies mais sans le considérer comme contradictoire avec l’hypothèse d’une universalité transhistorique et d’ordre anthropologique du fait monétaire. » La lecture du brillant essai de Bruno Théret suggère que le pari peut être tenu. Ce n’est pas l’un des moindres mérites de l’ouvrage que de fournir une théorie capable de rendre compte de la diversité des régimes monétaires observés dans l’histoire longue. En effet, la littérature contemporaine sur l’émergence des institutions du marché et de la monnaie fait apparaître une forte tension entre une logique théorique centrée sur la reproduction et l’équilibre et une autre sur le changement et l’innovation2.

  • Éclairer les monnaies sauvages à la lumière des monnaies modernes et vice versa, telle est l’audacieuse stratégie qui dérive directement de la précédente proposition. En effet, il n’était pas évident que la taxonomie des formes de la confiance, élaborée pour les monnaies modernes (confiance méthodique, hiérarchique ou éthique) puisse s’avérer fructueuse dans la réinterprétation de certaines monnaies sauvages. Bruno Théret déploie beaucoup d’ingéniosité pour montrer que tel est le cas, en particulier concernant la confiance hiérarchique. On se souvient que, symétriquement, l’ouvrage La monnaie souveraine avait avancé l’hypothèse anthropologique selon laquelle le rapport monétaire représentait une dette de vie aidait à comprendre certaines caractéristiques des régimes monétaires modernes. Ce concept de dette de vie a pour intérêt de fournir un fondement holistique à l’ordre monétaire, en le concevant comme l’instrument de transmission entre générations. Ce thème est moins présent dans l’ouvrage sous revue, ce qui au demeurant peut atténuer quelques vigoureuses critiques émises à l’encontre de cette unification entre sociétés modernes et archaïques, point sur lequel on se propose de revenir dans la partie plus critique de ce compte rendu de lecture.

  • Plutôt que les fonctions de la monnaie, il convient d’analyser ses formes et ses états. Pour qui a été formé dans la tradition des théories monétaires chères aux économistes, la monnaie se définit par ses fonctions : elle est unité de compte, moyen de paiement et instrument de réserve. Bruno Théret et ses coauteurs osent remettre en cause cet horizon indépassable de la théorie monétaire que nombre d’hétérodoxes même continuent pourtant à utiliser. Il faut plutôt théoriser la monnaie comme structure triadique combinant représentation d’une communauté de compte et paiement. En effet, tout régime monétaire se définit par l’unicité du système de compte mais la pluralité des moyens de paiement et des règles spécifiques de monnayage. La monnaie est tout à la fois incorporée, objectivée et institutionnalisée. Elle repose sur une combinatoire, variable selon les époques et les sociétés, entre confiance éthique, confiance méthodique et enfin confiance hiérarchique. Dans chacun de ces états, on retrouve les trois formes fonctionnelles : le compte, le monnayage et le paiement. C’est ce qui légitime l’hypothèse générale précédemment avancée de la monnaie comme fait social total puisque « la monnaie est donc à la fois un langage spécifique (le système de compte), un objet (les instruments de paiement) et une institution (les règles de monnayage). » Comme on l’a déjà souligné, cette conception permet de reclasser nombre de courants théoriques appartenant aux diverses disciplines des sciences sociales. C’est aussi une clé d’analyse pour décrire dans un système conceptuel unifié des régimes monétaires précédemment considérés comme hétéronomes.

  • Il est possible de réconcilier études de cas et théorie générale. On l’a déjà souligné, cette tension est très présente dans les recherches contemporaines. D’un côté, la plupart des économistes se bornent à analyser avec précision le régime monétaire des sociétés contemporaines dans lesquelles ils opèrent. De l’autre, un petit nombre de théoriciens se concentrent sur la construction de modèles rendant compte de l’émergence de la monnaie, sans référence aucune, si ce n’est rhétorique, à des épisodes historiques étudiés par les historiens de la monnaie. Ce divorce, quasi-complet, est pourtant l’indice d’une faille majeure dans la construction des théories économiques contemporaines : toutes reconnaissent leur caractère monétaire de l’économie et pourtant les plus intégristes d’entre elles – fondées sur la triple hypothèse de rationalité des comportements, des anticipations et de l’exclusivité du marché comme mécanisme de coordination – ne parviennent pas à produire une analyse cohérente de l’existence de la monnaie dans un modèle d’équilibre général. Le grand intérêt de La monnaie dévoilée par ses crises est d’ouvrir un chemin pour surmonter cet écart entre théorie de la monnaie et analyses des manifestations du fait monétaire.

  • Chaque crise apporte une contribution à la compréhension du phénomène monétaire. Ainsi, les crises ne sont plus des accidents par rapport à un système doté de cohérence fonctionnelle mais ce sont les révélateurs d’une articulation toujours précaire entre les formes fonctionnelles et les états de la monnaie. Bruno Théret aboutit ainsi à une taxonomie des formes phénoménales universelles de crise de monnayage et il peut au passage établir un lien avec les types de conflits qui structurent chaque régime monétaire. Dans cette clarification, les formes de la confiance jouent un rôle déterminant, ce qui est cohérent avec le projet d’unification, dans la théorie, des monnaies tant archaïques que modernes. Ainsi, dans le droit fil des recherches régulationnistes qui entendent livrer une analyse tant des régimes stabilisés que des crises grâce au même système conceptuel, dispose-t-on d’une réunification de l’approche des régimes monétaires.

  • Les crises monétaires présentent essentiellement quatre morphologies. La première caractérise la crise interne d’un régime fractionné de monnayage, la seconde la crise interne d’un régime centralisé de monnayage, dans l’un et l’autre cas elles sont suscitées par les conflits d’intérêt entre émetteurs multiples. On peut aussi observer une crise endogène de l’ordre monétaire qui est pourtant d’origine externe au monnayage proprement dit car liée aux usages non spécifiquement monétaires de la monnaie. Enfin, quatrième configuration, une crise externe au monnayage et d’origine exogène à l’ordre monétaire peut survenir en raison de relations internationales déséquilibrées. Chacune de ces formes perturbe à l’origine soit les règles de paiement, soit les règles de compte, soit les règles d’émission et finalement les règles de change, même si ultérieurement peuvent se conjuguer ces trois formes. Ainsi l’essai de Bruno Théret débouche effectivement sur une approche théorique intégrée tant de la monnaie que de ses crises.

8Il est assez évident que le lecteur trouvera matière à réflexion dans l’examen méticuleux de ces diverses propositions. Il pourra être séduit par certaines d’entre elles mais à la réflexion il ne manquera pas d’émettre quelques doutes et c’est la fonction du reste du présent compte rendu que d’en exprimer quelques-uns.

3. Un programme de recherche inachevé

9L’ouvrage fait songer à l’adage selon lequel qui trop embrasse mal étreint. Voici quelques-unes des critiques et suggestions suscitées par La monnaie dévoilée par ses crises.

  • Au fil du texte introductif de Bruno Théret, il est possible de noter un glissement dans la configuration de la théorie. Si à l’origine le trépied de la monnaie se définit par la conjonction de la dette, de la souveraineté et de la confiance, la conclusion du texte ne recourt finalement qu’aux diverses formes de la confiance (méthodique, hiérarchique, éthique ou encore conventionnelle) pour caractériser tant les conflits structurant de la monnaie que la morphologie de ses crises. Ce changement est l’indice d’une possible avancée de la théorisation par rapport à la construction proposée par La monnaie entre violence et confiance. Il témoigne aussi sans doute de la difficulté d’une construction théorique aussi ambitieuse que celle que tente la série d’ouvrages issus de ce groupe de chercheurs en sciences sociales.

  • L’unification de la théorie des monnaies sauvages et des monnaies modernes a-t-elle abouti ? Le lecteur attentif a quelques raisons d’en douter. En effet, il est surpris par l’asymétrie des apports respectifs des notions valables pour le présent et de celles valables pour le passé. On a déjà souligné que la ré-injection des diverses formes de confiance dans l’étude des monnaies archaïques avait apporté de nouvelles interprétations et c’est l’un des mérites de l’ouvrage. Par contre, on voit mal quel est l’apport de l’hypothèse de la dette de vie quant à la compréhension des monnaies modernes. Ce principe commun est réaffirmé au début de l’introduction de Bruno Théret mais son usage et sa pertinence s’atténuent au fil de l’introduction au point de disparaître comme contribuant à caractériser les diverses formes de crises. À cet égard, si la dette de vie est effectivement centrale dans des échanges symboliques que véhicule la monnaie des sociétés analysées par les anthropologues, dans les sociétés contemporaines, depuis l’établissement des systèmes de couverture sociale, ce n’est plus par le système du crédit et de la monnaie que se transmet la dette de vie mais essentiellement à travers les mécanismes de financement et de redistribution propres à ce que certains chercheurs désignent comme l’État social. En expert des comparaisons internationales des systèmes de couverture sociale, Bruno Théret ne manque pas de noter ce glissement mais il n’en tire pas toutes les conséquences concernant la théorie de la monnaie. C’est dommage car les relations entre couverture sociale et monnaie sont cruciales.

    • 3 Cf. Alain Lipietz, Crise et inflation, pourquoi ?, Maspéro - La découverte, 1979.

    Contrairement au vœu émis par Michel Aglietta dans le chapitre 21, ce nouvel ouvrage ne répond pas clairement aux critiques qui ont souligné la spécificité de la monnaie dans l’économie marchande. La monnaie des marchands ne marque-t-elle pas une rupture puisque le crédit correspondant n’est plus fondé sur une quelconque dette de vie mais sur l’anticipation de valeurs en procès, conformément à une tradition marxiste qui avait été réhabilitée pour comprendre les spécificités du crédit et des phénomènes de stagflation des années soixante-dix3. Marx est cité plusieurs fois par Bruno Théret mais pas à ce titre. On peut le regretter car si la monnaie continue à être un opérateur de l’appartenance sociale, la monnaie de crédit est celle des marchands, des entrepreneurs et des banquiers. Le fait de définir les salariés par leur incapacité à avoir accès au crédit est une idée astucieuse, avancée initialement par Carlo Benedetti et Jean Cartelier, mais elle ne saurait remplacer la prise en considération d’une définition plus canonique du rapport salarial, comme base du processus d’accumulation du capital et des phénomènes de crédit qui lui sont associés. Les tenants d’une rénovation de la théorie marxiste, aiguillonnée par le processus de globalisation et de financiarisation, risquent donc d’être déçus à la lecture de l’ouvrage, d’autant plus que tant Bruno Théret que Michel Aglietta sont de fins connaisseurs de la théorie marxiste…et ont largement contribué à son actualisation.

  • Les premiers travaux d’André Orléan et de Michel Aglietta dans la version première de leur ouvrage La violence de la monnaie faisaient jouer un rôle central à la double opposition entre centralisation/décentralisation d’une part, monnaie privée/monnaie publique de l’autre. Le thème du degré de centralisation demeure, en particulier lorsqu’il s’agit d’analyser les conséquences soit inflationnistes, soit déflationnistes des crises monétaires…bien que cela ne soit pas l’un des thèmes centraux de la synthèse de Bruno Théret. Par contre, probable signe de l’effacement contemporain de la légitimité – mais pas de la réalité – de la monnaie publique, c’est-à-dire émise en contrepartie d’un endettement de l’État au titre du budget…ou de la couverture sociale, les tensions entre monnaie des marchands et monnaie des princes sont quelque peu sous-estimées même si elles réapparaissent dans la typologie des crises. Ne faudrait-il pas réintroduire cette distinction fondamentale dans la théorie elle-même ? À cet égard, il ne suffit pas de recourir aux formes de la confiance pour traiter complètement de la question de la concurrence/complémentarité entre ces deux formes de monnayage.

  • La méthode du structuralisme génétique est certes éclairante mais produit-elle toujours des résultats pertinents ? La question est posée à la lecture des tableaux synthétiques représentatifs des conflits structurant de la monnaie et de la morphologie des crises. Tout d’abord, une remarque formelle : la construction de la théorie de la monnaie est triadique comme l’explicite le schéma 1 de l’introduction. On s’attendrait donc à ce que tant les conflits que les crises monétaires soient classés par rapport à la domination de l’un des termes de cette triade. Or, Bruno Théret recourt à trois autres oppositions, toutes trois binaires : entre fractionnement et centralisation d’abord, entre verticalité ou horizontalité de la dette et finalement entre origine interne et externe des crises. On comprend que les prémisses d’une théorie se déroulent au point de livrer des conclusions nouvelles mais dans ce cas, on est surpris par l’aplatissement progressif de la richesse de l’approche triadique au profit d’oppositions binaires qui peuvent apparaître quelque peu mécaniques.

    • 4 On songe ici à la thèse de Pierre Alary (Dynamique monétaire et développement des échanges marchand (...)

    La question des territoires sur lesquels se déploient les monnaies est certes présente dans la description des études de cas qui portent sur des cités, des empires, des Etats-nations, des fédérations. Pourtant, d’un point de vue théorique, ce point essentiel ne reçoit pas de traitement spécifique. Le tableau présentant les formes types de crises monétaires illustre cette lacune. Conformément à l’attente, les trois premières formes types de crises monétaires trouvent respectivement leur origine dans les règles de paiement, de monnayage et de compte. Par contre, la quatrième configuration correspond à une crise de change, ce qui revient à introduire subrepticement la question de la concurrence ou encore du chevauchement entre différents ordres monétaires. Le texte évoque cet aspect mais ne le théorise pas. Dès lors, le lecteur est finalement mal armé pour analyser les crises contemporaines même si les chapitres sur l’Argentine, Cuba, la Russie post-socialiste entendent traiter des relations entre monnaie nationale, devise et troc. C’est donc un chantier à ouvrir pour ceux des chercheurs qui voudraient prolonger l’effort théorique de La monnaie dévoilée par ses crises. C’est sans doute aussi une invitation à réintroduire le rôle du politique en recherchant s’il existe des liens entre régime politique et régime monétaire. Parallèlement, il faudrait examiner plus précisément comment et pourquoi peuvent coexister durablement, sur le même espace, plusieurs moyens de paiement et même d’unités de compte4.

    • 5 Voir André Orléan (1999), Le pouvoir de la finance, Odile Jacob, Paris.

    L’éclairage des crises monétaires et financières contemporaines est finalement décevant. Certes, le propos des auteurs rassemblés dans cet ouvrage est de relier le passé et l’exotique à un présent bien connu. De ce fait, ils se préoccupent peu de détecter d’éventuelles innovations récentes qui marqueraient l’avènement de nouvelles formes de crise. Il est regrettable que soit considérée comme des facteurs exogènes de crise l’interaction d’un régime monétaire et d’un régime financier. En effet, les travaux d’André Orléan5 n’ont-ils pas montré qu’avec la financiarisation, la bourse avait pu prétendre à fournir l’évaluation canonique de la valeur, au point de prétendre à la même liquidité que la monnaie elle-même ? Pour qui observe le cours paradoxal de la crise américaine des produits dérivés du marché hypothécaire, dite des subprimes, il semble opportun de revisiter la question des frontières entre monnaie et finance, tant les deux sphères sont devenues imbriquées et rendent spécialement difficile la conduite de la politique monétaire. D’autant plus qu’elle se substitue à l’absence de contrôle par la collectivité d’innovations tout à fait profitables pour les agents privés mais potentiellement déstabilisatrices du système financier et par voie de conséquence de la dynamique macroéconomique elle-même.

10Est-il permis de suggérer, pour une prochaine édition de cet ouvrage de lui adjoindre d’une part un chapitre traitant de l’analyse de la crise financière des années 2007-2008 à la lumière de sa problématique centrale, d’autre part d’un second qui examinerait dans quelle mesure les innovations tant monétaires que financières appellent à une révision/extension de cette problématique. C’est une invitation à une réflexion plus générale sur le statut épistémologique des sciences sociales, et de l’économie en particulier. On attendrait d’une théorie structurale du type que propose la monnaie dévoilée par ses crises de totaliser l’ensemble des connaissances ou tout au moins des concepts nécessaires à l’analyse de tous les régimes monétaires. Tel est bien le propos des auteurs. Rien ne garantit pourtant que les innovations qui se sont multipliées au cours des deux dernières décennies n’appellent pas un nouvel effort conceptuel, non plus pour réconcilier présent et passé mais pour tenter d’anticiper dans quelle mesure le présent est annonciateur d’une configuration à venir des régimes monétaires.

Haut de page

Notes

1 André Orléan, « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’année sociologique, PUF, Vol. 55, 2005-2, pp. 279-305.

2 Voir entre autres : Robert Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché : Complémentarité ou persistante orthogonalité ? », Projet d’article soumis pour publication à Annales à paraître 2009.

3 Cf. Alain Lipietz, Crise et inflation, pourquoi ?, Maspéro - La découverte, 1979.

4 On songe ici à la thèse de Pierre Alary (Dynamique monétaire et développement des échanges marchands, EHESS, Paris, Octobre 2006) qui montre qu’au-delà de l’unité de compte instituée par le pouvoir politique, les divers groupes sociaux peuvent continuer à se référer à diverses unités de compte et bien sûr moyens de paiement. Le défi théorique est alors de comprendre comment la distribution des formes fonctionnelles de la monnaie sur plusieurs supports fait néanmoins système.

5 Voir André Orléan (1999), Le pouvoir de la finance, Odile Jacob, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « Bruno Théret (Dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Éditions de l’EHESS, Paris, 2007 », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/4813

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page