Navigation – Plan du site
Varia

Stratégies et modèles nationaux de croissance.

Proposition d’une démarche et esquisse d’un schéma d’analyse
Michel Freyssenet

Résumés

L’article propose une démarche nouvelle pour identifier et caractériser les modèles nationaux. Elle consiste à déterminer l’enjeu qui lie les acteurs entre eux, puis à répondre aux questions logiques qui découlent de cet enjeu pour y faire face. Il semble bien que la croissance, après redéfinition, soit dans tous les cas de figure la condition de l’indépendance et de l’unité des nations. De fait, le moteur de croissance adopté impose une règle de régulation entre production et distribution, implique des conditions externes et internes de possibilité, et exige pour être mis en œuvre des moyens cohérents. Les compromis politiques, requis pour trouver des solutions, paraissent dessiner autant de modèles nationaux qui limitent les stratégies de profit possibles pour les firmes capitalistes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Les tentatives faites pour identifier et caractériser les différents capitalismes ou plus largement les modèles nationaux combinent souvent deux approches. L’une consiste à construire des configurations institutionnelles à partir de composantes supposées importantes. L’autre permet, à l’aide de techniques statistiques plus ou moins sophistiquées, de faire apparaître des constellations de traits pouvant étayer et préciser les modèles imaginés ou théoriquement construits, voire même révéler des cas inattendus.

2Cette façon de faire, qui a eu le grand mérite d’ébranler les visions homogénéisantes du capitalisme, tant sur le plan historique que géographique, présente toutefois des inconvénients qui empêchent souvent d’adhérer aux typologies élaborées. Chacun a en effet d’excellentes raisons de privilégier telle composante plutôt que telle autre, ces raisons pouvant être théoriques, politiques ou pratiques (ce qui a le plus de chance de faire système). Quant aux constellations statistiques, elles ne sont à proprement parler, comme on le sait, la preuve de rien. Enfin dans les deux approches, les notions « indigènes » et les catégories statistiques sont souvent prises pour argent comptant, à défaut de disposer d’autres matériaux. En suivant cette méthode, le chercheur est finalement contraint de procéder in fine à un coup de force intellectuel pour parvenir à proposer des modèles « évocateurs ».

3Tant pour choisir les composantes que pour découvrir la signification de la combinaison des traits que ces composantes peuvent prendre selon les pays, deux enquêtes, complémentaires l’une de l’autre, paraissent incontournables pour progresser : l’enquête de terrain et l’enquête historique. La première vise à découvrir les pratiques réelles sous le couvert d’appellations communes, la seconde d’en rechercher le sens à partir des situations qui les ont engendrées, puis transformées.

1. Une démarche substantive, historique et systémique

4Conscient dès l’origine de ces difficultés, le GERPISA 1 a cherché à les surmonter tout au long de ses travaux. Il est parvenu à systématiser une démarche qualifiée de substantive (description du contenu réel des pratiques, des dispositifs, des institutions, au-delà des mots qui les désignent), d’historique (identification des problèmes successifs rencontrés afin de comprendre le sens de ces mêmes pratiques, dispositifs et institutions censés les résoudre ou les gérer) et de systémique (analyse des conditions de possibilité et de viabilité des solutions mises en oeuvre) (Boyer, Freyssenet, 1995, 2000) 2. Cette démarche a conduit à élaborer un schéma d’analyse des « modèles productifs ». Elle a en outre, chemin faisant, fait découvrir comment les problèmes rencontrés et les solutions apportées par les acteurs se hiérarchisent et s’ordonnent en fonction d’un enjeu majeur qui les lie et les constitue à la fois (Freyssenet, 2007) 3.

5Cet enjeu majeur, qu’il est possible d’identifier empiriquement, permet en effet d’énoncer une série logique de questions et de découvrir les composantes pertinentes. C’est ainsi que l’analyse des trajectoires des firmes de l’industrie automobile a conduit inexorablement, quel que soit le point étudié, à cet enjeu majeur que constitue pour tous les acteurs de l’entreprise l’atteinte d’une profitabilité suffisante, malgré tous les moyens employés pour organiser, limiter ou suspendre temporairement le type de concurrence instaurée par le rapport capital-travail. L’enquête et le raisonnement logique ont montré que les firmes n’exploitaient pas les mêmes sources de profit et que l’exploitation de ces sources exigeait des conditions particulières pour l’être. Dès lors, une masse considérable d’informations de toute nature, économique, sociologique, historique, etc., commençait à s’ordonner et une nouvelle série de questions s’imposait. Est-ce que les sources différentes de profit correspondaient à des phases nécessaires vers un optimum caractérisé par une exploitation d’égale intensité de toutes les sources, ou bien étaient-elles totalement ou partiellement incompatibles les unes avec les autres, et dès lors au fondement d’une diversité irréductible des stratégies d’entreprises ? Est-ce que les conditions de possibilité des différentes sources de profit pouvaient être réunies dans tout pays capitaliste, ou bien ne l’étaient-elles que dans certains et pourquoi ? Quelles étaient les exigences de mise en œuvre de ces stratégies, que les acteurs de l’entreprise  devaient respecter pour qu’elles soient effectivement profitables ? Comment les acteurs de l’entreprise parvenaient à se mettre d’accord explicitement ou implicitement sur des moyens répondant de manière cohérente et acceptable aux exigences de la stratégie poursuivie ? Quelles étaient la dynamique et les contradictions du « compromis » élaboré ? etc. Les réponses trouvées sont résumées dans l’ouvrage Boyer R., Freyssenet M., Les modèles productifs, La Découverte, Paris 2000 4. Elles sont développées dans Boyer R., Freyssenet M., Le Monde qui a changé la machine. Essai d’interprétation d’un siècle d’histoire automobile. Quatorze textes préparatoires, GERPISA, Paris, 2006. Une représentation en est donnée par la Figure 1.

Figure 1 : Le modèle productif est son contexte

Figure 1 : Le modèle productif est son contexte

Sources GERPISA: Robert. Boyer et Michel. Freyssenet

6A posteriori, on peut dire que la démarche suivie repose sur une hypothèse, développe une méthode et propose un test. L’hypothèse est que les acteurs se mettent en action et en interaction quand ils ont à faire face à un enjeu qui leur est commun et dont ils ne peuvent pas s’abstraire, sauf à être en condition historique de subvertir le rapport social qui les a constitué en acteur collectif5. La méthode vise à identifier cet enjeu majeur. Il faut prendre garde qu’il n’est pas le même selon le rapport social concerné : rapport capital-travail, rapport associatif, rapport administré, rapport domestique, rapport marchand, etc. (Freyssenet, 1990, 2001, 2002). Il peut donner lieu ensuite à plusieurs stratégies pour y faire face. Mais toutes ne sont pas possibles.  Le contexte doit remplir les conditions de possibilité qui sont les leurs pour être pertinentes.

7Si ces conditions sont réunies, les parties prenantes doivent enfin trouver des moyens cohérents pour mettre en œuvre celles qu’ils ont choisies. Ils y parviennent, intentionnellement ou non, en construisant un compromis de fait, dont la dynamique et les contradictions conduisent soit à en renouveler les termes soit à changer de stratégie6. Le test est le résultat obtenu in fine au regard de l’enjeu majeur.

8On le voit, la détermination d’un enjeu majeur pour les acteurs d’une entité quelconque a l’immense mérite d’ordonner l’enquête, de trier ce qui est pertinent de ce qui ne l’est pas par rapport à cet enjeu, de mobiliser des informations à tous les niveaux et dans tous les domaines, d’aider à comprendre le contenu et le sens des pratiques et des dispositifs, au-delà des mots utilisés pour les désigner, etc., bref de résoudre nombre de difficultés méthodologiques rencontrées par le « bricolage modélisateur » et les « constellations statistiques ». Le présent article vise à examiner la possibilité d’utiliser une démarche similaire pour analyser les configurations nationales7.

9Dans Les modèles productifs, Robert Boyer et moi-même, nous avions déjà proposé une typologie de ce que nous appelions alors les « modes de croissance ». Nous avons été amenés à l’élaborer, car il nous a bien fallu comprendre pourquoi toutes les stratégies identifiées n’avaient pas été poursuivies de partout et de tout temps. Nous nous sommes tout d’abord aperçus que deux conditions étaient nécessaires et suffisantes, les autres éléments de contexte pouvant varier. Il fallait un type de demande et un type de travail particuliers pour que soient exploitables les sources de profit privilégiées par chaque stratégie de profit parmi les six repérées (volume, diversité, qualité, innovation, flexibilité, réduction des coûts à volume constant). Qu’est-ce qui générait cette diversité de la demande et du travail dans le temps et l’espace, alors que l’on pense communément que l’évolution de la division du travail les transforme plus ou moins simultanément selon les pays ? Après un premier débroussaillage, nous avons recherché, parmi les nombreux traits qui en résultaient, ceux qui étaient nécessaires et suffisants. Il est apparu alors que ces traits relevaient de deux composantes et de deux seulement : la forme de distribution du revenu national (coordonné nationalement et modérément hiérarchisé, concurrentiel et décentralisé, pénurique, inégalitaire) et le moteur de la croissance (consommation, exportation, investissement). D’où la combinatoire proposée dans le livre, qui nous a notamment permis de constater que les firmes automobiles qui avaient été durablement profitables durant la période étudiée avaient toutes pour pays d’origine et implantation principale des pays à la distribution coordonnée et modérément hiérarchisée et à la croissance tirée par l’exportation, qu’elle soit spécialisée comme dans le cas de l’Allemagne, ou compétitive par les prix comme dans le cas du Japon8. Nous ne cherchions pas alors à identifier et à caractériser des modèles nationaux. Toutefois, ce travail a ouvert la voie (Freyssenet 2005).

2. Projet sociétal, l’enjeu de la « croissance » et le capitalisme

10Comme toute entité sociale, une nation n’est pas éternelle. Elle est une forme historique du vivre ensemble dans une trajectoire qui n’est pas tracée d’avance. Il est donc des conditions internes et externes à sa pérennité. Se résument-elles en un enjeu ? Une nation n’est pas régie par un seul rapport social, comme le sont les entreprises capitalistes par le rapport capital-travail 9.

11En effet, une entité politique se caractérise au contraire par l’articulation-confrontation de plusieurs sphères : capitaliste, étatique, marchande, associative, domestique, religieuse, etc. Il paraît donc a priori difficile de dégager un enjeu à partir duquel nous pourrions analyser les trajectoires nationales. En outre, si enjeu il y avait, on devrait observer une sanction immédiate quand il n’est pas affronté. Or à la différence des entreprises, les nations ne font pas faillite et ne disparaissent pas facilement. Malgré ces arguments de bon sens, la question vaut toutefois la peine d’être examinée.

12Une entité politique quelconque (nation, fédération, confédération, union, royaume, empire, principauté, tribu, etc.) n’existe en effet que si elle est reconnue en tant que telles (y compris en la combattant) par les autres entités politiques et que si les forces sociales qui la composent renouvellent leur accord (volontaire ou contraint) de vivre ensemble. On peut résumer cela en disant que l’indépendance et l’unité fondent une entité politique, même si l’on observe de nombreux degrés et de nombreuses formes d’indépendance et d’unité.

13Indépendance et unité présupposent un double compromis : le premier avec les autres entités existantes, le second entre les composantes sociales de l’entité considérée. Il faut pour cela que le projet (implicite ou explicite) qui est à son origine ou le nouveau projet qu’elle se donne pour se perpétuer soit de fait accepté par la population qu’elle veut rassembler ou rassemble déjà, et soit considéré comme compatible avec les projets portés par les autres entités politiques. Le projet peut être aussi bien de devenir ou de se maintenir comme première puissance capitaliste mondiale que de faire advenir un monde multipolaire, ou de faire prévaloir un autre système économique et social, ou bien encore de faire d’une religion l’ordonnatrice de toute chose, de se perpétuer comme groupe nomade ou tribu sylvicole, etc. On sait combien ces différents « projets » ont du mal à coexister. Par quels moyens peuvent-ils néanmoins le faire ? Certains peuvent s’accomplir sans qu’il soit nécessaire de recourir à ce que nous appelons la « croissance ». Selon le rapport social dominant, la « richesse » n’est pas en effet de même nature d’une société à une autre.  Ce qui est socialement valorisé peut ne pas impliquer d’accumuler plus de biens, ni même de dégager, à quantité de biens constante, du temps supplémentaire pour que tout ou partie de sa population puisse s’y adonner.

14À ceci près toutefois que les entités politiques entrent en relation et interaction et que chacune se fait de l’autre et de son projet une représentation particulière à partir de ses propres cadres de pensée. Toute entité politique doit donc au minimum consacrer du temps à la préservation de son indépendance et de son unité. Il lui faut disposer des moyens nécessaires et suffisants de défense, de négociation, de persuasion, de rayonnement, de cohésion et de police, etc. Dans le cas contraire, le pays subit plus facilement des pressions externes et des tensions internes qui limitent, voire remettent en cause sa souveraineté et son pacte fondateur, et parfois son existence même. Les différentiels de croissance (du temps disponible et éventuellement de ce qui est identiquement valorisé par des entités politiques en confrontation) deviennent alors un enjeu.

15Le rapport capital-travail joue depuis au moins deux siècles un rôle essentiel dans la croissance. Il est en effet le seul rapport social existant à recéler en lui-même un mécanisme sans fin, sans but et sans pilote de croissance de la productivité, laquelle ne se transforme en revenu national additionnel que pour autant que les marchandises produites (biens et services), nouvelles ou non, sont réalisées en valeur, c’est-à-dire effectivement vendues. La croissance sans fin des biens accumulés, notamment à partir de sources non renouvelables, a certainement des limites, ne serait-ce qu’en raison de probables enchaînements imprévisibles et immaîtrisables, aboutissant à la disparition de certaines conditions indispensables à la vie, qui, faut-il le rappeler, ne nous sont pas toutes connues. Mais, quelles que soient les formes de société et probablement de capitalisme qui émergeront de la phase que nous connaissons, la croissance, au moins du temps disponible pour s’adonner aux nouvelles activités socialement valorisées, demeurera la condition à l’indépendance et à l’unité des entités politiques. Mais on le voit, la croissance nationale n’est pas seulement un moyen. Elle est aussi, par son origine et par l’emploi qui est fait des gains (temps ou biens), porteuse d’un projet de société explicite ou d’un projet de fait.

16La première question à se poser est donc : quelles sont les sources de la croissance dans nos sociétés? Les sources de la croissance nationale se ramènent classiquement à trois : l’investissement, la consommation intérieure et l’exportation 10. L’investissement crée des emplois et des conditions favorables à la production en général. La consommation intérieure permet des économies d’échelle ou des marges grâce à la variété, la qualité ou l’innovation. L’exportation nette procure des revenus supplémentaires utilisables ou redistribuables.

17Les pays exploitent tous ces trois sources, mais pas dans les mêmes proportions. Deux raisons à cela : les conditions de possibilités internes et externes de chacune de ses sources ne sont pas les mêmes, et leurs exigences de mise en œuvre peuvent être contradictoires, si on veut y recourir avec la même intensité. Une source est donc de fait privilégiée. Elle devient motrice et entraîne les autres selon une séquence qui peut changer dans le temps et ne pas être la même dans les pays ayant le même moteur de croissance.

18Une source motrice se reconnaît à l’indexation de fait de la distribution du revenu national à ce qui rend possible son exploitation: épargne forcée ou volontaire pour l’investissement, productivité interne pour la consommation, compétitivité externe pour l’exportation. Le moteur de la croissance d’un pays donné peut être considéré comme sa stratégie de croissance, qu’elle ait fait l’objet d’un compromis explicite ou qu’elle soit une donnée historique de fait.

3. Stratégies et modèles nationaux de croissance : un schéma d’analyse des trajectoires et des configurations nationales

19Les trois grandes stratégies de croissance identifiées : « investissement », « consommation », « exportation », paraissent discriminantes des trajectoires nationales essentiellement pour trois raisons. Quels que soient les buts affichés ou poursuivis in fine  par les acteurs nationaux, les justifications qu’ils en donnent et les compromis qu’ils passent entre eux, les stratégies de croissance qu’ils sont de fait amenés à choisir leur imposent en effet un cadre d’action pour y parvenir. Ce cadre, propre à chaque stratégie, est constitué par une règle commune, par des conditions de possibilité et par des exigences de mise en oeuvre.  

3.1. La règle spécifique  qui s’impose aux acteurs, dès lors qu’ils poursuivent la même stratégie de croissance

20La règle qui s’impose est celle de devoir instaurer un lien entre la source qui impulse la croissance et la part du revenu national qui pourra être distribuée, à travers des institutions, des politiques et des réglementations régulatrices. Dans le cas d’une stratégie « investissement », la règle est de différer la distribution des gains de productivité à la population pour alimenter l’investissement. Dans le cas d’une stratégie de « consommation », la règle est au contraire de lui distribuer largement les gains de productivité pour stimuler la production. Dans le cas d’une stratégie « exportation », elle est de conditionner la distribution aux gains de compétitivité extérieure pour assurer la pérennité ou le renouvellement de l’avantage comparatif à son origine 11.

3.2. Les conditions de possibilité différente requises par chaque stratégie de croissance

21Pour qu’un pays en vienne à privilégier une source de croissance afin de « tirer » les autres, encore faut-il que des conditions l’aient poussé à le faire ou qu’elles aient pu être réunies. Or les conditions de possibilité internes et externes de ces trois stratégies diffèrent aussi. La stratégie « investissement » implique l’acceptation de fait par la population des sacrifices demandés et l’acceptation également par les pays voisins des « menaces » militaires, politiques et économiques dont cette stratégie peut être porteuse. La stratégie « consommation » suppose un consensus national sur la répartition du revenu du pays entre catégories sociales et un accord international sur le contrôle politique des échanges internationaux en fonction des intérêts de chaque pays, afin de préserver et développer le niveau de vie atteint et l’autonomie acquise. La stratégie « exportation » est fondée sur une conviction nationale selon laquelle, pour des raisons naturelles ou historiques, la vie du pays dépend de son insertion compétitive dans les échanges internationaux, et sur un ordre international qui privilégie la confrontation économique ou la spécialisation productive.

3.3. Les exigences de mise en œuvre propres à chaque stratégie de croissance

22Les exigences de mise en œuvre de ces stratégies sont la cohérence des moyens employés avec chacune d’elles et la compatibilité de ces moyens entre eux, dans les trois domaines constitutifs d’une configuration nationale : la production du revenu national, sa distribution et la régulation production-distribution.  Une stratégie « investissement » exige la production de moyens de production, une distribution restrictive et une régulation administrée. La stratégie « consommation » exige une production de biens de consommation finale, une distribution qui s’élargit et croît, et une régulation contrôlant inflation et balance commerciale. La stratégie « exportation » exige la production de biens pouvant être compétitifs sur les marchés internationaux, que ce soit par leur prix, leur spécialisation, leur nouveauté ou leur rareté, une distribution indexée aux gains de compétitivité et une régulation assurant l’accès aux marchés extérieurs et le renouvellement de l’avantage comparatif. Comme on le voit, règle commune, conditions de possibilité et exigences de mise en œuvre sont nettement différenciées selon les stratégies de croissance et touchent à des domaines qui ne peuvent pas ne pas orienter et structurer l’histoire nationale et l’action des acteurs, même si histoire et acteurs peuvent être très différents comme on le verra.

3.4. Définition du « modèle de croissance »

23Dès lors un « modèle de croissance » peut être défini comme une configuration nationale dans laquelle les acteurs,  ayant été conduits par les conditions externes (relations internationales) et internes (combinaison particulière de rapports sociaux) qui sont les leurs  à privilégier une des sources de croissance (investissement, consommation, exportation) pour entraîner les autres, répondent de manière cohérente aux exigences de cette stratégie, grâce à un compromis politique sur les types  de production et de productivité à favoriser, sur la forme de distribution du revenu national à instaurer et sur la régulation à assurer entre production et distribution. L’enchaînement « conditions de possibilité internes et externes – stratégie de croissance - exigences de mise en œuvre – modèle de croissance – marché et travail - dynamique, limites et contradictions du modèle » peut être représenté par la Figure 2, ci-après.

3.5. Configurations nationales et « modèle de croissance »

24Il va de soi que les trajectoires nationales ne sont pas une succession de périodes durant lesquelles un modèle de croissance est à l’œuvre, périodes qui ne seraient séparées que par le temps nécessaire à la transition d’un modèle à un autre. La réalité est beaucoup plus broussailleuse pour des raisons que le schéma d’analyse esquissé nous laisse entrevoir. On peut aisément imaginer que l’unanimité, voire la majorité pour une stratégie de croissance  est difficile à obtenir, à supposer que le débat public soit posé en ces termes, ce qui est rarement le cas. Tout aussi évidente est la variabilité du contexte international, qui peut brutalement déstabiliser une stratégie et un modèle de croissance, donnant l’occasion aux forces sociales qui ne s’en satisfaisaient pas ou qui ne s’en satisfaisaient plus de le remettre en question, au lieu de chercher d’abord des solutions adaptées. Il en fut ainsi après les crises de 1974 et 1980, créant une longue période de balancement entre plusieurs voies possibles. Les acteurs, de fait en désaccord sur la voie à prendre, se battent sur les politiques et les moyens au nom de principes, de perspectives  ou d’intérêts qui sont les leurs, créant des incohérences en fonction des rapports de force sur les différents sujets. Cette confrontation peut durer longtemps, avec des résultats médiocres que chacun attribue à l’autre. C’est la raison pour laquelle l’apparition d’un modèle de croissance relève le plus souvent d’un processus inintentionnel, au mieux renforcé a posteriori lorsque les acteurs en prennent conscience, tant les obstacles cognitifs, politiques et sociaux pour le penser et le faire vivre sont considérables.

Figure 2 : Stratégie et modèle de croissance

Figure 2 : Stratégie et modèle de croissance

25Les sections suivantes ne peuvent, dans la longueur requise pour les articles de la revue, que présenter les stratégies de croissance, leurs conditions de possibilité et leurs exigences. Les modèles nationaux qui les ont efficacement mises en œuvre et les configurations nationales qui n’ont pas réussi à le faire ne pourront être évoqués que très sommairement ici. De même, les stratégies de profit autorisées par les modèles nationaux ne pourront qu’être mentionnées 12.

4. La stratégie de croissance « investissement » et les modèles qui sont parvenus à la mettre en oeuvre

4.1. La stratégie de croissance « investissement » : caractéristiques, conditions de possibilité et exigences de mise en œuvre

26Cette stratégie consiste à mobiliser des capitaux intérieurs ou extérieurs pour investir dans des productions (moyens de production ou de destruction, produits pour l’exportation) dont la population ne tire d’autres avantages immédiats qu’un nombre croissant d’emplois rémunérés, mais à un niveau suffisamment faible pour permettre soit de dégager une importante épargne nationale, soit d’attirer continûment des investisseurs ou des donateurs extérieurs. Elle fut celle des régimes autoritaires de l’entre-deux-guerres, des pays communistes jusqu’à l’implosion de leur système politico-économique, des pays européens continentaux, du Japon et de la Corée du Sud après la Deuxième Guerre mondiale durant la phase de reconstruction, des pays qui s’appuient principalement sur les IDE (Investissements Directs Étrangers) ou l’« aide internationale » orientée vers de grandes infrastructures. La stratégie « investissement » recouvre  donc des configurations nationales très différentes.

27Compte tenu des privations absolues ou relatives qu’elle implique pour la population, elle ne peut prévaloir durablement que si le pays estime être dans l’obligation d’investir prioritairement. Il en est généralement ainsi après un conflit armé, ou en cas de menace étrangère réelle ou supposée, d’un retard économique et technologique compromettant ou ayant compromis la position internationale, voire la survie du pays, etc. À l’inverse, cette stratégie peut constituer aux yeux des autres pays une menace militaire, économique et politique. Elle implique donc aussi pour pouvoir être adoptée qu’elle puisse être acceptée par ces autres pays, ou qu’ils ne puissent s’y opposer, ou bien encore qu’ils y soient directement intéressés par les bénéfices politiques, commerciaux ou financiers qu’ils peuvent en tirer.

28Les moyens à trouver dans les trois domaines constitutifs de toute configuration de croissance, à savoir la production du revenu national, sa distribution, et la régulation entre ces deux processus, doivent répondre aux exigences de la stratégie « investissement ». La production se doit d’être orientée ou réorientée vers des produits non directement consommables, soit de par leur nature (moyens de production et/ou de destruction), soit parce que la population locale ne peut les acheter. La distribution est restrictive, soit pour dégager l’épargne nationale suffisante, soit pour permettre aux investisseurs étrangers de rapatrier le plus de bénéfices possible ou d’avoir des raisons de rester, en raison notamment des bas salaires. La régulation doit faire en sorte que la faiblesse relative de la distribution ne compromette pas la production en quantité, régularité et qualité.

29Les moyens trouvés pour répondre à ces exigences le sont dans le processus d’élaboration du « compromis national » autour de la stratégie « investissement ». Le compromis national doit rendre acceptable durant le temps nécessaire l’absence de contreparties immédiates à l’effort demandé. Plusieurs compromis sont imaginables et certains d’entre eux ont effectivement été construits. Ils consistent en des combinaisons particulières entre les ressources selon leur origine, majoritairement interne ou externe, et les objectifs visés, qui peuvent aller de la puissance économique et/ou militaire à l’indépendance / développement ou à la dépendance rétribuée d’une puissance dominante.

4.2. Une première catégorie de compromis fondés sur la mobilisation de ressources majoritairement internes

30La restriction de la consommation de tout ou partie de la population a comme contrepartie soit le rêve de devenir un pays dominant régionalement ou mondialement, soit l’espoir du rattrapage économique et de l’indépendance nationale. Deux modèles nationaux relèvent de cette première catégorie de compromis. 13

31Le modèle « Investissement croissant de l’épargne nationale pour la puissance militaire  / distribution restrictive  » se caractérise par la mobilisation de moyens nationaux pour se doter en priorité des moyens nécessaires à la puissance militaire (industrie, infrastructures, équipements, etc.), que ce soit à titre défensif ou offensif, et cela par une distribution restrictive pour une grande partie de la population, et par une régulation administrative et politique à travers le contrôle des prix et des salaires, la collectivisation des besoins et de leur satisfaction (logement, éducation, etc.), mais aussi à travers la propagande pour maintenir la mobilisation des esprits (qui peut comprendre la dénonciation récurrente d’un ennemi mortel, interne et/ou externe) et la coercition pour neutraliser les éléments réfractaires. Le rapport capital-travail est subordonné au « rapport administré », voire est entièrement remplacé par ce dernier. Ce modèle fut par exemple celui des pays à régime fasciste de l’entre-deux-guerres (l'Italie après 1922, le Japon après 1932, l'Allemagne après 1933) et des pays à régime communiste (l’URSS, les pays d’Europe centrale, la Chine et la Corée du Nord après la Deuxième Guerre mondiale). Quand le « rapport administré » prévaut, les notions d’« incertitudes du marché et du travail », de « stratégie de profit » et de « modèle productif », n’ont pas de sens (Boyer, Freyssenet, 2000). L’achat « clé en main » d’usines automobiles (Avtovaz, FSO, Dacia etc.) aux pays capitalistes par des pays communistes (URSS, Pologne, Roumanie, etc.) n’a pas permis de rattraper le retard, tant ces outils présupposent pour fonctionner efficacement le rapport social qui les a engendrés. La dynamique de ce type de modèle conduit à une croissance sans fin des dépenses militaires et d’infrastructures, à un report toujours au lendemain du bien-être promis au plus grand nombre, à la domination d’une coalition formée d’un secteur militaro-industriel toujours plus important et opaque, d’une administration d’État omniprésente et de mouvements politiques aux ordres, assurant promotion et prébendes à ses membres.

32Le modèle « Investissement croissant de l’épargne nationale pour un développement économique autonome / distribution restrictive », est celui des périodes de mobilisation politique et économique, soit pour réparer les dommages d’un conflit armé, soit pour jeter les bases du développement économique. Ce fut le modèle notamment des pays capitalistes devant procéder à leur reconstruction après le deuxième conflit mondial : la France, la Belgique, les Pays-Bas, la République Fédérale Allemande, l’Italie, le Japon. Mais il fut aussi, un peu plus tard, celui de la Corée du Sud. Le compromis  national se fait sur la restriction forte et généralisée de la consommation et une longue durée du travail, en contrepartie d’une croissance de l’emploi, d’une distribution du revenu relativement égalitaire pour le plus grand nombre, du redressement national et de l’indépendance. Une coordination s’instaure entre État, grands groupes industriels privés et syndicats à travers une planification au minimum incitatrice. Le marché interne des biens de consommation est limité, très faiblement croissant, voire pénurique. Le chômage diminue lentement. Les entreprises bénéficient d’un environnement monétaire, concurrentiel, protectionniste clairement établi. La collaboration de l’État et des entreprises de biens d’équipement est très forte, ne serait-ce que parce que les commandes d’État sont décisives. En revanche les industries de biens à destination de la consommation finale ont beaucoup de mal à faire entendre leur point de vue. Les stratégies de profit les plus adéquates que les firmes puissent mener sont les stratégies de « volume » (biens intermédiaires et biens d’équipement lourd) et de « réduction permanente des coûts » (biens de consommation), les autres n’étant que des paris risqués sur l’avenir 14. Alors que le compromis national est fondé sur l’acceptation de sacrifices immédiats pour pouvoir bénéficier d’une croissance du pouvoir d’achat ensuite, la dynamique de ce modèle de croissance tend en fait à le prolonger. En peu de temps des forces sociales puissantes se constituent et se retrouvent être bénéficiaires de ce modèle. Et de fait, on peut observer qu’il a fallu des conflits sociaux très durs, pour que les privations demandées et acceptées laissent la place à un partage  des fruits que ces privations avaient permis d’obtenir.

4.3. Une deuxième catégorie de compromis repose sur la mobilisation de ressources majoritairement externes

33Ces compromis s’accompagnent, au moins temporairement, de l’acceptation des conditions mises par les pourvoyeurs de ces ressources, avec comme contrepartie soit la construction d’une puissance économique et politique autonome et potentiellement rivale, soit une mise en dépendance économique et politique, parfois sous la forme d’une « périphérisation » au sein d’un ensemble économique régional (Freyssenet, Lung, 2001). Trois configurations nationales identifiées entrent dans cette catégorie. Seule la première sera présentée ici.

34La configuration, « Investissement croissant pour la puissance économique à l’aide de capitaux extérieurs et d’une distribution restrictive », est représentée aujourd’hui par la Chine. En 2004, plus de 40 % du PIB de ce pays provenaient de l’investissement. Des coûts de production imbattables, des infrastructures utilisables, une main-d’œuvre compétente, disciplinée et inépuisable, des perspectives d’un marché domestique sans équivalent exercent un attrait irrésistible sur les entreprises et les capitaux étrangers, au point de faire oublier à beaucoup d’entre eux toute prudence. En interne, la contrepartie à la dépendance apparente immédiate vis-à-vis du capital étranger est de promettre à la population la reconquête de la puissance nationale perdue et la revanche contre au moins deux siècles d’humiliation. Combien de temps durera cette stratégie « investissement »? La tentation ne sera-t-elle pas de prolonger au-delà du supportable socialement et politiquement un modèle de croissance fondé sur l’alliance de la nomenklatura communiste et des entrepreneurs capitalistes pour faire advenir aux moindres frais une nouvelle classe possédante et dirigeante ? Pour l’heure, le plus extraordinaire est que, malgré la distribution globalement restrictive, la demande interne de véhicules particuliers par exemple croît à un rythme et atteint des niveaux jamais observés en si peu de temps dans l’histoire, en raison de la part de la population (faible en pourcentage, mais élevée en valeur absolue) qui bénéficie de la croissance. Les stratégies de profit pertinentes pour les entreprises capitalistes dans un tel contexte sont les stratégies de « qualité », de « volume et diversité » et de « volume ».

35 Pour mémoire, mentionnons les configurations « Investissement croissant de capitaux étrangers réexportant leurs bénéfices / distribution restrictive » et « Investissement par ‘aide internationale’ / distribution restrictive ». 

5. La stratégie de croissance « consommation » et les modèles nationaux qui sont parvenus à la mettre en oeuvre

5.1. La stratégie de croissance « consommation » : caractéristiques, conditions de possibilité et exigences de mise en œuvre

36La consommation n’est motrice de la croissance que si son évolution est de fait indexée aux seuls gains de productivité interne, en dehors de toute considération de compétitivité extérieure (stratégie d’exportation). Cette stratégie reste par exemple celle des États-Unis, de la France et de l’Italie.

37Il est nécessaire sur le plan productif d’assurer la croissance de la productivité nationale dans un nombre suffisant d’activités. Sur le plan distributif, il est nécessaire de répartir les fruits de la croissance à un nombre suffisant de ménages. Sur le plan régulatif, il s’agit d’encourager la consommation au détriment de l’épargne, tout en gardant sous contrôle l’inflation et les échanges extérieurs, et en faisant en sorte que la croissance du pouvoir d’achat soit effectivement indexée aux gains de productivité.

38Il est plusieurs façons de répondre à ces exigences. La productivité peut être augmentée en faisant des économies d’échelle, ou bien en recourant à des techniques exigeant moins de main-d’œuvre à volume constant et en lançant de nouveaux produits ou services pour satisfaire les nouveaux besoins et fournir des emplois à la main-d’œuvre devenue surnuméraire, ou bien encore en ayant une grande flexibilité productive. Le pouvoir d’achat peut être augmenté de manière égalitaire ou modérément hiérarchisée ou bien variable. Il peut l’être aussi sous des formes différentes : une augmentation des salaires, généralisation et élévation des prestations sociales, baisse des prix, etc. Quant à l’encouragement de la consommation au détriment de l’épargne, il peut passer aussi bien par des taux réels bas de rémunération de l’épargne et un crédit bon marché, que par la fiscalité, par une inflation constante mais restant cependant sous contrôle, etc. La limitation relative des échanges extérieurs peut se faire par des mesures tarifaires et non tarifaires, par la taille même du marché intérieur, par des accords commerciaux, etc. L’indexation des revenus aux gains de productivité peut se réaliser à travers une politique nationale des revenus, des accords de branche ou d’entreprise, à travers une tension durable du marché du travail, à travers une distribution en cascade des plus fortunés à ceux qui le sont moins, etc.

39Les combinaisons de ces différents moyens pour satisfaire aux exigences de la stratégie de consommation dessinent autant de compromis nationaux possibles. Toutefois, historiquement, on n’en distingue essentiellement que deux. Ils se différencient par la forme de distribution du revenu national.

5.2. Le modèle « Consommation croissante par économie d’échelle et variété limitée de l’offre / et par distribution concurrentielle et décentralisée »

40Il fut en particulier le modèle de croissance des États-Unis des années 10 aux années 30. Il est caractérisé par une croissance tirée par la consommation grâce à une distribution décentralisée, concurrentielle et croissante du revenu national indexée de fait, à travers des mécanismes de marché et des mesures protectionnistes, aux gains de productivité réalisés par économie d’échelle et par variété limitée de l’offre. Le compromis politique à son origine est de limiter la concurrence au marché intérieur en le protégeant, de droit ou de fait.

41Dans ce modèle, la croissance de la productivité est obtenue par la concentration qui permet de faire des économies d’échelle, par la rationalisation des gammes de produit et de l’appareil de production, par une variété limitée aux segments les plus importants du marché, par une division du travail qui permet d’embaucher de la main-d’œuvre peu qualifiée, par la production industrielle d’outillage qui élève la productivité des activités relevant d’autres rapports sociaux, et par l’augmentation du pouvoir d’achat des catégories sociales bénéficiaires d’une distribution faite en fonction des rapports de force locaux et catégoriels et des opportunités financières. Le type de lien instauré entre consommation et gains de productivité limite la consommation de masse, et cela d’autant plus que ce modèle de croissance n’exclut pas les emballements spéculatifs qui, par les crises financières qu’ils provoquent, peuvent conduire à l’arrêt du crédit, aux faillites d’entreprise, à l’envolée du chômage, à la disparition des gains de productivité, à la récession. Dans ce modèle, la politique monétaire est donc centrale pour limiter les effets des crises qu’il génère ou qu’il ne peut empêcher. Mais il se peut aussi que la grande majorité des salariés remettent en cause le « compromis national », comme ce fut le cas des États-Unis durant les années 30-40.

42Les stratégies « volume » (Ford) et « volume et diversité » (General Motors) ont été possibles dans les conditions qui étaient celles des États-Unis, mais elles ont rencontré assez vite les limites mises par la distribution « concurrentielle » à l’extension de la demande solvable, alors que les stratégies « qualité » (Packard, Studebaker, Duesenberg, Pierce-Arrow etc.) et « innovation et flexibilité » (Chrysler) ont bénéficié des attentes de respectabilité ou d’originalité des couches de la population favorisées par cette même forme de distribution, jusqu’à ce que certaines d’entre elles ne sombrent avec la Grande Crise, en l’absence d’une régulation adéquate.

5.3. Le modèle « Consommation croissante par économies d’échelle et variété limitée de l’offre / et par distribution nationalement coordonnée et modérément hiérarchisée »

43Ce modèle se caractérise par une distribution croissante, nationalement coordonnée et moyennement hiérarchisée du revenu national, qui permet un accroissement continu des économies d’échelle et autorise une variété limitée de l’offre. Sous certaines conditions, le processus s’auto-entretient avant d’atteindre des limites sociales et économiques. Il repose en effet sur un compromis national et social. L’augmentation continue et généralisée du pouvoir d’achat a pour contrepartie l’acceptation des organisations du travail permettant de réaliser le volume et la variété requis. Ce modèle fut notamment le modèle de croissance des États-Unis depuis les années quarante jusqu'aux années quatre-vingt, de la France et de l'Italie, des années cinquante jusqu'au début des quatre-vingt-dix. Popularisé sous le nom de « fordisme » par l’École de la Régulation, il est inutile ici de le développer plus 15.

44Pour les firmes, la stratégie de profit « volume et diversité » a là ses conditions optimales. Mais elle laisse une petite place pour les stratégies « qualité » et « innovation et flexibilité », en particulier quand les écarts économiques s’accroissent quelque peu et quand de nouvelles catégories socio-professionnelles apparaissent ou se développent (Boyer, Freyssenet, 2006).

45Les limites et contradictions de ce modèle sont celles de sa propre réussite : une demande qui devient pour une bonne part de renouvellement pour les biens proposés jusqu’alors et l’arrêt de la croissance de la productivité dans les industries concernées, deux tendances en partie liées ; et/ou la remise en cause du compromis national dans un contexte de plein emploi, les salariés étant devenus en position de contester l’organisation du travail, etc. On aura reconnu là les ingrédients de la crise aux États-Unis, en France et en Italie, de ce modèle de croissance, que les chocs monétaires et pétroliers des années 70 ont amplifiée et orientée.

6. La stratégie de croissance « exportation », et les modèles nationaux qui sont parvenus à la mettre en œuvre

6.1. La stratégie de croissance « exportation » : caractéristique, conditions de possibilité et exigences de mise en œuvre

46Dans cette stratégie, la croissance est tirée par les exportations et la distribution se fait en fonction des gains de compétitivité externe. Il ne suffit donc pas que la productivité progresse, il faut aussi que les biens et les services produits soient, au moins certains d’entre eux, internationalement compétitifs. Ils peuvent l’être de deux façons : par le prix ou bien par la spécialisation des produits (laquelle peut résulter de leur « qualité », leur « technicité », leur rareté ou leur nouveauté). L’indexation de la distribution du revenu national à la compétitivité extérieure peut passer par une distribution coordonnée et modérément hiérarchisée explicitement liée à elle, ou par une distribution décentralisée et concurrentielle directement soumise aux variations de compétitivité des entreprises exportatrices, ou bien encore par une distribution structurellement inégalitaire, l’économie nationale vivant au rythme des cours mondiaux et de la consommation de la petite fraction de la population qui a le pouvoir de s’approprier les gains de l’exportation. Quant à la régulation, elle va d’une maîtrise des fluctuations des taux de change pour éviter que les efforts de compétitivité réalisés l’aient été en pure perte, à une retenue dans les exportations sans laquelle les pays importateurs pourraient avoir un réflexe protectionniste ou faire jouer les clauses de défense des intérêts nationaux généralement prévues dans les accords commerciaux, à la mise en place de dispositifs pour réguler les cours mondiaux, à l’effort pour assurer un renouvellement de la spécialisation du pays.

47La combinaison de ces moyens différents laisse imaginer autant de compromis nationaux et de modèles de croissance. On peut observer deux catégories de compromis. La première catégorie rassemble les pays exportant des biens spécialisés et distribuant leur revenu national de manière « coordonnée et modérément hiérarchisée », « concurrentielle et décentralisée », ou « structurellement inégalitaire ». La deuxième associe l’exportation de biens compétitifs par les prix à la distribution « coordonnée et modérément hiérarchisée » ou à la distribution « concurrentielle ». À côté de ces modèles de croissance, on observe aussi les nombreuses configurations nationales qui ne parviennent pas à être durablement compétitives, ni par les prix, ni par la spécialisation, et qui sont donc successivement et simultanément concurrentielles et concurrencées, ballottées par les règles du libre-échange dont elles ont cru pouvoir bénéficier.

6.2. Les pays exportant des biens spécialisés

48Ils se répartissent entre au moins trois modèles ou configurations. Le premier « Exportations compétitives par la spécialisation des produits / distribution coordonnée et modérément hiérarchisée » consiste sur le plan productif à favoriser la production de biens et de services que les autres pays ne peuvent, ne savent ou ne veulent pas produire ; et sur le plan distributif à répartir de manière coordonnée et moyennement hiérarchisée les gains issus de ces exportations. Ce modèle a été celui de l’Allemagne depuis les années cinquante, et de la Suède des années cinquante également jusqu'aux années quatre-vingt. Il a pour origine un compromis politique fondé sur la préservation de l'emploi, des hauts salaires, une protection sociale avancée et une qualification relative du travail, en contrepartie d'une qualité accrue, d'une spécialisation maintenue, et d'un renoncement à des actions qui pourraient les mettre en péril. Le marché engendré par un tel modèle est un marché progressant régulièrement dans la phase d'équipement, et relativement stable une fois la phase de renouvellement atteinte. Il est modérément hiérarchisé, avec dominance des segments moyens et supérieurs, comme le montre le marché automobile en Allemagne et en Suède, sans toutefois que ne se développe spectaculairement une demande de luxe, qui est propre aux pays à la structure sociale plus inégalitaire. Le travail est, quant à lui, caractérisé par une grande stabilité dans l'emploi, une importante proportion de salariés qualifiés, des syndicats puissants et coopératifs, voire co-gestionnaires, une protection sociale développée, notamment pour les chômeurs. La stratégie de profit fondé sur la « qualité » est la stratégie la plus pertinente dans ce modèle de croissance, au point d'en être emblématique.

49La deuxième configuration, « Exportations compétitives par la spécialisation des produits / distribution décentralisée et concurrentielle », a été observée dans des pays disposant de ressources rares partiellement valorisées sur place et cherchant à s’industrialiser. Nombre de pays d'Amérique latine ont paru rêver à ce modèle. Ils ont été longtemps des adeptes de la politique dite de substitution des importations. Cependant, deux conditions nécessaires à la transformation de cette configuration en un modèle de croissance pérenne n’ont pas été réunies : une progression régulière du revenu national et un compromis solide entre les fractions « rentières » et « industrialistes » de la classe dirigeante.

50La troisième configuration « Exportations compétitives par la spécialisation des produits / distribution structurellement inégalitaire » se caractérise par une croissance tirée par l'exportation de matières premières ou de produits agricoles particuliers et par une distribution du revenu national fortement inégalitaire à tendance clientéliste. Le revenu national est accaparé par quelques minorités, le redistribuant partiellement, au gré des nécessités pratiques et politiques, à d'autres couches dépendantes, le consommant pour l’essentiel par des importations dispendieuses ou par des dépenses à l’étranger, et plaçant la part restante dans des activités plus ou moins spéculatives. Dès lors, l’évolution des cours mondiaux rythme la croissance nationale qui dispose de peu d’autonomie pour amortir les chocs et les aléas venus de l’économie internationale.

6.3. Les pays compétitifs par les prix

51Deux modèles et une configuration ont été identifiés parmi eux. Le premier modèle « Exportations compétitives par les prix / distribution coordonnée et modérément hiérarchisée » a été celui du Japon jusqu’aux années 90. Sur le plan productif, il consiste à faire en sorte qu’un nombre suffisant de secteurs soit compétitif par les prix à l’exportation. La distribution est coordonnée nationalement pour s’assurer qu’elle ne compromet pas la compétitivité des exportations (salaires trop élevés) et qu’elle se fait de manière modérément hiérarchisée pour engendrer une demande de masse. La régulation doit permettre que les secteurs non-exportateurs continuent à être de fait protégés, tout en ne pesant pas sur la compétitivité des secteurs exportateurs, par le prix trop élevé des biens et services entrant dans la production des produits exportés. Elle doit aussi veiller, comme le lait sur le feu, aux taux de change, dont les variations pourraient ruiner d’un coup les efforts patients pour entretenir la compétitivité-prix des exportations. La dynamique de ce modèle de croissance conduit toutefois à l’ébranlement des bases de sa réussite. Les avantages initiaux, « bas salaire » et taux de change favorable, tendent à disparaître. L'accroissement continu et rapide de la productivité dans les secteurs exportateurs creuse l’écart avec la productivité des autres secteurs. Les autres pays réagissent et exercent des pressions toujours plus fortes à l'ouverture effective du marché intérieur, notamment des secteurs non-exportateurs. En situation de plein-emploi et de pouvoir d’achat croissant, les contreparties en termes de durée et de conditions de travail peuvent apparaître insupportables, comme ce fut le cas au Japon au tournant des années 90, notamment pour les jeunes générations. L’éclatement de la bulle immobilière, puis la déstabilisation du système bancaire sous les coups de boutoir de la libéralisation des mouvements de capitaux ont cassé le modèle de croissance japonais. Les jeunes sont passés en quelques années de la certitude de pouvoir choisir leur emploi au mieux de leurs envies à l’obligation pour beaucoup de devoir se contenter d’emplois temporaires ou à temps partiel (Boyer, Charron, Jürgens, Tolliday, 1998). La stratégie « réduction permanente des coûts à volume constant » (Toyota) est la stratégie la plus adéquate, alors que la stratégie « volume et diversité » (Nissan) a plus de mal à s’imposer et que la stratégie « innovation et flexibilité » (Honda) implique d’aller chercher sur les marchés extérieurs les clientèles attirées par les modèles innovants (Freyssenet, Shimizu, Volpato, 2003).

52Le modèle « Exportation compétitive par les prix / distribution décentralisée et concurrentielle » est celui de certains pays du sud-est asiatique depuis les années soixante-dix. La production privilégie des biens et des services exigeant de la main-d’œuvre pouvant être payée à un niveau nettement plus bas que dans les pays susceptibles d’acheter ces biens et services. La régulation consiste à entretenir ce qui fait la compétitivité-prix du pays et à s’assurer de l’accès aux marchés des pays dits encore industrialisés. Mais comme tout modèle, il a des conditions de possibilité, qui ne peuvent être réunies que dans des circonstances historiques particulières. La dynamique de ce modèle est sujette à des emballements. Une fois bien établies les filières d’exportation, la compétitivité-prix est telle que les investisseurs nationaux et internationaux anticipent les gains au point de prêter et d’investir sans compter. Il suffit alors d’un incident quelconque pour que les créanciers retirent brutalement leur confiance et déclenchent une crise majeure, comme celles de 1997.

53La configuration « libre-échange / distribution concurrentielle et décentralisée » a été celle de la plupart des pays européens avant la Première Guerre mondiale. Elle est restée celle de certains d'entre eux durant l'entre-deux-guerres. Elle a continué à être de fait celle de la Grande-Bretagne jusqu'à aujourd'hui si l'on excepte une période assez courte à cheval sur les années soixante et soixante-dix. La croissance est rythmée par la position concurrentielle variable des firmes tant sur le marché intérieur qu’à l’exportation. Entreprises et salariés sont tour à tour concurrentiels et concurrencés. Chaque catégorie d'acteurs a la liberté de profiter de circonstances favorables pour imposer ses conditions, mais aussi d'en subir la rigueur lorsqu'elles ne le sont pas. Le marché s'en trouve, non seulement limité, mais aussi instable et compartimenté économiquement et socialement, pouvant aller dans certains cas jusqu'à la balkanisation. Quant au travail, il est à la fois flexible et fragmenté. La stratégie de profit « diversité et flexibilité » mise à part, les autres stratégies sont difficilement profitables.

Conclusion

54Chaque moteur de la croissance semble bien conduire le pays qui l’adopte à un type particulier de positionnement dans les relations internationales et fixer le cadre du compromis national à construire. Il délimite les voies pour remplir les deux conditions à la pérennité de toute entité politique : l’indépendance et l’unité maintenues. La stratégie « investissement » vise dans tous les cas de figure à acquérir ou à retrouver une meilleure place par rapport aux autres pays et exige de la population de différer l’usage des gains de son travail. La stratégie « consommation » est autocentrée. Elle permet de cohabiter avec d’autres pays, tout en ayant des différences de niveau de vie. Elle exige de la population l’acceptation de la façon d’accroître la productivité interne pour bénéficier de l’accroissement continu de son pouvoir d’achat. La stratégie « exportation » suppose la réduction des limitations aux échanges commerciaux et exige des populations concernées de maintenir la compétitivité extérieure pour en bénéficier, celle-ci jouant le rôle de « juge de paix » dans les relations sociales internes. Plusieurs combinaisons de moyens pour mettre en œuvre ces stratégies de croissance sont possibles. Elles présupposent un compromis politique, non seulement entre les acteurs relevant du rapport capital-travail, mais aussi entre ces derniers et ceux relevant d’autres rapports sociaux. Ces compromis sur des moyens cohérents constituent autant de modèles de croissance.

AGLIETTA Michel, BERREBI Laurent, 2007, Désordres dans le capitalisme mondial, Odile Jacob, Paris.

ALBERT Michel, 1991, Capitalisme contre capitalisme, le Seuil, Paris.

AMABLE Bruno, BARRE Rémi, BOYER Robert, 1997, Les systèmes d'innovation à lère de la globalisation, Economica, Paris.

AOKI Masahiko, 2006, Fondements d’une analyse institutionnelle comparée, Albin Michel, Paris.

BERGER Suzanne, DORE Ronald (eds), 1996, National Diversity and Global Capitalism, Cornell University Press, Ithaca et Londres.

BILLAUDOT Bernard, 2001, Régulation et croissance, L’Harmattan, Paris.

BOYER Robert, 2004 a, La Théorie de la Régulation. 1 Les fondamentaux, La Découverte, Paris.

BOYER Robert, 2004 b, Une théorie du capitalisme est-elle possible ? Éditions Odile Jacob, Paris.

BOYER Robert, CHARRON Elsie, JURGENS Ulrich, TOLLIDAY Steve (eds.), 1998, Between Imitation and Innovation. The Transfer and Hybridization of Productive Models in the International Automobile Industry, Oxford University Press, Oxford et New York.

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 1995, « Émergence de nouveaux modèles industriels. Problématique et démarche d’analyse », Actes du GERPISA, n°15, juillet,  http://freyssenet.com/​?q=node/​551. Version anglaise, « Emergence of new industrial models. Hypothesis and analytical procedure », Actes du GERPISA, nº 15, juillet, http://freyssenet.com/​?q=node/​552

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2000, Les modèles productifs, La Découverte, Paris. Version anglaise : The Productive models, Palgrave, London et New York. http://freyssenet.com/​?q=node/​351

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2006, « Le Monde qui a changé la machine. Essai d’interprétation d’un siècle d’histoire automobile. Quatorze textes préparatoires », GERPISA, Paris. Éditions numériques : http://freyssenet.com/​?q=node/​655, http://web.upmf-grenoble.fr/​regulation/​wp/​index.html#6.

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2008, « Les théories ne s’usent que si l’on s’en sert…un peu de prospective », RR Working n° 2008-11.

BOYER Robert, SAILLARD Yves (coord.), 2002, La Théorie de la Régulation : un état des savoirs, nouvelle Édition, La Découverte, Paris. Version anglaise : Regulation Theory. The State of Art, Routledge, London and New York.

BOUTEILLER Eric, FOUQUIN Michel, 1995, Le développement économique de l’Asie Orientale, La Découverte, Paris.

CETTE Gilbert, 2007, Productivité et croissance en Europe et aux États-Unis, La Découverte, Paris.

CHANDLER Alfred D., 1964, Ford, General Motors and the Automobile Industry, New York : Harcourt.

CUSUMANO Michael 1985, The Japanese Automobile Industry : Technology and Management at Nissan and Toyota, Cambridge : MIT Press.

FORD Henri, 1926, Today and Tomorrow, Doubleday, New York. Traduction française : Propos d’hier pour aujourd’hui, Masson, Paris, 1992.

FREYSSENET Michel, 1990, « Le rapport capital-travail et l’économique », in M. Freyssenet et S. Magri (dir.), Les rapports sociaux et leurs enjeux, Paris, CSU, tome 2. http://freyssenet.com/​?q=node/​126

FREYSSENET Michel, 2002, « Esprit es-tu là? À propos de "Le nouvel esprit du capitalisme", de Luc Boltanski et Ève Chiapello », L'Année de la Régulation, n° 5. http://freyssenet.com/​?q=node/​356

FREYSSENET Michel, 2005, « Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse », Actes du GERPISA, octobre 2005, n°38.

http://freyssenet.com/​?q=node/​115

FREYSSENET Michel, 2007, « Les 15 ans du GERPISA réseau international. Ambition initiale, résultats, organisation et démarche. Ce que nous avons appris », Actes du 15ème colloque international du GERPISA « What have we learned about the dynamics of automobile firms and systems over the past 15 years ? », Paris,  20-22 juin, 2007. http://freyssenet.com/​?q=node/​878

FREYSSENET Michel, LUNG Yannick, 2001, Les stratégies de régionalisation des constructeurs automobiles, Sciences de la Société, n° 51, octobre. http://freyssenet.com/​?q= Version anglaise : "Multinational carmakers regional strategies”, in J. Carrillo, Y. Lung and R. van Tulder (eds), Cars, Carriers of regionalism?, Palgrave-Macamillan, London, 2004.

FREYSSENET Michel, MAIR Andrew, SHIMIZU Koichi., VOLPATO Giuseppe (dir.), 2000, Quel modèle productif ? Trajectoires et modèles industriels des constructeurs automobiles mondiaux, La Découverte, Paris, 2000. Version anglaise, One Best Way? The Trajectories and Industrial Models of World Automobile Producers, Oxford University Press, Oxford et New York,1998.

FREYSSENET Michel, SHIMIZU Koichi., VOLPATO Giuseppe (eds), 2003, Globalization or Regionalization of American and Asian Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 243 p., Globalization or Regionalization of European Car Industry?, Palgrave-Macmillan, Londres et New York,.

GUELLEC Dominique, RALLE Pierre, Les nouvelles théories de la croissance, La Découverte, Paris.

HOUNSHELL Daniel A. 1984, From the American System to Mass Production. The Developement of Manufacturing Technology in the United States. Johns Hopkins University Press, Baltimore.

KEISER Bernard,  KENIGSWALD L., 1996, La triade économique et financière, Le Seuil, Paris.

LUNG Yannick, 2008, « Modèles de firme et formes de capitalisme », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, nº 2, http://regulation.revues.org/​document2052.html.

MISTRAL Jacques, 1986, « Régime international et trajectoires nationales », in Boyer R. (dir.) Capitalismes, fin de siècle, PUF, Paris.

PETIT Pascal, 2005, Croissance et richesse des nations, La Découverte, Paris.

PORTES Jean, 1992, L’histoire des États-Unis depuis 1945, La Découverte, Paris.

PORTER Michael P., 1985, The Competitive Advantage, The Free Press, New York.

RAFF Daniel (2000), Les leçons à tirer de l’industrie automobile américaine de l’entre deux guerres, in Freyssenet M., Mair A., Shimizu K., Volpato G. (dir.), Quels modèles productifs ?Trajectoires et modèles industriels des constructeurs automobiles mondiaux, La Découverte, Paris, 568 p.

SLOAN Alfred P. 1963, My Years with General Motors, Doubleday, New York.

SHIMIZU Koichi, 1999, Le Toyotisme, La Découverte, Paris.

TOLLIDAY Steve, 1998, The Rise and the fall of Mass production, Edward Elgar, Cheltenham :.

STREECK Wolgang, 1992, Social Institutions and Economic Performance, London : Sage.

ZEITLIN Jonathan, HERRIGEL George, 2000, Americanisation and its Limits. Reworking US Technology and Management In Post-War Europe and Japan, Oxford University Press, Oxford et New York.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AGLIETTA Michel, BERREBI Laurent, 2007, Désordres dans le capitalisme mondial, Odile Jacob, Paris.

ALBERT Michel, 1991, Capitalisme contre capitalisme, le Seuil, Paris.

AMABLE Bruno, BARRE Rémi, BOYER Robert, 1997, Les systèmes d'innovation à lère de la globalisation, Economica, Paris.

AOKI Masahiko, 2006, Fondements d’une analyse institutionnelle comparée, Albin Michel, Paris.

BERGER Suzanne, DORE Ronald (eds), 1996, National Diversity and Global Capitalism, Cornell University Press, Ithaca et Londres.

BILLAUDOT Bernard, 2001, Régulation et croissance, L’Harmattan, Paris.

BOYER Robert, 2004 a, La Théorie de la Régulation. 1 Les fondamentaux, La Découverte, Paris.

BOYER Robert, 2004 b, Une théorie du capitalisme est-elle possible ? Éditions Odile Jacob, Paris.

BOYER Robert, CHARRON Elsie, JURGENS Ulrich, TOLLIDAY Steve (eds.), 1998, Between Imitation and Innovation. The Transfer and Hybridization of Productive Models in the International Automobile Industry, Oxford University Press, Oxford et New York.

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 1995, « Émergence de nouveaux modèles industriels. Problématique et démarche d’analyse », Actes du GERPISA, n°15, juillet,  http://freyssenet.com/?q=node/551. Version anglaise, « Emergence of new industrial models. Hypothesis and analytical procedure », Actes du GERPISA, nº 15, juillet, http://freyssenet.com/?q=node/552

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2000, Les modèles productifs, La Découverte, Paris. Version anglaise : The Productive models, Palgrave, London et New York. http://freyssenet.com/?q=node/351

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2006, « Le Monde qui a changé la machine. Essai d’interprétation d’un siècle d’histoire automobile. Quatorze textes préparatoires », GERPISA, Paris. Éditions numériques : http://freyssenet.com/?q=node/655, http://web.upmf-grenoble.fr/regulation/wp/index.html#6.

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2008, « Les théories ne s’usent que si l’on s’en sert…un peu de prospective », RR Working n° 2008-11.

BOYER Robert, SAILLARD Yves (coord.), 2002, La Théorie de la Régulation : un état des savoirs, nouvelle Édition, La Découverte, Paris. Version anglaise : Regulation Theory. The State of Art, Routledge, London and New York.

BOUTEILLER Eric, FOUQUIN Michel, 1995, Le développement économique de l’Asie Orientale, La Découverte, Paris.

CETTE Gilbert, 2007, Productivité et croissance en Europe et aux États-Unis, La Découverte, Paris.

CHANDLER Alfred D., 1964, Ford, General Motors and the Automobile Industry, New York : Harcourt.

CUSUMANO Michael 1985, The Japanese Automobile Industry : Technology and Management at Nissan and Toyota, Cambridge : MIT Press.

FORD Henri, 1926, Today and Tomorrow, Doubleday, New York. Traduction française : Propos d’hier pour aujourd’hui, Masson, Paris, 1992.

FREYSSENET Michel, 1990, « Le rapport capital-travail et l’économique », in M. Freyssenet et S. Magri (dir.), Les rapports sociaux et leurs enjeux, Paris, CSU, tome 2. http://freyssenet.com/?q=node/126

FREYSSENET Michel, 2002, « Esprit es-tu là? À propos de "Le nouvel esprit du capitalisme", de Luc Boltanski et Ève Chiapello », L'Année de la Régulation, n° 5. http://freyssenet.com/?q=node/356

FREYSSENET Michel, 2005, « Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse », Actes du GERPISA, octobre 2005, n°38.

http://freyssenet.com/?q=node/115

FREYSSENET Michel, 2007, « Les 15 ans du GERPISA réseau international. Ambition initiale, résultats, organisation et démarche. Ce que nous avons appris », Actes du 15ème colloque international du GERPISA « What have we learned about the dynamics of automobile firms and systems over the past 15 years ? », Paris,  20-22 juin, 2007. http://freyssenet.com/?q=node/878

FREYSSENET Michel, LUNG Yannick, 2001, Les stratégies de régionalisation des constructeurs automobiles, Sciences de la Société, n° 51, octobre. http://freyssenet.com/?q= Version anglaise : "Multinational carmakers regional strategies”, in J. Carrillo, Y. Lung and R. van Tulder (eds), Cars, Carriers of regionalism?, Palgrave-Macamillan, London, 2004.

FREYSSENET Michel, MAIR Andrew, SHIMIZU Koichi., VOLPATO Giuseppe (dir.), 2000, Quel modèle productif ? Trajectoires et modèles industriels des constructeurs automobiles mondiaux, La Découverte, Paris, 2000. Version anglaise, One Best Way? The Trajectories and Industrial Models of World Automobile Producers, Oxford University Press, Oxford et New York,1998.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FREYSSENET Michel, SHIMIZU Koichi., VOLPATO Giuseppe (eds), 2003, Globalization or Regionalization of American and Asian Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 243 p., Globalization or Regionalization of European Car Industry?, Palgrave-Macmillan, Londres et New York,.
DOI : 10.1057/9780230554818

GUELLEC Dominique, RALLE Pierre, Les nouvelles théories de la croissance, La Découverte, Paris.

HOUNSHELL Daniel A. 1984, From the American System to Mass Production. The Developement of Manufacturing Technology in the United States. Johns Hopkins University Press, Baltimore.

KEISER Bernard,  KENIGSWALD L., 1996, La triade économique et financière, Le Seuil, Paris.

LUNG Yannick, 2008, « Modèles de firme et formes de capitalisme », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, nº 2, http://regulation.revues.org/document2052.html.

MISTRAL Jacques, 1986, « Régime international et trajectoires nationales », in Boyer R. (dir.) Capitalismes, fin de siècle, PUF, Paris.

PETIT Pascal, 2005, Croissance et richesse des nations, La Découverte, Paris.

PORTES Jean, 1992, L’histoire des États-Unis depuis 1945, La Découverte, Paris.

PORTER Michael P., 1985, The Competitive Advantage, The Free Press, New York.

RAFF Daniel (2000), Les leçons à tirer de l’industrie automobile américaine de l’entre deux guerres, in Freyssenet M., Mair A., Shimizu K., Volpato G. (dir.), Quels modèles productifs ?Trajectoires et modèles industriels des constructeurs automobiles mondiaux, La Découverte, Paris, 568 p.

SLOAN Alfred P. 1963, My Years with General Motors, Doubleday, New York.

SHIMIZU Koichi, 1999, Le Toyotisme, La Découverte, Paris.

TOLLIDAY Steve, 1998, The Rise and the fall of Mass production, Edward Elgar, Cheltenham :.

STREECK Wolgang, 1992, Social Institutions and Economic Performance, London : Sage.

ZEITLIN Jonathan, HERRIGEL George, 2000, Americanisation and its Limits. Reworking US Technology and Management In Post-War Europe and Japan, Oxford University Press, Oxford et New York.

Haut de page

Notes

1 Groupe d’Études et de Recherches Permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile (EHESS-Université d’Évry), réseau international de recherche en sciences sociales, créé en mars 1981 par Michel Freyssenet et Patrick Fridenson, regroupant en 2006  450 chercheurs de 27 pays différents.
2 Cet article puise, particulièrement à partir de la section 3, dans de nombreux travaux, notamment du GERPISA. Il est impossible de les citer tous. On se limitera ici à renvoyer aux travaux de l’auteur et de Robert Boyer, pour permettre à ceux que cela intéresserait de reconstituer le cheminement suivi et d’accéder aux précisions et développements qui ne peuvent être données dans le cadre de cet article.
3 On trouvera à ces références une histoire détaillée de l’élaboration de la démarche et des résultats qu’elle a produits.
4 Voir la bibliographie. Robert Boyer en a repris des éléments dans Une théorie du capitalisme est-elle possible ?¸ Editions Odile Jacob, Paris, 2004.
5  Notons que les firmes dites mondiales ne s’abstraient pas, bien sûr, du rapport capital-travail en général. Elles peuvent jouer, sous certaines conditions, des formes que ce rapport prend selon les pays. La question de leur autonomie par rapport aux compromis nationaux portant sur les stratégies nationales de croissance est abordée à la note 11.
6  Que l’on ne s’y trompe pas. Il va de soi que les acteurs en question ont une conscience limitée et déformée des raisons de leurs pratiques, de la situation qu’ils vivent, de la portée des compromis qu’ils passent et des accommodements qu’ils acceptent. Leurs actions n’en sont pas moins réglées par la logique du rapport social dans lequel ils sont impliqués et qui les instituent en tant qu’acteur (rapport capital-travail, rapport marchand, rapport administré, rapport associatif, rapport domestique, etc.).
7 Il reprend en partie et précise sous une forme très synthétique un précédent texte, « Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse », Actes du GERPISA, octobre 2005, n° 38, que Yannick Lung a utilisé et commenté dans son article « Modèles de firme et formes de capitalisme », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, n° 2, janvier 2008.
8 Tous les constructeurs automobiles de ces pays n’ont pas pour autant toujours été profitables, car il a manqué à certains cette autre condition de la profitabilité durable : un « compromis de gouvernement d’entreprise » sur des moyens cohérents pour poursuivre la stratégie de profit choisie (Boyer, Freyssenet 2000, 2006).
9 De ce point de vue, il convient de noter que la notion de « capitalisme national » est utilisée dans la littérature d’une manière extensive. Elle y désigne en réalité une configuration nationale complète englobant le secteur capitaliste et les autres secteurs plus ou moins dépendants du premier. Ce n’est qu’en raison de sa domination, qui n’est jamais totale et qui est toujours controversée, que le capitalisme est abusivement assimilé à la configuration nationale. À bien y réfléchir, cette approximation ne facilite pas l’analyse.
10 Il faudrait probablement en rajouter une quatrième pour couvrir toutes les situations historiques contemporaines, source que l’on peut appeler « prédation ». Même si elle est généralement fondée sur la force, elle peut apparaître sous la forme de mécanismes de marché et être tout à fait actuelle.
11 Certains acteurs peuvent-ils s’abstraire de la règle commune ? Il est fréquent de lire que les firmes dites mondiales seraient en train de s’affranchir des principales contraintes nationales ou qu’elles en joueraient pour mieux imposer les conditions qui leur sont favorables. Ces firmes, si elles peuvent notamment jouer sur les différences fiscales et sociales, restent dépendantes du modèle de croissance de leur pays ou région d’origine et des stratégies et modèles de croissance de leurs pays d’implantation. Leurs stratégies de profit et éventuellement leurs modèles productifs ont été en effet construits dans le cadre de ce que permettaient la stratégie et le modèle de croissance de leur pays ou région d’origine. Et elles ne sont durablement profitables ailleurs que dans la mesure où leurs stratégies et leurs modèles productifs sont compatibles avec la stratégie et le modèle de croissance de leurs pays d’implantation. Les constructeurs automobiles sont une bonne illustration de ces dépendances. On peut trouver des firmes qui ont changé de stratégie pour s’adapter aux conditions des marchés devenus principaux pour elles, ou ont changé de pays de référence pour conserver la même stratégie, celle-ci étant devenue peu profitable dans leur pays d’origine. Par ailleurs, les firmes dites mondiales, ne poursuivant pas les mêmes stratégies de profit, ont de fait des perspectives divergentes quant aux conditions qu’elles souhaiteraient voir adopter par le plus grand nombre de pays. La « mondialisation » n’est pas pour demain. Pour plus de développements, voir Boyer, Freyssenet, 2000 et 2008.
12 On se reportera pour de plus longs développements au texte Freyssenet M., « Les capitalismes à l’épreuve des trajectoires nationales et des trajectoires de firmes » (RR Working n° 2007-1 Série K), publié sur le site www.theorie-regulation.org.
13 À ce stade de la réflexion, nous préférons employer des expressions longues et lourdes pour désigner les configurations nationales et les modèles de croissance, afin de limiter les malentendus que génèrent inévitablement les appellations courtes et imagées, trop rapidement choisies. Il sera toujours temps de les trouver quand ces configurations et modèles seront suffisamment documentés et le schéma d’analyse conforté.
14 On se dispense ici de rappeler les caractéristiques de ces stratégies et des modèles productifs qui ont pu les mettre en œuvre. On se reportera à Boyer R., Freyssenet M., Les modèles productifs, la Découverte, Paris, 2000, 128 p.
15 La vérité historique et la rigueur conceptuelle voudraient que l’on appelât cette période sloanienne, et non fordienne. C’est Alfred P. Sloan (CEO de GM) en effet qui comprit que l’élévation généralisée du pouvoir d’achat passait par la reconnaissance des syndicats et une coordination nationale, ce à quoi Ford s’est obstinément refusé. C’est Sloan encore qui découvrit comment combiner économie d’échelle et variété de l’offre, deux sources de profit qui paraissaient antinomiques à beaucoup, à commencer par Ford lui-même (Boyer, Freyssenet, 2006).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le modèle productif est son contexte
Légende Sources GERPISA: Robert. Boyer et Michel. Freyssenet
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4543/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 2 : Stratégie et modèle de croissance
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4543/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Freyssenet, « Stratégies et modèles nationaux de croissance. », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 30 septembre 2008, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://regulation.revues.org/4543

Haut de page

Auteur

Michel Freyssenet

CNRS, GERPISA et CSU (UMR CNRS 7112, Paris),
E-mail : mfreysse AT club- internet.fr, http://freyssenet.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page