Navigation – Plan du site
Dossier : Normes et institutions de la finance

Régulation et Croissance Économique au Brésil après la libéralisation :

un régime d’accumulation bloqué par la finance
Miguel Bruno

Résumés

À la fin de la décennie 80, dans un contexte d’épuisement du régime de croissance par substitution aux importations, les politiques de libéralisation commerciale et financière commencent progressivement à être présentées, par le gouvernement et de nombreux spécialistes, comme étant nécessaires pour retrouver les conditions structurelles du développement économique brésilien. Cependant, après presque deux décennies d’adhésion à l’idéologie de la globalisation, trois principales tendances ressortent d’une analyse de long terme : une baisse tendancielle de la participation relative du capital productif dans le stock total de capital fixe ; une expansion rapide des revenus financiers qui atteignent la moyenne de 29 % du revenu disponible brut durant la période 1993/2005, ce qui représente une charge financière sur le revenu total extrêmement élevée ; le corollaire de cette charge financière élevée est la tendance à un régime de croissance économique lent couplé à un processus persistant de déstructuration du rapport salarial et d’accentuation de la concentration fonctionnelle des revenus. Pour comprendre les causes de cette performance macroéconomique, qui est de façon surprenante inférieure à celle de la moyenne historique nationale, on propose d’analyser la période qui a suivi les politiques de libéralisation des marchés en mobilisant les concepts fondamentaux ainsi que la démarche méthodologique de la Théorie de la Régulation.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

JEL Classification: O; O4; J3; E; G.

Texte intégral

1L’objectif de cet article est d’identifier, en partant d’une perspective d’analyse régulationniste, les principales tendances macroéconomiques qui ont marqué l’économie brésilienne suite aux politiques de libéralisation des marchés. Entre 1950 et 1980, le dynamisme de l’économie brésilienne fut particulièrement remarquable, le taux de croissance annuel moyen du produit intérieur brut étant de l’ordre de 7 %. Durant la période 1967-1975, période connue sous le nom de « miracle économique brésilien », le taux de croissance du PIB moyen annuel fut bien plus élevé, atteignant le seuil des 10 %. Pour un certain nombre d’observateurs de l’époque, le Brésil commençait à suivre rapidement la voie des pays développés. Cependant, à partir de la décennie 80, il devenait de plus en plus évident que cette économie s’était éloignée de sa trajectoire de forte expansion et entrait dans une période de grandes difficultés macroéconomiques et structurelles.

2Une des raisons de cette perte de performance réside dans les conditions structurelles qui ont servi de fondement au régime d’accumulation du « miracle ». Un régime de croissance poussé par un taux de profit élevé et une forte concentration des revenus et de la richesse et dans lequel les gains de productivité ne se répercutent que très faiblement dans la croissance des salaires compromet l’évolution de la demande agrégée. Dans ces conditions, la poursuite de l’accumulation du capital nécessitait l’apport de capitaux externes qui devaient compenser cette incompatibilité dynamique entre le régime de productivité et celui de la demande.

3Par conséquent, les tendances macroéconomiques de la décennie 80 (décennie marquée par une haute inflation et une quasi-stagnation de la production) auraient été bien différentes. Cependant, les transformations qui ont eu cours durant la période de forte croissance économique ont favorisé le développement d’une structure financière brésilienne bénéficiant d’un degré élevé de sophistication. Lorsque les conditions endogènes de reproduction du régime de croissance économique s’épuisent et que le contexte adverse de la conjoncture internationale de la période perturbe les possibilités de poursuivre une croissance économique forte, l’axe de l’accumulation du capital se déplace rapidement (avec le propre soutien de l’État) vers le secteur banquier et financier. L’économie brésilienne commence alors à fonctionner sous un régime de crise très particulier.

4Paradoxalement, la conjoncture stagflationniste se transforme en nouveau cycle d’accumulation financiarisée basée sur la dette publique et les gains inflationnistes. Cependant, durant la période qui a suivi les politiques de libéralisation et la mise en place du plan Réal, les gains inflationnistes ont été substitués par les gains provenant du taux d’intérêt, faisant ainsi entrer le processus de financiarisation dans sa seconde phase. Cette seconde étape est, cette fois-ci, soutenue par une adhésion néolibérale à la globalisation et par un régime de politique économique centré sur la stabilité des finances et le maintien d’excédents fiscaux qui se révèlent, à terme, incompatibles avec le développement économique et social du pays.

1. Une performance macroéconomique bien inférieure à celle de la moyenne historique nationale

5La période d’industrialisation par substitution aux importations se caractérise particulièrement par un taux de croissance élevée de l’économie brésilienne : le PIB par tête augmente à un taux moyen annuel supérieur à 4 % dans un contexte de forte expansion de la population. Avec l’avancée de l’industrialisation et de l’urbanisation, le rapport salarial devient la principale relation sociale de production et le Brésil commence à suivre, tout en s’éloignant des caractéristiques d’une économie principalement agricole, le chemin des pays en voie de développement.

1.1 Deux décennies et demie de faible croissance économique

6Cette période de fort dynamisme s’interrompt avec la crise du régime d’accumulation brésilien dit de « Miracle économique ». Cette crise s’est développée dans le contexte d’une conjoncture macroéconomique inhabituelle, tant durant la décennie 80 que durant la période qui a suivi la libéralisation commerciale et financière. Dans le premier cas (durant les années 80) l’économie connaît une quasi-stagnation dans un contexte de haute inflation mais de rapide accumulation bancaire et financière ; dans le second cas (à partir de la décennie 90) la croissance économique est faible et instable, le processus de concentration fonctionnelle des revenus s’accentue et les revenus financiers s’accroissent de nouveau de façon drastique1. Cependant, la période qui a suivi les politiques de libéralisation se caractérise également par un approfondissement du processus de déstructuration du rapport salarial.

7L’analyse des faits stylisés sur l’évolution de l’économie brésilienne (Graphique 1) permet de souligner les ruptures de tendance dans les courbes d’intensité du capital et du PIB par tête à partir de 1981. Ces évolutions témoignent, sans équivoque, de l’entrée de l’économie brésilienne dans une longue période de difficultés macroéconomiques et structurelles.

Graphique 1– Intensité du capital et PIB par tête (1950-2004)

Graphique 1– Intensité du capital et PIB par tête (1950-2004)

Source : Ipeadata et Ibge

NOTE : N = niveau général d’emploi ; K = stock de capital fixe productif ; Y = PIB par tête ; Tend = tendance.

8Afin d’obtenir un comportement cyclique et tendanciel, les gains de productivité (Graphique 2) ont été filtrés des fluctuations de court terme. Durant la période 1981-2004, l’amplitude des cycles et du taux de croissance de la productivité est nettement inférieure à celle de la période de substitution aux importations, particulièrement en ce qui concerne la productivité du travail.

Graphique 2 – Cycles de productivité et accumulation du capital fixe productif (1951-2004)

Graphique 2 – Cycles de productivité et accumulation du capital fixe productif (1951-2004)

Source : Ipeadata et Ibge.

NOTE : Pour obtenir les dynamiques cycliques, les séries réelles du PIB par tête et des gains de la productivité ont été lissées par le filtre 4253H.

9Il ressort que la réduction de l’amplitude des cycles de productivité se produit malgré la restructuration industrielle provoquée par l’adhésion néolibérale à la globalisation, adhésion présentée par l’orthodoxie économique comme l’unique voie pour surmonter les déséquilibres du modèle antérieur et pour ramener l’économie sur le sentier de l’efficience. D’autre part, le graphique 2 montre également que le taux d’accumulation du capital fixe productif, durant la période de la globalisation, est la plus faible de toute l’histoire du capitalisme industriel brésilien. Comment donc expliquer cette nouvelle norme sans tomber dans les présupposées des théories économiques orthodoxes qui voient dans l’intervention de l’État les causes des problèmes fondamentaux qui se révèlent au niveau micro et macroéconomique.

1.2 Une perte continuelle du potentiel productif en dépit de la libéralisation commerciale et financière

10Le Graphique 3 met en évidence un troisième fait stylisé : la baisse tendancielle de la participation du capital productif (machines, équipements et infrastructure) dans le stock de capital fixe total. Ce déclin persistant qui s’initie à partir de 1978, durant le Second Plan National de Développement (II PND, 1975-1979), peut être interprété comme le signe de l’épuisement d’un mode de développement fondé sur la politique de substitution aux importations.

Graphique 3 - Participation du capital fixe productif dans le stock total de capital fixe (1950-2005).

Graphique 3 - Participation du capital fixe productif dans le stock total de capital fixe (1950-2005).

Source : Ipeadata

11Pour un certain nombre d’économistes, la perte de la participation du capital fixe productif serait compensée par un stock de machines et d’équipements plus efficient, bien que moindre en volume. Cependant, la tendance observée dans le Graphique 2, via les courbes des gains de productivité et de la croissance économique (qui est faible), ne permet pas de justifier cet optimisme a moins que l’on s’aligne sur le discours de certains spécialistes en économie industrielle, discours selon lequel l’amélioration de la performance macroéconomique ne peut être que le corollaire d’une efficience allocative et productive sur le plan microéconomique et sectoriel.

12Les données empiriques contredisent, une nouvelle fois, cette interprétation car en dépit du fait que la restructuration de l’industrie brésilienne a contribué au redressement des gains de productivité (notamment entre 1991 et 1996) ce résultat n’a pas eu d’impact significatif sur le dynamisme de la conjoncture macroéconomique. L’analyse du Graphique 4 permet de constater que la chute de la participation du capital productif dans le stock de capital fixe total résulte de la baisse de la participation du stock de machines et de biens d’équipement.

Graphique 4 – Composition du stock de capital fixe : participation moyenne par période (1950-2005)

Graphique 4 – Composition du stock de capital fixe : participation moyenne par période (1950-2005)

Source : Ipeadata

2. Accumulation financière et régimes de croissance dans une perspective régulationniste

13L’émergence et la stabilité des régimes de croissance présupposent l’existence de conditions structurelles particulières. Dans une perspective régulationniste ces conditions dépendent des configurations des modes de régulation que représentent les cinq formes institutionnelles : le rapport salarial, l’État, le régime monétaro-financier, et les formes de concurrence et d’insertion internationale. Dans ce contexte, les interactions entre le politique et l’économique sont fondamentales puisque de celles-ci dépendent les procédures de codification des formes sociales qui remodèlent le mode de régulation et donc le régime d’accumulation. Dans cette problématique fondamentale, l’économie brésilienne se présente comme un contre-exemple face l’optimisme des analyses néoclassiques. L’option néolibérale de l’adhésion à la globalisation a été présentée comme un signe d’entrée dans un monde de pleine vertu et de bénéfices irrécusables. Cela a peut-être été le cas pour les groupes sociaux les plus aisés de la société brésilienne qui ont pu bénéficier d’une hausse de leur profit dans le produit ainsi que de diverses opportunités par le biais de la libéralisation financière.

2.1 Le processus de financiarisation : définition et implications

14La financiarisation se réfère au processus à travers lequel la logique financière et patrimoniale domine la logique d’accumulation productive du capital. Celle-ci (l’accumulation productive) devient moins attractive et se réduit à une possibilité momentanée, qu’on peut remettre à plus tard, de la reproduction du capital. Tant au niveau de l’économie nationale comme de l’économie mondiale, des régions entières peuvent s’adonner à l’accumulation financière et patrimoniale, dans la mesure où d’autres régions se consacrent à l’accumulation productive c’est-à-dire aux activités réelles de production de biens et services non financiers.

15Un processus de financiarisation tend à se mettre en place dès lors que l’accumulation de la richesse se produit principalement par la conversion directe d’une forme monétaire en un surplus de valeur sous une forme monétaire ou financière. La nécessité de conversion directe, à travers l’allocation productive de l’épargne des ménages et des entreprises, est restreinte du fait de la détention d’actifs financiers, qui par nature, sont plus liquides et de moindre risque.

2.2 Indicateurs macroéconomiques de la financiarisation

16Le Graphique 5 permet d’observer les évolutions du multiplicateur du taux d’intérêt réel (taux d’intérêt de base fixé par la Banque Centrale du Brésil) et du taux de financiarisation que l’on définit comme le rapport entre le stock total d’actifs financiers aux mains des ménages et des entreprises (AF) et le stock total du capital fixe productif (K). Deux principaux moments peuvent être soulignés de cette analyse. Le premier représente la période 1967-1990, période durant laquelle le taux de financiarisation atteint un seuil proche de 8 % (jusqu’en 1979), puis de 9 %. Toutefois, cette croissance du taux de financiarisation fut le corollaire des transformations institutionnelles promues par l’État brésilien. Durant la période, 1964-1966 le gouvernement met en place les nouvelles bases structurelles permettant au marché bancaire et financier de fonctionner, et établit le dispositif institutionnel de la correction monétaire. Par conséquent, la hausse du ratio AF/K reflète le développement des opérations qui impliquent l’utilisation de nouveaux produits financiers, lesquels n’existaient pas avant les réformes structurelles.

17Le second moment, entre 1990 et 1991, représente une période de baisse accentuée du taux de financiarisation. Cette baisse est la conséquence de la politique de stabilisation des prix, le Plan Collor. En effet, le gouvernement a décrété à travers ce programme de lutte contre l’inflation l’indisponibilité de 80 % de l’ensemble des actifs financiers aux mains des banques brésiliennes et des ménages ; ce qui a provoqué une forte récession économique, soit une rupture de plus de 4 % du produit intérieur brut.

18Le troisième moment se réfère à la période 1991-2005, période durant laquelle le taux de financiarisation croît rapidement et en corrélation avec le taux d’intérêt de base de l’économie brésilienne. Cette corrélation positive entre ces deux variables pourrait être un indice que la financiarisation de l’économie brésilienne se développe principalement grâce à la haute rentabilité des actifs qui payent des intérêts. Il s’agit d’une norme de financiarisation différente de celle que l’on observe dans les économies développées, et plus particulièrement, au sein de l’économie américaine. À défaut d’avoir une meilleure formulation, on peut la définir comme un processus de financiarisation par intérêt ou usurier, pour la différencier de la norme en vigueur aux Etats Unis, pays dans lequel la financiarisation se base sur le marché des capitaux ou sur les titres à revenus variables (actions).

19Le Graphique 6 permet d’observer un autre indicateur pertinent pour représenter cette norme de financiarisation fondée sur le taux d’intérêt. Cette variable est le rendement financier accumulé. Cette variable a été calculée en prenant en compte la différence accumulée entre les soldes moyens représentés par l’AF, mais, que l’on rapporte, dans ce cas précis, au revenu disponible brute (RBB). On constate que durant l’année 2005, le rendement financier accumulé a atteint un chiffre surprenant, soit 45 % du RDB, alors qu’en 1974, à l’apogée du « miracle économique » brésilien, il était d’à peine 10 %.

Graphique 5 – Taux de financiarisation et multiplicateur du taux d’intérêt réel de la dette publique (1951-2005)

Graphique 5 – Taux de financiarisation et multiplicateur du taux d’intérêt réel de la dette publique (1951-2005)

Source : Ipeadata e Ibge.

NOTE : Le multiplicateur du taux d’intérêt réel du gouvernement (Selic) est une approximation de la rentabilité accumulée des actifs qui payent des intérêts puisque les agents financiers pratiquent la capitalisation composée.

Graphique 6 – Rendement financier accumulé en proportion du revenu disponible brut (1974-2005)

Graphique 6 – Rendement financier accumulé en proportion du revenu disponible brut (1974-2005)

Source : Ipeadata et Banque Centrale du Brésil.

NOTE : le RendFinAc est le rendement financier accumulé, ce dernier a été calculé à partir de la différence accumulée entre les soldes moyens représentés par l’AF.

3. Inflation et intérêt comme base de l’accumulation financière : une spécificité du mode de régulation brésilien

20Les particularités du mode de régulation ne dérivent pas uniquement d’une forme institutionnelle donnée, elles dépendent également des interactions réciproques entre ses cinq composantes. Cependant, les travaux sur le fordisme mettent en évidence la présence d’une certaine hiérarchie entre les formes institutionnelles. C’est-à-dire que l’une d’entre elles est présentée comme étant une forme institutionnelle déterminante dans la reproduction des macro-régularités qui définissent les normes d’accumulation du capital. Dans le cas spécifique du régime de croissance fordiste, par exemple, le rapport salarial était la forme institutionnelle hiérarchiquement supérieure dans la mesure où la configuration des quatre autres formes structurelles évoluait de manière à reproduire et légitimer le compromis institutionnalisé entre le travail et le capital, compromis qui a émergé des transformations socio-économiques survenues après la Seconde Guerre Mondiale.

21Dans les régimes de croissance à dominante financière, cette découverte de la recherche régulationniste est devenue particulièrement prolifique. L’accumulation rentière et patrimoniale ne peut se développer sans que le régime monétaro-financier (RMF) acquière une configuration compatible avec le processus de financiarisation des économies et sans que les autres formes institutionnelles évoluent en conformité avec une accumulation de la richesse fondée dans la détention d’actifs financiers. Cela signifie que nous sommes en présence d’un nouveau mode de développement dans lequel le RMF occupe la place d’une forme institutionnelle hiérarchiquement supérieure.

3.1 Un RMF dual : base d’une financiarisation fondée sur l’inflation des années 80

22Une des hypothèses mobilisée dans cette analyse est que, tout au long de la décennie 80, une norme particulière de financiarisation de l’économie brésilienne fut la base du développement bancaire et financier. En accord avec la méthodologie régulationniste, certaines conditions institutionnelles ont permis que le pouvoir de la finance émerge à partir de l’épuisement et de la crise du régime de forte croissance « du miracle économique » des années 70.

23Le programme d’Action Économique du Gouvernement (PAEG), de 1964, qui a établi les bases institutionnelles pour que se constitue un système bancaire et financier moderne, présentait donc une particularité : la création d’un dispositif institutionnel de correction monétaire (CM), lequel permettait l’indexation des actifs financiers à l’évolution de l’inflation. Par le biais de la création de la CM, l’objectif du gouvernement était de garantir aux créditeurs de la dette publique une recomposition des pertes inflationnistes sur la détention des titres publics et sur les flux de revenus correspondants. Dans une économie caractérisée par de récurrentes pressions inflationnistes, la CM permettait de réduire les risques de pertes financières et pouvait être un facteur de promotion du crédit et du financement de la production et de la consommation.

24Durant la décennie 80, dans un contexte macroéconomique instable marqué par la crise de la dette externe et par la tendance à la stagnation et à la haute inflation, la pratique de la correction monétaire s’est développée et est devenue la base d’une indexation généralisée des prix et des salaires. Un des corollaires de cette généralisation du système d’indexation dans l’économie fut la perte complète de la fonction de réserve de la monnaie émise par l’État brésilien dans la mesure où les actifs financiers privés et indexés à l’inflation ont remplacé, avec bien plus d’efficacité, la monnaie courante dans cette fonction.

25Par conséquent, un régime monétaro-financier (RMF) dual et inflationniste (monnaie fiduciaire émise par l’État et monnaie financière indexée émise par les banques privées) a pu émerger et se consolider dans un contexte de crise du régime d’accumulation du « miracle ». Les entreprises financières ont accru leur participation dans le produit total par le biais des gains inflationnistes qu’offraient la détention et l’émission la monnaie indexée. Une des particularités de ce RMF est que cette dualité monétaire a permis d’éviter l’éclosion d’une hyperinflation classique qui aurait provoqué une fuite en masse vers les actifs réels et les monnaies étrangères. Ainsi, la décennie 80 inaugure une première phase du processus de financiarisation centrée dans les profits du secteur bancaire provenant des gains inflationnistes que permettait de réaliser le dispositif institutionnel de la correction monétaire.

Graphique 7 – Inflation et accumulation financière (1947 – 2006)

Graphique 7 – Inflation et accumulation financière (1947 – 2006)

Source : Les données sur la valeur ajoutée (VA) des institutions financières proviennent de l’IBGE et celles sur l’Indice général des prix – IGP-DI proviennent de la Fondation Getúlio Vargas (FGV).

NOTE : les axes verticaux sont en échelle logarithmique.

26Le Graphique 7 montre l’évolution conjointe du taux d’inflation et de la participation de la valeur ajoutée du secteur bancaire et financier dans le PIB, laquelle valeur est mesurée par la méthode du SIFIM qui représente les services de l’intermédiation financière indirectement mesurée. Cette mesure est utilisée par l’IBGE conformément à la recommandation du System of National Accounts (SNA) de l’ONU. Cette méthodologie consiste à prendre le différentiel entre les intérêts que reçoivent les institutions financières des autres secteurs de l’économie et les intérêts qu’ils payent aux autres secteurs de l’économie pour mesurer la contribution du système financier à la valeur ajoutée totale de l’économie.2

27Remarquons que cette statistique ne représente que la part du produit que s’approprient les entreprises financières. En ce sens, elle n’intègre pas, par définition, la part que reçoivent les rentiers, les ménages ainsi que les entreprises du secteur productif. Par conséquent, la participation de la valeur ajoutée financière dans le produit ne constitue pas un bon indicateur du degré de financiarisation d’une économie dans la mesure où elle ne représente qu’une mesure de l’accumulation patrimoniale au niveau des banques et des autres entreprises financières. Cela explique pourquoi la baisse brutale de la participation de la VA financière dans le PIB, observée à travers le Graphique 7, a été accompagnée d’une rapide hausse du taux de financiarisation durant la période 1991-2005 (Graphique 5).

28Entre 1947 et 1969, on n’observe aucune relation, pas même une connexion, entre l’inflation et la hausse de la participation de la valeur ajoutée financière dans le produit. L’économie brésilienne, à cette étape de l’industrialisation, ne disposait pas encore d’un système bancaire et financier intégré et doté d’institutions, que par la suite la PAEG lui conférera. Ce programme du gouvernement a permis que se mettent en place les conditions institutionnelles qui ont donné lieu aux nouvelles régularités observées durant la période 1970-1993, période durant laquelle les séries ont évolué selon une même tendance stochastique.

29À partir de 1970, plus te taux d’inflation était élevé et plus la participation du système financier dans la production totale de l’économie brésilienne a été importante. Ce fait est également reconnu par les autorités monétaires brésiliennes.3 Durant cette période, l’accumulation bancaire et financière a pu se développer sur la base d’une absorption considérable des gains inflationnistes. Les institutions financières ont pu utiliser avec succès les nouvelles technologies et innovations, et ont également pu profiter des opportunités créées par les mécanismes de régulation en vigueur, et plus particulièrement le dispositif institutionnel de la correction monétaire. De cette façon, le RMF dual a soutenu une accumulation patrimoniale et a favorisé l’enclenchement de la première phase du processus de financiarisation de l’économie brésilienne. Cette financiarisation, basée sur l’expansion de la monnaie indexée, a conduit à la reproduction des tendances à la stagnation ainsi qu’à l’accélération de l’inflation.

30L’analyse économétrique montre qu’entre 1970 et 1993, dans le cadre du régime monétaro-financier dual et inflationniste, il existait une relation d’équilibre de long terme exprimée à travers la co-intégration entre le taux d’inflation et la participation de la valeur ajoutée financière dans le PIB. L’équation estimée a été spécifiée de la manière suivante : LVAF = ß1 + LP. ß2 + ε   (1), où LVAF e LP représentent respectivement les logarithmes népériens de la valeur ajoutée (VA) financière en pourcentage du produit total et le taux d’inflation, cette dernière étant mesurée par l’indice général des prix disponibles.4 La périodisation a été effectuée par le biais des tests de stabilité structurelle du CUSUM.

Tableau 1 – Estimation de l’élasticité de la valeur ajoutée des institutions financières par rapport a l’inflation (1948-1993)

Périodes

Estimations

[1948-1969]

ß2 = -0,068

[1970-1993]

ß2 = 0,301

Source : BRUNO (2005).

31Durant la période 1948-1969, lorsque l’économie brésilienne ne disposait pas encore de structures bancaires et financières suffisamment développées, l’inflation ne pouvait constituer une base pour l’accumulation bancaire et financière (Tableau 1). L’élasticité de la valeur ajoutée financière par rapport à l’inflation avait une valeur réduite et était de signe négatif. Cependant, durant la période suivante, entre 1970-1993, les institutions financières disposaient déjà d’un système moderne de réseaux bancaires ainsi que de structures institutionnelles favorables à l’expansion de ce secteur.

32L’élasticité estimée s’élevait à 0,30. Cela signifie qu’une augmentation de 10 % du taux d’inflation augmentait la valeur ajoutée financière à un niveau proche de 3 % du PIB. La prise en considération de cette période marquée par un processus de haute inflation ayant une forte composante inertielle permet de comprendre pourquoi l’expansion bancaire et financière fut possible, et ce en dépit des conditions macroéconomiques défavorables sur le plan national et international.

33La présence d’une co-intégration entre le processus inflationniste (qui a une composante inertielle) et la valeur ajoutée dans le produit ne saurait être interprétée comme une simple propriété statistique qui décrit des variables partageant une tendance commune. Cette relation d’équilibre de long terme est le résultat des caractéristiques propres au RMF en vigueur entre 1970 et 1993, c’est-à-dire, qu’elle dépend des conditions institutionnelles spécifiques qui ont émergé à cette époque. Elle exprime une norme de régularité macroéconomique induite par le mode de régulation et non un cas atypique ou une distorsion comme le prétendent les théories économiques orthodoxes.

34Un processus d’inflation inertielle, comme l’a expérimenté le Brésil, conduit à maintenir le taux d’inflation à un seuil temporairement stable. L’inflation n’augmente pas de façon journalière ou hebdomadaire comme cela se produit dans le cas d’une hyperinflation classique qui finit par déstructurer le système bancaire et financier en détruisant la cohérence macroéconomique du régime d’accumulation. Ce phénomène ne s’est pas produit au Brésil puisque le système bancaire et financier a connu une expansion sans précédent et s’est consolidé au point de devenir un des systèmes les plus sophistiqués au monde. Cependant, ce système a été mis au service des groupes sociaux les plus aisées, lesquels pouvaient se procurer des actifs financiers indexés sur l’inflation.

3.2 Un RMF à forte restriction monétaire : base d’une financiarisation usurière dans le cadre d’une économie libéralisée

35Durant la période suivante, marquée par la libéralisation commerciale et financière, l’accumulation rentière se développera sur de nouvelles bases institutionnelles et dans un contexte de basse inflation et de taux d’intérêt réel élevé. Le mode de régulation de l’économie brésilienne se transformera et l’ensemble des formes institutionnelles sera rapidement redéfini. Par le biais de cette nouvelle architecture institutionnelle, les gains inflationnistes ont été remplacés par les gains provenant des actifs à revenus fixes liés à l’inflation.

36Le plan Real fut un succès en termes de réduction du taux d’inflation élevé. Cependant, la combinaison de la libéralisation financière et commerciale dans un contexte d’endettement considérable de l’économie brésilienne a conduit à une forte pression pour augmenter le taux d’intérêt à un niveau extrêmement élevé conformément à la norme internationale. Une des conséquences (de cette augmentation drastique des taux d’intérêt) a été la rapide expansion des revenus financiers accumulés en terme réel. Ce phénomène a contribué à accroître le poids politique des capitalistes financiers et des rentiers face aux décisions que prenait l’État Brésilien en matière de politique économique et de priorités nationales.

37Progressivement, Il s’opère une transition forcée vers une nouvelle norme d’accumulation financière, laquelle ne pouvait se produire sans qu’un ensemble de transformations structurelles, promues délibérément par l’État, se mette en place. Durant les années 90, dans un contexte de démocratie politique et d’influences de l’idéologie soutenant la globalisation financière, les formes institutionnelles (jusqu’alors modelées par la logique du mode de développement par substitution aux importations) ont été reconfigurées en un temps relativement rapide.

Graphique 8 – Evolution du volume du crédit en pourcentage du PIB (1970-2006)

Image8

Source : Ipeadata.

NotE : Les valeurs des opérations de crédit ont été déflatées par l’IGP-DI (moyenne de 2006 = 100) et le PIB réel par le déflateur implicite du produit (2006 = 100).

38La cohérence macroéconomique de ce nouveau mode de développement réside à présent dans une forme d’insertion de type néolibéral au sein du régime international ainsi que dans la dynamique de l’accumulation patrimoniale impulsée par l’actuel RMF à forte restriction monétaire. Le Graphique 8 met en évidence cette caractéristique : on observe effectivement une faible participation des opérations de crédit dans le PIB brésilien ainsi qu’une stagnation de cet indicateur durant la période qui a suivi les politiques de libéralisation des marchés. Dans ce contexte, les promesses néolibérales soutenaient l’argumentation selon lequel les régimes de croissance, durant la période de substitution aux importations, avaient généré de nombreuses distorsions d’ordre structurel et macroéconomique. De telles distorsions pouvaient expliquer la tendance à la stagnation et à la haute inflation qui a marqué la décennie 80. Par conséquent, la libéralisation commerciale et financière, couplée aux réformes structurelles (privatisations, restructuration industrielle et réforme de l’État, etc.), devrait nécessairement conduire à un retour à la croissance et au développement économiques.

39Cette thèse réservait à l’épargne externe un rôle clé dans le financement des investissements productifs du pays. Cependant, l’ouverture commerciale et financière couplée aux réformes structurelles, a été incapable de ramener les conditions nécessaires pour que se mette en place un nouveau cycle de croissance économique soutenue. En effet, l’économie brésilienne continue à connaître les tendances à la stagnation du produit qui ont marqué la décennie 80, mais cette fois-ci, celles-ci se produisent dans un contexte de basse inflation et de taux d’intérêt réel qui élève de façon démesurée le coût d’usage du stock de capital fixe productif. Les promesses selon lesquelles les investisseurs institutionnels stimuleraient spontanément la base productive par le biais des privatisations ne se sont pas réalisées. La composition des applications des investisseurs institutionnels, que l’on peut observer à partir du Graphique 9, illustre bien cette idée. Les actifs à revenus fixes représentent 65,4 % du total des applications, alors que les actifs à revenus variables constituent moins de la moitié de cette valeur. Par conséquent, l’épargne provenant des salaires et qui est gérée par les investisseurs institutionnels n’est que très peu connectée aux activités productives.

Graphique 9 – Implications des investisseurs institutionnels – bilan consolide de 2006

Graphique 9 – Implications des investisseurs institutionnels – bilan consolide de 2006

Source : Association brésilienne des institutions de prévoyance complémentaire – ABRAPP.

Graphique 10– Taux d’intérêt réel du gouvernement (1974-2006)

Graphique 10– Taux d’intérêt réel du gouvernement (1974-2006)

Source : Banque Centrale du Brésil.

NOTE : Les séries correspondent au taux d’intérêt réel calculé à partir de l’équation de Fisher, r = [(1+i)/(1+p)-1], où r, i e p représentent respectivement le taux d’intérêt réel, le taux d’intérêt nominal et le taux d’inflation.

40Les revenus provenant du taux d’intérêt ont substitué les gains inflationnistes en tant que base de l’accumulation patrimoniale et du processus de financiarisation dans l’économie brésilienne. Une norme de financiarisation dans un contexte de haute inflation a été remplacée par une autre, à présent, dans un contexte de taux d’intérêt réel élevé. Ce changement de comportement du taux d’intérêt fixé par la Banque Centrale du Brésil peut être confirmé par le Graphique 10. Durant la période qui a suivi le Plan Real et les politiques de libéralisation, le taux d’intérêt réel se situe à un niveau très élevé par rapport à la période 1974-1988. Le corollaire (de cette politique des taux d’intérêt) a été un transfert brutal des revenus de la société vers les segments rentiers et détenteurs des titres de la dette publique et privée brésilienne.

3.2.1 Les revenus financiers sous la forme de revenus d’intérêts

41La définition des revenus financiers utilisée dans cette analyse est similaire à celle proposée par EPSTEIN e JAYADEV (2005), lesquels auteurs distinguent les profits des entreprises des gains provenant des actifs financiers. En raison des difficultés d’obtention des séries historiques complètes de bonne qualité, les gains en capital ne sont pas inclus. Les revenus financiers seront définis comme le flux total des intérêts réels reçus par le système bancaire et financier, les entreprises non financières, les ménages et les rentiers. Ces gains représentent un revenu rentier dans la mesure où ils proviennent de revenus d’intérêt sur le capital.

Tableau 2 – Composition des revenus financiers définis comme les revenus d’intérêt en % du revenu disponible brut (1993-2005)

Année

Total des revenus d’intérêts reçus par le SF

Part payée aux ménages et entreprises non financières par le SF

Part appropriée par le SF

1993

38,2 %

10,0 %

28,2 %

1994

33,0 %

20,4 %

12,5 %

1995

29,0 %

23,3 %

5,7 %

1996

21,8 %

17,0 %

4,8 %

1997

20,2 %

15,6 %

4,6 %

1998

23,8 %

19,1 %

4,7 %

1999

43,8 %

39,4 %

4,4 %

2000

19,2 %

15,5 %

3,7 %

2001

30,9 %

26,2 %

4,7 %

2002

36,2 %

30,9 %

5,2 %

2003

30,6 %

24,7 %

5,8 %

2004

  • 27,8 %

23,0 %

4,8 %

2005

27,3 %

23,9 %

3,5 %

Média

29,4 %

22,2 %

7,1 %

Source : IBGE – Institut brésilien de Géographie et de Statistiques / Coordination des Comptes Nationaux.

NOTE : SF = Système bancaire et financier brésilien.

42Cette définition est cohérente avec la norme d’accumulation financière que l’on observe au Brésil. Cette norme se base sur des titres à revenus fixes (applications impliquant des opérations en titres publics et privés rémunérés par le taux d’intérêt) ; ces titres représentent une part importante des actifs financiers totaux, ce qui réduit l’attractivité des marchés de capitaux (revenus variables ou actions) et contribuent ainsi à l’atrophie de ce marché. La première colonne du Tableau 2 montre le revenu total d’intérêts qui correspond au flux total d’intérêts réels reçus par le système bancaire et financier brésilien.

43Dans la seconde colonne du Tableau 2 se trouve le flux total des intérêts payés aux ménages et aux entreprises non financières. Dans la troisième colonne figure la part correspondant au montant effectivement approprié par les entreprises financières. Ces trois séries sont exprimées en pourcentage du revenu disponible brut. On observe que la part moyenne payée par le système bancaire et financier brésilien (SF) aux rentiers (ménages et entreprises non financières) atteint 22 % du revenu disponible brut durant la période 1993-2005. Ce chiffre est surprenant si on le compare à la part des intérêts appropriés par le SF qui se maintient autour d’une moyenne de 7,1 % durant la même période.

3.2.2 Un régime fisco-financier et de politique économique subordonnée à une accumulation rentière

44Un autre fait stylisé concerne les liens structurels entre la forme institutionnelle de l’État brésilien et le régime monétaro-financier. Entre 1967 et 2000, les dépenses financières de l’État ont augmenté d’une façon vertigineuse alors que les dépenses concernant les investissements et la consommation du gouvernement ont suivi, de façon générale, la tendance de long terme des recettes nettes du gouvernement (Graphique 11). Les données sur le taux d’investissement décrivent une nette rupture à partir de la fin de la décennie 70, puis une tendance à la stagnation tout au long des décennies 80 et 90.

Graphique 11– Evolution des recettes nettes du gouvernement et de la structure des dépenses publiques (1947-2000)

Graphique 11– Evolution des recettes nettes du gouvernement et de la structure des dépenses publiques (1947-2000)

Source : M. BRUNO (2005).

45Le Graphique 12 permet d’observer un autre indicateur de la forte implication de l’État brésilien dans le processus d’expansion financière et de son corollaire en termes de perte d’autonomie de la politique économique. Bien que cette norme soit le résultat du choix d’une stratégie de croissance économique fondée sur l’endettement externe, on doit cependant reconnaître que l’épargne externe absorbée durant les années de forte croissance économique s’est orientée principalement vers une allocation productive. Par la suite dans les années 90, l’épargne externe a été, en grande partie, retenue dans la circulation financière et a été stérilisée par la détention d’actifs directement ou indirectement connectés à la dette publique brésilienne.

46Dans la seconde étape de la décennie 80 (phase de la financiarisation par le biais de l’inflation) et la période qui a suivi le Plan Real (phase de financiarisation par le biais du taux d’intérêt), les titres fédéraux aux mains des entreprises non financières et des ménages ont dépassé le seuil de 20 % du revenu disponible brut (RDB). Durant les années 1998 et 1999, période marquée par des attaques spéculatives contre la monnaie (le real), cette participation a respectivement atteint 36 % et 35 % du RDB (Graphique 12).

Graphique 12 – Part des titres fédéraux détenus par les entreprises non financières et les ménages dans le revenu disponible brut (1970-2001)

Graphique 12 – Part des titres fédéraux détenus par les entreprises non financières et les ménages dans le revenu disponible brut (1970-2001)

Source : Ipeadata.

NOTE : Les titres fédéraux ne se réfèrent qu’à ceux qui intègrent le concept de monnaie M2. Les séries ont été exprimées en terme nominal. Le RDB représente le revenu disponible brut.

Titres Fédéraux aux mains des entreprises non financières et des ménages en % du RDB.

47Sur la base de données de la Recette Fédérale et des comptes nationaux, POCHMANN et al. (2004) ont conclu que les 10 % les plus riches de la société brésilienne (à peu près 20. 000 ménages sur une population totale de 187 millions d’habitants) détiennent presque que 80 % des titres de la dette publique brésilienne. Ces mêmes ménages contrôlent 45 % du PIB et sont propriétaires de 75 % du stock total de la richesse de ce pays. Si la concentration de la richesse est déjà bien élevée en terme de flux (ou de revenus), en terme de stock (c’est-à-dire d’actifs réels et financiers) elle se révèle dramatique tant d’un point de vue économique que social.

4. Les conséquences de la financiarisation sur le rapport salarial dual et concurrentiel

48Le rapport salarial brésilien a été marqué par une institutionnalisation restreinte et incomplète (CORIAT, SABOIA & BRUNO, 2002). Restreinte dans la mesure où plus de 50 % des relations d’emploi sont en dehors de la législation du travail et de la protection sociale. Incomplète également puisque diverses composantes de la protection du travail et de l’assistance sociale sont encore trop peu développées, voir même inexistantes. Une des explications à ce fait réside dans la nature de cette forme institutionnelle qui a toujours été subordonnée aux modes de régulation de l’économie brésilienne. Reflet des luttes sociales et politiques ainsi que des conflits entre le capital et le travail, son caractère subordonné dans la hiérarchie institutionnelle résulte tant de la faible représentativité des travailleurs salariés et des segments socialement exclus au sein de l’appareil d’État que de la mise en place de régimes politiques antidémocratiques.

4.1 Concurrence et informalité dans un contexte de transition démographique

49Bien que le processus de déstructuration du rapport salarial brésilien précède l’adhésion à la globalisation, puisqu’il résulte de la crise du régime d’accumulation du « miracle » (BRUNO, 2005), les données empiriques soulignent un approfondissement de la flexibilité de l’emploi et des salaires tout au long de la décennie 90. Par conséquent, les conditions de stabilité de l’actuel régime de croissance ne sont pas a priori assurées dans la mesure où l’intensification de la concurrence dans les relations d’emploi tend à miner la cohérence macroéconomique en augmentant le poids des salaires comme coût de production et, en négligeant, de ce fait, son importance comme facteur de demande effective.

50On observe un important taux de chômage ouvert qui se maintient à un taux annuel proche de 10 % en 2005 et 2006 (Graphique 13) et une baisse tendancielle accentuée de la part salariale (Graphique 14). Si l’on considère le chômage caché lié au découragement et le travail précaire, le taux est encore bien plus important. Par exemple, dans la ville de São Paulo, principal centre industriel et financier du pays, il se situe autour de 15 et 16 %.

Graphique 13Taux d’emploi ouvert (1980-2006)

Graphique 13– Taux d’emploi ouvert (1980-2006)

Source : DIEESE e IBGE.

NOTE : Les séries ont été désaisonnalisées par la méthodologie X11/2000 Census 2. La discontinuité observée à partir de 2001 est le résultat du changement de méthodologie de la recherche mensuelle de l’emploi (PME) de l’IBGE qui a commencé à inclure de nouvelles informations concernant la population économiquement active.

51Le Graphique 14 montre la tendance accentuée à la baisse de la part salariale durant la période de libéralisation commerciale et financière ; en effet celle-ci passe de 45 % en 1993 à 32 % en 2005. Ce chiffre qui est le plus bas depuis 1950 est également bien en dessous de la moyenne internationale, laquelle se situe entre 60 et 65 % du produit intérieur brut. Ce résultat s’explique principalement par le faible dynamisme économique qu’a provoqué le déclin du taux d’accumulation du capital fixe productif.

52Dans la mesure où le Brésil entre dans sa phase de transition démographique, la population en âge de travailler (ou en âge actif - PA) augmente au taux moyen de 2 % annuel, alors que le niveau général de l’emploi (N) ne croît à peine qu’au taux annuel moyen de 1,33 %. Si l’on prend en considération la population économiquement active (PEA) urbaine, la situation devient encore plus dramatique car cette variable atteint un taux moyen d’environ 2,5 % annuel. Il existe donc une forte pression sur le capital fixe productif disponible mais celle-ci se révèle insuffisante pour absorber une offre croissante de travail.

53Dans le cadre du régime de croissance par substitution aux importations, l’économie brésilienne connaissait un taux de croissance et d’accumulation du capital fixe productif exceptionnellement élevé, de telle sorte que la création de nouveaux postes de travail permettait que le ratio N/PA suive le ratio PA/Population totale dont la tendance était à la hausse (Graphique 15). Le premier ratio oscillait, en fonction des cycles et des crises économiques, autour du second ratio ; cependant les séries ne s’éloignaient pas trop l’une de l’autre de façon significative. Par contre, dans le contexte de la globalisation, les séries se déconnectent.

Graphique 14– Part salariale dans l’économie brésilienne (1950-2005)

Graphique 14– Part salariale dans l’économie brésilienne (1950-2005)

Source : Calculs propres à partir des séries d’Ipeadata et de Marquetti (2000).

Note : Calculs en % du PIB après déduction des impôts.

54À partir du Graphique 15, on peut de nouveau constater une baisse drastique du ratio N/PA entre 1989 et 1998, période marquée par des changements structurels profonds qui ont influencé directement sur le rapport salarial brésilien. Ce ratio se stabilise à partir de 2001 mais, en dépit de cette tendance le chômage persiste voir même augmente. Par conséquent, en ce qui concerne le rapport salarial, l’économie brésilienne continue d’évoluer dans une trajectoire défavorable tant en ce qui concerne le degré d’institutionnalisation et d’expansion des relations d’emploi qu’au niveau de la récupération de la part salariale dans le produit total.

Graphique 15– Niveau général de l’emploi et transition démographique (1950-2004)

Graphique 15– Niveau général de l’emploi et transition démographique (1950-2004)

Source : ALVES, J.E. D et BRUNO, M. (2006)

NOTE : PA = Population en âge de travailler ; N = niveau général de l’emploi ; POP = Population totale.

55Si les politiques sociales de l’actuel gouvernement ont été capables d’atténuer les effets de la déstructuration du marché du travail, elles ne peuvent engendrer une recomposition du RS brésilien. Cela nécessiterait, en plus de dépasser la configuration néolibérale d’adhésion au régime internationale, un taux de croissance économique bien plus élevé ainsi qu’une plus grande institutionnalisation des relations salariales.

4.2 Création des emplois et des revenus au sein des trois régimes de croissance contrastés

56Le Tableau 3 présente une périodisation de l’économie brésilienne à partir des estimations de l’analyse de co-intégration de la relation Ln(N) = c1 + c2.Ln(uKprod) + e (2), où Ln représente le logarithme naturel du niveau général de l’emploi et Ln (uKprod) le logarithme naturel du stock de capital fixe pondéré par le taux d’utilisation de la capacité productive installée. ε est l’élasticité du niveau général de l’emploi par rapport aux variations du stock de capital fixe productif en usage. Les périodes ont été identifiées par les tests de stabilité du CUSUM ; ce qui permet de détecter trois différents régimes de croissance et d’accumulation du capital.

57La période 1950-1980 se distingue des autres car elle présente les meilleurs taux d’accumulation du capital fixe productif et de création d’emplois. Le PIB par tête (PIBpc) augmente à un taux moyen annuel de 4,51 %, et le niveau général de l’emploi croît à 3,06 %, c’est-à-dire à un rythme deux fois plus élevé que celui de la période de libéralisation commerciale et financière (soit de 1,33 % en moyenne annuelle).

Tableau 3 – Capital fixe productif, PIB par tÈte, population et emploi : taux de croissance moyen par périodes et élasticités de long terme (1950-2005)

      Variables



Périodes

u.Kprod

PIBpc

POP

PIA

N

Élasticité N ;.Kprod (C2)

[1950-1980]

9,42 %

4,51 %

2,80 %

2,89 %

3,06 %

0,3479

[1984-1993]

2,99 %

0,89 %

1,93 %

2,41 %

2,42 %

sans relation de ELP

[1996-2005]

1,86 %

0,72 %

1,49 %

2,00 %

1,33 %

0,7379

Source : Calculs propres à partir des séries d’IBGE et de Marquetti (2000).

NOTE : Kprod = capital fixe productif en usage ; PIBpc = Produit intérieur brut par tête ; POP = Population totale ;

PIA = Population en âge actif ; N = Niveau général de l’emploi comprenant également les travailleurs indépendants ; ε N ;.Kprod = Élasticité de l’emploi par rapport au capital fixe productif en usage. ELP = Équilibre de long terme calculé à partir de la relation de co-intégration.

58Durant la seconde période, de 1984 à 1993, les performances de l’économie brésilienne (estimées par la dynamique de cette variable) sont nettement inférieures à celles de la première période. Les tests économétriques montrent l’absence d’une relation d’équilibre de long terme entre (N) e (u.Kprod). Cela peut être lié aux tendances macroéconomiques et structurelles des années 80, lesquelles se caractérisent par l’existence d’un régime de crise dans lequel le développement de l’accumulation bancaire et financière se produisait aux dépens de l’accumulation du capital productif. D’un point de vue macroéconomique, les transformations structurelles observées sont encore insuffisantes pour produire une altération significative des paramètres du mode de régulation. Cependant, le processus de financiarisation basé sur les gains inflationnistes se met en place. D’un point de vue macroéconomique, les transformations structurelles observées ne permettent pas d’affirmer qu’une altération significative des paramètres du mode de régulation s’est produite. Toutefois, un processus de financiarisation basé sur les gains inflationnistes se met progressivement en place.

59Tout se passe comme si l’économie brésilienne fonctionnait principalement sous une même configuration des formes institutionnelles, excepté le fait que l’État a cessé d’être une forme institutionnelle hiérarchiquement supérieure (FIHS) laissant ce rôle au RMF dans l’architecture institutionnelle qui définit le mode de régulation.5 Ce changement de hiérarchie institutionnelle s’explique tant par la perte progressive de l’État liée à un endettement public croissant qu’à une forte ingérence du capital financier national et international dans la politique économique ainsi que dans les priorités de l’administration publique centrale.

60Durant la dernière et ultime période identifiée par les tests de stabilité structurelle, c’est-à-dire de 1996 à 2005, les tendances macroéconomiques sont moins favorables que celles de la seconde période. En effet, le taux d’accumulation du capital fixe productif utilisé se stabilise autour d’une moyenne annuelle d’à peine 1,86 % alors que le niveau général de l’emploi croît à un taux moyen de 1,33 %, ce qui est bien en dessous de celui de la PA (2,00 % annuel).

61On constate que la croissance de la population totale brésilienne durant la période (1950-1980) s’est effectuée à un rythme deux fois supérieur à celui de la période qui a suivi le processus de globalisation (environ 3 % annuel), mais le PIB par tête évolue au rythme de 4,5 % en terme annuel. Ce fait permet de contredire les interprétations actuelles néomalthusiennes appliquées aux problèmes sociaux et économiques brésiliens puisque la question fondamentale n’est pas celle de l’application de programmes de contrôle du taux de croissance de la population, mais plutôt celle de la reprise de l’accumulation du capital productif et de la croissance économique à un rythme adéquat avec le développement social du pays.

62Un autre fait important, compte tenu ses conséquences macroéconomiques, se réfère à l’élasticité de l’emploi par rapport au stock de capital. Plus précisément, durant la troisième période, cette élasticité fait plus que doubler par rapport à la période du régime de croissance par substitution aux importations, passant de 0,35 entre 1950-1980 à 0,74 entre 1996-2005. Cela signifie que sous l’actuelle norme de financiarisation de « l’ère post-libérale », l’emploi se révèle être plus dépendant de l’évolution du stock de capital productif. En effet, une expansion de 1 % du stock de capital fixe productif en usage augmenterait le niveau de l’emploi d’environ 0,74 %.

4.3 Emploi, coût salarial et production industrielle : les nouvelles régularités de la période « post-libérale »

63Selon BOYER (1998), la Théorie de la Régulation introduit une diversité de relations entre l’emploi et les salaires qui permettent de dépasser le réductionnisme des analyses néoclassiques. En l’absence d’une hypothèse de substituabilité entre les facteurs de production, il est possible de détecter des élasticités positives mais aussi négatives.

64Il s’agit d’une caractéristique qui dépend des particularités du mode de régulation et, plus particulièrement, des configurations en vigueur du rapport salarial. BOYER observe que « (...) trancher entre une élasticité positive, quasiment nulle ou négative, devient une question empirique, et non pas le résultat d’une hypothèse a priori concernant les techniques de production et leurs caractéristiques. (...) Ainsi, de façon très largement endogène, le lien salaire/emploi peut changer de signe, possibilité digne d’intérêt pour rendre compte de la succession de phases historiques au cours desquelles la conjonction des variables macroéconomiques est loin de demeurer invariante. Au passage, c’est une façon de répondre à la vieille question de l’économie du travail : salaire réel et emploi sont-ils anticycliques ou pro-cycliques ? La réponse est finalement simple : tout dépend du régime de croissance en vigueur... et ce dernier peut changer au cours du temps.»  

65Le Tableau 4 présente respectivement, pour le cas de l’économie brésilienne, les élasticités de long terme de l’emploi industriel par rapport au produit et de l’emploi par rapport au coût salarial. Durant la période de libéralisation commerciale et financière, la valeur estimée de cette élasticité a pratiquement doublé, passant de 0,21 à 0,38. Toutefois, le signe de cette élasticité durant la seconde période devient négatif, ce qui signifie qu’une hausse du coût salarial tend à réduire l’emploi dans le secteur industriel brésilien. Il s’agit d’un résultat important de part ses implications théoriques. Sous les régimes de croissances mises en place dans la phase du mode de développement par substitution d’importation, la corrélation entre l’emploi et les salaires, (tous deux exprimés en niveau) était positive. Cependant, durant la phase de globalisation, l’intensification de la concurrence internationale a favorisé une augmentation de la prise en compte des salaires dans les décisions de production et d’investissement productif, ce qui a conduit à une corrélation négative entre ces deux variables.

66Quant à l’élasticité de l’emploi par rapport au produit, sa valeur a augmenté passant de 0,38 durant la période de substitution aux importations à 0,73 dans le cadre de l’économie libéralisée. Ce résultat signifie que la création des emplois dans le secteur industriel est davantage plus dépendante du niveau d’activité économique. Cette caractéristique est en cohérence avec les évolutions des ratios PA/Population e N/PA observées durant la période qui a suivi la mise en place du Plan Real et des politiques de libéralisation des marchés (Graphique 15).

Tableau 4– Ajustements de l’emploi industriel : les élasticités de long terme (1985-2001)

Périodes

Élasticité de l’emploi par rapport au produit

Élasticité de l’emploi par rapport au coût salarial

1985 : 01 – 1989 : 12

0,377

0,208

1995 : 01 – 2001 : 04

0,726

-0,375

Source : M. BRUNO (2005).

NOTE : Les données proviennent de la Recherche Industrielle Mensuelle (PIM-DG e PIM-PF) de l’IBGE. Le coût salarial moyen a été calculé en incluant dans les salaires les sommes de la contribution sociale. Les séries ont été désaisonnalisées par la méthode X11/2000-Census 2.
Cette périodisation a été effectuée à partir des tests de stabilité structurelle appliqués sur les modèles qui ont été estimés. Compte tenu de ce fait, on choisit d’exclure une périodisation basée sur les dates des évènements, des crises ou des interventions en termes de politique économique. Puisqu’une dévalorisation du taux de change ou un changement institutionnel ne produit pas forcément d’effets dans l’année durant laquelle il  a été réalisé.

4.4 Le mode de consommation salarié transformé par la financiarisation

67Le Graphique 16 montre les évolutions du revenu moyen réel des salariés, des emprunts aux personnes physiques, ainsi que les ventes de biens de consommation. On constate une forte corrélation positive entre les revenus salariaux et les emprunts jusqu’à la mise en place du Plan Real en 1994. Mais dans la période qui a suivi la libéralisation des marchés, les emprunts entrent dans une trajectoire de forte expansion, se déconnectant ainsi tant des salaires que de la consommation. Ce fait peut signifier un changement dans le mode de consommation salarié, changement provoqué par le RMF en vigueur après le Plan Real et par le nouveau type d’insertion de l’économie brésilienne au sein du régime international. Des études récentes soulignent une hausse de l’endettement et de l’insolvabilité des ménages, phénomène qui déjà est devenu une caractéristique de la période où le processus de financiarisation lié à la dynamique des taux d’intérêt se consolide.6

68L’endettement et des faillites persistantes résultent d’une plus grande facilité dans l’accès au crédit pour les ménages disposant de bas revenus dans la mesure où le système financier réduit les exigences de garanties dans ces opérations. Donc, compte tenu du fait que le taux d’intérêt en vigueur demeure excessivement élevé, les incidents de paiement ont tendance à s’accroître. Cette charge financière qui pénalise les revenus salariaux conduit à une hausse de la valeur ajoutée que s’approprient les détenteurs d’actifs financiers.

Graphique 16 - Consommation, salaire et emprunts des ménages (1979-2002)

Graphique 16 - Consommation, salaire et emprunts des ménages (1979-2002)

Source : Ipeadata.

NOTE : Les données mensuelles des ventes de biens de consommation et du revenu moyen se réfèrent à la région métropolitaine de São Paulo et ont été déflatées respectivement par l’IPA-DI et par l’INPC ; les données des emprunts aux personnes physiques ont été déflatées par l’IGP-DI et se réfèrent à l’économie nationale. Les données ont été désaisonnalisées par la méthode X11/2000 – Census 2.

5. Un régime d’accumulation bloqué par la finance

69L’idée selon laquelle les formes de répartition sont cruciales dans le processus d’accumulation du capital fut une des contributions centrales des économistes classiques ; pour ces derniers, le conflit distributif est au centre des dynamiques économiques et sociales.

70Selon BOYER (1999), un régime de croissance financiarisée apparaît lorsque les effets patrimoniaux sont très développés et que les marchés financiers conduisent à la généralisation des décisions d’investissement fortement déterminées par les exigences de rentabilité financière. Un des corollaires de la financiarisation est l’augmentation du taux d’escompte des projets d’investissement puisque la rentabilité de référence se rattache davantage au secteur financier plutôt qu’aux secteurs directement productifs. Par conséquent, de nombreux projets qui seraient pertinents d’un point de vue social et du développement économique national peuvent être écartés si leurs taux d’escompte et de risque sont jugés insuffisants selon les critères ou les normes de l’accumulation patrimoniale.

5.1 L’économie brésilienne en marche vers une financiarisation forcée

71CASTRO et SOUZA (1985) ont effectué un travail original dans lequel ils soutiennent l’hypothèse selon laquelle l’économie brésilienne, à la fin de la décennie 70, est entrée dans une longue période de « marche forcée » pour faire face à la crise de 1974. Ce processus a conduit l’État à maintenir un taux d’investissement exceptionnellement élevé, en dépit des difficultés liées à l’épuisement du régime de croissance du « miracle » et d’une conjoncture internationale de l’époque assez défavorable. Du fait de cette option, de bons résultats macroéconomiques, en terme de balance des paiements, auraient été obtenus au début de la décennie 80.

Graphique 17 – Profit, accumulation productive et ratio masse de profit/actifs financiers (1970-2005)

Graphique 17 – Profit, accumulation productive et ratio masse de profit/actifs financiers (1970-2005)

Source : Calculs de l’auteur à partir des données de l’IBGE.

72Durant la période « post-libérale » et « post-Real », l’économie brésilienne connaît un autre type de « marche » qui, contrairement à la précédente, ne se traduit pas par un effort en termes d’augmentation de la capacité productive via de nouveaux investissements. En paraphrasant CASTRO et SOUZA, l’économie brésilienne dans l’ère du Real est une économie en « financiarisation forcée » qui se trouve incapable de rétablir les conditions structurelles nécessaires pour une reprise soutenue du taux d’accumulation du capital et donc de la croissance économique.

73Le ratio de la masse du profit sur les actifs financiers (Graphique 17) est une approximation de la part de l’épargne des entreprises (profits non distribués aux propriétaires du capital) qui est investie dans les actifs financiers et ne se destinent donc pas aux investissements productifs. Par conséquent, le processus de financiarisation de l’épargne des entreprises peut expliquer la baisse persistante de cet indicateur.

74L’analyse des tendances de long terme montre que le taux de profit et le taux d’accumulation du capital fixe productif demeurent corrélés positivement jusqu’au début des années 90 et ont accompagné, de manière générale, la rupture du ratio profit/actifs financiers. Ceci s’explique par le fait que les capitaux cherchent absolument des formes de valorisation alternatives aux immobilisations productives. Avec l’approfondissement de la libéralisation, le taux d’accumulation du capital productif a atteint son niveau le plus bas de toute la période, et ce, précisément au moment où le ratio profit / actifs financiers est également à son niveau le plus faible. Un fait surprenant dans cette phase de la globalisation de l’économie brésilienne est que la récupération du taux de profit moyen n’a pas permis de relever l’accumulation productive ; cette dernière a continué à stagner autour d’un seuil inférieur à 2 % l’année.

5.2 Une norme historique d’investissement poussée par les profits

75Des études récentes (BRUNO, 2005) montrent la prédominance, dans le cadre de l’économie brésilienne, de régimes de croissance poussés par les profits. Les régimes de croissance poussés par les exportations et les salaires ont été absents du capitalisme industriel brésilien en raison tant de la forte concentration des revenus et de la richesse que de la stratégie d’industrialisation par substitution aux importations dans un pays connaissant de profondes inégalités sociales. Cela explique, entre autres, pourquoi au Brésil un régime d’accumulation fordiste n’a pas émergé. Le passage à une économie ouverte dans un contexte de financiarisation fondée sur le taux d’intérêt a engendré une hausse du profit financier à un niveau historique sans précédent et, a conduit à l’émergence d’un régime d’accumulation du capital qui est à la fois poussé et entravé par la finance.7

5.2.1 Forte expansion du secteur exportateur et entrée massive des capitaux, mais faible évolution du produit interne

76Le Graphique 18 montre l’évolution des investissements en portefeuille8. Les soldes observés depuis la libéralisation financière et surtout depuis la mise en place du plan Real n’ont pas de précédents historiques au Brésil. Les chiffres atteignent le niveau moyen de 5 milliards de dollars le trimestre, ce qui est quasiment 100 fois plus élevé par rapport à la moyenne des années 70, période de forte croissance économique. La décennie 80 fut marquée par un solde négatif tant du fait des dispositifs institutionnels de contrôle de capitaux que des difficultés macroéconomiques de l’époque. En ce qui concerne les investissements directs étrangers (IDE), l’entrée massive des années 90 s’explique par les privatisations ; ces IDE se sont dirigés principalement dans le secteur des services d’où leur faible impact sur l’expansion de la capacité productive (CARNEIRO, 2004 ; GONÇALVES, 2003). Par conséquent, les capitaux externes n’ont pas modifié la norme de stagnation du taux d’accumulation du capital productif.

Graphique 18– Entrées de capitaux étrangers de court terme (1970-2004)

Graphique 18– Entrées de capitaux étrangers de court terme (1970-2004)

Source : IPEADATA.

NOTE : Les données se réfèrent aux investissements en actions et revenus fixes. Les axes verticaux sont en échelle logarithmique.

77La récente croissance des exportations brésiliennes résulte principalement de la hausse de la demande externe pour les matières premières brésiliennes et également de la substitution de la consommation domestique par les ventes à l’extérieur. Dans la mesure où le RMF à forte restriction monétaire maintient la consommation finale des ménages à un niveau bas, les entreprises tendent à se tourner vers le marché extérieur.

Graphique 19 – Composition de la demande totale (1996-2005)

Graphique 19 – Composition de la demande totale (1996-2005)

Source : Ipeadata.

78Durant la période 1999-2005, bien que la participation des exportations dans le PIB ait augmenté de 9 % en terme annuel, la participation de la consommation finale a baissé à un rythme de -1,3 % annuel (Graphique 19). La valeur de l’élasticité de court terme du PIB brésilien par rapport aux exportations de biens et services est, par conséquent, très bas (0,06).9. Une augmentation de 1 % des exportations brésiliennes conduit à une hausse d’à peine 0,06 % du Produit intérieur Brut. D’autre part, les dépenses du gouvernement et les investissements continuent à stagner autour de 20 % du PIB.

5.2.2 Profit et accumulation du capital productif dans un contexte de finance libéralisée

79Le taux de profit est un des principaux déterminants de l’investissement productif. Cependant, dans le cas brésilien on observe une déconnexion entre ces deux variables depuis l’instauration du Plan Real en 1994, dans un contexte où le taux de profit brut moyen entre dans une trajectoire de croissance alors que le taux d’accumulation demeure stagne. Si l’on prend en considération la seule période du régime de change fluctuant [1999-2005], le taux d’accumulation productif est à peine à 1,5 % par an. Ce chiffre est médiocre pour un pays connaissant de profonds conflits sociaux liés à l’insuffisance de revenus et d’emplois dans un contexte où la population en âge actif est en pleine expansion.

80Si l’on prend en compte le taux de profit net moyen des entreprises (c’est-à-dire que l’on exclut la totalité des intérêts et des impôts reçus par le système financier) on constate que la corrélation positive entre le profit et l’accumulation demeure, conformément à ce que prévoient les théories néo-structuralistes (Graphique 20). Tant que les charges financières restent à des niveaux très élevées qui pénalisent l’allocation productive des capitaux, le taux de profit brut moyen devra s’accroître pour préserver la rentabilité moyenne des capitaux investis dans les secteurs productifs.

Graphique 20– Taux de profit net des entreprises et taux d’accumulation du capital fixe productif (1990-2005)

Graphique 20– Taux de profit net des entreprises et taux d’accumulation du capital fixe productif (1990-2005)

Source : IBGE et IPEADATA.

NOTE : Le taux de profit net des entreprises est calculé à partir du rapport entre le profit net (après déduction des impôts et des intérêts) et le stock total du capital fixe productif pondéré par le taux d’utilisation des capacités productives installées.

81Toutefois, dans un contexte macroéconomique où les coûts financiers sont très élevés, de charge fiscale importante et de concurrence intensifiée du fait de la libéralisation commerciale, les ajustements nécessaires pour maintenir les marges de profit des firmes tendent à se répercuter principalement sur le rapport salarial. À l’exception de 1993 et 1994, années affectées par l’application du Plan Real, le taux d’accumulation du capital fixe est en corrélation positive avec le taux de profit net moyen des entreprises. On constate également que dans le cas brésilien, la charge fiscale n’est pas influencée par les brusques oscillations du taux de profit net moyen des entreprises.

5.2.3 Les déterminants du taux de profit net moyen des entreprises

82D’un point de vue des rémunérations, les déterminants du taux de profit moyen des entreprises peuvent être déduits de la répartition du produit. Les données sur l’économie brésilienne permettent d’offrir à ces variables un contenu empirique. En sachant que le produit (Y) se répartit principalement en profits nets des entreprises (∏), en revenus des intérêts (F), en salaires (W) et en impôts nets fiscaux (T), on a Y = Π + F + W+T (1).

83En divisant (1) par Y, on obtient Π=Y(1-Fs- Ws-Ts)Fs sont les charges financières totales (sous forme d’intérêts) sur le produit, ces intérêts étant la base d’une accumulation financière usurière qui est caractéristique de l’économie brésilienne actuelle ; Ws est la part salariale et Ts est la charge fiscale nette. En divisant à présent les deux membres par le stock de capital fixe productif K et en considérant que la part salariale Ws est égale au rapport entre le salaire moyen réel (w) et la productivité du travail, on a : Π/K = Y/K [1 – Fs – W/Y- Ts] (2). Mais comme W/Y=(N.rw)/Y (3), N étant le niveau général de l’emploi, le taux de profit moyen des entreprises (re) sera donné par : Re = PrK.[1 – rw/PrL – Fs- Ts] (4).

Tableau 5– Déterminants du taux de profit moyen des entreprises dans l’économie brésilienne (1990-2005)

Tableau 5– Déterminants du taux de profit moyen des entreprises dans l’économie brésilienne (1990-2005)

Source : Calculs propres à partir de l’équation 4

84L’équation (4) présente le taux de profit net moyen des entreprises en fonction de la productivité du capital (Prk), des charges financières sous forme d’intérêts (Fs), du salaire moyen réel (rw), de la productivité du travail (PrL) et des impôts nets (Ts). Bien qu’étant algébriquement simple, les implications empiriques de cette relation sont complexes et fondamentales tant d’un point de vue microéconomique que macroéconomique.

85Le taux de profit moyen se révèle directement lié à la productivité de l’économie, laquelle ne reflète pas que les caractéristiques du système sociotechnique de production en vigueur, mais également les particularités du mode de régulation et donc des formes institutionnelles. Pour une charge financière et fiscale nette donnée, le taux de profit sera d’autant plus élevé que les productivités du capital et du travail seront importantes et que le salaire moyen réel sera faible. Cette équation révèle donc le conflit distributif entre le capital productif, le capital financier, le secteur public et le travail dans un contexte d’approfondissement du caractère concurrentiel du rapport salarial brésilien.

86Entre 1990 et 2005, la part salariale s’est réduite de 30 % par rapport à sa valeur de 1990, alors que la productivité du travail a augmenté de 22 % (Tableau 5). La charge fiscale nette a crû de 26 % compte tenu des pressions des marchés financiers sur les finances publiques. En ce qui concerne la charge financière sous forme d’intérêts, on a choisi de garder les données en pourcentage car la période 1990-1992 est atypique en raison du plan de stabilisation monétaire de 1990, le Plan Collor ; on aurait eu une base beaucoup plus faible pour les indices de cette variable. Dans l’objectif de combattre l’inflation inertielle brésilienne, le Gouvernement de cette époque a décrété l’indisponibilité de 80 % des actifs bancaires et financiers, actifs à travers lesquels le RMF dual et inflationniste se reproduisait. Une des conséquences de cette politique, au-delà de la brutale récession de plus de 4 % du PIB qui s’est produite durant l’année 1990, fut la quasi-disparition des charges financières durant les trois premières années de cette décennie. Entre 1993 et 2005, la charge financière (sous forme d’intérêts) sur le revenu atteint un seuil considérable de 29 % et devient la base de l’actuel processus de financiarisation usurier.

87Selon AGLIETTA (2001), le développement actuel des marchés financiers libéralisés a favorisé l’enrichissement privé sans pour autant encourager l’investissement productif. En effet, le mécanisme principal de hausse de la richesse n’a pas été la production de nouveaux biens et services, puisque le taux de croissance de la production a baissé. Par conséquent, les finances, même dans le long terme, ne sont pas neutres car elles influencent l’allocation de l’épargne entre leurs formes productive et improductive. L’épargne investie dans les transferts de propriété par rapport aux actifs existants est improductive dans la mesure où elle ne se destine pas au financement des investissements des entreprises.

88Les marchés financiers se procurent divers produits et services qui ne sont pas que destinés à satisfaire leur recherche d’alternatifs aux immobilisations dans le secteur productif ; plus spécifiquement ces marchés fonctionnent de façon paradoxale. D’un côté, ils facilitent l’accès aux ressources financières qui favorisent l’expansion des investissements productifs, mais d’un autre côté, en fonction des spécificités du RMF en place, ils incitent à détenir des actifs immatériels qui freinent les investissements productifs pour un temps a priori indéterminé. Cette seconde modalité engendre une allocation improductive de l’épargne des entreprises ou sa financiarisation.

89Le rapport entre le taux d’accumulation productif et le taux de profit moyen net des entreprises (ge/rl) correspond à la part du profit net des entreprises qui est effectivement investie :

90On obtient alors un indicateur de la quantité de profits retenus qui n’ont ni été consommés, ni convertis en actifs financiers puisqu’ils ont été destinés aux investissements productifs. Le Graphique 21 décrit l’évolution de long terme de la relation (5). La proportion investie de profits dépasse les 80 % l’année 1975, à l’apogée du « miracle économique brésilien », mais depuis lors, elle entre dans une trajectoire de baisse tendancielle pour atteindre la valeur de 41 % l’année 2005.

91Pour vérifier l’influence des revenus d’intérêt et du taux de profit net sur le comportement du taux d’accumulation du capital fixe productif, on a estimé la relation suivante : g = β0 1+β2.θ+ε (6), où g, r et Ф sont respectivement le taux d’accumulation du capital fixe productif net, le taux de profit des entreprises et la participation des actifs financiers (stock de richesse financière) dans le revenu disponible brut ; ce ratio est utilisé comme un indicateur de la financiarisation. Pour des raisons d’espace, le détail de ces tests sera omis ; le Tableau 6 décrit les principaux résultats des estimations. Durant les deux périodes, le test de Johansen révèle que les variables sont co-intégrées, on a donc estimé les mécanismes respectifs de correction d’erreur.

Graphique 21 – Part de profit net des entreprises investie dans la formation du capital fixe productif (1951-2005)

Graphique 21 – Part de profit net des entreprises investie dans la formation du capital fixe productif (1951-2005)

Sources IPEDATA

Tableau 6– Elasticité de long terme et de court terme de la relation entre accumulation, profit et revenus financiers

Tableau 6– Elasticité de long terme et de court terme de la relation entre accumulation, profit et revenus financiers

NOTE : Les périodes ont été identifiées par le biais des tests de stabilité structurelle du CUSUM et du CUSUMSQ.

92La période 1970-1989 inclut l’apogée et la crise du “miracle brésilien” qui se produisent à partir de 1974, mais aussi la première phase de financiarisation inflationniste. En ce qui concerne les élasticités de long terme, le coefficient relatif au terme qui capte la financiarisation n’est pas statistiquement significatif. Cependant, le terme du coefficient du taux de profit des entreprises est significatif, ce qui signifie une forte élasticité du taux d’accumulation du capital fixe productif par rapport au profit. Remarquons que ce résultat est cohérent avec le fait que ces variables demeurent corrélées positivement jusqu’au début des changements structurels des années 90.

Conclusion : Les égarements de la politique économique et les possibilités de réformes institutionnelles

93L’économie brésilienne s’est révélée pionnière dans l’émergence d’un processus de financiarisation comportant des caractéristiques très particulières. Elle se caractérise par une norme de financiarisation inflationniste, dans les années 80, puis une financiarisation par le biais du taux d’intérêts (ou usurière) dans la période de la globalisation. Dans les deux cas, l’autonomie de la politique économique s’est considérablement réduite en raison de l’hégémonie de la finance et de l’influence des rentiers sur la forme institutionnelle de l’État. Dans les deux cas également, le régime de croissance se caractérise par un faible dynamisme. Le secteur bancaire et financier ainsi que les rentiers se sont appropriés des fractions considérables du revenu national au détriment de l’accumulation productive et du rapport salarial. Il existe de fait un problème structurel majeur car le rythme d’accumulation du capital reste insuffisant pour induire ou favoriser une expansion des développements à long terme.

94La politique économique associée à l’actuel régime de croissance est articulée autour des équilibres macroéconomiques de court terme et est gérée en fonction des anticipations des marchés financiers globalisés. En ce sens, elle légitime et reproduit les régularités économiques qui rendent l’allocation financière du capital beaucoup plus attractive que l’allocation directement productive. C’est la raison pour laquelle la crédibilité fut restaurée même sous un gouvernement supposé d’opposition. Toutefois, face à l’énorme concentration de la richesse et à la quasi-appropriation des revenus financiers par une fraction réduite de la population, les effets de cette norme de financiarisation sur la consommation finale ne sont pas significatifs d’un point de vue macroéconomique. Le régime de demande qui en résulte se révèle alors incompatible avec une reprise forte et soutenue de la croissance économique.

95Les possibilités de réformes institutionnelles, susceptibles de dépasser ses restrictions structurelles existent, mais elles nécessitent qu’un nouveau projet de développement national, réunissant les diverses forces politiques (en quête d’un nouveau mode de régulation) devienne la base d’un régime de croissance plus cohérent parce qu’intégrant les demandes les plus essentielles de la société.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel, (1999), La globalisation financière. Éditions La Découverte, collection Repères, Paris.

Aglietta, Michel, (2001), Macroéconomie financière. Vol. 1 et 2, La Découverte, Paris.

Alves, José Eustáquio D. et Bruno, Miguel (2006), População e Crescimento Econômico de Longo Prazo no Brasil : como aproveitar a janela de oportunidade demográfica ? XV Encontro Nacional de Estudos Populacionais, Tema Central: Desafios e Oportunidades do Crescimento Zero -18 a 22 de setembro de 2006, Caxambu- MG, Brasil.

Belluzzo, Luiz Gonzaga e Almeida, Júlio Gomes de (2002), Depois da queda – a economia brasileira da crise da dívida aos impasses do real. Ed. Civilização brasileira. Rio de Janeiro.

BILLAUDOT, Bernard. (2001), Régulation et croissance : une macroéconomie historique et institutionnelle. L’Harmattan, Paris.

BACHA, E. et BONELLI, R. (2005) Uma interpretação das causas da desaceleração econômica do Brasil. Revista de Economia Política, v. 25, n° 3, pp.163-189.

Boyer, Robert (2004), Théorie de la régulation. 1. Les fondamentaux. La Découverte.

Boyer, Robert (2002), La croissance, début de siècle : de l’octet au gène. Éditions Albin Michel Économie.

Boyer, Robert (2000), Deux défis pour le XXIe siècle : discipliner la finance et organiser l’internationalisation. CEPREMAP n° 2000-08, Paris.

Boyer, Robert (2000), Is a finance-led growth regime a viable alternative to Fordism ? A preliminary analysis. Economy and Society. Volume 29, n° 1, february.

Boyer, Robert (1999), La politique a l'ere de la mondialisation et de la
finance : le point sur quelques recherches regulationnistes.
CEPREMAP, Paris.

Boyer, Robert (1998), Le lien salaire-emploi dans la Théorie de la Régulation : autant de relations que de configurations institutionnelles. CEPREMAP, n° 9814, septembre.

Boyer, Robert., Miotti, L.E. et Quenan, C (1997), Transformation des Régimes d’Accumulation et Modes de Régulation : un bref survol de 20 années de recherches sur l’Amérique Latine. Canevas de L’Exposé pour le Séminaire « Théorie de la Régulation et Économie du Développent. ». juillet.

Bruno, Miguel (2006), Lucro, acumulação de capital e crescimento econômico sob finanças liberalizadas : o caso brasileiro. In « Perspectivas para a Economia Brasileira : Inserção Internacional e Políticas Públicas. Organizadores : Léo da Rocha Ferreira, Luiz Fernando de Paula e Milton Assis, EDUERJ, setembro.

Bruno, Miguel (2005), “Macroanálise, regulação e o método - Uma alternativa ao holismo e ao individualismo metodológicos para uma macroeconomia histórica e institucionalista”. Revista de Economia Política, Volume 25, nº 4 (100), pp. 337-356 outubro-dezembro.

Bruno, Miguel (2005), Croissance économique, changements structurels et distribution : les transformations du régime d’accumulation au Brésil – une analyse régulationniste. Thèse de doctorat en cotutelle EHESS- Paris et IE/UFRJ, mars 2005.

CAFFE, Ricardo (2005), Cycles de croissance financiarisée en Amérique Latine depuis les années 1970 : l’économie brésilienne entre le cycle du « miracle » économique et le cycle stagnant (1967-2001). Thèse de doctorat. Université de Paris XIII. Décembre 2005.

CARNEIRO, Ricardo (2002), Desenvolvimento em crise : A economia brasileira no último quarto do século XX. Editora Unesp/UNICAMP. São Paulo.

CASTRO, A. B. et de SOUZA, F. E. P. (2004), A economia brasileira em marcha forçada. 3ª edição. Ed. Paz e TerraSanta Efigênia, São Paulo.

CHESNAIS, François (2003), La théorie du régime d’accumulation financiarisé : contenu, portée et interrogations,  Forum de la Régulation. Paris.

COLLETIS, Gabriel (2005), Évolution du rapport salarial, financiarisation et mondialisation. Recherche & Régulation. Working papers, septembre.

CORIAT, Benjamin, Moves towards finance-led capitalism : the French case.

CORIAT, Benjamin et SABOIA, João (1988), Regime de acumulação e relação salarial no Brasil : um processo de fordização forçada e contrariada. Porto Alegre, Ensaios FEE, 1988.

CORIAT, Benjamin. SABOIA, João e BRUNO, Miguel (2002), L’accumulation du capital au Brésil (1930-2000) : Heurs et Malheurs d’une Régulation « Tutellaire » - formes institutionnelles fondamentales, mode de régulation et régime d’accumulation, mimeo, Paris.

DIAWARA, Hawa (2006), Monnaie, valorisation rentière du capital et dynamique du marché du travail dans l’économie brésilienne. Thèse de doctorat, Université de Paris III.

EPSTEIN, Gerald (2001), Financialization, rentier interests and Central Bank Policy. PERI Conference on “Financialization of the World Economy”, December 7-8.

EPSTEIN, Gerald A., GINTIS, Herbert M. (1995), Macroeconomic polity after the conservative era - studies in investment and finance. Cambridge University Press ;

EPSTEIN, Gerald A. and JAYADEV, Arjun (2005), The Rise of Rentier Incomes in OECD Countries : Financialization, Central Bank Policy and Labor Solidarity. In Financialization and the World Economy, edited by Gerald Epstein of the Political Economy Research Institute. Forthcoming from Edward Elgar, spring.

GONÇALVES, Reinaldo (2003). A herança e a ruptura : cem anos de historia econômica e propostas para mudar o Brasil. Garamond, Rio de Janeiro ;

HARRIBEY, Jean-Marie (2003), « Le régime d’accumulation financière est insoutenable socialement et écologiquement », in J-M Harribey et Michael Lowy, Capital contre nature, Paris, PUF, Actuel Marx Confrontation, pp. 109-121.

KRIPPNER, Greta R (2005), The financialization of the American economy, Socio-Economic Review, 173-208 ;

MARQUES-PEREIRA, Jaime (2003), L’aléa moral de la souveraineté monétaire en Amérique Latine ou le voile du conflict distributif. Cadernos PROLAM/USP. Ano 02. Vol.02. n° 4.

MARQUES-PEREIRA, Jaime (2004), Cycle économique, politique monétaire et répartition. Colloque Régulation sociale et Développement. Spécificités et enseignements du cas brésilien. Septembre.

MARQUETTI, Adalmir (2004), A economia brasileira no capitalismo neoliberal : progresso técnico, distribuição, crescimento e mudança institucional. Seminário nº3/2004.USP, SP.

MARQUETTI, Adalmir (2003), Nota metodológica sobre as informações estatísticas utilizadas na análise do padrão de progresso técnico na economia brasileira, 1950-1998. Instituto de Economia / PUC-RS.

PETIT, Pascal (2003), On growth regimes in a pos fordist era. CEPREMAP. July, 2003.

POCHMANN, Márcio et al. (2004), Atlas da Exclusão Social - Os Ricos no Brasil, vol. 3. Editora Cortez, SP.

SALAMA, Pierre (2000), Do produtivo ao financeiro e do financeiro ao produtivo na Ásia e na América Latina. Revista da Sociedade Brasileira de Economia Política nº6. Rio de Janeiro, junho, 2000.

STOCKHAMMER, Engelbert (2004), Financialization and the slowdown of accumulation. Cambridge Journal of Economics 2004, 28, p. 719-741.

THÉRET, Bruno (1998), Estado, Economia Pública e Regulação : Uma visão critica das intervenções econômicas do Estado. Editora Universa / UCB, Brasília.

Haut de page

Notes

1 Au Brésil, l’institutionnalisation de cette forme structurelle déterminante n’a pu être achevée étant donné la forte concentration des revenus et de la richesse ainsi que le faible  degré d’organisation des travailleurs.
2 On intègre également la part correspondant aux paiements des services operationnels, telles que les recettes provenant des tarifs bancaires. Cependant, le SIFIM  représente  plus de 90% de la valeur ajoutée financière.
3 Le rapport de la Banque Centrale du Brésil sur les transformations du système financier brésilien (1989-2000), disponible sur le site de cette institution, reconnaît que “le contexte inflationniste que connaît l’économie brésilienne depuis 1960 a été extrêmement favorable au système bancaire. (...). Le taux d’inflation élevé a contribué à accroître la participation du secteur financier dans le revenu national.”
4 Indice général des prix de l’institution de recherche “Fundação Getúlio Vargas (FGV)”.
5 Selon BOYER (1998), une forme institutionnelle est définie comme FIHS lorsqu’elle impose des restrictions structurelles à la configuration des autres formes institutionnelles.
6 Recherche de l’Association nationale des Responsables des Finances, Administration et Comptabilité (Anefac).
7 Il est possible cependant d’identifier la dimension, pour ainsi dire, “productiviste” du fordisme au Brésil puisque les usines industrielles et les bases technico-productives en vigueur ont été installées selon les principes organisationnels et le paradigme technologique caractéristiques de ce mode de développement.
8 Les investissements en titres ou en portefeuilles, principalement de court terme, sont destinés aux applications en actions sur le marché financier. Dans ce dernier cas, il s’agit de titres à revenus fixes, ou de produits dérivés, etc.
9 Compte tenu de leur densité, le détail des tests économétriques n’a pas été explicité.  
Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1– Intensité du capital et PIB par tête (1950-2004)
Légende Source : Ipeadata et Ibge
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique 2 – Cycles de productivité et accumulation du capital fixe productif (1951-2004)
Légende Source : Ipeadata et Ibge.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-2.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Graphique 3 - Participation du capital fixe productif dans le stock total de capital fixe (1950-2005).
Légende Source : Ipeadata
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-3.png
Fichier image/png, 2,9k
Titre Graphique 4 – Composition du stock de capital fixe : participation moyenne par période (1950-2005)
Légende Source : Ipeadata
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-4.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Graphique 5 – Taux de financiarisation et multiplicateur du taux d’intérêt réel de la dette publique (1951-2005)
Légende Source : Ipeadata e Ibge.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-5.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Graphique 6 – Rendement financier accumulé en proportion du revenu disponible brut (1974-2005)
Légende Source : Ipeadata et Banque Centrale du Brésil.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-6.png
Fichier image/png, 3,5k
Titre Graphique 7 – Inflation et accumulation financière (1947 – 2006)
Légende Source : Les données sur la valeur ajoutée (VA) des institutions financières proviennent de l’IBGE et celles sur l’Indice général des prix – IGP-DI proviennent de la Fondation Getúlio Vargas (FGV).
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-7.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Graphique 9 – Implications des investisseurs institutionnels – bilan consolide de 2006
Légende Source : Association brésilienne des institutions de prévoyance complémentaire – ABRAPP.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-8.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Graphique 10– Taux d’intérêt réel du gouvernement (1974-2006)
Légende Source : Banque Centrale du Brésil.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-9.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Graphique 11– Evolution des recettes nettes du gouvernement et de la structure des dépenses publiques (1947-2000)
Légende Source : M. BRUNO (2005).
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-10.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Graphique 12 – Part des titres fédéraux détenus par les entreprises non financières et les ménages dans le revenu disponible brut (1970-2001)
Légende Source : Ipeadata.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-11.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Graphique 13– Taux d’emploi ouvert (1980-2006)
Légende Source : DIEESE e IBGE.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-12.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Graphique 14– Part salariale dans l’économie brésilienne (1950-2005)
Légende Source : Calculs propres à partir des séries d’Ipeadata et de Marquetti (2000).
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-13.png
Fichier image/png, 5,4k
Titre Graphique 15– Niveau général de l’emploi et transition démographique (1950-2004)
Légende Source : ALVES, J.E. D et BRUNO, M. (2006)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-14.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Graphique 16 - Consommation, salaire et emprunts des ménages (1979-2002)
Légende Source : Ipeadata.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-15.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Graphique 17 – Profit, accumulation productive et ratio masse de profit/actifs financiers (1970-2005)
Légende Source : Calculs de l’auteur à partir des données de l’IBGE.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-16.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Graphique 18– Entrées de capitaux étrangers de court terme (1970-2004)
Légende Source : IPEADATA.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-17.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Graphique 19 – Composition de la demande totale (1996-2005)
Légende Source : Ipeadata.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-18.png
Fichier image/png, 3,2k
Titre Graphique 20– Taux de profit net des entreprises et taux d’accumulation du capital fixe productif (1990-2005)
Légende Source : IBGE et IPEADATA.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-19.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Tableau 5– Déterminants du taux de profit moyen des entreprises dans l’économie brésilienne (1990-2005)
Légende Source : Calculs propres à partir de l’équation 4
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-20.png
Fichier image/png, 4,1k
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-21.png
Fichier image/png, 454 octets
Titre Graphique 21 – Part de profit net des entreprises investie dans la formation du capital fixe productif (1951-2005)
Légende Sources IPEDATA
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-22.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Tableau 6– Elasticité de long terme et de court terme de la relation entre accumulation, profit et revenus financiers
Légende NOTE : Les périodes ont été identifiées par le biais des tests de stabilité structurelle du CUSUM et du CUSUMSQ.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/4103/img-23.png
Fichier image/png, 3,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Miguel Bruno, « Régulation et Croissance Économique au Brésil après la libéralisation : », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 08 décembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/4103

Haut de page

Auteur

Miguel Bruno

École Nationale des Sciences Statistiques - ENCE/IBGE et Faculté des Sciences Économiques de l’Université de l’État du Rio de Janeiro – UERJ
E-mail: miguel.bruno AT ibge.gov.br / miguel.bruno AT superig.com.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page