Navigation – Plan du site
Articles

Modèles de firme et formes du capitalisme : Penser la diversité comme agenda de recherche pour la TR

Models of firm and variety of capitalism: Thinking diversity as an agenda for régulation theory
Yannick Lung

Résumés

L’article propose de recentrer l’agenda de recherche de la théorie de la régulation sur la diversité synchronique des formes institutionnelles articulant les différents niveaux d’analyse (micro, meso, macro). La première partie porte sur les relations entre organisation et institution en discutant l’hypothèse d’isomorphisme et en soulignant les approches de la diversité couplant macro et micro (la firme). La seconde partie se focalise sur la recherche des modalités d’articulation entre les différents niveaux (la firme, le secteur, le système social d’innovation et de production).

Haut de page

Texte intégral

1Entre la firme représentative de l’analyse de l’équilibre partiel (hypothèse d’homogénéité /identité) et l’hétérogénéité radicale de l’approche évolutionniste, l’analyse des formes d’organisation de la firme fait l’objet d’une littérature foisonnante même si les travaux d’inspiration régulationniste restent assez limités (Coriat, Weinstein, 1995). Dans une contribution récente publiée dans l’ouvrage coordonné par le groupe Régulation-Secteur-Territoire (Lung, 2008), l’auteur a proposé de développer un agenda de recherche régulationniste fondé sur l’hypothèse de la diversité des formes d’organisation articulant les différents niveaux d’analyse : de la diversité des stratégies des firmes à la variété des formes de capitalisme. Sans reprendre les débats sur l’analyse de la variété du capitalisme dont le volume 7 de L’Année de la régulation (2003/04) s’est fait l’écho en focalisant sur les s approches de la diversité des formes institutionnelles qui articulent les échelles micro (la firme) et macro (l’économie, le pays), on retrouve deux types de positions.

2La première repose sur une hypothèse d’isomorphisme entre le niveau de la firme et celui de l’environnement institutionnel (Di Maggio, Powell, 1983, 1991). Les approches qui relèvent de cette première position mettent l’accent sur l’importance des contraintes institutionnelles qu’exerce l’environnement, contraintes qui conduisent à une forme prédominante, si ce n’est exclusive, d’organisation. On la retrouve formulée ainsi par Jackson :

“Les contraintes institutionnelles … conduisent souvent à un isomorphisme institutionnel, les organisations adoptant des structures et des routines semblables” (Jackson, 2004)

  • 1 La contribution s’appuie sur les travaux menés dans le cadre de ce projet. Elle reprend en partie l (...)
  • 2 ESEMK : The European Socio-Economic Models of a Knowledge-based society.

3Une deuxième position (Boyer, Freyssenet, 2000) prend comme hypothèse de départ, la diversité des modèles d’organisation de la firme au sein d’un même environnement institutionnel : celui d’une industrie donnée dans un pays. Cette diversité est au cœur même de la dynamique institutionnelle : il existe des relations de complémentarité / rivalité / altérité entre les modèles qui fondent, en partie, le changement institutionnel. La notion de modèle met alors l’accent sur le processus contradictoire et toujours inachevé de mise en cohérence de ses différentes composantes institutionnelles. Un même environnement peut générer différents modèles. C’est cette deuxième position que développe la présente contribution1 en prenant appui sur les travaux du projet ESEMK2 (6ème PCRD) qui s’attache à étudier la dynamique de la variété des modèles socio-économiques au sein de l’Europe (Amable, Lung, 2005 ; Lung, 2005).

4La première partie de l’article ouvre la boîte à outils des approches régulationnistes pour préciser les articulations possibles entre le niveau d’analyse macroéconomique et celui de la firme en discutant des orientations nécessaires pour dépasser l’isomorphisme qui prédomine en la matière. La seconde partie esquisse des pistes de recherche pour penser la diversité des modes d’organisation de la firme en relation avec l’analyse de la variété des formes du capitalisme, autrement dit en articulant les modèles d’organisation avec l’environnement institutionnel dans lequel évoluent les entreprises. Mais l’articulation micro/macro ne peut faire l’économie du niveau intermédiaire, celui de l’industrie, qui reste l’arène majeure de structuration du processus concurrentiel.

1. Penser l’articulation organisation / institution

5Les approches fondées sur l’hypothèse d’isomorphisme entre institution et organisation sont aussi bien diachroniques que synchroniques. Dans le premier cas, l’accent est mis sur la succession de différentes formes d’organisation (modèles) à travers l’histoire du capitalisme (l’évolution des formes d’organisation de la firme) est moteur et/ou conséquence des transformations du capitalisme (Chandler, 1990 ; Langlois, 2003). Dans le second cas, il s’agit de spécifier la singularité de l’organisation de la firme dans les différents contextes nationaux. On parle ainsi volontiers du « modèle français » (Lesourne, 1998), du « modèle allemand » (Vitols, 2004), etc. pour qualifier le particularisme des économies nationales et/ou de leurs firmes domestiques. Dans les deux cas, il n’y a qu’un mode – si ce n’est exclusif – d’organisation qui s’articule avec l’environnement socio-économique et qui sera sélectionné car seul efficace dans ce contexte. Bien sûr la variété des modèles socio-économiques va se traduire par une diversité des formes d’entreprises entre pays, voire entre secteurs, mais au sein d’un même contexte géographique ou historique, il y aurait une seule façon de s’organiser de façon efficace. On retrouve donc l’hypothèse d’un « one best way » qui revient sous d’autres apparences.

6La grille d’analyse des modèles productifs proposée par Robert Boyer et Michel Freyssenet (2000) – à partir des travaux du GERPISA portant sur l’histoire de l’industrie automobile – permet de s’affranchir de cette tendance de l’économiste à chercher à identifier une forme institutionnelle efficace et d’envisager de penser simultanément la diversité des configurations institutionnelles aux différents niveaux. Il s’agit alors de préciser les conditions de l’articulation des modèles productifs avec les niveaux méso et macro, notamment dans le croisement de la grille d’analyse des modèles sociaux d’innovation et de production (Amable, 2003).

1.1 L’hypothèse d’isomorphisme entre institution et organisation

7La plupart des approches de la diversité des formes institutionnelles privilégient une analyse globale de la dynamique institutionnelle (Boyer, 2004a). En tant qu’institution, l’entreprise est une composante – voire la composante centrale pour certains – de la caractérisation d’une configuration / d’un arrangement institutionnel(le) stabilisé(e). Il y a alors une stricte équivalence entre la caractérisation d’un modèle socio-économique (type de capitalisme) et une forme spécifique de structuration de l’entreprise (Hall, Soskice, 2001).

8A chaque période du capitalisme correspondrait une forme dominante de coordination des activités économiques. Une telle vision se retrouve explicitement chez les auteurs qui s’attachent à caractériser les évolutions des modes de coordination, donc d’organisation de l’entreprise, et implicitement dans les travaux centrés sur la périodisation du capitalisme, notamment dans le cadre de la théorie de la régulation (TR).

9L’approche du changement organisationnel considère qu’il existe donc une forme efficace d’organisation pour l’institution qu’est l’entreprise en fonction du contexte historique. De ce point de vue, la TR ne se démarque pas d’une vision assez largement partagée dans les grandes fresques historiques qui se centrent sur l’évolution des modalités dominantes de coordination des activités entre agents économiques.

1.1.1. Jeux de mains : main invisible, main visible, main évanescente

10De la volumineuse littérature qui tend à suggérer une évolution des formes d’organisation de l’entreprise surdéterminée par les transformations des dynamiques du capitalisme, on retiendra ici une présentation synthétique – donc volontairement réductrice – sous la forme de « jeux de mains », une telle représentation étant plus ou moins implicitement associée à une vision en termes de succession de révolutions industrielles.

11La première révolution industrielle, fondatrice du capitalisme contemporain, aurait reposé principalement sur une coordination par le marché (la main invisible de Smith) entre des entreprises de petite taille ou de taille moyenne. Avec la seconde révolution industrielle (fin du 19ème siècle) apparaît la grande entreprise moderne où la main visible des managers (Chandler, 1977) remplace celle du marché. La théorie managériale a largement décrit et analysé cette montée de la technocratie où la nécessité de coordonner ex ante les activités – et non pas seulement ex post comme le fait le marché – a conduit au développement d’une science managériale visant à gérer de façon efficace la grande firme. Alfred Chandler prend en compte deux formes de capitalisme managérial : le capitalisme managérial de concurrence qui prévaudrait en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et une forme plus coopérative en Allemagne. On rejoint alors l’opposition entre capitalisme anglo-saxon et capitalisme rhénan suggérée par Michel Albert (1991) jusqu’aux débats sur la variété du capitalisme (Amable, 2003 ; Boyer, 2004).

12Nous serions aujourd’hui en pleine troisième révolution industrielle, celle de l’information, qui oblige de repenser les modes d’organisation : à la rigidité de la firme managériale qui supposait sur des structurations pérennes (comme un cycle de produit de 8 ans dans l’automobile à 20-30 ans dans l’aéronautique, industries « modernes » par excellence) s’oppose aujourd’hui la contrainte de flexibilité dans un régime d’innovation permanente et dans un environnement de forte rivalité concurrentielle à l’échelle mondial. Prime alors la réactivité pour faire face aux innovations technologiques et aux incertitudes stratégiques. Les cycles de vie de quelques mois, voire quelques semaines des biens électroniques illustrent la temporalité accélérée associée aux nouvelles industries que sont les technologies de l’information et de la communication, qui impose un nouvelle modèle d’entreprise (Lazonick, 2005).

13Cette réactivité ne peut être le fait des grandes structures intégrées qui caractérisaient l’ère des managers. Nous serions entrés dans l’ère de la « main évanescente » (vanishing hand) nous dit Langlois (2003) : à chaque problème productif rencontré correspondrait une configuration provisoire réunissant des acteurs différents selon chacun des projets. La coordination marchande entre unités économiques indépendantes redevient centrale, mais il reste nécessaire de faire converger ex ante les activités des partenaires de ces configurations provisoires en recourant à d’autres formes de coordination que le principe d’autorité qui fonde la hiérarchie (Frigant, 2005). On retrouve toute la littérature sur les entreprises en réseaux et l’économie réticulaire : l’heure serait à l’entreprise réseau et l’externalisation serait donc la règle.

1.1.2. La périodisation selon la théorie de la régulation

14La théorie de la régulation ne se différencie pas de ce type de représentation, la firme n’ayant pas un statut significatif (Lung, 2008) dans un outillage conceptuel qui vise d’abord à périodiser les phases du développement du capitalisme à travers les régimes d’accumulation, les modes de régulation et la combinatoire de cinq formes institutionnelles.

15Le projet de la théorie de la régulation était de construire un cadre théorique permettant d’expliquer à la fois la croissance économique d’après-guerre, caractérisée par une progression forte et continue des gains de productivité permettant une augmentation régulière des salaires, et comment le cercle vertueux qui fondait le modèle de développement labellisé « fordisme » était entré en crise dans les années 60-70. L’âge d’or du fordisme est donc la période de référence et il correspond à une régulation qualifiée d’administrée ou de monopoliste, donc un capitalisme de grandes unités qui s’oppose à la régulation dite concurrentielle du 19ème siècle marqué par la prédominance des petites et moyennes entreprises. Il y a donc une représentation en creux (implicite) de l’entreprise fordienne associée au modèle de développement fordiste, ce que Benjamin Coriat et Olivier Weinstein s’efforcent de préciser en explicitant cinq traits constitutifs de l’entreprise fordienne. Celle-ci serait :

  • « lieu d’un antagonisme capital/travail (…),

  • lieu de mise en œuvre de principes et de protocoles (…),

  • entreprise de grande taille, en général verticalement intégrée (…)

  • à la fois expression et lieu de formation d’un ensemble de pratiques contractuelles (…),

  • lieu d’élaboration de standards et de normes » (Coriat, Weinstein, 1995, pp.170-2).

16L’apport salutaire de l’ouvrage de Michaël Piore et Charles Sabel The Second Industrial Divide (1983) aura été de rappeler que la focalisation sur la production de masse ne doit pas faire oublier que d’autres formes de production se sont déployées, notamment du côté de l’entreprise, même à l’âge d’or du fordisme. Il pointe ainsi une diversité synchronique des formes d’organisation de la production là où l’exercice de mise en perspective historique et de périodisation qu’affectionnent les régulationnistes conduit à privilégier une lecture diachronique se focalisant sur la succession de modèles dans le temps. C’est à la vaine recherche de l’entreprise post-fordienne que les régulationnistes se sont épuisés dans les années 90 cédant aux séductions des approches institutionnalistes, à commencer par celle de Masahiko Aoki (1988, 1990) opposant la firme A et la firme J.

17C’est bien l’enjeu théorique que doit relever la TR, à savoir dépasser une vision finalement assez standard où une configuration organisationnelle type serait associée à chaque régime d’accumulation ou mode de régulation, pour penser la diversité des modèles de firmes de façon synchronique.

1.2 La double dimension de la diversité : organisationnelle et institutionnelle

18Il s’agit donc d’appréhender simultanément dans leur double dimension la diversité des modèles socio-économiques et celle des formes d’organisation des firmes en ne réduisant pas cette dernière variété au seul jeu des logiques sectorielles. Ceci revient à s’inscrire dans une démarche à la Douglass North quand il distingue les institutions des organisations : les premières définissent les règles du jeu à l’intérieur duquel évoluent les organisations (les joueurs qui ont une action orientée vers une finalité). Alors que, dans les approches précédentes, les deux diversités étaient confondues (la diversité institutionnelle déterminant une diversité organisationnelle de façon univoque), il s’agit d’appréhender les interactions entre ces diversités dont les fondements sont différents.

19Dans cette perspective, on peut prendre appui sur le seul cadre conceptuel qui s’inscrive dans ce projet : la grille d’analyse des modèles productifs (Boyer, Freyssenet, 2000a), mais une grille en chantier (Freyssenet, 2003) qui devra évoluer pour permettre d’articuler les trois niveaux : micro, méso et macro. L’introduction du niveau méso conduira à prendre en compte de façon plus explicite les interactions qui fondent la dynamique du changement institutionnel dans cette articulation micro/macro.

  • 3 Avant que la décennie 90 ne révèle les faiblesses de nombreuses firmes japonaises et les limites au (...)

20Fruit d’une recherche collective menée dans le cadre du réseau international GERPISA s’interrogeant sur la réalité d’un modèle japonais de gestion alors promu comme norme universelle3, le programme Emergence de nouveaux modèles industriels, coordonné par Robert Boyer et Michel Freyssenet a permis l’élaboration d’une grille d’analyse permettant de penser la diversité des formes d’organisation des firmes au sein d’une même industrie, en l’occurrence l’industrie automobile, secteur emblématique de la compétitivité internationale des Japonais à la fin des années quatre-vingts.

21La grille d’analyse proposée par Robert Boyer et Michel Freyssenet (voir aussi l’article de Matthieu Montalban) se focalise sur l’identification de stratégies de profit d’une firme pour en appréhender les conditions de performance, conditions qui sont doubles : d’une part, la pertinence de la stratégie par rapport à l’environnement socio-économique dans lequel évolue la firme et, d’autre part, le processus de mise en cohérence interne des différentes dimensions de l’organisation de la firme par ce qu’ils nomment le compromis de gouvernement. Les stratégies de profit occupent ainsi une place centrale puisqu’elles permettent de spécifier chacune des firmes étudiées et d’articuler le niveau externe (la pertinence) et le niveau interne (la cohérence).

22Les stratégies de profit correspondent à la recherche privilégiée d’une ou plusieurs sources de profit parmi six sources fondamentales : le volume, la qualité, la diversité, la flexibilité, l’innovation et la réduction permanente des coûts. La mise en œuvre efficace d’une ou plusieurs de ces sources et, donc, la mise en compatibilité des différentes sources de profit sont des enjeux essentiels des modèles productifs à construire.

23Pour qu’une stratégie soit efficace, il faut d’abord qu’elle puisse être mise en œuvre avec profit dans le contexte socio-économique. Pour Robert Boyer et Michel Freyssenet, la pertinence externe d’une stratégie dépend fondamentalement de sa capacité à faire face aux deux incertitudes fondamentales auxquelles sont confrontées les firmes : d’une part, l’incertitude de marché, qui correspond à la possibilité pour la firme de trouver une demande face à son offre et, d’autre part, l’incertitude du travail, qui exprime la capacité de l’entreprise à mobiliser efficacement les salariés pour mettre en œuvre son projet productif.

24Ces incertitudes sont déterminées par le mode de croissance et de distribution du revenu national qui caractérise l’économie au sein de laquelle évolue principalement l’entreprise, mode de croissance qui est lui-même fonction du régime international, autrement dit des modalités d’insertion internationale de l’économie considérée. Si on laisse de côté les cas des modes dits « rentier » et « pénurique » qui correspondent respectivement aux situations de certains pays du Tiers Monde ou des ex-pays socialistes, la caractérisation des économies industrialisées se fait sur la base de deux principaux critères :

  • d’une part, selon le caractère plus ou moins égalitaire de la distribution du revenu, où l’on retrouve de fait l’opposition entre les économies de marché coordonnées (CME) et les économies de marché libérales (LME) de Hall et Soskice (2001) ;

  • d’autre part, selon le principal moteur de la croissance : s’agit-il de la demande interne (consommation des ménages ou investissement des entreprises) ou de la croissance des exportations (compétitivité prix ou hors prix).

25On conçoit qu’une stratégie de profit se révèle inefficace si elle n’est pas en phase avec ce contexte macro-économique. La correspondance (pertinence externe) n’est cependant qu’une condition nécessaire, mais non suffisante. Encore faut-il que l’entreprise arrive à mettre en œuvre cette stratégie pertinente, ce qui renvoie à la question du processus de mise en cohérence interne.

26Si l’on s’intéresse maintenant à cette deuxième condition, les auteurs appréhendent trois éléments structurants :

    • 4 Comme la stratégie du modèle unique de Ford avec son modèle T en 1908, la stratégie de gamme de Gen (...)

    la politique produit explicite la stratégie de profit adoptée par la firme4,

  • l’organisation productive (gestion de la conception, de l’approvisionnement, des méthodes de production, de la distribution, etc.) que la firme élabore pour mettre en œuvre sa stratégie,

  • la relation salariale négociée avec les salariés et leurs organisations.

27La mise en complémentarité de ces trois composants repose sur l’établissement d’un compromis de gouvernement de l’entreprise entre les différentes parties prenantes : actionnaires, salariés, créanciers, banquiers, distributeurs, fournisseurs, sous-traitants, etc. L’établissement de ce compromis est l’élément le plus complexe qui fonde le modèle productif.

28La grille d’analyse a été conçue dans le cadre d’une analyse comparative réalisée par les membres du réseau international GERPISA des trajectoires des constructeurs automobiles mondiaux au cours de la période 1973-1993 (Freyssenet, Mair, Shimizu, Volpato, 1998). Elle a été prolongée par une exploration de l’histoire de l’industrie automobile sur l’ensemble du vingtième siècle (Boyer, Freyssenet, 2002). Robert Boyer et Michel Freyssenet en déduisent qu’au cours de la période récente, seuls trois modèles productifs correspondant à différentes stratégies de profit sont identifiables.

29Pour notre propos, trois conclusions essentielles méritent d’être soulignées.

  • Premièrement, la mise en cohérence est l’exception, la crise est la règle puisque seuls trois constructeurs sur les 16 firmes étudiées ont été durablement profitables. Or il n’y a modèle que si les deux conditions de profitabilité sont remplies. Pourtant, les firmes en difficultés ne disparaissent pas pour autant. La grille ne propose donc pas une lecture fonctionnaliste de sélection des modèles efficaces : c’est le processus de mise en cohérence à travers le bricolage et l’expérimentation, par la complémentarité institutionnelle qui est central dans l’analyse.

  • Deuxièmement, le modèle japonais que de nombreux régulationnistes ont identifié (par exemple Coriat, 1991) n’a jamais existé (Freyssenet, 2001) : d’une part, nombre de constructeurs automobiles japonais se sont révélés particulièrement fragiles au cours des années quatre-vingt dix où ils ont été contraints de nouer des alliances, à commencer par Nissan qui avait adopté une stratégie « volume et diversité ». On pourrait aussi citer les difficultés de Mitsubishi et Mazda. Quant aux deux success stories, Honda et Toyota, un examen attentif révèle des différences importantes et incompatibles entre eux aussi bien dans la stratégie que dans la mise en cohérence interne.

  • Troisièmement, pas plus que la firme japonaise, la firme américaine (celle du « fordisme » de la TR) n’a de sens : taylorisme, fordisme et sloanisme correspondent à des modèles différents dans des environnements macroéconomiques qui peuvent être éventuellement semblables, mais surtout avec des compromis de gouvernement qui ont d’autres bases.

30Cette grille souligne les limites d’une approche de la firme à la TR, comme celle suggérée par Coriat et Weinstein, et plus généralement des fresques historiques qui tendent à nier la diversité synchronique pour privilégier la lecture de l’évolution de formes considérées comme historiquement dominantes comme la grande entreprise fordienne (cf. supra). Elle n’en présente pas moins de sérieux points de débat surtout quand on cherche à l’appliquer dans d’autres secteurs que l’industrie automobile comme la sidérurgie (Lomba, 2004), l’aéronautique (Frigant, Talbot, 2005), les services informatiques (Coris, 2004) ou encore la pharmacie (Montalban, 2005, 2007).

31Un enjeu majeur de ces débats a trait à l’articulation entre l’analyse de la firme et le niveau macroéconomique, ce qui renvoie à la question de la pertinence externe dans la grille d’analyse. Dans une contribution récente, Michel Freyssenet (2005) esquisse un programme de recherche qui vise à prolonger la démarche du GERPISA en appliquant aux économies les outils analytiques mobilisés pour étudier les firmes : reconstitution historique des trajectoires des principales économies afin d’aboutir à une conceptualisation reprenant la distinction stratégie/modèle. Pour un pays, la stratégie de croissance reposerait sur une des quatre sources que sont la consommation, l’investissement, l’exportation et la prédation et elle serait mise en œuvre à travers des modèles de croissance fruits de compromis sociopolitiques.

32La méthode proposée (qualifiée de « gerpisienne 2 ») présente de sérieux arguments, notamment une démarche historique et une approche relativement exhaustive. Elle pointe une vraie question sur les sources de la croissance et les compromis établis dans ce cadre. Il semble cependant difficilement justifiable de procéder par analogie entre le niveau de la firme (compromis de gouvernement d’entreprise pour mettre en œuvre une stratégie de profit) et le niveau national (compromis sociopolitique sur un mode de croissance). Autant la démarche « gerpisienne 1 » faisait l’impasse sur des aspects institutionnels qui avaient du sens dans d’autres secteurs que l’automobile, autant la nouvelle version semble couvrir l’ensemble des champs, sans cependant hiérarchiser les domaines.

33A défaut d’une approche historique qui permettrait de reconstituer l’émergence des différents modèles socio-économiques, nous prolongerons la discussion sur la diversité des modèles de firmes au sein de la variété synchronique des formes contemporaines du capitalisme qui constituent l’environnement dans lequel évolue la firme à travers l’approche en termes de systèmes sociaux d’innovation et de production (Amable, Barré, Boyer, 1997 ; Amable, 2003 ; Boyer, 2004).

2. À la recherche d’une articulation micro/méso/macro

34C’est donc dans ce cadre que nous allons indiquer quelques pistes d’une démarche qui permettrait d’articuler les trois niveaux d’analyse – la firme, l’industrie et le niveau macroéconomique (la nation et/ou la région). Dans un premier temps, il s’agira de discuter les contraintes que l’environnement institutionnel caractéristique des différents modèles socio-économiques exerce sur les stratégies des firmes en croisant les deux grilles d’analyse : celle des modèles productifs au plan microéconomique et celle des SSIP au plan macroéconomique. L’introduction explicite du niveau intermédiaire, celui du secteur, pose d’autres types de question qu’il conviendra d’envisager ensuite. Enfin, il est nécessaire de prendre en compte les interactions réciproques, du micro vers le macro pour envisager les dynamiques endogènes du changement institutionnel.

2.1. La compatibilité micro/macro

35A cette étape, l’objectif est donc d’amender la grille des modèles productifs pour substituer une approche en termes de SSIP au « mode de croissance et de répartition du revenu » ou, dans la dernière proposition, du « modèle de croissance » afin d’appréhender à la fois la pertinence externe et la mise en cohérence interne des modèles productifs. Il s’agit de discuter donc à la fois

  • de la compatibilité entre la stratégie de profit de la firme et son environnement macro-institutionnel et

  • de la possibilité de mettre en cohérence l’ensemble des composantes du modèle productif, de négocier un compromis de gouvernement permettant de mettre en œuvre cette stratégie compte tenu des contraintes institutionnelles qui s’exercent sur les acteurs.

36On conçoit en effet difficilement une stratégie fondée sur la différentiation par la qualité (à l’allemande pour faire court) qui ne pourrait s’appuyer sur un système de formation professionnelle efficace, mais aussi sans un rapport salarial où les syndicats ouvriers auraient acquis un pouvoir de négociation significatif. Inversement, la faiblesse du syndicalisme professionnel et un niveau minimal d’éducation créent les conditions propices à une diffusion du modèle fordien tel que le définissent Robert Boyer et Michel Freyssenet (2000).

37Il convient donc d’envisager comment les formes institutionnelles propres à un type de capitalisme influent sur chacun des modèles productifs, en créant des contraintes sur les stratégies produit ou sur les compromis de gouvernement qui peuvent être négociés au niveau des entreprises mais aussi en ouvrant des espaces stratégiques et de négociations pour les acteurs. Dans l’analyse de Bruno Amable (2003), cinq domaines institutionnels sont retenus pour qualifier un SSIP : la concurrence sur le marché des produits, le rapport salarial, le secteur financier, la protection sociale et le système d’éducation. Ces domaines interviennent de façon plus ou moins marquée pour définir le champ des possibles pour les différentes composantes du modèle productif (cf. tableau 1).

Tableau 1 – Les interactions entre les domaines institutionnels et les composantes des modèles productifs

Tableau 1 – Les interactions entre les domaines institutionnels et les composantes des modèles productifs

* L’intensité du grisé de chaque case représente l’influence des domaines institutionnels (contraintes, opportunités) sur les composantes du modèle productif.

38D’évidence, les formes de la concurrence sur le marché des produits influencent fortement la stratégie de profit et la politique produit de la firme. Elles pèsent aussi sur l’organisation productive et la relation salariale, et donc le compromis de gouvernement. En effet, une forte rivalité concurrentielle s’accompagne d’une segmentation du marché par le jeu de la différentiation des produits et de la recherche d’innovation pour reconstituer des niches de profit, ce qui suppose d’adopter des formes organisationnelles autorisant flexibilité ou adaptabilité. La pression concurrentielle pèse aussi sur les relations salariales en limitant l’espace de négociations, ce qui influe sur la recherche d’un compromis de gouvernement des entreprises. Une illustration manifeste en est donnée par la phase récente d’internationalisation des économies qui se traduit par une ouverture des marchés et une forte pression concurrentielle (Conway et alii, 2005) ainsi que par la « globalisation financière » (Chesnais, 2004), évolutions qui ont largement affaibli le pouvoir de négociation des salariés et renforcé celui des actionnaires.

39C’est en effet sur le compromis de gouvernement d’entreprise que la structuration du système financier exerce une forte contrainte : on conçoit que dans une économie de marché financier, le comportement des actionnaires et leur influence sur les dirigeants ne sont pas les mêmes que dans une configuration où l’alliance entre la banque et l’industrie est le garant de la stabilité du pouvoir managérial. Cette influence de la sphère financière pèse sur l’ensemble des composantes de la firme : par contrecoup sur la relation salariale dans le rapport de force qui se noue entre actionnaires et salariés ; indirectement sur l’organisation productive (on peut citer la pression des investisseurs institutionnels pour amener les firmes à se recentrer sur leur cœur de métier et donc à externaliser les activités jugées comme non essentielles, ou du moins à les séparer s’il y a plusieurs cœurs de métier) ; enfin, sur la politique produit car les normes financières pèsent sur les choix stratégiques des firmes, notamment sur la recherche de nouvelles sources de profit dans la finance ou les services. Autant dire que la pertinence de la stratégie de profit est largement déterminée par les caractéristiques de ce domaine institutionnel.

40Il en est de même pour les différentes dimensions du rapport salarial qui fait explicitement référence à l’une des deux incertitudes fondamentales permettant d’appréhender la pertinence externe de la stratégie de profit (cf. supra) et qui constitue une composante majeure dans l’établissement du compromis de gouvernement de l’entreprise. C’est sur la relation salariale que l’influence de ce domaine institutionnel est la plus forte dans la mesure où les rapports de force et les (méta-) règles de négociations – même si ces négociations peuvent être plus ou moins décentralisées selon les cas – sont définis au niveau national et trouvent une déclinaison particulière au sein de la firme, voire de l’établissement. Il convient de ne pas négliger pour autant son poids sur la politique produit (ce qui renvoie notamment à la question du marché que représentent les salariés) et sur l’organisation productive, notamment par le biais de la flexibilité du travail qui conditionne fortement les formes organisationnelles.

41Les deux autres domaines institutionnels interviennent de façon moins marquée. On doit cependant souligner que les formes de la protection sociale peuvent jouer un rôle majeur dans la relation salariale selon que cette protection est d’abord assurée au niveau de l’ensemble de l’économie nationale, ou qu’elle est internalisée au sein de l’entreprise. Enfin, la question du système éducatif joue un rôle non négligeable dans la définition de l’organisation productive comme dans la négociation de la relation salariale.

2.2. La dimension mésoéconomique

2.2.1. Les approches du secteur dans les deux grilles d’analyse

42S’il n’y a pas d’analyse de la firme dans l’approche en termes de SSIP, celle-ci intègre implicitement le niveau sectoriel en prenant en compte la façon dont les contraintes institutionnelles interviennent sur la dynamique des différentes industries (déterminisme macro-méso). En fait, il ne s’agit pas à proprement parler des industries en tant que telles mais plus exactement de la façon dont le modèle socio-économique intervient sur le processus d’innovation technologique à travers les interactions entre la Science, la Technologie et l’Industrie (STI).

43Le système STI de l’innovation était central dans la première version de la grille d’analyse des SSIP (Amable, Barré, Boyer, 1997). Dans la deuxième version de la grille des SSIP, plus récente (Amable, 2003), la technologie n’est pas constitutive d’une caractérisation des formes de capitalisme puisqu’on s’intéresse à la façon dont les arrangements institutionnels vont, en aval, créer ou bloquer des opportunités de développement technologique en partant de leur action sur les bases de compétences scientifiques des économies. Bien que construites selon des méthodologies différentes, les deux grilles convergent dans leurs résultats qui mettent en rapport le type de capitalisme et les spécialisations scientifiques, technologiques et commerciales, chaque modèle socioéconomique générant un avantage institutionnel. Ainsi le capitalisme libéral de marché favorise-t-il des recherches en biologie générale et leurs prolongements dans les biotechnologies du fait des relations étroites entre le monde académique et l’industrie, des opportunités de financement par le capital risque ou des modalités de rémunération type stock-options. Marqué par une forte présence de l’Etat, le capitalisme européen continental est plus orienté vers les grands programmes technologiques, d’où ses performances dans l’aéronautique et le spatial (Airbus, Ariane). Le capitalisme asiatique aurait une prédisposition pour les technologies de l’électronique, etc. L’environnement institutionnel apparaît comme un créateur d’opportunités technologiques, les compromis fondant les institutions libérant des domaines d’actions privilégiées pour les acteurs, donc des spécialisations industrielles et technologiques.

Encadré : Les combinaisons complexes des trois niveaux : modèle productif, secteur, SSIP

Encadré : Les combinaisons complexes des trois niveaux : modèle productif, secteur, SSIP

44De nombreux travaux (Pavitt, 1984 ; Malerba, Orsenigo, 1996) ont mis en évidence la diversité sectorielle des dynamiques d’innovation. Dans l’approche en termes de SSIP, c’est donc très indirectement, par l’analyse du jeu des contraintes institutionnelles sur les interactions entre la science, la technologie et l’industrie qu’une forme de capitalisme conduirait à une spécialisation vers un ensemble d’activités. Une telle approche rencontre deux limites : d’une part, la dynamique institutionnelle propre à chaque secteur est exclue de l’analyse dans un déterminisme univoque de la macro vers la méso ; d’autre part, l’hétérogénéité intra-industrielle est ignorée car l’organisation des firmes n’est pas intégrée dans l’analyse. On pourrait imaginer, au moins théoriquement, des spécialisations convergentes sur des secteurs identiques avec des modèles productifs divergents entre les économies ou des spécialisations d’un même pays qui traduirait la prédominance d’un type de modèle (cf. encadré). D’où la nécessité de penser simultanément la diversité des formes de capitalisme, des secteurs et des modèles productifs.

45De son côté, l’approche en terme de modèles productifs considère le secteur comme l’espace de la rivalité concurrentielle – à la Porter (1980), en quelque sorte –, espace où s’élaborent des normes de production et d’échange. L’accent est mis sur le marché des biens pour appréhender la stratégie de profit et la discussion sur la pertinence de la stratégie comme sur le compromis de gouvernement de l’entreprise se focalise quasi-exclusivement sur les constructeurs automobiles. Or la performance de l’industrie automobile ne se limite pas à ces seuls acteurs, même s’ils ont une position stratégique. Il faut appréhender l’ensemble de la filière, de la chaîne de valeur ou du système automobile pour tenir compte du caractère systémique de la compétitivité (Lung, 2003). Négligeant les relations verticales, notamment les relations d’approvisionnement, l’approche en termes de modèle productif appréhende l’industrie comme l’ensemble les firmes qui sont en concurrence directe sur un marché, comme celui de l’automobile.

46Ces normes de production et d’échanges sont nécessairement plurielles, sinon il n’y aurait pas de diversité des modèles productifs. Cette diversité est elle-même générée de façon endogène (endométabolisme) dans la mesure où le processus concurrentiel crée lui-même les conditions favorables à l’émergence de modèles productifs alternatifs ou complémentaires (Boyer, Freyssenet, 2002) : compte tenu de l’avantage du first mover, il est en effet plus efficace d’adopter une stratégie de profit originale si elle est pertinente et si l’entreprise arrive à mettre en cohérence les différentes composantes. C’est pour dépasser le modèle fordien si efficace dans la stratégie « volume » qu’Alfred Sloan a élaboré une stratégie nouvelle intégrant la diversité pour General Motors grâce à des changements organisationnels adaptés (structure multidivisionnelle, contrôle de gestion, etc.). On trouve d’autres illustrations de ces stratégies de profit innovantes permettant de contourner les positions de leaderships acquises, notamment dans l’industrie informatique qu’il s’agisse des ordinateurs personnels (que l’on songe à la façon dont IBM a pu reprendre l’avantage sur Apple dans les années quatre-vingt ou, plus récemment à la stratégie de Dell) ou du logiciel (le logiciel libre contre Microsoft, cf. Coris, 2004).

47A contrario, on remarque que cette approche fait l’impasse sur tout processus qui spécifierait les industries les unes par rapport aux autres car ce n’était pas son objet. Or les transferts de cette approche de l’industrie automobile vers d’autres secteurs ont souligné la nécessité de mieux caractériser l’environnement institutionnel des secteurs.

2.2.2. Une intégration à construire

48Il convient alors d’intégrer les approches d’inspiration institutionnaliste portant sur les secteurs comme les travaux de l’Ecole de la régulation, depuis la contribution de Billaudot, (1988) au Traité d’économie industrielle jusqu’à l’article de du Tertre (1995) dans L’état des savoirs de la TR, réflexions prolongées par les travaux du groupe RST (du Tertre, Laurent, 2007) qui appréhendent le secteur comme « construction sociale complexe de la sphère productive, repérable historiquement […], où se déploient des dispositifs institutionnels particuliers » (Bartoli, Boulet, 1990). On retrouve une même problématique d’identification de la dynamique institutionnelle d’une industrie dans les travaux de Jullien (2004a) qui propose un cadre d’analyse où le secteur est appréhendé « comme une forme stabilisée de mise en cohérence de quatre rapports institués fondamentaux (4RI) correspondant aux relations que les entreprises relevant d’un secteur nouent avec quatre catégories de pourvoyeurs de ressources à coordonner en leur sein : les salariés, les financeurs, les fournisseurs et les clients » (cf. figure 1).

Figure 1 – L’industrie comme mode d’articulation de quatre rapports institués fondamentaux (4RI)

Figure 1 – L’industrie comme mode d’articulation de quatre rapports institués fondamentaux (4RI)

Source : Bernard Jullien (2004)

Error: Reference source not found

49On voit immédiatement qu’au sein d’un même type de SSIP, les configurations de ces quatre rapports institués vont prendre des formes différentes selon les secteurs (par exemple entre automobile et aéronautique, textile ou industries agro-alimentaires) même si chaque rapport fondamental sera institué en fonction des stratégies des firmes de la branche et des contraintes et des opportunités proposées par l’environnement institutionnel. L’articulation entre cette grille d’analyse 4RI et celle des SSIP (figure 2) apparaît à travers l’influence directe des différents domaines institutionnels sur trois des rapports qui fondent la dynamique du secteur : la relation salariale, la relation de financement et la relation commerciale. Il n’y a pas cependant un déterminisme strict car le secteur est un espace intermédiaire où s’établit un compromis socio-économique spécifique entre les acteurs, par exemple à travers des accords de branche au niveau salarial, des arrangements relatifs à la dynamique concurrentielle (dans une logique qui est à la fois de conflit et de coopération) ou encore des normes financières entre les firmes comme entre analystes ou banquiers ou encore financeurs publics. On retrouve un tel compromis dans les relations d’approvisionnement, notamment dans les normes en matière de rapport entre clients et fournisseurs. Absentes en tant que telles dans les deux grilles (SSIP et modèles productifs), même si on peut en trouver trace dans telle composante ou tel domaine institutionnel, ces relations jouent un rôle central dans la dynamique sectorielle.

Figure 2– Les correspondances entre les niveaux d’analyse

Figure 2– Les correspondances entre les niveaux d’analyse

50Si l’on retient cette grille d’analyse pour prendre en compte le niveau intermédiaire, celui du secteur, il convient donc d’expliciter comment l’organisation des relations verticales intervient dans la dynamique des deux autres niveaux. Cependant cette grille n’a été utilisée que pour penser la singularité de certaines logiques sectorielles, voire infrasectorielles (Jullien, 2004 ; Jullien, Smith, 2005 ; Moura, 2007) et elle n’offre pas à ce jour une généralité permettant de penser une typologie des configurations sectorielles comme on la trouve dans d’autres approches méso-économiques et dans les grilles mobilisées au plan micro et macro (pour une illustration intéressante à partir du cas de l’industrie pharmaceutique, cf. Montalban, 2006, 2007). En outre, la prise en compte du niveau sectoriel conduit à dépasser la distinction à la North entre organisations et institutions qui semblait légitime aux niveaux micro et macro respectivement. Elle conduit donc à élargir la notion d’institutions dans une démarche plus centrée sur le changement institutionnel (Aoki, 2001 ; Amable, 2003).

51La grille est moins conçue pour analyser le processus concurrentiel en lui-même que pour appréhender la dynamique du changement institutionnel à travers l’émergence (ou la non émergence) d’une industrie, son évolution et ses mutations, celle de sa(es) crise(s), privilégiant une approche centrée sur les processus de construction et de rupture de compromis entre les différents acteurs. Dans l’émergence d’une industrie, il y a un long processus de « bricolage » avant que ne se mettent en place des rapports institués entre acteurs participant à une activité finalisée (le projet productif) et que s’élabore – simultanément – un ensemble de représentations partagées, à commencer par l’identification de l’industrie elle-même, débouchant éventuellement sur la constitution d’institutions formelles (association ou syndicat professionnel par exemple). Mais cette configuration susceptible d’émerger par l’établissement de compromis fondant les rapports institués et leur mise en cohérence (articulation) est, sous l’effet du jeu des acteurs, condamnée à être remise en cause, car ces rapports sont transgressés donc renégociés ou rompus. De nouvelles configurations peuvent intervenir qui bouleversent les rapports institués et donc leur articulation, sans remettre en cause le périmètre de l’industrie. Dans d’autres circonstances, il peut l’être en tant que tel et dans ses connexions avec d’autres secteurs, ce qui conduit à des restructurations plus profondes aussi bien organisationnelles qu’institutionnelles, ces changements étant susceptibles de déboucher sur des transformations au niveau macro-social. Ainsi, la montée en puissance des équipementiers automobiles d’un côté (déstabilisation de la relation d’achat) et les restructurations de la distribution et le positionnement vers les services (jusqu’au service à la mobilité) pourraient être porteurs d’une reconfiguration de l’industrie automobile. La déconstruction des rapports institués peut déboucher sur une ré-institutionalisation de ce secteur dans une nouvelle cohérence reposant sur des rapports recomposés (dans notre exemple la relation d’achat et la relation commerciale), les compromis étant modifiés par la modification du rapport de force entre les acteurs (par exemple la montée des équipementiers ou des réseaux de distribution indépendants). 

Conclusion

52Il n’y a donc pas un déterminisme strict du macro ou du méso vers le niveau micro-économie : les règles sont susceptibles d’interprétations différentes révélant l’ambiguïté des institutions et la mise en cohérence des différentes composantes est toujours inachevée. Il existe des interstices, des espaces de création d’où peuvent d’émerger localement, par hybridation des formes anciennes (Boyer, 1998, 2004b), de nouvelles configurations. Celles-ci sont susceptibles de se diffuser dans l’ensemble du système socio-économique et ainsi, par contamination, de produire un changement institutionnel au plan global. L’enjeu est donc de penser l’émergence de nouvelles formes d’organisation par le jeu des stratégies d’acteurs.

53On mesure l’ampleur du travail à réaliser si l’on souhaite articuler les différents niveaux d’analyse de la variété : micro, méso et macro (cf. figure 2). Une lecture isomorphique propose des résultats intéressants et relativement stables : l’architecture institutionnelle étant définie au niveau national, elle impose une et une seule configuration efficace au niveau de l’entreprise. Cette relation bijective traduit une correspondance étroite, pour ne pas dire une confusion entre institution et organisation. Le secteur peut être appréhendé comme un espace où s’élaborent des normes technologiques qui trouveront, en fonction de l’arrangement institutionnel macro/micro un terrain plus ou moins favorable. S’il permet de prendre en compte la variété des forme du capitalisme et celle des secteurs, ce triptyque (institution = macro / technologie = méso / organisation = micro) ne laisse pas de place à des configurations organisationnelles diversifiées des firmes.

54L’analyse en termes de modèles productifs part de cette variété au plan micro-économique. Son articulation avec le niveau macro-social passe par une explication du cadre d’analyse de l’industrie. Cette approche multi-niveau constitue une étape nécessaire pour développer le paradigme de la diversité permettant de spécifier une dynamique endogène du changement institutionnel.

Haut de page

Bibliographie

ALBERT Michel, 1991, Capitalisme contre Capitalisme, Le Seuil, Paris.

AMABLE Bruno, 2003, The Diversity of Modern Capitalism, Oxford University Press, Oxford. Trad. Fr. : Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Le Seuil, Paris, 2005.

AMABLE Bruno, BARRE Rémi, BOYER Robert, 1997, Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Économica, Paris

AMABLE Bruno, LUNG Yannick, 2005, "The European Socio-Economic Models in a Knowledge-Based Society: The Objectives of the ESEMK Project", Actes du GERPISA (Université d’Evry val d’Essonne), n°38, novembre 2005.

AOKI Masahiko, 1988, Information, Incentives and Bargaining in the Japanese Economy, Cambridge University Press, New York. Trad. Fr. : Economie japonaise. Information, motivations et marchandage, Economica, Paris, 1991.

AOKI Masahiko, 1990, "Toward an Economic Model of the Japanese Firm", Journal of Economic Literature, Vol.XXVIII, March, pp.1-27 ; partiellement repris dans Problèmes économiques, n°2.225, 15 mai 1991, pp.1-14.

AOKI Masahiko, 2001, Towards a Comparative Institutional Analysis, The MIT Press, Cambridge, Mass. Trad. française: Fondements d’une analyse institutionnelle comparée, Albin Michel, Paris, 2006.

BARTOLI P., BOULET D., 1990, "Conditions d’une approche en termes de régulation sectorielle : le cas de la sphère viticole", Cahiers d’économie et de sociologie rurale, n° 17.

BILLAUDOT Bernard, 1991, "Les branches et les secteurs d’activité", in Arena R., Benzoni L., de Bandt J. et P.M. Romani (coord.), Traité d’économie industrielle, Economica, Paris, pp.218-232.

BOYER Robert, 1998, “Hybridization and Models of Production : Geography, History and Theory", in Boyer Robert, Charron Elsie, Jürgens Ulrich, Tolliday Steve (eds.), Between Imitation and Innovation. The Transfer and Hybridization of Productive Models in the International Automobile Industry., Oxford University Press, Oxford, pp.23-56. Version française dans les Actes du GERPISA, n°24.

BOYER Robert, 2004, Une théorie du capitalisme est-elle possible ?¸ Editions Odile Jacob, Paris.

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2000, Les modèles productifs, La Découverte, Paris. Version anglaise : Productive models,

BOYER Robert, FREYSSENET Michel, 2002, "Entre innovations historiques et contraintes structurelles : Elements d’une théorie des modèles productifs", Couverture Orange CEPREMAP n° 2002-05.

CHANDLER Alfred D., 1977, The Visible Hand: The Managerial Revolution in American Business, Harvard University Press, Cambridge, Mass.

CHANDLER Alfred D., 1990, Scale and Scope. The Dynamics of Industrial Capitalism, The Belknop Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass. ; trad.fr. : Organisation et performance des entreprises, Les Editions d’Organisation, Paris, Trois volumes, 1992.

CHESNAIS François (dir.), 2004, La finance mondialisée, La Découverte, Paris.

CONWAY Paul, JANOD Véronique, NICOLETTI Giuseppe, 2005, “Product Market Regulation in OECD countries: 1998 to 2003”, OECD Economics Department Working Papers, no.419.

CORIAT Benjamin, 1991, Penser à l’envers. Travail et organisation dans l’entreprise japonaise, Christian Bourgois, Paris.

CORIAT Benjamin, WEINSTEIN Olivier, 1995, Les nouvelles théories de l’entreprise, Livre de Poche, Paris.

CORIS Marie, 2004, "Les sociétés de services en logiciels libres : L’émergence d’un système de production alternatif au sein de l’industrie du logiciel ?", Actes du GERPISA, n°37, pp.87-105.

DI MAGGIO Paul J., POWELL Walter, 1983, “The Iron Case Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields”, American Journal of Sociology, vol.48

DI MAGGIO Paul J., POWELL Walter (eds.), 1991, The New Institutionalism in Organizational Analysis, The University of Chicago Press, Chicago.

DU TERTRE Christian, 1995, "La dimension sectorielle de la régulation", in Boyer R., Saillard Y. (coord.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, La Découverte, Paris, pp.313-22.

DU TERTRE Christian, LAURENT Catherine, 2007, Régulation, Secteurs, Territoires, L’Harmattan, Paris.

FREYSSENET Michel, 2001, "Le modèle productif japonais n’a jamais existé", in R. Boyer, P.F. Souyri (coord.), Mondialisation et régulations. Europe et Japon face à la singularité américaine, La Découverte, Paris, pp.97-116.

FREYSSENET Michel, 2003, "Retour sur les origines de la diversité des modèles productifs : questions de recherches. Construire le schéma d’analyse du GERPISA", 11th GERPISA International Colloquium, Paris, 11-13 Juin (CD-ROM proceedings).

FREYSSENET Michel, 2005, Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse, Actes du GERPISA, n°38, pp.25-61

FREYSSENET Michel, MAIR Andrew, SHIMIZU Koichi, VOLPATO Giuseppe (eds.), 1998, One Best Way? Trajectories and Industrial Models of the World’s Automobile Producers., Oxford University Press, Oxford, 1998. Version française: Quel modèle productif? Trajectoires et modèles industriels des constructeurs automobiles mondiaux, La Découverte, Paris, 2000

FRIGANT Vincent, 2005 "Vanishing Hand versus Systems Integrators. Une revue de la littérature sur l’impact organisationnel de la modularité", Revue d’économie industrielle, n°109, pp.29-52.

FRIGANT Vincent, TALBOT Damien, 2005, "Technological Determinism and Modularity : Lessons from a Comparison between Aircraft and Auto Industries in Europe", Industry and Innovation, Vol.12, 3, pp.337-355.

HALL Peter A., SOSKICE David W., 2001, Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford University Press, Oxford.

JACKSON Gregory, 2004, Contested Boundaries: Ambiguity and Creativity in the Evolution of German Codetermination, RIETI Discusion Paper, Series 04-E-022, RIETI, Tokyo.

JULLIEN Bernard, 2004, Pour une méso-économie politique. Eléments d’une approche institutionnaliste du changement dans les industries, Mémoire pour l’HDR, Université Montesquieu-Bordeaux IV.

JULLIEN Bernard, SMITH Andy, 2005, "Studying the Politics of the European Industry: A Political Institutionalist Approach to Economics", Actes du GERPISA, n°38, pp.63-77.

LANGLOIS Robert N., 2003, “The Vanishing Hand: The Changing Dynamics of the Industrial Capitalism”, Industrial and Corporate Change, Vol. 12, n° 2, pp.651-85

LAZONICK William, 2005, “Evolution of the New Economy Business Model”, 13th GERPISA International Colloquium, Paris, 16-17 June, (CD-ROM proceedings), forthcoming in The Economics of Internet, E. Brousseau, N. Curien (eds.), Cambridge University Press, Cambridge.

LESOURNE Jacques, 1998, Le modèle français : grandeur et décadence, Editions Odile Jacob, Paris.

LOMBA Cédric, 2004, “Apports et difficultés de transposition des théories du GERPISA Les modèles productifs dans la sidérurgie belge”, Actes du GERPISA, n°37, pp.63-85.

LUNG Yannick, 2005, “The Link Between the Diversity of Productive Models and the Variety of Capitalisms. A Review of the Literature and Contextualisation Using the Car Industry as a Case Study”, Actes du GERPISA, n°38, pp.109-40.

LUNG Yannick, 2008, “Peut-on développer une approche régulationniste de la firme ? Penser la diversité des modèles productifs et la variété des formes du capitalisme”, à paraître dans Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, C. Laurent, Ch. du Tertre (coord.), L’Harmattan, Paris, pp.201-216.

MALERBA Franco, ORSENIGO Luigi, 1996, “Technological Regime and Firm Behaviour”, Industrial and Corporate Change, Vol. 2, pp.45-74.

MONTALBAN Matthieu, 2005, “Financiarisation et modèles productifs: quelques propositions à partir du cas des industries pharmaceutiques et de la santé”, 13th GERPISA International Colloquium, Paris, 16-17 June, (CD-ROM proceedings).

MONTALBAN Matthieu, 2006, “Eléments pour une synthèse institutionnaliste sur la dynamique des industries : entre théorie des champs organisationnels et théorie de la régulation”, article soumis à la Revue de la régulation.

MONTALBAN Matthieu, 2007, Financiarisation, dynamiques des industries et modèles productifs : une analyse institutionnaliste du cas de l’industrie pharmaceutique, Thèse de doctorant en sciences économiques, Université de Bordeaux.

MOURA Sylvain, 1997, L’impossible banalisation des industries de défense. L’apport d’une analyse institutionnaliste à l’étude de la dynamique des industries, Thèse de doctorant en sciences économiques, Université de Bordeaux.

NORTH Douglass, 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press, Cambridge.

PAVITT Keith, 1984, "Sectoral Patterns of Technological Change; Towards a Taxonomy and a Theory", Research Policy, Vol.13, n°6, pp.343-7

PIORE Michael, SABEL Charles F., 1984, The Second Industrial Divide: Possibilities for Prosperity, Basic Books, New York ; trad. française: Les chemins de la prospérité, Hachette, Paris, 1989

PORTER Michael, 1980, The Competitive Advantage, New edition, Free Press, London, 1998.

VITOLS Sigurt (ed.), 2004, "The Transformation of the German Model?", Special issue of Competition and Change, Vol.8, n°4.

Haut de page

Notes

1 La contribution s’appuie sur les travaux menés dans le cadre de ce projet. Elle reprend en partie la communication présentée dans le cadre de l’Ecole thématique Analyse des changements institutionnels : caractérisation, méthodes, théories, acteurs (CNRS CIRAD INRA, La Rochelle 14 - 17 septembre 2005) sous le titre « L’articulation entre la diversité des modèles productifs et la variété du capitalisme ». L’auteur remercie les remarques pertinentes dont il a pu bénéficier notamment au sein du groupe RST et de la part des deux rapporteurs de la revue de la régulation. Il n’en reste pas moins des erreurs et omissions.

2 ESEMK : The European Socio-Economic Models of a Knowledge-based society.

3 Avant que la décennie 90 ne révèle les faiblesses de nombreuses firmes japonaises et les limites au plan macroéconomique

4 Comme la stratégie du modèle unique de Ford avec son modèle T en 1908, la stratégie de gamme de General Motors développée par Alfred Sloan dans les années 20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les interactions entre les domaines institutionnels et les composantes des modèles productifs
Légende * L’intensité du grisé de chaque case représente l’influence des domaines institutionnels (contraintes, opportunités) sur les composantes du modèle productif.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/2052/img-1.png
Fichier image/png, 2,5k
Titre Encadré : Les combinaisons complexes des trois niveaux : modèle productif, secteur, SSIP
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/2052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 1 – L’industrie comme mode d’articulation de quatre rapports institués fondamentaux (4RI)
Crédits Source : Bernard Jullien (2004)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/2052/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 2– Les correspondances entre les niveaux d’analyse
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/2052/img-4.png
Fichier image/png, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Lung, « Modèles de firme et formes du capitalisme : Penser la diversité comme agenda de recherche pour la TR », Revue de la régulation [En ligne], 2 | Janvier / January 2008, mis en ligne le 30 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/2052

Haut de page

Auteur

Yannick Lung

GERPISA et GREThA, UMR CNRS 5113, Université de Bordeaux. yannick.lung AT u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page