Navigation – Plan du site
Articles

L’association comme réponse à la question sociale du XIXe au XXe siècle :

d’un registre libéral à l’alliance à l’Etat social
Anne Fretel

Résumés

La résolution de la question sociale en France va dès le XIXe siècle être au cœur de débats sur les réformes économiques et sociales à mettre en œuvre. Le débat se structure principalement autour d’une alternative : le renforcement de la logique libérale ou la reconnaissance d’un rôle élargi de l’Etat. Si la question sociale a été polarisée par ces deux registres discursifs, des institutions autres ont participé aux débats : les associations. Reste que les penseurs de l’association ont pour une part construit leur point de vue en l’articulant aux logiques libérales et d’Etat social. C’est la thèse développée dans cet article. Centré sur une analyse des registres de pensée des auteurs ayant mobilisé la notion d’association, l’article met en avant deux périodes distinctes : au XIXe siècle l’association est pensée dans le sillage du libéralisme économique alors qu’au XXe, cette dernière s’inscrit plutôt dans le sillage de l’Etat social. Le retour historique sur les formes de régulation de la question sociale par l’association permet d’éclairer la mise en tension actuelle que connaît l’association entre libéralisme économique et Etat social, mise en tension difficilement appréhendable si l’on se cantonne à l’idée que l’économie sociale relève principalement du champ de la réciprocité.

Haut de page

Texte intégral

1Liée à l’émergence du salariat, la « question sociale » en France, renvoie à l’« aporie fondamentale sur laquelle une société expérimente l’énigme de sa cohésion et tente de conjurer le risque de sa fracture » [Castel (1995), p. 18]. Dès le XIXe siècle, cette question va être au cœur de débats sur les réformes économiques et sociales à mettre en œuvre pour achever la dynamique réformatrice initiée par la Révolution française. Le débat va principalement se structurer autour d’une alternative : le renforcement de la logique libérale ou la reconnaissance d’un rôle élargi de l’Etat. Si la question sociale a été polarisée par ces deux types de réponses, l’un à dominante économique et l’autre à dominante politique, des institutions autres que des institutions marchandes ou étatiques ont participé aux débats : les associations. Des réformateurs sociaux ont tenté de proposer un ordre de pratiques autonomes au sein du système de protection sociale1 à travers la promotion des associations, pratiques relevant de ce que Théret (1996) nomme l’ordre domestique.

2La réponse associationniste à ce risque de fracture a souvent été appréhendée comme une troisième voie faisant système à travers le registre de la réciprocité [Laville (1994), Laville et Chanial (2001)]. Si l’association, comprise dans un sens large a une identité propre, elle se trouve néanmoins polarisée entre l’ordre économique et l’ordre politique. Cet article, en proposant une lecture historique de l’idée d’association comme une réponse à la question sociale cherchera à mettre en évidence cette polarisation et les formes qu’elle a historiquement prises. Partant de l’hypothèse que l’association, au XIXe siècle, s’est inscrite dans le cadre libéral de la réponse à la question sociale, nous montrerons qu’un basculement de registre discursif s’opère au passage du XXe siècle, l’association étant alors pensée en lien avec l’Etat social en construction.

3Après avoir précisé le cadre théorique dans lequel nous situons notre lecture de l’association puis clarifié les termes utilisés (1), nous étayerons l’idée selon laquelle la manière de penser l’association n’est pas sans rapport avec la logique libérale au XIXe siècle (2), et qu’au contraire, au début du XXe siècle, l’association passe dans le sillage de l’Etat social naissant (3). Cette lecture historique nous permettra de conclure que la période actuelle peut être lue comme une reformulation du débat sur la meilleure façon de résoudre la « nouvelle question sociale » (Castel (1995) et Rosanvallon (1995)). Modèle social républicain et modèle néolibéral se font à nouveau face et l’association est pensée, dans ces deux cadres concurrents, comme une piste de réforme, faisant ainsi preuve de sa dualité.

1. Jalons pour une lecture régulationniste de l’association

4Chanial et Laville (2001) considèrent que réfléchir au modèle français d’économie sociale c’est « étudier [son] processus d’institutionnalisation ». Se focaliser uniquement sur ses résultats économiques, ce serait « oublier [son] rôle sociétal plus large incluant l’élaboration d’actions collectives qui peuvent fournir la matrice d’actions publiques. (…) La focalisation sur la dimension organisationnelle de l’économie sociale ne permet pas de saisir la dimension institutionnelle de l’action collective » [Chanial et Laville (2001), p. 11-12]. Une telle démarche suppose de disposer d’outils conceptuels permettant de mener une analyse de long terme et de mettre en évidence les compromis institutionnels qui ont pu s’opérer. Dans cette optique, l’analyse régulationniste s’avère, à nos yeux, un cadre d’analyse pertinent permettant de proposer une lecture historique de la pensée de l’association structurée par périodes. Nous nous sommes notamment appuyée sur l’analyse structurale de Theret (1997) afin de pouvoir comprendre la notion d’association indépendamment de l’évolution des formes de cette dernière dans le temps (1.1). Nous avons, par ailleurs, développé notre analyse en procédant à la délimitation des temps forts (1.2).

1.1 Choix des concepts utilisés : l’apport de la méthode structurale

5Notre analyse s’étendant du XIXe au XXe siècle, nous sommes confrontée à une difficulté : parler sous un même vocable de réalités mouvantes. En effet, que ce soient les notions de question sociale, d’Etat social ou de libéralisme économique, ces termes recouvrent, selon les époques, des réalités différentes. Il en est de même pour le terme d’économie sociale qui décrit des groupements collectifs aux formes variées et dont les statuts juridiques n’apparaissent que tardivement au vu de leur histoire. Comment mener une généalogie de la notion sur la base de termes renvoyant à des réalités historiquement datées ?

6Nous nous sommes appuyée sur la méthode d’analyse structurale de Théret (1997). Dans son travail de comparaison internationale des systèmes de protection sociale, Théret souligne que la première difficulté porte sur « la construction conceptuelle des équivalences fonctionnelles permettant d’identifier les objets au-delà de leurs possibles appellations différentes » et « au niveau empirique [...] faire abstraction du jeu de la diversité phénoménale des formes institutionnelle » [Théret (1997), p. 179]. Si nous ne menons pas une analyse comparative entre pays, ces difficultés et le besoin de concepts fonctionnels se retrouvent néanmoins pour mener à bien une analyse de longue période. « La comparaison de tels objets ne peut s’effectuer qu’après la réduction de leurs caractères spécifiques aux seuls éléments stables – et toujours partiels – qui permettront de comparer et de classer. [...] La méthode de généralisation consiste à remonter jusqu’au niveau théorique d’abstraction où l’incomparable devient comparable, où les objets à comparer sont construits de telle sorte qu’il en existe une théorie générale qui, en fixant ce qui leur est commun, permet du même coup de  faire la part exacte de leurs différences » [Théret (1997), p. 197]. Nous entendrons ainsi les termes de question sociale, Etat social, libéralisme économique et association comme des termes génériques.

7Au XIXe et au début du XXe siècle, la question sociale prend les traits de la question de la pauvreté au travail. La notion d’Etat social, en référence aux ouvrages de Donzelot (1984), Castel (1995) ou Ramaux (2003), renverra au principe général qui fonde sa légitimité que l’on peut résumer par le terme de mieux-être social ou de progrès social. Construction d’ordre politique, l’Etat social « n’est donc pas l’Etat, encore moins tout l’Etat » [Théret (1997), p. 179]. De même, faisant abstraction de sa polysémie selon les époques et les traditions nationales de pensée2, nous parlerons de libéralisme économique en tant que système de pensée prônant que l’échange marchand, guidé par le principe de la concurrence, sans autre intervention, est efficace tant économiquement que socialement, conduisant à la réalisation de l’intérêt général.

8Reste à trouver l’équivalent fonctionnel pour parler de l’économie sociale. Comment stabiliser son usage ? Dans le Dictionnaire de l’autre économie (Laville & Cattani 2005), l’économie sociale est définie autour d’un double critère : celui d’un regroupement d’organisations n’appartenant ni au secteur privé, ni au secteur public, et celui d’organisations ayant un contour juridique clairement défini, notamment en ce qui concerne leur personnalité morale et leur capacité d’accumulation de capital. Dans cette double acception, l’économie sociale regroupe ainsi les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations, organisations juridiquement reconnues à partir des années 1870. Du point de vue de ce second critère, il s’agit donc d’un concept moderne. L’usage de ce terme, dans une perspective historique longue, est alors problématique d’autant plus que son contour actuel laisse de côté certaines organisations historiquement proches des composantes « officielles » de l’économie sociale comme les syndicats3 en particulier. Nous préférerons donc opter pour le terme d’association plutôt que le terme d’économie sociale. Au-delà de la question des contours organisationnels le terme d’économie sociale est historiquement peu utilisé dans les conceptualisations théoriques contrairement au terme d’association qui est utilisé de manière générique. On pourrait objecter que le choix du terme d’association prête à confusion avec la forme juridique d’association qui voit le jour en 1901 et que le terme d’associationnisme serait mieux à même de refléter l’ensemble des réflexions qui se font jour au XIXe siècle. Mais le terme d’associationnisme renvoie essentiellement aux propositions socialistes de résolution de la question sociale. Or, des penseurs comme Le Play ou Leroy Beaulieu, loin d’être socialistes, proposent aussi le développement de l’association comme solution aux désordres économiques et sociaux dont ils sont témoins. L’autre solution pour monter en généralité serait d’utiliser le terme d’ordre domestique comme le fait Théret (1996), l’ordre domestique étant défini comme « l’ensemble des formes individuelles et familiales d’accès au bien de consommation nécessaire à une reproduction de l’ordre domestique conforme au compromis entre l’économique et le politique que l’Etat providence institue » [Théret (1997), p. 182]. Mais posée telle quelle, cette définition dépasse la notion d’association, et donc notre objet, incluant des formes de protections familiales. Dans ce qui suit, notre propos sera centré sur les associations œuvrant dans le cadre de la question sociale.

1.2 L’association analysée du point de vue de sa conceptualisation théorique : une lecture historique structurée

9C’est à partir du XIXe siècle que la question sociale apparaît dans son expression moderne (liée à l’émergence du salariat [Castel (1995)]). Jusqu’au début du XXe, l’essentiel des débats économiques et politiques porte sur le meilleur registre de réponses à apporter à la question sociale. C’est dans ce cadre que la pensée de l’association renaît de ses cendres révolutionnaires. Elle est développée par des auteurs forts différents dans leurs positionnements politiques, économiques et s’inscrivant dans différentes phases du XIXe. Comment alors mettre en avant les « invariants » de l’idée d’association sans nier pour autant sa dynamique interne ? Nous proposons de croiser deux variables : l’histoire économique et l’histoire de la pensée afin de faire ressortir des générations d’auteurs4. Nous définirons une génération d’auteurs non à partir d’une dimension généalogique mais sur la base d’une matrice commune, c’est-à-dire une proximité de pensée, d’une contemporanéité et d’une sensibilité proche face à des événements marquants. Pour chacune des générations mises en lumière, nous nous centrerons sur un auteur emblématique

10Les délimitations historiques ont bien sûr leur part d’arbitraire. Les dates évoquées ne servent ici qu’à donner des repères. De plus, le passage d’une période à l’autre n’implique pas un changement radical dans la manière de concevoir l’association. La notion de génération nous sert à souligner des inflexions dans la pensée de l’association. Nous présenterons ici les quatre temps forts sur lesquels nous nous sommes appuyée en résumant succinctement la vision de l’association de l’auteur sur lequel nous nous appuyons pour incarner la génération en question. Présentés en annexe, le tableau 1 (caractéristiques politiques, économiques et sociales de la fin du XVIIIe au début du XIXe siècle) résume le contexte institutionnel et socio-économique des différents temps forts et le tableau 2 résume la structuration de la pensée de l’association par génération.

1789-1830 : modèles utopistes d’association

11Les enjeux politiques et sociaux du début du XIXe siècle sont dans la continuité de ceux qui ont conduit à la Révolution de 1789. L’opposition aristocratie/bourgeoisie reste forte et structurante et une nouvelle classe de notables5 voit le jour œuvrant politiquement pour la réalisation de ses intérêts économiques. La Révolution industrielle n’a encore que peu d’effets économiques et sociaux : la population est essentiellement rurale, l’entreprise artisanale reste la norme et de ce fait, le mouvement ouvrier n’apparait pas encore comme une force décisive [Droz (1972), p.332]. La question sociale en reste à son expression traditionnelle (celle des pauvres), qui relève du ressort du comportement moral de chacun et de la philanthropie. Toute intervention publique est donc exclue. L’association va apparaître pour certains comme l’élément pouvant fédérer cette nouvelle société. Les systèmes proposés se veulent rationnels et scientifiques, qualifiés par leurs successeurs d’utopiques. Fourier ou Saint-Simon sont emblématiques de ce premier temps fort. Saint-Simon ressort particulièrement par l’influence qu’il a eu à travers la constitution d’une école de pensée.

12Saint-Simon tente à travers son œuvre de formuler un système de pensée devant permettre à la société d'avancer. La France se situe pour lui à une période charnière devant choisir si elle veut définitivement sortir du système militaire et féodal et entrer pleinement dans le système industriel, seule source de progrès à ses yeux. L’association, telle que Saint-Simon la conçoit, est alors le mode d’organisation des activités économiques propre au système industriel dont le seul objectif est de produire le plus possible. La constitution idéale de la France pourrait se réduire alors à ses yeux à un seul article : « l'objet de l'association politique des Français est de prospérer par des travaux pacifiques, d'une utilité positive »  [Saint-Simon (1821), p. 147-148]. Il compare d’ailleurs la France à un atelier : « la France est devenue une grande manufacture, et la Nation française un grand atelier. Cette manufacture doit être dirigée de la même manière que les fabriques particulières » [Saint-Simon (1821), p. 91]. L’association saint-simonienne est ainsi une société-atelier. Sous l’égide des industriels, propulsés par leurs compétences à la tête du pays, chacun doit œuvrer au même but : la production de choses utiles. L’unité de la société, reposant sur la coopération, est alors totale : « dans l’ancien système, le peuple était enrégimenté par rapport à ses chefs, dans le nouveau, il est combiné avec eux. […] Tel est effectivement l’admirable caractère des combinaisons industrielles, tous ceux qui y concourent sont, en réalité, tous collaborateurs, tous associés, depuis le simple manœuvrier jusqu’au manufacturier le plus opulent et jusqu’à l’ingénieur le plus éclairé » [Saint-Simon (1819), p. 150].

1830-1852 : liens entre mouvement ouvrier et penseurs de l’association

13Cette deuxième période du XIXe est marquée par l’industrialisation et ses effets sur la transformation des structures productives : déclin progressif de l’artisanat, passage à la sous-traitance vers les grandes industries (système du putting out system). Les nouveaux modes de production, dans un contexte où les droits collectifs de l’ancien régime ont été démantelés, et l’absence d’augmentation des salaires, conduisent à une dégradation des conditions de vie. Bien que concentrée dans certaines régions de France, une nouvelle figure émerge, celle de l’ouvrier, qui transforme la question sociale. Pour qualifier la pauvreté permanente associée au statut de salarié, un nouveau mot apparaît, celui de paupérisme. L’importance du problème se trouve illustrée par l’apparition d’ouvrages décrivant cette nouvelle misère, comme en 1840 avec le tableau dressé par Villermé6. Dans le même temps, les ouvriers commencent à prendre la parole et tentent de s’organiser comme le montrent les conflits à Lyon en 1831 ou 1834. L’intervention publique reste très discrète sauf sous la Seconde République où la commission du Luxembourg7 est créée. Dans ce contexte, l’association n’est plus seulement pensée, elle est expérimentée. 1848 est d’ailleurs analysée comme le point culminant de ce lien entre pratiques et pensée [Gueslin (1987)]. La pensée de l’association est marquée par des auteurs socialistes tels que Buchez, Considérant, Leroux, Cabet ou Blanc. Blanc est emblématique de cette deuxième génération notamment par l’influence que son ouvrage, L’organisation du travail, a eue sur le mouvement ouvrier8. Posant comme principe général que la société doit assurer la réalisation de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, Blanc fait de l’atelier social le vecteur de réalisation de l’association dans la sphère économique.

14Pour Blanc, il existe un lien réciproque entre l’homme et la société : chacun ayant des devoirs à l’égard de l’autre. Si l’individu doit contribuer au bien être matériel et moral de la société, c’est-à-dire exercer ses facultés par le travail et pour produire ce qui manque aux autres, dans le même temps, la société doit garantir à chacun de pouvoir remplir ce devoir, c’est-à-dire assurer à l’homme la possibilité d’exercer ses facultés. Ce que Blanc résume par la phrase suivante : « à chacun selon ses facultés, voilà le devoir. A chacun selon ses besoins, là est le droit » [Blanc (1849), p. 2]. La société doit devenir une grande famille en reproduisant le mode de solidarité qui la constitue. Guidé par un sentiment de bienveillance réciproque, chaque membre de la famille est assuré de  « produire selon ses facultés et consommer selon ses besoins » [Blanc (1849), p. 4]. Pour Blanc une telle solidarité existera au sein de l’association. Conscient que le régime social qu’il préconise ne sera atteint qu’à long terme, Blanc propose d’initier le mouvement à travers des mesures concrètes dont les effets bénéfiques seront immédiatement perceptibles. C’est dans ce cadre qu’il propose une nouvelle organisation du travail à travers l’instauration d’ateliers sociaux. Mis en place par l’Etat, l’Atelier social permettra notamment d’assurer la réciprocité des droits et devoirs de l’individu et de la société : garantissant à chacun des instruments de travail, il permettra à l’homme de produire selon ses capacités.

1852-1884 : un tournant conservateur dans la pensée de l’association

15La période qui s’étend de 1852 à 1870 marque la pleine période du développement industriel de la France. Après les événements de 1848, un certain nombre de notables proposent des solutions à la question sociale afin d’assurer le retour à certaine harmonie sans pour autant ouvrir les portes de l’intervention publique. L’association apparaît comme une solution possible. Sous l’effet du bonapartisme social, la pensée de l’association puise ses nouveaux développements dans le catholicisme social et se trouve incarnée pour partie dans les pratiques patronales (développement du paternalisme dans l’usine du Creusot ou celle de Rosières). Parmi cette troisième génération d’auteurs, on trouve Arnaud de Melun, Le Play ou Leroy-Beaulieu. La disparition des auteurs  socialistes (mort de Leroux, exil de Blanc) renforce cette réorientation de l’idée d’association.

16Le Play incarne ce tournant conservateur de l’association. La question sociale provient selon lui de l’excès de « vices » et de la perte d’ordre moral du pays. Préoccupé par le risque réel de dissociation sociale, il préconise un retour aux valeurs morales incarnées par le chef de famille. A travers un travail monographique minutieux, il met en évidence ce qui fonde la bonne marche ou les désordres des sociétés qu’il observe et conclue : « puisque certains peuples sont prospères, et d’autres affaiblis ou souffrants, le remède s’offre de lui-même à une société malade : qu’elle emprunte soit aux institutions étrangères, soit aux traditions nationales, ce qui est aujourd’hui pour d’autres ou ce qui a été jadis pour elle-même principe de santé ou de vie ; qu’elle se l’assimile et elle guérira » [Aubertin (1906) citant Le Play, p. 117]. Reste à connaître ce qui assure au mieux la diffusion de ses principes. Pour Le Play, c’est la famille qui est l’unité sociale fondamentale et qui assure les assises morales de la société. A une échelle sociale plus grande, comme l’entreprise, c’est l’association qui peut incarner ce rôle. Condamnant les associations ouvrières, il conçoit la sienne sur la base de l’organisation familiale, c’est-à-dire en instituant une autorité supérieure s’apparentant à celle du chef de famille. Son objectif est de réencastrer chaque individu dans des tutelles d’inspiration familiale.

1870-1905 : la pensé de l’association alliée à la constitution de l’Etat social

17Ce dernier temps fort s’ouvre sur deux traumatismes : 1870, c’est la défaite de la France face à l’Allemagne prussienne et la répression sanglante de la Commune. Si cette période est qualifiée, rétrospectivement, de « Belle époque », elle est marquée par de fortes fluctuations économiques. L’industrie continue de se développer à travers des secteurs en pointe tels que la mine ou la métallurgie. Dans ce contexte d’instabilité de l’activité industrielle, la population ouvrière, plutôt qualifiée, est fortement marquée par le chômage. Les conditions de vie restent incertaines et une partie des ouvriers y répond par un engagement fort vers le socialisme. Dans le même temps, l’Etat commence à intervenir de manière plus marquée dans l’économie [Braudel et Labrousse (1977)]. Il développe aussi une intervention plus sociale à travers les législations des corps intermédiaires et surtout la loi sur les accidents du travail de 1898. Les premiers jalons d’une société assurantielle à travers le vote en 1910 de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes. Si l’intervention de l’Etat commence à être plus légitime, c’est aussi dû à un essor de nouvelles analyses de l’acteur public. Sortant du mythe rousseauiste, des auteurs tels que Durkheim, Jaurès ou Hauriou, permettent de penser positivement l’Etat et de le doter d’un rôle théoriquement fondé. Bien que mettant l’Etat au premier plan, ces auteurs laissent une place à l’action associative, mais cette dernière est pensée comme un complément à l’action de l’Etat.

18Inscrits dans une temporalité et des problématiques politiques et sociales différentes, Saint-Simon, Blanc, Le Play ou Jaurès incarnent différentes générations d’auteurs qui ont développé et modelé l’idée d’association. C’est à l’aune de leur pensée que nous voudrions montrer à présent, qu’il y a un basculement de logique de l’association avec l’émergence de l’Etat social. Au XIXe siècle, avec Saint-Simon, Blanc, Le Play, l’association offre une réponse à la question sociale qui puise ses racines dans le libéralisme économique s’opposant à l’Etat (2). Au XXe siècle, avec Jaurès et Hauriou, l’association est pensée en complémentarité avec l’Etat social (3).

L’association : une forme de régulation sociale avant tout

19Certains pourront être étonnés d’une conceptualisation trop générale, pas assez illustrée, du terme d’association qui ressort de notre travail. Il convient de noter que ce flou ne relève pas uniquement du choix fait ici de se centrer sur la pensée de l’association laissant de côté ses incarnations organisationnelles. En 1905, lorsque Gide cherche à définir l’économie sociale, il englobe « les rapports volontaires, contractuels, quasi contractuels ou légaux, que les hommes forment entre eux en vue de s’assurer une vie plus facile » [Gide (1905), p. 3], ce qui est, pour le moins, un champ large, incluant actions ouvrière, étatique et patronale. Si la notion d’association est, selon Gueslin [(1987), p. 410] « composée d’organismes producteurs de biens et services, placés dans des situations juridiques diverses, mais au sein desquels la participation des hommes résulte de leur libre volonté, où le pouvoir n’a pas pour origine la détention du capital et où la détention du capital ne fonde pas l’affectation des profits », il note que c’est là une « définition plus étroite et plus homogène » récemment proposée qui ne permettant pas de comprendre les enjeux historiques du rôle de l’association.

20C’est ce que l’on trouvera en filigrane dans notre travail. L’image de l’association qui en ressort est avant tout une manière d’organiser les activités productives, le rapport capital/travail, de mettre en place des protections qui puissent produire de la solidarité. C’est donc le but plus que la forme qui va distinguer l’association d’une entreprise classique. L’association a finalement été pensée comme une forme de régulation sociale. Si ses formes décrites chez les penseurs étudiés se rapprochent parfois de l’entreprise ou de l’ancienne corporation organisée sur la base d’une hiérarchie dictée par les compétences, ce qui fait de l’association une organisation à part, c’est son rôle social. Jaurès illustre bien ce point : l’association qu’il conçoit (la verrerie ouvrière d’Albi) a le statut de société anonyme pour autant elle s’intègre pleinement dans son projet socialiste, sa spécificité se situant dans la philosophie qui la sous-tend.

2. L’association dans le sillage du libéralisme économique au XIXe siècle

21Dans les discours des économistes libéraux du XIXe tels que Bastiat, Chevalier, Leroy-Beaulieu ou Garnier9, l’association est présentée comme l’apanage de ceux qu’ils nomment les « réformateurs sociaux » tels que Saint-Simon ou Blanc. Pour ces économistes, l’association que proposent les réformateurs sociaux est une porte ouverte à l’intervention publique et la remise en cause des libertés économiques obtenues en 1789. L’association est vue comme une entrave à la liberté individuelle, une atteinte au principe de concurrence, à la propriété privée. Partant de ces critiques, nous avons analysé leur pertinence au regard des systèmes d’association proposés par Saint-Simon, Blanc et Le Play. Il en résulte que ces critiques libérales relèvent plus d’une opposition de principe adressée aux réformateurs sociaux. C’est à ce titre que nous pouvons conclure que l’association telle qu’elle est pensée au XIXe se place dans le sillage du libéralisme économique.

22Après avoir rapidement résumé les positions de Saint-Simon, Blanc et Le Play sur le thème de la liberté, de la concurrence et de la propriété privée (2.1), nous nous attarderons sur la critique qu’ils dressent de l’Etat montrant explicitement la proximité de leurs discours avec celui des économistes libéraux (2.2).

2.1 Un système d’association respectant la liberté individuelle, la propriété et le principe de concurrence

23L’émergence de la question sociale et sa nécessaire résolution conduisent à un certain nombre de controverses sur les réformes à mener notamment au cœur du système productif à travers l’organisation du travail. C’est un débat théorique qui s’ouvre concernant la capacité de l’économie politique à intégrer des enjeux sociaux. Les économistes libéraux, constitués en école de pensée10, sont confrontés à l’audience des idées réformatrices. Ils s’efforcent à travers un travail de pédagogie (notamment dans la publication d’articles) de démontrer que leur vision de l’économie, fondée sur le libéralisme, concilie à la fois efficacité productive et cohésion sociale. Dans le même temps ils tentent de démontrer les dangers économiques et sociaux que font peser les « idées socialistes ».

24Le Dictionnaire d’économie politique de 1852 résume la pensée libérale telle que les économistes libéraux la définissent eux-mêmes en France à cette époque. Parmi les principes clefs du libéralisme économique (qui sont posés comme autant de vertus), la liberté individuelle, le principe régulateur tant économique que social de la concurrence et la propriété privée sont mis en exergue11. C’est à leurs yeux autant d’éléments que les projets d’association remettent en cause. Or si l’on analyse le régime d’association proposé par Saint-Simon, Blanc et Le Play, on ne peut pas conclure que leurs projets de réforme sociale remettent radicalement en cause ces principes économiques libéraux.

25Les systèmes d’association proposés sont compatibles avec le respect de la liberté individuelle. A travers la figure de l’industriel chez Saint-Simon, celle du père de famille chez Le Play, ou une réorganisation sociale instituant l’atelier social chez Blanc, l’initiative individuelle est mise en valeur au sein des systèmes d’associations défendus. Pour les trois auteurs, il importe que chaque individu fasse preuve de détermination, d’implication au travail et soit récompensé à hauteur des efforts fournis.

26L’association, chez Saint-Simon, Blanc et Le Play, est aussi compatible avec un régime de concurrence reconnu comme un régulateur de l’activité économique et du système social. C’est chez Blanc que l’on trouve une réelle analyse de la concurrence en tant que principe de régulation des activités économiques. Même s’il parle dans l’Organisation du travail (1839) de ce principe comme d’un « principe d’extermination » [Blanc (1839), p. 27], ce n’est pas tant la concurrence en elle-même qu’il remet en cause que son application dans le contexte économique qu’il observe. Pour preuve, c’est par la « sainte concurrence » [Blanc (1839), p. 102] que la diffusion des ateliers sociaux sera assurée. « Dans toute industrie capitale, […] il y aurait un atelier social faisant concurrence à l’industrie privée. La lutte serait-elle bien longue ? Non, parce que l’atelier social aurait sur tout atelier individuel l’avantage qui résulte des économies de la vie en commun, et d’un mode d’organisation où tous les travailleurs, sans exception, sont intéressés à produire vite et bien. […] Bientôt […] dans toute sphère d’industrie où un atelier social aurait été établi, on verrait accourir vers cet atelier […] travailleurs et capitalistes » [Blanc (1839), p. 105-106].

Haut de page

Bibliographie

Antonini B. (2004), Etat et socialisme chez Jean Jaurès, Paris, L’Harmattan.

Blanc L. (1839), L’organisation du travail, Paris, Société de l'industrie fraternelle, 5ème éd., 1847.

Blanc L. (1842), L’histoire de dix ans du travail, Paris, Pagnerre, 5 volumes.

Blanc L. (1849), Le catéchisme des socialistes, Paris, Bureaux du « Nouveau-Monde ».

Blanc L. (1866), L’Etat et la commune, Paris, Laroix, Verboeckhoven & Cie Editeurs.

Bonnafous M. (1931), « Etudes socialistes 1888-1897», In Œuvre de Jean Jaurès, Paris, Reider, Ed. 1995.

Braudel F et Labrousse E. (1977), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF.

Busieau M. (1980), Jean Jaurès et son vivant message, Bruxelles, Labor.

Castel R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Charle C. (1991), Histoire sociale de la France au XIXème siècle, Paris, Seuil, Ed. 2001.

Coquelin Ch. et Guillaumin G. (dir.) (1852), Dictionnaire l’économie politique, Tome 1 et 2, Paris, Librairie Guillaumin et Cie.

Coquelin Ch. (1852), « Concurrence », In Dictionnaire d’économie politique, Tome1 Coquelin Ch. et Guillaumin G. (dir.), Paris, Librairie Guillaumin et Cie, p. 492-496.

Coquelin Ch. (1852), « Etat », In Dictionnaire d’économie politique, Tome 1, Coquelin Ch. et Guillaumin G. (dir.), Paris, Librairie Guillaumin et Cie, p. 812-814.

Daumard A. (1977), « Diversité des milieux supérieurs et dirigeants », in Braudel-Labrousse Histoire économique et sociale de la France, Tome 3 (1789 – années 1880), Paris, PUF, p. 931-960.

Demoustier D. (2001), L’économie sociale et solidaire, Paris, La Découverte, Ed. 2003.

Donzelot J. (1984) L’invention du social, Le Seuil, Paris, Ed. 1994.

Dunoyer Ch. (1852), « Gouvernement », In Dictionnaire d’économie politique, Tome 1, p. 835-841.

Durkheim, E. (1893), De la Division du travail social, Paris, PUF, Ed. 1986.

Durkheim, E. (1897), Le suicide, Paris, PUF, Ed. 1976.

Durkheim, E. (1905) L’Etat, Publication posthume d’un cours datant de 1900-1905. Texte reproduit par la suite in Émile Durkheim, Textes. 3. Fonctions sociales et institutions, Paris, Les Éditions de Minuit, Ed. 1975.

Droz J. (Dir.) (1972), Histoire générale du socialisme, PUF.

Ewald F. (1986), L’Etat providence, Paris, Grasset.

Faucher (1852), « Propriété », In Dictionnaire d’économie politique, Tome 2, Coquelin Ch. et Guillaumin G. (dir.), Paris, Librairie Guillaumin et Cie, p. 507-521.

Ferraton C. (2002), L’idée d’association (1830-1928), Thèse, Université de Lyon.

Fretel A. (2004), « Transformation de l'idée d'association au XIXe siècle sous l'effet des changements politiques et économiques », Cahier de la MSE, Série rouge, n°2004-21.

RECMA (Revue internationale de l'économie sociale), n°299, février.Image4

Garnier (1852), « Liberté du travail », In Dictionnaire d’économie politique, Tome 2, Coquelin Ch. et Guillaumin G. (dir.), Paris, Librairie Guillaumin et Cie, p. 63-66.

Gibaud B., (1998) Mutualité, assurances (1850-1914), les enjeux, Paris, Economica.

Gide Ch. (1905), Economie sociale,  Larose et Tenin, 1905.

Haut de page

Notes

1 Le système de protection sociale peut être défini comme l’ensemble des organisations institutionnelles répondant à la question sociale
2 Voir Vergara (1992).
3 Syndicats et mutuelles ont une histoire commune, se confondant même durant la première moitié du XIXe siècle [Gibaud (1998)].
4 Dans le prolongement de la démarche de Ferraton (2002). Nous n’opterons pas pour la périodisation de Demoustier (2001) qui cherche à concilier les grandes phases du capitalisme et les pratiques du mouvement ouvrier. Nous situant plus dans un cadre théorique, nous nous centrerons davantage sur les analyses des penseurs de l’association. Ce sont les modalités de réponse à la question sociale qui nous intéressent au premier plan plutôt que les grandes phases du capitalisme (même s’il peut y avoir des corrélations entre les deux).
5 Sur cette notion on se réfère notamment à Soboul (1977) et Daumard (1977).
6 Tableau de l'état physique et moral des ouvriers, 1840.
7 Commission devant réfléchir au droit du travail présidée par Blanc qui souhaitait initialement la mise en place d’un ministère du travail.
8 C’est à ce titre que nous le retenons même si Gide et Ritz (1944) ou Gueslin (1987) soulignent que sa pensée n’est pas des plus originales et qu’elle est reprise de ses contemporains, Buchez notamment.
9 A travers leurs contributions à des revues spécialisées comme par exemple Le journal des économistes où les articles écrits dans le Dictionnaire d’économie politique.
10 On renvoie notamment à Le Van-Lemesle (2004).
11 Nous renvoyons notamment à la lecture de l’article « Concurrence » écrit par Coquelin, celui sur la propriété  écrit par Faucher, ou encore celui de Garnier sur la « Liberté du travail ».
12 Saint-Simon, L’Organisateur, p. 151.
13 Le Play, La Réforme sociale, Livre VI, « Les rapports privés », p. 430.
14 Blanc, Le Parti qu’on appelle radical, p. 10.
15 Blanc, L’Organisation du travail, en réponse à Chevalier, p. 140-141, souligné par l’auteur.
16 Développé dans le livre 5-chap.1 de La richesse des nations (1776).
17 Voir notamment le DEP, le Journal des économistes. Cette idée est tellement ancrée dans les débats que Blanc se défend de pouvoir être associé à la doctrine Saint-simonienne concernant le rôle de l’Etat  lorsqu’il répond au critiques de Chevalier dans la cinquième version de L’organisation du travail (p. 148-150 et 165).
18 C’est ce que la Parabole des deux caravanes illustre (Saint-Simon, L’Organisateur, p. 196-200).
19 Nous faisons notamment référence au fait que Saint-Simon, Blanc et Le Play font de l’association le vecteur de diffusion d’un sentiment religieux, ciment de l’intérêt général. Pour plus de détail lire Fretel (2004).
20 Sur ce point voir l’analyse que propose Donzelot (1984), p. 67-72.
21 Durkheim parle des relations Etat/associations dans la préface de la deuxième édition de De la division du travail social (1893), le Suicide (1897), et L’Etat (1905).
22 Il expose cette idée notamment dans « République et socialisme » (In Etudes Socialistes , Tome 1).
23 « Kautsky a tort de ne considérer les syndicats et les coopératives que comme des instruments secondaire pour obtenir un résultat immédiat et passager ; c’est cela, mais c’est aussi la première forme de l’organisation générale et révolutionnaire de la classe ouvrière », Jaurès, In Bonnafous (1931), t1, p. 87-88
24 Jaurès développe notamment son point de vue dans une série d’articles parus dans la Revue Socialiste en 1895 comme « Esquisse provisoire de l’organisation industrielle », Août, repris In Bonnafous (1931), t1, p. 347.
25 L’avènement de la loi de 1901 sur le droit d’association, Débats parlementaires 1871-1901, p. 12.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Fretel, « L’association comme réponse à la question sociale du XIXe au XXe siècle : », Revue de la régulation [En ligne], 2 | Janvier / January 2008, mis en ligne le 18 février 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/1942

Haut de page

Auteur

Anne Fretel

CES équipe MATISSE / UMR CNRS - Université Paris 1. fretel AT univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page