Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Damien Rousselière, L’économie sociale dans l’organisation et la coordination des activités productives : le cas du secteur culturel

Damien Rousselière

Texte intégral

1Thèse soutenue le 28 novembre 2006 à l’Université Pierre Mendès France Grenoble II.

2Sous la direction de Bernard Billaudot, Professeur émérite à l’Université Pierre Mendès France Grenoble II ; Françoise Benhamou, Professeur, Université de Rouen, Rapporteur

3Bernard Billaudot, Professeur émérite, UPMF Grenoble II, Directeur de thèse ; Danièle Demoustier, Maître de conférences, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble ; Xavier Greffe, Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Président ; Benoît Lévesque, Professeur, Université du Québec à Montréal ; Robert Salais, Administrateur INSEE, Directeur d’études HDR, Ecole Normale Supérieure de Cachan, Rapporteur

4Mots clés : coopératives, économétrie des variables qualitatives, économie de la culture, économie industrielle, économie sociale, institutionnalismes, organisation industrielle.

5Keywords : cooperative, cultural economics, econometrics (qualitative choice models), Industrial economics and organization, institutionalisms, social economy.

Question(s) de recherche

6Cette thèse ayant pour champ d’investigation le secteur culturel (industries culturelles et spectacle vivant) en France et au Québec a pour objectif de montrer en quoi les différentes théories économiques institutionnalistes au sens large (théorie des contrats et des incitations, théorie de l’agence, théorie des droits de propriété, nouvelle économie institutionnelle, approche évolutionniste, approches conventionnaliste et régulationniste) sont susceptibles de rendre compte de la diversité des formes d’entreprises. Notre analyse porte plus précisément sur « l’économie sociale » (associations, coopératives, mutuelles).

Méthode  

7Mobilisant les différentes techniques de l’analyse statistique (économétrie des variables qualitatives prenant en compte l’endogénéité des variables explicatives appliquées aux enquêtes portant sur la vie associative et l’emploi de l’INSEE et sur les pratiques culturelles du Ministère de la Culture et de la Communication du Québec ; analyse de données appliquée à des corpus de textes d’organisations culturelles), nous avons établi trois faits stylisés à validité générale (relation entre implication associative et consommation culturelle ; place particulière de l’économie sociale sur certaines activités ; pluralité des motivations des parties prenantes à ces organisations). Les différentes approches institutionnalistes (du choix rationnel, conventionnaliste et historique) ont alors été confrontées à ces faits afin d’en préciser le degré de corroboration et les conditions de validité.

Résultat(s)

1. La construction de trois faits stylisés sur l’économie sociale

8Les faits stylisés sont le premier résultat de la thèse. Relativement robustes, mais dans un contexte bien précis (les économies capitalistes contemporaines de marché), ils ont été établis de telle sorte à ne pas disqualifier a priori une approche institutionnaliste.

Fait stylisé 1

L’implication sous différentes formes dans une association culturelle conduit à une augmentation significative du niveau de consommation culturelle de la personne ; cette augmentation existe quelles que soient les formes de consommation culturelle considérées.

Fait stylisé 2

L’économie sociale occupe une place particulière dans le secteur culturel, située principalement dans le champ du spectacle vivant et moins présente dans les activités des industries culturelles. Toutes choses égales par ailleurs, ces organisations sont plus petites et comptent une plus grande part de professions artistiques et culturelles.

Fait stylisé 3

Les motivations des participants et les valeurs des organisations d’économie sociale du secteur culturel relèvent d’une pluralité. Suivant le contexte national, on constate des différences sur la part respective, voire la nature même, de ces motivations et valeurs ; cette pluralité est corrélée avec une diversité des formes organisationnelles de l’économie sociale.

2. L’articulation des différents institutionnalismes dans une approche en institutionnalisme historique complexe

9Nous avons entrepris d’analyser la manière dont les différentes approches institutionnalistes pouvaient rendre compte de nos faits stylisés. Cette démarche, qui a nécessité dans chaque cas de procéder à une appropriation critique de certains travaux, a conduit à spécifier les conditions de validité de chacune des ces approches. Les approches en Institutionnalisme rationnel et en Institutionnalisme conventionnaliste sont vraies si on les considère comme des étapes dans la construction d’un savoir positif sur l’économie sociale. Elles sont fausses si elles sont les seuls moments de l’analyse. Elles sont alors des moments analytiques nécessaires (on travaille comme si le reste était donné) au sein d’une approche systémique-complexe. La vision holiste structurale que nous adoptons signifie surtout que c’est le système des trois faits stylisés qui fait qu’on comprend chacun d’eux.

10On peut dès lors proposer une définition exploratoire en compréhension de l’économie sociale comme étant une forme personnalisée d’intermédiation et de médiation dans la conversion produit/ressources au sein du segment commercial du rapport de consommation. La personnalisation tient au fait que les parties prenantes de la transaction commerciale sont prises dans une autre relation. Cette dimension n’est possible qu’en raison de la manière dont l’économie sociale a été instituée en Droit, sur la base de la double qualité et de l’égalité en droit entre les membres. La « crise » des formes d’économie sociale réside notamment à la remise en cause de ces deux dimensions. Les bonnes raisons qui font qu’on retrouve de l’économie sociale dans le secteur culturel tiennent enfin à l’ambiguïté du produit culturel, qui réside dans sa nature d’œuvre et de produit destiné à être consommé.

Résumé en anglais

11This thesis aims to investigate the cultural sector (cultural industries and performance arts) in France and in Quebec, in order to show how far the various institutionalist economic theories are likely to account for the diversity of the forms of enterprises. My analysis relates more precisely to “social economy” (associations, co-operatives, mutual societies). I use various statistical methods (instrumental variables and “matching” based on propensity score with data from national surveys (INSEE, France & Ministère de la Culture du Québec); textual data analysis with data from business and activities reports). I establish three stylized facts with a general validity (relation between involvement and cultural consumption; specific place of social economy in certain activities; plurality of the motivations of stakeholders). The various institutionalisms (rational choice institutionalism, conventionalist institutionalism and historical institutionalism) were then confronted with these facts. I highlight the need for an articulation of these different theoretical frameworks.

Haut de page

Bibliographie

Billaudot B. (2004) “Institutionnalisme(s), rationalisme et structuralisme en science sociale”, Economie et Institutions, n°4, 1er semestre, 5-50.

Blaug M. (2001) “Where are we now on cultural economics?”, Journal of Economic Surveys, 15(2), 123-143.

Boltanski L., Thévenot L. (1991) De la justification, Paris, Gallimard.

Davis J.B. (1999) “Common sense: a middle way between formalism and post-structuralism?”, Cambridge Journal of Economics, 23(4), 503-515.

Demoustier Danièle (2001) L’économie sociale et solidaire, Paris, La Découverte Syros.

Hansmann H. (1996) The Ownership of Enterprise, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press.

Lakatos I. (1994) Histoire et méthodologie des sciences, Paris, PUF, Bibliothèque d’histoire des sciences

Salais R., Storper M. (1993) Les mondes de production, Paris, Editions de l’EHESS.

Lallement M., Spurk J. (eds.) (2003) Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Editions.

Vienney C. (1994) L’économie sociale, Paris, La Découverte Repères.

Wittgenstein L. (1953) Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, NRF Bibliothèque de philosophie, 2001.

Wooldridge J. M. (2002) Econometric Analysis of Cross Section and Panel Data, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Rousselière, « Damien Rousselière, L’économie sociale dans l’organisation et la coordination des activités productives : le cas du secteur culturel », Revue de la régulation [En ligne], 1 | Juin / June 2007, mis en ligne le 30 juin 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/1751

Haut de page

Auteur

Damien Rousselière

Damien Rousselière, Maître de conférences en sciences économiques, Université Pierre Mendès France Grenoble II, LEPII mail : damien.rousseliere AT upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page