Navigation – Plan du site

2 | Janvier / January 2008
Varia

Voici le deuxième numéro de la Revue de la régulation. Capitalisme, Institutions, Pouvoirs. Celui-ci se veut une illustration de la ligne éditoriale qu’elle s’est donnée, à savoir, d’une part, poursuivre et renouveler la discussion sur des analyses et des thématiques déjà travaillées par la théorie de la régulation et, d’autre part, engager le débat sur des thématiques nouvelles – signes d’un programme de recherche ouvert au renouvellement de ses sources d’inspiration et au dialogue avec des travaux qui ne se réfèrent pas ou ne s’inscrivent pas de prime abord dans les perspectives régulationnistes.

L’article de Yannick Lung, qui propose un agenda de recherche régulationniste autour de l’analyse de la firme, et ceux d’Anne Fretel qui apporte un éclairage particulier sur la constitution de l’Etat social d’une part et de Bernard Billaudot d’autre part qui propose une analyse théorique de l’Etat social, s’inscrivent dans la première perspective éditoriale.

L’article de Frédéric Varone, Stéphane Nahrath et Jean-David Gerber, qui présente une grille d’analyse des régimes institutionnels de ressources, avec une application à la gestion du sol en Suisse, s’inscrit dans la seconde. Avec cet article – mais on peut aussi mentionner la note de lecture de Martino Nieddu sur un ouvrage au titre un peu provocateur issu d’un colloque organisé à Cerisy -, c’est la problématique du développement durable qui est travaillée, un chantier de recherche qui, comme on a pu le noter, s’est ouvert dès le premier numéro de la Revue avec la publication du texte programmatique de Sandrine Rousseau et Bertrand Zuindeau, « Théorie de la régulation et développement durable ». Pour l’heure, le développement durable est essentiellement traité à partir de la thématique environnementale. Mais il est un autre ensemble de recherches présentes dans la Revue de la régulation qui pourrait très bien s’inscrire aussi dans cette problématique. Nous voulons parler du présent article de Florence Palpacuer sur les réseaux transnationaux de firmes et d’ONG et, pour faire référence une fois encore au précédent numéro, du texte de Catherine Bodet et Thomas Lamarche sur la responsabilité sociale des entreprises. L’investissement socialement responsable et les « partenariats » entre firmes et ONG font partie, en effet, des éléments de réponse apportés par le monde de l’entreprise et du management à la problématique du développement durable. Gageons que d’autres publications, portant sur les divers aspects de ce vaste chantier, suivront dans les prochains numéros de la revue.