Skip to navigation – Site map

Full text

1La Revue de la régulation fête ses dix ans ! Et encore, si l’on comptait L’Année de la régulation, son aînée, elle aussi portée par l’Association Recherche & Régulation, on fêterait aujourd’hui vingt ans de publications.

2Le dossier sur l’économie politique de la Chine que nous présentons dans ce numéro est tout à fait représentatif de ces dix premières années. Il témoigne de la réussite de notre pari : faire vivre une Revue d’économie politique, nourrie des approches régulationnistes et institutionnalistes mais aussi de tous les courants qui engagent le dialogue avec elles. Il pointe aussi quelques-uns des défis auxquels il nous faut faire face.

3Pour préparer ce dossier consacré à l’espèce particulière de capitalisme qui se développe aujourd’hui en Chine, Robert Boyer, co-fondateur de la Théorie de la Régulation et de la Revue du même nom, s’est associé à Sébastien Lechevalier (EHESS) (voir l’introduction au dossier). Dix ans après son lancement, un tel dossier permet de jeter un regard rétrospectif et actuel sur ce que représente notre Revue - et notre communauté de chercheurs. Sans nul doute, la construction de dossiers, souvent portés par des membres du comité de rédaction en collaboration avec un ou plusieurs chercheurs extérieurs à la Revue, est l’une des clés de la dynamique scientifique qui l’anime.

4Ce dossier-là présente une dimension aréale. On peut observer que, sans être une constante de la Revue, les configurations aréales se retrouvent dans plusieurs dossiers et articles, notamment autour de l’Amérique latine (n°11), soulignant la nécessité de produire des analyses situées, ancrées dans la diversité des réalités socioéconomiques. Il porte sur les frontières actuelles des changements du capitalisme, illustrées – et de quelle manière ! – par la Chine dans son expansion et ses recompositions. Enfin, un dossier consacré au capitalisme chinois se prête particulièrement à l’internationalisation des contributions et au croisement des regards disciplinaires, deux enjeux majeurs qui ont rythmé le développement de la Revue depuis ses débuts. Cette internationalisation de la Revue s’incarne de façon plus générale dans la politique éditoriale par la publication d’articles en français et en anglais et de résumés en trois langues, par la présence d’auteurs de plusieurs nationalités et pays d’exercice, mais aussi par des lecteurs de plus de cent pays différents, qui représentent un vaste lectorat – plus de 25000 visiteurs uniques chaque mois – et en croissance régulière.

5En replongeant dans les dix années de publications écoulées, on ne peut qu’être frappé par la vigueur du travail réalisé sur les dossiers, qui reviennent régulièrement dans nos numéros. Certes, fonctionner exclusivement par numéros thématiques peut être critiqué par nos instances d’évaluation, qui utilisent l’argument que la qualité en serait moindre que pour des articles soumis individuellement. Notons tout d’abord que la Revue ne publie pas de numéros thématiques, mais des dossiers thématiques au sein de numéros qui comportent des articles en varia. Soulignons ensuite, et les contributeurs de la Revue devraient pouvoir confirmer, que les rapporteurs anonymes sollicités, tout autant que les membres du comité de rédaction, conservent toujours la plus grande rigueur et la plus grande exigence dans leur évaluation des propositions qui leur sont soumises, qu’elles fassent ou non partie d’un dossier. « Qui aime bien châtie bien », peut-être ; mais surtout, l’élément clé qui ressort de ces dix années de publication est le souci de porter conjointement une exigence conceptuelle, ce qui parfois impose des détours critiques fins, et un adossement à un terrain et à des faits, qu’ils soient stylisés ou non. Dans tous les articles publiés, on retrouve cette articulation nécessaire entre une construction conceptuelle rigoureuse, à même de saisir des aspects saillants des formes contemporaines de capitalismes, et des analyses empiriques susceptibles de fournir des preuves matérielles étayant les propositions.

6C’est d’ailleurs là un caractère fondamental de la démarche hétérodoxe défendue par la Revue de la régulation, au-delà de son ancrage dans la théorie de la régulation : les dossiers ne prétendent pas apporter un regard exhaustif sur l’ensemble des thèmes qu’ils abordent, ils ont bien davantage pour but de produire des représentations solides intégrant les interdépendances économiques et sociales, et de susciter ainsi une discussion des diverses approches possibles de ces thèmes, de nourrir des problématiques à confronter et à renouveler. C’est autant le cas du dossier construit autour de la pensée d’Elinor Ostrom (n°14) que de ceux consacrés aux contestations monétaires (n°18), aux secteurs de la santé et de l’agriculture (n°17 et 20), des dossiers mettant en relation des approches post-keynésiennes et la théorie de la régulation (n°10 et n°16), des deux dossiers « Asie » (n°13 et n°15), etc. Ces dossiers se présentent ainsi comme autant d’états des lieux de la recherche sur un sujet, mais aussi, de par les inévitables écarts entre les approches convoquées, comme des champs de discussion scientifique, ouvrant sur de nouvelles réflexions et de nouveaux projets de recherche.

7C’est l’une des raisons qui font qu’au bout de dix ans, il est possible d’apporter une réponse à une question qui fait souvent discussion, singulièrement au sein des instances d’évaluation de la recherche lorsqu’elles se penchent sur le cas de la Revue de la régulation : celle-ci est-elle une revue de courant, et si oui « combien a-t-elle de divisions » ?

8Osera-t-on écrire que, pour le meilleur est l’est, et pour le pire, elle évite de l’être ? La Revue de la régulation est une revue de courant, au sens large dans la pensée économique, par son nom et la manière dont elle se définit, par son équipe de fondateurs et un certain nombre de ses références partagées (et discutées, pensons aux débats que nous avons hébergés sur Marx et la valeur). Elle l’est par sa méfiance envers les analyses préconstruites, par son souci de renvoyer toujours à l’histoire en train de se faire et aux rapports de forces tels qu’ils sont économiquement et socialement construits. Elle est une revue de courant dans la mesure où son comité de rédaction insiste sur la dimension méthodologique de l’approche théorique, sur la nécessité d’expliciter les cadres de l’analyse et de réinterroger sans cesse les catégories que l’on souhaite confronter aux observations. C’est là une exigence forte parce que les réalités qui sont examinées sont par nature en perpétuel bouleversement. La Revue de la régulation se doit donc d’incorporer constamment de nouveaux apports conceptuels. Dans cette acception souple et pluraliste, compatible avec une grande plasticité d’énoncés, vous avez devant vous une revue qui peut être qualifiée de « Revue de courant ».

9A contrario, nombre d’arguments plaident pour soutenir que la Revue n’est pas, n’est plus, n’a jamais été une revue de courant au sens strict. C’est probablement là l’essentielle différence de politique éditoriale avec sa devancière, L’Année de la régulation. Les articles reposant exclusivement sur une approche régulationniste y sont minoritaires, nombre de contributions reposant sur d’autres approches ou d’autres courants d’économie politique, voire de socio-économie. Il en est ainsi également du comité de lecture composé de chercheuses et chercheurs provenant de courants de pensée et de disciplines diverses. Profitons de cet anniversaire pour les remercier à nouveau : une revue est faite bien sûr d’un comité de rédaction et d’un comité scientifique, mais elle ne peut se fabriquer librement sans un vivier aussi large que possible de rapporteurs compétents et scrupuleux qui donnent de leur temps et de leur énergie pour faire progresser la réflexion des auteurs. Remercions aussi les secrétaires de rédaction successives de la Revue, Anaïs Paly et Cécilia Monteiro, ainsi que la MSH-Paris Nord et Revues.org pour leur indispensable soutien à ce travail éditorial et scientifique, dans ce qui est avant tout une action collective, dans sa force comme dans sa fragilité.

10Revenons au contenu de la Revue. Certains dossiers portent une tradition de pensée et soulèvent une interrogation qui les rattache clairement à la théorie de la régulation. C’est le cas du dossier sur « Normes et institutions de la finance » (n°3/4) et plus récemment sur la Grande transformation agricole par exemple (n°20). Mais dans ce cas, le rapport à l’analyse régulationniste se fait sans exclusive et par le croisement avec d’autres approches, conventionnalistes en particulier. Autre exemple, le dossier « Approches post-keynésiennes et théorie de la régulation » (n°10) est orienté sur un questionnement et des échanges entre pensées voisines qui recomposent la macroéconomie et dont la dispute est riche de fertilisations croisées. Certains dossiers s’ouvrent très largement, pour ne pas dire exclusivement, à d’autres courants de pensée, c’est le cas du dossier sur la modélisation stock-flux cohérente qui s’intéresse à la macroéconomie postkeynésienne (n°16). Le dossier sur l’économie politique de la santé (n°17) se présente comme un espace de discussion entre les hétérodoxies : économie appliquée, économie sociale, approches en termes de régulation et économie des conventions, mais aussi sciences sociales de la santé, sociologie et science politique. Le dossier « Autour d’Ostrom » (n°14), n’est à l’évidence pas centré sur un objet par nature « régulationniste », bien que des auteurs adoptant une approche en termes de régulation y soient présents. Il est, plus fondamentalement, un espace de discussions scientifiques sur l’approche d’Elinor Ostrom et sur les lectures institutionnalistes que l’on peut en faire. Les grands entretiens publiés à chaque numéro témoignent eux aussi de cette volonté de dialogue en France, mais surtout à l’international avec d’autres perspectives théoriques, empiriques et disciplinaires. Grands entretiens par la taille – souvent une quinzaine de pages – qui permettent de revenir sur le parcours et les contributions du chercheur qui en est à la fois l’objet et l’acteur et de les faire dialoguer avec des thématiques régulationnistes. Grands aussi par les figures interviewées : Jean-Pierre Dupuy, Bob Jessop, Geoffrey Hodgson, Janos Kornai, Marc Lavoie, André Orléan, Bertram Schefold, Wolfgang Streeck, pour n’en citer que quelques-uns.

11Les mêmes observations peuvent être faites pour les articles publiés en varia, en opinion-débat ou à propos des notes de lecture approfondies de la Revue : ces travaux témoignent de la diversité des thèmes et des approches théoriques qui y ont droit de cité. Il n’est sans doute pas pertinent ici de s’exercer à déconstruire telle ou telle contribution pour en situer les linéaments par rapport à la perspective régulationniste. Pour le propos de la Revue, l’essentiel tient en un point : les propositions et analyses hétérodoxes – ou d’économie politique institutionnaliste, si l’on préfère une formulation moins défensive – y trouvent toutes un espace d’expression dès lors qu’elles répondent aux critères d’administration de la preuve que l’on est en droit d’attendre d’un exposé scientifique.

12De là, nous revenons à la question initiale. La Revue de la régulation est-elle une revue de courant ? A chacun de se faire un avis, et de voir de quel « courant », régulationniste, institutionnaliste ou hétérodoxe il s’agit vraiment. Si elle n’était pas, d’un certain point de vue, une revue de courant, la Revue de la régulation n’existerait pas ; mais si elle n’était que cela, elle n’aurait pas cet écho. Le comité de rédaction de la Revue a déployé depuis son origine une approche à la fois fédérative et pluraliste. De par la diversité des approches institutionnalistes représentées et des thématiques traitées, il en a fait une revue d’économie politique de type généraliste. Mais si l’on examine plus minutieusement ses contenus, on peut voir qu’elle se construit, numéro après numéro, dossier après dossier, en tant que revue de recherches sur les formes situées et évolutives du capitalisme. En affichant le terme de « capitalisme » (aux côtés de « pouvoirs » et « institutions ») dans son sous-titre, elle s’inscrit dans une économie politique réceptive à des hypothèses comportementales et méthodologiques qui contredisent et dépassent celles du mainstream, tout en leur proposant des alternatives à la fois robustes et fécondes. A ce titre, elle souligne et promeut les discussions interdisciplinaires au sein des sciences sociales, ce qui constitue un facteur décisif de renouvellement des savoirs et la distingue de l’écrasante majorité des revues standard en sciences économiques qui citent peu les autres sciences sociales (Fourcade, Ollion, Algan, 2015).

13Aussi pourrait-on se prêter à un autre jeu : dénombrer les sociologues, géographes, gestionnaires, juristes, politistes, anthropologues qui ont nourri les numéros de la Revue en une décennie. Ils sont nombreux et nous en sommes heureux. Cette ouverture disciplinaire se retrouve dans le comité de rédaction et son conseil scientifique. Non seulement ces instances incorporent des économistes rompus au dialogue interdisciplinaire, mais elles accordent aussi une large place à des sociologues, démographes ou politistes travaillant sur des objets traités par l’analyse économique. C’est en effet un des aspects essentiels de la construction d’une économie politique hétérodoxe que de procéder par interactions avec d’autres sciences sociales. Une telle démarche est aussi portée, dans une acception voisine de la nôtre, par une autre revue devenue elle aussi une référence du champ : la Revue Française de Socio-Economie. Nous profitons de l’occasion pour souhaiter un bon anniversaire à cette revue qui fête aussi ses dix ans cette année. Soulignons le travail accompli par ses membres et notamment par Florence Jany-Catrice qui laisse sa place de rédactrice en chef. La difficulté particulière pour une revue d’économie d’organiser de manière scientifique des échanges exigeants entre disciplines des sciences sociales est, nous le pensons, récompensée par la fécondité des rapprochements et distinctions qu’ils rendent possibles. C’est, à notre sens, l’une des marques les plus significatives laissées par les vingt numéros écoulés jusqu’ici.

14Terminons par ce que nous considérons comme des manques, qui peuvent être lus comme autant de souhaits que nous formulons pour l’avenir. Si la question du rapport salarial et de ses recompositions est fondatrice dans l’approche régulationniste, la Revue n’a reçu jusqu’à présent qu’un faible nombre de propositions sur cette thématique. Nous devrions y revenir à brève échéance pour corriger cette insuffisance. De même, l’intégration des questions environnementales à l’économie politique constitue une thématique à la fois fondamentale et trop peu explorée dans notre Revue. Celle du genre n’a pas encore fait l’objet d’un dossier, mais ceci devrait prochainement être réparé par un appel à contributions. Autant de thématiques que notre comité souhaite investir avec force à l’avenir : la prochaine décennie de la Revue de la régulation n’est pas en manque de projets.

Top of page

Bibliography

Fourcade M., Ollion E., Algan Y. (2015), « La Superioridad de los economistas », Revista de Economia Institucional, Vol. 17, n°33, p. 13-43.

Top of page

References

Electronic reference

« La Revue de la régulation fête ses 10 ans ! », Revue de la régulation [Online], 21 | 1er semestre / Spring 2017, Online since 02 October 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://regulation.revues.org/12320

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page