Navigation – Plan du site
Notes de lectures

En deçà du problème-Marx

À propos de l’ouvrage de Fred Moseley, Money and Totality: A Macro-Monetary Interpretation of Marxs’ Logic in Capital and the End of the « Transformation Problem »
Guillaume Fondu
Référence(s) :

Fred Moseley, Money and Totality: A Macro-Monetary Interpretation of Marxs’ Logic in Capital and the End of the « Transformation Problem », Brill, Leiden, 2016

Texte intégral

150 ans après, un retour à Marx ?

  • 1 Nous entendons ici par marxologie le champ de recherche portant précisément sur les textes de Marx (...)
  • 2 Cet isolement doit être cependant rapporté à l'autonomisation et à la clôture généralisée des diffé (...)
  • 3 On pourra se faire une idée des débats à travers la lecture de Bellofiore, 1998 ainsi que celle des (...)

1Le contexte de crise généralisée du capitalisme s’avère propice à la réouverture d’anciens débats théoriques, qui mettent en question non pas seulement les mécanismes économiques mais l’appareil conceptuel qui les porte (échange, monnaie, capital, etc.). Lorsqu’elle choisit de se confronter à ces questions, l’économie gagnerait à renouer avec l’histoire longue de la pensée économique pour revenir à la naissance des paradigmes théoriques et échapper ainsi à la routine académique. Or, il existe au sein de cette histoire un paradigme fécond dont on a méconnu, depuis son institutionnalisation universitaire (après Bortkiewicz et ses successeurs), la radicale opposition au mainstream en le falsifiant pour le faire entrer – sans succès – dans le « lit de Procuste » de la méthodologie néoclassique et de ses concepts fondamentaux, en premier lieu l’équilibre intertemporel. Ce paradigme, c’est le marxisme. Et il importe aujourd’hui de lui rendre sa vigueur et sa radicalité. Tel est, en substance le projet du livre de F. Moseley. Le propos de l’auteur s’inscrit ainsi avant tout dans le champ de la marxologie1 économique contemporaine, quasi inexistante dans le monde francophone depuis la fin des grands débats des années 1970 (à quelques exceptions près : Jorland, 1995 ; Faccarello, 2000a et 2000b), du fait notamment de la marginalisation progressive de l’histoire de la pensée économique et de son isolement croissant vis-à-vis des autres branches de la théorie économique2. Pour des raisons historiques et institutionnelles que nous ne pouvons développer ici, la situation est quelque peu différente dans d’autres pays, notamment les États-Unis, où la fin des années 1980 a connu un certain renouvellement des lectures économiques de Marx3. Il s’agit dans la plupart des cas de revenir sur l’accusation d’incohérence lancée par Böhm-Bawerk, etc., à l’adresse de Marx pour souligner tout d’abord la spécificité de la démarche marxiste, qui se trouve dans un second temps questionnée du point de vue de sa dimension heuristique.

La cohérence comme fil conducteur

  • 4 Le compte rendu de lecture que nous présentons ici prend pour angle d'attaque le contenu proprement (...)
  • 5 Cela n'est pas tout à fait anodin ni trivial puisque la publication récente de la section II de la (...)

2Au risque de se voir taxé de fondamentalisme orthodoxe, F. Moseley4 assume en effet de repartir de la lettre même de Marx, qu’il soumet à une lecture détaillée dans le but d’en restituer la cohérence. Conformément au projet dressé plus haut, il s’agit ainsi de retrouver le cadre marxiste originel plutôt que de couler quelques-uns de ses énoncés dans le moule de principes méthodologiques hérités de longue date et qui revendiquent désormais le monopole de la scientificité économique. Le fil conducteur de la cohérence n’est donc pas une simple coquetterie d’exégète scrupuleux, puisqu’il doit permettre selon Moseley d’ouvrir à nouveaux frais la question des buts et des méthodes de l’économie politique. Et ce d’autant plus que l’achèvement récent de la publication de tous les différents brouillons et manuscrits du Capital (qui constituent la section II de de la nouvelle Marx-Engels GesamtAusgabe, ou MEGA²) permet de tracer en détail l’itinéraire intellectuel suivi par Marx, ponctué notamment de débats avec les économistes de son temps. Moseley passe ainsi une grande partie de son ouvrage à exhiber les « preuves textuelles » de son propos, conformément à un principe herméneutique qu’il reprend à Schleiermacher, et qui consiste à « faire du texte une totalité logiquement et intrinsèquement cohérente » [Moseley 2016, p. 195]5.

Une troisième voie entre naturalisme et radicalisme critique ?

  • 6 Cette critique n'est pas l'apanage des marxistes « fondamentalistes ». Ainsi, elle est l'un des arg (...)
  • 7 Cf. Cartelier, 2016. Le livre de J. Cartelier constitue par ailleurs une curiosité dans le champ un (...)
  • 8 Cf. par exemple Chanson, Cukier et Monferrand, 2014.
  • 9 Le débat est déjà ancien puisqu'il débute dès la première réception universitaire du Capital et se (...)

3On peut résumer schématiquement les enjeux de ce débat méthodologique à travers le double repoussoir que dresse Moseley, et qui constitue de manière plus générale le cadre de la relecture économique contemporaine de Marx. Il s’agit premièrement d’échapper aux deux objections portées contre le système de Marx par l’interprétation « standard », celle de son incohérence et/ou de son inutilité. Le débat est connu : la transformation par Marx des valeurs (variables fondamentales du Livre I du Capital) en prix de production (variables du Livre III) échoue car Marx « oublie » de transformer dans son schéma de reproduction les inputs qui sont pourtant eux-mêmes toujours déjà des outputs d’autres branches. La transformation simultanée de toutes les variables, en revanche, si elle s’avère donc nécessaire, rend le système en valeurs totalement inutile puisqu’il est possible de montrer qu’il ne représente lui-même qu’un système alternatif à celui des prix de production et non un quelconque fondement pour ce dernier, les deux systèmes étant fondés en dernière instance sur des relations d’interdépendance technique entre quantités exprimées en termes physiques et formalisables de manières diverses, par le biais matrices inputs-outputs notamment. Ce « physicalisme » sraffien – car sa formulation définitive est attribuée à Sraffa – constitue le premier repoussoir de ces marxistes contemporains, pour des raisons heuristiques d’une part (difficulté d’intégrer en son sein des variables telles que le capital fixe, la différence des taux de rotation des différents capitaux, etc.) mais également et surtout du fait de l’effacement auquel elle procède de toute référence au travail et à la production, réduite purement et simplement à une question technique et dessaisie ainsi de ses enjeux politiques (durée et intensité de la journée de travail, lutte des classes, etc.). Seule demeure alors la question de la répartition d’un produit global toujours déjà disponible6. De l’autre côté, le second repoussoir – plus implicite – est constitué par ce qu’on pourrait appeler avec J. Cartelier « l’approche philosophique de la valeur »7, qui ne s’intéresse – pour reprendre la terminologie du Capital – qu’aux formes de cette dernière sans la considérer comme une réalité quantifiable. Prisée aujourd’hui par les philosophes marxistes8, cette approche s’avère difficilement compatible avec l’idée même d’une science économique marxiste9, la science économique n’ayant jamais affaire selon elle qu’à un monde réifié dont il s’agit au contraire d’exhiber la genèse.

Un seul système, plusieurs séquences

4Il s’agit donc entre ces deux écueils de donner au concept de valeur une dimension heuristique quantitative. Pour ce faire, Moseley est amené à introduire un cadre théorique qui rompt avec l’interprétation standard de Marx mais également avec quelques-unes de ses lectures récentes. Ce cadre est le suivant : le système marxien consiste en fait – comme son titre l’indique – à suivre le circuit du capital selon deux points de vue successifs, celui, macro-économique de la production de survaleur, et celui, micro-économique de la distribution de cette même survaleur aux différents capitaux individuels. Contrairement à l’interprétation standard, il n’existe donc qu’un seul et unique système de prix permettant de déterminer, sur la base d’un certain nombre de données (notamment la quantité monétaire de capital, constant et variable, et le taux de salaire monétaire), les variables cruciales que sont la production de survaleur et son partage (et qui reflètent la lutte des classes d’une part et les conflits intra-capitalistes d’autre part). Le problème de la transformation n’existe tout simplement pas en réalité puisque ce sont les mêmes quantités de capital constant et de capital variable qu’on retrouve dans les Livres I et III, toujours déjà exprimées en prix de production. La seule transformation véritable consiste en le partage de la survaleur entre capitalistes, question qui ne peut par définition être posée avant l’étude des différents capitaux individuels. Contrairement à l’interprétation standard pour laquelle il existe une dualité de systèmes dont les variables sont simultanément déterminées, Moseley met au jour un seul système dont les variables sont déterminées de manière séquentielle, précisément parce que le système en question a la forme d’un circuit, le circuit du capital, dans lequel il existe à l’instant t des quantités avancées, recouvrées avec profit à l’instant t + 1.

Sous les équations, le circuit du capital

5On n’entrera pas ici dans les remaniements algébriques auxquels donnent lieu ces idées, remaniements qui permettent d’échapper au problème de la transformation et prennent ainsi la suite des nombreuses autres tentatives, par ailleurs discutées dans le livre. Le grand intérêt du livre de Moseley consiste en effet avant tout à faire parler les équations et à montrer dans quelle mesure l’interprétation standard constituait jusqu’à présent une falsification proprement conceptuelle du marxisme qui ôtait toute signification à ses concepts fondateurs – valeur, marchandise, monnaie et capital. C’est ici encore l’œuvre de Sraffa qui cristallise les critiques puisqu’elle ignore la monnaie et le capital, déduit les marchandises sur la base de quantités physiques socialement neutres et réduit la valeur à une contrainte de reproduction technique. Ce faisant, elle atteint un niveau d’abstraction qui perd de vue la spécificité du mode de fonctionnement de l’économie capitaliste et installe cette dernière dans une forme de naturalisme, certes raffiné (puisqu’il ne repose pas directement, comme c’est le cas dans le mainstream, sur une fiction anthropologique) mais faisant obstacle à la compréhension de la dynamique réelle du capitalisme, c’est-à-dire de l’accumulation. C’est cela que Moseley entend nous faire sentir en se situant d’emblée dans l’espace monétaire (la donnée de départ étant M, soit une quantité quelconque de monnaie) et dans la temporalité capitaliste (l’enjeu consistant à transformer cette quantité M. en M’, soit une quantité de monnaie supérieure). C’est là que la valeur-travail prend tout son intérêt puisqu’il devient possible, en exprimant en monnaie les heures de travail d’une période donnée, de rendre compte de la survaleur produite, de la dynamique de son évolution et de son partage. Ainsi seulement le cadre théorique de Marx se trouve restitué dans la cohérence de ses concepts : la marchandise ne vaut en tant que valeur que par son expression monétaire et n’existe donc pas indépendamment de sa circulation, la force de travail est une marchandise dont la valeur n’a rien à voir avec la valeur du produit de ce travail, le capital n’existe qu’en tant que « valeur-processus » et donc sous la forme d’un cycle qui n’est autre que le cadre global et fondamental de tous les échanges économiques.

Le système marchand comme présupposé

6Cependant, cette perspective « capitalo-centrée » n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes, parfois mentionnés par Moseley mais de manière assez rapide. Premièrement, si un certain nombre de concepts du Capital se voient restitués dans toute leur richesse, d’autres se trouvent relativement appauvris. C’est notamment le cas de la monnaie, à laquelle Moseley consacre pourtant un chapitre de son ouvrage, chapitre qui n’a cependant pour but que de démontrer l’extériorité de la monnaie (en tant que non-marchandise, ou bien marchandise spécifique issue d’une branche de production spécifique) au problème de la transformation. Mais de manière plus générale, la question de la transformation des marchandises en monnaie et de cette dernière en capital, du rapport entre les sphères réelles et monétaires, et donc de la « valeur » de la monnaie (avec toutes les questions politiques qu’elle ouvre) n’est pas traitée par Moseley. Il serait bien entendu absurde de reprocher à un auteur de ne pas avoir traité de tout, mais il est à craindre que la perspective immédiatement « macro-monétaire » de Moseley, en considérant un certain nombre de problèmes comme déjà résolus, s’avère difficilement compatible avec un certain nombre de recherches marxistes contemporaines sur la monnaie (ou en tout cas difficilement heuristiques pour elles), liées de manière tout à fait directe à des questions hautement conjoncturelles, qu’on pense à l’euro (Flassbeck et Lapavitsas, 2015) ou au franc CFA (Nubukpo et Tinel, 2016). La « fin du ‘‘problème de la transformation’’ » ne saurait signifier l’abandon global du problème de la genèse des grandeurs économiques et de leur rapport à l’activité humaine réelle, sous peine d’un appauvrissement de l’idée même de la discipline et économique, et d’un silence gêné face à l’actualité la plus récente : financiarisation (Orléan, 2011, Durand, 2014 et Chesnais, 2016), catastrophe écologique (Harribey, 2013), revenu universel et salaire à vie (Friot, 2015) etc. Reste donc à savoir si l’entreprise de Moseley est compatible avec une entreprise plus globale dans laquelle ses « présupposés » seraient eux aussi objets d’étude. Toujours est-il que le travail de F. Moseley, par la clarté des questions qu’il pose et le panorama qu’il offre, représente une excellente occasion de renouer avec ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Arthur C. J. & Reuten G. (dir.) (1988), The Circulation of Capital. Essays on Volume II of Marx’s Capital, Macmillan, New-York.

Bellofiore R. (dir) (2002), Marxian Economics: A Reappraisal, Macmillan, New-York, 1998.

Bellofiore R. & Taylor N. (dir.), The Constitution of Capital. Essays on Volume I of Marx’s Capital, Macmillan, New-York.

Böhm-Bawerk E. (2004), « Zum Abschluss des Marxschen Systems », Staatswissenschaftliche Arbeiten. Festgaben für Karl Knies, Berlin, 1896, p. 87-205.

Campbell M. & Reuten G. (dir.), The Culmination of Capital. Essays on Volume III of Marx’s Capital, Macmillan, New-York.

Cartelier J. (2016), L’Intrus et l’absent. Essai sur le travail et le salariat dans la théorie économique, Presses Universitaires de Paris-Ouest, Nanterre.

Chanson V., Cukier A. et Monferrand F. (dir.) (2016), La Réification, La Dispute, Paris, 2014.

Chesnais F., Finance Capital Today: Corporations and Banks in the Lasting Global Slump, Brill, Leiden.

Durand C. (2014), Le Capital fictif, Les Prairies Ordinaires, Paris.

Faccarello G. (2000), « Karl Marx et la critique de l’économie politique : le purgatoire du temps présent » in Béraud A. et Faccarello G. (dir.), Nouvelle Histoire de la pensée économique, t. II, La Découverte, Paris, p. 62-170.

Faccarello G. (2000), « Les Controverses autour du Capital (I) : les débats autour de la loi de la valeur » in Nouvelle Histoire de la pensée économique, t. II, La Découverte, Paris, p. 171-201.

Flassbeck H. & Lapavitsas C. (2015), Against the Troïka: Crisis and Austerity in the Eurozone, Verso, Londres.

Friot B. et Zech P. (2014), Émanciper le travail, La Dispute, Paris.

Harribey J.-M. (2013), La Richesse, la valeur et l’inestimable : fondements d’une critique socio-écologique du capitalisme, Les Liens qui Libèrent, Paris.

Jorland G. (1995), Les Paradoxes du capital, Odile Jacob, Paris.

Kliman A (2016), Reclaiming Marx’s Capital, Lexington Books, Plymouth, 2007.

Nubukpo K. et Tinel B. (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : à qui profite le franc CFA ?, La Dispute, Paris.

Orléan A. (2011), L’Empire de la valeur, Le Seuil, Paris.

Potier, J.-P. (1986), Lectures italiennes de Marx. Les conflits d’interprétation chez les économistes et les philosophes. 1883-1983, Presses Universitaires de Lyon, Lyon.

Shaikh A. (1985), « L’économie néo-ricardienne » in Dostaler G. et Lagueux M. (dir.), Un Échiquier centenaire. Théorie de la valeur et formation des prix, La Découverte/Presses de l’Université du Québec, Paris/Montréal, p. 193-214.

Sraffa P. (1970), Production de marchandises par des marchandises [1960], Dunod, Paris.

Shaikh A. (2016), Capitalism. Competition, Conflict, Crisis, Oxford University Press, Oxford.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons ici par marxologie le champ de recherche portant précisément sur les textes de Marx et leur logique propre.

2 Cet isolement doit être cependant rapporté à l'autonomisation et à la clôture généralisée des différentes disciplines, malgré toutes les professions de foi « interdisciplinaires », ce qui rend ainsi difficile les dialogues entre historiens, philosophes, économistes, sociologues, etc., qui avaient pu féconder en leur temps les débats marxistes.

3 On pourra se faire une idée des débats à travers la lecture de Bellofiore, 1998 ainsi que celle des trois volumes consacrés chacun à l'un des trois livres du Capital édités dans le cadre de l'International Symposium on Marxian Theory (respectivement Bellofiore et Taylor, 2004 ; Arthur et Reuten, 1998 ; Campbell et Reuten, 2002). F. Moseley s'inscrit tout à fait dans ce renouvellement puisqu'il tâche depuis plusieurs années de renouer les liens entre la philosophie hégélienne, et la complexification qu'elle fait subir au modèle habituel du discours scientifique, et le discours marxiste. On le trouvera donc très présent dans les différentes publications collectives dont l'ouvrage mentionné plus haut n'est qu'un exemple, parmi d'autres.

4 Le compte rendu de lecture que nous présentons ici prend pour angle d'attaque le contenu proprement conceptuel du livre de F. Moseley, conformément à la formation et à la trajectoire qui fut la nôtre et nous a menés à étudier d'un point de vue philosophique les discours économiques.

5 Cela n'est pas tout à fait anodin ni trivial puisque la publication récente de la section II de la MEGA² a fait resurgir le débat (connu en France grâce aux travaux de M. Rubel) concernant la possibilité ou non de faire de l’œuvre de Marx une totalité achevée. La rigueur philologique et la fidélité littéraire ont pu ainsi être brandies comme des principes antagonistes à la fécondité heuristique. Notons ici que Moseley reprend le principe de Schleiermacher, ou en tout cas son explicitation, à A. Kliman (Kliman, 2007), lequel l'a précisément utilisé contre toute opposition entre philologie et scientificité.

6 Cette critique n'est pas l'apanage des marxistes « fondamentalistes ». Ainsi, elle est l'un des arguments essentiels d'A. Shaikh, et ce depuis l'un de ses premiers articles jusqu'à son ouvrage récent (Shaikh, 2016).

7 Cf. Cartelier, 2016. Le livre de J. Cartelier constitue par ailleurs une curiosité dans le champ universitaire francophone puisqu'il réouvre à nouveaux frais et après une interruption, en France, de près de vingt ans cette question de la valeur et de son rapport au travail d'une part et à la monnaie d'autre part.

8 Cf. par exemple Chanson, Cukier et Monferrand, 2014.

9 Le débat est déjà ancien puisqu'il débute dès la première réception universitaire du Capital et se poursuit en URSS dans les années 1920. Les interprètes « philosophiques » de l'époque (Hilferding, Roubine, Lukacs, etc.) demeurent encore aujourd'hui des références centrales, tandis que les interprétations plus directement économiques de Marx restent relativement méconnues, du moins en France, malgré quelques exceptions « sectorielles » et maintenant assez anciennes (Potier, 1986).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Fondu, « En deçà du problème-Marx », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12291

Haut de page

Auteur

Guillaume Fondu

Doctorant, Université Rennes, guillaume.fondu@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page