Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Les monnaies locales à la croisée de l’ethnographie et de l’institutionnalisme historique

À propos de l’ouvrage d’Hadrien Saiag, Monnaies locales et économie populaire en Argentine
Agnès Labrousse
Référence(s) :

Hadrien Saiag (2016), Monnaies locales et économie populaire en Argentine, Paris, Khartala, 301 p.

Texte intégral

Agnès Labrousse remercie vivement Pierre Alary pour ses précieux conseils, ainsi que Julien Vercueil pour sa relecture et ses suggestions. Les déficiences qui demeurent sont bien entendu de l’entière responsabilité de l’auteure qui s’aventure ici dans un champ peu familier.

Introduction

  • 1
  • 2 Cf. à ce sujet, les articles du dossier « contestations monétaires » parus dans la Revue de la régu (...)

1En 2014, l’article 16 de la loi Hamon sur l’économie sociale et solidaire reconnaissait les « titres de monnaies locales complémentaires1 ». Des expériences de monnaies locales2 obtenaient ainsi une reconnaissance légale. Ces expériences ne sont pas propres à la France. L’ouvrage d’Hadrien Saiag, Monnaies locales et économie populaire en Argentine, porte le regard sur un cas passionnant de monnaie locale à finalité sociale dans un contexte de profond bouleversement socioéconomique : il se penche sur l’émergence, le succès et le déclin d’un système monétaire alternatif à la monnaie d’État, le « réseau global de trueque ».

2Le Trueque « désigne ici une multitude d’émissions locales de moyens de paiement sous forme papier libellés dans une unité de compte propre généralement appelée crédito (« crédit ») » (p. 12). Comme le rappelle Saiag (p. 12) :

[…] nés en 1995, ces systèmes monétaires ont connu leurs heures de gloire au plus fort de la dernière crise argentine, entre les années 2001 et 2002 : les observateurs estiment qu’ils regroupaient environ 2 500 000 personnes, faisant du trueque l’expérience de monnaies dites « sociales » la plus massive.

3Lorsque la crise du peso éclate, les agents les plus durement touchés, exclus de l’espace peso, adhèrent en effet au trueque pour accéder aux biens de première nécessité. Le développement des réseaux de trueque pose des problèmes impensés au départ se traduisant par la crise et le délitement de certains de ces réseaux. Néanmoins, le trueque perdure aujourd’hui dans un grand nombre de provinces argentines.

4Le trueque s’inscrit dans une histoire longue du pluralisme monétaire en Argentine, pluralisme qui n’est pas réservé aux situations de crise :

  • 3 Portant sur des montants élevés ; les monnaies de petite dénomination renvoient quant à elles à de (...)

À l’époque coloniale, les monnaies métalliques de très haute dénomination3 étaient clairement distinctes de celles utilisées dans le commerce local et le circuit fiscal, et des monnaies du peuple, également appelées « monnaies des haciendas » car émises pour régler les salaires des ouvriers agricoles et uniquement valables dans les magasins possédés par les propriétaires terriens. Puis, durant la première moitié du xixe siècle, la désintégration de l’empire espagnol s’est traduite par l’émission de multiples monnaies papier par les entités nouvellement indépendantes, dont les circulations dépassaient largement le territoire de l’entité émettrice. (p. 15)

  • 4 Ce choix est discuté dans l’annexe 1 et s’accompagne d’un recensement des expériences de trueque et (...)

5Le trueque a ceci de particulier qu’il regroupe des monnaies de petites dénominations, caractéristiques des situations de grande pauvreté. L’analyse de ce phénomène monétaire éclaire ainsi tout un pan de l’économie populaire, en s’appuyant sur un double terrain au sein de deux localités du cordon industriel de l’agglomération de Rosario, double terrain choisi pour la diversité des configurations en présence4.

6Pour saisir ce phénomène de pluralité monétaire, l’introduction – qui constitue de fait un chapitre – occupe une place importante. Elle formalise les questions théoriques et méthodologiques que pose un travail à forte ambition théorique, fondé sur l’observation ethnographique et soucieux d’éclairer les pratiques monétaires dans leur complexité et leur diversité. Hadrien Saiag retrace son cheminement intellectuel, explicite les obstacles rencontrés, la méthodologie retenue pour collecter et interpréter les matériaux, et les questions épistémologiques révélées par son travail ; il pointe aussi les limites de ses recherches. Le premier chapitre, relativement long, contextualise les phénomènes observés. Il les situe dans une perspective historique et décrit finement des pratiques sociales s’inscrivant dans un environnement où accéder à la monnaie d’État est devenu très difficile pour les classes populaires. Le second chapitre confronte les résultats obtenus aux théories économiques de la monnaie ; les concepts de dette et de confiance y sont largement mobilisés pour expliquer les liens entre phénomènes monétaires et processus de socialisation. S’intègrent également à cette analyse des réflexions sur le fractionnement monétaire. Les troisième et quatrième chapitres mettent en évidence la diversité des pratiques « financières » au sein des réseaux de trueque.

  • 5 Saiag Hadrien (2011), Le trueque argentin au prisme de la dette : une socioéconomie des pratiques m (...)
  • 6 Ces cycles de séminaires se mettent en place en 1993. Chaque cycle a donné naissance à un ouvrage c (...)

7L’ouvrage d’Hadrien Saiag est issu d’une thèse5 réduite – seuls trois des cinq chapitres de la thèse sont repris – et remaniée pour être accessible à un public plus large. L’originalité de la démarche est le fruit d’un parcours disciplinaire et intellectuel singulier. Économiste de formation, ayant suivi un premier cycle dominé par les approches mainstream, Hadrien Saiag a pris progressivement connaissance des approches hétérodoxes, tout particulièrement institutionnalistes, tout en s’imprégnant d’autres disciplines, notamment au travers de la formation « Études comparatives du développement » à l’EHESS. Et c’est en tant qu’anthropologue qu’il est recruté comme chargé de recherche en section « Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines » du CNRS, section autrement plus ouverte à un économiste mobilisant l’ethnographie que celle d’économie et de gestion. Cette interdisciplinarité réussie doit également beaucoup à ses deux directeurs de thèse en économie, figures éminentes de l’approche interdisciplinaire de la monnaie développée en France, Bruno Théret et Jean-Michel Servet. Elle témoigne de la richesse des échanges au sein d’une série de séminaires interdisciplinaires sur la monnaie6.

8Notre lecture de l’ouvrage se concentre sur cette alliance fructueuse de la méthodologie ethnographique avec les théories économiques institutionnalistes. Elle pointe l’intérêt d’une ethnographie économique à la dimension théorique affirmée (1), en phase avec le pluralisme monétaire, l’économie populaire et une monnaie genrée (2). Une telle approche fournit un puissant antidote aux fables et affabulations de l’économie dominante (3). Elle fait de l’ethnographe un détective déployant un raisonnement indiciaire et abductif (4). Finalement, en examinant l’expérience argentine au regard du miroir russe, nous pointons quelques questions ouvertes quant à la catégorie de troc (5).

1. Une ethnographie théorique : des « théories ancrées »

9Il est fort rare qu’une thèse d’économie, même hétérodoxe, s’appuie sur une méthode ethnographique. Hadrien Saiag a réalisé cinq mois d’observation participante, préparés par un précédent séjour de recherche à Buenos Aires, et complétés par de la recherche documentaire et des entretiens semi-directifs. Si, pour des puristes de l’ethnographie, il s’agit d’un terrain court, on ne peut qu’être frappé par la grande richesse et la précision des matériaux recueillis. La méthodologie originale mise en œuvre par Hadrien Saiag a le grand mérite d’éviter un double écueil : une ethnographie sans véritable débouché théorique que l’on retrouve chez certains anthropologues ou une théorie hors-sol, défaut que l’on rencontre très fréquemment chez les économistes.

1.1 Ni ethnographie a-théorique, ni théorie économique hors-sol

10Associées à des courants perçus comme datés, tels que le structuralisme et le marxisme, les approches systémiques n’ont quasiment plus cours en anthropologie. Or elles avaient été un véhicule majeur de théorisation. Une partie de l’anthropologie contemporaine, si elle a le mérite – important – de livrer des descriptions denses, au plus près des acteurs humains et non humains, perd de vue l’aspiration à la conceptualisation. La théorisation peut en effet apparaître comme une trahison à l’égard de l’infinie richesse du terrain, si bien que certaines pratiques ethnographiques en viennent à se confondre avec le récit documentaire voire littéraire, loin des fortes théorisations des pères fondateurs de l’anthropologie.

11Symétriquement, ce solide ancrage dans le terrain évite les théories hors-sol qui peuplent l’économie mainstream, mais aussi les approches hétérodoxes qui font du terrain un simple support illustratif de la théorie. Hadrien Saiag a ainsi évolué d’une posture initiale de validation/invalidation d’aprioris théoriques hétérodoxes vers la génération abductive de nouvelles hypothèses et concepts par le terrain :

[…] l’enquête menée en 2009 s’en distingue par un retournement du rapport du terrain à la production théorique. Avant celle-ci, le trueque me paraissait pouvoir illustrer les impasses de certaines approches de la monnaie et plaider en faveur d’approches alternatives. Le terrain mené en 2007 [pour le mémoire de master] avait donc pour objet de fonder empiriquement le rejet des approches instrumentales de la monnaie, au profit de l’approche institutionnaliste. Cependant, cette démarche n’est que faiblement productive d’un point de vue théorique, car l’observation détaillée des pratiques monétaires à l’œuvre dans le cadre du trueque incite à reformuler les concepts mobilisés pour en rendre compte, plutôt qu’à valider ou réfuter des hypothèses formulées préalablement au terrain. (p. 29).

[Ainsi] en interrogeant le concept de monnaie à partir d’un ensemble de pratiques qui ne sont généralement pas considérées comme monétaires, nous avons été amenés à le reformuler de manière à rendre compte d’un ensemble de pratiques hétérogènes, qui pourtant partagent une même logique (celle de l’évaluation et du règlement des dettes) : dès lors, la monnaie, n’étant pas appréhendée comme une entité marchande par essence, est susceptible de participer à la reproduction de rapports sociaux extrêmement contrastés. » (p. 206).

12Ce rôle séminal de l’enquête dans la théorisation réactive une tradition d’investigation ancienne de l’institutionnalisme historique – de l’école historique allemande aux institutionnalistes américains originaires –, et rejoint en de multiples points des approches apparentées en sociologie, comme la grounded theory de l’école de Chicago (Labrousse, 2014). Une telle approche est porteuse de théorisations solidement ancrées dans le terrain, loin du biais confirmationniste et du « cherry picking » pratiqués par nombre d’économistes.

1.2 Fertilisations croisées et nouvelles alliances

  • 7 Ce lien avec des dimensions plus systémiques est probablement lié au « marxisme hétérodoxe » de Bur (...)

13Se dessinent ainsi des fertilisations croisées entre ethnographie et institutionnalisme historique. « Pour l’anthropologie contemporaine, renouer avec l’institutionnalisme permettrait de dépasser l’échelle nécessairement micro des observations de terrain en interrogeant leur contribution à la logique d’ensemble des systèmes économiques étudiés » (p. 206) ou, pour employer un vocabulaire régulationniste, avec l’évolution des formes institutionnelles, des modes de régulation et des régimes d’accumulation. Ainsi, dans le chapitre 3, les pratiques microéconomiques observées dans l’agglomération de Rosario sont pensées en lien avec des transformations structurelles du rapport salarial (les catégories populaires jadis intégrées au système national de protection sociale instauré par Perón en ont été de plus en plus exclues) et du régime monétaire (mise en place du régime dit de « convertibilité », en 1991, qui se traduit par la surévaluation progressive du taux de change, condamnant la plupart des industries situées à la périphérie de Rosario et rejetant ainsi hors du salariat protégé les catégories populaires), accroissant les besoins en épargne de précaution. Cette volonté de penser le micro en lien avec des questions plus systémiques entre en résonance avec la démarche d’« ethnographie globale » ou d’« ethnographie comparative » de Michael Burawoy et de son réseau de recherche développé au département de sociologie de Berkeley (Burawoy et al., 2000)7, même si la contextualisation macroéconomique est peu poussée dans ces travaux.

  • 8 La distinction entre émique et étique a été à l’origine élaborée par le linguiste Kenneth Pike (195 (...)

14Ce rapport constitutif de l’ethnographe à la théorie conduit également Hadrien Saiag à ne pas s’en tenir à la restitution des concepts indigènes. Car les significations indigènes s’avèrent quelquefois éloignées des pratiques et imprégnées de théories économiques erronées, notamment celle de la fable du troc (cf. infra), brouillant ainsi la distinction classique en anthropologie entre l’émique et l’étique8. Il convient donc de se distancier des catégories utilisées par les acteurs comme des préconstructions incorporées par le chercheur. En outre, travailler les théories institutionnalistes permettrait aux ethnographes d’aborder de front non pas simplement les marges mais le cœur même de l’économie : monnaie, dette, formation des prix, consommation, épargne, etc. Car, comme le note Hadrien Saiag :

[…] lorsqu’ils se sont intéressés au trueque, les sociologues ont cependant peu mis l’accent sur les pratiques monétaires de ses participants. Ils ont privilégié des questions plus classiques pour cette discipline, telles que l’analyse des formes de socialisation propres au trueque, des dimensions militantes des engagements en son sein, ou encore des trajectoires sociales de ses participants. (p. 23)

  • 9 « Mettre à jour » s’applique aux mises à jour d’un logiciel. En l’occurrence, dans le sens de mise (...)

15Symétriquement, l’ethnographie permet de mettre à l’épreuve et renouveler les cadres conceptuels des économistes institutionnalistes et « de mettre à jour [sic]9 des phénomènes invisibles à l’échelle méso [ou macro] : le rapport des pratiques monétaires à la dette, d’une part, et le caractère central de la question des conditions d’accès aux moyens de paiement, d’autre part. » (p. 207). Elle conduit à prendre ses distances à l’égard « de la théorie étatique de la monnaie (Knapp, Ingham et Wray notamment), car toutes les monnaies ne peuvent pas être saisies sur le modèle de l’État-nation centralisé ». Du fait de ces fortes limites à l’assimilation de la monnaie à une création de l’État, le domaine de validité de cette vision institutionnaliste stato-centrée et unitaire doit donc être reconsidéré : cette théorie n’est pertinente que dans certaines configurations socio-politiques.

16La critique de ce prisme monocentrique dans le domaine monétaire n’est pas sans évoquer celle des époux Ostrom dans d’autres domaines (Chanteau et Labrousse, 2013) : ces derniers plaidaient en faveur d’approches polycentriques, une notion empruntée à Michael Polanyi, et accordaient également une place de choix à l’ethnographie dans l’éventail des méthodes disponibles. Il pourrait être intéressant de relier ces deux littératures qui ne se sont guère croisées à notre connaissance : elles portent sur des objets différents (monnaie vs communs) mais comprennent des terrains de rencontre potentiels – le fédéralisme monétaire et des systèmes de protection sociale chez Bruno Théret, le fédéralisme états-unien dans la fourniture de services publics chez Lin et Vince Ostrom.

17Le « plaidoyer pour de nouvelles alliances, entre économistes institutionnalistes et anthropologues » d’Hadrien Saiag est aussi l’occasion d’écarter des alliances bancales, asymétriques, entre économie et ethnographie :

[…] intégrer des éléments d’ethnographie dans la modélisation microéconométrique ne pourra se faire qu’au prix de son instrumentalisation par cette dernière, qui y verra un moyen de complexifier ses hypothèses, sans remettre en cause le cœur de son raisonnement. La deuxième raison invoquée est que […] l’ethnographie est prisonnière de l’individualisme méthodologique porté par la microéconomie [standard].

18Simplement mobilisée pour « adapter les modèles microéconomiques de référence », cette coopération empirique « permet difficilement un retour critique sur les concepts qui fondent l’analyse des systèmes économiques ». Cette alliance avec la microéconomie standard étendue souffre de fait d’une incompatibilité théorique et épistémologique entre programmes de recherche, là où existe une profonde affinité entre institutionnalisme historique et ethnographie (Labrousse, 2008, 2014). Et Hadrien Saiag de conclure :

[que] l’institutionnalisme est mieux à même d’y répondre, car il s’empare de ces questions tout en insistant sur la diversité historique et spatiale des institutions qui étayent les processus économiques. Une collaboration avec l’anthropologie économique permettrait d’approfondir cette réflexion et de mieux penser les formes économiques alternatives, par le décentrement et la démarche comparative qui l’anime. (p. 211).

19Notons qu’il s’agit d’une opposition aux hypothèses théoriques standard embarquées dans cette microéconométrie et non d’une opposition de principe : Saiag note avec Solène Morvant-Roux (2009) qu’ethnographie et économétrie peuvent se combiner avec profit. Par ailleurs, la méthode ethnographique est aussi l’occasion de produire des quantifications de première main (relevés de prix etc.).

2. Une ethnographie en phase avec le pluralisme monétaire, l’économie populaire et une monnaie genrée

20Un autre trait fondamental de l’enquête ethnographique est qu’elle permet d’observer le réel dans sa diversité. La méthodologie adoptée est donc en adéquation avec un projet de connaissance sur la pluralité monétaire.

Cette démarche permet de souligner la singularité de chacune des expériences de trueque analysée à travers un jeu de contraste avec les formes prises par la monnaie dans d’autres expériences de trueque (chapitres 2 et 3) ou avec le peso (chapitres 3 et 4). Deux apports en découlent. En insistant sur les spécificités de chacune des situations étudiées, il s’agit d’abord de mettre à jour la diversité des formes prises par la monnaie, que ne permettent pas d’attester les approches qui appréhendent le trueque comme un tout homogène. (p. 17).

2.1 Diversité des expériences monétaires et des temporalités

21En effet, « si le terme trueque est employé pour désigner une multitude d’expériences monétaires possédant quelques caractéristiques communes, ces expériences sont très diversifiées, tant par leur histoire que par leur configuration actuelle (type de participants, modalités d’évaluation des dettes et d’accès aux moyens de paiement notamment) ».

22Cette diversité est celle d’un double terrain examinant deux localités et deux « micro-communautés » dont les trajectoires s’avèrent divergentes :

[…] à Rosario, sans projet politique sous-jacent, le trueque reproduit des rapports de domination parmi les plus pauvres, à travers l’inégal accès à la monnaie engendré par les capacités différentes à articuler les sphères monétaires. […] à l’inverse, l’expérience de Poriajhú aboutit à une transformation de l’accès aux moyens de paiement, car l’émission d’une monnaie locale est articulée à un projet politique de libération et de reconnaissance de ses utilisateurs. Il s’agit donc de traduire monétairement une transformation plus vaste des rapports sociaux. (p. 218).

23Cette comparaison permet de mettre en évidence que le trueque n’est pas un phénomène homogène et que les monnaies dites sociales ne sont pas par essence libératrices : ce qui importe ce sont les régulations locales en usage autour de ces monnaies et leur adéquation aux besoins locaux. La comparaison permet ainsi de progresser dans l’analyse causale : les systèmes de règles à Poriajhú, liés à ce projet politique, permettent de réduire les comportements opportunistes et de développer la confiance éthique.

24Diversité aussi des rapports au temps et aux temporalités et donc au crédit et à l’épargne : Hadrien Saiag met en lumière « trois rapports au temps et autant de rapports sociaux : un rapport linéaire au temps long, lié à l’incertitude radicale relative au futur ; un rapport cyclique au temps long, lié aux changements de statut des individus et des groupes (mariage, mort, etc.) ; enfin, des temps circulaires courts, qui dévoilent la nature cyclique des activités productives de l’économie située en marge du salariat et des dépenses des ménages. » (p. 171). Il en découle une « grande diversité de supports de paiement et d’épargne ».

2.2 La monnaie par le bas : pratiques d’épargne populaires, genre et dominations

25À la différence d’analyses réductrices, volontiers psychologisantes en termes de comportements de procrastination des plus pauvres (Banerjee et Duflo, 2011), l’ethnographie économique permet de montrer que « les pratiques d’épargne et d’endettement révèlent que les plus pauvres, même surendettés, entretiennent des relations sociales complexes qui impliquent une projection dans le long terme. » (p. 178). Il convient de « se défaire de l’image du “pauvre” exclusivement préoccupé par la satisfaction de ses besoins présents, incapable d’épargner car incapable de se projeter dans le futur » (p. 105). La « récurrence de l’épargne sous forme réifiée (à travers des stocks ou des produits issus de la récupération de déchets urbains) » n’a rien d’une « régression monétaire » vers un hypothétique stade « ante monétaire » : elle correspond à une adaptation à des contraintes nouvelles, nées du recul du salariat fordiste (p. 149). Ces économies populaires ne doivent donc pas être lues comme des survivances archaïques :

Les rapports sociaux complexes dans lesquels s’insèrent les pratiques financières qui viennent d’être décrites ne constituent pas des archaïsmes que la modernité serait amenée à dépasser. Au contraire, ils sont immergés dans la financiarisation contemporaine des rapports sociaux. (p. 181)

[Ces pratiques] permettent aux catégories populaires de faire face à une situation inédite, marquée par de nouveaux besoins de gestion intertemporelle des ressources et des dépenses et par un besoin accru d’épargne de précaution. Malgré la matérialité de leurs supports, ces pratiques sont parties prenantes à la financiarisation des rapports sociaux, car elles relèvent du rapport à la dette. (p. 201)

26L’ethnographie rend ainsi possible une approche de la « monnaie par le bas », centrée sur l’observation des pratiques monétaires en milieu populaire. Cette approche fait écho à la « macroéconomie par le bas » de Boris Samuel et Béatrice Hibou (2011). Au demeurant, l’ouvrage est publié aux éditions Karthala dans la collection « Recherches internationales » du CERI, dirigée par Jean-François Bayart qui a déployé l’idée d’une « comparaison par le bas » (Bayart, 2008).

27L’ethnographie permet d’analyser sans aprioris rigides les pratiques économiques de populations dominées, mais aussi les rapports de pouvoir internes à ces dominés. Le trueque ne gomme pas nécessairement les hiérarchies sociales ; dans certaines configurations, il va même les accentuer :

Les pratiques monétaires à l’œuvre à Rosario tendent à renforcer les stratifications sociales existantes parmi les milieux populaires car les participants les plus mobiles sont à même de jouer sur les différences entre les structures de prix libellés en créditos et en pesos alors que les pratiques monétaires à l’œuvre à Poriajhú médiatisent des rapports sociaux plus égalitaires. (p. 42)

Au sein de ces rapports de domination, on notera les rapports sociaux de genre. La dimension genrée du trueque est développée dans l’annexe 3. Car le trueque est majoritairement une monnaie de femmes.

En effet, celles-ci sont largement surreprésentées au sein du trueque, depuis sa création. Cette tendance semble d’ailleurs s’être accentuée avec le temps : on estime qu’elles représentaient au moins deux tiers des participants entre 2000 et 2002, puis que cette proportion s’est accrue durant la crise de 2002 pour atteindre 85 % en 2004. Ainsi à Poriajhú seules des femmes participent au trueque. (p. 259)

Il s’inscrit dans le modèle familial des mineurs de Potosi (Absi, 2008) ou le « matriarcat budgétaire » des milieux ouvriers (Michelle Perrot, 1991, citée in Absi, 2008) :

[…] l’homme est considéré comme le principal voire l’unique pourvoyeur de ressources monétaires du ménage. La femme, quant à elle, est chargée d’administrer au nom du foyer l’argent que lui remet son mari lorsqu’il touche sa paie (les enfants, lorsqu’ils travaillent, sont censés faire de même). (id.)

Pour Hadrien Saiag :

La participation des femmes au trueque renforce cette tendance : ce faisant, elles contrôlent une partie des revenus du foyer qu’elles ne sont pas supposées contrôler. Cependant, ces pratiques ne constituent qu’une remise en cause partielle du modèle de gestion budgétaire, car elles s’accompagnent d’un renforcement des distinctions entre pratiques monétaires masculines et féminines, à deux égards : d’une part, les revenus des épouses ne remettent pas en cause la division sexuée des tâches et des espaces car ils s’inscrivent généralement dans la continuité des activités reproductives ; d’autre part, les revenus contrôlés par les femmes sont caractérisés par leur faible montant unitaire et leur cycle court (hebdomadaire), laissant aux hommes le monopole du travail salarié formalisé. Cette distinction est encore plus claire concernant le trueque : le fait que les revenus masculins et féminins soient libellés dans des unités de compte distinctes fait du crédito une monnaie féminine à part entière. (p. 261)

28Ambivalent, le trueque donne lieu à des pratiques de contournements du modèle genré de gestion budgétaire, voire des conflits avec les hommes, en même temps qu’il renforce à certains égards le modèle familial dominant.

29On notera que la gestion budgétaire passe par la compartimentation des revenus dans des enveloppes ou boîtes dédiées (p. 157, 159, 262). Ce système rappelle celui des enveloppes décrit par Florence Weber (2009) dans le contexte des ménages français modestes de l’après-guerre : la paie mensuelle du mari, seule source de revenus, était distribuée dans plusieurs enveloppes. Une enveloppe était destinée au lait pour les enfants, l’autre au boulanger, la troisième à payer l’électricité, etc. – à savoir des consommations pré-engagées et prioritaires –, avec une règle : ne jamais prendre dans une enveloppe pour couvrir une dépense à laquelle l’enveloppe n’était pas destinée. Cette technique de rangement enseignée dans les écoles ménagères et à l’école primaire permettait à ces ménages populaires d’affecter d’autres revenus à des « coups de folie ». Folies dont le pendant dans le cas argentin pourrait être l’achat de chaussures onéreuses offertes par le mari à sa femme ou des vêtements de marque pour les enfants rapportés par Hadrien Saiag (p. 174). Ce système renvoie également aux travaux de Viviana Zelizer (1994) sur le marquage social de l’argent, mobilisés par Saiag. Ce dernier situe aussi sa réflexion dans le prolongement des conclusions d’Alexandre Roig (2010) pour qui « épargner, c’est séparer ce qui ne sera pas dépensé de ce qui est amené à l’être ».

30Plus généralement, Saiag poursuit le cheminement polanyien critiquant la dichotomie entre les sphères dites « réelle » et « monétaire » supposées autonomes et soulignant « l’importance du caractère fragmenté des instruments et des pratiques monétaires dans l’organisation d’ensemble des activités économiques et les stratifications sociales qui les traversent » (p. 25). La théorie dichotomique de la monnaie repose sur l’idée que, derrière le voile monétaire, les produits s’échangent contre les produits ; elle trouve une puissante mais fallacieuse illustration dans la fable du troc.

3. L’ethnographie, antidote aux affabulations de l’économie dominante

31L’ethnographie a la vertu éminente de déconstruire par l’observation fine une fable particulièrement influente : celle du troc. Construite au xviiie siècle, elle met en scène deux sauvages troquant deux biens dont ils ont réciproquement besoin. Elle présuppose ainsi de façon parfaitement imaginaire que la monnaie naît des seuls inconvénients de ce face-à-face inter-individuel, nécessitant la double coïncidence des besoins. Invention pratique, simple intermédiaire des échanges, la monnaie ne serait finalement qu’une commodité pour échanger des commodities. Conférant une origine individualiste et commerciale à la monnaie, réduisant l’économie à des échanges égalitaires et bilatéraux, ce mythe rend aveugle aux dimensions sociales et politiques de la monnaie (Servet, 2001). Hadrien Saiag montre combien cette notion de troc – dans son acception classique et néoclassique – n’est pas pertinente pour comprendre les réseaux du « trueque ». Trueque dont la traduction littérale est pourtant le troc.

3.1 Déconstruire la fable du troc et du trueque

Une telle association du trueque au « troc » supposé primitif s’explique en partie par une analyse superficielle de la signification du terme trueque et de certaines transactions réglées « en nature » qu’il donne à voir, ou encore par le fait que l’on ignore souvent le détail des circulations monétaires de petite dénomination. […] Certains auteurs sont même allés jusqu’à présenter l’histoire du trueque à partir du troc, dont les inconvénients auraient été dépassés grâce à l’émission d’une monnaie. (p. 211)

  • 10 Nous reviendrons dans la partie 5 sur le caractère critiquable de cette vision du troc.

32Or le trueque n’est pas ce troc-là, et l’enquête ethnographique « met à mal l’idée reçue selon laquelle le troc constitue une alternative à laquelle il est fréquemment fait appel dans des situations de pénurie monétaire. En l’absence de monnaie papier libellée en peso, les populations étudiées font appel à d’autres monnaies. Lorsque, dans le cadre du trueque, les règlements ont lieu en nature, ils s’inscrivent néanmoins dans la logique (monétaire) de l’évaluation et du règlement des dettes, et non de l’échange bilatéral de marchandises que suppose le troc10 ». À l’encontre des approches instrumentales de la monnaie de la théorie standard, « le trueque directo ne peut être pas considéré comme un “troc”, car les biens transférés sont évalués à partir d’une unité de compte, et non d’une fraction d’un bien considéré comme “numéraire”. » 

  • 11 On notera que la diffusion de la fable est d’autant plus efficace qu’elle trouve des alliés puissan (...)

33Si le terme de troc est mis en avant, c’est que la fable du troc s’est répandue bien au-delà de l’économie dominante11 : Saiag la retrouve parmi les enquêtés et anciens responsables du trueque aussi bien qu’au sein de divers courants de pensée en sciences sociales. La notion de trueque n’est pas « performative » au sens de Callon mais fonctionne comme un voile qui ne permet pas de penser la nature monétaire du trueque.

3.2 Contre les affabulations économiques, le récit ethnographique

34Le récit ethnographique gagnerait à être bien davantage mobilisé en économie pour déconstruire les fables qui illustrent et animent les manuels d’économie standard dans des domaines autres que monétaires. Pensons aux robinsonnades12 et aux fables animalières mettant en scène bananes et singes maximisateurs13 compilées sur le site d’autisme-économie. Pensons également à ces fables qui se font passer pour des exempla, c’est-à-dire qu’elles se présentent comme des récits véridiques : fable de l’apiculteur et de l’arboriculteur déployée par James Meade pour conter les externalités croisées, externalités croisées dont la réalité empirique est pourtant plus que discutable (Bertrand, 2011), fable de la tragédie des communs de Hardin dont les enquêtes de terrain d’Ostrom (entre autres) ont montré la faible pertinence.

35Néanmoins, du fait de sa complexité et de son ancrage dans des terrains particuliers, le récit ethnographique n’a pas la simplicité pédagogique et la fallacieuse universalité des fables contées par les économistes standards. Du fait de ce désavantage comparatif en matière d’efficacité rhétorique, il n’a malheureusement pas la même capacité à structurer les imaginaires.

4. L’ethnographe en détective

36Les matériaux ethnographiques peuvent néanmoins contribuer à affiner certains récits académiques. Ainsi, ils permettent de dessiner une autre histoire que l’histoire officielle du trueque, celle de ses promoteurs, reprise par l’essentiel de la littérature universitaire sur le sujet. Car la démarche ethnographique ne se limite pas à l’observation (Arborio et al., 2008). Quand il examine l’histoire du trueque, Hadrien Saiag croise les témoignages des fondateurs du trueque avec des sources d’origines multiples.

4.1 Sources fragmentaires et arts de la conjecture

37Mais les sources écrites sont lacunaires (pas de fonds d’archive dédié). L’ethnographe doit donc faire avec les blancs des sources et les contingences les plus prosaïques du terrain (des documents ont été perdus lors de leur transfert postal vers la France, p. 40). Aussi Hadrien Saiag procède-t-il à un « raisonnement par hypothèses » :

Puisqu’il n’est possible d’observer que des fragments de l’histoire du trueque, il convient de proposer un nombre réduit d’hypothèses […] Les éléments vers lesquels l’ensemble des sources convergent ainsi que ceux qui ne peuvent être réfutés à partir d’éléments probants seront acceptés comme des approximations [hypothétiques] de la « réalité ». En revanche, lorsque les récits des fondateurs divergent les uns avec les autres ou qu’ils entrent en contradiction avec d’autres sources, il convient de ne statuer sur la crédibilité des sources qu’à partir d’une étude minutieuse du contexte dans lequel elles ont été rédigées ou énoncées, de leurs auteurs, de leur authenticité et de la cohérence des arguments développés. (p. 47)

C’est bien à un travail de détective que se livre Saiag quand il s’agit de dater la crise du trueque et d’identifier les motifs de l’inflation de créditos. Il réunit un faisceau d’indices qualitatifs et quantitatifs concordants bien que fragmentaires pour écarter des interprétations peu consistantes et cerner les hypothèses les plausibles (p. 70 et suiv.).

La soudaineté de la crise conduit donc à voir dans l’inflation de juillet-août 2002 la conjonction d’un probable accroissement de la masse monétaire en circulation et de l’accélération de la vitesse de circulation de la monnaie, qui pose, in fine, la question de la confiance. (p. 81)

Une crise de confiance éthique est venue parachever un défaut de confiance hiérarchique (surémission monétaire et falsifications de créditos) et méthodique (pénurie de certains biens). (p. 85).

4.2 Raisonnement indiciaire et démarche abductive

38Ce mode de raisonnement s’apparente à celui de l’historien, habitué à la critique des sources comme à travailler des traces, à interpréter des indices. Il s’inscrit ainsi, nous semble-t-il, dans le modèle épistémologique indiciaire mis au jour par Carlo Ginzburg (1980), modèle qui est celui de la sémiotique médicale, de l’art du détective, de l’archéologue ou du chasseur. Ces arts de la conjecture permettent de remonter des effets (et de faits souvent négligeables à première vue) aux causes plausibles. Ils mettent en jeu le raisonnement abductif cher aux institutionnalistes américains (Labrousse, 2006) ou à Herbert Simon (1999). Ce paradigme indiciaire fut largement évincé par la montée du paradigme galiléen et de la quête de connaissances apodictiques (présentant un caractère d’universalité et de nécessité absolue) qui dominent de manière écrasante la discipline économique. Ce modèle épistémologique comporte une dimension éminemment qualitative, il porte sur des cas et des situations individuels et, de ce fait, conserve une marge aléatoire irréductible selon Ginzburg. Il serait sans doute temps de le réhabiliter en économie, tant il produit des connaissances pertinentes.

5. L’expérience argentine au prisme russe

39Nous l’avons souligné, l’approche ethnographique comme l’institutionnalisme historique place la diversité, et partant la démarche comparative, au cœur de leur programme de recherche. Si la bibliographie de l’ouvrage est très riche, elle est très concentrée sur l’Amérique latine et, à un moindre degré, l’Afrique. Une comparaison avec d’autres configurations serait sans doute fructueuse, tout particulièrement avec la Russie des années 1990 qui présente certains parallèles avec l’Argentine.

5.1 Le miroir russe : effondrement socio-économique et pénurie de liquidités

40On a en effet assisté à un effondrement massif de la production en Russie (30 % du PIB entre 1991 et 1994) entraînant une paupérisation massive, effondrement plus important encore que celui de l’Argentine (20 % entre 1998 et 2002). Des pénuries de liquidité et des chaînes d’impayés se développent, l’Etat ayant rompu la discipline de paiement en ne respectant pas ses engagements. Des monnaies parallèles et des échanges en nature prennent alors place, comme ce sera le cas peu après en Argentine. Hadrien Saiag expose par exemple comment « durant l’hiver 2000 (juillet-août), une grave crise économique toucha la localité de Capitán Bermúdez : un conflit interne à la municipalité poussa le maire de l’époque à suspendre le règlement des salaires des employés municipaux. S’ensuivirent une pénurie de moyens de paiement dans la ville et une réaction en chaîne : les salaires impayés des employés municipaux se traduisirent par la chute brutale des ventes des petits commerces. Marita, maîtresse d’école à Capitán Bermúdez et pivot de Poriajhú, prit alors contact avec Gladys en vue d’organiser le trueque dans cette localité. »

  • 14 « Pour faire face à cette disette extrême de moyens de paiement, le corps social eut essentiellemen (...)

41Quand Hadrien Saiag explique que les pratiques de l’économie populaire ne renvoient pas à une « régression monétaire » vers un hypothétique stade « ante-monétaire » mais correspondent à une adaptation à des contraintes nouvelles, ses conclusions entrent en résonnance avec des travaux sur la Russie des années 1990 (Dufy, 2003 & 2008 ; Ould-Ahmed, 2008). Ces travaux montrent que la résurgence du « troc » peut résulter de comportements d’adaptation micro-économiquement rationnels (au sens de la rationalité située de Simon) à des contraintes nouvelles imposées par une politique monétaire macroéconomique en phase avec les canons de la modernité néolibérale. De telles conclusions semblent en outre en syntonie avec l’analyse d’André Orléan (2005) de l’hyperinflation allemande des années 1918-1923. Ce dernier met en avant les innovations monétaires mises en œuvre par les acteurs sociaux pour faire face à la pénurie de moyens de paiement officiels et non la régression vers un état ante-monétaire14. De telles comparaisons permettraient de monter en généralité sur les relations macro-micro.

5.2 Réinterroger le troc

42De plus, l’enquête d’ethnographie économique de Caroline Dufy (2008) sur la Russie permet de revisiter à nouveaux frais la catégorie de troc. Elle met en évidence – 1) la construction statistique de la catégorie de « troc » (barter, néologisme alors introduit dans le vocabulaire russe) dans la Fédération de Russie des années 1990 pour qualifier et quantifier une variété de modalités d’échanges (culminant à 51 % du PIB selon ces statistiques à la veille de la crise de 1998) ; 2) les pratiques des administrations russes face à ces développements et 3) les pratiques de « troc » dans les relations interentreprises dans l’Oural. Il serait intéressant de confronter ces deux situations (en complétant l’ethnographie des entreprises par l’ethnographie des économies populaires en Russie) et ces deux points de vue différents sur des échanges ne faisant pas appel à la monnaie nationale.

43Faut-il définitivement prendre ses distances à l’égard de la notion même de troc en montrant à l’instar d’Hadrien Saiag que ce qui est ici qualifié de troc fait nécessairement appel à la logique monétaire de l’évaluation et du règlement des dettes ? Les cartels russes n’ont-ils pas fait appel à des accords de compensation entre organisations membres du cartel, accords consistant à livrer des biens en règlement de dettes ? Ou la définition du troc comme échange bilatéral qu’adopte de fait Hadrien Saiag n’est-elle pas elle-même discutable ? N’est-il pas problématique de comparer la réalité des échanges en Argentine à un modèle théorique particulier et fictif du troc « primitif », plutôt qu’aux pratiques de troc qui renvoient à des transactions dans lesquelles un bien est accepté comme moyen de paiement ?

44Ce que montre la remarquable enquête de Caroline Dufy, c’est que les schémas de troc « réellement existants » sont souvent beaucoup plus complexes que l’échange bilatéral et simultané de la théorie économique classique et néoclassique. Des chaînes d’échangeurs plus ou moins longues peuvent ainsi se constituer dans ces pratiques de « troc », chaînes qui prennent plusieurs formes, étoile, ligne ou cercle, selon Dufy (2003, p. 9). Elle donne l’exemple d’une « entreprise qui produit des pièces détachées pour machines-outils et fournit une mine de sel dans la région de l’Oural, dont le directeur procède selon un schéma d’échange répété : il reçoit, en paiement de sa production [de pièces détachées], du sel qu’il confie à une organisation commerciale. Cette dernière, en échange d’une commission, l’utilise pour régler l’impôt sur les routes dont l’entreprise est redevable auprès de l’Office central d’entretien de la voirie. Cette catégorie d’échange est intrinsèquement caractérisée par sa dimension multilatérale : les producteurs se trouvant dans l’incapacité économique ou financière de procéder directement à la vente de leurs biens, soit parce que les marchandises produites font face à une demande trop faible sur le marché, soit parce que l’acheteur ne dispose pas de liquidités suffisantes pour effectuer le paiement. » La typologie des formes de troc développée par Dufy (2003, p. 12) « met en évidence un décalage important entre les comportements d’échange et la définition du troc proposée par l’économie politique classique. Les transactions recouvrent des formes parfois complexes. Elle montre que le troc peut être profitable, et qu’il fait l’objet d’un jugement moral différencié des échangeurs. »

45Hadrien Saiag n’accorde-t-il pas à son insu trop de crédit à la fable du troc, en réduisant comme elle conceptuellement le troc à l’échange bilatéral ? Faut-il jeter aux poubelles conceptuelles la notion potentiellement heuristique de troc pour éclairer des catégories d’échanges spécifiques avec son mésusage classique et néoclassique ? Ne convient-il pas au contraire de sortir de la distinction binaire entre troc et monnaie, voire d’introduire la notion de troc monétaire ? C’est l’une des nombreuses questions ouvertes aux théories de la monnaie que l’on peut poser à la lecture de l’ouvrage.

Conclusion

46La démarche suivie par Hadrien Saiag nourrit la réflexion sur le terrain argentin, sur l’institutionnalisme monétaire comme sur les méthodologies d’enquête. Son ouvrage déploie l’ethnographie d’une société en crise, où se combinent destruction de liens et stratégies de recomposition et d’innovation sociales. Écrit dans un style très clair et fluide, ce travail riche et dense documente avec précision et met en perspective théorique une multitude d’informations pertinentes. Il livre de précieuses connaissances sur la société argentine des années 2000. Il propose « une approche économique située dans le temps et dans l’espace » (p. 206) qui décortique la diversité des configurations locales et l’importance des monnaies alternatives et locales, en dépassant l’échelle micro des analyses de terrain et en interrogeant leurs insertions dans des dynamiques macroéconomiques d’ensemble. L’ouvrage met en lumière des phénomènes économiques importants à la compréhension des sociétés capitalistes contemporaines – des articulations entre les espaces capitalistes et non capitalistes, des innovations institutionnelles dans un contexte de crise, au caractère fondamentalement social et politique de la monnaie. Il donne à voir des pans signifiants des économies populaires, à mille lieues des simplifications outrancières sur le crédit et l’épargne de l’« économie des pauvres » (Poor Economics). Il montre donc de manière très convaincante la fécondité d’une hybridation entre anthropologie économique et institutionnalisme historique en économie.

  • 15 « The extreme clannishness, not to say xenophobia, of the Econ makes life among them difficult and (...)
  • 16 En dehors des anciens Devlops qui font partie selon lui des basses castes car « ils n’ont pas respe (...)

47Néanmoins, une hybridation heureuse repose sur des conditions de félicité institutionnelles qui sont hélas de plus en plus rarement réunies dans la discipline économique. Dans un article sur le potlatch entre économie et science politique, Herbert Simon (1999) indiquait craindre les économistes et leurs offrandes aux autres tribus, tout en notant que ses propres dons à l’économie, notamment la rationalité limitée, avaient été soit considérées comme hors de propos, soit superbement ignorés, soit vidés de leur substance par la tribu des économistes qui « a continué à compter les anges sur les têtes d’épingle néoclassiques » (Simon, 1999, p. 113). Dans son célèbre récit – faussement ethnographique – sur l’étrange tribu des Econ, Axel Leijonhufvud (1973), qui mentionne la Pensée sauvage de Levi-Strauss comme clé de lecture des mœurs insolites des Econ, note leur clanisme extrême confinant à la xénophobie15. S’il décrit fort bien les castes supérieures Micro, Macro, Math et O’Metr parmi les Econ et leurs totems respectifs, il est un territoire peu exploré par le récit de Leijonhufvud16 : aux marches et aux marges des territoires Econ, on peut encore trouver quelques hameaux d’Heterox dont des Institutos Storiae. Les Heterox, autrefois relativement prospères, voient leur population s’effondrer dramatiquement : face à la colonisation de leurs territoires originels par les castes supérieures fédérées dans la confrérie Orthox (notamment les provinces de Developie, Travemploi ou Institutio et même leur capitale, Ecopol) et à l’épidémie d’évaluite biasea nécrosante qui les a décimés ou relégués parmi les intouchables, certains Heterox se sont exilés parmi les Sociogs et Polscis, d’autres se sont convertis aux rites mainstream afin d’accéder à des castes plus élevées, tandis que quelques-uns d’entre eux vivotent en enfreignant les barrières des fermiers généraux et en passant des avoirs sciensocs en contrebande. Dans un tel contexte, il est heureux qu’Hadrien Saiag ait pu trouver asile parmi les Anthropog, même si l’on se prend à rêver que les puissants courants mainstream qui quadrillent le territoire Econ deviennent plus accueillants aux transports ethnographiques, ou encore que les Heterox accèdent à l’indépendance leur permettant de renouer des relations confraternelles avec les tribus Sciensoc.

Haut de page

Bibliographie

Absi P. (2007), « Il ne faut pas mélanger les fortunes : travail, genre et revenus chez les commerçantes de Bolivie », in V. Hernandez, P. Ould Ahmed, J. Papail (dir.), Turbulences monétaires et sociales : l’Amérique latine dans une perspective comparée, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 355-393.

Aglietta M. et Orléan A. (1998), La Monnaie Souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. et Orléan A., dir., (1995), Souveraineté, légitimité de la monnaie, Cahiers Finance, Éthique, Confiance, Paris, Association d’Economie Financière.

Arborio A.-M. et al. (dir.) (2008), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, La Découverte, Paris, coll. « Recherches ».

Banerjee A. & E. Duflo (2011), Poor Economics: A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty, New York: Public Affairs.

Bayart J.-F. (2008), « Comparer par le bas », Sociétés politiques comparées, 1, p. 1-25.

Baumann E., Bazin L., Ould-Ahmed P., Phelinas P., Selim M. et Sobel R. (2008), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Ed. L’Harmattan, 320 p.

Blanc J. (2016), « Les monnaies locales : un bilan d’étape », La Vie des idées, 27 avril 2016, http://www.laviedesidees.fr/Les-monnaies-locales-un-bilan-d-etape.html, consulté le 02.05.2016.

Bertrand, E. (2011), “What do cattle and bees tell us about the Coase theorem?”, European Journal of Law and Economics, Volume 31, Issue 1, p 39-62.

Burawoy, M., Blum, J.A., George S., Gille, Z., Gowan T., Haney L., Klawiter M., Lopez S.H., Riain S.O. and M. Thayer (2000), Global Ethnography: Forces, Connections, and Imaginations in a Postmodern World, University of California Press.

Chanteau J.P. et A. Labrousse, « L’institutionnalisme méthodologique d’Elinor Ostrom : quelques enjeux et controverses », Revue de la régulation, 14 | 2e semestre / Autumn 2013, http://regulation.revues.org/10555

Dufy C. (2003), « Troc et transactions interentreprises en Russie : vers une normalisation des échanges après la crise du rouble de 1998 ? », Les Études du CERI, n° 97, septembre 2003, 37 p.

Dufy C. (2008), Le troc dans le marché. Pour une sociologie des échanges dans la Russie post-soviétique, Paris, L’Harmattan, coll. « Pays de l’Est ».

Ginzburg C. (1980), « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le débat, n° 6, novembre, pp. 3-44.

Gómez G.M., de Wit J. (2015), « Contestations and Contradictions in the Argentine Redes de Trueque », Revue de la régulation, 18, Autumn, http://regulation.revues.org/11565

Labrousse A., (2006), « De l’autonomie à l’institutionnalisme méthodologique – variation d’échelles, réflexivité et abduction », Economie et institutions, n° 8, pp. 5-53. https://ei.revues.org/1107

Labrousse A., (2008), « Caroline Dufy et Florence Weber, L’ethnographie économique, La Découverte, Repères, Paris, 2007, 122 p. », Revue de la régulation, 2 | Janvier / January 2008, http://regulation.revues.org/2192.

Labrousse A., (2014), « Comment l’économie politique peut s’inspirer de la sociologie et renouer ainsi avec des traditions délaissées mais fécondes », Revue Française de Socio-Economie, no 13, p. 225-240.

Leijonhufvud, A., (1973), “Life Among the Econ”, Western Economic Journal, 11:3, p. 327-337.

Morvant-Roux S., (2009) « Accès au microcrédit et continuité des dynamiques d’endettement au Mexique : combiner anthropologie économique et économétrie », Revue Tiers Monde, 196, p. 109-130.

Orléan (2005) : « Crise de la souveraineté et crise de la monnaie : le cas de l’hyperinflation allemande des années 1920 », version longue de la contribution à l’ouvrage collectif La monnaie dévoilée par ses crises (Théret, dir. 2008, vol. 2, chapitre 5),

http://www.parisschoolofeconomics.com/orlean-andre/depot/publi/CHA2005tCRIS.pdf

Ould-Ahmed, P., (2010), « Les « clubs de troc » argentins : un microcosme monétaire Credito dépendant du macrocosme Peso », Revue de la régulation, 7 | 1er semestre, http://regulation.revues.org/7799

Ould-Ahmed, P., (2008). « Le troc, signe d’une crise monétaire d’un certain type. Le cas de la Russie (1991-2002) », in Théret, B.  dir. (2008), vol. 2, Chapitre 4.

Pike, K., (1954), Language in Relation to a Unified Theory of Human Behaviour, The Hague, Mouton.

Roig A., (2010) « L’excédent négligé : pratiques d’épargne et institutions financières dans les secteurs populaires argentins », pp. 271-338, in J. Marquez-Pereira, R. Lo Vuolo (dir.), (2010), Rapport final : les conditions de la stabilité de la croissance, l’épargne et la distribution des revenus en Argentine, Paris, Caisse des dépôts et consignations.

Saiag H. (2011), Le trueque argentin au prisme de la dette : une socioéconomie des pratiques monétaires et financières, Thèse de doctorat en Économie, Paris, Université Paris Dauphine.

Samuel B., Hibou B. (dir.), (2011), dossier « La macroéconomie par le bas », Politique africaine, n° 124, décembre.

Servet J.-M., (2001) « Le troc primitif, un mythe fondateur d’une approche économiste de la monnaie », Revue numismatique, 157 (6), p. 15-32

Simon, H. A. (1999), ‘The Potlatch between Economics and Political Science’, in J. Alt, M., Levi, and E. Ostrom (eds), Competition and Cooperation: Conversations with Nobelists about Economics and Political Science, New York: Russell Sage Foundation, p. 112–119.

Théret, B., dir., (2008), La monnaie dévoilée par ses crises. Vol. 1 : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui – Vol. 2 : Crises monétaires en Russie et en Allemagne au XXsiècle, Paris, Odile Jacob.

Weber F. (2009), « Le calcul économique ordinaire », in Philippe Steiner et François Vatin (dir), Traité de sociologie économique. Paris, Puf (Quadrige), p. 367-407.

Zelizer V. [1994], La signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, trad. fr., 2005.

Haut de page

Notes

1

Jérôme Blanc, « Les monnaies locales : un bilan d’étape », La Vie des idées, 27 avril 2016, http://www.laviedesidees.fr/Les-monnaies-locales-un-bilan-d-etape.html, consulté le 02.05.2016.

2 Cf. à ce sujet, les articles du dossier « contestations monétaires » parus dans la Revue de la régulation, en particulier Gómez et Witt (2015) sur le trueque ; Cf. aussi Ould-Ahmed (2010) sur ce même thème.

3 Portant sur des montants élevés ; les monnaies de petite dénomination renvoient quant à elles à de faibles montants.

4 Ce choix est discuté dans l’annexe 1 et s’accompagne d’un recensement des expériences de trueque et d’une cartographie, pp. 243 à 258.

5 Saiag Hadrien (2011), Le trueque argentin au prisme de la dette : une socioéconomie des pratiques monétaires et financières, Thèse de doctorat en Économie, Paris, Université Paris Dauphine.

6 Ces cycles de séminaires se mettent en place en 1993. Chaque cycle a donné naissance à un ouvrage collectif : Souveraineté, légitimité, confiance (Aglietta et Orléan, dir., 1995), La monnaie souveraine (Aglietta et Orléan, dir., 1998), La monnaie dévoilée par ses crises (Théret, dir., 2008), La monnaie contre l’Etat ? La souveraineté monétaire en question (Théret, dir., à paraître). Le dernier cycle porte sur les tensions entre unicité et la pluralité de la monnaie, il est coordonné par Jérôme Blanc et Bruno Théret (2013-2015).

7 Ce lien avec des dimensions plus systémiques est probablement lié au « marxisme hétérodoxe » de Burawoy. Il vient se combiner avec l’héritage de la grounded theory de Chicago.

8 La distinction entre émique et étique a été à l’origine élaborée par le linguiste Kenneth Pike (1954). L’émique renvoie aux significations internes des acteurs tandis que l’étique relève des observations externes des observateurs.

9 « Mettre à jour » s’applique aux mises à jour d’un logiciel. En l’occurrence, dans le sens de mise en évidence, il doit être remplacé par « mettre au jour ». Il s’agit d’une petite erreur de français récurrente (6 occurrences) dans un ouvrage très bien écrit.

10 Nous reviendrons dans la partie 5 sur le caractère critiquable de cette vision du troc.

11 On notera que la diffusion de la fable est d’autant plus efficace qu’elle trouve des alliés puissants dans la bande dessinée comme l’album de Goscinny et Uderzo « Obelix et compagnie », utilisé en France comme support pédagogique par les enseignants de sciences économiques (et sociales) dans le secondaire et au-delà:

http://www.lyceedadultes.fr/sitepedagogique/documents/eco/eco1ES/e_1ES_00_asterix_obelix.pdf, consulté le 15.05.2016.

12 http://www.autisme-economie.org/article112.html, consulté le 15.05.2016.

13 http://www.autisme-economie.org/article112.html, consulté le 15.05.2016.

14 « Pour faire face à cette disette extrême de moyens de paiement, le corps social eut essentiellement recours à l’innovation monétaire, sous la forme de la création de « monnaies de secours », appelées Notgeld […] Dans ces conditions, ce qui permit une continuation de l’activité marchande, ce fut l’innovation monétaire majeure consistant à émettre des monnaies dites « à valeur constante », c’est-à-dire indexées sur des grandeurs échappant à la dépréciation. Ce phénomène débute en décembre 1922 par l’émission d’emprunts indexés sur le seigle. C’est le cas des États d’Oldenbourg et de Mecklembourg Schwerin. De même, la Roggenrentenbank, créée en 1922, émet en décembre de cette année des titres (Rentenbriefe ou lettres de rente) libellés en livres de seigle. […] Plusieurs entités publiques – villes, États et services publics – ainsi que des grandes entreprises privées proposent à leur tour des emprunts libellés dans les marchandises les plus diverses, telles que le seigle, le charbon, la potasse, la lignite, l’or fin ou même le kilowatt-heure d’électricité. » (Orléan, 2005, p. 18).

15 « The extreme clannishness, not to say xenophobia, of the Econ makes life among them difficult and perhaps even somewhat dangerous for the outsider.” (Leijonhufvud, 1973, p. 327)

16 En dehors des anciens Devlops qui font partie selon lui des basses castes car « ils n’ont pas respecté les tabous prohibant l’association avec les Sociogs, Polscis et autres tribus ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Labrousse, « Les monnaies locales à la croisée de l’ethnographie et de l’institutionnalisme historique », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12289

Haut de page

Auteur

Agnès Labrousse

Maîtresse de conférences en économie, Université de Picardie-Jules Verne, CRIISEA, agnes.labrousse@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page