Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Chassez l’econ par la porte, il revient par la fenêtre !

À propos de l’ouvrage de Richard H. Thaler, Misbehaving. The Making of Behavioural Economics
Jean-Michel Servet
Référence(s) :

Richard H. Thaler, Misbehaving. The Making of Behavioural Economics, New York, W. W. Norton & Company, London, Allen Lane, 2015

Texte intégral

« It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so. »

  • 1 Thaler, 2016, p. 355. Cette phrase est citée comme étant de Mark Twain dans un film d’Adam McKay, T (...)

Citation attribuée à Mark Twain par Richard H. Thaler 1.

  • 2 Cette note de lecture est partie intégrante d’une réflexion critique en cours pour un ouvrage à par (...)
  • 3 Bloem, 2015. Son auteur est assistant chercheur au Minnesota Population Center. La revue est publié (...)

1Misbehaving. The Making of Behavioural Economics est un livre de plus de 400 pages, encensé dans la presse comme porteur d’idées nouvelles et salutaires2. Selon un article de la revue Faith and Economics, sa vision « humaine » de l’individu, comparée à celle de l’homo œconomicus dominant jusque-là la discipline économique, permettrait de réconcilier foi et science économique3. D’abord publié en 2015 par W. W. Norton & Company aux États-Unis et chez Allen Lane au Royaume-Uni, l’ouvrage est paru l’année suivante au format de poche chez Penguin Books ; un indice de succès rapide ou anticipé par l’éditeur. La carrière de son auteur, Richard H. Thaler (né en 1945), a commencé par un doctorat de l’université de Rochester en 1974, avec une thèse intitulée The Value of Saving A Life: A Market Estimate. Il est depuis 1995 professeur à la Booth Business School de l’université de Chicago, après l’avoir été notamment à Cornell University en 1978. Il est considéré comme l’un des pères fondateurs du nouveau comportementalisme en économie et, non sans raison, se présente comme tel dans l’ouvrage.

  • 4 L’argument est développé dans Le néolibéralisme à visage humain.
  • 5 Cette distinction a été établie par Saint-Paul (2011). Voir son compte-rendu par Hedoin (2012) et S (...)

2À la différence des écoles passées ayant représenté les discours successifs prépondérants chez les économistes mettant en avant un argumentaire théorique et un outillage conceptuel, ce mouvement se présente plus que tout comme empiriste. Ainsi que toute supposée nouveauté, il y a bien évidemment critique des générations précédentes d’économistes, en l’occurrence de leur postulat d’une rationalité des agents économiques liant fins et moyens. Mais c’est sur la base d’expériences et d’observations statistiques que ces économistes définissent les comportements humains et montrent en quoi ils s’écartent du paradigme dominant de rationalité. Cet empirisme affiché d’une part rend difficile l’établissement de frontières étanches avec d’autres écoles de pensées contemporaines qui pratiquent des tests ou se réfèrent aux comportements humains ; d’autre part, il oblige à une lecture très attentive de leurs travaux afin de dévoiler l’idéologie qui structure leurs analyses, puisqu’ils ne se réclament d’aucune. Le nouveau comportementalisme en économie apparaît alors comme une variante à visage humain de la pensée néolibérale4. À propos des suggestions ou conséquences politiques du nouveau comportementalisme, on a pu parler d’un paternalisme « faible » : il suggère en effet des incitations pour, en quelque sorte, contourner les biais comportementaux supposés des individus. Le paternalisme « fort » fonctionnant, lui, sur la base d’interdictions et d’obligations5.

3La nouveauté du comportementalisme est exposée à travers la mise en avant de faits considérés comme « polémiques ». L’ancienne façon de penser les actions humaines les aurait négligés et se révélerait incapable de les expliquer. Soit ils doivent être compris comme des faits marginaux ne mettant pas en cause le corps de la doctrine ; et c’est la réponse que, pendant longtemps, Richard Thaler a reçue à ses objections et démonstrations. Soit ces déviances par rapport au modèle, dominant jusque-là en science économique, doivent être comprises comme l’état normal des comportements humains et, dans ce cas, la science économique doit fournir de nouveaux outils et hypothèses pour les expliquer et, en les intégrant, permettre sa reconstruction sur cette base nouvelle.

4Chaque génération interroge plus ou moins fortement le paradigme dominant au temps de sa formation, cela avec l’intention de faire progresser le savoir. L’ouvrage détaille les difficultés rencontrées par l’auteur pour faire accepter ses critiques et propositions. Il multiplie les exemples de comportements attribués dans leurs modèles aux individus par les économistes, et souligne leur irréalisme par rapport à ce qu’on observe parmi les humains. Illustrons sommairement l’argument. Communément, les économistes néoclassiques supposent, par exemple, que lorsqu’un prix s’accroît, la demande du bien ou service diminue (sauf pour les produits à caractéristiques particulières, tels les biens de luxe) ; et inversement la demande augmente en cas de baisse des prix. De même, il est présumé que toute chose égale par ailleurs et notamment sans variation du niveau général des prix, un individu rationnel accordera plus de valeur à une somme reçue immédiatement qu’à la même somme reçue ultérieurement. De la sorte, l’individu optimiserait ses ressources. L’agrégation des décisions individuelles faisant varier la demande et l’offre (et donc la production) permettrait d’affirmer que les marchés sont efficients et de construire des modèles guidant les politiques. Pour les comportementalistes, l’observation des comportements humains doit conduire à rejeter cette représentation dominante de la rationalité de l’agent économique.

  • 6 Sunstein, 2013.

5Selon un rapport de l’Economic and Social Research Council (cité par Thaler, p. 344), on compte 136 pays dans lesquels des interventions publiques ont eu recours à des chercheurs soutenant l’actuel courant comportementalisme auquel se rattache Richard Thaler, et 51 pays ont développé des initiatives de ce type au niveau central en 2014. Lui-même a été directement lié à la création, au Royaume-Uni, de la Behavioural Insights Team en 2010 par le gouvernement conservateur de David Cameron. Celle-ci constitue l’une des principales interventions des nouveaux économistes comportementalistes dans le conseil aux politiques publiques, avec celle menée depuis la Maison Blanche à l’invitation du président Obama par Cass R. Sunstein. Ce dernier (professeur de droit à Harvard University et cadet de Richard Thaler de neuf années) a ainsi officié comme administrateur, de septembre 2009 à août 2012, du White House Office of Information and Regulatory Affairs6. Cass R. Sunstein et Richard H. Thaler avaient publié en 2008 un ouvrage présentant le nouveau comportementalisme, intitulé La méthode douce pour inspirer la bonne décision ; un best-seller, comme le signale la couverture de Misbehaving.

6Au fil des chapitres ordonnés de façon essentiellement chronologique – car ils suivent les promotions académiques de l’auteur –, l’ouvrage témoigne de l’intégration progressive au mainstream disciplinaire d’une pensée critique présentée comme révolutionnaire. Elle le serait par sa prétention à intégrer de façon nouvelle les comportements humains.

1 Le comportementalisme au prisme d’une autobiographie intellectuelle

1.1 Une carrière nord-américaine dévolue à un projet de recherche

7Cette nouvelle publication de Richard Thaler est une autobiographie. Elle narre, à travers sa carrière et ses collaborations scientifiques successives au sein de différentes universités et fondations américaines, sa fréquentation et ses échanges intellectuels notamment avec plusieurs collègues, détenteurs ou futurs détenteurs du prix dit « Nobel d’économie », tels que Kenneth Arrow, Merton Miller, Franco Modigliani, Herbert Simon, Daniel Kahneman, etc. Une distinction qu’il pourrait lui-même obtenir dans les années à venir au vu des critères d’attribution et de la liste des économistes précédemment couronnés.

8L’ouvrage multiplie les anecdotes et exemples pour présenter différentes expérimentations et expériences faites au cours de sa vie personnelle, avec des collègues ou avec des étudiants comme avec sa famille, des amis ou des voisins. De même, l’auteur a été sollicité par des entreprises (entre autres une caisse de retraite et une firme automobile) pour appliquer ses thèses aux comportements de leurs potentiels clients. Ces thèses contredisent l’hypothèse du choix rationnel des individus, au sens néoclassique du terme. Richard Thaler met en avant de nombreuses études de cas montrant que les comportements humains sont très rarement conformes à ce prédicat des modèles dominant la science économique. Ses observations ne se limitent pas à des situations d’achat et de vente. Le lecteur sera certainement amusé de découvrir le chapitre consacré aux réactions de ses collègues lorsqu’il leur a été demandé de choisir l’emplacement de leur futur bureau dans un nouvel édifice (p. 270 sq.), ou cet autre chapitre présentant une étude d’abord menée avec des chercheurs néerlandais et traitant des réactions des participants à un jeu télévisé répliqué aux Pays-Bas, aux États-Unis et en Allemagne (observations menées entre 2002 et 2007). En poursuivant ou non le jeu, par des paris successifs, les participants peuvent conserver le gain déjà acquis ou bien risquer de gagner beaucoup, très peu ou de tout de perdre. L’étude révèle une path dependence, autrement dit elle dévoile le fait que les participants décident en fonction de ce qu’ils viennent d’obtenir à la suite de leur choix dans l’enjeu précédent. Leur aversion au risque évolue au cours du jeu (p. 295-305).

9Indépendamment de son objet scientifique, l’ouvrage peut être lu, grâce aux anecdotes qui le composent, comme un témoignage sur la vie des universitaires dans les établissements américains les mieux cotés. De ce point de vue, on ne peut qu’être frappé par l’ethnocentrisme du récit. Les liens avec le monde extérieur aux États-Unis tiennent surtout à des étrangers qui y séjournent. Cet univers se présente comme celui de l’excellence et, pour l’essentiel, il ne regarde ce qu’il importe et ce qu’il intègre qu’à travers sa grille idéologique et culturelle. Je reviendrai ultérieurement sur ce nord-américano-tactisme à propos de l’objet même des analyses de l’auteur.

1.2 Avantages et limites d’un récit autobiographique

10On ne peut que se réjouir de voir publié cet ouvrage sous une forme aisément accessible par son mode d’exposition et par son support de publication. Il met ainsi à la portée d’un public non-économiste de nombreux articles savants publiés par l’auteur depuis les années 1970. Il en fournit une synthèse. Un index détaillé de plus de mille entrées et sous-entrées en facilite, si besoin est, une (re)lecture.

11Une introduction au comportementalisme en économie sous la forme d’une biographie intellectuelle présente plusieurs avantages. Le premier est de rendre sa lecture agréable. On peut le lire comme le témoignage, par un acteur de premier plan, de l’intégration progressive au sein de l’establishment d’une nouvelle façon de penser l’économie. Au fil du texte, des traits de caractère de tel ou tel personnage de la vie académique et universitaire américaine, poussant en général à la sympathie envers l’auteur, sont rapportés. Un livre qui pourrait par son objet passer pour rébarbatif, parce que fortement spécialisé, peut, sous la forme du récit d’une carrière, être lu comme une épopée. Richard Thaler en est le principal héros tout autant que le héraut. Le second avantage de cette exposition autobiographique est de montrer les résistances initiales du corps professionnel des économistes américains à l’encontre d’une façon pour eux inhabituelle de questionner l’analyse économique en rejetant l’hypothèse de rationalité maximisatrice de l’agent économique néoclassique. Il remarque (p. 357) qu’un des membres de son jury de thèse avait affirmé, quant à ses perspectives de carrière comme économiste : « we didn’t expect much of him ». L’ouvrage révèle au passage les stratégies adoptées, les mécanismes institutionnels utilisés pour venir à bout, au fil du temps, des résistances à une idée nouvelle au sein d’une discipline.

12Toutefois, qui voudrait trouver dans ce livre une vue sans biais de la nouvelle économie comportementale se heurtera à son mode d’exposition. Il ne s’agit pas d’une synthèse de l’économie comportementale, des origines à son état actuel. Échappent au récit et sont donc occultés ceux et celles avec lesquels Richard Thaler n’a pas directement collaboré. C’est le cas aussi d’événements pouvant avoir été influents dans l’avènement et la consécration du nouveau comportementalisme et auxquels il n’a pas contribué. On peut comprendre que le Rapport 2015 de la Banque mondiale sur le développement, entièrement consacré aux apports du comportementalisme aux questions de développement ne soit pas largement cité (il ne l’est qu’une fois, en note, p. 371). Il est en effet paru la même année que la première édition de l’ouvrage de Richard Thaler.

  • 7 Des chercheurs (Gilles Hilary et Kai Wai Hui 2009) ont montré la possibilité de contextualiser l’av (...)
  • 8 Post, Assem, Baltussen, Thaler, 2008.

13Sont par exemple passés sous silence, malgré leur forte contribution au champ comportementaliste, le Centre for Behaviour Change de l’University College of London et le Centre for Behavioural Economics de la National University of Singapor car le récit de Richard Thaler est centré sur les universités nord-américaines les plus connues qu’il a fréquentées. Certes, tous les pôles étrangers faisant la promotion du comportementalisme ne sont pas absents. Une collaboration avec des chercheurs néerlandais (Thierry Post, Martijn van der Assem et Guido Baltussen) est citée à propos de l’observation de l’aversion au risque des participants à un jeu télévisé7. Mais cette enquête a été consacrée aux États-Unis par la publication d’un article dans l’American Economic Review8.

14Un chercheur d’origine autrichienne comme Ernst Fehr, aujourd’hui professeur en Suisse, à Zurich, est bien cité, en tant que neuro-économiste, comme l’une des figures centrales du mouvement comportementaliste en Europe. Il entretient des liens forts aux États-Unis : il a été de 2003 à 2011 Affiliated Faculty Member du Department of Economics au MIT et il est depuis 2011 Global Distinguished Professor of Economics à la New York University. Sans doute figure-t-il dans l’ouvrage parce qu’il a été un des étudiants diplômés ayant suivi le premier « summer camp » des comportementalistes. Le nom d’Ernst Fehr apparaît au moment de la présentation de ce séminaire de formation pour doctorants et post-doctorants. Il s’est tenu à Berkeley pendant deux semaines durant l’été 1994 et Richard Thaler en a été un initiateur et un animateur (p. 181-184). Il a été financé par la Russell Sage Foundation, une institution qui a consacré une grande partie de ses ressources à la promotion du nouveau comportementalisme en économie (p. 177-185). Toutes les années suivantes, ce séminaire intensif et hautement sélectif a été organisé. À ce jour, plus de 300 étudiants l’ont suivi. Ces rencontres ont joué un rôle crucial dans la diffusion de la pensée comportementalisme en économie et dans le tissage de relations pérennes entre maîtres et disciples, disciples qui deviennent à leur tour maîtres. Ainsi s’établissent des réseaux d’anciens étudiants et collègues se cooptant et se soutenant lors de la sélection pour l’attribution des chaires. Il en va de même pour l’évaluation d’articles de revues… a priori anonymes, mais dont il est facile de deviner les auteurs, car ils ont préalablement été présentés à des séminaires et des colloques. Ce noyautage a permis une pénétration des idées comportementalistes dans les universités américaines et bien au-delà, au sein de grandes entreprises, de fondations, des pouvoirs publics et d’organisations internationales.

1.3 La quasi-omission de l’approche randomisée

  • 9 Dans une interview donnée au supplément du 25 février 2017, no 1028, du quotidien italien La Republ (...)
  • 10 Sur l’importance de cette rencontre annuelle des économistes, voir Zumbrun consacré à celle de janv (...)

15Une absence de taille parmi les économistes cités par Richard Thaler peut intriguer un lecteur francophone. La nouvelle économie comportementale, avec son cortège de tests et incitations, est surtout connue en France à travers les travaux d’Esther Duflo, menés depuis le MIT aux États-Unis9. Si celle-ci cite les travaux de Richard Thaler et si réciproquement celui-ci fait référence à Duflo dans d’autres publications que Misbehaving, dans ce livre son nom n’apparaît qu’une fois en note (no 353 p. 371). Elle ne figure pas dans l’index de l’ouvrage. Le nom de son laboratoire, le Jameel Poverty Action Lab (plus communément connu sous l’appellation J-Pal), un des hauts lieux du nouveau comportementalisme, n’y est recensé qu’une seule fois aussi (p. 344), à propos de la collaboration de certains de ses chercheurs avec l’équipe du président Obama (cf. infra). Sa technique phare des expérimentations aléatoires (comparables aux essais cliniques soumettant aléatoirement la moitié d’une population à un médicament et l’autre moitié à un placebo) est brièvement évoquée au début de l’ouvrage (p. 8), mais il faut attendre la fin (p. 338-344, 371) pour que davantage d’informations soient apportées à ce propos. On ne saurait justifier cette quasi-absence par le tropisme nord-américain de l’auteur. Esther Duflo est tout aussi (re)connue aux États-Unis qu’en France. Elle a été ainsi invitée, en tant que principal orateur, à présenter le 6 janvier 2017 la très prestigieuse conférence Richard T. Ely lors de la réunion annuelle de l’American Economic Association10. Or Richard Thaler a été président de l’association en 2015, l’année même de la sortie de Misbehaving. The Making of Behavioural Economics. Ces deux promotions au sein de l’establishment économique nord-américain illustrent d’ailleurs à quel point la nouvelle économie comportementale est aujourd’hui reconnue par le mainstream des économistes.

16Au tout début de l’ouvrage (p. 8) est affirmée la pertinence de la méthode des randomized control trial experiments reposant sur la constitution aléatoire de deux groupes similaires : un groupe test dans lequel est administré un traitement (bien ou service) et un groupe de contrôle (sans traitement). Les résultats (effets moyens) sont alors comparés et la différence peut être attribuée à l’effet propre du traitement. Ce protocole transforme un terrain en ce qui est présenté comme l’équivalent d’un laboratoire. Il constitue la méthode phare employée par Esther Duflo, à côté de celle de projets pouvant être considérés comme des expérimentations naturelles (pour lesquelles il est possible de comparer par traitements économétriques de données recueillies des effets entre les bénéficiaires et les non-bénéficiaires). Mais, dans le corps de l’ouvrage, l’argument d’un usage croissant des évaluations aléatoires comme manifestation du succès du nouveau comportementalisme n’est pas développé.

  • 11 Banerjee, Duflo, 2012.
  • 12 O’Donnell, 2015.
  • 13 Labrousse, 2010.
  • 14 Deaton, 2010. Voir la vidéo de ses échanges avec Abhijit V. Banerjee lors du débat : « Searching fo (...)
  • 15 Intervention le 26 mars 2012 lors d’une conférence de l’Agence française de développement, intitulé (...)
  • 16 La violence des critiques du mainstream actuel est bien illustrée par l’ouvrage de Cahuc, Zylverber (...)

17Au-delà du cas Esther Duflo et du J-PAL, pourquoi Richard Thaler se contente-il d’exposer des tests sans randomisation réalisés en laboratoire par des simulations de situation ou des expérimentations naturelles ? Plusieurs explications sont possibles. La première serait la pression de l’éditeur à ne pas alourdir un ouvrage déjà long, en présentant et illustrant cette méthode à laquelle plusieurs livres ont déjà été consacrés, dont le best-seller d’Esther Duflo et Abhijit V. Banerjee11. Cette raison est avancée dans le compte rendu de Finance and Development, publication du Fonds Monétaire international12. Une autre explication peut être donnée : il s’agit d’une autobiographie intellectuelle. Or Richard Thaler ne pratique pas lui-même ce type de tests. Une troisième explication est celle du faible intérêt manifesté par Richard Thaler pour les questions de développement. Or le champ de la randomisation s’est principalement orienté depuis la fin des années 1990 vers des pays émergents et en développement13. On peut enfin avancer une quatrième hypothèse explicative : son scepticisme quant à la généralisation de la méthode. Il note que le randomized controlled trial, s’il a manifesté sa pertinence notamment dans le champ de l’éducation (p. 353-355), n’est pas approprié en tout lieu et en tout temps. Il est impossible par exemple pour une entreprise de choisir ainsi le type de cotisation retraite car elle ne peut pas discriminer ses salariés (p. 338 note*). De même il serait invraisemblable pour un gouvernement de tester ainsi l’effet sur l’emploi d’une réduction des impôts sur les entreprises ou sur les biens de consommation (p. 350-351). Il évoque le coût considérable des randomisations (p. 340) par rapport à d’autres études comportementalistes menées par test économétrique à partir d’expérimentations dites « naturelles » ou sur des échantillons beaucoup plus réduits de population. Il affirme que le recours à un spécialiste du comportementalisme par une entreprise pour mener ce type d’étude est moins coûteux que l’intervention d’un juriste et/ou d’un consultant (p. 356). Peut-être éprouve-t-il un certain scepticisme vis-à-vis du dogmatisme randomisateur de chercheurs comme Esther Duflo et ses collègues ? Son scepticisme serait alors similaire à celui d’Angus Deaton14 ou de François Bourguignon, ancien économiste en chef, premier vice-président de la Banque mondiale et initialement promoteur des expérimentations aléatoires, alors directeur de l’École d’économie de Paris15. À la fin de son ouvrage (p. 341-342), Richard Thaler met en garde contre les solutions supposées miraculeuses. Il affirme : « we cannot solve every problem with a one-click-solution ». Le comportementalisme en économie, pour la reconnaissance duquel il a tant bataillé, rencontrera peut-être sa limite dans le sectarisme actuel de ceux qui font la promotion quasi inconditionnelle des randomisations. Ils se comportent, à l’égard de ceux qui critiquent leurs expérimentations et leurs résultats, avec la même hostilité que ses adeptes ont eux-mêmes subie quarante ans plus tôt16.

2 Un renouveau limité de l’économie

2.1 Une réforme interne au mainstream de la science économique

18Dès les premières pages de son ouvrage, Richard Thaler insiste sur le caractère interne à la science économique de son projet scientifique. On ne doit donc pas s’étonner que, s’il propose une image en apparence différente de la discipline et y introduit de nouvelles hypothèses sur les façons d’agir des acteurs économiques, les éléments essentiels constitutifs du mainstream de ce savoir demeurent inchangés.

  • 17 Voir ci-dessous les notes 39 et 40.

19Nombre des exemples donnés renvoient au niveau d’acceptation des prix par les consommateurs ou à la présentation des conditions d’un plan d’épargne ou d’assurance. C’est principalement dans le champ de l’économie financière que les recherches de Richard Thaler ont été les plus reconnues, à la surprise de l’auteur, relève-t-il par rapport à ses objectifs de début de carrière (p. 347). Affirmation surprenante quand on connaît l’activité lucrative de l’auteur dans le domaine et largement passée sous silence dans l’ouvrage17.

  • 18 Tanase, 2015, p. 5. Il parle à ce propos de myopie.

20La formation des coûts de production ne figure pas à son menu (si ce n’est l’exemple de certaines rémunérations comme celles des footballeurs américains (p. 277-294)), et encore moins la macro-économie. Ce qui incite l’auteur (p. 349-352) à suggérer que les comportementalistes devraient intégrer à l’avenir cette problématique. Mais il est très éloigné des questions touchant à la production. Les effets collectifs systémiques des interventions économiques sont ignorés. Sa confusion implicite entre macroéconomie et interventions publiques (notamment à travers des mesures fiscales) participe de l’évacuation, au cours du dernier demi-siècle, du réel et de ses déterminations objectives. Ainsi, lorsque sont abordés les comportements d’épargne, à travers l’insuffisance de la prévoyance et l’encouragement pour augmenter le taux d’épargne des ménages, on peut s’étonner que la seule hypothèse retenue pour expliquer la préférence des ménages pour la consommation soit leur négligence à prévoir. N’est pas intégrée une raison fondamentale : l’insuffisance de leurs revenus due notamment à l’augmentation du chômage et à l’accroissement des inégalités de répartition entre travail et capital. Cela produit une quasi-stagnation des revenus réels des salariés depuis les années 1980, notamment les plus pauvres qui ont la plus forte propension marginale à consommer. Ainsi se développe un sentiment relatif d’appauvrissement, en particulier si les revenus sont comparés aux besoins engendrés par les évolutions du système économique et social18.

2.2 Sa faible relation avec le mainstream de la psychologie

21Au fil de l’ouvrage, on constate que Thaler a collaboré avec quelques spécialistes, rangés dans la catégorie des « psychologues ». On note en particulier l’influence de Daniel Kahneman (né en 1934) et d’Amos Tversky (né en 1937 et décédé en 1996). Ces deux chercheurs apparaissant respectivement 50 et 37 fois dans l’index de l’ouvrage. Ces derniers, qu’on peut considérer aussi comme des mathématiciens, sont très rapidement devenus des amis de Richard Thaler. Leur première recherche, qui l’avait particulièrement frappé, concerne le hindsight bias [le biais d’une sagesse rétrospective] : au vu du résultat d’une action menée, les individus surestiment la qualité de l’anticipation qu’ils ont eue de son résultat effectif (positif ou négatif selon le cas).

  • 19 Il a notamment publié en 2013 avec Sendhil Mullainathan, Scarcity : Why Having Too Little Means So (...)

22Richard Thaler emploie à plusieurs reprises le terme « psychologie », tout en ne faisant pas figurer explicitement la référence à la discipline dans les entrées de son index. Son projet scientifique propose une intégration dans la science économique d’éléments qu’il considère comme provenant de la psychologie (de la « bonne psychologie » [good psychology] précise-t-il, p. 9). Mais est-ce à proprement parler de la psychologie ? Il s’agit de constater de façon statistique des décisions et des intentions à travers des interviews et des enquêtes d’opinion ou par des expériences en laboratoire (notamment avec des cobayes étudiants, le plus souvent rémunérés). Les causes des comportements sont alors attribuées à des logiques d’action, qui ne sont pas socialement et culturellement déterminées. Elles ne sont pas circonstanciées car elles appartiendraient à des caractéristiques a-temporelles, intrinsèques de l’être humain. Or selon l’auteur même, la grande majorité des psychologues rejettent cette méthode (p. 67, 97). En effet, elle s’apparente davantage au traitement statistique de données sélectionnées (comme pour les enquêtes de psychologie sociale) qu’à une analyse proprement psychologique. Les collaborations entre disciplines s’avèrent très difficiles à mettre en place (p. 178-181). Pour la plupart des psychologues, les propositions des économistes comportementalistes relèvent d’un débat interne à l’économie. Elles ne les concernent donc guère. Ce qui est aussi le cas de Richard Thaler lorsqu’il écrit : « Behavioral economics has turned out to be primarily a field in which economists read the work of psychologists and then go about their business of doing research independently » (p. 179). Il y a des exceptions, remarque-t-il. Et de citer (p. 67) Eldar Shafir, psychologue à Princeton University19, et la double appartenance de George Loewenstein aux deux disciplines (p. 180). Il relève au demeurant que celui-ci est l’arrière-petit-fils de Sigmund Freud. Tom Gilovich, ami et collègue de Thaler quand le premier était professeur de psychologie à Cornell University, lui a un jour dit : « I never cease to be amazed by the number of convenient null hypotheses economic theory has given you » (cité p. 97).

  • 20 Naville, 1942. John Broadus Watson n’est pas cité par Richard Thaler.

23Un comportementaliste, comme son nom l’indique, observe avant tout des… comportements, et il sort de sa boîte à outils les instruments adéquats à leur présentation. Ce caractère a priori objectif du comportementalisme avait séduit le sociologue Pierre Naville. Ce dernier a été surréaliste et membre du Parti communiste français jusqu’en 1928, puis trotskiste jusqu’en 1939, et enfin marxiste antistalinien. Il a consacré à l’un des premiers comportementalistes américains, John Broadus Watson (1878-1958), un ouvrage de jeunesse intitulé : La psychologie, science du comportement20. Les résultats de ces expériences lui apparaissaient comme objectifs par rapport à ceux d’une psychologie analysant la subjectivité de l’esprit humain. D’où son appréciation positive.

2.3 La croyance en un progrès cumulatif du savoir

  • 21 Thaler, 1980.

24La plupart des économistes partagent, avec la version stalino-léniniste du marxisme et le scientisme du xixe siècle, une croyance forte en l’élaboration de ce qu’ils tiennent pour des concepts pensés comme des doubles de la réalité. Ils permettraient, par ajustements successifs, de mieux saisir cette dernière. À de multiples reprises, Richard Thaler cite Thomas Kuhn (1962, 1970) et sa représentation des révolutions scientifiques (p. 167-169, 171, 172, 349). Son objectif n’est pas de mettre l’accent sur les paradigmes successifs du savoir mais de justifier une vision cumulative et progressive du savoir. Une idée l’emporterait parce qu’elle serait supérieure à tout point de vue à celle l’ayant précédée. Ainsi en irait-il du comportementalisme en économie. Aussi, les échanges et débats de Thaler avec ses collègues sont surtout présentés comme des duels qui se concluent par sa victoire, un match nul ou sa défaite. Défaite qu’il juge temporaire, face à l’inexorable progrès de la science à long terme. Le récit de ses échecs de jeunesse peut conforter ceux qui innovent aujourd’hui. Un de ses premiers articles21 (« Toward a Positive Theory of Consumer Choice ») – raconte-il p. 53 – a été refusé successivement par six ou sept revues avant d’être publié dans le Journal of Economic Behavior and Organisation, nouvelle revue que des proches venaient de créer dans le champ de l’économie comportementale. Sa vision du savoir dans une discipline et de ses évolutions a une conséquence majeure : ses propositions scientifiques ne sont pas présentées comme des hypothèses plus ou moins ajustées pour interpréter et agir, elles le sont comme des éléments objectifs permettant à une discipline d’occuper un pan de la réalité ; celle-ci étant découpée par chacun des savoirs de façon juxtaposée ou collaborative. Cette vision sectorielle du savoir explique ses rapports aux autres disciplines (y compris à la psychologie).

  • 22 Servet, 2012, Servet, 2016, « Au-delà des… ».

25Il ne perçoit pas que l’interdisciplinarité est d’abord une révélation des hypothèses des uns et des autres22. Il ne voit pas qu’en sciences sociales (et pas seulement) le savant et le chercheur se trouvent confrontés non à des vérités mais à des paradigmes. C’est pourquoi celui qui l’emporte laisse de côté certains éléments constitutifs du discours précédant. Une, deux ou trois générations plus tard, voire bien plus, quelques-uns de ces éléments ressurgiront pour trouver une nouvelle jeunesse et une consécration dans le champ de la connaissance savante. Aujourd’hui par exemple, pour sortir de l’opposition public/privé, certains termes du débat en faveur d’une reconnaissance des communs, comme se différenciant de la gestion par l’État et de la soumission à la logique de concurrence des intérêts privés via le marché, peuvent être compris comme une redécouverte de la distinction au sein du collectif entre societas et universitas reconnue par les savants du Moyen Âge en Europe.

  • 23 Dans le sens donné par Dockès, Servet, 1992.

26Mais Richard Thaler fait peu de cas de l’histoire de la pensée ; si le nombre des ancêtres cités apparaît beaucoup plus élevé que dans les autres ouvrages des comportementalistes, ceux que Richard Thaler évoque apparaissent le plus souvent sans référence précise. Ne sont retenus que des lieux communs tels la main invisible ou les sentiments moraux chez Adam Smith, le concours de beauté ou les esprits animaux de John Maynard Keynes ou la rationalité économique chez Lord Robbins. Ces idées ou concepts ne sont pas discutés. On peut s’interroger sur l’utilité de ces références rapides à quelques idées aujourd’hui convenues à propos de ces économistes du temps passé. Ils ne servent pas à inviter à une relecture et à une redécouverte des textes passés, en apparence révolus, de la science économique et à y trouver des forces nouvelles d’inspiration23. Ils viennent ici légitimer l’inscription du comportementalisme comme partie intégrante d’un supposé progrès du savoir en science économique. Ce but explique pourquoi, à l’inverse, l’un des principaux fondateurs du comportementalisme américain dans la première moitié du xxsiècle, le psychologue John Broadus Watson, est absent de la bibliographie et de l’index de l’ouvrage. Cela éclaire aussi l’ignorance manifestée par les nouveaux comportementalistes des pensées alternatives passées ou contemporaines (comme la socio-économie). Il n’y a pas de construction conceptuelle critique par référence à l’histoire de la pensée donc. Tiennent essentiellement lieu de concepts des catégories permettant de classer les choix révélés statistiquement lors de l’observation de tests et d’expérimentations naturelles. Ces comportements ainsi constatés sont présumés déterminés par un trait de la psychologie supposée commune à tous les humains. L’absence de référence aux anciens auteurs et à leurs débats fait passer pour des idées nouvelles des éléments pourtant connus de longue date.

3 Une rupture partielle avec l’homo œconomicus

3.1 Un prétendu rejet de l’econ

27Cette pensée se présente comme une rupture avec l’homo œconomicus, ou plus exactement avec son expression abrégée « econ », employée par Richard Thaler. Celui-ci s’attribue (p. 4) avec son co-auteur Cass R. Sunstein l’origine de l’expression dans La méthode douce pour inspirer la bonne décision paru en 2008. Econ, « term we coined » écrit-il, page 325. Or, Cass R. Sunstein et Richard Thaler n’ont pas forgé ce diminutif. Avec beaucoup d’auto-ironie, l’économiste Axel Leijonhufvud avait, dans un article paru en 1973 dans le Western Economic Journal, déjà décrit à partir de ce vocable les relations difficiles des économistes se reconnaissant dans le mainstream avec les autres disciplines des sciences sociales :

  • 24 Leijonhufvud, 1973. Supposons que le terme est peut-être devenu familier dans la tribu au sein de l (...)

La tribu des Econ [écrit-il, donc trente-cinq ans années avant que Cass Sunstein et Richard Thaler n’utilisent le terme et un an avant que ce dernier soutienne sa thèse de doctorat] occupe un vaste territoire dans le grand Nord. Leurs terres sont tristes, sinistres même, au voyageur qui les traverse ; mais les Econ ont, après de longues années, réussi à s’y adapter et à en extraire une maigre pitance. Ils sont sincèrement, parfois même farouchement, attachés à leurs ancêtres et élèvent leurs enfants dans le mépris de la vie plus douce que mènent les Scienpols et les Sociogs dans des territoires moins austères. En effet, en dépit de leurs origines communes, les relations que les Econ entretiennent avec ces tribus sont tendues — la défiance et le mépris règnent — et de nombreux tabous viennent entraver toute tentative d’échanges. La nature extrême des sentiments identitaires des Econ — pour ne pas dire leur xénophobie — rend la vie parmi eux terriblement difficile pour un étranger, parfois même dangereuse24.

3.2 L’exemple de l’aversion à la perte

28Parmi ce qui peut apparaître comme une rupture avec la représentation par les économistes mainstream de cet econ, une des grandes découvertes qui, selon Richard H. Thaler, est à l’origine du nouveau comportementalisme, est celle de l’aversion à la perte. Elle est traduite par « the endowment effect » [l’effet de dotation] : les individus accorderaient davantage de valeur à ce qu’ils détiennent déjà qu’à ce qu’ils pourraient posséder mais qu’ils n’ont pas encore. Son affirmation savante m’a souvent amusé car une de mes grands-mères avait coutume de citer un dicton lyonnais : « C’est toujours trop cher quand on achète et jamais assez quand on y vend. » Il est vrai qu’elle n’avait jamais lu un seul livre d’économie et ne raisonnait donc pas en econ. L’aversion à la perte est une généralisation d’une observation faite sur les marchés boursiers montrant que ceux qui ont acheté un titre sont réticents à se séparer de cet actif s’il vaut moins que lors de leur achat. Ils ne le revendent pas même s’il existe des raisons objectives à la poursuite de sa dépréciation, que cette perte pourrait être ultérieurement plus grande et qu’ils pourraient acquérir un titre dont l’augmentation du cours leur permettrait largement de se refaire.

29Une expérimentation simple menée par Jack Knetsch (professeur au département d’économie de la Simon Fraser University dans la province de British Columbia au Canada) est décrite par Richard Thaler (p. 148-149) pour illustrer cette préférence pour ce que l’on possède, un principe désigné aussi comme une aversion à la perte. A été constitué un groupe de cobayes, auxquels a été distribué, de façon aléatoire, 3 dollars en cash à la moitié d’entre eux ; et à l’autre moitié un billet de loterie permettant de gagner au choix 50 dollars en cash ou des bons d’achat dans une boutique pour une valeur de 70 dollars. Il a été ensuite proposé à ceux qui avaient reçu un billet de loterie de le revendre pour 3 dollars, et à ceux qui avaient reçu trois dollars de racheter pour ce prix un billet de loterie. A priori, du point de vue de la rationalité économique présumée, la valeur des propositions est équivalente. On devrait donc trouver autant de personnes disposées à céder un billet de loterie que de personnes voulant l’acquérir. Or, 82 % de ceux qui avaient un billet de loterie ont décidé de le conserver et, symétriquement, seulement 38 % ont désiré racheter avec leur dotation initiale en dollars un billet de loterie. Alors que les billets de loterie ou les dollars ont été attribués au hasard, ce simple test montre que les gens préfèrent conserver leur dotation initiale plutôt que de procéder à l’échange.

30Ce test a été critiqué notamment en faisant l’hypothèse selon laquelle les sujets du test pourraient se comporter différemment (autrement dit de façon… rationnelle) s’ils étaient en véritable position d’acheteurs et de vendeurs. Richard Thaler a donc entrepris une autre expérimentation qui engage un processus de cession et d’acquisition, similaire à une vente et à un achat (p. 153-155). Elle a été menée avec une classe d’étudiants de Cornell University en 1985. Le professeur a acquis dans une boutique de l’université deux types d’objets potentiellement désirables pour les étudiants : des chopes avec l’emblème de l’université et des stylos à bille dans leur coffret. Chacun valant respectivement 6 dollars et 3,98 dollars. Seul le prix des stylos avait été laissé sur l’emballage. Il s’est livré à deux expérimentations successives avec chacun des objets. Il a d’abord distribué une chope par étudiant à la moitié de la classe. Ceux qui recevaient les chopes se trouvaient donc en capacité de les vendre et les autres en position d’acheteurs potentiels. Quatre séquences de marchés ont été réalisées, au cours desquels les détenteurs d’une chope pouvaient successivement la vendre ou la revendre s’ils l’avaient acquise au cours du marché précédant. L’exercice montre qu’en moyenne les acheteurs sont disposés à acheter à un prix moitié moindre que celui auquel les détenteurs des chopes sont disposés à les céder. Dans un deuxième temps, le test a été mené avec les stylos ; les bénéficiaires de la distribution étant alors ceux qui n’avaient pas reçu de chope dans le premier test. Des résultats similaires indiquent, pour chacun, une préférence à conserver ce que l’on détient.

31Sous condition de tests parfaitement contextualisés et pour lesquels le chercheur ne généralise pas ses conclusions à toute l’espèce humaine, les exemples cités par Richard Thaler montrent l’intérêt que des firmes commerciales, des associations caritatives, des gouvernements, des administrations locales, etc. peuvent trouver à solliciter des experts comportementalistes pour mener telle ou telle campagne publicitaire ou faire mieux accepter telles ou telles décisions.

  • 25 « Individu » a pour origine le mot latin « atome », la plus petite unité. « Personne » a pour origi (...)

32Alors que l’interprétation est donnée en termes de relation à une perte et à un gain, on pourrait tout aussi bien sortir de ce qui demeure une vision de l’homo œeconomicus pour penser à un comportement d’inertie. Et on pourrait aussi traduire l’aversion à la perte en termes freudiens, comme un élément peut-être positif : le « plaisir à la rétention ». Mais la psychanalyse n’est pas une ressource mobilisée par l’auteur. Cela supposerait de penser la « personne humaine » non pas comme un atome (ce qui est le sens même en latin de l’origine du terme individu) mais comme un être en relation25.

3.3 Universalité versus logique circonstanciée

  • 26 O’Donnell, 2015.

33L’universalité de cette aversion à la perte, tout comme l’ensemble des observations des comportementalistes quant à la mentalité des humains, mériterait d’être interrogée. « Vérité au-deçà des Pyrénées. Erreur au-delà » a écrit Blaise Pascal. Lors d’un de ses cours en Australie, Gus O’Donnell a testé auprès de ses étudiants un message pour encourager le don d’organes. Il a constaté que le message ayant le plus d’impact n’était pas le même que celui ayant le plus d’effet au Royaume-Uni26. Il est vrai que Richard Thaler affirme à propos d’un de ses tests que les résultats ont été vérifiés dans divers pays mais qu’ils se sont révélés différents pour les populations de tribus vivant dans des contrées reculées (p. 142). Il ne donne pas de précisions pour les localiser. Doit-on assimiler l’Australie – parce que située aux antipodes – à un monde « reculé » ?

  • 27 Henrich, Heine, Norenzayan, 2010. L’article est suivi d’une cinquantaine de pages de commentaires p (...)
  • 28 « Weird » peut être traduit en français par l’expression : « bizarre », voire par « cinglé ».
  • 29 Sont cités en bibliographie deux articles de Joseph Henrich mais ils datent de 2000 et 2002.
  • 30 Vandecasteele, 2012 en s’appuyant sur Frank, Gilovich, Regan, 1993. Affirmation contestée ou nuancé (...)

34Trois psychologues, Joseph Henrich, Steven J. Heine et Ara Norenzayan27 ont montré que les populations servant d’échantillons humains supposés représentatifs pour les tests comportementalistes en laboratoire ont des caractéristiques économiques, sociales et culturelles particulières. Celles-ci rendent difficilement généralisables les résultats obtenus : ce sont à 90 % des Occidentaux, le plus souvent nord-américains, instruits, vivant dans des pays riches et démocratiques ; un grand nombre apparaissent comme étant des étudiants des professeurs faisant les tests. Joseph Henrich, Steven J. Heine et Ara Norenzayan les désignent comme WEIRD (Western, Educated, Industrialized, Rich, Democratic28). Or, ces psychologues montrent des variations considérables entre les représentations et les modes de raisonnement existant non seulement entre Occidentaux, Africains, Asiatiques, etc. mais également au sein de chacune de ces catégories, et le fait que celles-ci, pour une même culture, évoluent au fil du temps. On peut s’étonner de ce que Richard Thaler juge inutile de répondre à cet article paru en 2010 et ne le cite pas29. Il n’y a donc pas d’universalité de l’esprit humain. Peut-être, récit autobiographique oblige, n’a-t-il pas rencontré les auteurs de cette étude, tous trois étant en poste à Vancouver, à la British Columbia University. Si Richard Thaler a passé une année sabbatique dans cette université, un quart de siècle plus tôt, en 1984-1985, une vingtaine d’années au moins sépare la génération du trio de celle de Richard Thaler : Joseph Henrich, Steven J. Heine et Ara Norenzayan sont respectivement nés en 1968, en 1966 et en 1970. Les ignore-t-il parce qu’ils n’appartiennent ni au corps des économistes ni à une université d’« élite », selon ses critères ? Pourtant, il a continué à collaborer avec des collègues de cette université ; peut-être même l’a-t-il fait avec l’un des auteurs, qui a mené un de ses tests en Amazonie péruvienne ? Est-ce là cette contrée reculée que Richard Thaler évoque ? Des étudiants de la British Columbia University ont servi de cobayes pour cette étude commune. Certains tests menés notamment aux États-Unis ont montré que les étudiants choisissant de suivre des cours de science économique étaient plus égoïstes que la moyenne des étudiants se formant à d’autres disciplines et que leur caractère égoïste se renforçait au cours de leurs études. Une journaliste avait résumé ces résultats en affirmant que le profil du parfait étudiant en économie était : « pique-assiette, radin, intéressé et égoïste30 ». Il serait donc utile de savoir si les résultats des divers tests diffèrent selon les études suivies par les étudiants cobayes des expériences des comportementalistes.

  • 31 Bataille, 1949.
  • 32 Une appréhension tripartite et non bilatérale d’un échange rend compte de cette vision. Voir : Casa (...)

35L’effet de dotation ou d’aversion supposée à la perte est incapable de rendre compte de pratiques de dilapidation de type potlatch (que Georges Bataille a résumées sous la belle expression de « part maudite »31) et pour l’ensemble des pratiques de dons contre-dons découvertes à travers la planète, notamment dans et à la suite du célèbre Essai sur le don de Marcel Mauss (1923-1924). Dans ces coutumes, l’important est de céder ce qui est possédé (et de le faire y compris de façon agonistique en défiant par ce don le partenaire de la relation) en recevant un autre bien, de façon en général différée. L’idée de « don » n’est citée qu’à quatre reprises par Richard Thaler (p. 6, 20-21, 182) et Marcel Mauss ne l’est pas du tout, alors que son Essai sur le don a connu une première traduction en anglais en 1954, une deuxième en 1990 et une troisième en 2016. Le terme « réciprocité » n’apparaît qu’une fois (p. 182). Une particularité des relations dites de « don contre-don » est de ne pas penser le transfert de biens réduit à un rapport bilatéral et interindividuel, mais de l’inscrire dans la totalité qui constitue la société32.

36Une autre limite de l’argument d’une aversion à la perte est sa faible pertinence pour être appliqué à des populations présumées « pauvres ». Comment pourraient-elles éprouver un sentiment de perte à l’égard de biens et de services pour lesquels elles subiraient fortement la sensation d’être dépourvues ? L’effet de dotation est donc exceptionnellement évoqué dans les comptes rendus des expérimentations des nouveaux comportementalistes dans les pays en développement et émergents ou celles liées à l’aide sociale dans les pays dits « développés ». Tout juste la trouve-t-on implicitement au sujet des routines et (mauvaises) habitudes auxquelles, selon ces économistes, seraient fortement soumis ceux et celles vivant dans un monde « sous-développé ». Mais ne conviendrait-il pas plutôt dans ces situations de pénurie d’invoquer une aversion aux risques, voire une prudence de bon aloi ?

37Il faudrait dépasser l’opposition rationalité/irrationalité pour comprendre des logiques d’action circonstanciées. Il est erroné de présumer, à partir de tests statistiques sur des échantillons réduits de population, principalement occidentale et éduquée, une mentalité commune à tous les humains ; une mentalité qui naîtrait d’une logique de l’esprit humain identique en tous lieux et en tout temps, et qui ferait agir de façon délibérative ou spontanée selon le type d’actions à mener. En fonction des circonstances et du champ de relations sociales impliquées, selon qu’elle évolue dans sa famille, son entreprise, sur la place de marché ou à l’église, la même personne agit de façon différente. Autrement dit, elle agit de façon circonstanciée.

  • 33 Louis Dumont fait le lien entre la logique économique (avec Homo Aequalis, 1971), par contraste ave (...)

38Mais il n’existe pas d’universalité en la matière puisqu’une personne agit différemment selon l’univers culturel dans lequel elle vit. Ainsi en va-t-il en Inde de la logique du pur et de l’impur33, qui ne se limite pas à des pratiques circonscrites aux enceintes religieuses mais concerne l’ensemble de la vie au quotidien, y compris les relations de travail dans les entreprises ou l’usage d’espaces publics. Pensons aux relations entre castes pratiquant des évitements alimentaires et physiques : par exemple, pour les castes pensées et se pensant comme supérieures, ne pas boire l’eau d’une source présumée polluée parce qu’en contact avec ceux vécus comme « intouchables ». Mais, les mêmes Indiens, dans les mégapoles comme Mumbai, d’une part utilisent quotidiennement des transports en commun et d’autre part se font livrer par des porteurs spécialisés leur repas de midi sur leur lieu de travail. Ils sont préparés à leur domicile pour éviter des aliments achetés qui risqueraient d’être « impurs ». Or la seule division des wagons sépare les hommes des femmes et pas les brahmanes des intouchables .Or, la promiscuité des voyageurs y compacte les corps à un point tel qu’il est difficile de parler d’intouchabilité… De même, pour les transactions monétaires, les billets et pièces (que tout le monde touche) sont utilisés. Au xixe siècle en Inde lors des paiements, pour éviter l’impureté physique de la monnaie en contact avec tout le monde, les pièces étaient transmises dans des récipients d’eau. Pour comprendre ces différences actuelles de comportements et leur évolution, on peut faire l’hypothèse que selon le champ de relations impliquées, différents types d’action sont mobilisés. Les logiques en jeu ne sont pas uniformes mais elles sont, encore une fois, circonstanciées. Certaines actions sont en quelque sorte sécularisées alors que d’autres peuvent faire l’objet de stratégies, d’évitement par exemple. Ce type de pratique n’est pas, tant s’en faut, spécifique à des sociétés reconnues comme « de castes ». L’Europe même a pu jadis les connaître dans les rapports entre membres appartenant aux ordres d’Ancien Régime, qui opposaient par exemple les nobles et les ignobles… Et nos propres sociétés ne sont pas sans tabous, ni sans barrières, ni sans niveaux, selon la belle expression d’Edmond Goblot (1925).

  • 34 Morduch, 2015 à paraître dans : Bandelj, Wherry, Zelizer (eds). 2017.
  • 35 Zelizer, 2011.
  • 36 Servet, 2002.

39À travers une autre hypothèse, celle des « mentals accounts », Richard Thaler affirme critiquer le principe économique de la fongibilité de la monnaie (p. 75-79). Il montre qu’en anticipant leurs dépenses les ménages pré-affectent à des dépenses différentes les divers flux monétaires dont ils bénéficient. Toutefois, à travers cette observation, les nouveaux comportementalistes n’accomplissent qu’à demi le chemin conduisant à une pleine critique de l’hypothèse de fongibilité de la monnaie. Ils reconnaissent seulement que les populations gèrent leur budget en cloisonnant leurs dépenses. Est maintenue l’hypothèse d’une rationalité maximisatrice universelle dans la gestion du budget familial : il faut couvrir les dépenses en les anticipant et certaines apparaissent plus importantes ou contraignantes que d’autres. Comme le remarque Jonathan Morduch34, les nouveaux comportementalistes n’intègrent pas le cœur de l’apport de Viviana Zelizer35, une sociologue qui ne figure pas dans l’index de Misbehaving : ce sont les origines mêmes de la somme reçue qui marquent moralement les flux monétaires. L’utilisation d’une somme d’un même montant reçue par une personne comme rémunération d’un travail, ou en héritage, ou comme gain de loterie, ou comme aide sociale diffère indépendamment de ses contraintes budgétaires. Prenant en compte la seule utilisation de la monnaie (sous forme de revenu ou d’épargne), sa neutralité n’est donc pas fondamentalement remise en cause par l’économie comportementale. Selon eux, un dollar égale un dollar, quelle que soit sa provenance. L’argent demeure sans odeur ni couleur, là ou Viviana Zelizer souligne le « marquage social de la monnaie »36.

4 Une (micro) révolution du savoir ?

40Plus dommageable pour une véritable connaissance de la société et des conséquences des actions humaines, l’approche basée sur l’individu passe à côté des effets systémiques des actions individuelles ; et en conséquence de l’agir collectif et des politiques qui peuvent promouvoir celles pensées comme positives pour le progrès social et humain.

  • 37 Sur les ambiguïtés de l’économie dite de « partage », voir : Servet, 2014.
  • 38 La pertinence d’une hausse du niveau général des prix se trouve non dans un affaiblissement du pouv (...)

41Dans un tel contexte intellectuel, personne ne peut donc être surpris du fait que l’auteur vante les mérites d’une entreprise de taxi comme Uber. Se situant du côté des clients, il affirme : « I love Uber as a service » (p. 138). Son intérêt principal est de savoir à quel niveau fixer le prix de la course, niveau qui soit acceptable à court et long terme par les clients. Ce faisant, Richard Thaler semble faire peu de cas des dommages collatéraux provoqués par la dégradation du statut de quasi-salarié de ces chauffeurs de taxi d’un nouveau genre. Mais aussi de tous les travailleurs précaires qui se trouvent contraints de se livrer à des activités de ce type pour survivre37. Richard Thaler affirme aussi (p. 131) qu’une baisse des salaires est une solution pour résoudre les problèmes d’emploi. Il pense que celle-ci peut se réaliser grâce à une amputation du pouvoir d’achat par une hausse des prix. L’illusion monétaire peut bien entrer ici dans l’attirail des comportementalistes à un niveau macroéconomique. Mais cette proposition de baisse des salaires réels, prise par le petit bout de la lorgnette microéconomique, ignore l’effet récessif de la diminution de la consommation et donc de la demande globale qu’une telle politique ne peut qu’engendrer38. Sa focale exclusivement microéconomique le fait tomber dans le sophisme de composition souligné par Keynes : il est souvent fallacieux de transposer au niveau macroéconomique des conclusions microéconomiques.

42Richard Thaler s’étonne de l’intérêt porté par des membres et experts du gouvernement conservateur britannique à ses idées (p. 330). Il affirme n’avoir jamais été considéré comme un conservateur ; mais avoir été traité à diverses occasions de « radical, troublemaker, rabble-rouser » [radical, fauteur de trouble, agitateur]. Toutefois, au-delà de la logique, sous-jacente ou explicite, développée au cours d’une argumentation, au fil d’un texte, de petits détails révèlent la confusion actuelle des idéologies et surtout le caractère réactionnaire d’idées largement saluées, sans recul critique, comme nouvelles, voire révolutionnaires. Elles le sont bien car, étymologiquement, une révolution est le retour d’un astre à son point de départ. N’est-ce pas l’objectif qu’a poursuivi Richard Thaler au cours de sa carrière ? Misbehaving montre comment, avec ses collègues comportementalistes, il y est parvenu. Son succès n’est pas seulement académique. Richard Thaler est un des dirigeants d’un lucratif hedge fund californien, le Fuller & Thaler Asset Management Inc.39, dont les choix de placement s’appuient sur les diagnostics du nouveau comportementalisme40. Une activité signalée de façon incidente dans l’ouvrage41.

Haut de page

Bibliographie

Aeschimann Éric, André Catherine, Boganda Cyprien, Boullay Catherine (2016) « Contre l’intimidation économique », Mediapart, 12 septembre 2016 [http://pinguet.free.fr/czintimidi.pdf].

Bandelj Nina, Wherry Frederick F., Zelizer Viviana (eds.) (2017), Money Talks, Princeton University Press [à paraître].

Banerjee Abhijit V., Duflo Esther (2012), Repenser la pauvreté, Paris, Le Seuil.

Bataille Georges (1949), La part maudite, Paris, Éditions de Minuit.

Bédécarrats Florent, Guérin Isabelle Roubaud François (2015), « L’étalon or des évaluations randomisées : du discours de la méthode à l’économie politique », Document de travail UMR DIAL, Paris, Université Paris Dauphine/IRD, février 2015.

Bloem Jeffrey (2015) Book Review, Faith and Economics, Fall, n° 66, p. 169-174.

Cahuc Pierre, Zylverberg André (2016), Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser, Paris, Flammarion.

Casajus Jean-Claude (1984) « L’énigme de la troisième personne », in Galey Jean-Claude (dir.) (1984), Différences, valeurs, hiérarchie. Textes offerts à Louis Dumont, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, p. 65-78.

De Filippis Vittorio, Douroux Philippe (2016), « La guerre de la doxa économique est déclarée », Libération [http://www.liberation.fr/debats/2016/09/18/la-guerre-de-la-doxa-economique-est-declaree_1501768].

Deaton Angus (2010), « Instruments, Randomization, and Learning about Development », Journal of Economic Literature, 48 (June 2010) p. 424-455.

Dockès Pierre, Servet Jean-Michel (1992) « Les lecteurs de l’armée morte : note sur les méthodes en histoire de la pensée économique », Revue européenne des sciences sociales, t. 30, n° 92, p. 341-364.

Dumont Louis (1971), Homo Aequalis, Paris, Gallimard.

Dumont Louis (1977), Homo Hierarchicus, Paris, Gallimard.

Frank Robert H., Gilovich Thomas, Regan Dennis T. (1993), « Does Studying Economics Inhibits Cooperation? », Journal of Economic Perspectives, n° 7, p. 159-171.

Frey Bruno S., Meier Stephan (2003), « Are Political Economists Selfish and Indoctrinated? Evidence from a natural experiment », Economic Inquiry, n° 41, p. 448-462.

Gittlesohn John (2016), « ‘Big Short’ Professor’s Fund Swells in Past Year », Bloomberg [https://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-26/-big-short-professor-s-fund-swells-as-theory-works-in-reality].

Goblot Edmond (1925), La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française, Paris, Félix Alcan.

Hédouin Cyril (2 012) « Quand nos comportements déroutent les économistes », La Vie des idées.fr, 20 février 2012.

Henrich Joseph (2000), « Does Culture Matter in Economic Behavior? Ultimatum Game Bargaining among the Machiguenga of the Peruvian Amazon », American Economic Review, vol. 90, n° 4, p. 973-979.

Henrich Joseph, Heine Steven J., Norenzayan Ara (2010), « The wierdest people in the world », Behavioral and Brain Sciences, Cambridge University Press, p. 1-23.

Henrich Joseph, Wulf Albers, Robert Boyd, Gerd Gigerenzer, Kevin, A. McCabe, Axel Ockenfels, H. Peyton Young (2002), « What Is the Role of Culture in Bounded Rationality? », in Gerd Gigerenzer, Reinhard Selten (eds.), Bounded Rationality: The Adaptive Toolbox, Cambridge MA, MIT Press, p. 343-359.

Hilary Gilles, Wai Hui Kai (2009), « Does Religion Matter in Corporate Decision in America? », Journal of Financial Economics [https://papers.ssrn.com/sol3/Papers.cfm ?abstract_id=1284329]) [Synthèse faite sur site de Knowledge@HEC, 2009, Impact de la religion sur la prise de risque aux États-Unishttp://www.hec.fr/Knowledge/Environnement-des-Entreprises/Questions-sociales-et-societales/Impact-de-la-religion-sur-la-prise-de-risque-aux-Etats-Unis]

Husson Michel (2016), « Négationnisme économique : quand la “science” pète les plombs », [http://alencontre.org/economie/negationnisme-economique-quand-la-science-pete-les-plombs.html].

Labrousse Agnès (2010), « Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d’un outil de preuve et de gouvernement », Revue de la régulation, 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 29 novembre 2010, consulté le 15 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/7818

Leijonhufvud Axel (1973), « Life among the Econ », Western Economic Journal, 11; 3, p. 327-337.

Létoublon Françoise (1994) « La personne et ses masques : remarques sur le développement de la notion de personne et sur son étymologie dans l’histoire de la langue grecque », in Faits de langues, n° 3, mars 1994, « La personne », p. 7-14.

Morduch Jonathan (2015), « Economics and the Social Meaning of Money », New York University, 17 p. http://wagner.nyu.edu/impact/research/economics-and-social-meaning-money.

Mullainathan Sendhil, Shafir Eldar (2013), Scarcity : Why Having Too Little Means So Much, Allen Lane, Penguin Random House.

Naville Pierre (1942), La psychologie, science du comportement. Le behaviorisme de Watson, Paris, Gallimard.

O’Donnell Gus (2015), « Richard Thaler, Misbehaving. The Making of Behavioural Economics », Notes de Lecture, Finances et Développement, septembre, [https://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2015/09/pdf/book2.pdf].

Orléan André (2016), « Quand Messieurs Cahuc et Zylberberg découvrent la science », AlterEcoPlus, 12 septembre.

Post Thierry, Assem Martijn van der, Baltussen Guido, Thaler Richard H. (2008), « Deal or No Deal? Decision Making Under Risk in a Large-Payoff Game Show », American Economic Review, March, 98, 1, p. 38-71.

Saint-Paul Gilles (2011), The Tyranny of Utility. Behavioral Social Science and the Rise of Paternalism, Princeton University Press.

Salvat Christophe (2015), « Economics of paternalism: The hidden costs of self-commanding strategies, The Journal of Philosophical Economics. Reflections on Economic and Social Issues, IX, 1, p. 102-124.

Servet Jean-Michel (2002), « La thune, le flouze, le blé en euros. Analyse socioéconomique des conditions d’une transition monétaire », Journal des anthropologues, n° 90-91, p. 231-260.

Servet Jean-Michel (2010), Le Grand Renversement, Paris, Desclée de Brouwer, p. 123-128.

Servet Jean-Michel (2012), « Possibilité et nécessité de pensées interdisciplinaires en temps de crise », Journal of Interdisciplinary. History of Ideas, vol. 1, Issue 2, section 2, p. 3-27 [www.ojs.unito.it/index.php/jihi/article/download/179/198].

Servet Jean-Michel (2014), De nouvelles formes de partage : La solidarité au-delà de l’économie collaborative, Paris, Institut Veblen, [http://www.veblen-institute.org/De-nouvelles-formes-de-partage-la].

Servet Jean-Michel (2015), « L’économisme rampant de la « nouvelle » Banque mondiale, Une lecture critique du Rapport sur le développement 2015 de la Banque Mondiale », http://www.veblen-institute.org/L-economisme-rampant-de-la?lang=fr.]

Servet Jean-Michel (2015), « L’économisme rampant des études comportementalistes (2) : usages de l’épargne et de la monnaie », Site de l’Institut Veblen, http://www.veblen-institute.org/L-economisme-rampant-des-etudes?lang=fr.].

Servet Jean-Michel (2016), « Une lecture critique de l’Économie du bien commun de Jean Tirole », La Revue des Sciences de Gestion, 51e année, n° 280, juillet-août, p. 102-107.

Servet Jean-Michel (2016), « Au-delà des leçons de Gulliver et d’une anamorphose d’Holbein, penser les échelles en sciences sociales » in Bernard Hubert, Nicole Mathieu, Interdisciplinarités entre Natures et Sociétés, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Ecopolis », p. 111-132.

Servet Jean-Michel (à paraître oct. 2017), Le néolibéralisme à visage humain, Paris, Ed. Charles Léopold Mayer.

Sugden Robert (2012), « Gilles Saint-Paul, The Tyranny of Utility: Behavioral Social Science and the Rise of Paternalism », Œconomia, 2-2 | 2012, p. 264-267.

Sunstein Cass R. (2013), « The Storrs Lectures: Behavioral Economics and Paternalism », The Yale Law Journal, 122, p. 1826-1899.

Tanase Alexandre (2015), « Paternalisme libertarien et limites de l’approche par les biais cognitifs », Communication au Congrès AFSE, Aix-en-Provence, 23 juin 2015 (doc. 11 p.).

Thaler Richard H. (1980), « Toward a Positive Theory of Consumer Choice », Journal of Economic Behavior and Organisation, n° 1, p. 39-60.

Thaler Richard H. (2016), Misbehaving. The Making of Behavioural Economics, Penguin Books.

Thaler Richard H. (2017), « Behavioral Economics : Past, Present, Future and Football », Intervention à la 70th CFA Institute Annual Conference, May, 21st, [http://cfainstitute.gallery.video/annual/detail/videos/archived/video/5441653350001/richard-thaler:-behavioral-economics:-past-present-future-and-football?autoStart=true].

Tirole Jean (2016), Économie du bien commun, Paris, PUF.

Vandecasteele Mylène (2012), « Pique-assiette, radin, intéressé et égoïste : le profil du parfait étudiant en économie », Express Business, 6 février, [https://fr.express.live/2012/02/06/pique-assiette-radin-interesse-et-egoiste-le-profil-du-parfait-etudiant-en-economie-exp-161238/].

Yezer Anthony M., Goldfarb Robert S., Popeen Paul J. (1996), « Does Studying Economics Discourage Cooperation: Watch What We Do, Not What We Say or How We Play », Journal of Economic Perspectives, vol. 10, hiver, p. 177-186.

Zelizer Viviana (2011), Economic Lives. How Culture Shapes the Economy, Princeton University Press.

Zumbrun Josh (2017), « Top Economists Grapple With Public Disdain for Initiatives They Championed ». Wall Street Journal, 8 Jan. 2017.

Haut de page

Notes

1 Thaler, 2016, p. 355. Cette phrase est citée comme étant de Mark Twain dans un film d’Adam McKay, The Big Short [Le Casse du siècle] sorti en 2015. Mais elle ne figure pas dans l’œuvre de Mark Twain [https://scatter.wordpress.com/2016/01/16/the-big-short-and-the-most-ironic-quote-misattribution-ever/].

2 Cette note de lecture est partie intégrante d’une réflexion critique en cours pour un ouvrage à paraître sur le nouveau comportementalisme en économie [Titre provisoire : Le néolibéralisme à visage humain, Paris, Ed. Charles Léopold Mayer, oct. 2017]. Voir aussi deux notes publiées par l’Institut Veblen. L’une sur le Rapport 2015 de la Banque mondiale sur le développement [2015 « L’économisme rampant… 1] et l’autre sur une expérimentation comportementaliste sur l’épargne menée en Inde [2015 « L’économisme rampant… 2].

3 Bloem, 2015. Son auteur est assistant chercheur au Minnesota Population Center. La revue est publiée par The Association of Christian Economics.

4 L’argument est développé dans Le néolibéralisme à visage humain.

5 Cette distinction a été établie par Saint-Paul (2011). Voir son compte-rendu par Hedoin (2012) et Sugden (2012). Sur le paternalisme libertarien voir aussi Salvat, 2015.

6 Sunstein, 2013.

7 Des chercheurs (Gilles Hilary et Kai Wai Hui 2009) ont montré la possibilité de contextualiser l’aversion au risque à partir d’une enquête menée sur les différences de comportements des dirigeants d’entreprise dans les différents comtés des Etats-Unis selon la religion. Synthèse faite dans site de Knowledge@HEC, 2009, Impact de la religion sur la prise de risque aux États-Unis

http://www.hec.fr/Knowledge/Environnement-des-Entreprises/Questions-sociales-et-societales/Impact-de-la-religion-sur-la-prise-de-risque-aux-Etats-Unis.

8 Post, Assem, Baltussen, Thaler, 2008.

9 Dans une interview donnée au supplément du 25 février 2017, no 1028, du quotidien italien La Republica, Esther Duflo envisage, après une prochaine année sabbatique à Paris en 2018, de quitter les États-Unis avec sa famille pour s’installer en France (P. 64). Elle le justifie par son inquiétude face à la politique du président Trump. On peut imaginer qu’elle espère aussi qu’un nouveau président français sera plus sensible aux études randomisées que ne l’ont été François Hollande ou Nicolas Sarkozy…

10 Sur l’importance de cette rencontre annuelle des économistes, voir Zumbrun consacré à celle de janvier 2017 à Chicago.

11 Banerjee, Duflo, 2012.

12 O’Donnell, 2015.

13 Labrousse, 2010.

14 Deaton, 2010. Voir la vidéo de ses échanges avec Abhijit V. Banerjee lors du débat : « Searching for Answers with Randomized Experiments » of the 2012 NYU Development Research Institute Annual Conference "Debates in Development: The Search For Answers" le 22 mars 2012 [https://www.youtube.com/watch?v=RekIjErvRBE ; https://www.youtube.com/watch?v=yiqbmiEalRU ; https://www.youtube.com/watch?v=G7pAPzfI7Ik ]. Vu la faiblesse des arguments de Banerjee face aux critiques et objections d’Angus Deaton, beaucoup ont conclu que ce dernier avait gagné ce match intellectuel.

15 Intervention le 26 mars 2012 lors d’une conférence de l’Agence française de développement, intitulée Malaise dans l’évaluation : quelles leçons tirer de l’expérience du développement, cité par Bédécarrats, Guérin, Roubaud, 2015.

16 La violence des critiques du mainstream actuel est bien illustrée par l’ouvrage de Cahuc, Zylverberg, 2016. Contre ce brulot voir : Orléan, 2016 ; Aeschimann, André, Boganda, Boullay, 2016 ; Husson, 2016. Voir aussi De Filippis, Douroux, 2016.

17 Voir ci-dessous les notes 39 et 40.

18 Tanase, 2015, p. 5. Il parle à ce propos de myopie.

19 Il a notamment publié en 2013 avec Sendhil Mullainathan, Scarcity : Why Having Too Little Means So Much.

20 Naville, 1942. John Broadus Watson n’est pas cité par Richard Thaler.

21 Thaler, 1980.

22 Servet, 2012, Servet, 2016, « Au-delà des… ».

23 Dans le sens donné par Dockès, Servet, 1992.

24 Leijonhufvud, 1973. Supposons que le terme est peut-être devenu familier dans la tribu au sein de laquelle vit Richard Thaler…

25 « Individu » a pour origine le mot latin « atome », la plus petite unité. « Personne » a pour origine le masque de théâtre (phersu en étrusque) accessoire à Rome des acteurs (per son… qui portait le son au loin) ; il est ce que voit l’interlocuteur. Mais d’une certaine façon c’est un vide (« il n’y a personne »…) s’il n’y a pas mise en relation aux autres. Voir : Létoublon, 1994.

26 O’Donnell, 2015.

27 Henrich, Heine, Norenzayan, 2010. L’article est suivi d’une cinquantaine de pages de commentaires par différents spécialistes.

28 « Weird » peut être traduit en français par l’expression : « bizarre », voire par « cinglé ».

29 Sont cités en bibliographie deux articles de Joseph Henrich mais ils datent de 2000 et 2002.

30 Vandecasteele, 2012 en s’appuyant sur Frank, Gilovich, Regan, 1993. Affirmation contestée ou nuancée par Yezer, Goldfarb, Popeen, 1996 et par Frey, Meier, 2003. Question abordée aussi par Tirole, 2016, p. 139-142. Pour une critique des présupposés de ce dernier ouvrage, voir Servet, 2016, « Une lecture... ».

31 Bataille, 1949.

32 Une appréhension tripartite et non bilatérale d’un échange rend compte de cette vision. Voir : Casajus, 1984.

33 Louis Dumont fait le lien entre la logique économique (avec Homo Aequalis, 1971), par contraste avec les logiques hiérarchiques qu’il analyse dans Homo Hierarchicus (1977). Cette distinction affecte la vie des entreprises. Quand, en 2002 et 2003, j’étais chercheur au French Institute de Pondicherry je ne m’étais pas immédiatement aperçu d’une de ses conséquences. Une collègue m’a fait remarquer que lors des réunions des équipes de recherche, les brahmanes en poste à l’Institut s’assoyaient sur les fauteuils et les dalits (terme ayant remplacé celui d’« intouchable » devenu politiquement incorrect) sur de simples chaises. Je n’avais pas compris la précipitation de certains collègues indiens à me présenter un fauteuil quand j’arrivais à une réunion. Les Européens étant assimilés à la caste supérieure en la circonstance, alors qu’ils ne le sont pas dans les temples par exemple.

34 Morduch, 2015 à paraître dans : Bandelj, Wherry, Zelizer (eds). 2017.

35 Zelizer, 2011.

36 Servet, 2002.

37 Sur les ambiguïtés de l’économie dite de « partage », voir : Servet, 2014.

38 La pertinence d’une hausse du niveau général des prix se trouve non dans un affaiblissement du pouvoir d’achat des salariés, qui est un des ingrédients essentiels de la crise actuelle, mais dans la diminution des endettements publics et privés (ménages et entreprises). Voir : Servet, 2010, p. 123-128.

39 Voir http://www.fullerthaler.com/people/richard-thaler.aspx?dept=bod. Siègent aussi dans son board de direction un autre économiste comportementaliste, Daniel Kahneman et un ancien professeur de finance de la Washington State University, Russell Fuller. Sur sa contribution en matière de placements financiers, voir : Thaler 2017.

40 Sur le site d’accueil du site, on peut lire : « Investors make mental mistakes that can cause stocks to be mispriced. Fuller & Thaler’s objective is to use our understanding of human decision making to find these mispriced stocks and earn superior returns. » [« Les investisseurs font des erreurs mentales qui peuvent faire que des actions sont mal évaluées. L’objectif de Fuller & Thaler est d’utiliser notre compréhension de la prise de décision pour trouver ces actions mal évaluées et gagner plus. »]. Sur le succès de ce fonds au cours des dernières années voir : Gittlesohn 2016.

41 En note* de la page 251 de Misbehaving.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Servet, « Chassez l’econ par la porte, il revient par la fenêtre ! », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12278

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Servet

Professeur honoraire à l’IHEID Genève, associé à l’UMR 201 IRD, université Paris 1, jean-michel.servet@graduateinstitute.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page