Skip to navigation – Site map
Notes de lectures

Pour des sciences sociales du changement climatique ?

À propos de l’ouvrage d’Antonin Pottier, Comment les économistes réchauffent la planète
Florence Jany-Catrice
Bibliographical reference

Antonin Pottier, Comment les économistes réchauffent la planète, Paris, Le Seuil ; coll. « Anthropocène », 2016

Full text

Introduction

1Dédiant son ouvrage à Jacques Weber, récemment disparu, Antonin Pottier a un pédigrée irréprochable : normalien, il est actuellement chercheur au Cerna (Centre d’économie industrielle de l’École des Mines de Paris). Jeune économiste de l’environnement, sa thèse de 2014 a été réalisée à l’EHESS sous la direction de Jean-Charles Hourcade. Il nous donne ici à lire un ouvrage incisif, véritable plongée dans les affres de l’évaluation telle qu’elle se « pratique » en économie environnementale.

  • 1 Voir par exemple Bruno Ambroise, « Performativité de l’économie ou pouvoir symbolique ? », Revue fr (...)

2Le titre ne laisse planer aucun doute sur l’intentionnalité de l’auteur : Comment les économistes réchauffent la planète est un ouvrage qui peut être lu comme une contribution d’économie critique (internaliste, mais aussi parfois plus externe) à l’économie environnementale. Elle est aussi de mon point de vue une contribution empirique de l’analyse des effets tangibles des travaux et théories économiques sur le monde réel. On pourrait donc sans peine le classer parmi les ouvrages qui abondent dans le sens, parfois discuté1, d’une performativité (au sens de Callon) de la science économique. « Le discours économique est une cause majeure, dit-il, de l’incapacité collective à réduire les émissions de gaz à effet de serre » (p. 50) : il s’agit pour lui de montrer en quoi les théories économiques infléchissent mais aussi « ralentissent » la mise en place de politiques climatiques, « bloquant la prise de conscience », ou encore « minorant la gravité du problème », « proposant des moyens inadaptés », voire « entravant l’action contre le changement climatique » (p. 50). Le ton est donné.

1. Un état des lieux de l’aggravation du changement climatique

  • 2 Le développement des questions d’irréversibilité et du temps en économie a notamment été assuré à p (...)

3L’ouvrage est composé de dix chapitres, dont le premier, épais, établit un état des lieux de l’aggravation du changement climatique, insistant sur le rôle précoce joué par des chimistes (Arrhénius, 1907), puis les géophysiciens, dans les années 1950, dans la découverte des effets des émissions de gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique. Antonin Pottier insiste sur une dichotomie qu’il serait, selon lui, nécessaire d’opérer entre dommages et impacts, et qu’il va conserver tout au long de l’ouvrage : selon lui les « impacts » seraient ces conséquences sur l’environnement (pris au sens large) de l’action, tandis que les « dommages » se limiteraient aux effets directs sur « les sociétés humaines » Cette distinction analytique offre quelques vertus (notamment celle de distinguer analytiquement les impacts plus larges que les seuls dommages causés aux hommes) mais aussi des limites (permanence d’un système de pensée causal-linéaire, qui laisse entendre qu’à des actions humaines ou inhumaines correspondent des effets identifiables, et qu’au sein de ces effets identifiables on pourrait distinguer les effets globaux sur la santé des écosystèmes – impacts – des effets centrés sur l’homme – dommages). Pour se mettre à distance de cette possible critique d’une posture causale-linéaire, Antonin Pottier insiste néanmoins sur le caractère radical de l’incertitude qui caractérise la prospective sur le changement climatique. Les scénarios existants sont, selon l’auteur, limités par les contingences du savoir, et en particulier sous estiment les possibles « phénomènes d’emballement » (p. 43) du climat, ces formes d’irréversibilités impensées de l’économie néoclassiques2 et qui emmènent les sociétés humaines et leur environnement dans l’immensité de l’inconnu.

2. Le rôle du « discours économique »

4L’inertie des politiques publiques vis-à-vis de cette grande transformation aux contours et effets radicalement incertains peut être partiellement expliquée par les lobbys économiques (les grands groupes pétroliers par exemple) et plus généralement par les enjeux géopolitiques. Mais il est un facteur d’inertie des politiques publiques, dit Antonin Pottier, qui est nettement moins « visible » et qui se situe du côté du ressort du « discours économique » (p. 50). Par ce terme bien connu des économistes et sociologues critiques, il désigne « les éléments fondamentaux de vision du monde propres à la théorie économique dominante, déployés sur la question climatique grâce aux modes de raisonnement spécifiques des économistes » (p. 50). L’auteur insiste par conséquent pour que l’économie ne soit pas laissée aux seuls économistes. Il dit son propos structuré par la sociologie bourdieusienne, conférant un double aspect au discours et aux « croyances économiques », objet de prédilection de Frédéric Lebaron par exemple. Il rappelle à quel point, contrairement à certaines idées formulées sous forme de poncif, l’économie est plurielle dans ses approches, mais soumise à une hiérarchie classante des productions qui confère à la profession un centre, hermétique, duquel sont relégués en périphérie certains travaux de recherche (l’économie du climat serait assez marginalisée), tandis que d’autres feraient les frais d’une satellisation telle qu’ils friseraient la mise en orbite (les économistes hétérodoxes). Ce sont évidemment, vu de l’intérieur dominé de la profession, des choses assez connues. Mais elles sont sous estimées voire niées par les dominants de la profession (qui refuse souvent la dichotomie orthodoxe/hétérodoxe) : aussi ne faut-il pas bouder son plaisir de voir l’ouvrage d’un jeune ENS-Cerna s’intéresser ainsi à ces conflits fratricides. La discussion épistémique de ce premier chapitre rappelle, s’il le fallait encore, les présupposés anthropologiques de la conception de l’individu dans les modèles des économistes mainstream, qui font des individus des êtres détachés de la société et optimisateurs. Selon Antonin Pottier, le discours économique est l’autre nom de l’idéologie économique, en particulier si l’on considère que l’idéologie regroupe « un ensemble d’idées et de croyances qui forment un système de pensée, qui demeure cependant lâche et diffus pour le plus grand nombre » (p. 65).

5Cette trame épistémique permet à Antonin Pottier de proposer une analyse critique des théories économiques sous la perspective du fondamentalisme de marché : les Économistes (chez lui avec une majuscule pour marquer la figure ordinaire de l’économiste mainstream) envisagent le Marché comme une institution nécessairement bénéfique qui ferait tenir la société. Il montre le passage de la théorie économique au fondamentalisme pratique de marché, « car il est emblématique dit-il de la transformation du savoir économique en discours économique ». Les déplacements de sens entre théorie et pratique sont facilités par des pratiques de « jeux de l’évocation » dont sont friands les économistes mainstream. Le passage de l’élégance théorique à la mise en pratique nécessite de « rationnaliser les concepts, comme ceux d’optimalité, d’utilité, de concurrence » (p. 81). Son analyse interprétative du louvoiement entre théorie pure (aux concepts plastiques) et économie appliquée est stimulante ; selon l’auteur, « l’économiste n’a aucun intérêt à mettre fin à l’équivoque entre théorie économique et idéologie économique ». La double composante du discours économique se révèle très efficace : d’un côté, parler en des termes généraux de résultats très partiels lui permet d’attribuer une plus grande portée à ses travaux, de l’autre, « le soubassement mathématique forme une protection derrière laquelle l’Économiste peut se réfugier en cas de contestation : il lui suffit de revenir aux significations formelles des mots qu’il a employés ».

3. Un moment particulier : l’évaluation des coûts de la réduction des émissions

6Antonin Pottier se centre ensuite plus particulièrement sur son objet, le changement climatique, et plus spécifiquement sur un aspect précis des évènements économiques : le moment où l’économiste évalue les coûts de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit d’un basculement dans l’ouvrage en ce qu’il ausculte les pratiques courantes de l’économiste vis-à-vis de la question environnementale et du changement climatique, et les passe au filtre de sa grille analytique : parmi ces pratiques courantes, celle de l’évaluation (chapitre 4), de la recherche de l’optimalité (ici « réchauffement optimal » chapitre 5), de la mise en place d’un marché (chapitre 6), de l’actualisation (chapitre 7), de l’analyse coût-bénéfice (chapitre 8), de la mise en place du prix carbone et du marché mondial du carbone (chapitres 9 et 10).

7Le parti pris des économistes, dit Antonin Pottier, les conduit à évaluer le coût économique des réductions des émissions de gaz à effet de serre (chapitre 4), en estimant le coût minimum des mesures permettant de respecter les objectifs fixés par ailleurs (par les politiques, par la COP, par le GIEC, etc.). L’ouvrage passe en revue ici les différentes méthodes de mesure des coûts des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Même en se limitant à une estimation des coûts, l’exercice peut s’avérer très vite complexe en particulier si l’on essaie, pertinemment, de tenir compte des rétroactions macroéconomiques. Le bilan qu’il fait de ces évaluations coût-efficacité laisse poindre deux idées : d’une part, sur le fond, l’idée selon laquelle le surcoût d’un investissement pour la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas hors de portée : « l’évaluation économique contribuerait plutôt à renforcer l’action contre le changement climatique, ou en tout cas ne présenterait pas d’obstacle » (p. 103). D’autre part, sur la forme, Antonin Pottier insiste sur le fait que dans ce type d’évaluation coût-efficacité, « ces modèles économiques se situent plus à la périphérie qu’au centre de la discipline et nécessitent un dialogue avec les modélisateurs du système climatique et les sciences de la nature » (ibid.). La raison en est que les objectifs sont fixés de manière exogène aux économistes (ce qui paraît a priori évident), par les pouvoirs publics par exemple, ou par d’autres scientifiques.

4. L’analyse coûts-bénéfices remet l’économiste au centre

8Un intérêt majeur de l’ouvrage apparaît à ce moment de la démonstration : pour asseoir davantage encore leur emprise et leur maîtrise des enjeux, les économistes font progressivement glisser les analyses coûts-efficacité (ACE) vers des analyses coût-bénéfice (ACB). En rendant ordinaire une comparaison des « coûts » monétarisés à des « bénéfices » (eux-mêmes monétarisés), les économistes acquièrent simultanément un pouvoir bien plus important en ce que les bénéfices ne sont plus, cette fois, des objectifs exogènes à eux, fixés par exemple par le politique ou toute autre organisation qui peut énoncer légitimement un objectif de politique publique, mais des objectifs qu’ils fixent eux-mêmes, entendant souvent le bénéfice comme un dommage évité… L’analyse coût-bénéfice laisse alors l’économiste « seul maître à bord » (p. 196), lui octroie « la position centrale » (ibid.), le place au centre de « l’organisation des savoirs » et réduit, ce faisant, le changement climatique à une question « d’optimisation inter-temporelle de consommation » (ibid.).

9Antonin Pottier passe en revue les principaux dispositifs développés par les économistes pour déterminer les dommages au sens précisé plus haut. Il identifie i) la méthode énumérative (évaluation de chaque dommage listé) ; ii) les modèles d’équilibre général calculable (qui, tendent, dit l’auteur, à limiter l’estimation des dommages par rapport à la méthode énumérative (p. 131)) ; ces modèles sont évidemment solidement équipés de leur discours économique : « les ajustements sont réalisés dans les modèles grâce à des marchés parfaits, à des prix qui transmettent les bonnes informations sur la rareté présente et à venir à des agents qui anticipent avec justesse les tendances de prix, à une demande des consommateurs et une offre des producteurs qui s’ajustent parfaitement à ces signaux de prix » (p. 135) ; iii) une mise en regard économétrique des données historiques, par exemple, données climatiques et statistiques de production. Si ces méthodes économétriques ont un intérêt, elles « supposent que les climats futurs, à travers la planète, seront comparables aux climats d’aujourd’hui, ou que la variation actuelle des climats, tant à travers l’espace qu’au cours du temps, inclut les climats futurs provoqués par le réchauffement » (p. 136).

5. Des dommages climatiques sur un mode mineur

10Pour la totalité ou presque des études, dit Antonin Pottier, les dommages du changement climatique réalisés par les économistes sont mineurs et ne représentent que des déviations par rapport aux mouvements profonds de l’économie. Les estimations que les économistes considéreront comme « alarmistes », et qui sont énoncées par diverses sciences ou par des intellectuels, tiennent insuffisamment compte des « bons côtés du réchauffement » (p. 152), les économistes décelant dans toute activité à risque une source d’opportunités. On retrouve les mêmes rhétoriques dans la silver economy par exemple. Ces estimations alarmistes, regrettent les économistes, tiennent également insuffisamment compte des capacités de résilience et d’adaptation (via une protection et un investissement). Ces perspectives économicistes sont rassurantes, pour leur part, en considérant que le Marché constituera un – voire le – filet de protection de la société. Même le rapport Stern – dont on considère parfois que son projet a permis une certaine prise de conscience du coût de l’inaction vis-à-vis du changement climatique – procède d’une telle méthodologie économique. Critiqué par Pottier, non pas tant par l’objet évalué, mais par le fait que Stern propose, sans y voir d’incongruité dans son propos, un chiffrage des dommages à +8 °C. de réchauffement climatique… Pour Pottier, au-delà d’un certain seuil, disons 2 ou 3 °C de réchauffement, les extrapolations ne peuvent être, en l’état des connaissances, que supputations, ne valant pas mieux qu’un « tirage au sort » (p. 139). D’autant que les taux d’actualisation sur lesquelles reposent nécessairement ces analyses coût-bénéfice monétarisées (chapitre 7) souffrent de multiples apories, et reposent sur des choix arbitraires et controversés. On lira avec intérêt par exemple les estimations divergentes entre Nordhaus et Cline dans les années 1990, les travaux du second, sont nettement moins optimistes que ceux du premier, ayant fait moins de bruit. Un constat qui serait lié, dit Antonin Pottier, à la position moins élevée/inférieure de Cline dans la hiérarchie des économistes p. 179 et suiv. En parfaite cohérence avec eux-mêmes, et sûrs de leur savoir, les économistes réclament l’urgence à « faire de la pédagogie, à éduquer les décideurs et citoyens à la seule vraie manière de limiter les dommages : renforcer les marchés, laisser parler les signaux-prix et s’adapter du mieux possible » (p. 164). Au contraire, d’autres disciplines montrent à quel point le changement climatique aura des conséquences plus désastreuses – comprenant par exemple des pertes sèches de biodiversité, mais aussi des guerres du climat – perspectives bien plus irréversibles que la perte de quelques points de croissance.

11Dans les chapitres 9 et 10, Antonin Pottier prend appui sur le prix du carbone pour mettre en évidence toutes les inconsistances d’une telle hégémonie dans ce cadre théorique. Il montre le temps perdu à courir après un prix unique du carbone. Dans un chapitre 9 très pédagogique, il explique pourquoi les économistes sont tentés par le dogme du prix unique du carbone, distinguant la régulation par les prix (taxe) de la régulation par les quantités (marché). Il considère que les défauts des propos des économistes sur ce point sont « à la mesure de sa généralité immense », suggérant que « le manque de courage des politiques n’est pas tant en cause que la paresse de l’économiste » (p. 212). Le prix unique du carbone apparaît comme une diversion par rapport à des enjeux véritables qui permettraient de construire de véritables filières industrielles à même de fournir des solutions de rénovation de l’habitat, de l’énergie renouvelable, du transport plus doux… Mais les travaux qui défendent ce type de thèses, plus nuancées, plus historiquement situées, plus locales ont peu de chance de « s’incorporer au discours économique » (p. 238), et à être entendus. « Revenir au monde imaginaire permet de construire à moindres frais un raisonnement, de dérouler des arguments, de faire des préconisations fortes, indépendamment de l’objet d’étude. Il est ainsi possible de parler de n’importe quoi tout en ayant l’air raisonnablement d’être intelligent » (p. 239).

6. Pour une économie politique du changement climatique ?

12Cet ouvrage, que je considère comme justement sévère pour la théorie mainstream, a de nombreuses qualités, au premier rang desquelles une extrême pédagogie dans le propos, en particulier lorsqu’il s’agit de présenter les enjeux des analyses coûts bénéfices, ou encore ceux du prix du carbone. Il y montre que la contestation des effets du changement climatique ne repose pas sur quelques climato-sceptiques, mais bien sûr tout un écosystème structuré, pas nécessairement intentionnel, au sein duquel les économistes jouent un rôle déterminant. Il insiste avec justesse sur l’incertitude des mesures de coût évité comme sur les mesures des dommages. Ce constat apparaîtra banal pour celles et ceux qui, dotés de réflexivité, mettent les mains dans le cambouis et tentent, par l’expérimentation, des mesures de coûts évités, de dommages ou d’impacts. Les évaluateurs font en permanence, dans leurs calculs, des petits et grands choix. Cela est inhérent à ces perspectives, et a des effets directs sur les manières de représenter et d’interpréter le réel et la prospective. C’est d’ailleurs ce que Pottier souligne en montrant à quel point le public choice conduit à une conception technique du politique, et, au-delà, des institutions et de la démocratie : « le public choice peut se définir comme une science instrumentale et analytique dont l’objet est de proposer une connaissance de moyens destinés à atteindre une fin qui est donnée et non pas discutée ». Il propose de revenir à Hume et Smith pour renouveler une approche du politique qui permet de s’affranchir d’une vision purement technique du politique.

  • 3 Dont a rendu compte Annie Thébaud-Mony dans la Revue française de socio-économie en 2016.

13Peut-être Antonin Pottier aurait-il pu aller au bout de son propos en reliant lobbyistes et économistes (comme dans le cas des perturbateurs endocriniens, ou dans l’ouvrage de Stephan Horel3). Ceux-ci sont parfois envisagés comme un écosystème qui s’organise pour développer les stratégies de « manufacture du doute ». Les stratégies déployées utilisent le levier de l’incertitude (de toute évidence radicale) et transforment cette incertitude en doute : tant qu’on n’est pas certain, ce n’est pas le problème…

  • 4 Dominique Vinck, 2009, « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des (...)

14Mais, de mon point de vue, c’est dans l’espace intermédiaire entre théorie et empirie, là où précisément se lovent toutes les évaluations, que se situe une grande partie des enjeux traités par l’auteur. On pourrait sans doute considérer cet espace intermédiaire comme un « objet-frontière » (Vinck, 2009)4, en quelque sorte un objet intermédiaire ou un trait d’union bricolé entre théorie et mise en pratique, réceptacle inévitable des innombrables contorsions, plus ou moins (ir)réconciliables, entre théorie et pratique et qui, ici, constitue un « schisme de réalité » (p. 287), via des pratiques sociales qui restent cependant peu étudiées dans cet ouvrage. Parce que, si l’auteur s’équipe de la sociologie bourdieusienne pour étudier le champ des économistes, la densité des réseaux qui le structurent, et de la figure (présentée comme idéale-typique) de « l’Économiste », il n’explore pas pour autant jusqu’au bout les méandres de l’évaluation, et ne s’aventure pas (encore ?), dans une perspective constructiviste qui irait jusqu’à considérer l’évaluation comme une pratique sociale ordinaire.

15L’auteur répond partiellement à cette critique : à l’argument que son propos pourrait surestimer le rôle joué par ce discours économique dans la mise en place de politiques publiques appropriées, il rétorque notamment que « la question climatique n’est qu’un des nombreux domaines dans lesquels se révèlent de multiples manquements de la « science » économique comme de ses zélateurs (on peut penser à la politique de l’emploi ou à la politique monétaire » (p. 50). Mais il campe sur la critique (importante) interne – équipée de Bourdieu quand même, d’où son caractère quelque peu hybride – renversant les arguments des économistes à partir d’une critique des travaux les plus connus d’entre eux. En s’arrimant davantage à des travaux de sociologie ou d’anthropologie économique, son propos y aurait puisé, à mon sens, une force argumentative supplémentaire. Il reste que son analyse en particulier du glissement de l’ACE ver l’ACB devrait faire date.

7. Pour des sciences sociales du changement climatique ?

16Mon ultime regret quant à cet ouvrage roboratif, est que pour sortir des impasses dans lesquelles les économistes mainstream semblent nous avoir placés, l’auteur suggère – en conclusion – de considérer l’économie comme une partie d’un circuit de la matière ; perspective stimulante pour partie, permettant de nouer des alliances avec d’autres sciences (dures), mais finalement très en-deçà de l’analyse de science sociale qu’il nous donnait à voir dans l’ouvrage, notamment en termes de rapports de domination.

17De ce point de vue, lorsqu’Antonin Pottier suggère en introduction de l’ouvrage que la critique interne ne suffit plus, car elle est finalement peu audible et confinée à des publics très étroits et avertis, le recours aux sciences sociales auquel il appelle parfois, apparaît chez lui (mais espérons que ceci est une mésinterprétation de ma part) davantage comme une tactique de présentation que comme un système de compréhension décisif, y compris dans le champ du changement climatique. S’il décèle chez Kenneth Boulding ou Herman Daly des perspectives prometteuses mais avortées de réflexion dans les années 1970 (p. 288), il tend à passer sous les radars les économistes institutionnalistes ou les sociologues de l’économie ou de l’environnement, (et avec eux, le rôle des régulations systémiques, et des institutions). Économistes et sociologues qui défendent, aujourd’hui, dans un environnement cognitif marqué d’une incroyable adversité, des projets d’économie écologique ou de socio-économie, au moins dignes d’intérêt, sinon incontournables. Espérons qu’Antonin Pottier les identifiera dans la suite de ses travaux, d’ores et déjà particulièrement stimulants.

Top of page

Notes

1 Voir par exemple Bruno Ambroise, « Performativité de l’économie ou pouvoir symbolique ? », Revue française de socio-économie, Hors-Série, 2015, p. 19-35.

2 Le développement des questions d’irréversibilité et du temps en économie a notamment été assuré à partir de l’ouvrage majeur de Robert Boyer, Bernard Chavance et Olivier Godard, Les figures de l’irréversibilité en économie, Éditions de l’EHESS, en 1991.

3 Dont a rendu compte Annie Thébaud-Mony dans la Revue française de socio-économie en 2016.

4 Dominique Vinck, 2009, « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, 2009/1, vol. 3, no 1, p. 51-72.

Top of page

References

Electronic reference

Florence Jany-Catrice, « Pour des sciences sociales du changement climatique ? », Revue de la régulation [Online], 21 | 1er semestre / Spring 2017, Online since 20 June 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://regulation.revues.org/12252

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page