Navigation – Plan du site
Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale

Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale

Introduction au dossier
Gilles Allaire, Martino Nieddu et Pierre Labarthe

Texte intégral

1Ce dossier réunit six articles issus d’une sélection de communications présentées au colloque « Renouveler les approches institutionnalistes sur l’agriculture et l’alimentation : la “grande transformation” 20 ans après », organisé à Montpellier les 16 et 17 juin 2014, ainsi qu’un entretien avec Harriet Friedmann (université de Toronto). Ces articles proposent une série de coups de projecteur sur les nouvelles régulations des secteurs agricoles et agro-alimentaires. Ils mettent plus particulièrement en évidence des formes de mobilisation sociale qui transforment les échelles sectorielle et territoriale de régulation de l’agriculture. Cinq études de cas concernent des objets et des développements ayant eu cours lors des dernières décennies (commerce équitable, circuits courts, agriculture biologique, mouvements environnementalistes), et chacune adoptant une approche théorique originale. S’y ajoutent deux textes proposant des vues sur l’évolution des approches depuis les années 1980. Le premier (article de Jean-Marc Touzard et Pierre Labarthe) ouvre le dossier en revenant sur les travaux appliqués à l’agriculture en rapport avec le programme de recherche régulationniste depuis un quart de siècle. Le second, qui clôt le dossier, est l’entretien avec Harriet Friedmann autour de la notion de food regime, conduit par Benoît Daviron et Gilles Allaire ; elle y souligne que : « la durée de la transition autant que son succès devrait dépendre de comment les gens sagement tireront parti des ressources collaboratives dans la vie de tous les jours. Les acteurs de cette transition reconfigurent les idées, pratiques et relations, par exemple dans des réseaux de partage et collaboratifs et dans l’économie solidaire ». Ces textes analysent certains des nouveaux dispositifs institutionnels et des transformations des régimes économiques agricoles et alimentaires, en lien avec les enjeux du développement durable, mais aussi avec de nouvelles dynamiques trans-sectorielles et transnationales. Ils permettent également de poursuivre les échanges entre la théorie de la régulation (TR) et d’autres approches institutionnalistes, ainsi qu’avec des approches sociologiques ou de sciences politiques.

  • 1 À l’issue du colloque de Montpellier mentionné, il a été également préparé un ouvrage collectif, pa (...)

2Les thèmes abordés dans les études de cas sont les « circuits courts » et leur gouvernance (articles de Claire Lamine et Juliette Rouchier d’une part, et d’Amélie Gonçalves et de Thomas Zeroual d’autre part), la place de la filière « sucre pour l’énergie » dans le modèle national de développement brésilien (article de Mathieu Fruleux), le commerce équitable de vin d’Argentine en Angleterre (article de Juan Ignacio Strricco), et la comparaison de la transformation des politiques agricoles en Angleterre et France du point de vue de l’intégration de l’environnement (Matthieu Ansaloni et Gilles Allaire). Sans être exhaustifs, ces cas sont représentatifs de nouvelles questions apparues dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture ces deux dernières décennies : circuits d’approvisionnement « alternatifs », production de biomasse non alimentaire, nouvelles normes de qualité immatérielles et environnementales. Ces questions nouvelles, qui toutes ont à voir, d’une façon ou d’une autre, avec le référentiel du développement durable (en particulier dans sa dimension environnementale) ne constituent toutefois qu’un aspect des enjeux et des problèmes se rapportant à l’agriculture et à l’alimentation en ce début de siècle. Ces enjeux d’aujourd’hui concernent aussi la sécurité alimentaire ou dit de façon plus politique, la souveraineté alimentaire, la gestion des ressources naturelles, la bioéconomie et l’exploitation du vivant, la financiarisation de l’économie agricole, l’accaparement des terres, l’évolution des cultures et des régimes alimentaires, l’instabilité des marchés des produits de base, l’organisation des échanges mondiaux, le rôle des technologies numériques et des connaissances1… Ces enjeux questionnent les régimes agricoles et alimentaires et les outils conceptuels disponibles pour les analyser et les relier aux transformations plus globales des capitalismes contemporains.

3Dès les années 1980, la TR a analysé, dans le cas de la France, le régime de croissance agricole des décennies d’après la seconde mondiale comme composante du régime global (Bertrand 1980, Allaire 1988). Durant la période fordiste (qui démarre pour l’agriculture aux USA dans les années 1930 et dans les années 1950 en France), l’agriculture était encadrée par des politiques agricoles nationales qui ont stabilisé les marchés agricoles nationaux, alors déconnectés des marchés mondiaux. Ces politiques ont favorisé la montée en puissance d’un capital fixe privé (plutôt que collectif), contribuant à faire de l’agriculture l’un des secteurs les plus capitalistiques. Elles s’incarnaient également dans de très forts investissements dans la recherche, le développement, l’éducation et la formation. Une partie de la paysannerie a été exclue ; une autre a participé à cette modernisation de l’agriculture.

4Des équipes de recherche, notamment de l’INRA, ont, à cette période, et en référence au cadre régulationniste (complété ensuite de celui de l’économie des conventions), mis en lumière les transformations correspondant au modèle fordiste de l’agriculture. Elles ont aussi mis en perspective les contradictions spécifiques au secteur apparues avec ces transformations. Ces contradictions concernaient les formes de travail, les pratiques de mise sur le marché, l’organisation professionnelle, les techniques et normes de production. On trouvera les références de ces travaux dans la revue de littérature proposée par Jean-Marc Touzard et Pierre Labarthe. L’ouvrage collectif publié en 1995 (Allaire et Boyer, 1995) a posé la question de la « crise structurelle » de cette agriculture de la période fordiste, en mettant l’accent sur ses causes internes et spécifiques : crise des dispositifs de régulation sectoriels, des politiques agricoles, de l’agriculture familiale, du système de distribution et des modes de consommation alimentaire. Cela s’est notamment traduit par des crises de qualité et des crises professionnelles. De nombreux débats ont ensuite porté sur la caractérisation d’une « agriculture post-fordiste » (tournant vers la qualité, agriculture de service, agriculture multifonctionnelle, etc.), sans qu’un véritable consensus émerge chez les chercheurs, ainsi que sur les forces de transformation des formes productives et de la régulation sectorielle de l’agriculture. Parmi ces forces nous soulignerons : la libéralisation des politiques et marchés agricoles, qui devient un objectif à partir des années 1990 (avec notamment la création de l’OMC), la financiarisation et ses conséquences sur la formation des prix agricoles (qui joue un rôle dans la crise de 2008-2009), l’extension du domaine des normes. On assisterait par exemple selon Loconto, Stone et Busch (2012) à une triple transformation reliant (1) les standards, (2) les certifications et (3) les accréditations, faisant émerger un nouveau régime de normalisation, le « Tripartite Standard Regime ». Ce régime établirait un système mondial de gouvernance privée, qui se prolonge bien au-delà des entreprises individuelles et des secteurs au sens classique : son rôle est la création de marchés mondiaux (Busch, 2017). Ce régime se déploierait à plusieurs échelles, non seulement de façon transversale à différents secteurs, mais également de façon transnationale. Ces travaux sont une illustration des débats qui existent aujourd’hui sur l’identification des régimes régulant l’agriculture et l’alimentation : régimes sectoriels ou transsectoriels ? Régimes nationaux ou transnationaux ?

  • 2 Un groupe de travail RST (régulation sectorielle et territoriale) s’est constitué à la fin des anné (...)

5De ce point de vue, les études menées au sujet de l’agriculture ont historiquement contribué, avec celles menées dans d’autres secteurs (industrie automobile, services, etc.) à des innovations théoriques notables. La notion de « régulation sectorielle » et la notion de « régulation territoriale »2 ont ainsi constitué une innovation conceptuelle des années 1990 au sein de la « théorie de la régulation » (TR) (Boyer, Saillard, 1995). Boyer (1990 ; 2015 : 136-138) a consacré la conceptualisation de la notion de régulation sectorielle à partir de l’analyse du cas du secteur viticole (Bartoli et Boulet, 1990). Il demeure cependant différentes définitions et conceptions du secteur, selon que l’on retienne une vision économique du secteur, la sectorisation allant alors avec l’intégration des marchés, ou que l’on adopte une définition du secteur comme champ politique (expression des intérêts sociaux, conflits, compromis institutionnalisés). De nombreux débats ont également eu lieu au sein de la TR au sujet des nouvelles contradictions émergeant entre enjeux sectoriels et territoriaux dans le développement économique (Laurent et du Tertre, 2008).

6Le terme « secteur » est aussi utilisé pour désigner l’agriculture ou l’agroalimentaire dans son ensemble ; le terme « filière » étant le plus souvent utilisé en économie rurale pour désigner l’organisation des marchés spécifiques à un produit. Les questions que pose la régulation « sectorielle », au niveau de l’agriculture dans son ensemble, ne sont pas les mêmes que celles posées par la régulation sectorielle vue au niveau d’une filière. En effet, si les dispositifs institutionnels sectoriels et les régimes économiques des filières s’alignent sur les principes dominants du mode de régulation global via des règles transversales négociées dans le cadre de la politique agricole, ils le font sous des formes et des compromis et avec des temporalités qui leur sont propres. Il peut aussi exister des formes de concurrence foncière et territoriale (accès au travail, au crédit et aux ressources publiques…) entre les « secteurs », ou à l’inverse des évolutions les rendant complémentaires. L’organisation politique des intérêts ruraux et agricoles est, quant à elle, le plus souvent transsectorielle. À cette échelle, la notion de régulation sectorielle, qui inclut la construction des politiques agricoles, se rapproche de la notion équivalente (aussi appelée régulation sectorielle) du point de vue de la science politique selon l’approche développée par Pierre Muller (Muller, 1990). La conception de la régulation politique proposée par Bruno Théret fait le pont avec cette dernière approche (Théret, 1998). Dans ce dossier, elle sert par exemple de référence dans l’article de Mathieu Fruleux qui analyse la filière « sucre/énergie » au Brésil, ainsi que ses liens aux transformations du modèle de développement national et aux compromis institutionnalisés soutenant ce modèle. Au final, l’approche sectorielle peut être construite en utilisant ces différentes focales, ce que font à leur manière les articles du dossier qui utilisent le cadre de la TR (articles de Mathieu Fruleux et de Juan Ignacio Staricco). L’étude des régulations sectorielles dans un tel cadre a un intérêt heuristique propre pour comprendre les conflits et les forces à l’œuvre dans les transformations internes au secteur, voire dans son éclatement ou affaiblissement dans un nouveau contexte économique global mais aussi sociétal.

7Les articles rassemblés dans ce dossier permettent de souligner deux aspects des transformations du mode de régulation sectorielle. Premièrement, il a émergé des « secteurs » nouveaux (avec un régime de fonctionnement économique particulier), qui ne recouvrent pas des filières au sens classique. Ce premier aspect est illustré dans ce dossier par le cas des « circuits courts » (articles de Claire Lamine et Juliette Rouchier d’une part et d’Amélie Gonçalves et de Thomas Zeroual d’autre part). Ces circuits courts font l’objet d’organisations particulières (associant producteurs, consommateurs et souvent collectivités locales) et de mesures spécifiques de politique agricole (en particulier au niveau régional voire local) et pour lesquels l’échange n’est pas une quantité d’un produit mais incorpore du service et des relations civiques. Le développement de ces nouveaux secteurs est aussi l’expression d’une tendance plus générale : la différenciation des qualités des produits agricoles est désormais en partie transsectorielle. Deuxièmement, ces nouveaux secteurs trouvent désormais pour une part des opportunités (ou des contraintes) dans des dispositifs de régulation qui sont transnationaux. C’est la question traitée par Juan Igniacio Starico concernant le commerce équitable. Il met en évidence les formes de partenariats public-privé impliqués dans l’émergence de normes internationales sur la qualité des produits agricoles et alimentaires. Cet article adopte le cadre régulationniste classique, mais projette à un niveau international la notion de mode de régulation pour pouvoir analyser la construction institutionnelle du label commerce équitable. Il introduit ainsi un cadre d’analyse politique transnational avec la notion de conception de contrôle. Ainsi assiste-t-on à un double phénomène de désectorisation des secteurs anciens d’une part, sous la pression de la libéralisation des marchés et de (nouvelle) sectorisation d’autre part, par la réorganisation des circuits de valeur. L’article de Juan Ignacio Starrico s’inscrit donc très explicitement dans la lignée des travaux s’appuyant sur le cas de l’agriculture pour discuter de l’adaptation nécessaire des formes institutionnelles de la TR pour analyser les nouvelles contradictions des capitalismes et leurs conséquences sectorielles.

  • 3 En anglais Dutch disease, ou encore malédiction des matières premières, le terme s’inspire du cas d (...)

8Le type d’analyse ancrée dans la TR qui peut être conduite de façon sectorielle dépend donc de la question que l’on se pose à propos d’une économie prise dans son ensemble, et des transformations des capitalismes. L’article de Mathieu Fruleux sur la filière de production de « sucre énergie » au Brésil en est une autre illustration. Il est orienté par une question macroéconomique concernant le modèle de développement Brésilien dans les années 2000 et la recherche d’une explication du « syndrome hollandais »3 qui a entraîné un plongeon de l’économie brésilienne et la chute du gouvernement du parti des travailleurs. Le secteur sur lequel a reposé le modèle exportateur Brésilien est dominé par la contradiction et les compromis entre le négoce et l’aristocratie foncière, contradiction et compromis que l’on retrouve entre les groupes d’intérêt qui orientent la politique fédérale (notamment monétaire). C’est ce que montre une analyse des mécanismes de gouvernement de l’action collective qui aboutissent selon le cas soit à la possibilité de consolider les alliances de classe et les coalitions socio-politiques, soit à la fragilité de celles-ci.

9L’objectif de ce dossier est aussi de contribuer aux débats entre la théorie de la régulation (TR) et d’autres approches institutionnalistes au sujet des transformations de l’agriculture et de l’alimentation. Il réunit des articles qui enrichissent les discussions entre approches inscrites dans la TR et autres approches institutionnalistes. Une particularité de la TR est en effet que sa construction s’est en partie opérée à travers des échanges avec d’autres courants de pensée en économie institutionnelle (théorie des conventions, économie institutionnelle, etc.) mais aussi d’autres disciplines (agronomie, sociologie, sciences politiques, géographie). Nous considérons que le contexte actuel appelle un renouvellement de ces débats, mais aussi des alliances et des lieux de controverses et d’échanges à construire entre la TR et d’autres approches institutionnelles et d’autres approches en sciences sociales. Quatre articles de ce dossier, ainsi que l’entretien avec Harriet Friedman, mettent en lumière ces possibles débats et échanges.

10L’article de Jean-Marc Touzard et Pierre Labarthe, qui ouvre ce dossier, présente une revue de la littérature des travaux s’inscrivant dans le cadre de la TR et appliqués à l’agriculture. Il invite à considérer deux voies possibles pour créer de nouvelles alliances et mieux inscrire les travaux de la TR dans l’analyse des nouveaux régimes sectoriels agricoles et alimentaires : avec les approches sur les transitions écologiques d’une part, et avec les travaux sur les régimes internationaux agro-alimentaires d’autre part.

11Le contexte actuel est caractérisé par de nombreuses transformations concernant les agriculteurs eux-mêmes (agrandissement des exploitations, recours croissant au salariat, forme collective de travail, émergence d’une agriculture de firme, etc.), mais aussi leurs modes de production et leurs liens aux consommateurs (développement de l’agriculture biologique, des circuits courts, etc.). Deux articles de ce dossier abordent la question des nouvelles relations entre agriculteurs et consommateurs, notamment via le développement de circuits courts. Ils s’appuient sur des cadres théoriques (théorie des communs, théorie des conventions) qui peuvent entrer en dialogue avec la TR pour permettre un meilleur couplage entre échelles micro-, méso- et macroéconomique. L’article de Claire Lamine et Juliette Rouchier s’appuie sur le cadre IAD (Institutional Analysis and Development) développé par Elinor Ostrom pour analyser l’institutionnalisation de nouvelles formes de relations entre consommateurs et agriculteurs, en se fondant sur une étude empirique de la construction du réseau des AMAP (Associations pour le maintien de l’Agriculture Paysanne) et des débats autour de la révision d’une charte rassemblant les principes et règles présidant à leur fonctionnement.

12L’article d’Amélie Gonçalves et de Thomas Zeroual traite également de la question du développement des circuits courts en s’appuyant pour sa part sur une approche inscrite dans la théorie des conventions. Ils décrivent ainsi, d’un autre point de vue, la diversité des formes de relations entre agriculteurs et consommateurs en s’appuyant sur la caractérisation des mondes de production initiée par les travaux de Boltanski et Thévenot, en reprenant la grille Salais et Storper (1993) sur les mondes de production.

13L’article de Gilles Allaire et Matthieu Ansaloni propose quant à lui une analyse historique et comparative de l’évolution des politiques agricoles en France et en Angleterre. Cette analyse montre que l’expression différenciée du tournant libéral dans les deux pays est associée à des formes d’alliance différentes entre groupes d’acteurs. Pour cette démonstration, les auteurs ont construit un cadre théorique s’appuyant sur la TR et sur la sociologie politique pour analyser l’évolution des alliances et des compromis institutionnalisés entre groupes d’acteurs (syndicats agricoles, propriétaires terriens, industriels, ONG, partis politiques) sous-jacentes aux transformations des politiques sectorielles. Le schéma d’analyse s’organise autour de trois concepts imbriqués : celui de régime de politique publique, qui concerne les formes de concurrence, la formation des revenus, la formation des compétences professionnelles et les relations industrielles (corporatisme versus pluralisme par ex.), celui de coalition et celui de capital (au sens de ressources, notamment discursives).

  • 4 Pour un tour d’horizon récent de l’histoire de la notion de food regimes, de son utilisation et des (...)

14Le dossier est clos par un entretien avec Hariett Friedman au sujet des analyses en termes de « food regimes ». Cette approche a été introduite par Harriet Friedmann et Philip McMichael (1989)4, qui se proposaient “d’explorer le rôle de l’agriculture dans le développement de l’économie mondiale capitaliste et dans la trajectoire du système des États”. Ils proposent le concept de food regime pour « lier les relations internationales de production et de consommation alimentaire aux formes d’accumulation que l’on peut distinguer à différentes périodes des transformations du capitalisme depuis 1870 » (op. cité : 95). L’origine de cette approche tient à une insatisfaction concernant la façon dont est prise en charge la question agraire par les analyses contemporaines du capitalisme ; la plupart des économistes politiques ont été aveuglés par l’apparente marginalisation de la terre et de l’alimentation (idée retenue comme titre de l’entretien). Pour Harriet Friedmann, ces auteurs ne sont pas allés vers la théorie de la Régulation, car ils interprétaient cette approche comme se focalisant sur le cadre national. La notion de « régime international », cinquième forme institutionnelle du cadre canonique de la théorie de la régulation, concerne les contraintes et opportunités que donne le contexte international en rapport avec un régime d’accumulation national, tandis que l’approche « food regime » se situe d’emblée au niveau du système mondial et vise notamment à comprendre comment s’établit l’hégémonie d’un pays (la Grande Bretagne puis les Etats-Unis). C’est d’ailleurs sur ce point que cette approche a été critiquée par des auteurs qui soulignent la variété des trajectoires régionales selon les parties du monde (Wilkinson et Goodman, 2017). Mais on peut voir dans cette approche essentiellement une méthode pour conduire une « histoire mondialisée », s’appuyant à la fois sur des comparaisons et une caractérisation de l’évolution globale (Mc Michael, 2016). En ces termes, c’est un programme que ne renieraient pas les régulationnistes. Il y a là des complémentarités à développer.

15Dans le contexte de la crise de l’hégémonie américaine (qui s’étale sur une longue période), aujourd’hui, la question est de savoir si un nouveau « food regime » est consolidé, sur laquelle les avis divergent (entretien avec Harriet Friedman). Une question similaire est inscrite depuis déjà longtemps dans le programme de recherches régulationniste. En effet, dans l’introduction de l’ouvrage collectif de 1995, Allaire et Boyer (1995 : 26), soulignant que « la concurrence porte [désormais] sur un ensemble de formes d’organisation et de dispositifs institutionnels et non pas seulement sur des produits totalement anonymes » notaient comme intéressante la question théorique : « quelle est la viabilité d’un ensemble de dispositifs nationaux dans le contexte d’une codification relativement précise des produits et des vecteurs de la concurrence opérant à l’échelle internationale ? ». Cette question est aujourd’hui rouverte, impliquant différentes échelles d’analyse, tenant compte des restructurations du capital, du rôle de la finance, de la transformation des formes de concurrence, de la restructuration des échanges internationaux agricoles et agroalimentaires et du rôle des mouvements sociaux transnationaux.

Haut de page

Bibliographie

Allaire G. (1988), « Le modèle de développement agricole des années 1960 », Économie rurale, no 184, p. 171-181.

Allaire G., Boyer R. (dir.) (1995), La grande transformation de l’agriculture : lectures conventionnalistes et régulationnistes. Versailles/Paris, Éditions Inra/Economica, coll. « Synthèses ».

Allaire G., Daviron B. (dir) (2017), Transformations de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Entre écologie et capitalisme, Versailles, Éditions QUAE.

Bartoli P., Boulet D., 1990. Conditions d’une approche en termes de régulation sectorielle : le cas de la sphère viticole. Cahiers d’économie et de sociologie rurales, no 17, p. 7-38.

Bernstein, H. (2016), “Agrarian Political Economy and Modern world Capitalism: the Contributions of Food Regime Analysis”, The Journal of Peasant Studies, 43(3), 611-647.

Bertrand H. (1980), Le régime central d’accumulation d’après-guerre en France et sa crise. Économie rurale, no 138, p. 16-21.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boyer R. (1990), « Les problèmes de la régulation face aux spécificités sectorielles », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, no 17, p. 39‑76.

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes : théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte.

Boyer R., Saillard Y. (dir.) (1995), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Busch L. (2017), « Une nouvelle autocratie », in Allaire G., Daviron B. (dir), Transformations de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Entre écologie et capitalisme, Versailles, Éditions QUAE.

Friedmann H (2005), “From Colonialism to Green Capitalism: Social Movements and Emergence of Food Regimes” in New Directions in the Sociology of Global Development, F. H. Buttel and P. McMichael, (eds.), Elsevier, Amsterdam, p. 227-264

Friedmann H., McMichael P. (1989), “Agriculture and the State System: The Rise and Decline of National Agricultures, 1870 to the Present, Sociologia Ruralis, 39 (2), 93-117.

Laurent C, Du Tertre C. (dir.) (2008), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, L’harmattan.

Loconto A., Stone J.V., Busch L (2012) “Tripartite Standards Regime”, in The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Globalization, Rtizer G., (dir.). Malden (Mass.), Blackwell Publishing Ltd., 2044-2051.

McMichael, P. (2016), “Commentary: Food regime for thought”, The Journal of Peasant Studies, 43(3), 648-670.

Muller P. (1990), « Les politiques publiques entre secteurs et territoires », Politiques et management public, 8 (3), 19-33.

Théret, B. (1998), « La régulation politique : le point de vue d’un économiste », in Jobert B., Commaille, J. (dir.) Les métamorphoses de la régulation politique.

Wilkinson J., Goodman D. (2017), « Les analyses en termes de “food regime” - une relecture », in Allaire G., Daviron B. (dir), Transformations de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Entre écologie et capitalisme. Versailles, Éditions QUAE.

Haut de page

Notes

1 À l’issue du colloque de Montpellier mentionné, il a été également préparé un ouvrage collectif, paraissant aux éditions QUAE début 2017 (Allaire, Daviron, éditeurs, 2017), qui aborde plus complètement ces questions.

2 Un groupe de travail RST (régulation sectorielle et territoriale) s’est constitué à la fin des années 1990, dont les travaux ont été synthétisés dans Laurent et Du Tertre (2008).

3 En anglais Dutch disease, ou encore malédiction des matières premières, le terme s’inspire du cas de l’exploitation des grands gisements gaziers découverts au Pays Bas au début des années 1960 pour désigner les effets nuisibles provoqués sur une économie par une augmentation importante des exportations de ressources naturelles – comme par exemple une appréciation de la monnaie nationale par rapport aux autres devises, rendant plus difficile le développement et les exportations industrielles.

4 Pour un tour d’horizon récent de l’histoire de la notion de food regimes, de son utilisation et des débats en cours, outre l’entretien avec Harriet Friedmann dans ce dossier, voir l’article de Henry Bernstein et les réponses de Harriet Friedmann et Philip McMichal dans le numéro de mai 2016 du Journal of Peasant Studies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Allaire, Martino Nieddu et Pierre Labarthe, « Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale », Revue de la régulation [En ligne], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/12190

Haut de page

Auteurs

Gilles Allaire

Articles du même auteur

Martino Nieddu

Articles du même auteur

Pierre Labarthe

Directeur de recherche, INRA, US-ODR, allaire@toulouse.inra.frUniversité de Reims Champagne-Ardenne, martino.nieddu@univ-reims.frINRA UMR SAD-APT pierre.labarthe@agroparistech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page