Skip to navigation – Site map
Présentations de thèses

Pour une mésoéconomie de l’émergence d’une bioéconomie : représentations, patrimoines productifs collectifs et stratégies d’acteurs dans la régulation d’une chimie doublement verte

Nicolas Béfort

Abstracts

This thesis analyses the emergence of a new economic space from a mesoeconomic regulationist and evolutionist approach. This space has been called "bioeconomy" by the actors after divergent and conflictual interpretations of this concept. This economic space differs from the traditional ways of representing the division of labour into sectors (chemistry, agriculture, energy). The actors involved in seeking to define this space are reconstructing these sectors into an original and specific field, which is built on the use of biobased plant, animal and algal renewable resources. These actors consider themselves to be becoming the "industry of industries". Thus, instead of providing end products, they produce intermediates for agro- or chemical industries, materials or energy. The field does not cover photovoltaic electricity. Therefore, bioeconomy is a recomposition of the relationships between agriculture and chemistry in which the former becomes the supplier for the latter. We use the concept of the regimes of production of knowledge and of economic activity to describe the diversity of the technological promises made by the actors involved. We show, therefore, that bioeconomy cannot be reduced to the biotechnological revolution. Three broad views of bioeconomy emerge. At a deeper level, we present here three case studies to illustrate this diversity. The actors are weighed down by an "economy of promises" based on their own productive heritages that they are trying to reproduce and project into the future. This leads them to problematize the bioeconomy space in order to determine their resource allocations.

Top of page

Full text

1Soutenue le 25 novembre 2016 à l’Université de Reims Champagne Ardenne

2Sous la direction de Martino Nieddu

3Jury :

4Mme Marie-Claude BELIS-BERGOUIGNAN (Rapporteur), Professeur des Universités émérite, Université Montesquieu-Bordeaux IV
Mme Sandra DOMENEK, Maître de Conférences HDR, AgroParisTech (chimiste)
M. Mario GIAMPIETRO, Research Professor, Université Autonome de Barcelone
M. Thomas LAMARCHE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Paris Diderot-Paris 7
M. Martino NIEDDU (Directeur), Professeur des Universités, Université de Reims Champagne-Ardenne
M. Franck-Dominique VIVIEN (Président), Professeur des Universités, Université de Reims Champagne-Ardenne

Question(s) de recherche

5La Commission européenne (2012) capture le terme ancien de bioéconomie en définissant cette dernière comme « la production de ressources biologiques renouvelables et la transformation de ces ressources et des flux de déchets en produits à valeur ajoutée comme des denrées alimentaires, des aliments pour animaux, des bioproduits et de la bioénergie ». Il s’agit d’une « économie des promesses » : résoudre les problèmes d’excédents agricoles, tout en sauvant la planète et en les substituant au pétrole finissant. La thèse vise à déterminer s’il existe des régularités observables dans la transition vers cette bioéconomie : elles sont le résultat de comportements d’acteurs de la chimie, des agro-industries et des biotechnologies cherchant à préserver leurs patrimoines productifs collectifs. Il est alors nécessaire d’explorer la diversité de ces patrimoines dans la transition, alors que le transition management (Langeveld et al., 2010) prétend que va émerger un dominant design. La mésoéconomie régulationniste propose une autre interprétation de la constitution de la bioéconomie (Nieddu et al., 2014).

Méthode

6La thèse propose de mettre en réseau trois concepts intermédiaires (compromis de produits, de régimes de production de connaissances et d’activités économiques – RPCAE – et représentation du futur), afin de traiter un aspect peu étudié (Barrère, 2016), celui de la régulation du changement d’un « espace méso », en tant que champ bourdieusien de tensions, conflits et dominations (Bourdieu, 2000 ; Boyer, 2003). Le premier (Brouillat et al., 2013) vise à décrire la façon dont les acteurs font face aux contradictions entre différents registres de performances techniques, environnementales et économiques. L’identification des RPCAE à partir de la description de patrimoines productifs collectifs (Barrère et Nieddu, 2014) permet d’expliciter le jeu des tensions et contradictions entre dynamiques de production de connaissances et émergence de business models. Enfin, et cela constitue un des résultats méthodologiques de la thèse, les acteurs agissent à travers la construction de représentations du futur. Pour le chercheur, se pose la question de la contribution de ces représentations à la structuration dominante des compromis de produits et des RPCAE. Ces concepts sont mobilisés, dans une démarche narrative (Dumez et Jeunemaître, 2005) reconnaissant à la fois la réalité de la matérialité des produits et l’importance des représentations du futur.

Résultat(s)

7Résultat intermédiaire 1 : La bioéconomie existe en fait dès les années 1930 : la « représentation du futur d’autrefois » prend la forme de la chemurgy des années 1930 aux États-Unis et d’une bioindustrie en Europe en 1980 en Europe. La forte similarité entre les promesses technico-économiques et l’identité des produits d’alors et d’aujourd’hui frappe l’observateur.

8Résultat intermédiaire 2 : Nous avons testé l’hypothèse du rôle structurant, en tant que régime de production de connaissances et d’activités économiques dominant, de la « chimie des petites molécules ». Ces petites molécules très médiatisées, issues du paradigme pétrolier, sont particulièrement présentes dans les dépôts de brevets, les publications scientifiques et les exercices de backcasting. Sur chacune d’entre elles, les discours de rupture schumpetérienne et la production des success stories technologiques invitent à les étudier comme (1) le signe que les acteurs cherchent à construire la légitimité économique et environnementale de leurs produits et (2) à organiser la domination sur le champ.

9Résultat intermédiaire 3 : L’analyse du rôle de trois molécules (acides polylactique, succinique et lévulinique) emblématiques a permis de positionner chacune d’entre elles dans la régulation du changement, leurs médiatisations successives étant un moyen de surmonter les crises de et dans l’espace bourdieusien de la bioéconomie.

10Résultat global : La thèse a permis d’établir une interprétation économique des dynamiques en cours en termes de dialectique entre économie des promesses, des apprentissages et de la production, alors que cette interprétation aurait pu être réduite au lobbying des acteurs. Ce résultat montre que d’un point de vue méthodologique, la mésoéconomie ne doit pas être considérée comme un « niveau » entre micro et macroéconomie, mais comme un mode d’analyse des constructions multiéchelles (Chanteau et al., 2016) que les acteurs réalisent, car ils construisent à la fois leurs stratégies individuelles et des représentations globales de leurs espaces d’action ; et la concurrence en économie industrielle doit aussi être étudiée comme concurrence entre représentations du futur pour dominer l’espace.

Top of page

Bibliography

Principales références théoriques

Barrère, C. & Nieddu, M. (2014), « La pratique de l’approche patrimoniale », Économie Appliquée, vol. 67, no 4, p. 163‑200.

Barrère, C. (2016), « La régulation des goûts. Prolégomènes à un programme de recherche », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, (19). Available at: https://regulation.revues.org/11799

Bourdieu, P., (2000), Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions Points.

Boyer, R. (2003), « L’anthropologie économique de Pierre Bourdieu », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 150, no 5, p. 65.

Brouillat, E., Oltra, V. & Saint-Jean, M. (2013), « Les trajectoires de l’éco-innovation dans l’industrie. Un premier bilan des recherches », Économie Appliquée, LXVI, no 4, p. 83‑115.

Chanteau, J.-P., Grouiez, P., Labrousse, A., Lamarche, T., Michel, S., Nieddu, M., Vercueil, J. (2016), « Trois questions à la théorie de la régulation par ceux qui ne l’ont pas fondée », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, (19). Available at: http://regulation.revues.org/11918

Dumez, H. & Jeunemaître, A., 2005. La démarche narrative en économie. Revue économique, vol. 56, no 4, p. 983-1005.

European Commission (2012), Innovating for Sustainable Growth: A Bioeconomy for Europe.

Langeveld, H., Meeusen, M. & Sanders, J. (dir.) (2010), The biobased economy: biofuels, materials and chemicals in the post-oil era, London; Washington, DC: Earthscan.

Nieddu, M., Garnier, E. & Bliard, C. (2014), Patrimoines productifs collectifs versus exploration/exploitation : Le cas de la bioraffinerie. Revue économique, vol. 65, no 6, p. 957-987.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Béfort, « Pour une mésoéconomie de l’émergence d’une bioéconomie : représentations, patrimoines productifs collectifs et stratégies d’acteurs dans la régulation d’une chimie doublement verte », Revue de la régulation [Online], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, Online since 20 December 2016, connection on 21 November 2017. URL : http://regulation.revues.org/12121

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page