Navigation – Plan du site
Notes de lecture

L’émergence vue de l’usine

À propos de l’ouvrage de Joël Ruet : Des capitalismes non alignés. Les pays émergents ou la nouvelle relation industrielle du monde
Julien Vercueil
Référence(s) :

Joël Ruet, Des capitalismes non alignés. La nouvelle relation industrielle du monde, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2016

Texte intégral

1Produit d’une longue fréquentation des milieux économiques et universitaires chinois et indiens – mais aussi de séjours et missions dans d’autres pays du Sud –, le livre que Joël Ruet, consacré aux émergents (« Des capitalismes non alignés »), apporte un point de vue original et ancré dans le terrain sur les transformations accélérées qui touchent ces économies. Se situant d’emblée en opposition aux analyses plaquées sur les économies émergentes à partir de catégories forgées en Occident et pour l’Occident, l’auteur défend un point de vue de « l’intérieur » (p. 12), plus précisément situé à l’intérieur du tissu industriel des pays émergents.

2Selon cette perspective, l’émergence n’est « ni une histoire qui se répète, ni une “économie nationale” qui croît homothétiquement ; c’est une recomposition permanente » (p. 176). C’est aussi un défi à la théorie classique du développement, qui ne l’a pas vu venir (p. 52-53) :

[…] le passage de la mondialisation à la mondialisation émergente n’a pas été vu [...] Le périmètre d’observation n’est pas le bon (p. 31).

3Joël Ruet défend ainsi l’idée que l’émergence ne provient pas exclusivement, et sans doute pas principalement, du mouvement de délocalisations industrielles occidentales vers le Sud – et en particulier vers la Chine. Elle n’est « ni le produit d’un mouvement de balancier au sein d’un système à la faveur de la crise, ni un déplacement géographique à modèle inchangé » (p. 9). Elle bouscule les grilles de lecture héritées des manuels occidentaux, qui font la part belle à la déréglementation et à la libéralisation dans l’essor de ces économies. Plus globalement, « les systèmes économiques des “émergents” sont “non alignés” sur les systèmes capitalistes de l’Occident » (p. 10).

4De ce point de départ découle une définition positive de l’émergence, entendue comme :

[…] rencontre d’un phénomène de longue portée historique – la transformation continue ou la modernisation de ces sociétés – et d’un processus aux effets aujourd’hui très rapides, mais qui s’est lui aussi progressivement mis en place : la globalisation industrielle qui s’est traduite par le découpage et la refonte systématiques des appareils de productions (p. 10).

5Vue de l’usine, l’émergence est « l’insertion dans l’industrie globale » (p. 9), qui récuse les grandes leçons de la théorie standard du commerce international. La construction des avantages comparatifs des émergents, élaborée grâce aux liaisons particulières tissées entre l’État et l’industrie – mais aussi grâce à la taille de leur marché intérieur – fait que les approches en termes de spécialisation industrielle sont inopérantes : « quand les économies émergentes ont le potentiel de se positionner sur à peu près tous les secteurs et toutes les fonctions, pourquoi s’en priveraient-elles ? » (p. 39).

6Le livre développe une vision évolutionniste et institutionnaliste du développement industriel, qui rappelle par endroits les approches de Giovanni Dosi (1990), même si le matériau empirique et les méthodes mobilisées sont différents. Cette vision plonge le lecteur dans les recombinaisons imposées par les formes changeantes de la concurrence à un tissu d’entreprises qui, suivant les circonstances, cherchent à s’émanciper de la tutelle étatique ou au contraire à abriter leur développement sous sa protection. La richesse des illustrations, issues de l’expérience de terrain de l’auteur, de cette coévolution entre les politiques publiques et des stratégies privées constitue l’un des aspects les plus stimulants du livre. Elle découle de la méthode d’exposition de l’auteur. Celle-ci privilégie le qualitatif au quantitatif, l’étude de cas à la fresque globale, la narration à la formulation de lois générales.

L’industrie, matrice de l’émergence

7Joël Ruet, ingénieur de formation, revendique le tropisme industriel de l’ouvrage. L’usine est « la fabrique des capitalismes », mais aussi « l’arrière-cour des États » (p. 55). L’industrie est le « socle » du monde productif, et le bureau d’études « le saint des saints où se concoctent les modernisations à venir » (p. 13). L’un des projets du livre est de mettre au jour la nouvelle « relation industrielle du monde », définie comme l’« ensemble de décisions d’investissement, de plans technologiques et de formes d’accompagnement politique qui imprime une marque » (p. 188) sur les systèmes économiques nationaux.

8Les écosystèmes industriels sont divers et l’ouvrage insiste beaucoup sur cette diversité, qui s’est accrue grâce aux émergents. Il repère par exemple six modèles industriels différents, caractérisés par leur encastrement dans leur substrat politique et social (c’est la question des territoires, que nous aborderons plus loin), mais également par leur mode d’intégration dans les flux mondiaux de production (p. 112-113). Parmi eux, deux sont typiques de la globalisation émergente : le modèle de l’informatique indienne d’une part, extensible à d’autres activités, qui consiste à utiliser la diversité des modes d’organisation pour occuper et développer des niches valorisables à l’international ; le modèle industriel émergent chinois d’autre part, « écosystème industriel rapidement redéployable qui fait que la Chine peut être pionnière dans certains domaines » (p. 113). Implicitement c’est l’entreprise BYD (Build your Dream) qui illustre ce dernier modèle. À partir du développement des batteries de téléphone, cette firme chinoise a étendu ses compétences aux batteries automobiles puis à la construction d’automobiles électriques complètes, et ce en moins d’une décennie. En 2015, BYD occupe le premier rang mondial des ventes de véhicules électriques.

Les capitalismes émergents ou la nouvelle alliance industrie-État-société

9Une matrice industrielle n’est pas compréhensible si l’on occulte les modalités de son insertion dans un réseau de relations politiques et sociales spécifiques. Il s’agit ici d’analyser des capitalismes émergents, capitalisme étant entendu au sens « le plus large possible de la grande question de l’articulation État-société-production » (p. 11). Une idée structurante de l’ouvrage est que cette articulation prend des formes inédites dans les émergents : « ces pays s’approprient au grand jour [l]es rapports d’encastrement » entre l’industrie, l’État et la société (p. 205).

10Les déclinaisons de ces rapports dans les émergents conduisent l’auteur à rejeter le terme de « Capitalisme d’État » pour les analyser. La notion est jugée sans prise parce qu’indifféremment utilisée pour qualifier la Russie comme le Brésil, les monarchies pétrolières comme à la Chine, alors que les relations société-État-industrie y sont à chaque fois si différentes. Par exemple, nulle part comme en Chine la carrière des grands commis de l’industrie d’État est intimement liée à l’ascension dans la hiérarchie du Parti au pouvoir. La notion de capitalisme d’État est jugée sévèrement, comme la « dernière catégorie fourre-tout inventée pour continuer à ne pas regarder la réalité de la diversité émergente » (p. 205).

11Comment dès lors qualifier ces nouvelles alliances entre l’industrie et le pouvoir politique ? Au Brésil, Joël Ruet considère que le capitalisme « demeure développementaliste (et clientéliste) [tout en cherchant l’équilibre] entre dirigisme et libéralisme via la position de l’actionnariat minoritaire » de l’État dans les entreprises (p. 205). En Inde, on n’est « sans doute pas près de créer de nouveaux grands champions [mais l’État] s’intéresse au financement bancaire des grandes entreprises » [...] « ce n’est pas un capitalisme d’État mais une régulation productive que certains secteurs du privé demandent » (p. 205). Est-ce si inédit ? On peut rappeler ici que la première expérience contemporaine de planification centralisée a été conduite elle aussi à la demande des industriels (privés) nationaux. Il s’agissait non pas d’un émergent, mais de l’Empire allemand de la Première Guerre Mondiale, dont l’organisation industrielle était conduite par Walter Rathenau. Quant au capitalisme chinois, son cas est très ambigu.

S’il existe bien sûr ici et là quelques entreprises dont les patrons ont un solide réseau politique, c’est bien par la mobilisation des réseaux du parti que s’opèrent les choix en définitive (p. 205).

Sous cet angle, la Chine se présente davantage comme un « non-capitalisme », à la rigueur un capitalisme non aligné. Elle reste bien plus proche du « Socialisme avec des caractéristiques chinoises » décrit par Deng Xiaoping en 1984 (p. 62) et repris à son compte par l’actuel président, Xi Jin Ping.

12Cette relation au pouvoir n’empêche pas de nouer des liens avec des entreprises étrangères, qui sont loin d’être négligées par l’auteur. En France, les nouvelles coopérations industrielles nord-sud sont illustrées par Renault-Mahindra, puis Renault-Bajaj en Inde ou par la co-entreprise créée entre Shanghai Electric et Alstom en Chine (p. 164). Ces nouvelles alliances participent aux transferts de savoir-faire et à la montée en compétences des industries émergentes. Extrapolant cette dynamique de fond, Joël Ruet ne doute pas que « l’innovation poreuse de la Chine brisera tôt ou tard les derniers monopoles occidentaux » (p. 173).

13Ce jugement sonne juste pour ce qui concerne les monopoles du passé, mais il a pour limite de raisonner à périmètre constant. La question intéressante ne serait-elle pas plutôt de savoir dans quelle(s) région(s) du monde la matrice des innovations futures a le plus de chances de se situer ? Ainsi que l’a montré Sébastien Lechevalier, durant un temps on a pu penser que le Japon détrônerait les États-Unis en devenant le principal foyer mondial d’innovations, ce en quoi on s’est trompé (Lechevalier, 2011). Au début des années 2000, en élaborant sa « stratégie de Lisbonne », l’Union Européenne s’est lancé le défi de devenir la première puissance innovante à l’horizon 2010. Quels sont les éléments qui pourraient nous convaincre que la Chine va réussir là où le Japon et l’UE ont échoué ? Au-delà des secteurs prioritaires pour le pouvoir politique (à l’exemple de la compétition avec les États-Unis sur les supercalculateurs, évoquée p. 183), que peut-on dire de la capacité de la Chine à définir les « modernisations à venir », pour reprendre un terme de l’ouvrage ? Ne faut-il pas autre chose qu’une formidable capacité d’absorption et d’imitation innovante pour devenir le leader technologique du xxie siècle ? Nous reviendrons en fin de note sur cette question.

Les territoires de l’émergence

14Le fondement de l’émergence industrielle est la circulation internationale du savoir : « quels que soient les réajustements à venir [...] la masse des savoir-faire productifs a été irrémédiablement mise en commun à une très large échelle » (p. 176). Ceci ne veut pas dire que le monde industriel est devenu plat. Des différences essentielles continuent d’exister entre les lieux où se déploie la production mondiale. Ces différences dessinent des territoires, ancrés historiquement, institutionnellement caractérisés, dont les évolutions sont analysées dans l’ouvrage, qui se fait ainsi l’avocat d’une méso-économie politique. L’histoire compte, dans la trajectoire économique et industrielle des territoires : « la globalisation a réactivé des modernités anciennes, vivaces et diverses qui en retour la transforment » (p. 55).

15C’est cette importance des territoires d’implantation industrielle qui explique, avec la taille du pays, pourquoi on ne peut pas parler de Chine (mais n’est-ce pas aussi vrai de l’Inde ?) sans préciser de quelle Chine on parle (p. 70-71). Ainsi, le rôle des provinces et de leur diversité dans l’industrialisation chinoise est bien mis en évidence. Les provinces du Sud ont été utilisées par Pékin comme zones d’expérimentations économiques précoces. Celles du Nord et de l’Ouest servent depuis la crise 2009 de territoires de relais du développement industriel dans le cadre du rééquilibrage du modèle de croissance chinois (p. 88 et 92-94).

16Plus étonnant pour le lecteur, l’auteur remonte plus loin dans le temps pour lire le Grand bond en avant (1958-1960) et la révolution culturelle (1966-1969) comme des moments de préparation utiles à la fulgurante maturation ultérieure du tissu industriel chinois. « Fabrique industrielle unique au monde », le Grand bond en avant, multipliant les unités industrielles de base de petite taille dans les territoires reculés, a certes été un effroyable échec en termes d’efficacité sectorielle et globale, mais il a en même temps déposé une première strate qui servira au développement ultérieur de l’industrie de machines-outils et de constructions mécaniques, notamment en façonnant la culture ouvrière des campagnes.

Même le cas des communes populaires en Chine constitue un bel exemple : les paysans travaillant au micro-haut fourneau local [représentent] une hérésie productive [...] qui [pourtant] fut une modernisation politique et sociale d’ampleur (p. 34).

La diversité industrielle et territoriale de la Chine aurait été ainsi « pré-structurée par l’État chinois » (p. 88).

17Les territoires d’aujourd’hui doivent être lus à la fois dans leurs fonctions locales, nationales et internationales :

[…] on assiste à la localisation dans les économies émergentes, dès la phase initiale, d’activités nouvelles ou de services de coordination nouveaux dont certains sont destinés à une consommation finale en dehors des économies émergentes. Certaines nouvelles activités qui voient le jour grâce à l’évolution technique ou organisationnelle sont immédiatement créées [...] au Sud (p. 179).

18C’est le cas des territoires indiens d’accueil des cleantechs (technologies vertes) qui non seulement s’intègrent rapidement aux flux internationaux de capitaux et de connaissance, mais servent aussi en interne à la modernisation des réseaux d’infrastructures « dont la vétusté entrave la croissance économique du pays » (p. 176). En moyenne toutefois, les activités concernées restent à valeur ajoutée limitée.

Les politiques industrielles et l’émergence

19L’approche proposée par Joël Ruet le conduit à distinguer trois périodes successives de l’économie politique de l’Inde indépendante et ses relations avec l’industrie. De 1947-1967, la domination sans partage du Parti du Congrès Nehruvien lui permet d’agréger facilement les élites économiques et financières indiennes. De 1971 à 1984, le socialisme sourcilleux – sans doute l’apogée du License Raj – d’Indira Gandhi n’interdit pas une plus grande différenciation régionale, qui stabilise d’une nouvelle manière les relations entre les grandes entreprises et l’autorité publique. Puis, de 1984 à 1991, Rajiv Gandhi conduira une politique d’autonomisation du secteur privé avec des réformes pro-business – souvent confondues à tort par les analyses avec des réformes pro-marché - qui participeront à la consolidation des avantages comparatifs indiens appelés à s’exprimer pleinement dans les années 1990 et 2000-2010.

20De la même façon, en Chine, trois strates industrielles sont dégagées, qui se sont déposées à la faveur de trois moments successifs de la politique industrielle nationale. La première est celle des industries anciennes redynamisées, qui sont passées par des restructurations aux conséquences sociales parfois lourdes, mais qui aujourd’hui sont en capacité de se projeter vers les marchés mondiaux. La deuxième est celle des entreprises stimulées par la « croissance hors le plan » du début des années 1980 (les fameuses TVE, Township and Villages Entreprises), qui ont bénéficié de l’essor rural de la période et, pour certaines, ont réussi à passer le cap de la modernisation et de l’internationalisation. La troisième est celle des zones économiques spéciales, qui ont accueilli plusieurs vagues distinctes d’investissements directs étrangers et ont constitué une vitrine de l’industrialisation chinoise durant les années 1990 et 2000 (p. 62-63).

21Aujourd’hui, la politique industrielle continue d’influencer grandement les trajectoires d’émergence. En Chine, la SASAC gère plus d’une centaine d’entreprises publiques, tout en organisant l’introduction en bourse de certaines d’entre elles. Mais elle n’est pas le seul bras armé de l’État dans l’industrie : « dès que les montants dépassent quelques millions de dollars, on trouve assez peu de fonctionnements du type économie de marché » (p. 47) en Chine. L’auteur salue également la BNDES brésilienne, contrôlée par l’État, dans son rôle dans le financement de l’industrie, et notamment pour son « activisme dans le domaine de l’innovation » (p. 202). Mais cela n’empêche pas le Brésil d’afficher l’un des plus faibles efforts de R & D, en proportion du PIB, parmi les pays à niveau de développement comparable.

Appréhender l’émergence par l’industrie : quelles limites ?

22Depuis Marx et le « laboratoire secret de la production », voire depuis la manufacture d’épingles d’Aigle, dont la minutieuse description par Perronnet puis Réaumur servit de guide aux pages d’Adam Smith sur la division du travail, l’atelier, l’usine et l’industrie fascinent l’analyse économique. Partagée par l’auteur, cette fascination est compréhensible et, dans le cas des émergents actuels, elle aide à saisir les processus micro-économiques et organisationnels qui sont à l’œuvre au cœur de la grande transformation de l’industrie mondiale depuis une vingtaine d’années. Ce sont ces processus que Joël Ruet met en lumière de manière saisissante et qui lui fournissent la matière de ses analyses plus générales sur les capitalismes non alignés.

23Le lecteur aurait pu être davantage accompagné dans ces analyses par une prise de recul statistique plus systématique, qui aurait permis de mettre en perspective les évolutions décrites ici presque exclusivement à partir de témoignages. Par exemple, comment ces observations de terrain s’accordent-elles avec les estimations, de plus en plus nombreuses, de la part de la valeur ajoutée exportée qui est produite sur les territoires des émergents ? Comment s’articulent les enquêtes de l’auteur sur la capacité d’innovation des entreprises émergentes avec l’évolution du nombre et surtout de la nature des brevets déposés par elles ? Quelles évaluations peut-on faire de l’évolution des conditions concrètes de travail des ouvriers de ces entreprises, de leurs aspirations, de leur relation aux projets des dirigeants ? Comment, à long terme, la nécessaire coopération de l’industrie avec le politique peut-elle s’accommoder des tendances actuelles de l’évolution du partage de la valeur ajoutée, en Chine comme en Inde et comme ailleurs dans le monde émergent ? S’agissant des territoires, les dégâts environnementaux nés de la croissance débridée des industries chinoises et indiennes, si évidents aux échelles régionale et nationale, sont-ils pris en compte dans les discussions entre les autorités locales ou régionales et les dirigeants des nouveaux leaders industriels ? Avec quels résultats ?

24Autre question qui découle du prisme adopté par l’ouvrage : comment prendre en compte les contraintes macro-économiques ? Bien sûr, l’auteur renvoie à plusieurs reprises à des déséquilibres globaux qui peuvent, s’ils perdurent, contrecarrer l’essor industriel, comme dans le cas du Brésil qui conserve une vulnérabilité aux fluctuations des prix des matières premières (p. 203), ou dans celui de la Chine qui après 2009 confie au développement industriel – mais aussi immobilier et infrastructurel, ce qui est moins souligné - l’objectif de recycler l’épargne nationale en l’affectant à l’investissement domestique, voire étranger (p. 192). Mais ce même développement industriel peut, dans certaines conditions que l’histoire de l’Inde, du Brésil et de la Russie a plus d’une fois illustrées, se trouver empêché par la nature même du bouclage macro-économique national. Il peut aussi, comme nous le voyons aujourd’hui, être soumis à des chocs qui proviennent d’une macro-économie mondiale, marquée par la globalisation financière, dont l’importance est nécessairement minorée par une perspective qui priorise l’industrie. En effet, le déploiement international des productions n’est-il pas, au Sud comme au Nord, guidé par d’autres logiques que celles de la politique industrielle lorsque 98 % des flux internationaux de capitaux sont suscités des opérations purement financières (King and Rime, 2010) ?

25Enfin, à l’intérieur même du prisme industriel, certaines vulnérabilités, soulignées par l’auteur, peuvent remettre en cause l’irréversibilité apparente du basculement du monde vers les émergents. Par exemple, la « théorie des poissons rapides » (p. 154), selon laquelle ce ne sont pas les plus gros poissons, mais les plus rapides (c’est-à-dire les modèles industriels les plus agiles) qui mangent les autres a certes pour elle le paradoxe et l’apparente originalité, mais à y regarder de plus près, n’a-t-elle pas été plusieurs fois répétée dans l’histoire industrielle occidentale ? N’était-ce pas, à quelques nuances près, ce qui avait été annoncé dans les années 1990 à propos de la « nouvelle économie internet » ? L’auteur ne cache pas les risques de la frénésie d’acquisition d’actifs qui anime les capitaines d’industrie du Sud. L’exemple de l’Indien Reliance-Adag (p. 151-155) qu’il propose est tout à fait éclairant : sa stratégie de croissance industrielle échevelée a buté sur des retournements boursiers (la contrainte de la finance, parfois liée à la macro-économie), sur des procès perdus (de l’importance du cadre institutionnel), pour être finalement sauvé in extremis de la faillite par deux banques (voici la finance qui s’invite à nouveau), a fortiori chinoises (où l’on retrouve le recyclage d’excédents macro-financiers). Peter Drucker (1985, p. 258), analyste de l’entreprise et des entrepreneurs, l’observait dans les années 1980 : une croissance industrielle rapide est toujours déséquilibrée et porteuse de risques. Les vulnérabilités des capitalismes non alignés sont nombreuses, il est important de les rappeler.

26Devenir puis rester leader technologique est extrêmement difficile. Il y a plus d’un siècle, Thorstein Veblen notait déjà que l’avantage stratégique potentiel du suiveur peut être grand sur son devancier, parce qu’il intègre et bénéficie d’actifs, de compétences et de savoir-faire parvenus à maturité (Brette, 2003). Pour Joël Ruet, les innovations du futur « vont être pour bonne partie localisées au sein des économies émergentes [et donc] majoritairement le fait et le choix d’acteurs émergents ou d’acteurs dépendants des marchés émergents et de leurs capitalismes proches de l’État. Ce qui n’avait plus été le cas depuis des siècles » (p. 186). Alors que l’on s’interroge sur la viabilité à long terme des modèles de croissance des émergents (Salama, 2014), c’est tout l’intérêt du livre que de nourrir la réflexion sur cet enjeu – la production des normes de consommation et de production du futur –, l’un des plus importants de la globalisation en cours.

Haut de page

Bibliographie

Brette O. (2003), « L’accumulation des connaissances dans la pensée de Thorstein Veblen : ressources pour l’analyse évolutionniste contemporaine », Économie appliquée, vol. 56, no 4, p. 7-38.

Dosi G., Pavitt K., Soete L. (1990), The Economics of Technical Change and International Trade, London: Harvester Wheatsheaf.

Drucker P. (1985), Les entrepreneurs. Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1985.

King M. R., Rime D. (2010), « The $4 trillions question: what explains FX growth since the 2007 survey? », BIS Quarterly Review, December 2010.

Lechevalier S. (2011) : La grande transformation du capitalisme japonais, Paris, Presses de Sciences Po.

Salama P. (2014), Des pays toujours émergents ? Paris, La documentation française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « L’émergence vue de l’usine », Revue de la régulation [En ligne], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, mis en ligne le 25 janvier 2017, consulté le 19 février 2017. URL : http://regulation.revues.org/12092

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

CREE-INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page