Navigation – Plan du site
Notes de lecture

À propos de l’ouvrage de James Ferguson : Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution

Solène Morvant-Roux

Texte intégral

  • 1 Voir Hanlon, Barrientos et Hulme (2010).
  • 2 Voir la synthèse (méta-analyse) des évaluations d’impact réalisée par des chercheurs Anglo-Saxons, (...)
  • 3 Un troisième courant qui n’est pas discuté par Ferguson suggère d’adapter les politiques sociales a (...)
  • 4 Voir Servet (2016)
  • 5 Sur le débat dans le contexte Suisse, voir Arnsperger, Bourg et Swaton (2016).

1Give a Man a Fish de l’anthropologue américain James Ferguson, professeur à l’université de Stanford, complète la très abondante littérature académique consacrée aux programmes sociaux de transfert d’argent ou « cash payments ». Déployés dès la fin des années 1990 par un petit groupe de pays émergents confrontés aux conséquences des crises économiques et financières (Mexique, Brésil, Chili, Afrique du Sud, Inde), ces programmes affichant des objectifs de lutte contre la pauvreté et contre la vulnérabilité ont par la suite connu un très large succès. Ils ont été étendus à plus de 110 millions de familles dans 45 pays d’Amérique Latine, d’Afrique ou d’Asie1. Leurs objectifs et contours recouvrent des réalités nationales très variées : de caractère plus ou moins universel, assortis de conditionnalités ou pas, et ciblant des segments de population variés (personnes âgées, familles, enfants). Ces programmes ont fait l’objet d’innombrables évaluations d’impact quantitatives ou qualitatives mesurant leurs effets en matière d’éducation, de santé, d’alimentation, etc.2. Ce n’est pas l’objet de l’ouvrage de Ferguson, lequel entend se frayer un chemin dans les débats controversés à propos de la légitimité même de ces programmes face à des positions polarisées dont le point commun consiste à dénoncer le bien-fondé de ces politiques, les accusant pour les uns de promouvoir l’assistanat ou la dépendance, et pour les autres de diffuser un modèle économique néolibéral dans les franges les plus précaires de la population. Entre ces deux extrêmes3, Ferguson assume une vision plus enchantée de ces politiques selon lui porteuses d’un profond changement paradigmatique. Cette vision plus optimiste était déjà au cœur de l’ouvrage Just Give Money to the Poor publié en 2010 par les chercheurs du Chronic Poverty Network, mais dont la portée de l’analyse se situait bien en deçà de celle proposée par James Ferguson. Le cœur de l’ouvrage consiste à appuyer l’hypothèse selon laquelle, par-delà leur effet bénéfique pour les populations, ces politiques ouvrent un réel espace pour dépasser la centralité du travail salarié dans les politiques sociales et lui substituer la question de la distribution dans les débats politiques et les choix de société à venir. Pour mener à bien son projet de renouvellement du débat, l’auteur propose de changer de perspective en s’attachant aux petits signes qui autorisent à poser un regard différent sur ces politiques. La suite de l’ouvrage est passionnante : son argumentation historique et théorique s’appuie notamment sur de nombreux travaux empiriques menés en Afrique du Sud, où il conduit ses propres recherches. Le message peut se résumer assez simplement, il tient pour l’essentiel aux ruptures opérées par ces politiques avec les États providence tels qu’ils se sont développés dans les pays du Nord, et qui laissent entrevoir cette vraie révolution que nous pourrions – en reprenant les mots de Jean-Michel – qualifier d’« Après-capitalisme »4. À partir des dynamiques à l’œuvre dans les pays dits « en développement », l’auteur fait le lien avec les initiatives récemment prises dans certains pays européens en matière de revenu de base inconditionnel (RBI)5, lesquelles nous autorisent selon Ferguson à regarder dans la même direction. Qu’avance l’auteur pour nous en convaincre ? Il affirme que ces politiques anticipent la fin d’un phénomène au Nord qui n’a pas encore été transposé au Sud : celui de la fin du salariat et donc de l’urgente nécessité de ne pas conditionner les droits à l’assistance sur un modèle de société qui n’est plus opérationnel au Nord et ne le sera jamais au Sud. La démarche de Ferguson consiste à rétablir le fait que derrière la fiction d’une marchandisation totale des rapports sociaux, et donc l’illusion de l’indépendance généralisée, la survie de l’essentiel de la population mondiale est assurée par l’économie morale de la dépendance et de la distribution. Autrement dit, et contrairement à une vision évolutionniste libérale, la Société n’a pas été vaincue par le Marché.

2Au « Nord », à l’instar des États-Unis, la part des « dépendants » dans la population totale est en réalité beaucoup plus vaste que ce que les statistiques officielles du chômage donnent à voir. Si cette dépendance singularise certaines catégories de la population (femmes, seniors, enfants), la figure du white-male breadwinner n’est pas totalement épargnée par la disparition progressive de l’emploi salarié se traduisant de facto par de nouveaux équilibres de pouvoir en faveur des femmes.

  • 6 Ici Ferguson semble vouloir ignorer la tentation actuelle des économistes du développement et de la (...)

3Au « Sud », l’existence, ou plutôt la survie, est pour l’essentiel assurée par un enchevêtrement complexe de petits emplois précaires, d’activités de petit commerce et de soutiens familiaux dont les transferts d’argent des travailleurs émigrés, etc. À bien y regarder, ces stratégies de survie relèvent davantage de la logique distributive que d’une logique productive. L’idéologie modernisatrice de l’homme qui sort de la dépendance en apprenant à pêcher est donc mise en échec par les analyses de Ferguson. Dans ce contexte où le salariat ne s’est pas traduit par une sortie de la dépendance, il apparaît dès lors inapproprié de lier le sort de la distribution à celui de la production. C’est ce premier renversement qui est à l’œuvre aux Suds. Il se traduit par trois ruptures avec les formes de l’assistance assurantielle développées au Nord à la suite de Bismark puis de Beveridge : rupture avec la centralité du travail salarié comme source de droit à l’assistance ; rupture avec la centralité de certaines normes familiales dont le mariage pour bénéficier de ces aides ; la dernière rupture majeure concerne une vision du « pauvre » comme individu doté d’une certaine rationalité, ou tout au moins d’une capacité à dépenser l’argent de l’aide sociale au mieux, en fonction de ses besoins6.

  • 7 Servet J.-M. (2012), Les monnaies du lien, Presses universitaires de Lyon, 454 pages.
  • 8 Au sujet des différentes formes de dette, morale, sociale et économique dans le contexte Chilien, v (...)

4Le second grand renversement concerne la logique de légitimation des politiques distributives. Ici, la rupture avec le système capitaliste est encore plus profonde. D’une part, les droits à l’assistance ne sont pas des droits de jure mais des droits de facto. Ferguson se montre en effet très critique de l’approche par les droits en matière socio-économique. Face à cette reconnaissance fictive qui n’a pas automatiquement de traduction concrète – illustrée par les mots de cet homme sud-africain : « I don’t want a right to a house […] I want a house », (p. 48) – et qui a d’autant moins de chances de perturber l’ordre établi, il préfère la notion de part (share) et la logique de partage généralisé dont le potentiel transformatif vis-à-vis du modèle capitaliste est opératoire car il permet d’emblée de s’extraire de la circularité économique et de la consubstantialité droits-obligations, créances-dettes : « you get something (a wage) because you give something (labor power) » (p. 51). En d’autres termes, les populations peuvent, dans ce schéma, faire valoir un droit à l’assistance sans avoir préalablement acquis des droits du fait de leur contribution à la sphère productive. Nous pouvons faire le lien avec l’analyse de Bruno Théret (2003) quant à la fiction du salarié libéré de tout lien social vertical ou horizontal. Si Ferguson semble rallier Bruno Théret sur ce point, il ne perçoit pas – contrairement au spécialiste français de la protection sociale – le retournement de la dette de vie accompagnant l’avènement de l’État-providence dans les sociétés salariales capitalistes. En effet, d’après Bruno Théret ce retournement fait passer la dette primordiale de l’individu envers la société à une dette de la société envers l’individu. Pour dépasser cet horizon de la dette de vie, Ferguson considère que le pas supplémentaire fondamental consiste à extraire le droit social de la matrice du travail et de la production afin d’institionnaliser une citoyenneté fondée sur un droit de chacun des membres d’une société à une part du revenu national indépendamment de sa place dans le processus de production des richesses matérielles (rightful share). Il rejoint en ce sens les réflexions de Jean-Michel Servet qui, comme lui, considère le partage comme le principe institutionnel autorisant une sortie effective du système capitaliste par la dissociation des flux de droits et d’obligations (ou créances et dettes)7. Si la sortie de la centralité du travail singularise les politiques sociales dans les Suds, pour atteindre ce nouveau régime distributif, deux autres conditions doivent également être impérativement réunies. L’application doit être universelle et inconditionnelle, c’est-à-dire non gagée sur l’accomplissement d’obligations par le ou la bénéficiaire. Or, ce n’est pas la direction que prend la mise en œuvre actuelle de ces politiques distributives dans les pays du Sud. La légitimité de ces programmes est essentiellement fondée sur les obligations à remplir par les bénéficiaires. Nos travaux de terrain menés au Mexique montrent que cela crée une double dette morale pour les bénéficiaires de ces transferts : non seulement vis-à-vis de l’État social8, mais aussi vis-à-vis de leur propre communauté d’appartenance.

5D’une part, le principe de co-responsabilité entre les bénéficiaires (nommées « titulaires ») et le programme social (l’État fédéral mexicain) laissent à penser que la reconnaissance des droits à l’aide est conditionnée au respect d’une liste théoriquement bien définie d’obligations. Obligations définies en théorie sur la base de la présence (réunions, écolage, rendez-vous médicaux) mais qui dans la pratiques se révèlent poreuses et véhiculent le « bon comportement » des bénéficiaires : la « bonne » manière de dépenser l’argent de l’aide, la « bonne » attitude concernant l’hygiène du voisinage ou le « bon » poids corporel. Cette zone de flou est exploitée localement par les non-bénéficiaires, puisque la force de travail « gratuit » que représentent les bénéficiaires de ces aides se subsitue à certains travaux collectifs autrefois assumés par tous les membres majeurs de la communauté (nettoyage des rues, du centre de santé, etc.).

6Sélectivité et conditionnalité relèguent les non-bénéficiaires à une position de double privation : de privilèges et d’obligations tant vis-à-vis de l’État Social que de la communauté locale. Créances et dettes ne sont donc pas séparées mais concentrées sur un segment encore plus étroit de la population.

7Enfin, si James Ferguson rompt avec l’analyse marxiste pour donner aux mécanismes distributifs une place de premier ordre, il ne voit pas l’émergence de nouveaux mécanismes de concentration des richesses résultant de la dynamique de financiarisation des sociétés. Au Sud, la financiarisation s’articule essentiellement autour du déploiement de l’intermédiation financière et de l’émergence de la téléphonie mobile pour les transferts d’argent et les paiements. Or de par leur caractère prédateur et fortement inégalitaire, ces transformations risquent fortement de prendre le pas sur les initiatives défendues par Ferguson et de les affaiblir.

8En somme, si l’ouvrage de ferguson a le mérite d’insister sur le chemin idéologique déjà parcouru (l’impensable pouvant être non seulement pensé mais aussi envisagé), il nous semble que le reste du chemin à parcourir pour réunir toutes ces conditions sera encore très long. Nécessitera-t-il des mouvements sociaux de grande ampleur ou dispersés mais agissant dans la même direction ?

Haut de page

Bibliographie

Arnsperger C., Bourg D. et Swaton S. (2016) « Le revenu de base n’est pas le meilleur moyen de relever le défi de la transition numérique », in Le Temps, lundi 2 mai 2016.

Esping-Andersen G. et Palier B. (2008), Trois leçons sur l’État-providence, Paris, Le Seuil, coll. « La République des idées », 135 pages.

Ferguson J. (2015), Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution. Durham and London, Duke University Press, 2015.

Han C. (2012), Life in Debt. Times of Care and Violence in Neoliberal Chile, Berkeley, University of California Press, 283 p.

Hanlon J., Barrientos A. et Hulme D. (2010), Just Give Money to the Poor: The Development Revolution from the Global South, Kumarian Press.

Kabeer N., Piza C. et Taylor L. (2012), « What Are the Economic Impacts of Conditional Cash Transfer Programmes? A Systematic Review of the Evidence », Technical report, London, EPPI-Centre, Social Science Research Unit, Institute of Education, University of London.

Servet J.-M. (2016), « Solutions liquides. Résistances dans l’après-capitalisme », Esprit, mars-avril 2016.

Servet J.-M. (2012), Les monnaies du lien, Presses universitaires de Lyon, 2012, 454 pages.

Théret B. (2003), Responsabilité et solidarité, une approche en termes de dette, in De la responsabilité solidaire. Mutations dans les politiques sociales d’aujourd’hui, sous la direction de Colette Bec, Giovanna Procacci, Editions Syllepse, p. 51-67.

Haut de page

Notes

1 Voir Hanlon, Barrientos et Hulme (2010).

2 Voir la synthèse (méta-analyse) des évaluations d’impact réalisée par des chercheurs Anglo-Saxons, Kabeer, Piza et Taylor (2012).

3 Un troisième courant qui n’est pas discuté par Ferguson suggère d’adapter les politiques sociales au contexte économique post-fordiste de sociétés post-salariales vieillissantes. Dans cette perspective, Esping-Andersen et Bruno palier suggèrent une nouvelle légitimité des dépenses sociales permettant de passer d’un l’État-providence « infirmier » à un État-providence « investisseur », outil de stabilisation contra-cyclique. Voir Esping-Andersen et Palier (2008).

4 Voir Servet (2016)

5 Sur le débat dans le contexte Suisse, voir Arnsperger, Bourg et Swaton (2016).

6 Ici Ferguson semble vouloir ignorer la tentation actuelle des économistes du développement et de la Banque Mondiale de corriger les anomalies comportementales des pauvres par le biais de nudges et relayées dans l’opinion publique. Citons par exemple le cas du Kansas avec son initiative de loi restrégnant l’accès aux activités de loisir des bénéficiaires de minimas sociaux.

7 Servet J.-M. (2012), Les monnaies du lien, Presses universitaires de Lyon, 454 pages.

8 Au sujet des différentes formes de dette, morale, sociale et économique dans le contexte Chilien, voir Clara Han (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Morvant-Roux, « À propos de l’ouvrage de James Ferguson : Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution », Revue de la régulation [En ligne], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12006

Haut de page

Auteur

Solène Morvant-Roux

Professeure Assistante à l’université de Genève, Institut de Démographie et de Socioéconomie. Adresse email : solene.morvant@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page