Skip to navigation – Site map
Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale

Analyser les impacts des circuits courts alimentaires : une étude en Nord-Pas-de-Calais

Analysis of the Impacts of Short Food Supply Chains: a Study in Nord-Pas-de-Calais Region
Analizar los impactos de los circuitos cortos alimentarios: un estudio en Nord – Pas-de-Calais
Amélie Gonçalves and Thomas Zeroual

Abstracts

Short food supply chains seem to be a virtuous alternative to classical food chains notably to ensure a sustainable food supply of cities. However, there are some doubts as to whether they deserve this reputation. Numerous researches have indeed shown different economic, social and environmental impacts according to the short supply chain. However, these effects and the potential role of these chains in a more sustainable agriculture are not straightforward. The plurality of possible definitions of these chains is an explaining factor of this phenomenon, leading to a diversity of perimeters and modes of assessment. This article’s goal is to provide a different definition of these short chains based on the framework of the Econonomics of Convention, especially the one of the “worlds of production”. Based on this new definition, we then provide a comparative assessment of different types of short chains. To achieve this, we focus on a specific type of impacts: the ones of logistics. The demonstration is based on the study of short chains with one intermediate in the French region of Nord-Pas-de-Calais. The research shows how and in what measures the specific performance requirements of a world of production and its related short food supply chains – permanent supply, strong price competition – explain the lack of sustainability regarding the logistics of some short chains. As a consequence, the reduction of some of these specific requirements appears as a mean of increasing the sustainability of these chain’s logistics.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Food and Agriculture Organization of the United Nations / Organisation des Nations Unies pour l’ali (...)

1Les distances parcourues par les produits, y compris alimentaires, sont grandissantes depuis les années 1970. Face à cette tendance, on observe un regain d’intérêt pour le maintien d’un approvisionnement alimentaire local des villes, préoccupation de la FAO1 depuis plus de 20 ans et bien plus récente dans les espaces urbains des pays occidentaux (Esnouf, 2011).

2De nombreuses villes développent des politiques de gouvernance alimentaire (Thompson et al., 2008 ; Di Iacovo et al., 2013). Il s’agit de coordonner les phases de production, de transport et de distribution pour soutenir l’agriculture locale. Ces politiques veulent également maintenir l’accès à des produits frais pour les populations urbaines (Morgan & Sonnino, 2010). Elles visent enfin à limiter la circulation des marchandises en ville qui représente en France près d’un tiers de l’encombrement des voies de circulations et jusqu’à 25 % des émissions de gaz à effet de serre (Cete de l’ouest, 2012).

3Cet intérêt pour un approvisionnement alimentaire local est également exprimé au plus haut niveau institutionnel français par la promotion des circuits courts alimentaires (ministère de l’Agriculture et de la Pêche, 2009). La promotion des circuits courts est d’autant plus facilitée que ceux-ci sont réputés plus vertueux que d’autres circuits de distribution sur le plan économique, social et environnemental (Commissariat général au Développement durable, 2013).

4Cet engouement et cette bonne réputation peuvent néanmoins être interrogés car les évaluations économiques, sociales et environnementales de ces circuits courts montrent que ces vertus ne vont pas de soi (Capt et al., 2011 ; Gonçalves & Zeroual, 2014 ; Mundler & Rumpus, 2012). L’hypothèse que nous posons est alors la suivante : les défis et les effets de ces circuits courts seraient encore mal perçus car les circuits courts eux-mêmes seraient mal évalués. L’objet de cet article est donc de mieux évaluer ces circuits courts alimentaires. Pour cela, nous proposons de nous focaliser sur un aspect précis de ces circuits : leur logistique. En effet, cette fonction qui vise à assurer la circulation des produits mais aussi la coordination entre les acteurs joue un rôle non négligeable dans le niveau de durabilité des circuits (Blanquart et al., 2015 ; Capt et al., 2011 ; Chiffoleau & Gauche 2013). Elle est à ce titre un objet pertinent de compréhension de la diversité des stratégies mises en œuvre et de leurs implications économiques, sociales et environnementales.

5Une synthèse de la littérature permettra dans un premier temps de mieux appréhender la diversité des circuits courts observable sur le terrain. Différents types de circuits existent et chacun d’eux porte des enjeux, des défis et des effets potentiels spécifiques qui nécessitent une évaluation adaptée à la prise en compte de cette diversité. Dans un second temps, nous exposerons le cadre d’analyse et la méthodologie utilisés pour évaluer ces différents types de circuits, à savoir l’Économie des Conventions. Nous confronterons alors notre cadre d’analyse et notre méthodologie à un travail de terrain mené dans les circuits courts alimentaires du Nord-Pas-de-Calais, portant sur des monographies de circuits dont chacune est construite sur la base d’un entretien réalisé auprès d’un producteur et d’un intermédiaire distribuant ses produits au client final.

1. La variété des circuits courts alimentaires

6Depuis les années 1980, de nombreux travaux académiques portent une attention particulière aux stratégies de développement des territoires (GREMI, 1989 ; Becattini, 1987 ; Kirat & Lung, 1995). Pour résister à une concurrence nationale et internationale accrue (Claval, 2008), le développement économique de ces territoires passerait par la mise en œuvre de stratégies de différenciation.

7Dans le secteur alimentaire, les stratégies de différenciation territoriales peuvent prendre deux formes principales : soit le territoire se spécialise dans une production à grande échelle de produits à faible valeur ajoutée, soit il se concentre sur une production spécifique et valorise, voire crée des ressources spécifiques (Pecqueur, 2001).

8Plusieurs groupes de travaux ont analysé ces deux formes de différenciation territoriale dans le secteur alimentaire : l’étude des Systèmes Productifs Locaux alimentaires (De Roest, 2000 ; Fourcade et al., 2005), des Systèmes Agroalimentaires Localisés (Moity-Maïzi et al., 2001 ; Muchnik & Sainte-Marie, 2010) ou encore celle des paniers de biens et services territorialisés (Mollard & Pecqueur, 2007) permettent de comprendre ces stratégies principalement tournées vers l’extérieur, c’est-à-dire vers la vente des produits en dehors de leur territoire de production.

9Mais un autre groupe de travaux a émergé depuis plusieurs années et analyse le processus de production et de commercialisation de produits alimentaires avant tout destinés à des marchés « intérieurs », donc à une demande surtout locale. L’étude des circuits courts alimentaires fait partie de ce second groupe de travaux.

1.1. Différents critères de définition des circuits courts alimentaires

10Différents critères permettent de définir les circuits courts, faisant ainsi de ces derniers un objet d’études polymorphe. Un circuit de distribution est « le chemin suivi par un bien ou un service pour aller du stade de la production à celui de la consommation » (Lendrevie et al., 2009). Il concerne tout type de produit, qu’il soit alimentaire ou non. On distingue le circuit direct qui ne compte pas d’intermédiaire entre un producteur et le client, le circuit court qui compte un seul intermédiaire entre les deux parties et le circuit long qui compte au moins deux intermédiaires (Barczyk & Evrard, 2005). De ce point de vue, le circuit court alimentaire est un circuit de distribution de produits transformés ou non qui compte au maximum un intermédiaire.

11Cette définition est souvent enrichie d’un critère géographique (Parker, 2005 ; Feagan, 2007) qui ne donne cependant pas lieu à un consensus sur le nombre de kilomètres à respecter. L’échelle géographique de ces circuits peut donc être de quelques dizaines de kilomètres (Sarrazin, 2012) ou de plusieurs centaines de kilomètres (Pirog et al., 2001).

12Enfin, une partie de la littérature francophone et anglo-saxonne distingue les circuits courts des autres circuits à partir de leur dimension éthique (Deverre & Lamine, 2010). Le circuit court alimentaire se distingue de ce point de vue par le type d’acteurs impliqués et surtout la création et le renforcement de liens non strictement marchands entre eux, contrairement à ce qui se produit dans les circuits de distribution classiques. Les études menées dans cette veine mettent notamment en lumière une volonté des acteurs de promouvoir des modes de distribution plus solidaire (Maréchal & Spanu, 2010 ; Herault-Fournier, 2013 ; Bréchet 2013) ou encore de maintenir une activité multifonctionnelle (Duvernoy et al., 2012 ; Ba & Aubry, 2011).

13Notre revue de littérature montre une diversité potentielle des circuits courts alimentaires en fonction des critères retenus. Cette diversité potentielle implique différents enjeux expliqués dans la section suivante.

1.2. Des critères de définition aux différents enjeux

14Trois types d’enjeux peuvent émerger en fonction des définitions retenues. Suivant la définition canonique des circuits courts alimentaires – en termes de nombre d’intermédiaires – ce type de distribution pourrait se restreindre aux enjeux économiques. Il s’agirait alors simplement de réduire le nombre d’intermédiaires pour permettre aux agriculteurs de capter une part plus importante de la valeur ajoutée. Si nous ajoutons un critère géographique, l’enjeu est économique et également environnemental. Une distance réduite entre producteur et consommateur devrait logiquement limiter les coûts de transport et les externalités négatives qui y sont associées.

15Si nous ajoutons un critère social, l’enjeu dans ces circuits n’est plus seulement économique ou environnemental. Il s’agirait d’entretenir plus que de simples relations commerciales. Il serait aussi nécessaire de forger une communauté de valeurs entre acteurs (Praly et al., 2009 ; Prigent-Simonin et al., 2012b) ; cette communauté de valeurs pouvant jouer un rôle clé dans le succès du circuit de distribution (Richard et al., 2014), d’autant plus que les produits proposés ne sont pas forcément standardisés et qu’il règne donc une incertitude sur leur qualité (Eymard-Duvernay, 1989 ; 2006). Le partage de valeurs est alors important car il facilite la circulation et la compréhension d’informations relatives à la qualité des produits.

16Face à ces enjeux, les circuits alimentaires produisent différents effets analysés dans la section suivante.

1.3. Des enjeux aux effets

17Les circuits courts sont réputés plus vertueux que d’autres circuits de distribution sur le plan économique, social et environnemental (Commissariat général au Développement durable, 2013). Au regard de différentes enquêtes menées en France et à l’étranger, il est toutefois possible de nuancer ces effets bénéfiques.

18D’un point de vue économique, si un nombre limité d’intermédiaires peut théoriquement augmenter la marge du producteur, cela implique également un travail supplémentaire. Assurer la distribution ne va pas nécessairement de soi pour les agriculteurs. Cela exige de mobiliser d’importantes ressources, comme du temps de travail supplémentaire (Carpentier, 2011 ; Bosona et al., 2011). Le circuit court peut alors même s’avérer peu rentable au regard du travail fourni (Capt et al. 2011 ; CERD, 2013).

19L’effet environnemental peut également être nuancé. Les circuits les plus locaux ne sont pas nécessairement les moins polluants (Rizet et al., 2008 ; Perez-Zapico, 2008 ; Mundler & Rumpus, 2012), notamment pour des raisons liées au transport et au stockage des produits (Pirog et al., 2001 ; Schlich, 2006 ; Meisterling et al., 2009 ; Coley et al. 2009).

20Nous pouvons également nous interroger sur l’effet social. Il semble que le circuit court ait un impact positif sur les relations entre producteurs en multipliant les relations interpersonnelles et en élargissant le réseau relationnel de chacun (Grave & Chiffoleau, 2008 ; Dufour & Lanciano, 2012). Cependant, nombre d’initiatives ne s’inscrivent pas dans un collectif de producteurs mais restent individuelles. Il existe dans ces circuits une forte diversité de situations, aussi bien en ce qui concerne les liens entre producteurs que les liens entre producteurs et consommateurs. Les travaux d’Ollagnon et Chiffoleau (2008), Amemiya et al. (2008), Blanquart et al. (2009) ou encore de Lanciano et al. (2012) ont bien démontré la variété de catégories et de profils d’agriculteurs et l’impact de cette variété sur leur engagement dans les circuits courts et le type de circuits privilégiés. De même, les travaux de Prigent-Simonin et al. (2012) exposent bien la diversité d’aspiration des consommateurs en fonction des circuits dans lesquels ils sont engagés.

21Ces circuits de distribution sont souvent considérés comme simples du fait de l’absence de prestataires de transport et de système informatique de gestion des données, des faibles volumes concernés et des petites distances parcourues, mais aussi des ressources limitées dont disposent les acteurs (Blanquart et al., 2009). Toutefois, si l’on retient une définition large de ces circuits, ils peuvent englober des organisations logistiques bien plus complexes, mobilisant davantage d’acteurs et de ressources, notamment quand ils sont basés sur la collaboration entre producteurs (Poisson & Saleilles, 2012 ; Messmer, 2013). Ainsi, les différents types de circuits semblent renvoyer à des types d’organisations logistiques de complexité variable et aux effets économiques, sociaux et environnementaux différents, notamment pour les agriculteurs impliqués.

22Les effets positifs de ces différents types de circuits restent donc encore incertains. Tient-on suffisamment compte des différents types de circuits ? Tient-on suffisamment compte des effets potentiels pour chacun de ces types de circuits ? En somme, évalue-t-on correctement tous les effets de chaque type de circuits courts ? Notre approche évaluative veut tenir compte de cette diversité.

2. Cadrage théorique et méthodologique

23Nous allons, pour mieux comprendre et évaluer les impacts des différents types de circuits, proposer une autre typologie à l’aide d’une grille théorique dont nous allons préciser les fondements (section 2.1). Afin de tester cette grille de lecture, un travail de terrain a été mené dans la région Nord-Pas-de-Calais auprès d’acteurs de la production et de la distribution, dans le cadre de circuits courts comprenant un intermédiaire (section 2.2).

2.1 Cadrage théorique : les mondes de production issus de la théorie conventionnaliste

24Nous souhaitons, dans notre évaluation, rendre compte de la variété des situations observées sur le terrain sans pour autant que cette variété n’apparaisse irréductible et rédhibitoire pour la compréhension des effets de ces circuits.

25Nous mobilisons donc l’Économie des Conventions qui apparaît particulièrement adaptée à la compréhension de la diversité des organisations. Les fondements de ce courant permettent en effet la reconnaissance et l’évaluation d’une diversité de liens entre acteurs (Thévenot et al., 2004 ; Orléan, 2004). Cette diversité résulte d’une combinaison entre les objectifs individuels des acteurs et le contexte dans lequel ils se trouvent (Rallet, 1993). Ces liens sont facilités par des conventions qui permettent aux acteurs de se comprendre. Ces conventions peuvent notamment concerner la qualité des produits alimentaires (Eymard-Duvernay, 1989 ; Allaire & Boyer, 1995 ; Bénézech, 2007 ; Chazoule & Lambert, 2007).

26Dans cette « famille » conventionnaliste, nous pouvons distinguer trois grandes typologies : les cités de Boltanski et Thévenot (1987, 1991), les modèles de production et conventions de qualité d’Eymard-Duvernay (1989) et les mondes de production de Salais et Storper (1993).

27L’approche conventionnaliste de Salais et Storper (1993) s’inscrit dans la veine des travaux d’Eymard-Duvernay. Elle nous semble particulièrement adaptée à l’étude des circuits courts de distribution et de leur logistique. La pertinence de cette grille pour l’étude des organisations logistiques a été mise en lumière par les travaux de Burmeister (2000). Cette grille a en effet pour particularité d’accorder une place importante à la question de la concurrence et à d’autres sources d’incertitude (au sens de Knight, 1921). Or, la concurrence intra-sectorielle joue un rôle important sur l’organisation de la logistique. Plus précisément, le fait d’être flexible et réactif et de pouvoir assurer une circulation rapide des produits et informations est un atout permettant de se différencier et de résister à la concurrence (Burmeister, 2000 ; Carbone et al., 2013 ; Gaubert et Guerrero, 2014). En outre, la logistique renvoyant à la manière dont on s’organise pour assurer la circulation des produits et informations, l’incertitude à plus ou moins court terme sur les besoins des clients/consommateurs en termes de volume de produits et de type d’informations aura obligatoirement un impact sur celle-ci (Bahoken et al., 2016 ; Ltifi et al., 2016). Enfin, de nombreux travaux soulignent l’impact sur la coordination de l’incertitude envers les partenaires économiques – leurs aptitudes, leur niveau d’implication, leurs besoins, leurs buts et valeurs, etc. – en particulier en début de relation, quand la confiance est à construire. On peut à ce titre citer Torre (2010), Dupuy et Torre (2004) ou Mollard et al. (2005) sur l’Économie de la Proximité ou encore des travaux spécifiques à la construction de la confiance dans des chaînes d’approvisionnement (Hudnurkar et al., 2014 ; Hemmert et al., 2016).

28Une application des mondes de production aux circuits courts alimentaires a été proposée par Amemiya et al. (2008). Les auteurs y décrivent les conventions de qualité et l’incertitude inhérentes aux différents types de circuits, ainsi que la manière dont cette incertitude joue sur le besoin de coordination dans le circuit. Nous avons nous-mêmes mobilisé cette grille de lecture dans des travaux précédents (Gonçalves et al., 2014). Nous l’avions alors utilisée pour comprendre en quoi la diversité des besoins de circulation des produits et informations dans les circuits courts et les coordinations mises en œuvre pour assurer cette circulation expliquaient la plus ou moins forte compatibilité des différents circuits avec des solutions d’optimisation logistique de type « food hub » pour approvisionner les aires urbaines. Notre ambition est ici plus large puisqu’il s’agit de comprendre en quoi cette diversité joue sur les impacts économiques, sociaux et environnementaux de ces circuits.

29Nous retiendrons donc cette approche en termes de mondes de production (Tableau 1), qui nous permettra de caractériser les liens entre acteurs au sein des circuits et d’en comprendre les déterminants. Contrairement à Amemiya et al., (2008), nous ne reprenons pas la terminologie de Salais et Storper pour désigner les mondes (industriel, marchand, interpersonnel, immatériel) mais celle proposée par Burmeister (2000) qui nous semble qualifier de manière plus explicite la nature des coordinations et de l’organisation logistique en fonction du type de circuit.

Tableau 1 : Les mondes de production et circuits courts potentiellement correspondants

Tableau 1 : Les mondes de production et circuits courts potentiellement correspondants

Source : Adapté de R. Salais et M. Storper (1993) ; et d’Amemiya et al. (2008)

30Ainsi, en s’appuyant sur la grille conventionnaliste, nous proposons de mieux identifier cette diversité de circuits courts ainsi que leurs enjeux, et d’en déduire des effets économiques, sociaux et environnementaux propres à chaque monde.

2.2 Cadrage méthodologique : huit monographies de circuits courts dans la région Nord-Pas-de-Calais

31Nous avons volontairement limité l’espace géographique de notre étude en ne choisissant que des producteurs et distributeurs situés en Nord-Pas-de-Calais, avec une clientèle majoritairement locale pour les distributeurs. Plusieurs spécificités régionales justifient ce choix.

  • 2 INSEE (2015), Nord-Pas-de-Calais et Picardie : l'influence des grandes aires urbaines. Insee Flash (...)

32La région dispose d’une part d’un lourd passé industriel ayant généré de nombreuses externalités environnementales et sociales négatives. Ce passif régional rend la mise en place de circuits plus vertueux plus urgente que dans d’autres espaces. D’autre part, la région Nord-Pas-de-Calais est transfrontalière, ce qui engendre un encombrement important des infrastructures routières. Les trafics internationaux s’ajoutent aux déplacements régionaux et nationaux, ce qui entraîne une hausse des trafics importante. Troisièmement, le niveau d’urbanisation y est très élevé. Nous pouvons notamment représenter ce niveau par la densité de la population. Dans la région, nous comptons 327 habitants au km2. Ce taux est de 118 habitants au km2 au niveau national. Cette densité de la population génère plus facilement de la congestion et rend plus difficile la gestion du transport et de la logistique2. Les circuits courts peuvent offrir une alternative pour minimiser ces effets néfastes.

33Enfin, les circuits courts sont plus présents dans la région que sur le plan national. Ces circuits courts concernent 19 % des exploitations agricoles dans la région, contre 15 % sur le plan national.

  • 3 À noter qu’un 17e entretien a été réalisé mais il n’est pas exploitable car il s’agissait d’un entr (...)

34Souhaitant étudier les relations entre acteurs au sein des chaînes logistiques, nous avons interrogé des producteurs et des distributeurs travaillant ensemble. En d’autres termes, nous avons interrogé 8 « couples » producteurs – distributeurs, nous permettant de réaliser 8 monographies de circuits. Nous utilisons donc en tout 16 entretiens3. Les circuits courts alimentaires étudiés ici mettent en rapport un producteur situé en Nord-Pas-de-Calais et un distributeur situé dans cette même région et distribuant ses produits auprès de clients finaux principalement situés à Lille. Ceci afin de garantir une plus grande homogénéité de l’échantillon. Ils sont représentés sur la carte suivante.

Carte 1 : Localisation des cas étudiés dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais

Carte 1 : Localisation des cas étudiés dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais

Source : Auteurs, à partir des données de l’INSEE et SIGALE® Nord-Pas-de-Calais

35Les producteurs sont le plus souvent des agriculteurs. Seuls deux entretiens concernent de petites entreprises privilégiant des approvisionnements locaux. Toutes les enquêtes ont en commun le fait de porter sur des circuits de distribution où il n’existe qu’un seul intermédiaire – un détaillant – entre le producteur/fabricant et le client final.

  • 4 Les questionnaires sont disponibles auprès des auteurs sur demande.

36Nous avons mené des entretiens semi-directifs en face-à-face ou par téléphone. Chaque acteur a été interrogé pendant environ 45 minutes4. Nous avons d’abord recueilli des éléments sur les caractéristiques de chaque entreprise/exploitation agricole, l’organisation de la production, l’assortiment et la clientèle. Le tableau suivant synthétise les types de chaînes présentes dans notre échantillon.

Tableau 2 : Les circuits étudiés

Tableau 2 : Les circuits étudiés

Source : auteurs

37Nous avons ensuite interrogé chaque acteur sur sa stratégie en matière de logistique et de transport, et, plus largement, sur sa coordination avec l’amont ou l’aval selon le type d’acteur interrogé, producteur ou intermédiaire-distributeur. Ces dernières questions renvoient à la coordination générale entre l’amont et l’aval et à la coordination spécifique avec l’autre acteur du binôme interrogé.

3. Résultats de notre enquête

38Les informations recueillies grâce aux entretiens auprès de binômes producteur et intermédiaire-distributeur nous ont, dans un premier temps, permis de déterminer à quel monde appartenaient les circuits étudiés. Pour déterminer le monde en question, nous avons analysé les points suivants : le type de produits proposés et leurs modes de production et distribution, les modalités d’évaluation de la qualité de ces produits, la relation avec le producteur/distributeur, les objets et formes de l’incertitude, les dispositifs déployés pour la réduire et enfin ce sur quoi porte la concurrence entre circuits, entre acteurs, et l’intensité de celle-ci. Nous avons ensuite étudié les organisations logistiques déployées dans chaque monde pour en décrire les principales caractéristiques.

39Nous allons dans cette partie expliciter les caractéristiques des circuits pour chaque monde et celles de la logistique qui leur est associée.

40L’analyse des résultats montre que chacun des quatre mondes de production est représenté dans notre échantillon, même si les circuits courts font majoritairement partie du monde immatériel.

3.1. Le circuit du monde flexible : raccourcir les délais et limiter les stocks

41Deux circuits de notre échantillon relèvent de ce monde : l’un provenant du e-commerce et l’autre de l’approvisionnement direct d’un maraîcher au sein d’un petit réseau de distribution.

42Ce dernier met en relation un maraîcher de la métropole lilloise et une enseigne alimentaire. Le maraîcher lui livre plusieurs types de légumes dont certains sont très périssables, comme des salades. Il livre directement la plate-forme de l’enseigne qui est proche de son exploitation, tous les jours voire plusieurs fois par jour. Un prestataire se charge ensuite de la distribution aux points de vente qui reçoivent ainsi leur commande moins de 24 heures après l’avoir passée. La logique de gestion en flux tendu est donc fortement implantée, pour des raisons de périssabilité des denrées mais aussi pour veiller à un ajustement le plus fin possible des quantités livrées. Les réapprovisionnements en cours de journée témoignent d’une volonté de la part du distributeur de ne pas connaître de ruptures dans les linéaires.

43Dans l’autre circuit, les acteurs sont plus éloignés l’un de l’autre et la logique de juste-à-temps est moins implantée puisque le fournisseur ne livre généralement qu’une fois par mois. Cette logique de juste-à-temps est en revanche très présente pour ce qui est du service au client final puisque le distributeur insiste sur la nécessité de livrer la commande le plus vite possible, 48 heures voire 24 heures après qu’elle ait été passée sur le site. Les flux de produits amont – du producteur au distributeur – sont bien moins fractionnés dans ce second circuit. En revanche, dans les deux, les aptitudes logistiques du producteur sont des critères importants de sélection de la part du distributeur. Si la qualité des produits compte bien sûr beaucoup, le prix n’est pas absent des critères de sélection des fournisseurs par le distributeur. Cela est notamment perceptible dans le circuit de e-commerce où le distributeur travaille directement avec les producteurs quand cela est jugé plus rentable que de passer par un grossiste.

44Les contacts entre fournisseurs et distributeurs sont bien plus fréquents dans le premier circuit que dans l’autre, notamment du fait de la livraison quotidienne par le producteur. Mais dans les deux cas, la relation reste peu formalisée (pas de contrat), se fait en face-à-face ou via des outils simples (téléphone, mail) et concerne les mêmes points : passage de commandes, présentation occasionnelle de nouveaux produits par le producteur, discussion autour des volumes.

45Les enjeux logistiques au sein de ce monde sont donc d’abord déterminés par le besoin de disponibilité permanente des produits et des délais de livraison très courts. La concurrence entre acteurs se joue sur ce point ainsi que sur la qualité et le prix des produits.

3.2. Le circuit court du monde industriel : la logistique des flux massifiés

46C’est le circuit de la grande distribution à dominante alimentaire par excellence, un circuit parmi ceux étudiés relève de ce monde. Le distributeur est une enseigne de grande distribution à dominante alimentaire. Le producteur est un groupement d’arboriculteurs du Nord-Pas-de-Calais qui approvisionne la plateforme en Nord-Pas-de-Calais du distributeur via un prestataire de transport. Les services centraux de l’enseigne organisent les commandes et l’approvisionnement des points de vente. Il s’écoule au moins 3 jours entre la réception de la commande par le producteur et son arrivée en magasin, celui-ci étant cependant livré tous les jours grâce au stock de la plate-forme, constitué à la suite des prévisions de vente de la centrale d’achat. Il existe aussi des prévisions à plus long terme puisque producteur et distributeur se rencontrent en début de campagne et au cours de l’année pour discuter des volumes de production et vente escomptés.

47Ceci est également l’occasion de discuter le calibrage des produits, ce qui renvoie à des critères de qualité standard de la distribution. Il règne peu d’incertitude sur cette qualité dans la mesure où quatre des cinq variétés concernées ne sont pas rares. L’offre s’adresse donc ici surtout à une demande large de produits dont l’origine locale n’est pas précisée dans le point de vente, seul le pays de provenance étant mentionné.

48Les rencontres occasionnelles entre le représentant du groupement et l’enseigne, ainsi que les commandes représentent l’essentiel des relations entre les deux parties, complétées par des contacts téléphoniques lors de la campagne de ramassage. Ces contacts sont aussi l’occasion de planifier des campagnes promotionnelles qui témoignent du fait que la concurrence entre producteurs mais aussi distributeurs se joue en grande partie sur les prix. Ceci est en outre traduit par l’ajustement quotidien des prix d’achat par le distributeur en fonction des cours, ce qui n’était pas le cas dans le circuit de maraîchage du monde flexible.

3.3. Le circuit du monde professionnel : de moindres impératifs logistiques

49Le monde professionnel est également représenté dans notre échantillon par un seul circuit court alimentaire. Il met en rapport une ferme proposant des produits laitiers et un détaillant spécialisé de la métropole lilloise. Ce dernier est livré toutes les semaines par son fournisseur qui sous-traite le transport à un agriculteur voisin. La livraison se fait dans les 1 à 3 jours suivant la commande. Si le producteur cherche à garantir la meilleure disponibilité possible des produits, chaque partie s’accorde à dire que les ruptures sont toujours possibles, la rareté du produit proposé concourant à sa spécificité. Les impératifs liés à la circulation des biens matériels sont donc ici moins importants mais la circulation des informations reste un enjeu fort. En effet, en l’absence de critères standards d’objectivation de la qualité – label, appellation - de ce produit artisanal, celle-ci est source d’incertitude. Il y a donc nécessité d’établir entre fournisseurs et distributeurs l’accord sur cette qualité. En outre, le fournisseur doit être sûr que le distributeur saura mettre en avant les spécificités de ce produit auprès du client final. Il y a donc un besoin de contacts directs, de rencontres régulières en début de relation afin de construire la confiance réciproque entre les deux parties. Cette réciprocité se traduit par exemple dans ce circuit par un engagement – non contractuel toutefois – du producteur à toujours travailler avec ce distributeur pour ce type de produit et du producteur à ne pas livrer ce produit à d’autres points de vente à proximité immédiate, afin que le distributeur maintienne sa différenciation par rapport à la concurrence. La qualité du produit, et le maintien de celle-ci, est donc un point clé dans ce monde et la raison principale dans la détermination du choix d’un fournisseur. Cela ne signifie pas pour autant que la logistique ne constitue pas un enjeu. La ponctualité des livraisons (jour et heures) est notamment importante du point de vue du distributeur pour la « mise en place » dans le point de vente. Cette fiabilité des livraisons compte aussi du point de vue du producteur. La relation n’est, une fois de plus, pas contractualisée.

3.4. Le circuit court du monde immatériel : besoins logistiques et recherche de coopérations

50Quatre circuits de notre échantillon renvoient à ce monde de production. Ils concernent des formes de vente que l’on peut considérer comme innovantes : vente de paniers via internet, magasin de produits exclusivement locaux pratiquant également la vente en ligne et deux magasins de vente à la ferme, le premier s’appuyant sur un réseau informel interrégional de producteurs et le second proposant en plus des paniers et des produits transformés réalisés en interne ou acquis auprès d’autres fermes.

  • 5 On retrouve cette tendance dans le circuit bricolage-jardinage où les produits proposés sont plutôt (...)

51Tous les distributeurs de ce monde cherchent à offrir une diversité de produits à leurs clients en proposant un nombre relativement important de références, mais aussi et surtout, cherchent à offrir un nouveau type de service. Les distributeurs ont, au cours des entretiens, manifesté de l’incertitude quant à l’avenir du circuit, qu’il s’agisse de son développement ou de sa pérennité. Ils s’emploient donc à ajuster chemin faisant l’offre à la demande avérée et potentielle. Pour cela, ils cherchent à ajuster les quantités proposées au fur et à mesure de leur acquisition d’informations sur la volatilité et saisonnalité de la demande. Les biens alimentaires proposés rejoignent le plus souvent les standards esthétiques et organoleptiques des produits de grande consommation, se différenciant avant tout par leur caractère local5. Les acteurs sont géographiquement proches, il n’y a jamais de recours à de la prestation logistique pour l’approvisionnement. Une fois de plus, les relations ne sont pas contractualisées et les contacts se font surtout via les réapprovisionnements hebdomadaires (donc des rencontres en face-à-face) et les transmissions de commandes (le plus souvent par téléphone). Dans 3 cas sur 4, ce sont directement les responsables de l’entité qui se rencontrent, ce qui permet d’échanger sur la qualité des produits, la demande perçue ou les volumes disponibles. Ceci est notamment important pour s’adapter à la demande finale, la disponibilité des produits et la fiabilité des livraisons (le cas échéant) étant notamment des facteurs importants de fidélisation des clients.

52Il existe donc aussi des enjeux autour de la logistique dans ce monde, avec pour tous une volonté de « maîtriser au mieux » cette fonction, c’est-à-dire de répondre au mieux aux besoins des clients. Ils soulignent l’importance du respect, par leurs partenaires commerciaux, des délais de livraison et des quantités et références commandées, rejoignant ainsi pour partie les impératifs du monde flexible.

53Nos résultats complètent d’autres études déjà réalisées sur la diversité des liens entre acteurs. Ces liens ne sont par ailleurs pas toujours marchands. Les liens entre acteurs dépendent de nombreux facteurs. Ils sont par exemple dépendants :

  • des produits proposés et de leur plus ou moins fort ancrage territorial (Pecqueur, 2001 ; Filippi & Triboulet, 2006 ; Praly et al., 2009 ; Touzard, 2010) ;

  • du rôle des aspirations et des profils des acteurs (Ollagnon et Chiffoleau ; 2008 ; Prigent-Simonin et al., 2012 ; Lanciano et al., 2012 ; Chiffoleau & Gauche, 2013) ;

  • des obstacles à la coordination rencontrés et des incertitudes qui accompagnent cette coordination (Le Velly et al., 2010 ; Vincq et al., 2010 ; Poisson & Saleilles, 2012 ; Romeyer, 2012).

Conclusion et perspectives

54Chaque monde de production induit des besoins spécifiques en termes de coordination et de circulation des marchandises. Ces besoins sont fonction de l’offre proposée au client final, de l’incertitude à laquelle doivent faire face producteurs et distributeurs et de la concurrence entre circuits mais aussi entre acteurs. Le monde d’appartenance d’un circuit court de distribution influence de ce fait les besoins en matière de logistique et la manière dont cette dernière est mise en œuvre. En d’autres termes, le monde influence la nature et les modalités des échanges d’informations entre acteurs du circuit, ainsi que la manière dont circulent les produits. À l’instar des travaux d’Amemiya et al. (2008), nous observons qu’à chaque type de monde correspondent des types de circuits spécifiques associés à un format de vente ou à plusieurs formats proches les uns des autres. Le tableau 3 résume, au regard de nos enquêtes auprès de binômes de producteurs et intermédiaires-distributeurs, les circuits observés pour chaque type de circuit et les enjeux logistiques associés.

Tableau 3 : Synthèse des différents circuits de distribution observés et de leurs enjeux logistiques

Tableau 3 : Synthèse des différents circuits de distribution observés et de leurs enjeux logistiques

Source : Auteurs

55Cette classification nous permet de comparer les circuits, et ce malgré leurs différences en termes d’inscription géographie, de produits proposés, de nature et de taille des acteurs et d’objectifs poursuivis par ces acteurs. Elle nous permet ainsi d’en comparer les impacts économiques, sociaux et environnementaux, en particulier ceux liés à la logistique que nous allons maintenant détailler.

56Les circuits courts du monde flexible donneront a priori lieu à des effets environnementaux négatifs, car ce type de circuit est intensif en transport et difficilement « optimisable » par l’accroissement des taux de chargement. Il nécessite la circulation rapide et fréquente de produits pour assurer une disponibilité permanente en point de vente tout en limitant les stocks chez le distributeur. Le fournisseur doit alors livrer fréquemment de petites quantités de produits au distributeur. Cela induit des coûts logistiques importants en particulier pour le fournisseur qui doit se déplacer fréquemment. Ceci a donc un impact économique négatif sur le circuit. D’un point de vue social, les relations entre producteur et distributeur sont apparues stables dans nos entretiens, bien qu’avant tout commerciales, c’est-à-dire consacrées principalement à la gestion approvisionnements, la discussion des prix et volumes ou encore l’introduction de nouveaux produits.

57Dans le circuit industriel, la taille des acteurs impliqués de même que les modalités de gestion des produits par l’enseigne conduisent à un transport plus massifié et à une logistique plus optimisée potentiellement positifs d’un point de vue environnemental. Mais on peut s’interroger sur les effets économiques et sociaux d’un tel type de circuit notamment pour le producteur car la concurrence sur les prix des produits est forte entre enseignes, ce qui induit une pression sur les tarifs des producteurs. Ce phénomène a été observé dans nos entretiens, de même que la forte instabilité des relations amont – aval : le fournisseur n’étant pas assuré de travailler tous les ans avec l’enseigne et n’ayant pas de garantie en termes de volumes qui seront commandés par l’enseigne. Ceci induit à notre sens un impact social négatif.

58Il y a dans le circuit du monde professionnel un moindre impératif de disponibilité des produits et de réduction des coûts. Car les produits proposés – ici des yaourts fermiers – sont à forte valeur ajoutée, destinés à une clientèle restreinte à fort pouvoir d’achat pour qui la rareté du produit contribue à en définir la qualité. De ce fait, l’absence ponctuelle du produit en point de vente est mieux acceptée par les consommateurs et le distributeur. D’un point de vue environnemental, cela favorise des circuits potentiellement moins intensifs en transport. En effet, plus de latitude est donnée au fournisseur pour organiser ses livraisons en fonction de ses propres contraintes et de ses autres clients, voire de les mutualiser avec un autre fournisseur (ce qui est le cas dans le circuit observé). Cela peut donc aussi avoir des impacts sociaux positifs du point de vue du lien entre producteurs. En outre, le lien entre producteur et distributeur est important dans ce monde, la confiance mutuelle étant considérée comme incontournable par les acteurs du fait d’une volonté mutuelle de relations à long terme, non formalisées pour la vente d’un produit dont la qualité n’est pas objectivée par des marques ou labels. L’effet social de ce monde apparaît donc positif. L’effet économique est aussi positif du fait d’une moindre concurrence sur les prix et des possibilités de réduction des coûts logistiques pour le producteur grâce à une plus grande latitude sur l’organisation des livraisons.

59Pour les circuits courts du monde immatériel, les effets environnementaux sont incertains, car si les distances sont faibles, les déplacements des fournisseurs pour de faibles volumes sont potentiellement fréquents (même s’ils sont moins élevés que dans le monde flexible). Côté économique, effectuer ces livraisons fréquentes ou aller s’approvisionner peut donc représenter un coût pour les acteurs. Cependant, cette fréquence est aussi positive d’un point de vue économique car cela favorise l’échange direct d’informations entre acteurs pour mieux adapter l’offre. Côté social, les acteurs sont de taille équivalente, ce qui permet des relations potentiellement plus équilibrées, comme dans le monde professionnel. Enfin, les circuits de ce monde ont une spécificité dans leurs relations : leurs acteurs tissent des liens moins mobilisés que dans les autres mondes. En effet, afin de faire évoluer leur offre, ils développent le dialogue avec d’autres acteurs du territoire comme des distributeurs, des producteurs, des réseaux formels ou informels de soutien aux circuits courts. Pour ces mêmes raisons mais aussi pour des raisons éthiques, ils peuvent aussi développer des animations qui leur permettent d’avoir un contact direct avec le client final sous la forme d’échanges en dehors du seul acte d’achat. Tout ceci laisse supposer des effets sociaux positifs.

Tableau 4 : effets des circuits courts au regard des enjeux logistiques

Tableau 4 : effets des circuits courts au regard des enjeux logistiques

Source : Auteurs

60Notre étude s’est focalisée sur un type d’impact des circuits courts : ceux liés à la logistique. Nous considérons uniquement des circuits avec un intermédiaire, alors que la comparaison avec des circuits directs pourrait être riche d’enseignements. Cependant, notre approche en termes de mondes de production fournit une grille de lecture de la diversité des enjeux en fonction du type de circuit – notamment en termes de logistique – et des impacts économiques, sociaux et environnementaux de cette fonction. Cette approche basée sur la qualité des produits, l’incertitude et la concurrence permet également de redéfinir ces circuits et d’aller au-delà d’une diversité souvent perçue comme irréductible et rendant toute comparaison très difficile. Si bien entendu une telle approche n’a pas pour vocation de quantifier les impacts négatifs ou positifs des circuits, elle montre en quoi les impératifs intrinsèques à certains d’entre eux – disponibilité permanente des produits, forte compétitivité en termes de prix, recherche de la satisfaction maximale du client pour le fidéliser –, contribuent à expliquer un certain nombre d’effets négatifs ou potentiellement négatifs. Elle peut constituer à ce titre un outil d’aide à la compréhension des impacts logistiques des circuits et d’aide à la sélection des circuits à promouvoir sur un territoire pour favoriser une agriculture plus durable.

Top of page

Bibliography

Allaire G. & Boyer R. (dir.) (1995), La grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes, INRA-Economica, Paris, 442 p.

Amemiya H., Bénézech D., Renault M. (2008), « Les circuits courts : un “monde de commercialisation” interpersonnel ? » in Maréchal G., (coord.), Les circuits courts alimentaires. Bien manger dans les territoires, Dijon, Educagri, p. 113-125.

Ba A. & Aubry C. (2011), « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? » Norois, vol. 4, no 221, p. 11-24.

Bahoken F., Blanquart C., Gaubert A., Zeroual T. (2016), « Une typologie spatiale des commerces intra-urbains fondée sur l’analyse de leurs relations d’approvisionnement », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3, p. 619-647.

Barczyk D. & Evrard R. (2005), La distribution, Paris, Armand Colin, coll. « Etapes Mémento », 127 p.

Becattini G. (Ed.) (1987), Mercato e forze locali : il distretto industriali, Il Mulino, Bologna, coll. « Quaderni de L’Industria », 193 p.

Bénézech D. (2007), « Les ressorts de l’échange de produits alimentaires différenciés : de l’information à la confiance » in Amemiya H. (ed.), L’agriculture participative, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 137-149.

Blanquart C., Gonçalves A., Raton G., Vaillant L. (2015), « Vecteurs et freins d’une logistique plus durable des circuits courts alimentaires », 52e colloque de l’ASRDLF, Montpellier, 7 au 9 juillet, 16 p.

Blanquart C., Kebir L.Y., Petit C., Traversac J.B. (2009), Les enjeux logistiques des circuits courts, rapport pour le PIPAME, 68 p.

Boltanski L. & Thévenot L. (1987), Les économies de la grandeur, Cahiers du CEE, série Protée, no 31, CEE et PUF.

Boltanski L. & Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 485 p.

Bosona T.G., Gebrensenbet G., Nordmark I., Ljuinberg D. (2011), “Integrated Logistics Network for the Supply Chain of Locally Produced Food, part. 1: Location and Route Optimization Analysis”, Journal of service science and management, vol. 4, no 2, p. 174-183.

Bréchet J.-P. (2013), « Organiser le marché : une lecture par la théorie de la régulation sociale », Revue Française de Socio-Économie, vol. 2, no 12, p. 191-208.

Burmeister A. (2000), Familles logistiques. Propositions pour une typologie des produits transportés pour analyser les évolutions en matière d’organisation des transports et de la logistique, Rapport pour le PREDIT, 126 p.

Capt D., Chiffoleau Y., Gauche A. (2011), Élaboration d’un référentiel technico-économique dans le domaine des circuits courts de commercialisation. Partie I : Cadre d’analyse, méthodologie et synthèse des résultats Légumes et Produits laitiers en circuits courts, Rapport pour le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, 54 p.

Carbone V., Blanquart C., Zeroual T. (2013), « Green Lean ou green Agile? Les déterminants des pratiques logistiques vertes », Revue Française de Gestion Industrielle, no 32, p. 71-92.

Carpentier M. (2011), Efficacité énergétique des livraisons en circuits courts : perception des producteurs et bonnes pratiques, FR CIVAM Bretagne, 49 p.

CERD (2013), Méthodes et approche économique transversale exploratoire de six familles de produits en circuit court, Références circuits courts, 24 p.

Cete de l’Ouest (2012), La logistique urbaine, Fiche pédagogique Transport de Marchandises et Logistique in « Focus sur… », 4 p.

Chazoule C. & Lambert R. (2007), « L’émergence des appellations d’origine au Québec. Naissance d’une nouvelle convention de qualité », Économie rurale, no 299, p. 24-39.

Chiffoleau Y. & Gauche A. (2013), « Diversité des stratégies et des performances dans les circuits courts alimentaires : une analyse croisée », Ve Congrès de l’AFS, Nantes, 2 au 5 septembre, 18 p.

Coley, D., Howard, M., Winter, M. (2009), “Local Food, Food Miles and Carbon Emissions: A Comparison of Farm Shop and Mass Distribution Approaches”, Food Policy, no 34, p. 150-155.

Commissariat général au développement durable (2013), « Consommer local, les avantages ne sont pas toujours ceux que l’on croit », Le point sur, no 158, 4 p.

De Roest K. (2000), The Dynamics of the Parmigiano-Reggiano Production Systems, Actes et communications, no 17-1 INRA-ESR.

Deverre C. & Lamine C. (2010), « Les systèmes agroalimentaires alternatifs. Une revue de travaux anglophones en sciences sociales », Économie rurale, no 317, p. 57-73.

Di Iacovo F., Brunori G., Innocenti S. (2013), “Le strategie urbane : il piano del cibo”, Agriregionieuropa, vol. 9, no 32, p. 9-16.

Dufour A. & Lanciano E. (2012), « Les circuits courts de commercialisation : un retour de l’acteur paysan ? » Revue Française de Socio-Economie, 2012/1, no 9, p. 153-169.

Dupuy C. & Torre A. (2004), Confiance et proximité, in Pecqueur, B. et Zimmerman, J.B., Économie de proximités, Paris, Lavoisier, p. 67-88.

Duvernoy I., Lima S., Barthe L. (2012), « Des projets agricoles dans la planification territoriale ? L’exemple de quatre Pays en Midi-Pyrénées », Sud-Ouest européen, no 34, p. 79-92.

Esnouf C., Russel M., Bricas N. (2011), duALIne – durabilité de l’alimentation face à de nouveaux enjeux. Questions à la recherche, Rapport INRA-Cirad, 236 p.

Eymard-Duvernay F. (1989), « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue Économique, vol. 40, no 2, p. 329-360.

Eymard-Duvernay F. (Coord.) (2006), L’économie des conventions : méthodes et résultats. Tome I : débats, Paris, La découverte, coll « Recherches », 334 p.

Feagan R. (2007), “The place of food: mapping out the ‘local’ in local food systems”", Progress in Human Geography, vol. 31, no 1, p. 23-42.

Filippi M. & Triboulet P. (2006), « Coordination des acteurs et valorisation de produits liés à l’origine. Les signes d’identification comme signes d’exclusion ? » Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 1/2006, p. 103-129.

Fourcade C., Muchnik J., Treillon R. (2005), Système de production localisée : le cas de l’agroalimentaire, Rapport du GIS SYAL pour le MAPAAR et la DATAR, Paris.

Gaubert E., Guerrero D. (2014), « Modèles d’organisation logistique : une typologie d’activités », 51e colloque de l’ASRDLF, Marne-la-Vallée, 7-9 juillet, 12 p.

Gonçalves A. & Zeroual T. (2014), « Les circuits courts alimentaires : vers une logistique plus verte ? » 9e Congrès RIODD, Bordeaux, 1er au 3 octobre, 13 p.

Gonçalves A., Morganti E., Blanquart C. (2014), « Alimenter les villes par les circuits courts : le défi de la conciliation des politiques publiques et des logiques d’acteurs »‪, Géocarrefour, 4/2014 (vol. 89), p. 247-259.

Grave E. & Chiffoleau Y. (2008), « Rôle et dynamique des réseaux sociaux dans les circuits courts. Résultats d’enquête », Les cahiers de l’observatoire CROC, no 7, 8 p.

GREMI (1989), Milieux Innovateurs et Réseaux Transnationaux : vers une nouvelle théorie du développement spatial, Barcelone, 28-29 mars 1989.

Hemmert M., Kim D., Kim J., Cho B. (2016), “Building the Supplier’s Trust: Role of Institutional Forces and Buyer Firm Practices”, International Journal of Production Economics, vol. 180, p. 25-37.

Herault-Fournier C. (2013), « Est-on vraiment proche en vente directe ? Typologie des consommateurs en fonction de la proximité perçue dans trois formes de vente : AMAP, Points de vente collectifs et Marchés », Management & Avenir, vol. 6, no 64, p. 167-184.

Hudnurkar M., Jakhar S., Rathod U. (2014), “Factors Affecting Collaboration in Supply Chain: A Literature Review”, Procedia - Social and Behavioral Sciences, vol. 133, p. 189-202.

Kirat T. & Lung Y. (1995), « Innovations et proximités : le territoire, lieu de déploiement des processus d’apprentissage », in Lazaric N. & Monnier J.-M. (dir.), Coordination économique et apprentissage des firmes, Paris, Economica, p. 206-227.

Knight F. (1921), Risk, Uncertainty, and Profit, Boston, Houghton Mifflin.

Lanciano E., Poisson M., Saleilles S. (2012), « Un foisonnement de profils et de démarches », in Prigent-Simonin A. H. & Herault-Fournier C. (coord.), Au plus près de l’assiette. Pérenniser les circuits courts alimentaires, Éditions Educagri/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 85-102.

Le Velly R., Bottois V., Bréchet J.-P., Chazoule C., Cornée M., Emin S., Praly C., Schieb-Bienfait N. (2010), « Comment se fait la rencontre entre offres et demandes locales pour la restauration collective publique ? Premiers enseignements, in Traversac J.B. (coord.) », Circuits courts. Contribution au développement régional, Dijon, Educagri Éditions, p. 187-194.

Lendrevie J., Levy J., Lindon D. (eds.) (2009), Mercator : Théorie et pratique du marketing, Paris, Dunod, 1232 p.

Ltifi M., Hikkerova L., Gharbi J-E. (2016), « L’effet de la performance logistique en magasin de detail sur la satisfaction et le bonheur des consommateurs », La Revue des sciences de gestion, no 278-279, p. 89-98.

Maréchal G.& Spanu A. (2010), « Les circuits courts favorisent-ils l’adoption de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement ? » Courrier de l’environnement de l’INRA, no 59, 13 p.

Meisterling K., Samaras C., Schweizer V. (2009), “Decisions to Reduce Greenhouse Gases from Agriculture and Product Transport: LCA case study of organic and conventional wheat”, Journal of Cleaner Production, no 17, p. 222-230.

Messmer J.G. (2013), Les circuits courts multi-acteurs : Emergences d’organisations innovantes dans les filières courtes alimentaires, Rapport de recherche INRA, 69 p.

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (2009), Renforcer le lien entre producteurs et consommateurs. Plan d’action pour développer les circuits courts, 4 p.

Moity-Maïzi P., Sainte-Marie (de) C., Geslin P., Muchnik J., Sautier D. (eds.) (2001), Systèmes agroalimentaire localisée. Terroirs, savoir-faire, innovations, INRA, Études Recherches Systèmes Agraires et Développement, no 32, 216 p.

Mollard A. & Pecqueur B. (2007), « De l’hypothèse au modèle de panier de biens et de services : histoire succincte d’une recherche », Economie rurale, no 300, p. 110-114.

Mollard A., Pecqueur B., Moalla M. (2005), « Offres de produits, services territorialisés et demande de biens combinés » in Torre A. & Filippi M., Proximités et changements économiques dans les mondes ruraux, Paris, INRA Éditions, coll. « Un point sur… », p. 73-94.

Morgan K. & Sonnino R. (2010), “The Urban Foodscape: World Cities and The New Food Equation”, Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. 3, no 2, p. 209-224.

Muchnik J. & Sainte-Marie (de) C. (coord.) (2010), Le temps des SYAL. Techniques, vivres et territoires, Éditions Quae, Versailles, coll. « Update Science and Technologies », 320 p.

Mundler P. & Rumpus L, (2012), “The Energy Efficiency of Local Food Systems: A Comparison Between Different Modes of Distribution”, Food Policy, no 37, p. 609-615.

Ollagnon M. & Chiffoleau Y. (2008), « Diversité des producteurs en circuits courts. Typologie des maraîchers de l’Hérault et des Pyrénées Orientales », Cahiers de l’observatoire C.R.O.C/Coxinel, no 1, 8 p.

Orléan A. (2004), « L’Économie des Conventions : définitions et résultats » in Orléan A. (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, PUF, coll. « Quadrige », p. 9-48

Parker G. (2005), “Sustainable food? Teikei, Co-operatives and food citizenship in Japan and the UK”, Working Papers in Real Estate & Planning, 29 p.

Pecqueur B. (2001), « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Économie Rurale, no 261, p. 37-49.

Perez-Zapico B. (2008), Une évaluation de l’impact du transport dans l’alimentation. Comparaison entre circuits courts et circuits longs du Pays de Dinan. Mémoire de Master 2 Géographie, Aménagement, Sociétés et Environnement, spécialité gestion de l’environnement, université Rennes 2 Haute Bretagne, 96 p.

Pirog R., Van Pelt T., Enshayan K., Cook E. (2001), Food, Fuel, and Freeways: An Iowa perspective on how far food travels, fuel usage and greenhouse gas emissions, Leopold Center for Sustainable Agriculture, 33 p.

Poisson M. & Saleilles S. (2012), « À chaque collectif de producteurs sa recette », in Prigent-Simonin A. H. & Herault-Fournier C. (Coord.), Au plus près de l’assiette. Pérenniser les circuits courts alimentaires, Educagri Éditions/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 117-137.

Praly C., Chazoule C., Delfosse C., Bon N., Cornee M. (2009), La nation de « proximité » pour analyser les circuits courts, 46e colloque de l’ASRDLF, Clermont-Ferrand, 6-8 juillet, 17 p.

Prigent-Simonin A.H., Herault-Fournier C., Merle A. (2012), « Portraits d’acheteurs en circuits courts », in Prigent-Simonin A. H. & Herault-Fournier C (Coord.), Au plus près de l’assiette pérenniser les circuits courts, Éditions Educagri/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 29-45.

Prigent-Simonin A.H., Herault-Fournier C., Merle A. (2012b), « Développer la proximité », in Prigent- Simonin A. H. & Hérault-Fournier C (Coord.), Au plus près de l’assiette pérenniser les circuits courts, Éditions Educagri/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 47-62.

Rallet A. (1993), « Choix de proximité et processus d’innovation technologique », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, 1993/3, p. 365-386.

Richard F. Chevallier C., Dellier J., Lagarde V. (2014), « Circuits courts agroalimentaires de proximité en Limousin : performance économique et processus de gentrification rurale », Norois, 2014/1, no 130, p. 21-39.

Rizet C., Browne M., Cornelis E., Descamps J. (2008), Chaînes logistiques et consommation d’énergie : Cas des meubles & des fruits et légumes, Rapport final PREDIT, INRETS-ADEME, 167 p.

Romeyer C. (2012), « La restauration collective en quête de solutions logistiques », in Prigent-Simonin A. H. & Herault-Fournier C (coord.), Au plus près de l’assiette pérenniser les circuits courts, Éditions Educagri/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 139-161.

Salais R. & Storper M. (1993), Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 467 p.

Sarrazin F. (2012), « L’Echange social plus fort que l’échange marchand », in Prigent-Simonin A. H. & Hérault-Fournier C. (Coord.), Au plus près de l’assiette pérenniser les circuits courts, Éditions Educagri/Quae Éditions, Dijon/Versailles, coll. « Sciences et partage », p. 63-79.

Schlich E., Biegler I., Hardtert B., Luz M., Schröder S., Schroeber J. et Winnebeck S. (2006), « La consommation d’énergie finale de différents produits alimentaires : un essai de comparaison », Courrier de l’environnement de l’INRA, no 53, p. 111-120.

Thévenot L., Eymard-Duvernay F., Favereau O., Orléan A., Salais R. (2004), « Valeurs, coordination et rationalité. L’économie des conventions ou le temps de la réunification dans les sciences sociales », Problèmes économiques, n°2838, p. 1-8.

Thompson J., Harper A., Kraus S. (2008), Think Globally, Eat Locally. San Francisco Food Shed Assessment, American Farmland Trust, 44 p.

Torre A. (2010), « Jalons pour une analyse dynamique des proximités », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, 2010/3, p. 409-437.

Touzard J.M. (2010), « Ancrage territorial et construction de règles dans des coopératives viticoles du Midi » in Muchnik J. & Sainte-Marie C. de (coord.), Le temps des SYAL, Éditions Quae, Versailles, p. 625-279.

Vincq L., Mondy B., Fontorbes J.P. (2010), « La construction de la qualité fiable dans les réseaux alimentaires de proximité », Économie Rurale, vol. 4-5, no 318-319, p. 5-19.

Top of page

Notes

1 Food and Agriculture Organization of the United Nations / Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

2 INSEE (2015), Nord-Pas-de-Calais et Picardie : l'influence des grandes aires urbaines. Insee Flash Nord-Pas-de-Calais, 5. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/nord-pas-de-calais/themes/insee-flash/IF15_05/IF15_05.pdf.

3 À noter qu’un 17e entretien a été réalisé mais il n’est pas exploitable car il s’agissait d’un entretien auprès d’un distributeur ne souhaitant pas nous communiquer le nom des producteurs avec lesquels il travaillait. Nous ne pouvions donc pas compléter notre monographie.

4 Les questionnaires sont disponibles auprès des auteurs sur demande.

5 On retrouve cette tendance dans le circuit bricolage-jardinage où les produits proposés sont plutôt standards, de milieu de gamme ou milieu supérieur, provenant de fabricants français ou au moins avec des sites de production implantés en France.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 : Les mondes de production et circuits courts potentiellement correspondants
Credits Source : Adapté de R. Salais et M. Storper (1993) ; et d’Amemiya et al. (2008)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11986/img-1.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Carte 1 : Localisation des cas étudiés dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais
Credits Source : Auteurs, à partir des données de l’INSEE et SIGALE® Nord-Pas-de-Calais
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11986/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Tableau 2 : Les circuits étudiés
Credits Source : auteurs
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11986/img-3.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Tableau 3 : Synthèse des différents circuits de distribution observés et de leurs enjeux logistiques
Credits Source : Auteurs
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11986/img-4.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Tableau 4 : effets des circuits courts au regard des enjeux logistiques
Credits Source : Auteurs
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11986/img-5.jpg
File image/jpeg, 28k
Top of page

References

Electronic reference

Amélie Gonçalves and Thomas Zeroual, « Analyser les impacts des circuits courts alimentaires : une étude en Nord-Pas-de-Calais », Revue de la régulation [Online], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, Online since 20 December 2016, connection on 23 November 2017. URL : http://regulation.revues.org/11986

Top of page

About the authors

Amélie Gonçalves

Post-doctorante, université de Toulouse/INRA UMR AGIR, amelie.goncalves@inra.fr

Thomas Zeroual

Enseignant-chercheur, ESCE, CIRCEE, thomas.zeroual@esce.fr

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page