Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La microfinance et ses dérives. Émanciper, contrôler ou exploiter les pauvres ? d’Isabelle Guérin

Gwendoline Debéthune
Référence(s) :

Isabelle Guérin, La microfinance et ses dérives. Émanciper, contrôler ou exploiter les pauvres, Paris, Demopolis, 2015, 291 p.

Texte intégral

1Étonnamment, consacrer un ouvrage entier, comme son titre l’annonce, aux « dérives » de la microfinance – c’est-à-dire l’ensemble des services financiers destinés aux exclus bancaires, comme le microcrédit, l’épargne, l’assurance et les transferts de fonds – ne va pas de soi. En effet, un service, qui touche aujourd’hui plus de deux millions d’individus dans le monde, pour l’essentiel des pays du Sud, et dont le produit phare, le microcrédit, est diffusé aux quatre coins du globe comme étant la « meilleure issue possible en matière de création d’emplois [dont] le manque de capital serait la principale barrière » – (p. 8) et ainsi comme un outil puissant d’éradication de la pauvreté, ne se verra a priori pas pointé du doigt. Un service, qui en ciblant prioritairement les femmes – qui comptent pour 70 % de la clientèle des organismes de microfinance dans le monde – est présenté comme un moyen de les affranchir de divers liens de dépendance par le cercle vertueux de l’empowerment ou de l’autonomisation qu’il est supposé impulser, ne se verra a priori pas critiqué. Les vertus émancipatrices du jeu du marché sur lequel repose justement la microfinance ne verront a priori pas leur légitimité remise en cause. Pourtant, c’est précisément à ces différentes hypothèses « qui relèvent plus du mythe que de la réalité » (p. 7) que s’attaque à juste titre ce livre publié par les éditions Demopolis qui, rappelons-le, rassemblent des auteurs dont l’approche bouscule les discours ambiants sur des sujets de société ou d’actualité dans un langage clair et accessible.

2Le sous-titre de l’ouvrage est significatif de la perspective choisie par Isabelle Guérin, qui souligne qu’érigée à tort « en recette miracle de la lutte contre la pauvreté [et] de l’émancipation des femmes, [la microfinance est] employée comme un outil de contrôle, de normalisation et de discipline des populations démunies, supposée imprévoyantes et dispendieuses » (p. 6). Il s’agit moins en effet, au long des six chapitres qui composent cet ouvrage, de proposer un état des lieux des dérives de la microfinance que de jeter les bases d’une véritable réflexion autour des multiples facettes des pratiques qu’elle implique. Issu d’enquêtes de terrain fouillées conduites sur quinze années en Inde, au Maroc, au Mexique, en République Dominicaine et au Sénégal, ce livre s’ouvre sur un premier chapitre qui, en parcourant le monde, dresse le portrait d’une microfinance dont les préoccupations sociales obsolètes sont progressivement supplantées par « une course à la rentabilité » (p. 58) dans un contexte de financiarisation généralisée et d’augmentation mondiale de l’endettement privé. En s’intéressant à la manière dont sont utilisés les microcrédits, le second chapitre balaye efficacement l’idée, pourtant largement répandue, que le microcrédit est source de création entrepreneuriale, « rares [étant] les entreprises créées ex nihilo » (p. 77) dont il est à l’origine. En effet, comme le montre par exemple le cas chinois, nombreux sont les organismes de microcrédit qui exigent de leurs clients d’être déjà à la tête de leur activité pour se voir accorder un prêt, et ce afin de garantir son remboursement (Debéthune, 2015). En réalité, « une large partie des microcrédits servent à boucler les fins de mois et à consommer » (p. 108) « à un coût annuel de 30 ou 40 % » (p. 131). Le troisième chapitre lève le voile sur « un autre mythe de la microfinance » (p. 109) qu’est la volonté d’éradiquer, à tort, la finance informelle ou encore l’usure. Dénonçant cet objectif, tout comme le sens trop homogène accordé à la finance informelle – qui comprend des pratiques allant des plus conviviales aux plus abjectes – il suggère que cette dernière joue aussi un rôle précieux de protection des populations locales. Le quatrième chapitre pointe ainsi du doigt les effets destructeurs des pratiques d’incitation à l’épargne des organismes de microfinance sur les systèmes locaux informels de sécurisation de l’argent. Le cinquième chapitre traite ensuite de l’émancipation des femmes par le microcrédit. En rappelant que les inégalités des sexes ne se résument pas à une question économique, financière et intra-familiale, à laquelle la microfinance prétend apporter une réponse, dans ce chapitre, l’auteure s’attaque à la manière dont les organisations des Nations Unies « essentialisent la subordination féminine » (p. 159). Si les femmes remboursent mieux ce n'est pas par nature, mais bien notamment parce que leur mobilité est plus limitée et qu’elles sont plus exposées aux questions d’honneur familial. Le dernier chapitre propose enfin une réflexion autour du « couple indissociable » (p. 186) marché/démocratie. Il montre comment une vision complètement abstraite et fictive du premier conduit à croire que la microfinance mène à la seconde. Mais si le marché accompagne la démocratie, en aucun cas il ne peut la précéder.

  • 1 Jonathan Morduch est notamment l’auteur d’un article qui constitue l’une des premières reconnaissan (...)

3Véritable plaidoyer d’une approche socioéconomique, cet ouvrage propose ainsi une analyse approfondie dépassant par conséquent les impasses des idéologies et des discours dominants, afin de mieux penser l’avenir de la microfinance et ses alternatives possibles. En écho aux travaux de Karl Polanyi (1983), il repose sur la ferme conviction que « les pratiques économiques sont indissociables des contextes sociaux, culturels, symboliques et politiques dans lesquels elles émergent » (p. 28). Il montre comment, plus qu’autonome, ou bien même surdéterminée ou encastrée, la microfinance, à l’instar des pratiques économiques, se révèle « imbriquée » (Dufy et Weber, 2007) dans ce contexte, les rapports sociaux y étant « entremêlés » (Zelizer, 2005). En ce sens, Isabelle Guérin redonne tout leur poids aux relations sociales et aux institutions ordinairement négligées sans pour autant, contrairement aux approches matérialistes et structuralistes, mettre de côté les capacités d'action des personnes et leur ancrage sociologique. Cet ouvrage – dont on ne peut qu’espérer, pour une plus large diffusion, la publication prochaine d’une version anglaise qui pourrait alors tout autant s’intitulé « The Socioeconomics of Microfinance » (en référence à « The Economics of Microfinance » (Armendariz et Morduch, 20101), présenté comme un incontournable) – accorde une attention particulière aux rapports de domination, de pouvoir, de hiérarchie et d’exploitation, ceux-ci entrant en jeu dans le développement économique (Acemoglu et Robinson, 2005). En plus d’offrir une vision politique de la pauvreté et du marché, l’interdisciplinarité ici convoquée a l’immense avantage de rendre compte de la pluralité des motifs d’action et de l’hétérogénéité des expériences vécues. Isabelle Guérin réalise en effet un tour de force notable, celui de porter une approche engagée, qui explore la microfinance à différents niveaux dans un monde globalisé, dépassant ainsi les clivages acteurs/structures et micro / macro processus. Se donner les moyens de comprendre le changement social en général, et les interactions développeurs/développés en particulier, nécessite, comme l’explique Jean-Pierre Olivier de Sardan (1995), de prendre en compte la multiplicité des facteurs de tous ordres. Or, le pari est ici incontestablement réussi.

4On ne peut que remercier Isabelle Guérin d’avoir compilé, dans cet ouvrage, une bibliographie considérable qui, soulignons-le, constituera une ressource précieuse pour les profanes comme pour les plus initié.e.s. Cet ouvrage constitue, en outre, un apport remarquable à une littérature francophone qui demeure encore inondée par une vision « enchantée » (p. 7), marchande et « désincarnée » (p. 13) de la microfinance. L’auteure dénonce notamment la fascination de Jeffrey Sachs (2005) pour les femmes entrepreneuses au Bangladesh ou encore le discours utopique du Prix Nobel, Muhammad Yunus (1997), qui affirme qu’il suffirait d’offrir aux pauvres un accès au capital par le biais du microcrédit pour développer leur potentiel entrepreneurial. Elle condamne la diffusion de la microfinance en tant que « nouvelle niche de marché » (p. 11) et plus particulièrement la croyance, notamment véhiculée par des personnalités telles que Jacques Attali (Attali et Yunus, 2006) ou encore des universitaires tels que Coimbatore K. Prahalad (2004), qu’une offre de services financiers auprès des plus démunis peut être pérenne et rentable. En s’intéressant aux usages vécus de la microfinance et en cherchant à se prémunir d’un impérialisme culturel, démarche qu’on ne peut que saluer, Isabelle Guérin prend le contrepied d’une approche positiviste, comportementaliste et moralisatrice de la microfinance alors désincarnée dans la nouvelle économie du développement, un champ disciplinaire notamment porté par Esther Duflo (2010).

5L’objectif de cet ouvrage est donc résolument de ménager un espace spécifique pour permettre de révéler les subversions de la microfinance que le renforcement de principes capitalistes et néolibéraux à l’échelle mondiale n’a jusqu’alors pas permis de mettre au grand jour. Avant tout préoccupés par leur pérennité, les organismes de microfinance s’adonnent à une course effrénée à la rentabilité justifiée par la nécessité de recouvrer des coûts et d’engendrer des bénéfices notamment afin de rémunérer des investisseurs privés basés, pour l’essentiel, en Suisse, au Luxembourg et aux États-Unis. Il ne s’agit donc plus pour ces organismes de proposer des réponses adaptées à des besoins existants mais bien d’en susciter des nouveaux, ce qui aboutit le plus souvent à de nouvelles formes d’exploitation et à la mise sous silence du fort endettement des populations locales. Toutefois, même si « certains usages de la microfinance participent d [‘une] fabrique de la dette comme rapport social unilatéral de domination » (p. 227), Isabelle Guérin soutient qu’il ne convient pas pour autant de condamner la dette et le crédit auprès des plus démuni.e.s. En effet, l’objet de cet ouvrage n’est aucunement de rejeter la microfinance en bloc mais bien au contraire de souligner la légitimité des initiatives de financement à destination des populations moins bien nanties, les dérives courantes de la microfinance hégémonique ayant un effet inverse. L’auteure ne se contente pas d’exposer « la complexité et l’ambivalence des effets engendrés par la microfinance ainsi que ses dangers » (p. 7) mais appelle à défendre la multiplication et l’essaimage d’initiatives et d’expériences concrètes ancrées localement afin de réinventer la richesse et de reconsidérer la solidarité et la lutte contre les inégalités.

6Isabelle Guérin invite ainsi de manière très convaincante à repenser les significations et les modes de fonctionnement de la monnaie et de la finance afin qu’elles soient au service de la solidarité, de la lutte contre les dominations et de la dynamisation des économies locales. Néanmoins, ce dernier point, qui constitue une proposition tout à fait louable, nécessite d’être amenée avec prudence. L’étude de l’accès des femmes au microcrédit en Chine révèle que la dynamisation de l’économie locale est certes au cœur des préoccupations d’organismes locaux qui entretiennent, avec les autorités locales, une relation de « symbiose contingente2 ». Or, la poursuite de cet objectif passe par le détournement des microcrédits accordés aux femmes et induit par conséquent une cristallisation des rapports sociaux de sexe (Debéthune, 2015). Mais cette remarque n’enlève rien à la finesse avec laquelle, dans cet ouvrage, sont décortiqués les paradoxes auxquels les femmes sont confrontées. Aussi, alors que le marché combattrait le système patriarcal, il y est clairement démontré, comment, au contraire, le premier se saisit du second pour perdurer. Cependant, s’agissant d’un portrait de femme, le choix de la photo de couverture du livre, dont on ne parvient pas à saisir précisément le message, laisse quelque peu perplexe. Mais cet embarras est ensuite très vite oublié face à une dialectique rigoureuse et ponctuée de dessins traduisant la participation, sur plusieurs années, de leur auteur, Marc Roesch, à des programmes de recherche sur l'impact du microcrédit sur les populations les plus démunies dans plusieurs pays d’Afrique et en Inde3. Sigmund Freud avait justement définit l’humour comme un « un moyen d’exprimer des vérités désagréables » (Kameniak, 2000). Or, en procédant à une mise en cause critique de situations et d’événements (Houdebine-Gravaud et Pozas, 2006), ces dessins relayent pertinemment le texte. À ce titre ils étayent une argumentation déjà très solide avec ce qu’il faut d’ironie pour « accuser l’aveuglement des idéologies dominantes qui recomposent et formatent le secteur [de la microfinance] ainsi que leurs effets systémiques » (p. 7).

7Référence incontournable pour celles et ceux qui s’intéressent à la microfinance, on ne peut s’empêcher de poser la question de l’effet d’un tel travail. Cet ouvrage contribuera-t-il à remettre en cause la légitimité d’approches économicistes tout en donnant ses lettres de noblesse à la socioéconomie en générale et de la microfinance en particulier? On ne peut que le souhaiter.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu, D. and J. A. Robinson (2005), Economic Origins of Dictatorship and Democracy, New York, Cambridge University Press.

Armendariz, B. and J. Morduch (2010), The Economics of Microfinance, Cambridge, Mass, MIT Press.

Attali, J. et M. Yunus (2006), Portraits de microentrepreneurs, Paris, Éditions du Cherche Midi.

Debéthune, G. (2015), « L’accès des Chinoises au microcrédit en zone rurale et périurbaine : un outil de lutte contre la subordination des femmes ? », thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Duflo, E. (2010), La politique de l’autonomie. Lutter contre la pauvreté, vol. 2, Paris, Le Seuil.

Dufy, C.et F. Weber (2007), L’ethnographie économique, Paris, La Découverte.

Houdebine-Gravaud A.-M. et M. Pozas (2006), « De l’humour dans les dessins de presse », Questions de communication, no 10, p.  43–64.

Kamieniak, J.-P. (2000), Freud, un enfant de l’humour : un enfant de l’humour, Paris, Delachaux et Niestlé.

Morduch J. (1999), “The Microfinance Promise”, Journal of Economic Literature, no 37, p. 1569-1614.

Polanyi, K. (1983), La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Prahalad, C. K. (2004), The fortune at the bottom of the pyramid: Eradicating poverty through profits. Upper Saddle River NJ, Wharton School Publishing.

Sachs, J. (2005), The end of poverty: economic possibilities for our time, Penguin.

Sardan, O. de et J.-P. Olivier (1995), Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, Karthala.

Spires A. J. (2011), “Contingent Symbiosis and Civil Society in an Authoritarian State: Understanding the Survival of China’s Grassroots NGOs”, American Journal of Sociology 117 (1), p. 1‑45.

Yunus, M. (1997), Vers un monde sans pauvreté : l’autobiographie du « banquier des pauvres  », Paris, Lattès.

Zelizer V. (2005), The purchase of intimacy, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Jonathan Morduch est notamment l’auteur d’un article qui constitue l’une des premières reconnaissances académiques de la microfinance en tant qu’objet d’étude (Morduch, 1999).

2 Cette expression, empruntée à Anthony Spires (2011), fait référence à l’équilibre fragile sur lequel reposent, en Chine, les bénéfices et les contraintes mutuels des autorités locales d’une part et des ONG et des organisations locales à but non lucratif d’autre part. Or, cette expression se révèle particulièrement adaptée aux relations qu’entretiennent les organismes de microcrédit avec les autorités locales.

3 Voir son site Internet: http://marc-roesch.pagesperso-orange.fr/ (consulté le 3 mai 2016).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwendoline Debéthune, « La microfinance et ses dérives. Émanciper, contrôler ou exploiter les pauvres ? d’Isabelle Guérin », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/11954

Haut de page

Auteur

Gwendoline Debéthune

Docteure en socioéconomie du développement, jeune chercheure associée au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC), ATER à l’université de Rennes gwendoline.debethune@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page