Navigation – Plan du site
Notes de lecture

De la prédation et de la chasse à l’homme à l’anarchisme universel

À propos de l’ouvrage The Political Economy of Predation. Manhunting and the Economics of Escape de Mehrdad Vahabi
Bernard Chavance
Référence(s) :

Mehrdad Vahabi, The Political Economy of Predation. Manhunting and the Economics of Escape, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 406 p.

Texte intégral

Introduction

1Quelle place la relation du prédateur et de la proie tient-elle dans le domaine économique ? Pour Mehrdad Vahabi, il s’agit d’une question centrale dans l’histoire de l’humanité, depuis la domestication des animaux jusqu’aux guerres contemporaines. L’universalité du conflit se traduit notamment par la « chasse à l’homme » (manhunting) où un pouvoir dominant prédateur poursuit sa proie, pour l’éliminer ou pour en tirer profit, ce qui conduit alors à la protéger après l’avoir agressée ; celle-ci étant dominée, elle n’a pour seuls recours que la fuite ou la subversion. Ayant exploré, dans un livre précédent, l’« économie politique du pouvoir destructeur » dans sa relation au pouvoir créateur (Vahabi, 2004), l’auteur poursuit sur une voie théorique originale en proposant une économie politique de la prédation, en « adoptant le point de vue de la proie ».

2Au départ réside un paradoxe : jusqu’à une période récente, le conflit violent avait été absent de l’économie du mainstream, alors que pratiquement tous les conflits historiques ont comporté une dimension économique. Déjà Jean-Baptiste Say avait limité la sphère du conflit au seul domaine du politique, en l’excluant de celui de l’économie. Pareto avait de son côté souligné l’opposition entre production et appropriation de biens produits par d’autres : la première relevait de l’économie, la seconde de la politique.

Dans la guerre classique, il existe à l’origine une relative symétrie entre les parties opposées, qui disparaît ex post. Dans la guerre cynégétique, ou chasse à l’homme (au sens large), la partie prédatrice domine dès le départ la proie, pour laquelle une issue est la fuite ou l’exode ; la domination apparaît également dans la nécessité ultime pour la proie de chercher la protection de l’agresseur. Cette dualité de l’agression et de la protection constitue un thème central de l’ouvrage.

Coûts et avantages de l’agression/protection

3La protection est à l’origine de deux formes de rente. La rente absolue, ou tribut, est la différence entre la valeur et le coût de la protection, elle échoit au protecteur, qui est considéré comme vendeur de cette dernière. La rente différentielle est, quant à elle, fondée sur la différence des prix de la protection : si ce prix est Pa pour A et Pb pour B, cette rente est RD = Pa – Pb. Elle connaît deux formes : RD1 où le protecteur économise sur les coûts de protection par concurrence positive : ainsi l’empire vénitien, qui n’avait pratiquement pas de bureaucratie, bénéficiait d’une RD1. La concurrence négative, par sabotage ou augmentation des coûts de protection pour les autres, est à la source de la RD2 ; ainsi, par la guerre « préemptive » au Moyen-Orient, les EUA ont accru les coûts de protection pour les pays de l’Union européenne et pour les pays asiatiques, très dépendants du pétrole de la région. La domination militaire des EUA est, de la sorte, une source de rente absolue de protection (ou tribut) pour l’État américain, prélevée sur les États du Golfe, mais aussi de rente différentielle (RD2) pour les secteurs privés américains (complexe militaro-industriel, industrie pétrolière) au détriment des rivaux potentiels – marchands et industriels européens et asiatiques – qui doivent assumer les coûts indirects des guerres « préemptives » dans le Golfe. La monarchie de roi-guerrier ou la monarchie absolue visent la maximisation de la rente absolue de protection, la monarchie constitutionnelle ou la république laïque et démocratique cherchent à maximiser la rente différentielle de protection.

4Si la prédation, entre espèces différentes ou au sein de la même espèce, est essentielle dans le monde animal, les humains ont inventé la prédation sans tuer, et sont devenus des prédateurs-protecteurs ; la domestication en donne un premier exemple. La prédation humaine se divise aussi en chasse interspécifique et intraspécifique ; cette dernière comprenant d’un côté la guerre classique et de l’autre la chasse à l’homme. Dans le manhunting, la prédation peut être exclusive, elle vise à tuer ou expulser la proie d’un territoire, l’objectif est alors l’appropriation du capital ou le gain d’avantages matériels ; elle peut être inclusive et chercher l’appropriation du travail (comme dans le cas du rapt des femmes, ou celui de l’esclavage). La guerre cynégétique a pris des formes multiples : chasse aux Indiens, aux peaux noires, aux pauvres, aux Juifs, ethnocide, tyrannie, piraterie, colonisation, esclavage moderne, attaques terroristes, crimes organisés… L’ouvrage discute en détail deux expériences significatives, la guerre d’Irak (avec notamment le rôle joué par les drones) ainsi que le régime islamique d’Iran et son « capitalisme de butin ».

Le mainstream : un conflit sans domination

5Dans ce livre, Mehrdad Vahabi est en dialogue critique avec l’économie du mainstream. Il lui reproche avant tout de méconnaître la domination ; lorsqu’elle admet – récemment – le conflit, son approche est réductrice. En ignorant la domination, et donc la résistance, elle confond dominant et dominé, proie et prédateur, elle délégitime la violence politique de rébellion. Elle souligne les coûts de la guerre, mais ne voit pas les bénéfices qui en sont tirés. Ainsi, la capture coercitive du marché de la proie par le capitalisme du prédateur est illustrée dans la reconstruction de l’Irak – suite aux destructions de l’État, des systèmes d’éducation et de santé, des pipelines pétroliers, des infrastructures, des bâtiments, des logements –, par les contractants américains privilégiés (Kellog, Brow and Root, Halliburton, Bechtel, Chemonics International, Science Applications International Corporation) (p. 124).

6Les théories du conflit tendent à se focaliser sur les prédateurs individuels, sans considérer, comme de juste, la relation prédateur-proie. Tous les individus (avec des préférences déterminées) sont alors considérés comme pillards ou prédateurs potentiels, indépendamment du fait qu’ils appartiennent à des groupes dominants ou dominés ; seuls les perdants seront qualifiés de « proies ». En réalité, pour Vahabi l’activité anti-prédatrice ou l’insurrection contre la tyrannie peuvent constituer une source d’« efficacité économique et politique » par la réduction du tribut et la promotion d’institutions démocratiques.

L’erreur d’un théorème de Coase politique

7Dans un chapitre central consacré aux coûts de transaction, l’auteur critique deux approches de la théorie des droits de propriété, qui se réfèrent au « théorème de Coase ». L’école de la spécificité des actifs (Williamson) limite ce théorème aux transactions volontaires ; il est clair cependant que celles-ci ne peuvent rendre compte du pouvoir coercitif ni de la contrainte (esclavage, féodalisme, formations sociales pré-capitalistes). L’école de l’Université de Washington (Barzel, Cheung, North) étend le théorème au pouvoir coercitif et aux transactions involontaires, elle incorpore les coûts d’appropriation et de mise en œuvre (enforcement) violente aux coûts de transaction. Elle fait appel à un « théorème de Coase politique » : dans le cas de coûts de transaction politiques nuls, le marchandage entre candidats (ou dirigeants de l’État) et électeurs conduira à une solution efficace, quelle que soit la répartition initiale des droits politiques. Mais Vahabi souligne que le marchandage coasien suppose les conflits de répartition résolus et sépare les considérations d’efficacité des conflits de répartition ; les institutions sont alors supposées efficaces car les conflits sociaux sont considérés comme neutres. Dans une certaine mesure, cette caractéristique s’apparente à la neutralité attribuée à la monnaie : le conflit est neutre au regard de la performance économique, il disparaît à l’équilibre ; tout cela découle du théorème de Coase. L’auteur conclut avec Mancur Olson que le concept de coût de transaction « ne fournit pas une base suffisante pour comprendre le gouvernement et le politique, ou toute autre sphère de la vie dans laquelle opère une autorité contraignante ou un pouvoir coercitif. » (p. 230)

  • 1 En treize années de guerre en Afghanistan et en Irak, 2 300 soldats américains ont été tués. Dans l (...)

8Contrairement à certaines théories du conflit, la guerre n’est pas réductible à une lutte (contest), elle a pour objet la prédation. Les modèles de la guerre comme marchandage ne peuvent expliquer la chasse à l’homme stratégique, ils ne tiennent pas compte de la disproportion du pouvoir, de la logique de la création destructrice (qui se distingue de la destruction créatrice schumpeterienne) et de l’asymétrie des conséquences de la guerre1. Plus généralement, le conflit ne peut être appréhendé comme une transaction économique, c’est un problème politique, même au sein de l’économie.

État prédateur et marché de la protection

9En se référant à Charles Tilly, Vahabi souligne que les origines de l’État sont prédatrices. La démocratie politique, où le peuple accède au rôle de principal et les dirigeants de l’État deviennent ses « agents », met fin aux régimes autoritaires et tributaires. Mais l’État conserve un « noyau », ou des « couches » prédatrices qui peuvent être consolidées dans divers épisodes historiques (le cas des USA dans la guerre d’Irak de George W. Bush est encore un exemple). Avec la démocratie, « les revenus fiscaux de l’État proviennent de l’augmentation des profits des citoyens procédant de la croissance, plutôt que de l’augmentation des rentes résultant de la redistribution de la richesse, sous la menace de la violence. » (p. 324) La dichotomie parétienne production/appropriation semble bien sous-jacente ici. La protection en général présente un côté offre et un côté demande : c’est pour Vahabi un marché. Mais il convient de distinguer les marchés de vendeurs des marchés d’acheteurs, selon les bénéficiaires du rapport de force, comme l’a souligné Kornai. Dans les régimes tributaires, la protection constitue un marché de vendeurs : le pouvoir est du côté des offreurs ; la démocratie politique opère un basculement vers un marché d’acheteurs – les demandeurs de protection bénéficient d’une position de force.

In and out the mainstream

10The Political Economy of Predation est un ouvrage impressionnant, qui ouvre une perspective originale et stimulante sur le rôle de la violence dans l’économie humaine en général et capitaliste en particulier. La grande érudition de l’auteur conduit à de nombreux développements sur des questions liées à la thématique de la prédation, d’où le caractère quelque peu touffu du livre. Le lecteur bénéficie d’un large survol des théories contemporaines du mainstream sur les questions du conflit et du politique dans l’histoire ; leur discussion critique est informée et toujours pénétrante.

11Mehrdad Vahabi a une posture ambivalente à l’égard du courant dominant de la « science économique » ; il est en conversation constante avec le public choice et la nouvelle économie institutionnelle. Il a un pied hors du mainstream, comme le suggère le titre de l’ouvrage qui s’affirme dans le champ de l’économie politique, et un pied dedans comme l’indique le sous-titre qui fait référence à economics. L’homme économique rationnel, calculateur et maximisateur traverse l’histoire ; l’activité humaine prédatrice est autant la cause que l’effet du calcul économique, elle « suppose l’homo œconomicus et développe encore davantage la rationalité. » (p. 68) Si l’auteur conteste l’économie standard pour ignorer ou sous-estimer la domination, le conflit, la prédation, voire pour adopter le seul point de vue des élites (comme dans la théorie du rent-seeking), il formule sa propre approche historique dans les termes de la valeur, de la rente, des coûts, de l’offre et la demande, de la maximisation, de l’efficacité économique – parfois même de l’optimalité. Le marché de la protection, avec ses offreurs et ses demandeurs, le prix et les coûts de la protection, est trans-historique ; le potlatch représente un « entrepreneuriat destructeur anti-économique » (à la différence du capitalisme, où un tel entrepreneuriat n’a pas ce caractère), la démocratie politique peut être conceptualisée avec la théorie de l’agence… Le sophisme économiste, que Polanyi (2011) caractérisait comme le fait d’« assimiler l’économie humaine en général à sa forme de marché », est partagé par l’économie du courant dominant et par son critique. Aux yeux des praticiens des sciences sociales l’ouvrage, qui se présente comme plurisdiciplinaire, risque d’avoir un air d’impérialisme économique.

Prédation et protection sociales ?

La thèse la plus originale de l’ouvrage réside dans la force du lien établi entre prédation et protection. Elle n’est pas entièrement nouvelle dans la mesure où elle est reconnue dans l’analyse du féodalisme, ou encore celle de la mafia (Gambetta, 1993 – curieusement non mentionné). Vahabi montre la grande généralité de la dualité agression (prédation)/protection ; toutefois il a aussi tendance à l’universaliser à l’excès. Une question suscitée par son approche porte sur le capitalisme depuis le début du xxe siècle : il ne s’est pas seulement accompagné de conflits mondiaux et de nombreuses guerres, comme l’illustre la période contemporaine, où la dimension agressive ou prédatrice était importante voire essentielle –, il a aussi connu un développement endogène de la protection sociale, où la voice (prise de parole) mais aussi le scream (cri, hurlement) que Vahabi ajoute à la typologie de Hirschman, ont joué un rôle décisif. Là où Polanyi voyait une réaction aux effets destructeurs de la soumission de la société au marché autorégulateur, une perspective marxiste pourrait envisager une relation entre l’exploitation et la protection sociale, comme condition à la viabilité de long terme du système. Mais Vahabi raisonne le plus souvent dans le cadre de l’opposition paretienne production (création)/appropriation (prédation) ; dans son dialogue avec l’économie standard, il ne se confronte pas aux théories de l’exploitation. Il est d’ailleurs frappant qu’il mobilise les catégories de tribut, de profit, de rente absolue et différentielle – mais que celle du salaire soit absente (ou implicitement incluse dans celle du profit). Quoi qu’il en soit, le lecteur se prend à imaginer un chapitre sur la protection sociale, où celle-ci aurait pu être analysée comme contrepartie de la prédation de l’État (ou du capital, ou encore être considérée comme le résultat d’une demande des citoyens en tant que « consommateurs de protection » (sociale).

Un monde sans État, des sociétés civiles non-territoriales

12Dans son livre sur le pouvoir destructeur, Mehrdad Vahabi adoptait une « approche positive » – sans que la frontière demeure en réalité tout à fait stricte vis-à-vis d’une posture normative. Dans le présent ouvrage, il déclare adopter le point de vue de la proie ; la dimension normative est davantage présente. À la façon de Marx (Dix-huit Brumaire) ou de la tradition du libéralisme économique, Vahabi est hypercritique à l’égard de l’État, qui représente un « maître prédateur » ; ce dernier conserve un « noyau » ou des « couches » prédatrices jusque dans les régimes démocratiques libéraux (même si ces images demeurent assez floues). Il affirme sa perspective anarchiste : « seul le remplacement des États nationaux par une confédération libre et libertaire (free and libertarian) de l’ensemble de l’humanité peut mettre un terme à la prédation. » (p. 449-450) La « formation de sociétés civiles non-territoriales est le premier pas vers l’abolition de la prédation institutionnelle, la victoire de la démocratie et la paix universelle » (p. 343). Si The Political Economy of Predation adopte une démarche historique et théorique réaliste, qui fait aussi l’intérêt de sa lecture, il y a là comme un saut inattendu dans l’utopie qui n’a été préparé par aucune réflexion, même allusive, sur ce que pourrait signifier une confédération libre au niveau mondial, sur les sujets d’une telle confédération (les États nationaux étant exclus), sur la signification d’une société civile non-territoriale, et les raisons pour lesquelles la prédation dont le lecteur a perçu la prégnance transhistorique et les multiples formes y serait abolie.

13On sort transformé de la lecture de l’ouvrage de Vahabi, avec son approche quasi-institutionnaliste de la prédation, tant par l’originalité des questions abordées que par les changements de regard qu’il suscite – et même par les objections qu’il soulève. Un livre exigeant mais assurément important.

Haut de page

Bibliographie

Gambetta, Diego (1993), The Sicilian Mafia. The Business of Private Protection, Harvard University Press.

Polanyi, Karl (2011), La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société, Paris, Flammarion.

Vahabi, Mehrdad (2004), The Political Economy of Destructive Power, Edward Elgar.

Haut de page

Notes

1 En treize années de guerre en Afghanistan et en Irak, 2 300 soldats américains ont été tués. Dans la seule guerre d’Irak, on évalue à 650 000 les « morts excédentaires » irakiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Chavance, « De la prédation et de la chasse à l’homme à l’anarchisme universel », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11952

Haut de page

Auteur

Bernard Chavance

Description auteur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page