Navigation – Plan du site
Opinions-débats : Retours sur le colloque "La théorie de la régulation à l'épreuve des crises"

La théorie de la régulation à l’épreuve des crises

Un an déjà depuis le colloque de juin 2015
Robert Boyer

Texte intégral

1Il y a un an, les organisateurs s’affairaient pour surmonter les problèmes de toute sorte liés à l’organisation du colloque alors que les participants rappelés à l’ordre préparaient fébrilement leur communication. La rencontre a eu lieu et a été jugée, par la plupart des participants, comme un succès. Entre-temps la vie académique a repris son cours de sorte que l’appel lancé par la Revue de la Régulation est bienvenu pour susciter bilans et perspectives de travail. Un bon indicateur du succès du colloque tient à la frustration que chacun d’entre nous a connue de ne pouvoir se dédoubler pour assister à des sessions simultanées sur ses sujets de recherche en cours. Les remarques qui suivent sont nécessairement subjectives puisqu’elles résultent de la participation à un tout petit nombre de sessions parallèles.

Poursuite de l’internationalisation et renouvellement de génération

2Le premier grand colloque consacré à la Théorie de la Régulation avait eu lieu en 1988 à Barcelone. Ce fut le premier creuset à partir duquel se sont forgées des collaborations qui se prolongent aujourd’hui encore, par exemple avec les collègues Latino-américains, Japonais ou encore l’École Nord-américaine Social Structure of Accumulation (SSA). Déjà la participation avait été internationale ce qui avait consolidé la problématique trop souvent présentée comme spécifiquement française. Cette internationalisation des chercheurs qui répondent à un appel de l’Association Recherche et Régulation n’a cessé de s’approfondir comme en témoigne la diversité des origines des participants au colloque de Paris en 2015. C’est un signe de vitalité car on ne saurait concevoir de nos jours une science sociale qui se définirait par la nationalité de ceux qui s’en réclament. L’élargissement des contributions à la Revue de la Régulation témoigne des avancées, significatives mais encore partielles, en la matière.

3La seconde bonne nouvelle tient à la participation de jeunes et moins jeunes chercheurs, en particulier des doctorants, car la première génération du milieu des années soixante-dix doit céder la place à des successeurs qui ont à surmonter les barrières du recrutement que rencontrent les économistes dits « hétérodoxes ». À cet égard, la journée du 9 juin a été consacrée à une série de « Master Class » présentant divers outils et méthodes nécessaires aux recherches inspirées par la Théorie de la Régulation. C’est un élément capital car toutes les sciences sociales et plus encore l’économie standard, se définissent aujourd’hui plus par la sophistication de leurs techniques que la profondeur de leurs bases conceptuelles et méthodologiques. La Théorie de la Régulation ne devrait pas hésiter à s’emparer de toute technique pertinente et plus encore de faire avancer celles qui lui sont nécessaires (analyse de contenu, méthodes qualitatives, économétrie des changements de régimes, dynamique non linéaire…). Le plus réconfortant est sans doute aussi l’humour dont témoigne la dernière séance plénière intitulée « Trois questions à la Théorie de la Régulation par ceux qui ne l’ont pas faite ». Ceux qui ont assisté à cette présentation attendent avec impatience la publication correspondante. Ce devrait être un jalon et un nouveau point de départ de la théorisation. Il est deux aiguillons à ce besoin de reformulation : lever les zones d’ombre et les ambiguïtés des concepts fondateurs, s’assurer qu’ils peuvent rendre compte des transformations intervenues depuis trois décennies dans les capitalismes contemporains. Et si ce n’est pas le cas étendre et généraliser la problématique.

Continuités et nouveautés : interdépendance des États-nations, rapport à la nature et financiarisation

4Tout cadre théorique qui se respecte doit être doté d’une certaine stabilité et continuité dans ses domaines de recherche. À ce titre, le colloque a confirmé que les chercheurs inspirés par la théorie de la régulation et par la SSA suivent des chemins parallèles, si ce n’est convergents : liens entre régime d’accumulation et inégalité, applicabilité des concepts à la dynamique de l’économie chinoise. On note de même la continuité des efforts que déploie la communauté des régulationnistes latino-américains pour obtenir une taxonomie des formes de capitalisme. L’agriculture et le développement sont deux domaines qui suscitent de nouvelles recherches à la lumière des transformations intervenues au cours des deux dernières décennies. Enfin, la question du rapport salarial, qui avait été quelque peu délaissée, semble avoir suscité un regain d’intérêt de la part des jeunes générations à partir d’études, statistiques et économétriques, précisément délimitées. La question de l’accumulation du capital et de l’évaluation de ses coûts a fait l’objet, semble-t-il, de stimulantes controverses.

5Diverses sessions ont été consacrées à la question dite de la « globalisation ». D’un côté c’est toute la question de l’émergence de normes transnationales, le plus souvent sous la pression de groupes d’intérêt, qui se trouve posée. D’un autre côté, les modes de régulation nationaux ne peuvent plus être considérés comme des isolats interagissant à travers le commerce, car toutes les formes institutionnelles sont traversées par l’internationalisation. C’est donc une nouvelle étape dans la conceptualisation qui est nécessaire, ce qui a été esquissé par divers contributeurs.

6Une seconde transformation structurelle a été reconnue par la communauté des régulationnistes, à savoir les conséquences qu’entretiennent les rapports à la nature avec les régimes socio-économiques. C’est aussi l’occasion d’une réflexion sur les conditions de transition d’un régime à un autre, question centrale mais particulièrement difficile. Il est à cet égard crucial que la Théorie de la Régulation teste ses propres outils sans être tentée d’en importer d’autres pas nécessairement pertinents ou cohérents.

7Un nombre particulièrement fourni de communications s’est intéressé à la finance comme phénomène social majeur. Les recherches visent à explorer les processus à travers lesquels la logique financière s’est diffusée à l’organisation des retraites, à la gestion de la dette publique puis des finances publiques elles-mêmes ou encore à la gouvernance des entreprises. C’est un point de contact logique avec la sociologie économique lorsqu’elle s’intéresse à l’émergence des formes d’organisation, des marchés et des institutions. Comprendre la genèse du pouvoir de la finance permet aussi de renouer avec de grandes traditions d’économie politique. Ainsi peut-on anticiper un renouveau des relations entre économie politique et théorie de la régulation, point central pour la caractérisation de la diversité et des transformations du capitalisme contemporain.

8Le centre de gravité des recherches régulationnistes s’est aussi déplacé au cours du temps. À l’origine elles portèrent sur les transformations de longue période des États-Unis et de la France et furent ensuite étendues à divers pays de l’OCDE, dont le Japon. Depuis une décennie, la spectaculaire croissance de l’économie chinoise passe au crible la pertinence des diverses théories et peu semblent en réchapper. La tenue du colloque a été marquée par une présence importante de collègues chinois et l’amorce d’un dialogue avec les chercheurs qui se spécialisent sur l’essor des pays asiatiques et le concept d’Etat-développementiste. Un appel à communications pour un numéro spécial de la Revue de la Régulation devrait matérialiser et consolider cette coopération. Nul doute que les concepts initiaux s’en trouveront transformés et la théorie généralisée.

Un besoin de refondation théorique assumé

9Diverses séances plénières ont exploré la possibilité d’une alliance avec d’autres sous-disciplines en plein essor car elles occupent un vide laissé par la toute puissance institutionnelle de l’économie standard, pourtant strictement incapable de cerner les processus constitutifs des régularités économiques. C’est le cas de la sociologie économique qui livre des interprétations très largement compatibles avec les approches régulationnistes. Une réflexion sur les régimes de connaissance ouvre un champ intéressant à des collaborations avec les historiens et sociologues qui étudient les processus de la démarche scientifique. Par ailleurs, il n’est jamais inutile de revisiter les grands auteurs (Commons, Polanyi, Gramsci…) car il appartient à chaque génération de réexaminer comment leurs concepts peuvent être remobilisés pour rendre intelligibles des phénomènes contemporains réputés nouveaux.

10La théorie standard se résume aujourd’hui en une série de modèles ad hoc réputés mettre en œuvre la seule méthode scientifique valable, fondée sur une théorie microéconomique aujourd’hui dépassée. Les régulationnistes ne devraient pas avoir honte de poursuivre une modélisation compatible avec leurs concepts de base et méthodologie : c’est ce qu’a proposé l’une des sessions du colloque. Ce programme mérite l’intérêt des jeunes générations, ne serait-ce que parce que fort peu de théoriciens s’intéressent à la macroéconomie, et qu’une approche institutionnaliste et historique peut s’allier avec les approches évolutionnistes pour interpréter certains des faits stylisés majeurs des économies contemporaines.

À quand le prochain colloque de la régulation ?

11Si ces quelques pistes sont retenues, il apparaît essentiel de fixer dès à présent un horizon pour la prochaine conférence internationale de la Théorie de la Régulation. Pas trop proche car chacun a à travailler sur de nouveaux projets qui ne livreront leurs résultats qu’à terme… et parce que les coûts d’organisation sont élevés pour ceux qui se dévouent à cette tâche. Que les organisateurs de la conférence en soient félicités ! Pas trop lointaine, car il ne faut pas perdre la dynamique initiée en juin 2015 à Paris et les demandes de certains participants de revenir en… 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « La théorie de la régulation à l’épreuve des crises », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11923

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page