Navigation – Plan du site
Opinions-débats : Retours sur le colloque "La théorie de la régulation à l'épreuve des crises"

La Régulation contre-attaque : quatre doctorant.e.s face aux héritages de la théorie de la régulation

Justine Ballon, Jérémie Bastien, Clémence Clos et Kevin Guillas-Cavan

Texte intégral

1La force d’une théorie réside notamment dans sa capacité à expliquer, comprendre et analyser les faits et les mécanismes économiques dans le temps, en somme, à rester vivante. Figée, elle ne résiste pas aux évolutions politiques, économiques et sociales : elle ne permettra pas de comprendre les événements et leurs conséquences à venir, pire, elle proposera une analyse erronée de la situation, car basée sur des caractéristiques parfois datées. Pour autant, une théorie dispose d’un ensemble de concepts qui s’articulent de manière cohérente et que l’on ne peut repenser au gré des événements. Ainsi, la question de l’actualisation et de la remise en question de certains concepts ou notions s’articule avec la cohérence de son analyse.

2La théorie de la régulation (TR) est selon nous confrontée à ce paradoxe. L’enjeu réside alors dans la capacité des chercheurs/chercheuses de parvenir, tout en conservant les acquis du passé, à questionner ses concepts au fil du temps, afin de produire un renouvellement de ses objets de recherches, cadres et concepts et de les faire évoluer (Boyer, 2015). Favoriser les débats à travers différentes formes (revues, forums, colloques) permet de nourrir cette réflexivité permanente. La méthodologie est au cœur de ce questionnement et c’était d’ailleurs un des sujets, avec la prise en compte du temps long et l’approche quantitative, de la MasterClass organisée Par C. Laurent, A. Labrousse et P. Labarthe, en amont du Colloque Recherche & Régulation en juin 2015.

3Cet article est le fruit d’une réflexion menée entre quatre doctorantes et doctorants dont les usages de la TR sont multiples et, selon nous, porteurs d’une certaine richesse. En effet, nos quatre thèses mobilisent la TR de façon plus ou moins intensive sur une échelle partant d’une « régulation en cueillette », utilisant quelques concepts clés, jusqu’à une « régulation disciplinée » qui teste la capacité modélisatrice de la TR, en passant par une « régulation avec des infidélités », associant la TR avec d’autres cadres théoriques. Ces quatre thèses offrent un large panorama et une bonne illustration d’une forme d’adaptabilité de la TR. Les méthodes utilisées dans nos recherches, allant des méthodes quantitatives jusqu’à la recherche-action, en passant par des méthodes plus conventionnelles d’analyse qualitative, illustrent également cette diversité. Enfin, chacun à sa manière noue des liens avec les autres disciplines, certains penchant pour la sociologie, d’autres pour l’histoire. Loin de revendiquer l’unité d’un point de vue sur la TR, nous représentons justement ce qui fait, selon nous, l’un des intérêts majeurs de la TR : les multiples possibilités de recherche qu’elle permet, aussi bien en termes méthodologiques que disciplinaires.

4Le contexte institutionnel qui encadre actuellement les sciences économiques est en outre propice à une réflexion sur le devenir de la TR, devenir qui passera aussi par les doctorants/doctorantes s’en revendiquant ou la mobilisant. L’époque est marquée par la remise en question d’une partie de l’économie standard, qui se cristallise dans la crise de 2008, et dont la mainmise institutionnelle est également remise en cause : les débats sur l’ouverture d’une nouvelle section et l’élargissement de la section 05 du CNU à un certain nombre d’hétérodoxes soulignent l’existence d’un malaise quant à cette hégémonie scientifique. Se revendiquer de la TR, ou d’autres courants institutionnalistes et hétérodoxes d’ailleurs, c’est donc faire un choix intellectuel clair, et c’est également prendre un risque tant les institutions académiques apparaissent verrouillées. Les contraintes institutionnelles qui pèsent sur les doctorants/doctorantes impliquent une mobilisation particulière de la TR. L’enjeu actuel consiste donc à insérer nos recherches dans un mouvement global de recomposition et d’unification des sciences sociales, et à appréhender de nouveaux objets pour lesquels il existe une demande sociale, ce que des approches plus standards ne permettent pas. C’est pourquoi la TR constitue pour nous à la fois un choix théorique et un choix institutionnel.

1. Dire et faire la théorie de la régulation : quels langages pour quels objets ?

5Le langage dans la TR n’est pas sans poser problème : d’abord parce que le mot même de « régulation » n’est pas facilement traduisible, ensuite parce que les mots ont une importance, en particulier dans une théorie friande de concepts.

1.1. L’éternelle problématique de la traduction de la régulation

6La TR est une théorie conceptualisée autour de la notion de « mode de régulation », à laquelle se sont greffés, dès son origine, des concepts intermédiaires visant à l’expliciter (Lipietz, 1987). De nouveaux concepts s’articulant aux précédents se sont ensuite progressivement diffusés avec l’affirmation de la coexistence des échelles d’analyse (3.) au sein de la TR (Laurent et du Tertre, 2008). Comme nous le verrons (2.), si la lecture conceptuelle que propose la TR souligne sa robustesse méthodologique, elle pose des difficultés récurrentes de compréhension en rendant difficilement accessibles les travaux régulationnistes tant au sein de la discipline qu’en dehors. À titre d’exemple, l’exploration de nouveaux objets au niveau méso-économique a nécessité une redéfinition du secteur sous l’angle régulationniste, qui diffère d’une conception plus orthodoxe (Bartoli et Boulet, 1990 ; du Tertre, 2002), ne serait-ce que par la dimension territorialisée des secteurs que l’analyse standard a longtemps ignorés (Huriot, 1997). De plus, l’approche multiniveaux de la TR conduit à la multiplication des concepts et à leur superposition, ce qui rend encore plus complexes sa compréhension et l’accessibilité de ses travaux.

  • 1 Nous pensons notamment aux travaux sur l’Amérique latine pour lesquels la revue de la régulation a (...)

7Le concept fondamental de « régulation » illustre particulièrement bien ces difficultés de compréhension. En effet, la méconnaissance de la TR et les confusions qu’elle cristallise sont alimentées par l’ambiguïté même de la notion de « régulation ». Marquée par le sens anglo-saxon de regulation, la régulation est parfois assimilée à la réglementation, i. e. au contrôle de l’État sur les marchés. De surcroît, l’époque de diffusion de la TR est marquée par les libéralisations, ce qui engendre une confusion entre dérégulation et déréglementation. Dès lors, la diffusion internationale, mais aussi nationale de la TR est limitée par ce type de confusions portées par la lecture anglo-saxonne des concepts. Cette large problématique est bien identifiée par les auteurs régulationnistes qui cherchent à la corriger en réalisant des précisions autour des concepts fondamentaux (Boyer, Saillard, 2002b ; Lamarche, 2012). Cela les conduit également à rediscuter les concepts et à en développer de nouveaux, comme en témoignent par exemple les travaux autour du régime d’accumulation (Clévenot, 2008). C’est donc selon nous un des chantiers actuels de la TR de rester fidèle à sa rigueur conceptuelle, tout en permettant le dialogue transnational1.

1.2. Une théorie et des mots en mouvement

  • 2 Le titre exact étant Du temps acheté. La Crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique.

8Si à l’origine la TR se donnait pour objet les crises et la reproduction des différents régimes de croissance du capitalisme, force est de constater que le suremploi du concept de crise a largement vidé celui-ci de sa substance. Non seulement les crises se multiplient, des crises financières à la crise du salariat en passant par la crise du financement de l’État social, mais à force de durer, on peut penser qu’une crise cesse d’être une crise pour devenir la norme (Streeck, 2008). Au-delà du débat sur la manière de caractériser les successeurs du fordisme, la récurrence des crises semble impliquer que celui-ci est instable… et pourtant qu’il persiste. Qu’il ait acheté du temps afin de repousser sans cesse sa crise selon le titre de Wolfgang Streeck (20142) ou qu’il soit engagé « dans une fuite en avant permanente » (Lordon, 2008b), le nouveau régime cmonteiro2016-07-27T12:13:00csemble avancer par à-coups.

9Nos recherches s’inscrivent dans une considération théorique forte qu’ont endossée nombre de récents travaux régulationnistes et, plus largement, institutionnalistes. La croissance du nouveau régime est assurée par une succession de secteurs et de territoires, vus comme dynamiques en raison de dynamiques endogènes propres à chaque secteur et territoire. Que celles-ci soient enclenchées par des chocs de libéralisation qui ouvrent aux logiques marchandes de nouveaux secteurs/territoires, ou bien qu’elles découlent de l’introduction d’innovations technologiques radicales (Yamamura, 2003) ou financières (MacKenzie, 2007 ; Lordon, 2008b), voire qu’elles ne soient liées qu’à la fixation mimétique de regards sur un marché (Orléan, 1999), certains secteurs et territoires cmonteiro2016-07-27T12:14:00cse trouvent abondés en capitaux et en technologies qui leur permettent des rendements financiers et des gains de productivité importants, assurant la reproduction d’un régime financiarisé autrement instable.

10L’entrée méso-économique est à privilégier selon nous du fait même de la logique macroéconomique du capitalisme contemporain. Contrairement au fordisme où les gains de productivité étaient sinon généraux du moins suffisamment étendus pour assurer la cohérence du système au niveau macro- et ses déclinaisons au niveau méso-économiques, le capitalisme financiarisé persiste en chamboulant l’un après l’autre les différents secteurs et territoires. Ainsi, nos travaux s’inscrivent dans le passage d’un mode d’accumulation intensive à un mode d’accumulation extensive (Boyer, 2015), où la notion de crise joue un rôle ambigu, à la fois crise endogène, indice d’une crise sous-jacente du mode de régulation sans cesse repoussée comme l’écrit Wolfgang Streeck (2014), mais aussi mode de fonctionnement « normal » qui repose sur la transformation radicale de secteurs et de territoires.

11Ce chamboulement permanent et incessant a rendu nécessaire d’adjoindre à la TR une théorie de la transformation qu’elle a largement tirée de son dialogue avec l’analyse historique comparative (Boyer, 2015), courant que représente notamment Kathleen Thelen (Streeck et Thelen, 2003). La TR s’est toujours intéressée aux dynamiques, conçues originellement comme de nature essentiellement endogène et comme n’exerçant leurs effets que dans le long terme (Boyer, 2003, 189). Cependant, les nouveaux objets par lesquels nous abordons la TR sont plus dynamiques, car il s’agit d’inverser la focale et de partir des logiques disruptives plutôt que des dynamiques issues des contradictions des formes institutionnelles et des crises endogènes. Aux -ismes du fordisme, du taylorisme, du toyotisme (Boyer et Freyssenet, 1995) succèdent les -tions d’hybridation (Lechevalier, Nanta, et Tiberghier, 2011), financiarisation (Montalban, 2007), mondialisation (Amable, 2005), européanisation (Becker, et Jäger, 2012 ; Jessop, 2002), régionalisation (Trouvé, 2009), et même, dernièrement, « Uberisation », pour reprendre un terme à la mode. Ces processus disruptifs, diffus, polyformes selon les secteurs et les territoires, sont particulièrement visibles dans les marges, qu’ils s’agissent des marges géographiques, arrimées au cœur de l’économie-monde par la finance, de secteurs jusqu’ici relativement disjoints des marchés financiers ou épargnés par les transformations technologiques radicales et qui s’y trouvent intégrées, ou d’espaces de résistances voire de subversions des formes institutionnelles dominantes comme peuvent l’être les Coopératives d’Activités et d’Emploi (Bodet, De Grenier, Lamarche, 2013).

2. Y a-t-il une méthode dans la théorie de la régulation ?

12La TR s’est construite au regard de différents courants de pensée, à commencer par l’institutionnalisme historique américain. Sur ce point, la place de l’histoire dans la TR est marquée par l’influence de l’École des Annales en particulier et caractérise les dynamiques économiques de long terme. Boyer explique que « le pari de la théorie de la régulation est […] d’historiciser les théories économiques : elles sont filles de l’histoire et non l’inverse » (Boyer et Saillard, 2002, p. 25). Cet ancrage épistémologique traduit par ailleurs la volonté de s’intéresser davantage au processus qu’au résultat de la recherche, c’est-à-dire à l’analyse de l’évolution des facteurs aboutissant à une situation donnée. Aussi, pour comprendre les rapports de production au sein des secteurs, il s’agit de mettre en perspective les enjeux actuels impactés par l’évolution historique pour appréhender les différents facteurs et variables ayant impacté les modèles. Contrairement à une partie de l’économie standard, la TR inscrit ses recherches dans une analyse historique et sociale. D’autres méthodologies de la TR – que nous ne présenterons pas ici – favorisent des analyses de dynamiques de long terme dans le but d’identifier des régimes de fonctionnement.

2.1. Le tournant compréhensif : rééquilibrer qualitatif et quantitatif

13Des modèles d’analyse du capitalisme, en passant par les modèles productifs ou encore les méthodes quantitatives ou qualitatives, il s’agit de questionner les acquis méthodologiques de la TR afin d’être en mesure de comprendre les mutations actuelles. La nécessité de renforcer les approches « polyméthodologiques » pour comprendre les enjeux à l’œuvre (Lordon, 2008a) s’articule avec la nécessité de s’ouvrir à d’autres écoles de pensée, y compris issues d’autres disciplines. Ces bouleversements nous amènent à penser que pour faire évoluer les cadres théoriques, il faut retravailler les cadres méthodologiques utilisés.

14Sans avoir revendiqué l’autorité d’une méthodologie particulière, la TR s’est historiquement construite sur des méthodes plutôt quantitatives. Les travaux fondateurs s’appuient en effet sur de grandes enquêtes, nationales ou sectorielles. Bien qu’utilisant parfois des méthodes de traitement économétrique, ces travaux restent ancrés dans le réel tout en proposent des modèles formalisés, ils restent compréhensifs. Petit à petit, au rythme de l’élargissement des objets de la TR et au rythme de la multiplication de ses liens avec les autres disciplines, la TR s’est progressivement enrichie d’autres méthodologies plus qualitatives. Une des ambitions du courant demeure, comme l’a rappelé R. Boyer durant la Masterclass, de rester compréhensive, peu importe la méthode utilisée.

15Elle doit permettre de comprendre, d’interpréter, avant d’être prédictive ou normative comme l’a rappelé A. Labrousse lors de sa présentation à la Masterclass.

16La TR s’est inspirée de démarches et de méthodologies issues des autres sciences sociales. Ces influences, des entretiens aux observations participantes, enrichissent les travaux de recherche de la TR, accentuant la démarche compréhensive (Bessis, 2008). Nos recherches ainsi s’inscrivent pour certaines dans les méthodes abductives (Gallois, 2012 ; Nieddu, 2013) et pour d’autres dans la recherche-action (Mesnier et Missote, 2003). Cet intérêt pour les démarches compréhensives est également le fruit de l’apport des réflexions sur les échelles de régulation : saisir les échelles méso-économiques nécessite de prendre en compte les points de vue situés que les méthodes qualitatives permettent d’appréhender. Ainsi, malgré l’intérêt certain des données statistiques, il est nécessaire de les enrichir avec ce type de méthodes pour aller au-delà de la corrélation et comprendre l’émergence des conflits et la construction des compromis.

17Les économistes régulationnistes s’inscrivent plutôt dans un discours pragmatique mettant en avant la rigueur scientifique au sens de l’anthropologue Olivier de Sardan (2008). Le quantitatif ne jouit pas naturellement d’une rigueur dont seraient privées les méthodes qualitatives mais quelques entretiens ne suffisent pas à faire la rigueur du qualitatif (Labrousse, 2014). Chaque méthode a ses exigences, ses potentialités et ses faiblesses. Il s’agit de les mobiliser à bon escient, en les adaptant aux objets et en se gardant de les hiérarchiser. Cette approche rigoureuse des sources et des méthodes, le lien fort au terrain, ainsi que le caractère central de la mise en perspective historique, les liens intimes qui unissent la TR et le courant historique des Annales.

18Le défi demeure entier quant à la validation scientifique des résultats et des analyses obtenus, dans la mesure où les enquêtes de terrain sont encore trop souvent dévalorisées, accusées de subjectivité, par une partie des économistes standards. A contrario, les méthodes statistiques sont survalorisées dans la science économique standard, quand elles sont parfois trop décriées dans les analyses hétérodoxes. L’enjeu est de revaloriser et d’articuler ces outils aux méthodes d’analyses qualitatives. La précision du cadre méthodologique, qu’il soit quantitatif ou qualitatif, voire les deux à la fois, est essentielle pour expliquer la démarche et les outils choisis pour construire l’objet.

2.2. L’interdisciplinarité de la théorie de la régulation

19Le tournant vers des échelles inframacro a nécessité non seulement de passer à des outils de recherche plus qualitatifs mais aussi de passer par une plus grande pluridisciplinarité.

  • 3 Coordination entendue en un sens plus large que dans la théorie standard et surtout ancré dans une (...)

20Comme le note Olivier Favereau (1995), si la TR a toujours eu « une ouverture systématique aux autres sciences sociales », et notamment à l’histoire, cette ouverture était essentiellement instrumentale. Reprenant et approfondissant cette réflexion, John Wilkinson (1997) remarque que le rapprochement de la TR et de l’école des conventions a modifié ce rapport aux autres sciences sociales. Dans le cas des conventions, le rapport n’était fondamentalement pas de nature instrumentale. L’école des conventions partage un programme de recherche commun avec d’autres sciences sociales, à savoir l’étude de la coordination3. Il ne s’agit plus d’enrichir la compréhension d’un objet économique de lectures historiques, sociologiques ou juridiques, mais bien de saisir un objet transdisciplinaire dans ses diverses dimensions, notamment économiques.

21Le glissement des objets d’étude, des « ismes » aux « tions » que nous évoquions précédemment, s’inscrit finalement dans le tournant méthodologique apporté par les « cultural studies » en sciences sociales. Comme l’écrivent Cary Nelson, Paula Treichler et Lawrence Grossberg, le legs des « cultural studies » réside dans une « anti-disciplinarité active et agressive », c’est-à-dire sur le principe qu’il convient non seulement de mobiliser les données issues d’autres champs mais aussi leur méthode. Le résultat est problématique mais fécond, « bricolage » qui ne fonctionne que s’il est réflexif (Grossberg, Nelson & Treichler, 1992, 2) et s’il est cimenté par un cadre conceptuel cohérent comme peut l’être celui de la TR.

22Cette anti-disciplinarité revendiquée, i. e. cette inscription dans des sciences sociales unifiées, approfondit le mouvement initié par le rapprochement de la TR et des conventions et rejoint en cela les réflexions développées récemment par André Orléan (2011). Nos objets considérés comme des faits sociaux totaux, traités par diverses disciplines, impliquent une réarticulation conceptuelle qui dépasse largement le cadre théorique de la seule TR. Aussi, de même que les « media studies » ou les « technology studies » débordent largement la seule sociologie et regroupent des chercheurs/chercheures issus de champs divers autour d’un même objet, on peut désormais parler de financiarisation studies ou d’économie sociale, qui débordent largement le seul champ de l’économie, impliquant un devoir de réarticulation de concepts et d’éléments théoriques issus de multiples champs. Si cette exigence méthodologique se révèle essentielle pour la TR, c’est aussi parce qu’elle est favorisée par l’investigation des régulationnistes dans de nouveaux objets qui dépassent le seul niveau macro-économique.

3. Une approche multiniveaux : les échelles de la théorie de la régulation

23La TR a été fondée par des approches macro-économiques en raison des objets de recherche qui ont motivé sa constitution et au regard des méthodes développées pour les étudier. Néanmoins, le constat de dynamiques économiques spécifiques dans certains secteurs et territoires a progressivement conduit les chercheurs à affirmer la nécessité d’en comprendre précisément les ressorts. Dès lors, en faisant évoluer ses concepts et ses méthodes, la TR a élargi ses échelles pertinentes d’analyse.

3.1. La diversité des espaces de régulation : du méso-économique au méso-spatial

24Dans l’optique de dépasser la diversité diachronique qui caractérise la TR dans sa version originelle, les approches en termes de Régulation Sectorielle et Territoriale (RST) ont progressivement institué une méthodologie spécifique dans le but de constituer une analyse sectorielle propre et robuste. Avec les travaux de Pierre Bartoli et Daniel Boulet (1990), une méthode d’analyse s’est constituée à l’échelle méso-économique. Inspirée de l’école parisienne de la régulation, elle a mené à la constitution d’une palette conceptuelle propre aux études des espaces infranationaux, dont le secteur agricole a notamment été une application privilégiée à l’origine (Allaire et Boyer, 1995).

25L’objectif est d’articuler les conditions de l’accumulation du capital dans des secteurs avec leurs capacités de reproduction au niveau des territoires (Laurent et du Tertre, 2008). Dès lors, il convient de restituer les jeux d’acteurs/actrices au prisme des conflits et des compromis qu’ils suscitent dans ces nouveaux espaces, et d’identifier les arrangements institutionnels auxquels ils donnent lieu. Ces régulations sectorielles s’articulent à des espaces et définissent les régulations territoriales. Les secteurs sont des construits sociaux inscrits dans des territoires qu’ils participent à constituer comme des espaces de régulation.

26La méthode développée n’en exclut pas pour autant la logique exogène. Les logiques de fonctionnement endogène à un secteur ou à un territoire ne sont pas seulement conditionnées par le régime macro-économique en vigueur : elles le structurent en retour. Ainsi, un régime d’accumulation se caractérise par l’hétérogénéité des espaces de régulation qui le composent, qu’ils soient des secteurs, des territoires, ou toute autre forme de sous-système cohérent.

3.2. La Régulation Sectorielle et Territoriale : programme de recherche cohérent ?

27Étant donné les objets qui construisent les développements récents de la TR, force est de constater qu’un certain nombre de programmes de recherche régulationnistes convergent vers l’étude du niveau méso-économique. Comme nous l’avons vu précédemment, même si la méthode employée par ce type d’approches n’exclut en rien l’échelle macro-économique, elles n’ont pas pour finalité de discuter avec rigueur et en profondeur les problématiques macro-économiques. C’est pourtant des travaux de cette dernière nature qui semblent avoir permis à la TR de s’exporter au début des années 1990, notamment sur les continents asiatique et sud-américain, à travers les écrits de ses pères fondateurs (Robert Boyer, Michel Aglietta, Benjamin Coriat), et qui continuent de forger sa popularité en dehors de l’Hexagone (Amable, 2005, Hall and Soskice, 2011).

28Cependant, l’ouverture que permet l’approche méso-économique de la TR ne peut aucunement être négligée. Elle ne peut qu’enrichir la perception des questions macro-économiques en s’essayant à caractériser l’instabilité du régime qui a succédé au régime fordiste. Par voie de conséquence, elle nourrit la capacité de la TR à s’exporter sur des problématiques jugées purement macro-économiques. Il est sur ce point intéressant et paradoxal de souligner que l’identification du régime fordiste par la TR s’est construite sur l’étude d’un objet méso-économique : le secteur automobile. La pertinence des analyses sectorielles s’est ensuite diffusée à l’étude de secteurs dits non-fordiens. La dynamique actuelle est similaire mais institutionnalisée : il s’agit de dépasser le fonctionnalisme en témoignant de la diversité synchronique des configurations par l’étude des secteurs et des territoires dans l’optique de définir le successeur au régime fordiste (Laurent et du Tertre, 2008).

29Les préoccupations méso-économiques sont donc au cœur des questionnements actuels de la TR, ce qu’a confirmé l’ultime plénière du Colloque international Recherche & Régulation en juin 2015 (Lamarche et al., 2015). Sous l’impulsion conjointe du noyau historique et d’une nouvelle génération de chercheurs/chercheuses (Sehier, 2014 ; Montalban, 2007), le groupe de travail RST entretient et dynamise les réflexions sur ce sujet. Les problématiques qu’il soulève tendent même à s’exporter à l’international (Gallois, 2015 ; Lamarche, 2014).

Conclusion

30Toute école de pensée se construit à partir d’une thématique de recherche, et avec des méthodes qu’elle revendique, mais qui sont amenées à évoluer au fil des transformations des objets de recherche qu’elle étudie et qui peuvent potentiellement la faire entrer en crise. La capacité d’une école de pensée à questionner régulièrement ses fondamentaux, à dialoguer à la fois avec les autres courants et écoles afin de s’ouvrir à des démarches scientifiques différentes tout en créant des ponts avec les autres disciplines, démontre l’endurance et l’assise de sa logique de pensée. Aussi, concernant la TR, l’évolution des études à des échelles différentes, en s’enrichissant des réflexions au niveau méso-économique, a permis de faire émerger de nouvelles perspectives de recherche et d’analyse. L’intérêt des démarches compréhensives, s’inspirant notamment des approches sociologiques, contribue à renouveler les approches de terrain ainsi que les modèles théoriques.

  • 4 Lors des différents congrès annuels de l’Association Française d’Economie Politique (AFEP) par exem (...)

31La question a été évoquée ici et ailleurs4 du devenir professionnel des doctorants/doctorantes qui s’inscrivent dans des courants de recherche hétérodoxes. L’avenir de ceux et celles qui s’inscrivent dans la TR est largement incertain, en particulier dans la sphère académique. Le contexte institutionnel actuel est particulièrement marqué par l’hégémonie des courants économiques orthodoxes et le pouvoir relativement faible des courants dissidents. Les chercheurs/chercheuses qui ne s’inscrivent pas dans des travaux orthodoxes peinent à obtenir des postes académiques et se heurtent souvent à un plafond de verre pour l’obtention des postes de professeurs. Par ailleurs, l’intérêt suscité par la TR à ses débuts dans des institutions telles que le Commissariat Général au Plan semble s’étioler au profit des approches standard de l’économie. Ce phénomène est également prégnant dans la sphère académique. C’est pourquoi la question de la position de la TR et de son renforcement institutionnel est centrale. Nous pensons qu’à l’échelle des doctorants/doctorantes une contribution peut être apportée. Pour répondre à une des ambitions de la Masterclass du colloque du mois de juin, nous proposons la mise en place d’un séminaire de doctorants/doctorantes de la TR. Sans empiéter sur les projets portés par les doctorants/doctorantes de l’AFEP, ce séminaire serait l’occasion de réunir les jeunes chercheurs/chercheuses qui souhaitent s’inscrire dans une réflexion régulationniste, soit dans ses résultats, soit comme méthode, soit comme processus de construction d’une pensée scientifique. L’intérêt de ce séminaire réside dans le décloisonnement de la TR sur plusieurs terrains : d’abord territorial en permettant à des doctorants/doctorantes « esseulés » de discuter avec d’autres chercheurs/chercheuses se rattachant à la TR ou désireux d’approfondir le dialogue, et aussi disciplinaire en invitant des chercheurs/chercheuses de disciplines voisines à investir et réinvestir les liens riches que crée l’interdisciplinarité.

Haut de page

Bibliographie

Allaire G. et Boyer R. (1995), La grande transformation de l’agriculture : lectures conventionnalistes et régulationnistes. Paris, INRA, Economica.

Amable B. (2005) Les cinq capitalismes, Paris, Le Seuil, coll. « Économie humaine ».

Bartoli P. et D. Boulet (1990), « Conditions d’une approche en termes de régulation sectorielle. Le cas de la sphère viticole », Cahiers d’économie et sociologie rurales, no 17, p. 7-38.

Becker J. et J. Jäger (2012), Integration in Crisis: A Regulationist Perspective on the Interaction of European Varieties of Capitalism”, Competition & Change, vol. 16, no 3, p. 169-187.

Bessis F. (2008), « La théorie de la réflexivité limitée. Une contribution au débat sur l’action entre Économie des Conventions et la Théorie de la Régulation, » Les Cahiers d’économie politique, vol. 54, no 1, p. 27-56.

Bodet C. De Grenier N. et T. Lamarche (2013), « La coopérative d’activité et d’emploi à la recherche d’un modèle productif », Revue internationale de l’économie sociale : Recma, no 329, p. 37-51.

Boyer R. (2003), « Les analyses historiques comparatives du changement institutionnel : quels enseignements pour la théorie de la régulation ? » L’Année de la régulation, no 7, p. 167-203.

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes, Paris, La découverte, coll. « Grands Repères ».

Boyer R. et M. Freyssenet (1995), « Émergence de nouveaux modèles industriels. Hypothèses et démarche d’analyse », Actes du GERPISA, no 15.

Boyer R. et Y. Saillard (dir.) (2002a), Théorie de la Régulation, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Recherches »,

Boyer R. et Y. Saillard (dir.) (2002b), Regulation theory. The state of the art. London, New York, Routledge.

Clévenot M. (2016), « Les difficultés à nommer le nouveau régime de croissance », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/7606

de Sardan O. (2008), La rigueur du qualitatif, Paris, Academia Bruyant.

du Tertre C. (2002), « La dimension sectorielle de la régulation », in Boyer R. et Y. Saillard., (dir.), Théorie de la régulation, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 313-322.

Favereau O. (1995), « Conventions et régulation », Boyer, R., et Saillard, Y., (dir.), Théorie de la régulation. L’état des Savoirs, Paris, La Découverte, coll. Recherches, pp. 511-520.

Gallois F. (2012), Une approche régulationniste des mutations de la configuration institutionnelle française des services à la personne, Thèse de Doctorat, Université de Reims Champagne-Ardenne, 577 p.

Gallois F. (2015), « Régulation Theory From a Meso-Level Perspective: From a Sectorial Public Policy to the Global Issue of the Wage-Labour Nexus. ». Conférence à l’Université Hannan (Japon), novembre 2015.

Grossberg L., Nelson C. et P. Treichler (1992), Cultural Studies, Londres, Routledge.

Hall P. and D. Soskice (2001), Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press.

Huriot J. -M. (1997), « La théorie économique et l’espace : une réconciliation », Document de travail no 9705, Laboratoire d’analyse et de techniques économiques, université de Bourgogne.

Jessop R. (2002), The Future of The Capitalist State, Cambridge (Royaume-Uni), Polity Press.

Labrousse A. (2014), « Comment l’économie politique peut s’inspirer de la sociologie et renouer ainsi avec des traditions délaissées mais fécondes », Revue Française de Socio-Economie, no 13, p. 225-240.

Lamarche T., Nieddu M., Grouiez P., Chanteau J. -P., Labrousse A., Michel S. et J. Vercueil (2015), « Les régulations mésoéconomiques : saisir la variété des espaces de régulation. », Colloque international Recherche & Régulation 2015 : La théorie de la régulation à l’épreuve des crises, Paris, 12 juin 2015.

Lamarche T. (2014), « En quoi la RSE contribue-t-elle à un régime de développement durable ? Quelques questions sur l’articulation micro macro », Bulletin de la Société franco japonaise des sciences économiques, no 29.

Lamarche T. (2016) « Des limites de la régulation… qui peuvent en cacher d’autres », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/10006

Laurent C., et du Tertre C., (dir.), (2008), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, L’Harmattan, coll. « Économiques ».

Lechevalier S., Nanta A., et Y. Tiberghien (2011). La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010). Paris, Presses de Sciences Po.

Lipietz A. (1987), « La régulation : les mots et les choses. À propos de La théorie de la régulation : une approche critique de Robert Boyer. ». Revue économique, vol. 38, no 5, p. 1049-1060.

Lordon F. (2008a), « Qu’est-ce qu’une économie politique hétérodoxe ? » in Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de Sciences Po., p. 303 339.

Lordon F. (2008b), Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières. Paris, Raisons d’agir.

MacKenzie, D. (2007), “Option theory and the construction of derivatives markets”, MacKenzie, D. Muniesa F. et Siu L. (dir.), Do Economists Make Markets?: On the Performativity of Economics, Princeton, Princeton University Press

Mesnier P.M. et Missotte P. (2003), La recherche-action : une autre manière de chercher, se former, transformer. Paris, L’Harmattan.

Montalban M. (2007), Financiarisation, dynamiques des industries et modèles productifs : une analyse institutionnaliste du cas de l’industrie pharmaceutique, Thèse de doctorat en sciences économiques soutenu le 30 novembre 2007 sous la direction de Yannick Lung.

Nieddu M. (2013), « Pourquoi lire Le Temps des laboureurs lorsqu’on est économiste, de surcroît régulationniste et travaillant sur les patrimoines économiques collectifs ? ». Revue de la régulation, vol. 14.

Orléan A. (1999), Le Pouvoir de la finance. Paris, Le Seuil.

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur : refonder l’économie. Paris, Le Seuil.

Sehier C. (2014). « La responsabilité sociale des entreprises dans l’industrie chinoise : une recomposition de la relation salariale ? », Revue de la régulation, n° 15.

Streeck W. (2008), Re-Forming Capitalism: Institutional Change in the German Political Economy: Institutional Change in the German Political Economy, Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press.

Streeck W. (2014), Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Éditions Gallimard.

Streeck, W., et Thelen, K. (2005). « Institutional change in advanced political economies », Streeck W., et Thelen, K., (dir.), Beyond continuity: Institutional change in advanced political economies, Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press.

Trouvé A. (2009), « Les régions, porteuses de nouveaux compromis pour l’agriculture ? », Revue de la régulation, vol. 5.

Wilkinson J. (1997), “A new paradigm for economic analysis? Recent convergences in French social science and an exploration of the convention theory approach with a consideration of its application to the analysis of the agrofood system.” International Journal of Human Resource Management, vol. 26, no 6, pp. 335-339.

Yamamura K. (2003), « Germany and Japan in a new phase of capitalism: Confronting the past and the future », Streeck, W. et K. Yamamura (dir.), The End of diversity, Ithaca, Cornell University Press, p. 115-146.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons notamment aux travaux sur l’Amérique latine pour lesquels la revue de la régulation a consacré un numéro spécial au premier semestre 2012, ou encore aux travaux sur l’Asie que recense la revue de la régulation dans ses numéros spéciaux du premier semestre 2013 et du premier semestre 2014.

2 Le titre exact étant Du temps acheté. La Crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique.

3 Coordination entendue en un sens plus large que dans la théorie standard et surtout ancré dans une rationalité située, pour ne pas dire institutionnalisée.

4 Lors des différents congrès annuels de l’Association Française d’Economie Politique (AFEP) par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Ballon, Jérémie Bastien, Clémence Clos et Kevin Guillas-Cavan, « La Régulation contre-attaque : quatre doctorant.e.s face aux héritages de la théorie de la régulation », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 29 juillet 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11919

Haut de page

Auteurs

Justine Ballon

Doctorante au Ladyss, université Paris Diderot, justine.ballon@gmail.com.

Jérémie Bastien

Doctorant à Regards, université de Reims Champagne-Ardenne, jrm.bastien@gmail.com.

Articles du même auteur

Clémence Clos

Doctorante au Ladyss, université Paris Diderot, clemenceclos@gmail.com.

Articles du même auteur

Kevin Guillas-Cavan

Doctorant au Ladyss, université Paris Diderot, guillas.cavan.kevin@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page