Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Des limites de l’approche standard à la théorie du déséquilibre : quelles nouvelles perspectives pour les économistes du sport ?

À propos de Desequilium Sports Economics. Competitive Imbalance and Budget Constraints de Wladimir Andreff
Jérémie Bastien
Référence(s) :

Wladimir Andreff (dir.), Disequilibrium Sports Economics. Competitive Imbalance and Budget Constraints, Cheltenham, Northampton, Edward Elgar Publishing, 257 p.

Texte intégral

Introduction

1En coordonnant cet ouvrage collectif, Wladimir Andreff signe un nouvel opus de référence en économie du sport et confirme qu’il est l’un des principaux chefs de file du champ disciplinaire à l’international. Ce travail, qui se nourrit de huit contributions, se donne pour objectif de proposer une alternative aux approches mainstream dans l’étude du fait sportif, et plus particulièrement dans l’étude des ligues de sport professionnel par équipe : ligues majeures nord-américaines (i.e. National Football League, Major League Baseball, National Basketball Association, National Hockey League) et ligues européennes de football professionnel. La thèse commune défendue dans cet ouvrage repose sur une remise en cause de la théorie standard, notamment en matière d’équilibre général, alors qu’elle est une référence dans l’analyse économique du sport. Pour cela, les contributeurs partagent un cadre d’analyse issu de la théorie du déséquilibre qui leur permet de suggérer une série d’outils analytiques novateurs.

  • 1

2L’ouvrage est structuré en deux parties qui reprennent en fait successivement les deux programmes de recherche qui se sont développés à la suite des premiers travaux visant à appliquer la théorie du déséquilibre au sport professionnel. La première voie de recherche, mise en exergue dans la première partie de l’ouvrage, s’attache à étudier à la fois les déséquilibres de marché dans le sport et le déséquilibre compétitif des compétitions sportives1. Dans cette perspective, des modèles de déséquilibre, tels qu’ils ont notamment été élaborés par Edmond Malinvaud et Jean-Pascal Benassy, sont utilisés. La seconde voie de recherche, recensée dans la deuxième partie de l’ouvrage, vise quant à elle à se focaliser sur l’étude de la contrainte budgétaire des clubs en posant la question de leur gouvernance. À cet égard, les travaux de Janos Kornaï apparaissent centraux puisque les économistes du sport exploitent et appliquent aux clubs sportifs sa notion de « contrainte budgétaire molle ».

3Bien qu’encore récente, nous reconnaissons que l’application de cette théorie du déséquilibre au sport professionnel présente deux atouts qu’il est important de souligner. D’une part, elle permet de saisir précisément la spécificité du sport professionnel en tant qu’activité économique. D’autre part, elle est en mesure de caractériser une forme d’instabilité qui structure les modèles économiques reconnaissables dans les différentes organisations du sport professionnel à l’international (Gouguet, 2004). Plus encore, nous pensons que cette approche permet d’apporter de nouveaux points de comparaison à l’analyse croisée des ligues fermées nord-américaines et des ligues ouvertes européennes qui anime les économistes du sport depuis plus de trente ans (Andreff, 2007b).

4Afin de le démontrer, nous revenons tour à tour sur les idées fondatrices des deux programmes de recherche qui ont émergé en Économie du sport dans le cadre d’une théorie du déséquilibre. Si Wladimir Andreff explicite la complémentarité entre les analyses des deux voies, nous insistons sur le fait que le lecteur est à même de la saisir au fur et à mesure de la lecture, ce qui souligne la cohérence de l’ouvrage. De cette complémentarité, nous déduisons enfin une portée institutionnaliste à l’approche développée conjointement par les contributeurs à l’ouvrage, qui leur permet de soulever la problématique de la réglementation du sport professionnel.

Le modèle de déséquilibre comme alternative cohérente à l’équilibre général dans l’étude du fait sportif

  • 2 Les clubs sont des franchises de la ligue.
  • 3 Fonctionnement sur un système de promotion-relégation.

5Comme le rappelle Wladimir Andreff dans l’introduction de l’ouvrage, force est de reconnaître que l’analyse économique du sport s’est constituée à partir du modèle de l’équilibre de marché. Ce constat provient sans doute de l’influence des premiers travaux en économie du sport qui étudièrent les ligues nord-américaines en raison de leur popularité et de leur assimilation à un véritable business. Pour ces ligues dites « fermées », du fait du caractère financier et non sportif du droit à l’entrée pour un club2, un modèle d’équilibre a été conçu dès le début des années 1970. Il s’est ensuite diffusé à l’étude des ligues européennes dites « ouvertes », dans lesquelles les performances sportives sont fondamentales dans l’accès aux compétitions sportives nationales et supranationales3. Par conséquent, l’approche standard s’est plus largement répandue au sein du champ disciplinaire.

6Dans cette optique, dans une dense et riche contribution (chapitre 2), Wladimir Andreff revient tout d’abord brièvement sur l’application du modèle d’équilibre walrassien aux ligues professionnelles de sport par équipe en analysant successivement les ligues fermées et les ligues ouvertes. Ce type d’approche détermine et distingue la fonction-objectif des propriétaires de clubs selon l’organisation institutionnelle en vigueur, i.e. maximisation du profit en ligue fermée et maximisation des victoires en ligue ouverte. De plus, il est possible de comprendre les articulations entre la fonction-objectif des clubs et le concept d’équilibre compétitif d’une ligue. Le but recherché est de déterminer en quoi une compétition peut ou doit présenter un équilibre des forces sportives en présence. Bien que ces apports scientifiques ne soient pas négligeables, force est de constater que les ligues de sport professionnel par équipes se caractérisent par une diversité de déséquilibres : déséquilibre concurrentiel entre les clubs, déséquilibre sur le marché du travail, déséquilibre compétitif ou encore déséquilibres financiers des clubs. Aussi, l’ouvrage démontre aisément que le modèle d’équilibre général ne restitue pas la réalité du fonctionnement du sport professionnel moderne, notamment en raison d’hypothèses restrictives.

7Dans ce même chapitre (chapitre 2), il apparaît donc logique pour Wladimir Andreff d’analyser ce sujet sous un autre angle en appliquant un modèle de déséquilibre qu’il estime plus représentatif de la réalité des ligues de sport par équipe. L’objectif est de démontrer que les marchés qui gravitent autour des ligues sportives sont déséquilibrés, soit du côté de l’offre soit du côté de la demande. Il s’agit alors de tenir compte des signaux de quantité et non des signaux de prix. Par une application privilégiée au football professionnel européen, et à l’appui de ses travaux précurseurs (Andreff, 2014), Wladimir Andreff identifie un déséquilibre sur deux marchés.

8Dans un premier temps, il évoque le déséquilibre sur le marché du travail. Pour cela, il conteste l’hypothèse d’homogénéisation de l’unité de talent de la théorie standard et y préfère l’hypothèse de segmentation du marché du travail. Dans cette perspective, Wladimir Andreff caractérise le marché du travail à la fois par une demande excessive des clubs pour les meilleurs joueurs sur le segment supérieur du marché, et par une offre excessive des joueurs « ordinaires » sur le segment inférieur du marché. Il précise alors que « excess demand for superstars exceeds excess supply of journeymen players […] » (p. 29). Positionnées sur le côté court du marché (« short supply », p. 28), les superstars possèdent un fort pouvoir de négociation par rapport aux clubs qui sont situés sur le côté long du marché. Dès lors, la recherche des meilleurs joueurs par les grands clubs engendre une course à l’armement qui tire les salaires à la hausse. D’autant plus que ces clubs ont recours au segment inférieur du marché du travail en raison de la rareté du talent sur le segment supérieur du marché, et parce qu’ils cherchent à constituer des sureffectifs pour être performants dans toutes les compétitions sportives. Dès lors, le pouvoir de négociation des joueurs, et donc l’inflation des salaires, se diffuse à l’ensemble du marché du travail. Par conséquent, nous considérons cette approche du marché du travail par le déséquilibre comme un apport fondamental de ce chapitre. Wladimir Andreff apporte une justification théorique nouvelle à la segmentation du marché du travail qui fait aujourd’hui consensus dans la littérature, tout en dépassant la théorie des superstars (Rosen, 1981) par l’étude du segment inférieur du marché.

9Dans un deuxième temps, l’auteur reconnaît un déséquilibre sur le marché des produits : la demande des fans pour le spectacle sportif est plus importante que l’offre de matchs de la ligue. Il y a alors un excès de demande sur ce marché.

10Le résultat majeur de ce chapitre naît, selon nous, de la confrontation entre ces deux déséquilibres de marché. Le double excès de demande sur le marché du travail et sur le marché des produits représente les deux composantes (« two building blocks », p. 33) d’un régime d’inflation réprimée au sens de Jean-Pascal Benassy ou d’une économie de pénurie au sens de Janos Kornaï, qui conduisent Wladimir Andreff à y assimiler le football professionnel en Europe.

11La contribution de Daam Van Reeth (chapitre 5) démontre que le modèle de déséquilibre tel qu’il a été présenté et développé par Wladimir Andreff ne se cantonne pas à l’étude du football professionnel européen. Il s’applique par ailleurs à l’ensemble des marchés connexes au sport. Pour le démontrer, Daam Van Reeth prend l’exemple du marché des programmes sportifs où se confrontent l’offre de programmes des chaînes de télévision et la demande des téléspectateurs en fonction du genre des athlètes. Plus précisément, il s’intéresse à l’offre et à la demande sur le marché télévisé néerlandais en fonction du genre des athlètes dans le cas des Jeux Olympiques (JO) de Londres en 2012. À travers dix sports jugés majeurs, son objectif est de déterminer si les choix des chaînes de télévision concordent avec les audiences dans un contexte de croissance des épreuves féminines aux JO : « does the (broadcaster’s) supply of women’s/men’s events properly match the (consumer’s) demand for women’s/men’s events » (p. 141). Son résultat est clair : il y a déséquilibre dans la mesure où l’offre en programmes sportifs des JO aux Pays-Bas ne correspond pas aux demandes des téléspectateurs néerlandais. Les épreuves masculines sont davantage diffusées alors même que les consommateurs préfèrent les épreuves féminines, ce qui est accentué pour les épreuves de cyclisme, de hockey sur gazon, de beach volleyball et de natation.

L’exploration et la stabilisation d’un concept majeur : la contrainte budgétaire molle

  • 4 Profits, croissance des actifs, contrôle externe des propriétaires, discipline contractuelle, takeo (...)
  • 5 Faillites, déficits, conflits sociaux, changement régulier de propriétaires.

12Si l’étude des déséquilibres des ligues sportives et de ses marchés constitue la première voie de recherche dans l’application de la théorie du déséquilibre au sport, c’est pourtant la seconde voie qui a fondé les travaux précurseurs sur ce sujet. À la base, l’objectif ne semblait pas résider en la prétention de la constitution d’une théorie du déséquilibre appliquée au sport, mais plus simplement en l’examen de la gouvernance des clubs au regard de leur contrainte budgétaire. Comme le rappelle Wladimir Andreff dans un chapitre central de l’ouvrage (chapitre 7), il s’agit alors de dépasser l’approche standard et plus précisément le modèle principal-agent. En effet, si l’usage de la théorie de l’agence semble pertinent dans l’étude de la NFL, voire dans l’étude de la MLB par l’identification de signaux de bonne gouvernance4 des franchises, elle ne l’est pas dans le cas de l’étude de la NBA, de la NHL et du football professionnel en Europe en raison de la mise en évidence de signaux de mauvaise gouvernance5. L’implication sous-jacente est alors de rompre avec le postulat de « contrainte budgétaire dure », qui stipule que les clubs doivent respecter un équilibre budgétaire, pour y préférer celui de « contrainte budgétaire molle ». Cette analyse par la contrainte budgétaire molle a été développée originellement par Janos Kornaï à la fin des années 1970 dans le but de caractériser les unités de production des économies planifiées. Il y dénote un soutien financier direct (apports financiers) ou indirect (possibilités d’arriérés de paiement et d’un endettement élevé), qui participe à adoucir la contrainte budgétaire des entreprises. Elles peuvent ainsi poursuivre leur activité tout en présentant des résultats financiers négatifs.

  • 6 Les clubs forment un cartel sous l’autorité d’une ligue qui, en situation de monopole, négocie les (...)

13En économie du sport, l’impulsion scientifique de ce programme de recherche est née des travaux de Wladimir Andreff . Il applique à juste titre la contrainte budgétaire molle aux clubs professionnels dans un contexte de crise financière du football européen, ce sur quoi il revient dans ce même chapitre (chapitre 7). Bien qu’ils constituent des sociétés et que certains d’entre eux soient cotés en bourse, les clubs ne sont pas contraints à l’équilibre budgétaire. En vertu de l’objectif de maximisation des victoires, un seuil de pertes est toléré par les propriétaires dans de nombreux clubs. Autrement dit, pendant qu’une minorité de clubs respecte l’équilibre budgétaire, une majorité accumule les déficits. La viabilité des clubs est alors assurée par la récurrence des apports financiers ex post d’agents extérieurs qui viennent combler les pertes en fin de saison. Dans le football, ces apports proviennent de la ligue et donc des télévisions6, des riches propriétaires de clubs, voire plus indirectement des banques qui permettent un accès facilité pour les clubs à l’emprunt bancaire ou encore des autorités publiques et fiscales qui mettent des infrastructures à disposition des clubs et qui leur permettent l’accumulation d’arriérés. Constamment soutenus par des « supporting organizations » (p. 205-206), les dirigeants de clubs, en situation d’aléa moral, ne sont donc pas incités à une gestion rigoureuse, d’où la pérennité de leurs déséquilibres financiers. La contrainte budgétaire molle témoigne ainsi de la mauvaise gouvernance des clubs. Ils ne cherchent pas à diminuer les coûts puisqu’ils anticipent ex ante un sauvetage ex post de leurs financeurs. Pour autant, bien que régulièrement à la limite de l’insolvabilité, les clubs ne sont pas liquidés. Dans ce contexte d’immuabilité, la demande d’inputs des clubs est élevée dans la finalité d’obtenir de bons résultats sportifs. C’est ici que bouclent les deux voies de recherche précédemment évoquées : de la contrainte budgétaire molle naît une demande excessive sur le marché du travail qui génère un déséquilibre. Il y a bien complémentarité : « […] a soft budget constraint […] approach is the one that fits the best with disequilibrium modelling of a team sports league […] » (p. 200).

  • 7 Sur ce point, Rasmus K. Storm et Klaus Nielsen relèvent un déséquilibre intéressant. Aux États-Unis (...)

14Dans une contribution tout aussi riche, Rasmus K. Storm et Klaus Nielsen (chapitre 6) distinguent précisément les caractéristiques de la contrainte budgétaire dure de celles de la contrainte budgétaire molle. S’ils l’appliquent également au football professionnel en Europe, l’apport principal de leur travail est de tester la robustesse du concept de contrainte budgétaire molle en l’appliquant à la NFL. Strictement, les auteurs précisent que la contrainte budgétaire molle ne peut pas s’appliquer aux franchises de NFL en raison de l’absence de sauvetage financier ex post. Les franchises réalisent des profits et elles révèlent une bonne gouvernance. Pourtant, selon eux, la maximisation du profit des clubs n’est pas incompatible avec l’hypothèse de contrainte budgétaire molle. Un club qui dispose de conditions budgétaires lâches, telles qu’elles sont définies par les caractéristiques de la contrainte budgétaire molle, peut choisir de maximiser son profit en délaissant totalement les finalités sportives. L’adoucissement de la contrainte budgétaire engendre une amélioration du budget du club qui lui permet de réaliser des profits qu’il n’aurait pu atteindre avec une contrainte budgétaire dure. Par ce résultat, Rasmus K. Storm et Klaus Nielsen réalisent une application innovante du concept de contrainte budgétaire molle. À la différence des ligues ouvertes européennes, ils expliquent que, dans ce cas, l’adoucissement est ex ante par les revenus télévisés, par des dispositions fiscales favorables, par des apports publics directs et indirects7, et par une forme de lâcheté du crédit opéré par la NFL qui prête à ses franchises à des taux extrêmement bas. À terme, de la comparaison États-Unis/Europe, les auteurs élaborent une typologie des clubs à partir de trois éléments : la ligue (ouverte/fermée), la fonction-objectif des clubs, et leur contrainte budgétaire.

Une approche institutionnaliste : faut-il davantage réglementer les sports professionnels ?

15Même s’il n’est pas toujours souligné de manière explicite, l’environnement institutionnel nous apparaît fondamental dans l’application de la théorie du déséquilibre au sport professionnel. Selon nous, cette perspective institutionnaliste permet, d’une part, de rendre compte des logiques de fonctionnement ainsi que de la soutenabilité des régimes économiques en présence en Europe et en Amérique du Nord, et, d’autre part, d’évaluer la pertinence de la réglementation existante ou espérée. Effectivement, s’il peut être fait l’hypothèse que les franchises des ligues majeures étasuniennes et les clubs européens de football évoluent tous deux dans un environnement lâche contribuant à adoucir leur contrainte budgétaire, il doit être mis en exergue que l’institutionnalisation de la ligue permet aux premières de réaliser des profits pendant que les seconds accumulent les pertes étant donné que l’incitation à la prise de risque est différente. Dans ces deux modes d’organisation, une certaine stabilité reste assurée puisque les clubs et les franchises survivent, quand bien même la durabilité du football professionnel européen reste une préoccupation centrale.

  • 8 Dans le chapitre 7, Wladimir Andreff appelle à une réforme globale à travers huit recommandations.

16En ce sens, Egon Franck (chapitre 8) indique que les « detrimental managerial incentives » (p. 230) dans le football professionnel européen résultent conjointement de l’« environnement » des clubs, ce qu’il assimile à la contrainte budgétaire molle, et du fonctionnement des compétitions sur le système de promotion-relégation. Nous insistons donc bien sur le fait qu’il s’agit de tenir compte du contexte institutionnel, qui encadre et qui oriente le comportement des clubs, afin de contester les approches standards. Si le football professionnel en Europe est en situation de crise financière, c’est parce que la finalité des clubs est d’obtenir de bons résultats sportifs afin d’accéder ou de demeurer dans les meilleures compétitions nationales et supranationales, ce qui génère de facto une course à l’armement entre les clubs qui est alimentée et qui ne cesse de se renforcer sous l’effet de la contrainte budgétaire molle. En effet, les lourdes dépenses des clubs soumis à une contrainte budgétaire molle incitent les autres clubs à dépenser davantage pour rivaliser sportivement. Un excès de demande de joueurs engendre alors une « salary bubble » qui demeure tirée par « a talent shortage economy » (p. 231). Autrement dit, si l’institutionnalisation même de la ligue est essentielle (ouverte ou fermée), il s’agit aussi de tenir compte de son environnement institutionnel plus large qui dépasse la seule industrie du sport. Il est nécessaire de considérer les stratégies d’acteurs extérieurs au sport, à commencer par l’ensemble des financeurs des clubs, et sans négliger le rôle des autorités publiques (financement, sauvetage, permissivité, privilèges). La réglementation existante dans le football professionnel en Europe, i.e. le système de licence et le Fair-play financier (FPF) qu’étudie Egon Franck, se doit donc d’intégrer l’ensemble de ces acteurs8. Pourtant, par une analogie au dopage sportif, l’auteur démontre que le FPF ne réduit pas les inégalités entre clubs. Il contribue à les figer par le maintien, bien que limité, des apports financiers extérieurs qui se concentreront toujours dans les clubs implantés sur des marchés porteurs. Selon lui, dans ces conditions, les compétitions nationales demeurent ainsi déséquilibrées, pendant que les compétitions supranationales tendent à s’équilibrer.

  • 9 Il s’agit du principe d’invariance de Rottenberg (1956) qui stipulent que les modifications sur le (...)

17À ce titre, il est intéressant de souligner que l’existence d’une forte réglementation dans les ligues nord-américaines n’inhibe pas pour autant les déséquilibres : inégalités de revenus entre les clubs, inégalités de répartition des joueurs9, inégalités de résultats, etc. Sur ce point, Jean-Pascal Gayant et Nicolas Le Pape (chapitre 4) rappellent qu’un certain degré de déséquilibre compétitif n’est pas problématique, bien au contraire, puisqu’il peut favoriser l’attractivité d’une compétition. L’objectif est alors de déterminer ex ante le niveau de déséquilibre compétitif socialement désirable. Pour ce faire, les auteurs réfutent les mesures traditionnelles de l’équilibre compétitif. Ils proposent alors un indice de déséquilibre et une méthode par substitution de blocs d’équipes qui visent à rendre compte de l’intensité concurrentielle tout en étant en mesure de considérer le type de ligue. La méthode proposée par Geoffrey N. Tuck, Robert D. Macdonald et Athol R. Whitten (chapitre 3) peut aller en ce sens puisqu’elle rompt avec les modèles d’optimisation visant à rendre compte de l’équilibre. Ils démontrent que la simulation constitue un outil pertinent d’aide à la décision, plus précisément afin de tester ex ante les effets des changements de réglementation. Sur l’exemple de l’Australian Football League, les auteurs cherchent à déterminer quelles sont les mesures réglementaires à mettre en place sur le marché du travail pour un nouvel entrant dans une ligue fermée afin qu’il soit compétitif et que cela soit profitable à l’ensemble de la ligue.

Conclusion

18Si cet ouvrage demande un background disciplinaire ou un coût d’entrée à ne pas négliger, il ne peut qu’être recommandé à tout chercheur qui s’intéresse de près ou de loin à l’étude du fait sportif. Par une application novatrice de la théorie du déséquilibre au sport professionnel, les contributeurs sont en mesure de soulever et d’apporter des clés de compréhension à l’ensemble des problématiques centrales dans l’analyse économique contemporaine du sport, tout en laissant explicitement ouvertes des pistes de recherche.

19Nous retenons principalement que l’ouvrage propose, d’une part, des bases pour étudier les marchés du sport professionnel au prisme d’un modèle de déséquilibre. Son application au marché du travail dans le football professionnel européen offre un enrichissement incontestable de la littérature existante. D’autre part, l’ouvrage insère avec robustesse dans le champ l’hypothèse de contrainte budgétaire molle, plus particulièrement à partir des travaux sur le football professionnel en Europe. Son ancrage disciplinaire s’affirme d’autant plus que certaines contributions de l’ouvrage visent à éclairer la pertinence de cette hypothèse dans l’étude de configurations dites plus réglementées à l’image des ligues nord-américaines.

20La complémentarité entre le modèle de déséquilibre et la contrainte budgétaire molle est évidente même quand elle n’est pas explicite. De cette complémentarité, nous déduisons une thèse institutionnaliste qui n’est pas revendiquée par les contributeurs de l’ouvrage et qui dépasse l’étude de la seule institution de marché. Cette portée institutionnaliste permet cependant de donner davantage d’envergure à ce que nous jugeons comme un enjeu fondamental et transversal aux différentes contributions de l’ouvrage, à savoir la réglementation du sport professionnel. Étant donné le contexte institutionnel en vigueur, est-il pertinent de réglementer davantage les ligues européennes de football dans le sens d’un durcissement de la contrainte budgétaire des clubs ? Quelle expérience peut-on tirer de la plus forte réglementation des ligues nord-américaines ? En est-il de même si l’on retient l’hypothèse de contrainte budgétaire molle appliquée aux franchises ? Si ces questions doivent animer les recherches des économistes du sport, elles peuvent assurément susciter l’intérêt de chercheurs issus d’autres champs disciplinaires qui se réclament de l’institutionnalisme.

Haut de page

Annexe

Andreff, W. (2014), “Building Blocks For a Disequilibrium Model of a European Team Sports League”, International journal of sport finance, volume 9, no 1, 20-38.

Andreff, W. (2007a), “French Football: a Financial Crisis Rooted in Weak Governance”, Journal of sports economics, volume 8, no 6, p. 652-661.

Andreff, W. (2007b), « Régulation et institutions en économie du sport », Revue de la régulation [En ligne], 1 | Juin / June 2007, mis en ligne le 25 juin 2007, consulté le 20 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/​1274

El Hodiri, M. et Quirk, J. (1971), “An Economic Model of Professional Sports League”, Journal of political economy, volume 79, p. 1302-1319.

Gouguet, J.-J. (dir.), Le sport professionnel après l’arrêt Bosman : une analyse économique internationale. Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2004.

Neale, W. C. (1964), “The Peculiar Economics of Professional Sports: A Contribution to the Theory of the Firm in Sporting Competition and in Market Competition”, The Quarterly journal of economics, volume 78, no 1, p. 1-14.

Rosen, S. (1981), “The Economics of Superstars”, The American Economic Review, volume 71, no 5, p. 845-858.

Rottenberg, S. (1956), “The Baseball Players’ Labor Market”, The journal of political economy, volume 64, no 3, p. 242-258.

Haut de page

Notes

1

Succinctement, le concept d’équilibre compétitif permet de rendre compte du niveau d’égalité des chances de réussite sportive entre les compétiteurs d’une ligue (El Hodiri et Quirk, 1971, Neale, 1964).

2 Les clubs sont des franchises de la ligue.

3 Fonctionnement sur un système de promotion-relégation.

4 Profits, croissance des actifs, contrôle externe des propriétaires, discipline contractuelle, takeover discipline.

5 Faillites, déficits, conflits sociaux, changement régulier de propriétaires.

6 Les clubs forment un cartel sous l’autorité d’une ligue qui, en situation de monopole, négocie les droits de retransmission télévisée avec les chaînes de télévision. Les revenus télévisés sont ainsi assimilables à des renflouements financiers qui adoucissent la contrainte budgétaire des clubs : « Finally, once the TV rights’ godsend is at hand, the league allocates money to clubs to cover their major expenditure, taht is, payroll (over)spending due to overinvestment in players […] » (p. 212).

7 Sur ce point, Rasmus K. Storm et Klaus Nielsen relèvent un déséquilibre intéressant. Aux États-Unis, l’accès à l’offre pour les collectivités publiques est rationné par la ligue qui maintient un nombre limité de clubs. Dès lors, les apports publics sont importants puisque les collectivités cherchent à conserver une franchise voire à en attirer une, ce qui souligne par ailleurs l’importance du chantage à la délocalisation (possibilité pour une franchise de s’implanter dans une autre ville).

8 Dans le chapitre 7, Wladimir Andreff appelle à une réforme globale à travers huit recommandations.

9 Il s’agit du principe d’invariance de Rottenberg (1956) qui stipulent que les modifications sur le marché du travail ne modifient pas l’allocation initiale des talents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Bastien, « Des limites de l’approche standard à la théorie du déséquilibre : quelles nouvelles perspectives pour les économistes du sport ? », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11897

Haut de page

Auteur

Jérémie Bastien

Doctorant en Sciences ÉconomiquesUniversité de Reims Champagne-ArdenneLaboratoire Regards (EA 6292)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page