Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Monnaie et société : une théorie économique en perspective ?

À propos de La monnaie entre dettes et souveraineté
Jean Cartelier
Référence(s) :

Michel Aglietta, en collaboration avec Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, Odile Jacob, 2016, 460 p.

Texte intégral

  • 1 Je remercie Carlo Benetti pour ses remarques et suggestions à la suite de la lecture d’une première (...)

1La monnaie entre dettes et souveraineté, que Michel Aglietta a rédigé avec la collaboration de Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, reprend une partie de ses travaux antérieurs et leur donne une nouvelle extension, à la fois historique et prospective, en liant organisation monétaire et environnement. L’ouvrage est à l’image de l’auteur qui s’est toujours montré attentif à la pluralité des aspects de l’évolution des sociétés1. De fait, Michel Aglietta mobilise différentes disciplines : de la philosophie politique à l’économie appliquée, en passant par la théorie économique, l’histoire et l’anthropologie, dans la volonté de restituer la complexité des formes sociales et de répondre aux enjeux qu’elles soulèvent². Il ne s’agit pas, dans son esprit, d’une pluridisciplinarité lâche et opportuniste, mais bien de proposer un discours général intégrant les différents apports en une synthèse cohérente.

2Michel Aglietta propose une large fresque de l’évolution des économies et des sociétés à partir d’une approche monétaire fondée sur quelques principes généraux pensés comme mutuellement compatibles et soutenant un discours théorique unitaire. Ces principes sont les suivants : la confiance et ses trois niveaux (méthodique, hiérarchique, éthique) repris de La monnaie souveraine, la souveraineté conçue comme une verticalité – complément nécessaire à l’horizontalité des relations économiques et garante de la cohérence sociale –, une théorie de la monnaie comme système de paiements, reprise de Marchands, salariat et capitalistes de Benetti-Cartelier, et une anthropologie de la violence mimétique empruntée à René Girard.

3À partir de cette base théorique, présentée dans la première partie du livre, Michel Aglietta va retracer « les trajectoires historiques de la monnaie » (deuxième partie), depuis l’invention de la frappe monétaire en Lydie jusqu’aux perspectives ouvertes aujourd’hui par le changement climatique et le défi d’un développement durable. La troisième partie est consacrée aux crises tandis que « l’énigme de la monnaie internationale » est examinée dans la quatrième et dernière partie.

4Il est exclu de commenter le livre dans toutes ses composantes. Il faudrait pour cela d’autres compétences que les miennes. Il serait également sans intérêt de reprendre la plupart des thèses énoncées dans l’ouvrage, thèses que je partage pour l’essentiel mais que je ne pourrais redire que de façon moins convaincante que les auteurs. La capacité de Michel Aglietta à embrasser autant de questions tout en ne se dispersant pas force l’admiration. À un moment où la pensée économique tend à se dissoudre dans des travaux empiriques plus ou moins intéressants mais sans grande perspective ni enjeux intellectuels, le besoin d’ouvrages tels que celui-ci est pressant. L’auteur y pourvoit avec talent. L’estime pour la performance ne doit toutefois pas inhiber la discussion critique. Celle-ci sera centrée sur la première partie du livre et sur ses conséquences affectant certains développements des autres parties.

5Fondamentalement, ce qui est en question se trouve moins être tel ou tel aspect du livre que sa nature même. S’agit-il d’une contribution à l’élaboration d’une théorie économique alternative ou d’un plaidoyer argumenté en faveur d’une certaine interprétation générale de l’histoire des sociétés vues sous l’angle de leurs systèmes monétaires et financiers ? Le lecteur sera tenté d’opter pour les deux possibilités en raison tant de l’insistance de l’auteur à suggérer que son argumentation est fondée sur la théorie alternative qu’il esquisse que de la vigueur de l’engagement intellectuel et social que cette même argumentation rend manifeste. Le présent commentateur va se montrer plus nuancé et circonspect. Si l’on se réfère aux exigences de cohérence logique usuelles dans le monde universitaire, une partie des thèses de La monnaie entre dettes et souveraineté ne peut être considérée comme relevant de la théorie économique, même alternative. Michel Aglietta ne semble d’ailleurs pas l’avoir souhaité, davantage intéressé sans doute par sa capacité de persuasion et d’influence à partir des thèses qu’il défend. Écrit davantage pour convaincre que pour démontrer, cet ouvrage doit être discuté non pour contester les propositions avancées mais pour rappeler qu’une certaine distance demeure à franchir entre des convictions argumentées et une théorie économique alternative. Que cette dernière s’élabore contre une pensée régnant sur le monde académique ne la soustrait pas à la nécessité de démontrer ses propositions, ce qui implique l’énoncé clair des hypothèses et postulats ainsi que l’explicitation des enchaînements logiques conduisant aux conclusions. Une théorie alternative, élaborée en vue d’obtenir des conclusions différentes, doit être astreinte aux exigences de cohérence logique que l’on est en droit d’attendre de tout travail de ce type. Si la cohérence logique ne garantit pas la pertinence – en témoignent de nombreuses théories économiques – elle est une condition sine qua non à l’élaboration d’une théorie. Des propositions qui ne constitueraient pas un ensemble logiquement cohérent peuvent être séduisantes et convaincantes mais ne forment pas une théorie proprement dite.

Introduction

  • 2 Par théorie mainstream, il faut entendre l’ensemble des travaux théoriques issus, soit de la théori (...)

6La base théorique sur laquelle sont édifiés les développements de l’ouvrage se présente comme une mise en œuvre concertée des outils conceptuels énumérés plus haut, appliqués successivement à une critique de la théorie mainstream2, à une genèse logique de la monnaie, à une axiomatique possible de l’approche monétaire, à une analyse historique des formes de la monnaie, à une analyse des crises monétaires et financières et, enfin, à l’examen de la question de la monnaie internationale.

7Le cœur théorique est formé par la notion de système de paiements, développée par Benetti-Cartelier en 1980, Cartelier en 1996 et Aglietta-Cartelier en 1998. Pour des raisons qu’il convient de discuter, Michel Aglietta ne juge pas que ce noyau théorique suffise pour analyser les phénomènes monétaires et financiers. En particulier parce qu’il ne nous dit rien sur l’essence de la monnaie ni sur les crises qui menacent l’existence et la pérennité des constituants de la monnaie, à savoir l’unité de compte, le mécanisme de monnayage et la procédure de règlement des soldes. C’est un débat ancien que nous avions eu à l’époque de La violence de la monnaie. Michel Aglietta (avec André Orléan) proposaient alors une genèse logique de la monnaie fondée sur la violence mimétique étayée sur les formes de la valeur de Marx, ce qui sous-entendait une genèse à partir de la présupposition de la marchandise comme relation sociale. Ici, l’auteur maintient l’interprétation mimétique mais affirme maintenant une antériorité logique de la monnaie par rapport au marché (conformément à Benetti-Cartelier), tout en conservant un schéma épuré de genèse de la monnaie proposé dans La monnaie entre violence et confiance. Une proposition fondamentale résume la position défendue par Michel Aglietta dans le présent livre : la monnaie est un lien social plus fondamental que le marché (Aglietta et Cartelier, 1998, p. 131). On peut partager totalement ce point de vue, sans pour autant adopter la façon dont Michel Aglietta l’illustre et le défend.

  • 3 Voir la critique formulée par Benetti-Cartelier (1980).

8Si, telle qu’elle se présente dans La monnaie entre dettes et souveraineté, cette défense et illustration évite les apories rencontrées par Marx3, elle soulève d’autres questions et notamment celle de la nature des relations entre individus avant que la monnaie ne soit instituée, puisque seules celles qui interviennent après sont analysables par une approche monétaire. Qui et que sont les individus sujets du processus mimétique ?

  • 4 Voir « L’univers a-t-il connu un instant zéro ? », Conférence donnée par Étienne Klein, Conférence (...)

9Cette difficulté est inhérente à toutes les problématiques de l’origine, que ce soit celle de l’univers ou, plus modestement, celle de la monnaie ou de la société4 : comment parler d’un lien reliant des individus non encore socialisés – expression elle-même contradictoire – mais qui engendrerait une société ? Comment penser la succession de deux états dont la différence radicale – il y a un « avant » et un « après » – implique une solution de continuité ? Que sont les individus avant leur socialisation ? À cet égard, il existe une « malédiction des sciences sociales » que l’on pourrait formuler dans les termes suivants :

  • Ou bien l’on s’efforce de combler le fossé béant entre « situation avant toute relation sociale » et « société constituée » ; on recourt alors à un conte ou à un mythe : celui du « contrat social » en est un exemple remarquable tout comme sa déclinaison mineure qu’est la « fable du troc », mais c’est aussi le cas de toutes les tentatives de « genèse logique » des institutions sociales : la réduction de la complexité due à la double contingence des actions individuelles originelles selon Luhman, l’élection de la monnaie par le mimétisme selon Aglietta & Orléan dans une perspective girardienne, la recherche sans cesse poursuivie des « fondements microéconomiques » des rapports économiques par les théoriciens mainstream, etc. ; on se heurte alors à des apories diverses telles que l’indétermination des sujets du processus mimétique (Aglietta & Orléan) ou des individus de la « multitude » (contrat social de Hobbes) ou l’extension indue de la problématique des choix individuels à la sélection de l‘équilibre (modèles de prospection).

  • Ou bien l’on s’efforce de produire une théorie correctement construite en explicitant ses postulats – ce qui signifie énumérer ce que l’on renonce à expliquer et à comprendre – faisant apparaître l’impuissance dans laquelle on se trouve à rendre compte de l’existence même de ce que l’on se propose d’étudier, par exemple le langage, le marché ou la monnaie.

10Nous faut-il donc absolument un mythe ?

11Répondre négativement, c’est-à-dire s’en tenir à un discours cohérent, c’est, au choix, adopter une attitude modeste et honnête ou oublier que, selon Pierre Legendre :

toutes les cultures, y compris donc l’occidentale, vivent de vérités indémontrables, de croyances aspirant au statut d’intouchables, dont la cohérence et les conséquences normatives tiennent à leur authentification en bonne et due forme sociale. (Pierre Legendre, p. 7)

12Refuser le mythe revient donc à se couper d’une compréhension profonde n’ayant rien à voir avec les critères communément admis du discours rationnel, tandis que le prendre pour argent comptant c’est renoncer à démontrer ses propres assertions.

13Il existe cependant une autre possibilité : accueillir le mythe comme mythe (et non comme vérité scientifique) ! Elle consisterait alors à s’engager sur la voie ardue et périlleuse de la critique des « sciences sociales » en général et de la théorie économique en particulier. Ce n’est pas la voie choisie par Michel Aglietta, qui semble ne pas douter du fait que des propositions scientifiques peuvent être obtenues par une utilisation judicieuse des « sciences sociales ».

14Les réserves suscitées par la partie théorique du livre ne concernent donc pas le « cœur », mais le fait que ce noyau soit pris dans un ensemble épistémologiquement hétérogène. Il ne s’agit pas d’un désaccord sur les interprétations proposées par Michel Aglietta, mais, bien au contraire, d’une réticence forte à mettre sur le même plan, comme s’ils constituaient, d’une part, un ensemble de propositions emboîtées, des énoncés quasi-axiomatiques, telle la théorie des systèmes de paiement, et d’autre part des assertions séduisantes et suggestives mais difficilement contrôlables.

15Le lecteur informé de la théorie mainstream de la monnaie ne peut manquer de mettre en relation cette vision peu exigeante de ce qu’est la pensée théorique avec le fait que la critique de l’économie mainstream menée par MA demeure superficielle, concernant davantage les conclusions de cette théorie que la façon dont elle est construite. Que la théorie mainstream doive être refusée n’est pas douteux, mais il convient d’en exposer les raisons précises, ne serait-ce que pour ne pas retomber soi-même dans les travers que l’on dénonce.

16Le commentaire de l’ouvrage s’effectuera en trois étapes successives. Après avoir indiqué en quoi la critique de la théorie économique menée par Michel Aglietta est décevante, on donnera quelques exemples de la difficulté qu’il y a à vouloir combiner des assertions générales et des propositions démontrées et contrôlables ; l’enjeu théorique fondamental, à savoir la coexistence assumée par l’auteur d’une approche monétaire et d’un raisonnement en valeur, sera abordé pour finir.

Une critique décevante de la théorie économique mainstream

17Le rejet de la théorie mainstream sur la base de ses conclusions (ce qui n’a guère de sens : soit on rejette les hypothèses, soit on montre que les conclusions ne découlent pas logiquement des hypothèses) ne devrait pas dispenser d’une lecture serrée des auteurs et surtout d’une attention à la nature des questions qu’ils s’efforcent de traiter. Faute de quoi, on peut être conduit (i) à suivre les mêmes itinéraires sans issue ou (ii) à énoncer des propositions fautives.

18La genèse logique de la monnaie illustre la première éventualité. Le processus markovien (Orléan, 1984), repris par Michel Aglietta dans un encadré (p. 52), dont la convergence peut s’effectuer sur le choix de n’importe quelle dette comme représentant la liquidité absolue, est la formalisation du processus décrit par Menger par lequel des élites, imitées par les autres, déterminent la marchandise dont l’Absatzfähigkeit est le plus grand, l’or pour Menger (mais ce peut être également n’importe laquelle, comme le montre Iwai en 1988). Le parallélisme entre les deux approches est frappant. Genèse logique et/ou micro-fondation de la monnaie sont deux désignations différentes de la même tentative. Dans un ouvrage antérieur (Aglietta & Orléan, 2002), cette parenté était reconnue et même revendiquée. Les auteurs insistaient néanmoins pour marquer leur distance par rapport à Menger et aux modèles de prospection. Alors que Menger et les auteurs des modèles de prospection pensent possible une économie d’échange sans monnaie, Aglietta & Orléan contestent formellement ce point. Seul leur processus mimétique autorise « l’émergence d’une base stable d’évaluation des biens et des personnes » (p. 96).

19Mais comment qualifier et comment expliciter, si l’on écarte l’échange sans monnaie (ce qui fait sens), le processus qui donne « la seule qualité théoriquement pertinente, à savoir être désiré par le groupe » (p. 96) ? L’ouvrage de 2002 n’en disait rien et le présent livre pas davantage. Cela est tout à fait inévitable. Quelles caractéristiques possèdent les individus entrant dans le processus dynamique, avant leur transformation en individus d’une économie monétaire ? On ne peut rien en dire par hypothèse puisque précisément l’objet d’analyse – l’économie monétaire – n’existe qu’une fois le processus achevé. Ces caractéristiques sont renvoyées dans les limbes d’un état antérieur impossible à définir.

20Michel Aglietta adopte vis-à-vis de la « malédiction des sciences sociales » la même position qu’avec la théorie mainstream. La différence proclamée avec Menger et les modèles de prospection est plus dans l’intention que dans la réalisation. L’auteur ne rompt pas avec la problématique de la genèse logique de la monnaie qui n’est autre que celle des fondements microéconomiques que la pensée économique dominante dans le monde académique considère comme le nec plus ultra de la théorie.

21La neutralité de la monnaie est un exemple de la seconde possibilité : énoncer une contre-vérité. L’auteur affirme qu’ « il y a neutralité de la monnaie par postulat sans qu’on ne puisse prétendre avoir intégré la monnaie dans la théorie de l’équilibre » (p. 41). Cette analyse méconnait l’état de la théorie de l’équilibre général. Non seulement la monnaie a été intégrée à l’équilibre général, sous la forme de théorèmes d’existence d’équilibres monétaires, (Iwai, 1988 ; Kiyotaki & Wright, 1993) mais les conditions de la neutralité sont assez bien connues, suffisamment en tout cas pour pouvoir refuser la neutralité de la monnaie en raison des effets de répartition des encaisses monétaires inhérents aux transactions (et non parce qu’il s’agirait d’un postulat inconvenant) ou l’accepter en connaissance de cause, avec les hypothèses indûment restrictives des modèles de type Lagos-Wright.

22Rappelons sommairement les deux acceptions possibles de la neutralité de la monnaie. La première, traditionnelle, concerne les conditions d’efficacité de la politique monétaire : dans une économie avec monnaie, celle-ci est neutre si un changement de sa quantité n’affecte que les grandeurs nominales et laisse inchangées les grandeurs réelles. La seconde acception renvoie à l’essence de la monnaie : en quoi deux économies absolument identiques en tous points, mais ne différant que par la présence dans l’une de la monnaie et dans l’autre d’une institution alternative, se distinguent-elles dans leurs résultats ? Kocherlakota (1998) démontre, sous des conditions précises, que la monnaie permet un contrôle décentralisé des agents (ce qu’il exprime maladroitement par l’adage money is memory). Notons que la question de l’essence de la monnaie ne se pose que lorsque la présence de la monnaie a été démontrée, ce que les économistes standard pensent avoir fait avec les théorèmes d’existence (Kiyotaki & Wright) et celle de l’essentialité de la monnaie (elle permet d’obtenir des allocations supérieures en termes de bien-être).

  • 5 On pourrait penser qu’il est assez logique qu’un modèle montrant l’essentialité de la monnaie soit (...)

23Neutralité, essentialité et essence de la monnaie sont des questions analytiquement distinctes pour la théorie mainstream (avancée) et elles révèlent l’état insatisfaisant de celle-ci, ce que Wallace (2001) reconnaît dans un article d’une grande lucidité : on ne parvient pas à intégrer en une seule théorie les fondements de l’essentialité et de la neutralité de la monnaie5. On n’est bien loin du diagnostic suggéré par Michel Aglietta, diagnostic qui n’incite guère à un approfondissement de la réflexion théorique.

24Cette méconnaissance ne serait pas grave si elle ne conduisait pas à écarter le lecteur de l’existence de problèmes sérieux qu’il convient de résoudre quelle que soit l’option théorique retenue, par exemple le caractère décentralisé des économies.

  • 6 Voir Cartelier (2011) pour une comparaison entre Hobbes et la théorie de l’équilibre général.

25Évoquant la coordination des individus à propos des prix et de la norme monétaire, Michel Aglietta écrit justement : « une norme fondatrice ne procède pas directement de l’autorité d’une volonté, fût-ce celle de l’État. On rencontre bien un problème d’auto-transcendance parce que la norme de base doit être présupposée par tous ceux pour qui elle vaut, c’est-à-dire par tous les candidats à l’échange. Comment éviter la régression à l’infini dans la quête du référent commun qui institue la valeur? » (p. 48). La position de Michel Aglietta vis-à-vis de « la malédiction des sciences sociales » est analogue à celle des économistes de la valeur, fondée sur une version particulière du mythe du contrat social. La solution proposée par la théorie mainstream est la notion d’équilibre. La solution avancée par Michel Aglietta est double : soit celle de la genèse logique de la monnaie dont on a vu qu’elle reprend le projet mainstream de fondation de l’équilibre, soit celle de la souveraineté. Faute d’une lecture empathique et de bonne foi, on peut manquer de voir que la notion d’équilibre de la théorie mainstream (critère de Nash) joue le rôle qu’il attribue à la souveraineté6.

  • 7 Tout en la refusant sur d’autres points : « C’est pourquoi la conformité aux règles monétaires n’es (...)

26Pauvre souveraineté sans doute que cette notion d’équilibre et que l’on peut récuser justement pour cela. On pourrait tout aussi bien la rejeter pour son incompatibilité logique avec la décentralisation des actions individuelles. Mais si Michel Aglietta la rejette à juste titre, pourquoi la conserver implicitement en recourant à la notion d’arbitrage ? Le lecteur est surpris qu’en plusieurs passages du livre, l’auteur puisse recourir à cette notion pour expliquer la prédominance d’un rapport social sur un autre : salariat versus esclavage par exemple : « La question de l’arbitrage entre esclavage et salariat est une question de coûts et de rendements pour les capitalistes7 » (p. 86).

27La critique bien informée de la théorie mainstream est depuis trop longtemps délaissée, pas seulement par l’auteur mais aussi par l’ensemble des économistes qui lui sont opposés, au profit de celle de l’économisme. Ce dernier combat est sans doute nécessaire mais il se mènerait mieux appuyé sur une critique sérieuse et ne se ferait pas au détriment de la recherche d’une théorie alternative de même niveau d’exigence que celle qui est critiquée.

Propositions démontrées et assertions générales

28S’il est parfaitement légitime de critiquer la notion d’équilibre, centrale dans les approches de la valeur, ou de mettre en cause la légitimité de l’économie politique en général, encore faut-il, si l’on désire leur substituer une approche alternative, accepter de se plier aux mêmes critères de validité et d’acceptabilité. Ce n’est pas ce que revendique Michel Aglietta, semble-t-il.

29Un premier exemple, assez représentatif, illustre cette tendance à négliger les démonstrations. La relation théorique affirmée exister entre les trois niveaux de la confiance, d’une part, et la monnaie en tant que système de paiements, d’autre part, n’est nullement établie. Le schéma suivant (p. 209) à propos des crises monétaires, résume cette relation :

Formes de la confiance

Règles du système de paiements

Méthodique

Circulation des dettes et transferts des risques

Hiérarchique

Compensation et règlement

Éthique

Conservation de l’unité de compte

30L’idée de cette correspondance est de donner un critère théorique pour diagnostiquer le degré de gravité des crises monétaires. La confiance méthodique « absorbe des fluctuations de prix d’actifs qui provoquent des transferts de richesse suffisamment limités pour ne pas mettre en cause la légitimité de l’institution monétaire souveraine » (p. 207). Mais il se peut que les problèmes s’aggravent.

La confiance méthodique entre en crise et déclenche une recherche contagieuse et donc polarisée de liquidité, c’est-à-dire une survalorisation de la confiance hiérarchique. Il importe alors que l’autorité monétaire soit capable de maitriser cette demande obsessionnelle de sa propre dette pour éviter une paralysie du système financier si les créanciers n’acceptent plus de porter aucune autre forme de dette que la sienne. (p. 207)

31Mais si, à son tour, l’aptitude de l’autorité monétaire est elle-même mise en doute, « c’est l’adéquation de la politique à cette représentation [valeurs collectives dans lesquelles les membres de la société reconnaissent les sources de leur être ensemble] qui lui confère sa légitimité, donc qui entretient la confiance éthique sans laquelle la confiance hiérarchique entre à son tour en crise. Lorsque la confiance éthique est ébranlée, la monnaie officielle cesse d’être “dokima”, c’est-à-dire non seulement légale mais légitime » (p. 208).

32On souscrit volontiers à une telle analyse qui est très parlante en elle-même. Qu’elle ait une relation stricte avec les trois règles définissant le système de paiement est, en revanche, douteux. Ces trois règles ne sont pas dans un rapport de succession comme le seraient trois barrages successifs de résistance croissante. Ils sont les éléments nécessaires et suffisants à la définition de la monnaie. Les trois sont simultanément nécessaires et si l’ordre d’exposition commence par l’unité de compte (postulat aussi fondamental pour l’approche monétaire que l’est le postulat de nomenclature pour les théories de la valeur), cela ne signifie évidemment pas qu’elle puisse exister effectivement en dehors des autres composants de l’ordre monétaire.

33En d’autres termes, si les trois niveaux de la confiance sont pertinents pour l’analyse de la gravité des crises, ce n’est nullement parce qu’ils ont un rapport étroit avec l’axiomatique de la monnaie mais parce qu’ils sont des principes intéressants et pertinents en eux-mêmes, bien que n’ayant pas de rapport déterminé avec la théorie économique (exemple d’hétérogénéité épistémologique regrettable).

  • 8 Jean Cartelier & Patrick Saint-Pierre (2013).

34Faut-il donc renoncer à une appréciation théorique de l’intensité des crises ? Nullement. Il faut se tourner vers d’autres outils, ceux de la dynamique, par exemple. Nous avons eu l’occasion d’appliquer, avec Patrick Saint-Pierre, un tout autre critère issu de la théorie de la viabilité. L’intensité de l’instabilité d’une économie monétaire est mesurée par la dimension du noyau de viabilité du système dynamique qui la décrit8. Cela est moins suggestif et peut être écarté pour cela, mais ce critère découle directement du mécanisme dynamique résultant du règlement des soldes monétaires.

35Un deuxième exemple est la souveraineté, concept majeur pour Michel Aglietta. Mais là aussi le lecteur est un peu laissé à l’abandon. L’affirmation maintes fois itérée selon laquelle la souveraineté a trait à l’opposition entre l’immortalité de la société et le caractère mortel de ses membres est intéressante et suggestive. On peut néanmoins se demander si son pouvoir interprétatif n’est pas trop général. Écrire que « La position du souverain dans le Tout Social est toujours la césure radicale mortalité/immortalité : sacré consubstantiel à la nature, ancestralité, transcendance du divin, monarchie absolue de droit divin, symbolique de la patrie unifiant la culture d’un peuple, ordre constitutionnel de la nation » (p. 85-86) ne permet pas de comparer ce que ces diverses formes de souveraineté ont de particulier. Les lecteurs de l’Introduction à la critique de l’économie politique de Marx se rappelleront sa défiance vis-à-vis des notions générales dont le seul mérite est de résumer, à un stade historique donné, ce que les stades historiques antérieurs sont du seul point de vue du stade le plus avancé.

36De quelle souveraineté parle-t-on ? Ne risque-t-on pas, là également, une hypostase ? La métaphore de la souveraineté comme un axe vertical qui serait la condition de l’axe horizontal des relations entre individus intervient constamment dans le texte. Elle nous invite à considérer les institutions et la souveraineté qu’elles incarnent comme surplombant un espace plan, celui des relations économiques. Pourquoi pas ? Mais pourquoi pas non plus une autre métaphore, celle que Norbert Elias propose à ses lecteurs, celle d’un filet dont les mailles sont les individus, la façon dont les mailles ont été tissées indiquant leur place respective dans la hiérarchie ? Il ne s’agit pas de préférer l’une à l’autre mais de relativiser les représentations que nous nous faisons de la souveraineté. Que la souveraineté ait un aspect religieux et sacré est une évidence historique. Est-ce une raison suffisante pour la penser aujourd’hui comme elle a été conçue auparavant ? Entreprendre la critique de la souveraineté est une option possible que l’on ne doit pas écarter au seul bénéfice de l’expérience passée dont la sagesse chinoise nous enseigne qu’elle est une lanterne que l’on porte sur le dos et qui éclaire le chemin accompli mais non celui que l’on doit parcourir.

37Travailler le concept de souveraineté est d’autant plus nécessaire qu’il est au cœur de ce que Michel Aglietta appelle l’énigme de la monnaie internationale et sur laquelle il attire fort justement l’attention et à propos de laquelle il suggère des analyses fort intéressantes dont on ne peut lui faire grief de ne pas être conclusives, l’ensemble du livre permettant au lecteur de comprendre pourquoi.

38Le symptôme de l’abandon de la recherche de raisons démonstratives apparaît dans le livre sous la forme de la coexistence d’assertions relevant de niveaux d’abstraction incroyablement différents et, surtout, dont la contrôlabilité est hautement variable.

39Écrire que « La logique de l’équivalence est inhérente au politique ». (p. 87) ou que « Le politique précède toujours l’économique » (p. 151) n’est évidemment pas absurde. Mais ne pourrait-on pas soutenir le contraire, à savoir que « la logique de la hiérarchie est inhérente au politique ou que « l’économique précède toujours le politique » ? Comment justifier l’une ou l’autre de ces propositions sans que l’économique et le politique soient conceptuellement définis.

40On peut faire l’hypothèse que cette difficulté constitue l’héritage de l’approche en termes de « contrat social ». À ma connaissance, aucune théorie de la société fondée implicitement ou explicitement sur l’idée du contrat social n’a produit de représentation dans laquelle politique et économique coexistent. Les individus qui se socialisent deviennent soit des citoyens (Hobbes, Rousseau), soit des marchands (Locke, Smith). Les économistes savent qu’Adam Smith a forgé le terme de « mercantilistes » pour désigner ses prédécesseurs pour qui cette distinction n’avait aucun sens et pour qui la richesse se confondait avec la monnaie et la nation avec le Prince. L’économie politique de la valeur s’est constituée contre cette indistinction.

41Explicitée ainsi, Michel Aglietta refuserait cette filiation smithienne. Mais comme il a été noté plus haut, faute d’avoir mené la critique de la théorie économique suffisamment loin, l’auteur n’a pas conscience que son souci d’exposer la genèse logique de la société, de la monnaie et des institutions en général en relève directement. Faute d’adopter un point de départ clair, précis et motivé, il laisse son lecteur dans l’embarras : qu’est-ce que l’on prétend expliquer ou de quoi précisément entend-on rendre compte ? C’est l’approche de la valeur en général, qui est commune à Smith, Ricardo, Marx et la théorie mainstream, qu’il conviendrait de critiquer. Il n’est pas sûr que Michel Aglietta nous en montre l’exemple.

Monnaie et valeur : coexistence ou incompatibilité ?

42L’auteur ne se résout pas, en effet, à abandonner le langage de la valeur. « La monnaie comme mesure de la valeur » est une expression ambigüe qui laisse entendre qu’il existe une valeur que l’on mesure. En suivant le raisonnement usuel en la matière on aboutit à ce que la longueur étant mesurée par une longueur la monnaie serait mesure de la valeur parce qu’elle-même aurait de la valeur, ce qui est le point de vue de la théorie mainstream pour laquelle mesurer le prix du blé en fiat money ou celui de la fiat money en blé est strictement équivalent. Il existe heureusement une autre acception de la mesure à propos de la monnaie qui est celle développée par Simmel et qui repose sur la notion de « série téléologique » que l’on peut associer à l’idée de médiation monétaire. Mais ceci exige que l’on approfondisse la longue tradition de l’approche monétaire fondée par les « mercantilistes », rationalisée par Steuart et développée par Keynes. Ce n’est pas le choix de Michel Aglietta qui, plutôt que d’élaborer une théorie économique alternative, entend recourir à des catégories générales plus séduisantes mais moins contrôlables, telles la confiance et ses trois niveaux ou la souveraineté et sa capacité d’explication générale.

43Ce livre peut être l’occasion d’un débat théorique absolument fondamental : faut-il ou ne faut-il pas renoncer à l’approche de la valeur pour fonder une théorie économique alternative ?

44Il semble bien que la logique de la valeur ait pour caractéristique principale de conduire à la revendication de l’économie comme science et que cette revendication soit l’enjeu majeur du débat. La valeur, nous dit Sylvain Piron, viendrait de la lecture anachronique (non contextuelle) de l’Ethique à Nicomaque par Albert le Grand. Elle est associée dès son apparition à la distinction entre le prix des biens entrant dans l’échange – élément accidentel – et la valeur qui exprime une réalité sociale totale. Dès sa naissance, la problématique de la valeur est associée à la dualité prix/valeur que l’on serait tenté d’exprimer par le couple existence/essence. Cela est manifeste dans les écrits des économistes des xviie et xviiie siècles et, plus tard, chez Smith et Ricardo (prix de marché/prix naturel) ainsi que chez Marx, par exemple.

45L’idée serait que la valeur nous renseigne sur ce qui est essentiel, le prix sur la contingence des marchés. L’affirmation ultérieure (ou contemporaine pour ce qui concerne Malthus ou Say) de l’exclusivité des marchés dans la détermination des prix a tendu à confondre prix et valeur, tout en conservant l’idée que la détermination des grandeurs de prix est l’objectif constitutif de l’économie politique. C’est sur ce point qu’apparaît le clivage approche réelle/approche monétaire, considéré par Schumpeter comme le clivage majeur de la discipline. Il est, en fait, associé étroitement à la vision que l’on se propose de donner de la société : autonomie de l’économie par rapport au politique (mythe du « contrat social » par lequel se construisent et se distinguent les concepts d’économique et de politique) ou économique identifié à la médiation monétaire.

46L’absence d’un système explicite de détermination des prix dans La monnaie entre dettes et souveraineté peut rendre perplexe. De quoi parle-t-on sous le nom de valeur ?

47Il faut donc s’interroger sur la relation que Michel Aglietta établit entre le fait que les relations entre les acteurs sont des paiements et que cela fait voir les valeurs. Qu’entend l’auteur par valeur ? On retrouve ici le débat qui avait opposé Benetti-Cartelier et Aglietta Orléan au début des années 1980 : d’un côté la monnaie comme système de paiement postulée au départ, avec l’ambition d’en décrire les règles et leurs conséquences sur la formation des sujets économiques, de l’autre la volonté de déduire la monnaie de la marchandise en suivant la logique marxienne des formes de la valeur renforcée d’une interprétation anthropologique, la violence mimétique. Il semble que Michel Aglietta ait abandonné l’idée marxienne de partir de la marchandise mais il a conservé l’idée d’élucider la présence de la monnaie, désir qu’il partage avec la théorie mainstream.

48Mais, au fond, cela a-t-il de l’importance ? La réponse est positive. La raison en est la suivante. Partir de l’idée de valeur et de l’hypothèse marchande conduit, si l’on est rigoureux, à la démarche suivante (commune à Ricardo, Marx et Walras) : on postule tout d’abord l’ensemble des éléments de richesse que les relations marchandes vont produire et faire circuler (et entre lesquels les individus vont se polariser pour choisir la plus liquide d’entre elles comme référence) et on se propose de déterminer les valeurs d’une façon ou d’une autre. Le problème est que l’on est prisonnier de la formule de départ qui contraint à ne saisir que des rapports marchands. Ces rapports relèvent de l’équivalence, principe qui est censé gouverner dès lors toutes les relations économiques.

49Quand la grande majorité des individus ne participent à la production sociale que par la relation salariale, le problème du statut des salariés se pose. S’il est toujours possible, mais un peu suspect quand même, de parler d’une « marchandise spéciale » à propos de la force de travail, la limite de l’exercice se fait sentir. La problématique de la valeur commande celle de l’équivalence et exclut une approche spécifique du salariat comme relation sui generis de subordination monétaire.

  • 9 Voir Cartelier (2016).

50Cette difficulté n’existe pas au sein de l’approche monétaire. La médiation monétaire n’impose rien d’autre que la monnaie et différentes relations peuvent être envisagées selon les formes de la circulation monétaire. Cela était clair dans Marchands, salariat et capitalistes. Cela se confirme dans une version plus récente de l’analyse de la relation salariale9.

51Trois grands schémas de circulation, représentant trois types distincts de relations économiques, peuvent être distingués selon les places respectives des individus ayant directement ou indirectement accès à l’émission des moyens de paiement :

52Le premier schéma concerne une économie dans laquelle tous les individus ont un accès direct à la monnaie. Ils sont dits « actifs » : les flux de paiements réciproques représentent alors des relations marchandes (dites d’échange dans les théories de la valeur). Le schéma situé en dessous et à droite décrit une économie dans laquelle les individus ayant un accès direct à la monnaie effectuent des paiements aux autres, les « non-actifs », sans pour autant que les relations qu’ils instituent ainsi modifient les relations marchandes qu’ils ont entre eux. Les individus non-actifs ont alors la possibilité de dépenser auprès des actifs. Les relations entre actifs et non-actifs sont des relations domestiques (travail non-productif de Smith). Enfin, le schéma situé à gauche modélise une économie dans laquelle les individus non actifs (exclus des relations marchandes) sont associés par les individus actifs aux activités marchandes que seuls ces derniers peuvent avoir. Chacune de ces associations est une entreprise : les individus actifs sont alors des entrepreneurs, agissant pour leur propre compte ; les individus non actifs sont des salariés agissant sous le contrôle et pour le compte des entrepreneurs. La relation que les uns et les autres entretiennent entre eux est la relation salariale.

53Trois remarques :

  • (i) les relations économiques (marchandes, domestiques et salariales) se différencient indépendamment du contenu concret des activités qu’elles concernent (et ne renvoient donc pas à un espace des biens donné a priori) ;

  • (ii) Les théories de la valeur, et particulièrement la théorie mainstream, laissent peu ou pas de place à la diversité des relations économiques, telle qu’elle vient d’être mentionnée ; une théorie des prix alternative est nécessaire pour tenir compte de cette diversité ;

    • 10 La financiarisation décrite par Fernand Braudel diffère qualitativement de celle que nous connaisso (...)

    (iii) Seules les économies salariales peuvent être totalement financiarisées ; les relations économiques dans une économie salariales cessent d’être marchandes pour devenir capitalistes ; en tant que telles elles ont pour objet des capitaux (évaluation actualisée des flux de paiement futurs anticipés) et non des marchandises10.

54Michel Aglietta le sait bien, qui a naguère consacré plusieurs ouvrages aux économies salariales et patrimoniales. Ce sont d’ailleurs ses travaux et ceux qu’il a menés avec André Orléan qui sont susceptibles, avec d’autres naturellement, de nous faire comprendre les enjeux actuels de la financiarisation.

55Il faut remercier Michel Aglietta de nous donner l’occasion – rare aujourd’hui – de poursuivre les réflexions et les interrogations sur la nature des sociétés dans lesquelles nous vivons, débats et recherches inséparables d’une critique attentive des sciences sociales et de l’économie politique. Les commentaires qui précèdent doivent être lus comme une contribution parmi d’autres à une discussion à la fois urgente, exigeante et passionnante.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel & Orléan, André (1982), La violence de la monnaie, Paris, Odile Jacob.

Aglietta, Michel & Orléan, André (sous la direction de) (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta, Michel & Orléan, André, 2002, La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Aglietta, Michel et al., (2016), La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, Odile Jacob.

Benetti, Carlo & Cartelier, Jean, (1980), Marchands, salariat et capitalistes, Maspéro, Paris.

Cartelier, Jean, (2007a), “The Hypostasis of Money: an Economic Point of View, Cambridge Journal of Economics, vol. 31, no 2, p. 217-233.

Cartelier, Jean, (2011), “Money and Sovereignty, a Comparison between Hobbes and Modern Money Theory” in Heiner Ganssmann (ed.), New Approaches to Monetary Economics and Theory, Routledge, London.

Cartelier, Jean & Saint-Pierre, Patrick, (2013), “A Viability Model for a Monetary Economy”, GDRE Poitiers.

Cartelier, Jean, (2016), L’intrus et l’absent, essai sur le travail et le salariat dans la théorie économique, Nanterre, Presses Universitaires de Paris-Ouest.

Elias, Norbert, (1991), La société des individus, Paris, Fayard.

Iwai, Katsuhito, (1988), “The Evolution of Money: A Search-Theoretic Foundation of Monetary Economics”, University of Pennsylvania CARESS Working Paper, no 88-03.

Kiyotaki, Nobuhiro & Wright, Randall, (1993), “A Search-Theoretic Approach to Monetary Economics”, The American Review, (83), 1, p. 63-77.

Kocherlakota, Narayama, R., (1998), “Money is Memory”, Journal of Economic Theory, 81, p. 232-251.

Lagos, R. & Wright, R., (2005), “A unified framework for monetary theory and policy analysis”, Journal of Political Economy, 113, p. 463-484.

Legendre, Pierre, (2001), De la Société comme Texte, Paris, Fayard.

Menger, Carl, (1892), “On the Origin of Money”, Economic Journal, 2, reprint in ((R. M. Starr ed), General Equilibrium Models of Monetary Economies, Academic Press, 1989.

Orléan, André, (1984), « Monnaie et spéculation mimétique », Bulletin du Mauss, no 12, décembre, p. 55-68.

Piron, Sylvain, (2010), « Albert le Grand et le concept de valeur », dans Roberto Lambertini, Leonardo Sileo (dir.), I Beni di questo mondo. Teorie etico-economiche nel laboratorio dell’Europa medievale, Porto, FIDEM, p. 131-156.

Shi, Shouyong, (2006), “Viewpoint: a Micro-foundation of Monetary Economics”, Canadian Journal of Economics, 39, 3, p. 643-688.

Simmel, Georg, (1990), The Philosophy of Money, (2nd edition), Routledge, London, [1907].

Wallace, Neil, (2001), “Whither monetary economics?” International Economic Review, 42, 4, p. 847-869.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Carlo Benetti pour ses remarques et suggestions à la suite de la lecture d’une première version de ce texte.

2 Par théorie mainstream, il faut entendre l’ensemble des travaux théoriques issus, soit de la théorie de l’équilibre général concurrentiel, soit des développements en ordre dispersé concernant tant la macroéconomie que les modèles reposant sur la théorie des jeux. Leur diversité n’exclut pas un socle méthodologique commun.

3 Voir la critique formulée par Benetti-Cartelier (1980).

4 Voir « L’univers a-t-il connu un instant zéro ? », Conférence donnée par Étienne Klein, Conférence Académie Hassan II des sciences et techniques, Rabat 18 mai 2015.

5 On pourrait penser qu’il est assez logique qu’un modèle montrant l’essentialité de la monnaie soit mal adapté à en établir la neutralité ; cela n’est pas inexact mais ne suffit pas à résoudre la question ainsi que le montrent les modèles de la troisième génération de type Lagos-Wright.

6 Voir Cartelier (2011) pour une comparaison entre Hobbes et la théorie de l’équilibre général.

7 Tout en la refusant sur d’autres points : « C’est pourquoi la conformité aux règles monétaires n’est pas une affaire de coûts et avantages » (p. 37).

8 Jean Cartelier & Patrick Saint-Pierre (2013).

9 Voir Cartelier (2016).

10 La financiarisation décrite par Fernand Braudel diffère qualitativement de celle que nous connaissons aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Cartelier, « Monnaie et société : une théorie économique en perspective ? », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11884

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page