Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le temps de la finance

À propos de La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire d’Isabelle Chambost, Marc Lenglet et Yamina Tadjeddine
François Vatin
Référence(s) :

Isabelle Chambost, Marc Lenglet et Yamina Tadjeddine (dir.), La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire, Postface de Michel Aglietta, Lille, Septentrion, 2016

Texte intégral

Le « temps retrouvé » des études sociales de la finance

  • 1 « Les marchés financiers » Politix, vol. 13, no 52, 2000 (le dossier comprend les articles d’Olivie (...)

1Les 20 et 21 avril 2000, dans les locaux de l’École des Mines à Paris, s’est tenue la première manifestation du publique d’un groupe de jeunes chercheurs regroupés autour de la thématique des « études sociales de la finance ». J’ai fait partie ce jour-là des « discutants » qu’ils avaient invités pour débattre avec eux. Cette journée a ensuite fait l’objet d’un numéro de la revue Politix1.

  • 2 Popularisée par le philosophe et mathématicien Charles Howard Hinton dans les années 1880, la figur (...)

2Seize ans plus tard, à quelques jours près, le 8 avril 2016, on m’invite à discuter à Nanterre l’ouvrage dont il est question ici. J’y retrouve quatre des contributeurs d’avril 2000 : Olivier Godechot, David Martin, Sabine Montagne et Yamina Tadjeddine. Cette configuration a pour moi un goût de « temps retrouvé » pour citer Marcel Proust. C’est donc par un passage du « Temps retrouvé », dernier volet de la Recherche du temps perdu, que je voudrais introduire mon propos. Il s’agit là pratiquement des dernières lignes de cette œuvre maîtresse. Le narrateur, enfin prêt à écrire le livre de sa vie, y pense le temps, comme une « quatrième dimension » à la manière des physiciens2 :

  • 3 Marcel Proust, op. cit. tome III, p. 1046.

[…] du moins ne manquerais-je pas d’y décrire l’homme comme ayant la longueur, non de son corps, mais de ses années, comme devant, tâche de plus en plus énorme, et qui finit par le vaincre, les trainer avec lui quand il se déplace. D’ailleurs, que nous occupions une place sans cesse plus accrue dans le Temps, tout le monde le sent […] Tout le monde sait que nous occupons une place dans le Temps, mais cette place, le plus simple la mesure approximativement comme il mesurerait celle que nous occupons dans l’espace […]3.

3Nous occupons de la place dans le temps, individuellement mais aussi collectivement. Nos œuvres sont des couches superposées, produits d’apports croisés, qui sédimentent. En l’occurrence, l’histoire du réseau d’études sociales de la finance est indissociable de celui de la sociologie économique française que j’ai participé à structurer, en créant avec Philippe Steiner un « groupe de recherche » (G.D.R. dans le jargon du CNRS), cette même année 2000. Ces deux réseaux de recherche ont partagé une même conviction : l’économie, en général, la finance en particulier, n’était pas qu’affaire d’économistes ou de gestionnaires. Les faits économiques – et les faits sociaux en sont des « faits sociaux » comme les autres et leur compréhension mobilise donc tous les savoirs des sciences sociales : anthropologie, droit, géographie, histoire, sociologie, etc.

4Je ne crois pas beaucoup aux étiquetages disciplinaires, qui fonctionnent dans l’univers académique français comme des attributs individuels exclusifs, dans une confusion entre la gestion des carrières (qui nécessite une partition du personnel) et les identités intellectuelles des personnes qui peuvent être multiples ou tangentes. Mais, sur la petite base de données que constitue la table des matières d’un ouvrage, on peut se saisir statistiquement de la question, en considérant les disciplines qu’affichent les chercheurs par leur thèse ou l’intitulé de leur emploi. Je me suis donc livré à un petit inventaire de la table des matières de La fabrique de la finance pour composer le portrait disciplinaire de ces douze auteurs :

  • Économie 3

  • Gestion 4

  • Sociologie 8

  • Anthropologie 1

5J’en conclus donc que, dans cet ouvrage, les sociologues et anthropologues l’emportent quantitativement sur les économistes et gestionnaires, ce qui ne manque pas d’étonner, compte tenu de la thématique du volume. Plus étrange encore : si l’on considère les seuls organisateurs du volume (les « éditeurs » dans le jargon académique anglophile contemporain), on trouve deux gestionnaires et une économiste. Ce sont donc bien des économistes (ou assimilés) qui ont majoritairement fait appel à des sociologues pour traiter un objet : la finance, dont la conception commune considère qu’il est du ressort exclusif de leur discipline !

6L’explication du paradoxe réside dans le titre plus que dans le sous-titre de l’ouvrage. L’enjeu est-il vraiment en effet l « interdisciplinarité » ? Je n’en suis pas convaincu. C’est là une concession à la langue de bois universitaire, institution où l’on pratique d’autant moins l’interdisciplinarité qu’on l’invoque plus. En revanche, le titre est clair : « La fabrique de la finance » ou, dit autrement, « ce que fabriquent les gens qui travaillent dans la finance ». On peut donc lire cet ouvrage comme un ouvrage de sociologie des produits financiers, de sociologie des pratiques financières, ou de sociologie des travailleurs de la finance.

Très révélateurs à cet égard sont des articles comme :

  • celui de Marnix Dressen qui met en évidence l’évolution du contenu de l’activité bancaire à partir de l’histoire de la formation professionnelle dans le secteur ;

  • ceux de Benjamin Taupin sur le travail de notation financière ou d’Isabelle Chambost, qui regarde la partition professionnelle du monde des analystes financiers ;

  • celui de Yamina Tadjedine qui regarde, en géographe, l’industrie de la finance à travers ses logiques de territorialisation dans l’espace urbain.

7Tout cela est pertinent et donne de la finance un portrait autrement plus riche que le simple corpus de mathématiques appliquées auquel on tend à la réduire. Je voudrais toutefois insister sur une autre dimension de la question, qui n’est pas absente de l’ouvrage, mais n’y occupe pas la place centrale qu’elle devrait, à mon sens, y occuper. Il s’agit du soubassement anthropologique de l’activité et des produits financiers ; autrement dit qu’est-ce que nous dit le développement présent de la finance des changements de notre rapport au monde. On trouve la trace de cette question dans le chapitre introductif d’Olivier Godechot sur la notion de « financiarisation », dans celui de Jeanne Lazarus, qui montre la prégnance de la finance dans la vie quotidienne contemporaine, même celle des plus humbles de nos concitoyens, dans celui d’Horacio Ortiz sur l’imaginaire moral des pratiques financières, dans celui de Sabine Montagne sur la finance comme rapport social capital/travail…

8De son côté, dans sa postface, Michel Aglietta pointe l’absence à son sens dans l’ouvrage d’un traitement systématique de la question monétaire. En contrepoint de sa passionnante analyse, je voudrais m’interroger au contraire sur la notion de la finance en-deçà ou au-delà, comme on le voudra, de la relation monétaire stricto sensu. Il me semble en effet que l’on a souvent tendance à confondre « monétarisation » et « financiarisation ». Sans doute, la finance utilise la métrologie monétaire et la financiarisation conduit donc à étendre l’usage de la métrologie monétaire. Mais la monétarisation peut être aussi associée à des pratiques qui ne sont pas financières, mais seulement marchandes. Quand l’échange est immédiatement couvert par un transfert de monnaie, il n’y a pas de dette pérenne (si on néglige la dette primitive, qui, comme le rappelle Michel Aglietta, fonde la monnaie elle-même) et, donc, pas de « finances » à proprement parler.

  • 4 Une remarquable illustration de cet escamotage du temps dans la théorie économique standard est fou (...)

9S’il n’y a pas, alors, de finances, c’est parce que le temps a été éliminé par le caractère instantané de la transaction. Dans sa définition idéal-typique, le marché est instantané4. La finance, elle, repose sur un temps distendu.

Le temps distendu de la finance

10Si nous nous intéressons à l’« essence de la finance », j’entends par là sans intention métaphysique à sa propriété caractéristique, ce n’est pas sur la monnaie que nous devons nous arrêter, mais sur le temps. C’est pourquoi un ouvrage sur la « fabrique de la finance » devrait donc à mon sens aborder de front cette question en se demandant si la « financiarisation » que nous observons ne correspond pas à un nouveau rapport anthropologique au temps.

  • 5 Rappelons que le capital est, selon Marx, composé de « travail mort » (Karl Marx, Le Capital, livre (...)

11J’en veux pour preuve l’article de Sabine Montagne qui montre le piège qu’a constitué l’émergence des « fonds de pension ». Il s’agissait en effet à l’origine d’un instrument de la gestion des « salaires indirects » des salariés (surtout américains, mais pas uniquement). Le terme « indirect » doit bien être entendu dans un sens temporel : il s’agit des droits salariaux qui ne se traduisent pas en une rétribution monétaire immédiate. La traduction monétaire de cet acquis est déplacée dans le temps et a un caractère aléatoire, dépendant, pour la retraite, de l’espérance de vie. Mais, capitalisés, ces droits salariaux sont devenus les instruments de la propriété des entreprises. Il s’agit bien alors d’un « capital » au sens de Marx ; c’est-à-dire que l’on peut, selon la topique sociale du xixe siècle, opposer ce « capital » financier au « travail », comme on oppose le « mort » au « vif5 ».

  • 6 Voir sur cette question Alexandra Bidet, Florence Jany-Catrice, Nicolas Postel, Philippe Steiner et (...)

12Peut-on pour autant, comme on a coutume de le faire, opposer simplement en termes classico-marxistes, les revenus de ces capitaux (rentes) aux revenus du travail ? Sans nier l’existence de prélèvements sur ces ressources de la part de nombreux intermédiaires financiers, qui se paient « sur la bête », il faut bien reconnaître que, pour une large part, ces ressources capitalistiques continuent bien à rémunérer des salariés après la fin de leur période d’activité. La propagande diffusée par les gestionnaires de fonds de pension, qui affirment qu’ils défendent les intérêts de ces salariés en cherchant le meilleur rendement des capitaux que ceux-ci leur ont confié, n’est donc pas totalement dénuée de fondement. Sous ce registre, la confrontation entre « travail » et « capital » qui se joue dans la gestion des fonds de pension apparaît en partie comme une opposition générationnelle6. Elle oppose le travail d’aujourd’hui et celui d’hier, les travailleurs en fonction et les travailleurs retraités. Une telle opposition n’est pas réductible à celle mise en évidence par Marx qui opposait le « travail vivant » au « travail mort ». Le capital, défini par Marx comme un « travail mort » était fait d’objets, produits du travail (matières ouvrées, machines, moyens de travail). Ici, le capital représente des personnes, les intérêts de travailleurs dont une partie de la rémunération a été différée dans le temps.

  • 7 Car on peut avoir de la retraite non-monétaire quand le travailleur devenu incapable de subvenir lu (...)

13Que l’on ne pense pas que je voudrais ici défendre le système de retraite « par capitalisation ». J’en prends acte, d’un point de vue de sociologie économique, en cherchant à identifier la signification particulière d’un capital représentant des droits salariaux différés. Sans doute, on peut préférer le mode de gestion des droits à la retraite par le système dit de la « répartition ». J’entends seulement souligner que, du point de vue très général auquel je me place, le choix du système de retraite ne change pas radicalement les données du problème. Tout système de retraite est « par répartition », au sens où la distribution monétaire effective dépend toujours des conditions économiques du présent. L’illusion dans la distribution de droits capitalistiques est toujours de faire croire à la promesse de revenus futurs assurés, comme si jamais le capital n’était dévalorisé. Nos aïeux ont ainsi misé sur les emprunts russes, quand d’autres, plus récemment, ont acquis des actions du tunnel sous la Manche. Les deux grandes différences entre les retraites par répartition et celles par capitalisation sont : - que dans le premier cas les cotisations sont forcées et que dans le second elles sont libres ; - que l’engagement (de rétribution future) est pris dans le second cas par la collectivité tout entière. Mais, sur des modes différents, l’incertitude règne sur les modalités et le montant des droits qui seront effectivement versés. Ainsi, les salariés français d’aujourd’hui, qui sont bénéficiaires d’une retraite « par répartition », voient leurs droits aux pensions s’éloigner quand ils avancent dans leur carrière, comme il en est de la ligne d’horizon quand on s’en approche, et ce, au nom même de la défense du principe de répartition. Quand, enfin, les États empruntent sur le marché pour financer le déficit des régimes de retraite (par répartition), loin d’affaiblir le jeu du Capital, on le renforce, puisque ce sont alors les États eux-mêmes qui deviennent les objets de spéculation de la finance. C’est le principe même de retraite monétaire7 qui génère de la finance, c’est-à-dire un jeu avec le temps dont la monnaie est l’instrument. D’une manière ou d’une autre (répartition ou capitalisation), il y a dissociation entre des droits promis à terme et une distribution effective qui est toujours dans le présent.

  • 8 Pour une présentation de l’économie forestière des xviiie et xixe siècles et de ses enjeux contempo (...)

14Je voudrais à ce stade citer Augustin Cournot, qui, dès 1863, dans ses Principes de la théorie des richesses, dénonçait les vertiges calculatoires de l’économie financière. C’était à propos de la gestion forestière. Les forestiers ont, en effet, été précurseurs dans une conception financière de leur industrie8. La forêt peut en effet être considérée comme un capital naturel, avec une fonction de production dont l’unique variable serait le temps. La question, posée dès le xviiie siècle, est alors de savoir si on peut imposer un rendement net de l’activité forestière équivalent au taux d’intérêt courant. Si, en effet, ce rendement est inférieur, le propriétaire de forêt aura toujours intérêt à la couper tout de suite pour placer son capital sur le marché mobilier. C’est pour contourner cette aporie que les forestiers ont inventé le concept de « taux d’actualisation » : le rendement annuel attendu n’est plus alors une donnée (le taux d’intérêt courant), mais un paramètre dont la détermination fait l’objet d’une délibération. Ce taux d’actualisation est d’autant plus faible que l’horizon de l’activité économique est plus lointaine (c’est le cas de la forêt, dont le cycle est d’une trentaine d’années pour le bois de chauffe et d’un siècle ou plus pour le bois d’œuvre). Or, plus on est riche, et plus on peut se projeter dans un horizon économique lointain. C’est pour cela que les « grands travaux », comme la forêt, doivent relever de l’État, qui peut supporter un taux d’actualisation faible.

15Inspiré par les économistes forestiers de son temps, Cournot généralise le propos. Il s’interroge sur la signification de la définition financière du bien « forêt », c’est-à-dire, pour citer de façon anticipée Irving Fischer, la mesure de sa valeur actuelle par les revenus qu’il est censé produire dans le futur. Il a en effet bien conscience, comme Marx son contemporain, des inévitables crises périodiques de « dévalorisation du capital » :

  • 9 Augustin Cournot, Principes de la théorie des richesses (1863), Paris, Vrin, 1981, p. 278.

16« Si l'on va au fond de la difficulté, on voit qu'elle tient précisément à ce que le capital réel ne peut suivre, comme le capital fiduciaire, la loi d'accroissement en progression géométrique. Si l'économiste pouvait calculer comme le banquier et le marchand, il serait de l'intérêt général aussi bien que de l'intérêt particulier, de faire coupe blanche des futaies : car le produit de la coupe se convertirait en un capital réel, sous forme de fer forgé, de poutres, de bordages, lequel capital réel en produirait un plus grand au bout d'un an, un plus grand encore au bout de deux ans, et ainsi de suite en progression géométrique. Nous procurerions ainsi à nos arrière-neveux, en abattant actuellement nos futaies, une prospérité fabuleuse. C'est à quoi répugne la nature des choses : le capital réel, pas plus que la population, ne saurait s'accroître en progression géométrique. Ce sou placé à intérêt composé depuis l'origine de l'ère chrétienne et les sommes étourdissantes qu'il produit, sont un jeu d'esprit, bon à laisser dans nos classes de mathématiques9 ».

  • 10 Heureusement pour eux, le bois d’œuvre a providentiellement trouvé entre-temps d’autres destination (...)

17Je me permets ici une anecdote biographique. J’ai présenté cette question lors d’un colloque consacré à Cournot qui s’est tenu dans sa ville natale de Gray, en Haute Saône, du 11 au 13 septembre 2001, dans l’étrange atmosphère du moment. Il y avait, parmi les participants au colloque, un éminent économètre qui a manifesté son regret d’apprendre que Cournot, auteur qu’il respectait pour son rôle précurseur dans la mathématisation de l’économie, avait pu écrire de telles choses. La question était pour lui vide de sens, car le calcul inter-temporel permettait de résoudre toute difficulté. J’ai tenté, sans grand succès je pense, de lui expliquer qu’un capitaliste qui aurait investi en 1850 dans la production de bois d’œuvre pour la marine à voile (cycle de 150 à 200 ans) aurait eu quand même (ses descendants) quelque mal à placer son produit10. Que ce temps du calcul économique abstrait dénoncé par Cournot était celui des révolutions des astres pas celui de l’histoire, des hommes et des sociétés. Mais une plus grande surprise m’attendait. J’avais pu noter que les édiles de Gray, qui nous invitaient et qui assistaient aux séances, avaient écouté mon exposé avec un intérêt manifeste. Le lendemain, elles nous faisaient visiter « l’hôpital de long séjour de la ville » (ainsi nomme-t-on aujourd’hui les maisons de retraite médicalisées), dont la fondation avait bénéficié d’un legs de la famille Cournot. Ce legs était notamment en bois ; or, on venait de couper les derniers « bois Cournot », qui avaient été aménagés selon la conception du temps long de l’économiste, et ceci précisément au profit de la solidarité entre les générations ! Dans un jeu de convergence rare pour le chercheur, la théorie rejoignait la pratique, l’abstrait, le sensible.

  • 11 Les cotisations « retraite » constituaient donc un système socialement anti-redistributif : les cot (...)

18La question du droit à la retraite me paraît tout à fait centrale pour poser l’enjeu anthropologique de la financiarisation de nos économies. Il pose bien la question du nouveau rapport économique que, dans la société « moderne », les sujets économiques entretiennent au temps : le travail d’aujourd’hui donne droit à un revenu aujourd’hui, mais aussi à un revenu futur. Songeons au caractère si récent d’un tel principe. Au XIXe siècle, seuls les bourgeois pouvaient capitaliser et cela de façon totalement individuelle. Les « travailleurs », quand ils ne pouvaient plus obtenir de ressources monétaires par leur travail, dépendaient de la solidarité familiale ou de l’assistance publique. L’allongement de l’espérance de vie que nous avons connu au cours de ces dernières décennies a provoqué des tensions sur les régimes de retraite. Longtemps en effet, les ouvriers ont cotisé à la retraite, sans en bénéficier statistiquement, en raison de leur faible espérance de vie, passé l’âge de la retraite11. Aujourd’hui, c’est toute la population qui se pense dans le temps d‘une vie qui dépasse la période dite d’« activité ».

  • 12 « [Les sous-prolétaires algériens] sont-ils assez assurés du présent pour tâcher de s’assurer de l’ (...)

19Nous sommes entrés dans un monde économique du temps distendu. On le voit bien dans le chapitre de l’ouvrage que Jeanne Lazarus consacre à la place croissante de la finance, c’est-à-dire du futur, dans la vie quotidienne, même des plus humbles. Il est intéressant de rapprocher cette analyse des conclusions des enquêtes classiques de Pierre Bourdieu sur le travailleur algérien, qui montrait, au contraire, combien celui-ci était enchaîné au présent12. On a beaucoup insisté à cet égard sur les logiques de surendettement, qui entraînent dans une course-poursuite avec le temps : les achats d’aujourd’hui avec les revenus de demain. On voit là la victoire du court-termisme. Mais l’homme ordinaire d’aujourd’hui, beaucoup plus que celui d’hier, vit, aussi, dans le temps long (de la retraite), de moyenne portée (le paiement des factures…). La finance au quotidien est liée à ce que le quotidien ne solde plus le quotidien.

20Ces propos ne visent pas à contredire ou à minorer les analyses multiples développées dans cet ouvrage, relativement aux transformations contemporaines des pratiques financières, à l’émergence de nouveaux produits, de plus en plus complexes… Le diable gît, toujours, dans les détails. J’entends simplement souligner que toute cette industrie prospère sur un nouveau rapport au temps qui est la marque de l’enrichissement des sociétés. C’est un luxe en effet que de ne pas s’occuper que d’aujourd’hui, mais aussi du lendemain. Pourrons-nous nous permettre durablement ce luxe ? C’est la question que posent toutes les contradictions et conflits liés au développement de la finance que cet ouvrage illustre remarquablement. Il me semble donc qu’il faut adjoindre à la sociographie des pratiques financières, que présente l’ouvrage, une anthropologie de la Finance qui fait encore défaut. Pour jouer avec son titre, ce livre nous dit ce que « fabriquent les financiers », mais, peut-être pas vraiment ce que « fabrique la Finance ».

Turpitude des financiers et fonction sociale de la finance

  • 13 Voir notamment la septième de ses lettres (2 décembre 1770) au Contrôleur général (l’abbé Terray) « (...)
  • 14 Voir les réflexions suggestives de Max Weber sur le rapprochement entre la « morale intérieure » (q (...)
  • 15 Ce thème a été récemment développé dans un ouvrage dirigé par Philippe Steiner et Marie Trespeuch, (...)

21Je me permets un dernier argument conclusif à ce propos. Peut-être sommes nous sommes trop obnubilés par les turpitudes (réelles) des financiers, dans « ce qu’ils fabriquent », pour aborder réellement cette seconde question : la « fabrique de la finance », soit, ce que j’appellerai la « fonction sociale de la finance ». On risque alors de prendre l’objet « par le petit côté de la lorgnette ». Considérons, à titre de comparaison la question du commerce, qui a fait l’objet au xviiie siècle de débats un peu similaires à ceux que nous connaissons aujourd’hui sur la finance. Toute une critique sociale du commerce s’est appuyée sur la dénonciation des turpitudes des commerçants, non moins réelles que celles des financiers. Il fallut, a contrario, la force d’un auteur comme Turgot pour souligner la fonction sociale du commerce par-delà les turpitudes des commerçants13. Mais la pensée et l’action (contrariée d’ailleurs) de Turgot ne furent qu’une étape dans un long processus civilisationnel qui a modifié le rapport social au commerce, généré de nouvelles institutions, une nouvelle morale aussi14. Les commerçants n’ont assurément pas cessé toute turpitude, mais le commerce n’est plus stigmatisé en tant que tel, le profit qui en est tiré n’est plus pensé comme ontologiquement illégitime, même si la question se repose régulièrement de ce qui peut, ou pas, lui être soumis15.

22Pourtant la défense libérale du commerce (celle de Turgot, de Smith et de leurs épigones) est peut-être ce qui occulte aujourd’hui la question financière, tant chez ses promoteurs que chez ses critiques. Toute la force de la pensée de Turgot repose en effet sur une définition du marché comme équilibre dans l’instant des intérêts présents. Le marché, tel qu’il le conçoit (et la théorie économique à sa suite) est fondamentalement instantané. Turgot nous éclaire ainsi sur le soubassement moral fondamental de la pensée libérale : son présentisme radical. J’en veux pour preuve son passionnant article sur la notion de « Fondation » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1757). Il y critique de façon très virulente l’institution des « fondations », en montrant qu’elle repose sur le droit concédé au fondateur de faire valoir sa volonté post-mortem. C’est là pêché d’orgueil, car la rationalité d’une action du fondateur poursuivie par-delà sa mort supposerait de sa part une connaissance parfaite du futur. Turgot ne s’oppose pas à l’action charitable. La question n’est pas celle de l’égoïsme versus l’altruisme. Il propose, en lieu et place des fondations, des institutions similaires à nos modernes associations, où les vivants aident les vivants. Il s’oppose en revanche à ce que « le mort puisse saisir le vif » dans sa volonté d’éternité.

23On mesure alors tout le paradoxe de la Finance. Plus que tous autres, les marchés financiers sont instantanés. Aidés par des dispositifs techniques sans cesse plus perfectionnés, cette instantanéité est poussée à la fraction de seconde. Pour autant, la Finance assure la gestion de temporalités de divers ordres qui se superposent et se croisent, dans des mises en équivalence des termes différents. Cette question est traitée, dans l’ouvrage notamment, à travers la thématique du « risque » : la possibilité plus ou moins grande de probabiliser (la fameuse distinction risque/incertitude de Franck Knight) et l’effet de la loi des grands nombres (la thématique du portefeuille) qui permet de lisser les risques.

24Tout ceci est bien sûr pertinent… et complexe… et, sur bien des points, dépasse largement mes compétences réduites en ces matières. Je voudrais seulement aller un peu plus loin dans le questionnement de fond, en me demandant jusqu’à quel point le modèle du marché, par essence instantané, peut vraiment rendre compte du phénomène anthropologique que constitue la financiarisation de nos sociétés ? C’est-à-dire l’émergence d’institutions visant à la régulation de rapports économiques s’inscrivant dans un horizon temporel élargi et distendu, pour chacun d’entre nous. La critique de la finance n’accepte-t-elle pas à cet égard trop rapidement l’illusion du modèle marchand qu’on offre à sa critique et qui occulte les mécanismes plus profonds dont l’analyse nécessiterait de penser autrement le temps, plus exactement la multiplicité des temps ?

25Voilà qui ramène à Proust par lequel j’ai commencé cet exposé. Il n’y a parfois que la littérature pour penser les questions qui nous dépassent.

Haut de page

Notes

1 « Les marchés financiers » Politix, vol. 13, no 52, 2000 (le dossier comprend les articles d’Olivier Godechot, de Yamina Tadjeddine, contributeurs aussi du présent volume, ainsi que ceux de Vincent-Antonin Lépinay et Fabrice Rousseau, de Jean-Pierre Hassoun et de Fabian Muniesa).

2 Popularisée par le philosophe et mathématicien Charles Howard Hinton dans les années 1880, la figure de la quatrième dimension inspire peintres cubistes, poètes et écrivains au début du xxe siècle. Dès 1913, dans Du côté de chez Swann, Proust décrivait l’église de Combray comme « un édifice à quatre dimensions – la quatrième étant celle du Temps- déployant à travers les siècles son vaisseau… » (À la recherche du temps perdu, Gallimard, 1954, tome I, p. 61). L’idée en était formulée dès 1754 par d’Alembert dans l’article « Dimension » de l’Encyclopédie : « Un homme d'esprit de ma connaissance croit qu'on pourrait cependant regarder la durée comme une quatrième dimension, et que le produit du temps par la solidité serait en quelque manière un produit de quatre dimensions ; cette idée peut être contestée, mais elle a, ce me semble, quelque mérite, quand ce ne serait que celui de la nouveauté ».

3 Marcel Proust, op. cit. tome III, p. 1046.

4 Une remarquable illustration de cet escamotage du temps dans la théorie économique standard est fournie par William Stanley Jevons dans le paragraphe portant sur la « théorie des dimensions économiques » de sa Théorie de l’économie politique (1871, traduction française d’après la 2e édition (1879), Paris, Giard et Brière, 1909). Jevons y insiste sur le caractère central du temps dans la théorie économique : « Le temps intervient dans toutes les questions économiques. Nous vivons dans le temps ; nous pensons et agissons dans le temps et sommes en fait absolument les créatures du temps » (p. 128). Pourtant, deux pages plus loin Jevons aboutit à la conclusion que « l’élément de temps n’apparaît pas dans les diagrammes et les problèmes de cette théorie relative à l’utilité et à l’échange. Tout se passe dans le temps et le temps est un élément nécessaire de la question, cependant il n’apparaît pas explicitement. » (p. 130) L’explication de « ce fait », qui, nous dit Jevons, l « avait rempli de perplexité pendant si longtemps » (ibid.) est simple : le temps est, pour lui, un facteur si important qu’il intervient à la fois au numérateur et au dénominateur de son équation… ce qui le fait disparaître de la formule.

5 Rappelons que le capital est, selon Marx, composé de « travail mort » (Karl Marx, Le Capital, livre I, 1867, Paris, Puf, 1993). Par le mécanisme pervers de la production capitaliste, ce travail mort « domine et aspire la force vivante du travail » (p. 475) ; voir aussi p. 348.

6 Voir sur cette question Alexandra Bidet, Florence Jany-Catrice, Nicolas Postel, Philippe Steiner et François Vatin, « Ce que la sociologie économique fait aux classes sociales : renouveau ou disparition », Revue française de socio-économie, n° 10, 2012-2.

7 Car on peut avoir de la retraite non-monétaire quand le travailleur devenu incapable de subvenir lui-même à ces besoins est pris en charge au sein de sa communauté (famille, village…). Notons ici le « progrès » que constitue l’attribution du droit monétaire, qui est affecté personnellement au travailleur, par opposition à la « dépendance » qu’induisent les formes traditionnelles de solidarité communautaire. La pure retraite par répartition se pense comme reposant sur la solidarité de la « communauté » nationale. C’est là ne pas comprendre la célèbre distinction posée par Ferdinand Tönnies entre « communauté » et « société ». La solidarité communautaire repose sur des liens personnels, la solidarité nationale, sur des « droits », au sens juridique du terme. La monnaie est l’instrument majeur de la dépersonnalisation des liens sociaux, laquelle comporte des avantages (indépendance) et des inconvénients (insécurité).

8 Pour une présentation de l’économie forestière des xviiie et xixe siècles et de ses enjeux contemporains, voir François Vatin, L’Espérance-monde. Essais sur l’idée de progrès à l’heure de la mondialisation, Paris, Albin Michel, 2012, chapitre VI.

9 Augustin Cournot, Principes de la théorie des richesses (1863), Paris, Vrin, 1981, p. 278.

10 Heureusement pour eux, le bois d’œuvre a providentiellement trouvé entre-temps d’autres destinations que la marine.

11 Les cotisations « retraite » constituaient donc un système socialement anti-redistributif : les cotisations ouvrières contribuant au financement de la retraite des cadres !

12 « [Les sous-prolétaires algériens] sont-ils assez assurés du présent pour tâcher de s’assurer de l’avenir ? Ne sont-ils pas condamnés à l’imprévoyance et au renoncement fataliste, expression d’une défiance totale en l’avenir, inspirée par la conscience de ne pouvoir maîtriser le présent ? » Pierre Bourdieu, « Les sous-prolétaires algériens », Les Temps modernes, n° 199, décembre 1962, repris in Esquisses algériennes, Paris, Seuil, 2008, p. 193-212 : 196.

13 Voir notamment la septième de ses lettres (2 décembre 1770) au Contrôleur général (l’abbé Terray) « sur le commerce des grains » : « Dans les années stériles, le commerce y pourvoira [à l’approvisionnement en grain] ou par le commerce, ou par le magasinage. […] Or, certainement, on n’aura pas ces grains sans payer les frais et les profits du transport ou ceux du magasinage. Il faut s’y résoudre ou mourir de faim. » (Turgot, Formation et distribution des richesses, Paris, Garnier-Flammarion, p. 332-380 : 343).

14 Voir les réflexions suggestives de Max Weber sur le rapprochement entre la « morale intérieure » (qui régit les relations au sein de la communauté) et la « morale extérieure » (qui régit les relations en dehors de la communauté) dans la société moderne. Il évoque en comparaison le monde des commerçants chinois traditionnels, régis par une stricte « morale interne », mais pour qui n’existait aucune « barrière morale au gain » à l’extérieur de la communauté. Selon son analyse, le développement du calcul économique au sein des « groupements traditionnels » (clans, familles) va de pair avec la mise en place de règles de « tempérance » dans les relations économiques, même avec les étrangers (Histoire économique (1923), Paris, Gallimard, 1991, p. 373-374).

15 Ce thème a été récemment développé dans un ouvrage dirigé par Philippe Steiner et Marie Trespeuch, Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Vatin, « Le temps de la finance », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11879

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page