Navigation – Plan du site
Notes de lecture

L’entreprise liquidée. La finance contre l’investissement de Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot

Matthieu Montalban
Référence(s) :

Tristan Auvray, Thomas Dallery, Sandra Rigot, L’entreprise liquidée. La finance contre l’investissement, Paris, Michalon, 2016, 320 pages

Texte intégral

1maître de conférences à l’université de Bordeaux, GREThA UMR 5113, matthieu.montalban@u-bordeaux.fr

2Le livre de Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot, L’entreprise liquidée. La finance contre l’investissement, édité chez Michalon, est un essai de synthèse sur les effets du processus de financiarisation sur l’investissement des entreprises. La question de l’effet de la pression des investisseurs institutionnels et des impositions de la norme de la valeur pour l’actionnaire sur l’investissement obsède la littérature hétérodoxe depuis les premiers travaux de Michel Aglietta (2000) ou de François Morin (2000), dont deux des auteurs du présent ouvrage sont de brillants élèves, tandis que le troisième est un spécialiste de macroéconomie postkeynésienne. Le positionnement de l’ouvrage se veut double : il tente de mener à la fois une analyse documentée et chiffrée des effets de la financiarisation sur l’investissement et l’entreprise, tout en défendant un point de vue militant. Ce positionnement est forcément un équilibre complexe à trouver, puisqu’un point de vue académique suppose d’aller dans la complexité et de « démontrer », tandis qu’un point de vue militant suppose surtout d’être clair et tranchant. L’ouvrage parvient ainsi à être clair et tranchant, relativement aisé à lire, avec une tonalité critique marquée, qui risque du coup de lui attirer les foudres de ses adversaires, mais qui devrait cependant largement emporter la conviction des chercheurs hétérodoxes (même si, comme on le verra, on peut lui faire quelques critiques), tout en offrant un ensemble de propositions de réformes radicales du système financier et de gouvernance des entreprises susceptible d’alimenter les débats politiques concrets.

La trame de l’ouvrage : la financiarisation comme désencastrement de la finance parasitant l’investissement des entreprises

3La thèse centrale est limpide : la financiarisation, liée à la montée en puissance de la gestion de l’épargne déléguée aux investisseurs institutionnels, a nui à l’investissement en capital fixe des firmes, en imposant le règne de la liquidité, du court termisme et de la valeur pour l’actionnaire. Il s’agit de ce qu’on appelle historiquement la thèse du parasitisme de la finance sur l’industrie. La thèse n’est certes pas nouvelle, mais les auteurs font ici un exercice de synthèse, qui parvient à brasser nombre d’idées développées ou de faits stylisés en actualisant les données et en proposant des apports personnels originaux, qui articulent analyses des transformations institutionnelles du secteur financier et de la gouvernance d’entreprise et analyses macroéconomiques. Cela dit, cette synthèse est bien une thèse qui défend un certain point de vue sur la financiarisation via un gros travail empirique, ce qui offre matière à discussion. Après avoir rappelé la progression de l’analyse suivie par les auteurs, nous proposerons une discussion sur certains points de l’ouvrage, à partir d’une mise en perspective complémentaire de ce travail par rapport à d’autres productions hétérodoxes sur le sujet.

La financiarisation comme désencastrement

4L’ouvrage se compose de 3 chapitres et d’une postface de Michel Aglietta, qui complète et commente chacun des chapitres. Le premier chapitre remet en perspective historique le processus de financiarisation actuel, en le comparant à la première période d’hégémonie financière de la fin xixe au début du xxe, périodes entrecoupées par la phase fordiste et « d’euthanasie du rentier ». La financiarisation est ici vue comme un désencastrement au sens polanyien d’une autonomisation. Ces rappels de la première hégémonie financière permettent de mettre en perspective les similitudes et différences dans les périodes de financiarisation. Il est rappelé de façon utile les étapes et effets de la séparation de la propriété et du contrôle, et quelques références aux travaux de Keynes, qui avait bien compris les tenants et aboutissants de ce processus ainsi que des effets de la liquidité des marchés financiers (ses analyses de l’opposition entre spéculation et entreprise sont également rappelées). Les auteurs montrent bien le parallèle entre les deux périodes d’hégémonie financière (notamment sur les inégalités, les taux d’épargne, les dividendes perçus par les ménages, etc.) mais également la spécificité de la période contemporaine, marquée par la montée de l’épargne gérée pour compte de tiers. Des données sur les investisseurs institutionnels sont ici fournies qui montrent combien le poids de ces acteurs s’est accru, et combien l’impression d’une « américanisation » de la finance est corroborée par les faits, puisque les encours gérés par les fonds de pension américains, mutual funds et compagnies d’assurance sont sans commune mesure avec les autres pays de l’OCDE.

Les effets négatifs de l’industrie de la gestion d’actif et de la gouvernance d’entreprise sur l’investissement et le régime de croissance

5Le second chapitre, intitulé sans détour « Les ravages de la financiarisation », analyse les effets de la valeur actionnariale, du court-termisme et des prélèvements effectués par la finance sur l’investissement, sur un plan micro et macroéconomique. Le rôle de la gouvernance actionnariale, de la liquidité, du court termisme des acteurs financiers, etc. est analysé à partir du rôle des structures institutionnelles juridiques, des conseils d’administration et des pouvoirs de révocation des dirigeants par les actionnaires. Le pouvoir offert par la liquidité et le droit « protecteur des actionnaires » soumettrait les managers (nous y reviendrons dans la discussion) des sociétés au diktat de la valeur pour l’actionnaire. Un important travail statistique et empirique est fourni par les auteurs. Un certain nombre de résultats importants sont ici égrenés sur l’influence des structures actionnariales et le taux de turn over des investisseurs institutionnels sur les comportements des firmes et l’investissement en capital fixe ; ils montrent notamment que les firmes qui ont un actionnariat détenu par des money managers pratiquent un downsizing plus important que les firmes à actionnariat plus stable quand les résultats sont négatifs et que la distribution des dividendes est d’autant plus importante que l’actionnariat est détenu par des money managers.

6Sont également rappelées et actualisées par un travail empirique important les pathologies du régime d’accumulation financiarisé identifiées dans la littérature, le tout agrémenté de tableaux et graphiques. La masse des résultats emportera certainement la conviction du lecteur sur le diagnostic, à savoir : la diminution du taux de rétention, la hausse des revenus financiers réalisés par les sociétés non financières, la corrélation entre chômage et degré de financiarisation (mesurée par la part des profits ne servant pas à l’investissement), le financing gap (qui est l’écart entre investissement et finance interne) indiquant la hausse des taux d’autofinancement, la montée des rachats d’actions et donc la contribution « globalement négative » des marchés d’actions au financement des investissements. Sur les déséquilibres du régime d’accumulation financiarisé, les auteurs notent clairement que les taux d’autofinancement des sociétés non financières ont eu tendance à augmenter, du fait des exigences de rentabilité. Mais on notera en plus ce paradoxe qui renforce le discours des auteurs sur le rationnement de l’investissement : la gouvernance actionnariale en principe promeut le recours à l’effet de levier et réduire le taux d’autofinancement, pour « économiser le capital » de l’actionnaire, or, la période récente fut plutôt au désendettement qui se traduit par la hausse des taux d’autofinancement afin de racheter des actions. L’image d’une finance qui ne sert plus à financer l’investissement est largement étayée par ces données. Cependant, ces résultats sont pour bon nombre connus dans la littérature : on retrouve ici les travaux (cités) de Lazonick et O’Sullivan (2000) et leur thèse du downsize and distribute, la thèse du décrochage entre profit et accumulation et de la baisse de la part des salaires de Michel Husson (2008a et 2008b), ou celle de l’accumulation par les sociétés non financières réalisée de plus en plus sous forme financière de Greta Krippner (2005) parmi d’autres. Mais les auteurs font ici un travail de synthèse conséquent qui est à saluer et permet d’offrir une vue d’ensemble assez saisissante.

Comment réencastrer la finance ?

7Le chapitre 3, intitulé « Remettre la finance à sa place », est certainement celui qui a le plus d’apports. Le chapitre analyse d’abord les différents investisseurs institutionnels et la structure de l’industrie financière, pour en révéler à la fois tous les biais court-termistes via les différentes réglementations et délégations en cascade qui ont pour effet de multiplier les commissions/primes et donc le coût de financement et les prélèvements effectués par le secteur financier. Ces délégations en cascade permettent de critiquer également l’idée, émise un temps par Aglietta et Rébérioux (2004), que les investisseurs de long terme permettraient de réguler les effets de la finance. Cette partie montre combien les épargnants ne sont pas réellement les gagnants de la hausse des dividendes, mais plutôt que c’est l’industrie financière qui fonctionne ici comme une sorte de tumeur parasite qui grossit au détriment de l’organisme, expression du désencastrement évoqué au chapitre 1. Les auteurs analysent également avec moult détails le rôle des réglementations et leurs effets sur les comportements des acteurs financiers (banques et fonds de pension), chose qu’il serait trop long de détailler ici. Ils discutent également de nombreuses propositions de réformes radicales et ambitieuses pour réduire la volatilité, augmenter la durée de détentions des actions et favoriser l’investissement (égratignant au passage les appels vains à la moralisation ou l’autorégulation de la finance). Parmi celles-ci, on trouve : un partage aux trois tiers des votes au conseil d’administration entre actionnaires, salariés et des personnels qualifiés indépendants de type scientifiques et ingénieurs ; des droits de vote inversement proportionnels à la durée restant de détention que l’actionnaire aurait déclaré par contrat ; des droits de vote seulement aux actionnaires financeurs primaires non pour un actionnaire secondaire (on notera le problème que pourrait poser un tel dispositif lorsqu’il s’agit d’une reprise d’entreprise mais l’idée mérite d’être creusée) ; interdiction de la vente à découvert ; retour aux changes fixes et contrôle des mouvements de capitaux ; introduction de seuil d’investissement sur le marché primaire et de plafond sur le marché secondaire pour les fonds de pension ; création d’une institution centralisant l’enregistrement des transactions financières internationales et à partir de laquelle pourrait se définir une taxe Tobin ; taxe Shareholder Limited Authorized Margin de Frédéric Lordon (2009). Autre mesure importante proposée, la création d’une Banque Publique de Financement et d’Investissement (BPFI), en rappelant au passage les travaux de Mazzucato (2013) qui montrent combien l’investissement de l’État américain fut stratégique pour l’innovation (voir aussi Lazonick et Tulum, 2011). C’est un programme rationnel de « définanciarisation » par la puissance publique qui est proposé, mais qui étant assez révolutionnaire, aurait à combattre des oppositions importantes du secteur financier.

Discussion

8Le positionnement du travail, c’est-à-dire à la fois académique et militant d’un côté, et plutôt macroéconomique et centré sur l’analyse du secteur financier, conduit immanquablement à privilégier une certaine lecture des effets de la financiarisation sur l’industrie, en laissant de côté certains travaux plus centrés sur l’économie industrielle. Nous voudrions ici amener quelques éléments issus d’autres travaux parfois plus proches de l’analyse des entreprises, qui sans remettre en cause la thèse des auteurs, permettent de la nuancer ou la compléter. Ce que nous voudrions indiquer, c’est que si effectivement au niveau macroéconomique et de l’analyse du secteur financier, les enchaînements ne sont guère à discuter, le passage du niveau macro au micro et des effets sur les firmes est plus complexe qu’il n’y paraît. Ces commentaires ne remettent pas en question la qualité de l’ouvrage, ni d’ailleurs les propositions de réformes proposées dans le dernier chapitre.

9Le premier chapitre appelle peu de commentaires. Les seuls regrets que l’on pourrait formuler sont que certaines références auraient pu être utilisées ou davantage exploitées. Ainsi, il aurait été utile d’approfondir le sens des notions d’encastrement/désencastrement de la finance au sens polanyien de marché autorégulateur, car ces notions sont en elles-mêmes ambiguës : ainsi, les auteurs auraient peut-être pu ajouter que même « désencastrée », la finance est en fait inscrite dans structures sociales et culturelles, ce que montrent les social studies of finance ou les travaux sur le rôle du droit ou de la culture dans la finance (voir le livre « La fabrique de la finance », dont le commentaire de François Vatin est dans la livraison de ce numéro). En même temps, étant donnée la finalité de l’ouvrage, ce choix des auteurs se comprend parfaitement et ne nuit d’ailleurs pas au travail. Parmi les autres références utilisées pour la période de la première hégémonie financière, les auteurs rappellent que Keynes était parfaitement conscient du problème posé par la séparation entre propriété et gestion (il était d’ailleurs aussi conscient des problèmes de la gestion de portefeuille pour compte de tiers qui accroissait les phénomènes mimétiques), mais on aurait pu faire ici référence à Veblen (1904), qui, bien avant celui-ci ou Berle et Means (1932), avait compris les effets de la séparation de la propriété et du contrôle et fut en fait le premier théoricien du parasitisme de la finance sur l’industrie avec une analyse d’une acuité et actualité remarquable ne serait-ce que dans Theory of business entreprise (1904). La référence à Hilferding (1910) aurait aussi pu être faite, même si le contexte autrichien et allemand du capital financier était (et reste) assez différent du cas américain. Quoi qu’il en soit, il s’agit de commentaires secondaires par rapport à cette mise en perspective historique.

Une baisse de l’investissement ou un changement des formes d’investissement et restructurations du capitalisme ?

10Le second chapitre, avec les matériaux qu’il apporte, amène en revanche plus de commentaires. Tout d’abord, sur les prélèvements effectués par la finance, ce sont surtout les dividendes et rachats d’actions qui sont évoqués, conformément aux travaux de Lazonick et O’Sullivan (2000), mais on aurait pu y inclure aussi les prélèvements plus « traditionnels » que sont les intérêts (les commissions sont aussi évoquées au chapitre 3). Pourtant, une discussion plus substantielle aurait probablement été utile sur le rôle des intérêts, dans la mesure où dans une période de taux nominaux d’intérêt bas, les coûts d’endettement diminuent, ce qui pourrait expliquer en partie que les profits supplémentaires extraits par les sociétés non financières (liés à la hausse de la part des profits) soient restitués ensuite sous forme de dividendes et rachats d’actions. Il eut été donc utile de comparer le total de ces paiements au secteur financier pour bien mesurer le coût réel du capital. Par ailleurs, s’il est vrai qu’au niveau global, les marchés actions financent peu les entreprises, si on regarde bien le tableau du financing gap, qui compare le poids du financement interne au financement externe (endettement + émissions nettes d’actions) des sociétés non financières européennes entre 1995 et 2012, on voit que pour la majorité des pays européens, les émissions nettes d’actions restent positives (seuls le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark ont des émissions nettes négatives). Ceci d’ailleurs montre que les systèmes nationaux de gouvernance d’entreprise et les modes de financement conservent encore certaines différences non négligeables. Ce point de vue est défendu notamment par Mary O’Sullivan (2003 et 2007). On notera d’ailleurs que hors Irlande, 13 % des ressources financières des sociétés non financières européennes proviennent de l’equity, ce qui est loin d’être marginal si on le compare à l’endettement net qui représenterait quant à lui 18 %. Ainsi, la liquidation des entreprises en Europe est inégale et encore loin d’être totale si on suit ces statistiques…

11La thèse du parasitisme du secteur financier sur l’industrie peut être nuancée en ce que, bien que globalement vraie sur l’effet net sur l’investissement en capital fixe sur le plan macroéconomique, elle simplifie un peu des processus moins unilatéraux à l’échelle plus microéconomique. Tout d’abord, le marché boursier n’est pas toujours une contrainte, mais aussi une source d’opportunités de croissance externe pour les firmes et de revenus pour les managers. Ainsi, si l’investissement en capital fixe se réduit, c’est peut-être aussi parce que les sociétés non financières ont substitué la croissance externe à la croissance organique, pour conquérir de nouveaux marchés à l’international, et restructurer leur production ; les sociétés non financières se financiarisant alors volontairement pour favoriser ce processus de fusions-acquisitions et d’expansion internationale pour résister à la concurrence, ce point étant souligné dans un certain nombre de travaux maintenant (Lordon, 2002 ; Palpacuer et al., 2006 ; O’Sullivan, 2007 ; Montalban, 2007 ; Serfati, 2008 ; Husson, 2008b ; Leaver et Montalban, 2010 ; Durand, 2014). Cette financiarisation pour la croissance externe et la conquête des marchés internationaux se paye effectivement au niveau macroéconomique par la faiblesse de la FBCF mais ne conduit pas forcément à réduire les actifs de ces entreprises ni à détériorer leur position concurrentielle sur le marché des produits, puisqu’elles renforcent leur pouvoir de monopole et leurs compétences. Sur ce point, la référence à Veblen (1904) aurait aussi été ici pertinente, comme d’ailleurs celle à Hilferding (1910) qui montrait le lien entre capital financier et développement des monopoles. De façon tout à fait juste, les auteurs soulignent que la hausse des taux de profits est en grande partie permise par la globalisation et la mise en concurrence des travailleurs qui a fait chuter la part salariale. Mais c’est aussi sur le marché des produits, comme cela est dit de façon un peu moins explicite et développée, que le pouvoir de monopole s’est accru grâce au recentrage sur le cœur de métier (p.144), les grandes firmes parvenant à centraliser une part toujours plus grande des profits en contrôlant les marchés. Si on prend le cas de l’industrie pharmaceutique, les sociétés européennes comme Sanofi se sont financiarisées au moins autant pour capter des parts de marché aux États-Unis via des F & A, résister à l’érosion de leurs marges et pour se recentrer pour accroître leurs profits, le tout se payant bien évidemment par des dividendes et des rachats d’actions, que pour satisfaire leurs actionnaires (Montalban et Leaver, 2010 ; Montalban et Sakinç, 2013). Cela dit, ce que l’expérience montre souvent (mais cela est assez difficile à mesurer), c’est que les fusions peuvent parfois être des désastres sur le plan organisationnel et de l’innovation à moyen-long terme, même si le pouvoir de monopole s’accroît et peut compenser pendant un temps assez long les problèmes productifs.

12Dans le même ordre d’idées, Lazonick (2009) introduit en fait plusieurs distinctions importantes entre old et new economy business models et plus généralement de l’usage différencié que font les sociétés des marchés boursiers en fonction de leur taille. Pour les grandes firmes cotées, le marché boursier a une influence essentiellement négative car ces sociétés ne l’utilisent effectivement que pour les distributions de dividendes et rachats d’actions de façon massive, les fusions et la rémunération du top management. Mais il n’en est pas de même pour les starts ups qui font un usage des marchés boursiers fonctionnel de leur business model : elles se financent clairement par equity, via venture capital, IPO et follow on, et peuvent survivre parfois de nombreuses années avec des résultats négatifs voire des valeurs ajoutées négatives car le financement equity leur évite de s’endetter et de risquer la faillite pour investir en R & D. Les rémunérations en stock-options permettent pour ces sociétés de faire venir de la main-d’œuvre de talents, les marchés boursiers sont utilisés pour lever des fonds, voire faire des acquisitions payées en échange d’actions (et pas des fusions payées en cash). Il est vrai que la finance de long terme via l’État fédéral américain a permis de développer en partie ces secteurs high-tech, mais il est aussi clair que, dans la littérature empirique globalement le financement par capital-risque améliore la performance des sociétés financées, sur la plupart des indicateurs utilisés dans la littérature (Bertoni, Colombo et Grilli, 2011 ; Tian, 2012 ; Guo et Jiang, 2013 ; Croce, Marti et Murtinu, 2013). Ainsi, on peut faire l’hypothèse que l’effet globalement négatif sur la R & D évoqué par les auteurs du turn over des investisseurs est probablement plus marqué pour les sociétés matures que pour les start-ups.

13Ainsi, on peut penser, au regard de la littérature, que la financiarisation favorise probablement certains groupes ou secteurs intensifs en intangibles, du moins, tant qu’ils ne sont pas matures, au détriment de certains secteurs plus intenses relativement en actifs tangibles (Orsi et Coriat, 2003 ; Serfati, 2008 ; Mouhoud et Plihon, 2009 ; Weinstein, 2010) ; plus généralement, cette financiarisation n’est-elle pas la marque d’un processus qui amène à une modification des secteurs industriels dominants et une restructuration de l’appareil productif de l’économie capitaliste ? Par exemple, si on regarde la libéralisation financière en Inde, on voit que les sociétés qui ont été demandeuses de ce processus sont les sociétés spécialisées dans les logiciels et l’industrie pharmaceutique, autrement dit, les secteurs high-tech, intenses en intangibles (Lee, 2011). Et cela se comprend, puisque les effets de la financiarisation sur les sociétés start-up en croissance sont assez différents de ceux des entreprises issues des précédentes révolutions industrielles. Dans les études sectorielles, qu’il s’agisse de l’automobile (Froud et al., 2002), de l’agroalimentaire (Palpacuer et al., 2006), des secteurs de la « nouvelle économie » (Lazonick, 2009), de la défense (Moura, 2008) ou de l’industrie pharmaceutique (Montalban et Sakinç, 2013), les exemples ne manquent pas et permettent de montrer que la financiarisation, bien qu’elle conduise parfois à du downsize and distribute, n’amène pas forcément à des stratégies irréalistes ou des business models insoutenables à court-moyen terme. Globalement, pour ce qui est des normes de rentabilité, les exigences sont en fait variables d’un secteur à l’autre du fait que les analystes financiers sont eux-mêmes spécialisés et que le rendement est corrélé au risque : on ne demande pas les mêmes rendements à Renault qu’à Sanofi. Il y a certes par effet de benchmarking sectoriel des normes de rentabilité sectorielles augmentées, mais dans les faits, les investisseurs attendent une rentabilité différente d’un secteur à l’autre, le 15 % étant plus un mythe ou une référence flottante qu’une véritable pratique. Quand on observe les décisions des analystes financiers, celles-ci sont loin d’être irrationnelles (mais bien sûr nécessairement imparfaites) et sont imprégnées de la culture sectorielle. De ce fait, les attentes des investisseurs sont elles-mêmes spécifiques à chaque secteur et type d’entreprise. Ensuite, les managers proposent des perspectives de création de valeur qui sont à moyen terme (5 ans) et non à court terme dans leurs objectifs. Notons aussi que pour ce qui est des fonds de LBOs (peu évoqués dans l’ouvrage), très souvent accusés d’être l’exemple type de la pratique downsize and distribute pour extraire rapidement du cash avant la revente, les travaux empiriques donnent là aussi des réponses moins tranchées, insistant sur la diversité des effets en fonction des contextes (Bédu, 2013). Plus généralement, la diversité des réponses aux modèles productifs et des formes organisationnelles à la contrainte actionnariale montre que toutes les entreprises n’ont pas été liquidées justement et certains business models ont su s’en tirer (on peut citer bien évidemment les GAFA ou Uber), même si cela ne veut pas dire non plus que c’est un bienfait pour les travailleurs. Cependant, la lutte pour le contrôle liée à la contrainte boursière et au benchmarking sectoriel pousse parfois des sociétés non financiarisées à se financiariser à leur tour car les fusions-acquisitions pratiquées par les firmes financiarisées obligent les autres à réagir, voire à se financiariser elles-mêmes. Ainsi, dans l’industrie pharmaceutique, les Big Pharma américaines ayant pratiqué un recentrage et des fusions plus tôt que les autres, ont obligé leurs concurrentes à faire de même pour (re)conquérir des parts de marché (Montalban et Sakinç, 2013). C’est donc l’action combinée de la contrainte actionnariale et de la contrainte concurrentielle sur le marché des produits qui pousse au changement de stratégie, et qui finit par se payer par des dividendes à verser aux actionnaires. En cela, certains secteurs sont défavorisés tandis que d’autres tirent leur épingle du jeu. Ainsi, on pourrait dire tout à la fois que l’effet net sur l’investissement en capital fixe de la financiarisation est négatif comme les auteurs le soulignent, et qu’en même temps, celle-ci a rendu possible une restructuration du capitalisme au profit de certains secteurs et business models, et le tout en faveur des classes capitalistes.

Une relation univoque actionnaires-managers ?

  • 1 On pourrait ici donner quelques cas dans le secteur pharmaceutique : par exemple Daniel Vasella, PD (...)

14Les auteurs défendent l’idée que ce sont bien les investisseurs institutionnels qui, en nommant les administrateurs et en votant, soit en AG soit « par les pieds », ont le pouvoir sur les managers. Si on peut accepter approximativement que les contraintes structurales (liées à la liquidité, au droit des sociétés, etc.) conditionnent le comportement des managers, les auteurs auraient peut-être pu, sans perdre en mordant quant aux effets néfastes de la finance, nuancer cette lecture peut-être un peu trop formaliste, en rappelant (1) que les managers sont très contents (pour leurs rémunérations) de défendre la valeur pour l’actionnaire et de pratiquer les rachats d’actions pour manipuler les cours à leur avantage, (2) que les fusions leur permettent de substantiellement augmenter leur (illusion) d’empire sur leur entreprise et donc qu’ils peuvent pro-activement financiariser leur entreprise et (3), comme le montrent Froud et al. (2006), on peut trouver nombre d’exemples où il est assez facile pour les dirigeants de raconter un « narratif » sur la bonne stratégie que les investisseurs peuvent accepter un temps, tant que les résultats financiers suivent, amenant du coup des effets assez complexes de l’influence des « zinzins » sur les stratégies. Notons que s’agissant des mouvements de fusions-acquisitions, ce narratif des managers est souvent suffisant pour « valider » l’opération pour le secteur financier, qui, de toute façon, sait bien qu’il y a toujours de grosses plus-values à réaliser lors de ce type de deals. Dès lors, si effectivement, structuralement, les managers sont soumis à l’opinion financière, il ne faut pas oublier l’aura dont certains peuvent jouir, qui est susceptible justement de retourner cette opinion1, ce qui fait qu’une « microphysique du pouvoir » amènerait à questionner une vision un peu trop unilatérale de la relation manager-actionnaires. Oui, les managers doivent répondre de résultats insuffisants et peuvent en conséquence se faire évincer, mais ils bénéficient en pratique d’une liberté d’action.

15À ces réserves près, assez secondaires en vérité car plutôt typiques d’un habitus universitaire spécialisé et par trop tatillon, on ne peut donc que conseiller l’ouvrage de Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot, qui offre une synthèse riche et intéressante sur la financiarisation, aussi bien pour le citoyen-militant que le monde académique. Il suscitera certainement le débat sur les tares et les remèdes à apporter au capitalisme financier contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (2000), “Shareholder value and corporate governance: some tricky questions”, Economy and society, vol29, no 1, p. 146-159.

Aglietta M. et Rébérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Bédu N. (2013), Financiarisation et LBO : une analyse des effets des opérations de LBO sur la performance, l’emploi et la faillite des entreprises en Europe, thèse de doctorat, université Montesquieu Bordeaux IV.

Berle A.A. and Means G. (1932), The private property and the modern corporation, New York.

Bertoni F., Colombo M. and Grilli L. (2011), “Venture capital financing and the growth of high-tech start-ups: Disentangling treatment from selection effects”, Research Policy, vol. 40, p. 1028-1043.

Crocé A., Marti, J. and Murtinu, S. (2013), “The impact of venture capital on the productivity growth of European entrepreneurial firms: ‘screening’ or ‘value added’ effect?” Journal of Business Venturing, vol. 28, p. 489-510.

Durand C. (2014), Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir, Paris, Les Prairies Ordinaires.

Froud J., Haslam C., Johal, S., & Williams, K. (2002), “Cars after Financialisation: A Case Study in Financial Under-Performance, Constraints and Consequences”, Competition and Change, vol. 6, no 1, p. 13-41.

Froud J., Johal S., Leaver A., & Williams, K. (2006), Financialization and strategy: Narrative and numbers, Routledge.

Guo D. and Jiang K. (2013), “Venture capital investment and the performance of entrepreneurial firms: Evidence from China”, Journal of Corporate Finance, vol. 22, p. 375-395.

Hilferding R. [1910] (1970), Das Finanzkapital, le capital financier, Paris, Éditions de Minuit.

Husson M. (2008a) « La hausse tendancielle du taux d’exploitation », Inprecor, no 534-535, janvier-février.

Husson M. (2008b) « La tendance à la baisse de l’investissement », note hussonet no 1, septembre 2008.

Krippner G. R. (2005) “The financialization of the American economy”, Socio-Economic Review, vol. 3, no 2, p. 173-208.

Lazonick W. (2009), Sustainable prosperity in the new economy? Kalamazoo, Michigan, W.E Upjohn Institute for Employment Research.

Lazonick W., & O’sullivan M. (2000), “Maximizing shareholder value: a new ideology for corporate governance”, Economy and society, vol29, no 1, p. 13-35.

Lazonick W., & Tulum, Ö. (2011) “US Biopharmaceutical Finance and the Sustainability of the Biotech Business Model”, Research Policy, vol. 40, no 9, p. 1170-1187.

Leaver A. et Montalban M. (2010), “Sanofi-Aventis and the Complexity of Capitalist Organization”, Competition and Change, vol. 14, no 1, p. 1-22.

Lee J.Y. (2011), La gouvernance d’entreprise et l’hybridation : le cas du capitalisme asiatique, Thèse de doctorat ès sciences économiques, université Montesquieu Bordeaux IV.

Lordon F. (2007), Enfin une mesure contre la démesure de la finance, le SLAM !, http://www.monde-diplomatique.fr/2007/02/LORDON/14458

Lordon F. (2002), La politique du capital, Paris, Odile Jacob.

Mazzucato M. (2013), The Entrepreneurial State: Debunking Public vs. Private Sector Myths, Anthem Press.

Montalban M. (2007), Financiarisation, dynamiques des industries et modèles productifs. Une analyse institutionnaliste du cas de l’industrie pharmaceutique, thèse de doctorat ès sciences économiques, université Montesquieu Bordeaux IV.

Montalban M. et Sakinç M.E. (2013), “Financialisation and Productive Models in Pharmaceutical Industry”, Industrial and Corporate Change, vol. 22, no 4, p. 981-1030.

Morin F. (2000), “A Transformation in the French Model of Shareholding and Management”, Economy and Society, vol. 29, no 1, p. 36-53.

Mouhoud E. M. et Plihon, D. (2009), Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au cœur du capitalisme contemporain, Paris, La Découverte.

Moura S. (2008), « L’innovation de Défense aux États-Unis : une approche politico-culturelle à partir de Fligstein », Innovations, vol. 28, p. 105-125.

O’Sullivan M. (2003), “The Political Economy of Comparative Corporate Governance”, Review of International Political Economy, vol. 10, no 1, p. 23-72.

O’Sullivan M. (2007), “Acting Out Institutional Change: Understanding the Recent Transformation of the French Financial System”, Socio-Economic Review, vol. 5, no 3, p. 389-436.

Orsi F., & Coriat B. (2003), « Droits de propriété intellectuelle, marchés financiers et innovation. Une configuration soutenable ? », La lettre de la régulation, no 45, p. 1-4.

Palpacuer F., Pérez R., Tozanli S. et Brabet J. (2006), “Financiarisation et globalisation des stratégies d’entreprise : le cas des multinationales agroalimentaires en Europe”, Finance, contrôle et stratégie, vol. 9, no 3, septembre, p. 165-189.

Serfati C. (2008), “Financial dimensions of transnational corporations, global value chain and technological innovation”, Journal of Innovation Economics & Management 2/2008 (no 2), p. 35-61.

Tian X. (2012), “The Role of Venture Capital Syndication in Value Creation for Entrepreneurial Firms”, Review of Finance, no 16, p. 245-283.

Veblen, T. (1904), Theory of business entreprise, New Brunswick, New Jersey: Transaction Books.

Weinstein O. (2010), Pouvoir, finance et connaissance : les transformations de l’entreprise capitaliste entre xxe et xxie siècle, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 On pourrait ici donner quelques cas dans le secteur pharmaceutique : par exemple Daniel Vasella, PDG de Novartis, qui a pu d’abord convaincre l’intérêt du modèle dit « sciences de la vie » (pharmacie+agrobusiness) au nom des synergies technologiques pour justifier la fusion donnant naissance à Novartis, puis la sortie de ce modèle par la revente de ce qui deviendra Syngenta, à partir de l’argument exactement inverse (l’absence de synergies) alors même que les analystes financiers ne voyaient pas l’intérêt de cette scission (cf. Montalban, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Montalban, « L’entreprise liquidée. La finance contre l’investissement de Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/11874

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page