Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marché versus Institution : la question ?

À propos de l’ouvrage Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, de Robert Boyer
Pierre Alary
Référence(s) :

Robert Boyer, Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte, 2015, 384 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Robert Boyer fait déjà l’objet d’une recension publiée dans ce même numéro de la revue de la Régulation. Julien Vercueil y livre un compte rendu relativement exhaustif d’Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, auquel il ajoute une dimension critique. Il questionne un point central de l’économie politique : « la première difficulté réside dans l’approche du marché adoptée dans l’ouvrage. Marché et institution y sont opposés, comme si le marché était d’une nature foncièrement différente de l’institution ». La remarque de Julien Vercueil traduit une forme d’insatisfaction. Selon lui, l’auteur ne pose pas toujours la question des relations entre marché et institution de façon suffisamment claire. Cependant, le flottement conceptuel que Julien Vercueil ressent et relève ne nous semble pas directement présent dans les travaux de Robert Boyer. Entre les origines institutionnelles du marché et la primauté du marché, le débat est tranché en faveur du premier et la seconde hypothèse n’a guère de place. Dans ce contexte, pourquoi la question est-elle encore posée, pourquoi reste-t-elle toujours en suspens dans ces « mémoires d’outre-tombe » ?

  • 1 La « vérité » n’existe pas en sciences humaines, elle dépend d’un cadre théorique, d’une métaphysiq (...)

2Le problème se noue certainement dans les premiers chapitres de l’ouvrage. Robert Boyer y présente une théorie économique du capitalisme sans distinguer suffisamment deux niveaux d’abstraction : d’une part, un débat théorique au sein des sciences économiques ; d’autre part, un travail théorique destinée à comprendre, avec un souci de réalisme1, les sociétés contemporaines observables. Les deux niveaux se télescopent, provoquent du bruit, et les distinguer clarifierait certainement le discours. Notre contribution ne cherche pas à présenter l’ensemble du livre, elle cible uniquement ce point.

Premier niveau : Des théories économiques

3Tout comme les approches keynésiennes, postkeynésiennes, néomarxiennes, néoclassiques, la Théorie de la Régulation (TR) se situe dans le champ des sciences économiques. À partir de la fin des années 1960, un groupe de chercheurs (voir p. 325) travaille sur les évolutions de la période fordiste et le pouvoir explicatif du corpus théorique dont ils disposent ne les satisfait pas. La TR prend corps dans cet univers intellectuel et se nourrit non seulement des travaux marxiens et keynésiens, mais aussi du rejet des hypothèses néoclassiques. Ce rejet joue un rôle central dans la mesure où il permet d’explorer les voies infructueuses par rapport à un objectif de réalisme. Par exemple, les axiomes (hypothèses postulats) néoclassiques reposent sur une autre logique :

To put this point less paradoxically, the relevant question to ask about the “assumptions” of a theory is not whether they are descriptively “realistic” for they never are, but whether they are sufficiently good approximations for the purpose in hand. (Friedman, 1953, p. 12)

  • 2 Il semblerait que le marché autorégulé ne soit pas pensé comme une abstraction par certains auteurs (...)

4Selon Friedman, les axiomes (assumptions) permettent des approximations par rapport à un phénomène étudié qui repose sur un socle paradigmatique singulier : le marché autorégulé2. Certes, une grande diversité « d’ajouts » théoriques se greffent pour expliquer l’écart à ce modèle canonique, mais ils ne le remettent pas en cause.

  • 3 Nous distinguons l’hypothèse-postulat de l’hypothèse conjecture.
  • 4 Les travaux d’Irène Berthonet (2014) éclairent particulièrement bien sur le caractère politique de (...)

5La TR recourt également aux hypothèses-postulats3 pour traduire ou simplifier une réalité effective et ainsi la comprendre, mais ces dernières ne servent pas à garantir la cohérence d’un système normatif (Amable, Boyer, Lordon, 1995). En d’autres termes, le cadre paradigmatique néoclassique est supputé et les axiomes sont construits pour donner une cohérence logique à ce modèle imaginé. La TR conteste cette démarche et Robert Boyer consacre plusieurs chapitres à l’étude des hypothèses néoclassiques pour en démontrer le caractère imaginaire. Par exemple, la rationalité située des agents dans les économies effectives est opposée à la rationalité universelle de l’acteur néoclassique ; la concurrence est un principe politique et non un fait naturel4 ; les crises existent avec des dynamiques singulières, elles ne se résument pas à un manque de flexibilité, etc. Par ailleurs, l’existence de la norme idéale et idéelle (le marché autorégulé) n’est pas démontrée dans une économie observable et la probabilité statistique de rencontrer l’agent représentatif n’est pas testée. De quoi est-il représentatif ?

6Ainsi, parce qu’il cherche à théoriser des principes observés dans les économies effectives, Robert Boyer construit un discours logique pour discuter le cadre théorique néoclassique. Ce premier niveau d’abstraction est autonome et occupe une place importante dans son ouvrage. Il pose des questions qui intéressent les théories économiques, participe au débat scientifique et s’inscrit dans une démarche épistémologique. En revanche, son discours touche-t-il la pensée néoclassique ? Nous en doutons, car il est difficile de lui reprocher l’écart entre ses hypothèses et une réalité que la pensée néoclassique ne cherche pas à étudier. Elle ne s’intéresse pas à une situation observable (cf. Friedman supra), postule un monde imaginaire et construit un cadre théorique à l’intérieur de ce monde.

Deuxième niveau : Marché autorégulé versus marchés dans l’économie capitaliste

7Définir un cadre théorique avec un souci de réalisme constitue un objectif central pour la TR. Régulièrement rappelée par Robert Boyer, cette préoccupation façonne les premiers travaux sur les États-Unis (Aglietta, 1976) et sur la période fordienne (Boyer, Mistral, 1982). La TR forge des concepts, un cadre logique pour identifier les phénomènes étudiés et pour expliquer les mouvements de transformation progressifs ou rapides (crises). En d’autres termes, elle construit un cadre analytique pour expliquer les récurrences, les différences et les mutations du capitalisme contemporain. Ce cadre s’appuie sur cinq formes institutionnelles qui en constituent le socle, les invariants des économies capitalistes et les conditions nécessaires à leur épanouissement. Ce socle est relativement stable même s’il reste ouvert aux nouvelles questions que posent les transformations sociétales. Les réflexions sur la forme environnementale par exemple traduisent ce souci (Boyer 2015, Briec 2015).

8À ces formes institutionnelles « fondatrices » se greffe un deuxième palier : les concepts intermédiaires. Ils saisissent les diversités des systèmes capitalistes pour expliquer la pluralité des trajectoires nationales. Ils sont « volontairement sous-déterminés et il appartient à l’analyse empirique » (p. 47) de les spécifier. La sous-détermination du prix et des profits, de la dépense fiscale, etc. permet de saisir les caractéristiques d’un modèle de capitalisme. Elle explique également la dynamique de la théorie pour saisir les éléments à l’origine des transformations. Si ces dernières ne remettent pas en cause la cohérence du système le régime reste stable, si elles s’accompagnent de fortes tensions, le régime entre en crise. Des tensions plus ou moins aiguës traversent généralement les trajectoires nationales et la TR intègre donc à son corpus théorique la dynamique de crise. Ainsi, rechercher un cadre théorique et des hypothèses réalistes pour expliquer les dynamiques sociales impose à la TR un exercice relativement complet. Pour ce faire elle s’est dotée d’une théorie des institutions, d’une théorie macroéconomique, d’une théorie microéconomique, d’une théorie pour articuler ces trois niveaux d’abstraction et d’une théorie expliquant les transformations progressives ou brutales (crises). Certes, la dimension microéconomique est moins développée que les autres mais cet exercice général est une réelle avancée théorique. En effet, l’essentiel des théories institutionnelles ne dispose pas d’une théorie macro et microéconomique et la plupart des théories macro ou microéconomiques, institutionnalo-compatibles, ne possèdent pas de théorie institutionnelle. Robert Boyer présente clairement cet effort théorique destiné à comprendre l’économie capitaliste et non un système de marché idéel.

9Cet objectif ne doit jamais être oublié pour comprendre la TR. Il guide le projet scientifique de Robert Boyer et, dans son ouvrage, ce deuxième niveau d’abstraction est souvent mêlé au premier. Certes, les deux niveaux se nourrissent, la critique de l’un alimente les réflexions de l’autre, mais ils sont bel et bien distincts. Ils n’analysent pas les mêmes phénomènes et ne pas les séparer formellement conduit parfois aux flottements conceptuels évoqués. En effet, les différents champs des sciences économiques ne visent pas les mêmes objets (la rationalité d’un agent représentatif pour la théorie néoclassique (Robbins, 1947) et la complexité des organisations sociales autour des actes de production, d’échange et de consommation pour la TR) et cela transforme radicalement les constructions théoriques et la signification des concepts. Elle change d’un champ à l’autre, l’idée de marché par exemple souffre de cette polysémie et explique peut-être l’insatisfaction que manifeste Julien Vercueil. Que signifie le marché, l’économie de marché dans l’ouvrage de Robert Boyer ?

Schéma 1. À champs des sciences économiques différents, objets différents et concepts différents

Schéma 1. À champs des sciences économiques différents, objets différents et concepts différents
  • 5 Naturaliser consiste à considérer un phénomène social comme naturel.
  • 6 Ce rôle nodal des transferts de biens et de services s’adosse à toutes les organisations sociales o (...)
  • 7 Selon le type de capitalisme la planification joue également un rôle central et sa présence est sou (...)

10L’analyse néoclassique naturalise5 le marché, elle le place à l’origine de son édifice conceptuel, adopte ainsi la définition idéelle et idéale et ne s’intéresse pas au capitalisme. La TR rejette cette démarche (cf. supra), elle opte pour une autre définition du marché et elle lui attribue une tout autre place. Elle le situe au sein du système capitaliste dans la mesure où il assure les transferts de biens nécessaires à la survie des agents6 et ainsi à la reproduction du système. Selon beaucoup de nuances, le marché est la voie généralement choisie pour sécuriser les approvisionnements dans les économies capitalistes7. Il est fondamental à ce titre mais il l’est également pour une raison structurelle à l’organisation capitaliste. Il valide la logique A M A’. En effet, pour prendre corps, la dimension de profit a besoin d’un support, la marchandise. D’une part, celle-ci renferme des rapports de production (Orléan 2008) homogénéisés en coût et recette par la monnaie. La mise en perspective de ces grandeurs en donne une troisième également homogène : le profit. D’autre part, derrière un transfert de marchandise s’établit un transfert de propriété (Commons, 1931). Ainsi, le même support, la marchandise, concentre les ingrédients du profit : le transfert de propriété et l’homogénéisation des pratiques sociales en coûts/recettes/profits. La TR considère le marché comme une construction institutionnelle vitale au capitalisme (la loi est une autre construction institutionnelle également vitale). Le marché ne procède pas de lois universelles à l’origine des transformations sociales, le marché est un rapport social articulé aux autres rapports sociaux et dont les modalités changent selon le type de capitalisme.

11Ainsi, d’un champ à l’autre, les concepts de marchés et économie de marchés, ne renvoient pas aux mêmes représentations, et le va-et-vient insuffisamment explicité entre des niveaux d’abstraction perturbe. En effet, à quelles définitions renvoient ces concepts univoques, la définition néoclassique, institutionnaliste ? Par exemple « c’est clairement la monnaie qui est l’institution de base d’une économie de marché » (p. 22). Que signifie le terme économie de marché ? Si le concept trouve ses origines dans la pensée néoclassique, il représente un système de marchés autorégulés. Ce dernier procède de lois naturelles, alors pourquoi aurait-il besoin d’institutions ? Pourquoi la monnaie en est-elle une condition ? Dans la mesure où le marché autorégulé est l’état premier d’une économie idéelle où le concept de capitalisme n’existe pas, il ne peut pas être un rouage d’un ensemble fondé sur des institutions.

12Or l’assertion autorégulée semble écartée dans la phrase de Robert Boyer et économie de marché ne signifie pas marché autorégulé. Alors que signifie ce concept ? Économie capitaliste ? Pourquoi ne pas employer directement ce terme ? Le concept d’économie de marché a-t-il une autonomie par rapport au capitalisme ? Nous en doutons même s’il est possible d’identifier théoriquement des « marchés » et leurs rôles au sein du capitalisme.

13La portée de cette remarque dépasse le cas de la monnaie et pourrait s’appliquer au premier chapitre en général (« A la base d’une économie capitaliste : les formes institutionnelles » (p. 17). Robert Boyer parle du capitalisme et le terme économie de marché revient souvent : « les institutions cachées d’une économie de marché » (p. 22). Comment l’économie de marché s’articule-t-elle au capitalisme ? Quel statut l’économie de marché a-t-elle pour avoir des institutions cachées ? Par rapport à quoi une institution peut-elle être cachée ?

14Il semblerait que le terme « caché » soit une référence implicite au cadre néoclassique analysé par ailleurs et rejeté. Si le concept d’économie de marché repose sur le souci de réalisme, alors il n’y a pas d’institutions cachées. « L’économie de marché » est fondée sur des institutions plus ou moins influentes qui se trouvent à l’origine du modèle théorique.

15Clarifier la présentation des faits et des théories par rapport à ces deux niveaux d’abstraction, que l’auteur ne confond absolument pas par ailleurs, clarifieraient certainement les liens entre : d’un côté, « marché, économies de marché » et institutions de l’autre. Le premier niveau d’abstraction permettrait de porter un regard critique sur une théorie, en contestant l’irréalisme d’un modèle idéal et idéel dont la cohérence logique repose sur des hypothèses postulats forgées à dessein. Ce cadre normatif a certainement une logique politique, il produit un discours destiné à promouvoir un ordre social mais il ne permet pas de saisir la dynamique du capitalisme, ses récurrences, ses différences et ses mécanismes de transformation. Le second niveau d’abstraction propose un cadre logique pour comprendre la dynamique en question, mais il se laisse parfois happer par l’objet qu’il critique et le discours peut faire apparaître un flottement conceptuel.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Calmann-Lévy, Paris.

Amable B., Boyer R., Lordon F. (1995), « L’ad hoc en économie : la paille et la poutre », in D’autume A., Cartelier J. (dir.) L’Économie devient-elle une science dure ?, Paris, Economica, p. 267-290.

Berthonnet I. (2014), « De l’efficacité à la concurrence. Histoire d’une synthèse entre économie néoclassique et néolibéralisme », Thèse de doctorat, université de Lille 1.

Boyer R., Mistral J. (1982), « Accumulation, Inflation, Crises », Paris, PUF.

Briec L. (2015), « La place de l'environnement dans l'économie : une analyse régulationniste du cas du Brésil », Thèse de doctorat, université de Lille 1.

Commons J. R. (1931), “Institutional Economics”, American Economic Review, 21, p. 48-657.

Robbins L. (1947), « Essai sur la nature et la signification de la science économique », Paris, Librairie de Medicis, p. 31, 36 et 37.

Orléan A., (2008), « Monnaie, séparation marchande et rapport salarial », in Lordon F., (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de la Fondation des Sciences Politiques, Domaine « Gouvernances » dirigé par Le Galès P., Segrestin D. et M. Storper., p. 55-87.

Milton Friedman M. (1953), “Essays in Positive Economics”, Part I - The Methodology of Positive Economics, University of Chicago Press, p. 3-43.

Haut de page

Notes

1 La « vérité » n’existe pas en sciences humaines, elle dépend d’un cadre théorique, d’une métaphysique selon Popper. La TR ne recherche donc pas la « vérité », en revanche, par soucis de réalisme, elle développe une démarche qui vise à confronter des théories et des résultats à un environnement observable, effectif.

2 Il semblerait que le marché autorégulé ne soit pas pensé comme une abstraction par certains auteurs, mais plutôt comme une forme pure et contrainte mais présente dans la société.

3 Nous distinguons l’hypothèse-postulat de l’hypothèse conjecture.

4 Les travaux d’Irène Berthonet (2014) éclairent particulièrement bien sur le caractère politique de la concurrence. Dans une perspective historique elle montre comment évolue ce concept dans les champs des sciences économies d’un côté et du politique de l’autre et elle met en valeur l’influence d’un champ sur l’autre. Elle montre la dimension politique de la concurrence qui élimine certains agents et en élie d’autres. Ce concept est vidé de son contenu politique dans la pensée néoclassique, naturalisé pour faire accepter un type de relation sociale.

5 Naturaliser consiste à considérer un phénomène social comme naturel.

6 Ce rôle nodal des transferts de biens et de services s’adosse à toutes les organisations sociales où les pratiques sont devenues très spécifiques. La division sociale du travail (DST) est possible si l’assurance d’approvisionnements réguliers est offerte aux agents. Sans cette assurance le système ne fonctionne pas (les crises violentes) qu’il soit capitaliste ou socialiste.

7 Selon le type de capitalisme la planification joue également un rôle central et sa présence est souvent liée à des secteurs stratégiques (agriculture, énergie, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. À champs des sciences économiques différents, objets différents et concepts différents
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alary, « Marché versus Institution : la question ? », Revue de la régulation [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11872

Haut de page

Auteur

Pierre Alary

Clersé (Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques), l’Université de Lille 1 et chercheur associé au CASE (Centre Asie du Sud-Est)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page