Navigation – Plan du site

Financiarisation et classes sociales

Coordinateurs : Benjamin Lemoine, CNRS – IRISSO (université Paris Dauphine, PSL) et Quentin Ravelli, CNRS – CMH (ENS,EHESS)

Financiarisation et classes sociales

Nouvelles élites financières œuvrant au croisement des secteurs privés et publics, nouveaux accédants à la propriété, nouvelles fractions pauvres parmi les travailleurs expulsés pour crédits impayés ou dont les pensions ou les assurances santé ont été financiarisées, nouveaux mouvements sociaux explicitement mobilisés contre la finance : comment la finance moderne a-t-elle modifié les rapports entre classes sociales ? Pour certains économistes et sociologues, les identités de classe à l’échelle du monde ont fondu sous l'effet de la financiarisation en transformant les travailleurs en détenteurs de capitaux ou en instituant des alliances de classe inédites (Aguilera & Jackson, 2003 ; Höpner, 2003).
Pour d'autres, les violences de classe se sont aiguisées et complexifiées à une échelle globale (Aalbers, 2008 ; Sassen, 2014). La financiarisation est un processus désormais bien identifié et documenté par les sciences sociales (Van der Zwan, 2014) — la sociologie de la finance, l’histoire, l’économie hétérodoxe et la science politique — que celui-ci soit analysé comme une forme d'accumulation du capital (Krippner, 2005), compris comme l'imposition de la « valeur de l'actionnaire » (Rappaport, 1986) ou encore assimilé au renforcement du rôle des institutions financières dans les économies domestiques (Erturk et al., 2007). En revanche, les effets de la financiarisation sur la recomposition des classes sociales — leur construction, leur objectivation ou, à l’inverse, leur décomposition — et les rapports de concurrence, de lutte ou d’alliance entre elles et les groupes qui les composent sont moins étudiés. Ce dossier met au centre de ses développements la redéfinition des classes sociales, ainsi que les critères comme les processus qui permettent de les délimiter, et veut en faire un point de départ explicite des contributions rassemblées. Parmi les approches envisagées, on pourra s’intéresser à la place de la financiarisation dans l’antagonisme entre le travail et le capital, dans l’apparition ou non d’une conscience de classe, dans l’essor ou la fragilisation des « classes moyennes », ou encore la délégitimation des « classes populaires », ainsi que le rôle joué par la publicisation de catégories intermédiaires comme « les cadres ». Avec le poids du surendettement qui cible spécifiquement certaines fractions de ces classes, notamment les femmes ou les immigrés, les divisions se transforment. Les articles pourront préciser le sens de notions souvent floues (la plupart du temps à dessein), et prendre pour objet la façon dont la financiarisation à la fois brouille et reconstitue les contours des classes sociales.

Ce numéro de dossier, ouvert aux sciences économiques comme aux sciences sociales, veut saisir la façon dont le processus de financiarisation, entendu comme « l’accroissement de la part du secteur financier (banques, assurances et activités de placements) dans le produit intérieur brut, en termes de profits ou de masse salariale », mais aussi comme « la façon dont [la logique des marchés financiers] irrigue des univers sociaux en dehors de leur sphère originale » (Godechot, 2016) contribue à la transformation de l’ordre social et politique.
De nombreux travaux se sont intéressés à l'appauvrissement ou à l'enrichissement lié à la financiarisation (Perrin-Heredia, 2009), ou à la précarisation du marché du travail qui en découle (Fligstein & Shin, 2004), mais peu d'entre eux ont proposé un croisement explicite et systématique entre l'économie, la sociologie et la science politique afin de saisir comment la financiarisation transforme et restructure les relations entre classes sociales ou groupes sociaux et politiques (Boltanski, 1982). Il s’agit d’assumer à la fois une description des opérations de découpage du monde social — autorisée par l’analyse sociologique et partant du fait que ces divisions ne vont jamais de soi (Bourdieu, 2015) — et une perspective analysant dans quelle mesure ces composantes sociales entrent (ou n’entrent pas, et pour quelles raisons) en lutte, en montrant aussi comment leur constitution « en tant que classes » s’éprouve par des rapports de force, des formes de concurrence et des techniques d’objectivation.

L’entrée par les différences sociales, déployée et défendue dans les contributions de ce dossier qui fait appel à des approches empiriques et théoriques internationales, vise à saisir la manière dont les catégories sociales ou groupes sociaux, loin d’être des entités fixes, voient leur périmètre, leur nature et leurs rapports redéfinis par la finance. Dans le sillage des analyses montrant les effets de la finance sur l’emploi, le creusement des inégalités sociales, notamment de salaires et de patrimoines (Godechot, 2015), ou encore la façon dont une certaine tolérance, ou acceptation sourde, avait pu s’installer dans le public vis-à-vis de la concentration du capital (Keister, 2014), les contributions réunies dans ce dossier assumeront une entrée explicite sur les liens entre l’organisation et la division du corps social et les processus, jamais achevés et toujours en cours, de financiarisation des économies et des États dans le monde. Ce prisme « classe sociale » incorpore aussi dans sa problématique les apports des analyses en termes d’enrôlement des populations dans la finance, via la description de l’extension des processus de bancarisation et d’inclusion financière (Lazarus et Luzzi, 2015), de financiarisation des pauvres (Mader, 2015) et d’installation de rapports asymétriques à la finance — i.e. la façon dont différents groupes sociaux en maîtrisent les codes ou, au contraire, doivent subir un processus d’acculturation à la finance.

Trois principaux axes d'analyse pourront être envisagés dans les différentes contributions à ce numéro de dossier :

1. Fragmentation, division, démobilisation sociale

À travers la description de différents univers et situations — le comportement politique de détenteurs d’importants patrimoines financiers, les façons dont la sphère juridique compose avec les illégalismes financiers, les nouvelles divisions au sein des travailleurs de l’immobilier en Espagne, par exemple — c’est la construction et le renforcement de groupes sociaux par les dispositifs de la finance qui se donnent à voir. Les articles montreront notamment comment les pratiques financières mettent à l’épreuve les luttes sociales, la conscience de classe, fractionnent le salariat, construisent des « classes moyennes » élargies, tantôt éthérées et rhétoriques, tantôt ancrées dans le réel. L'accession à la propriété, pilier des régimes politiques cherchant à effacer les antagonismes sociaux par le renforcement d'une classe moyenne propriétaire, mobilise par exemple massivement le recours au crédit, comme c'est le cas dans des économies en transition où le crédit joue un rôle essentiel à plusieurs échelles — notamment en Afrique du Sud, en Hongrie ou encore en Chine, sous une forme canalisée par le pouvoir politique. De même, on saisit les asymétries entre le travail de mobilisation des élites financières pour se faire entendre auprès des pouvoirs publics — les stratégies de politisation et de mobilisation électorale des « 1 % » — et les effets de démobilisation et de dépolitisation des classes sociales paupérisées ou modestes provoqués par la finance. Il s'ensuit une reconfiguration des identités de classes, mais aussi des conflits sociaux et des orientations politiques.

2. Financiarisation, mobilisations et changements politiques

La naissance d'une « culture financière populaire » (Aitken, 2007) pourra être abordée de deux manières. Il y a d'une part une tendance au développement de valeurs conservatrices parmi des populations que la financiarisation attire vers des comportements d'entrepreneurs, d'investisseurs, même s'il s'agit souvent de travailleurs pauvres. L'obligation de remboursement des crédits, le développement de l'actionnariat salarié ou encore l'acceptation de choix d'investissements en matière de retraite ou de mutuelles sont par exemple des terrains favorables à une droitisation des électorats populaires. Mais si la financiarisation réussit à imposer une autorité morale ayant des effets politiques, cette même autorité produit aussi des effets de contestation (Pollilo, 2011) qui changent les formes de conflictualité. Quand de massifs défauts de paiements des crédits immobiliers font échouer la fabrication d'une petite classe moyenne propriétaire, de nouvelles formes de mobilisation peuvent apparaître, à l'image du mouvement Occupy Wall Street aux États-Unis ou Los indignados en Espagne. Les nouveaux acteurs de la finance cherchent alors à se « définanciariser », par des voies juridiques, comme les class actions, ou des formes d'intervention directes, comme les escraches, ces rassemblements de quartiers visant à modifier les législations financières, exportés d'Argentine en Espagne.

3. La financiarisation comme projet d’État et la structuration de l’ordre social

En mettant en scène la co-construction de l’ordre financier, de l’ordre politique et de l’ordre social, le dossier présentera des contributions analysant le champ bureaucratique et sa contribution à l’aménagement d’infrastructures financières. On verra comment des secteurs particuliers de la haute fonction publique (directions nationales du Trésor, bureaux des marchés financiers, directions de la commission européenne, agences de régulation, etc.) promeuvent et s’engagent pour la financiarisation du monde social. Le développement de l’épargne pourra être saisi, à différentes périodes (aux confins des années 1980 mais aussi dès le xixe siècle) en tant que projet de construction par l’État d’un ordre social plus « juste », ou compris comme plus « démocratique », d’une finance partagée par tous et au service de tous — l’épargne étant promue conjointement à l'endettement des ménages. En analysant les recompositions au sein de cet État se faisant un acteur stratège au service des marchés, les articles questionneront la façon dont certains groupes d’intérêt — créanciers, investisseurs institutionnels, banques regroupées en associations, normalisateurs comptables, etc. — parviennent ou non à se faire entendre en tant que publics légitimes des pouvoirs publics. Comment ces représentants du service public se font-ils les gardiens de certaines « promesses d’État » et obligations contractuelles du souverain vis-à-vis de fractions sociales (les détenteurs de capitaux financiers) au détriment d’autres ?

En cela, le numéro de dossier ouvre aussi des perspectives méthodologiques pour une sociologie politique de l’économie qui, à partir de cas empiriques localisés, saisit la texture sociale et politique, plus ou moins consistante, qui fait tenir (ou qui peut faire faillir) un régime macroéconomique d’accumulation que l'on a pu appeler « post-fordiste » (Aglietta, 2000 ; Boyer, 2000) et dont le principal moteur serait la finance.

La Revue de la régulation

La revue vise à fournir un lieu d’expression pour les analyses qui s’inscrivent dans la filiation des recherches régulationnistes, et plus largement institutionnalistes, ainsi que pour les chercheurs qui souhaitent en débattre, en économie et au-delà. Elle a pour vocation d’alimenter une discussion large avec les autres sciences sociales : sociologie économique, histoire, sciences politiques, gestion etc.

En effet, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer une économie politique historicisée et socialisée afin de mieux comprendre les choix de politique économique ou les évolutions stratégiques des entreprises, ainsi que leurs effets, à partir des rapports sociaux qui les structurent. Poursuivre une réflexion globale sur la transformation du capitalisme, compte tenu de l’ampleur et la diversité de ses recompositions, incite à rassembler des travaux issus de différents horizons. Les recherches que cette revue souhaite promouvoir porteront tant sur la caractérisation des formes structurelles du capitalisme contemporain, que sur l’analyse de nouvelles dynamiques à l’œuvre et les outils théoriques et méthodologiques permettant de les saisir.

Soumissions

Les propositions d’articles doivent être soumises par e-mail à l’adresse regulation@revues.org avec « Appel à contribution » en titre de l’e-mail. Veillez à vous assurer que l’article n’excède pas 10 000 mots et suive les instructions aux auteurs de la Revue de la Régulation, qui sont présentées ici : http://regulation.revues.org/1701

Avant de proposer un article, il est recommandé de contacter les coordinateurs du dossier directement :

Benjamin Lemoine, benjamin.lemoine@dauphine.fr

Quentin Ravelli, quentinravelli@hotmail.com

Les articles seront examinés de manière anonyme, conformément à la procédure habituelle de la Revue.

Date de pré-soumission :

20 juin 2016

La pré-soumission correspond à l'envoi de résumés détaillés d'environ 2 pages.

Date limite de soumission :

1er octobre 2016

Bibliographie

Aalbers, M. (2008), “The Financialization of Home and Mortgage Market Crisis”, Competition & Change, 12: 148-166.

Aglietta, M. (2000), “Shareholder Value and Corporate Governance: Some Tricky Questions”, in Economy and Society, 29: 146-159.

Aguilera, R. V. and Jackson, G. (2003), “The Cross-National Diversity of Corporate Governance: Dimensions and Determinants”, Academic of Management Review, 28: 447-465.

Aitken, R. (2007), “Performing Capital. Toward a Cultural Economy of Popular and Global Finance”, American Sociological Review, June 2011.

Boltanski, L. (1982), Les cadres. La formation d’un groupe social. Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu, P. (2015), Sociologie générale, vol. 1, Cours au collège de France, Paris, Raisons d’agir/Seuil, novembre.

Boyer, R. (2000) “Is a Finance-Led Growth Regime a Viable Alternative to Fordism? A Pre- liminary Analysis”, Economy and Society, 29: 111-145.

Davis, G. F. (2009), Managed by the market. How finance reshaped America, Oxford University Press.

Erturk, I., Froud, J., Johal, S., Leaver, A. and Williams, K. (2007), “The Democratization of Finance? Promises, outcomes and conditions”, Review of International Political Economy, 14:4, October 2007: 553-575, Routledge.

Godechot, O. (2015), « Variétés de financiarisation et accroissement des inégalités », Revue française de Socio-Économie, 2015/2, Paris, La Découverte.

Godechot, O. (2016) « Ce que la finance fabrique », in Isabelle Chambost et al., (dir.), La Fabrique de la finance, Paris, Presses du Septentrion.

Hayes, C. (2012), Twilight of the elites: America after meritocracy (1st ed.), New York, Crown Publishing

Keister, L. A. (2014), “The One Percent”, Annual Review of Sociology, 40: 347-67.

Krippner, G. (2005) “The Financialization of the American Economy”, Socio-Economic Review, 3: 173 – 208.

Lazarus, J. et Luzzi, M. (2015), « Les pratiques monétaires des ménages au prisme de la financiarisation », Critique internationale, 4, no 69.

Mader, P. (2015), The Political Economy of Microfinance. Financializing Poverty, UK, Palgrave Macmillan.

Perrin-Heredia, A. (2009), « Les logiques sociales de l'endettement : gestion des comptes domestiques en milieux populaires », Sociétés contemporaines, 2009/4, no 76.

Polillo, S. (2011), “Money, Moral Authority, and the Politics of Creditworthiness, American Sociological Review, 76/3: 437-464.

Rappaport, A. (1986), Creating Shareholder Value: The New Standard for Business Performance, New York, The Free Press.

Sassen, S. (2014), Expulsions: Brutality and Complexity in the Global Economy, Cambridge, Harvard University Press.

Van der Zwan, N. (2014), “Making sense of financialization”, Socio-Economic Review, 12: 99-129.

Haut de page