Navigation – Plan du site

Les transformations de la chine, un défi pour l’économie politique

Robert Boyer (CNRS et EHESS) et Sébastien Lechevalier (EHESS)

La trajectoire de long terme et les turbulences récentes de l’économie chinoise restent une énigme pour la plupart des sciences sociales. C’est particulièrement le cas pour les économistes. Certains voient la Chine comme une économie étatisée typique, mais dans ce cas comment expliquer une si bonne performance de long terme, bien supérieure à celles d’un régime de type soviétique ? D’autres voient ce pays comme un exemple réussi de libération des forces du marché mais l’absence de crise majeure devient alors un mystère.

Un examen plus attentif de la configuration spécifique des rapports sociaux fondamentaux en Chine pourrait fournir une solution à ce dilemme, à condition d’être prêt à détecter certaines particularités qui modèlent l’activité économique, le régime d’accumulation et les politiques économiques. Les institutions pourraient compter en effet, et elles ont changé en Chine au travers d’une succession de réformes. La croissance, la stabilité et les crises sont les conséquences de ces constructions sociales.

C’est cette approche qui a précisément constitué la stratégie de la théorie de la régulation. Cette approche est née de l’analyse des transformations de long terme des Etats Unis, dans le but de comprendre à la fois le modèle de développement de l’après deuxième guerre mondiale, sa crise et ses ajustements successifs jusqu’à la période actuelle. Une série d’analyses historiques de longue période ont ensuite étendu ce canevas à de nombreuses autres sociétés en Europe, en Amérique latine et en Asie. Elles ont ainsi généralisé la théorie initiale et ont montré une diversité significative des régimes d’accumulation et des modes de régulation. Aujourd’hui, comprendre la trajectoire de la Chine de 1949 à 2015 pourrait bien constituer une nouvelle frontière pour cette approche.

Les responsables de cet appel souhaiteraient que la Revue de la Régulation devienne le carrefour où les chercheurs de disciplines variées, de paradigmes et d’origines géographiques différentes pourraient discuter et confronter leurs résultats.

Voici quelques-unes des questions qu’il conviendrait de traiter :

  • La méthodologie et les concepts de base de la théorie doivent-ils être repensés, et si oui, dans quelle direction ? Les concepts de hiérarchie et complémentarité institutionnelles sont-ils encore pertinents ? Le concept d’endométabolisme s’applique-t-il et, si oui, à quel horizon temporel ?

  • Comment peut-on expliquer la stabilité relative d’une croissance si rapide de 1978 aux années 2010 en dépit d’un flux permanent de réformes institutionnelles ?

  • Quelles sont les conséquences de la taille de la population lorsqu’elle se combine au dynamisme des provinces, des villes, des districts et des municipalités ?

  • Quels rapports sociaux fondamentaux devraient être pris en compte pour capter la configuration institutionnelle chinoise et quelle est la contribution de l’organisation administrative et politique ?

  • Les concepts de bloc hégémonique et de compromis social institutionnalisé s’appliquent-ils à la Chine ?

  • Comment doit-on caractériser le rapport salarial et comment contribue-t-il au régime d’accumulation ?

  • Existe-t-il un régime macro-économique unique ou, au contraire, une succession de régimes mis en évidence par les tests économétriques ?

  • La dualité de la population (urbaine et rurale) en termes de droits sociaux joue-t-elle un rôle significatif dans la croissance de long terme via, par exemple, l’ampleur des migrations internes ? Le ralentissement actuel est-il dû pour partie à de nouvelles configurations du travail ?

  • Les récentes réformes ont-elles atténué sur le terrain l’écart entre les deux « Hukou » ? Un authentique Etat providence est-il en train d’émerger ? Quelle pourrait être sa contribution à une croissance tirée par la demande intérieure ?

  • La politique d’innovation est-elle susceptible de remplir l’objectif de création d’un Système National d’Innovation, ou à défaut parvient-elle au moins à limiter sa dépendance vis-à-vis des avancées technologiques internationales ?

  • Quel est l’impact de l’intrication entre la finance locale, les entreprises d’Etat et le secteur immobilier sur la dynamique macro-économique, le ralentissement de la croissance et l’instabilité financière potentielle ?

  • Comment définir la nature du système financier ? L’économie chinoise est-elle entrée dans une zone d’instabilité financière en 2015 ? L’évolution des marchés financiers en Chine a-t-elle un impact clair et croissant sur la macroéconomie ?

  • Quelle pourrait être la conséquence à long terme de l’intégration du Renminbi dans les DTS ? Comment la politique économique pourrait-elle en être affectée ?

  • Pourquoi la transition vers un régime de croissance tiré par la demande domestique et la consommation s’est-elle avérée difficile ? Quelle pourrait être la politique pertinente ? Ce changement implique-t-il une transformation dans le domaine politique et le rôle du Parti communiste ?

  • La détérioration de l’environnement n’est-elle pas le résultat de la contradiction entre les objectifs des autorités centrales et ceux des autorités locales ? Y a-t-il un compromis à faire entre l’emploi et l’environnement ou pouvons-nous nous attendre à une complémentarité entre les deux à long terme ?

  • La Chine pourrait-elle devenir le leader de la production des technologies vertes ? Que nous disent à ce sujet les études de cas (par exemple sur les panneaux solaires) ?

  • L’internationalisation rapide des grandes entreprises chinoises est-elle une solution face aux surcapacités conséquentes dans de nombreux secteurs domestiques (construction, acier, etc.) ?

  • Comment interpréter la distribution géographique des entreprises chinoises à l’étranger ? Suit-elle une logique unique ?

  • Quelles sont les interrelations entre le Partenariat transpacifique, la zone de libre échange de l’Asie Pacifique et la Banque Asiatique d’Investissement ?

  • Les politiques menées après le krach boursier de l’été 2015 et du début 2016 facilitent-elles une transition douce vers un régime de croissance tiré par la consommation, permettant de surmonter les limites structurelles du régime passé ?

  • L’année 2015 constitue-t-elle une crise majeure au sens de la taxinomie des crises proposées par la théorie de la régulation ?

Cette liste est bien sûr indicative. Des contributions centrées différemment sont bienvenues, même si elles ne sont pas directement reliées aux thèmes précédents.

Soumissions

La revue vise à fournir un lieu d’expression pour les analyses qui s’inscrivent dans la filiation des recherches régulationnistes, et plus largement institutionnalistes, ainsi que pour les chercheurs qui souhaitent en débattre, en économie et au-delà. Elle a pour vocation d’alimenter une discussion large avec les autres sciences sociales : sociologie économique, histoire, sciences politiques, gestion etc.

En effet, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer une économie politique historicisée et socialisée afin de mieux comprendre les choix de politique économique ou les évolutions stratégiques des entreprises, ainsi que leurs effets, à partir des rapports sociaux qui les structurent. Poursuivre une réflexion globale sur la transformation du capitalisme, compte tenu de l’ampleur et la diversité de ses recompositions, incite à rassembler des travaux issus de différents horizons. Les recherches que cette revue souhaite promouvoir porteront tant sur la caractérisation des formes structurelles du capitalisme contemporain, que sur l’analyse de nouvelles dynamiques à l’œuvre et les outils théoriques et méthodologiques permettant de les saisir.

Les propositions d’articles doivent être soumises par e-mail à l’adresse regulation@revues.org avec « Appel à communications » en titre de l’e-mail. Veillez à vous assurer que l’article n’excède pas 10000 mots et suit les instructions aux auteurs de la Revue de la Régulation, qui sont présentées ici : http://regulation.revues.org/1701

Avant de proposer un article, il est recommandé de contacter les coordinateurs du dossier directement :

Robert Boyer, CNRS & EHESS, r.boyer@orange.fr ; Sébastien Lechevalier, EHESS, sebastien.lechevalier@ehess.fr

Les articles seront examinés de manière anonyme, conformément à la procédure habituelle de la Revue.

Date limite de soumission :

31 mai 2016