Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La vraie révolution du microcrédit

Tristan Dissaux
Référence(s) :

Servet Jean-Michel, 2015, La vraie révolution du microcrédit, Paris, Odile Jacob, 2015, 256 p

Texte intégral

1Dans Banquiers aux pieds nus (2006), Jean-Michel Servet identifiait trois décennies d'expansion de la microfinance dont la dernière, s’achevant en 2005, se caractérisait « par un intérêt devenu quasi général pour cette technique financière ». La vraie révolution du microcrédit (2015) arrive donc à point pour clôturer sa quatrième décennie, qui apparait ici comme « la plus médiatisée peut-être », mais qui a été « marquée par des crises, probable indice d’une sorte de retour de balancier historique ». Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans la continuité des travaux de l’auteur : il porte un regard critique sur ce qui devait être un outil efficace d’éradication de la pauvreté (efficace tant des points de vue de ses bénéficiaires que de ses promoteurs et financeurs). Quarante ans donc après l’émergence puis la diffusion globale de cet outil, son bilan apparaît au minimum très incertain, lorsqu’il n’est pas clairement négatif.

2L’auteur montre d’abord que les doutes sont croissants quant à l’impact positif du microcrédit. Il mobilise pour cela de nombreux travaux, issus d’études de terrain menées sur les cinq continents, sans pour autant sombrer dans la revue de littérature. Le lecteur est soumis à un va et vient constant entre enseignements de portée générale quant à l’objet d’étude, et illustrations par des focalisations sur des exemples locaux. Cette ambivalence méthodologique pourra donner le tournis à certains, mais la réalité ne semble ici pouvoir être comprise que grâce à la réalité des pratiques, nécessairement complexes, plurielles, localisées, et donc saisies par des études se donnant les moyens de les révéler.

3Pour juger de l’impact de la microfinance, le taux de remboursement a longtemps été considéré comme l’indicateur principal de la satisfaction des clients des institutions de microfinance (IMF). Si le remboursement peut être permis par la création ou le développement d’une activité génératrice de revenus, il peut aussi l’être pour de multiples autres raisons, comme l’illustrent les études mobilisées ici. Par exemple (et pour ne développer que celui-ci) : parce que le client a pu augmenter son chiffre d’affaire au détriment des entrepreneurs n’ayant pas pu bénéficier d’un prêt ; parce qu’il a réemprunté auprès de la même institution, soucieuse de ses taux de remboursement ; parce qu’il a emprunté auprès d’une autre IMF ou d’un prêteur privé, ou grâce à un prête-nom ; parce qu’il s’est endetté auprès de sa famille ou de ses proches ; parce qu’il a décapitalisé ; parce qu’il a enduré, ou fait endurer à ses employés, des conditions de travail particulièrement difficiles ; parce qu’il a déscolarisé un ou plusieurs de ses enfants etc. Pour une même performance du point du vue de l’IMF, les impacts sur les individus peuvent être divers et en contradiction avec les objectifs initiaux du microcrédit.

4Ce que montrent toutes les enquêtes convoquées ici, socioéconomiques ou anthropologiques pour nombre d’entre elles, c’est que les réponses aux interventions de développement – ici à travers des programmes de microfinance – sont très souvent multiples et bien éloignées de celles attendues par leurs promoteurs, qui fondent leurs attentes sur ce qui peut apparaitre comme une sorte de déterminisme économique. Ces réponses semblent même souvent s’éloigner d’une quelconque rationalité supposée a priori. Les actes restent pourtant rationnels pour ceux qu’ils concernent, et ils ne peuvent être compris comme tels qu’en dépassant tout ethnocentrisme, ce qu’invite à faire cet ouvrage. Il montre que pour un objet tel que la microfinance, l’approche doit nécessairement être pluridisciplinaire pour pouvoir révéler l’ensemble des dynamiques à l’œuvre. C’est une focalisation sur les seuls déterminants économiques de la pauvreté qui a mené à une concentration excessive de la sphère développementaliste sur un outil purement économique.

5Sans pour autant rejeter cet outil, Jean-Michel Servet montre donc que la recherche a été incapable de prouver une causalité entre microcrédit et réduction de la pauvreté. Aux niveaux micro, méso, et macroéconomiques, l’auteur identifie pas moins de onze conditions nécessaires pour que le microcrédit contribue à la réduction de la pauvreté. Ces conditions ne sont malheureusement qu’exceptionnellement remplies. Dans le cas contraire, les plus pauvres peuvent alors se retrouver dans des situations de trappe à pauvreté, et les ressources des territoires peuvent même être drainées hors de ceux-ci. Plus qu’un outil dont la promotion aurait été motivée par une mesure précise de ses performances effectives, le microcrédit a en fait été une « illusion » : il a été porté par la « croyance » dans son « pouvoir quasi-magique » de réduction de la pauvreté. La conjonction d’une idéologie dominante lui étant propice, d’une financiarisation croissante l’accompagnant, et d’intérêts privés le promouvant, a permis la large diffusion qu’a connu le microcrédit. Mais une fois relativisée sa capacité de contribution au développement humain, se pose alors la question de l’efficacité de l’emploi des ressources dont il bénéficie. D’autres formes d’intervention ne seraient-elles pas plus efficaces ? L’ouvrage montre que la multi-dimensionnalité de la pauvreté ne peut être abordée qu’en dépassant les préjugés économicistes qui ont prévalu à la promotion du microcrédit.

6Passé ce premier niveau de critiques, l’auteur montre que le microcrédit a bien été porteur d’une révolution. Non pas celle promise de l’éradication de la pauvreté, mais de ce qui est en fait une « contre-révolution » : une contre-révolution financière qui a fait triompher le principe de concurrence comme mode d’intégration des sociétés. Le microcrédit apparait alors comme un « tentacule de la finance », comme un « paravent masquant la soumission à l’empire de la liquidité ». Les structures microfinancières ont en effet été victimes d’une « tragédie de la concurrence » dans laquelle la fuite en avant a entrainé une dynamique de concentration à tous les échelons de la « chaine de production » de l’industrie microfinancière. La quête de rentabilité, indicateur totémique pour les bailleurs, a entrainé la dérive des structures microfinancières - y compris de celles qui avaient originellement des objectifs de développement humain ambitieux - loin des visées sociales pourtant toujours revendiquées. Visées qui n’ont pu qu’être émoussées à mesure que les impératifs de bonnes pratiques et d’efficacité ont primé. Les pauvres sont in fine de moins en moins servis par la microfinance en raison même de ses dynamiques internes. Il est en effet moins coûteux de servir plutôt les moins pauvres parmi les pauvres.

7En termes politiques, on est en fait passés d’un objectif de lutte contre la pauvreté à celui d’inclusion financière. Celle-ci passe par l’élargissement des services financiers offerts aux populations : épargne, microassurance, services de transfert et de paiement (y compris via les téléphones mobiles). Mais l’inclusion financière souffre des mêmes tensions que le microcrédit. Le bien-être collectif peut-il être maximisé par le seul jeu des intérêts privés des fournisseurs de service, ou bien des interventions collectives sont-elles susceptibles d’être plus efficaces et inclusives ? Le développement peut-il être atteint par la seule fourniture des moyens d’un capitalisme populaire fait de micro-entrepreneuriat et d’auto-emploi ou nécessite-t-il plutôt des politiques volontaristes d’investissement ? Telles sont les questions ouvertes par la réflexion menée ici.

8L’ouvrage se propose finalement de dépasser cette opposition stricte entre interventions par le marché ou par l’Etat. Face au double échec de la planification publique du développement, tout comme de celui du microcrédit qui devait assurer une utilisation optimale des ressources par le jeu du marché, Jean-Michel Servet invite à penser un « nouveau monde » où la monnaie et la finance seraient gérées tels des communs. En effet, il y a rivalité dans l’usage des ressources financières. L’auteur propose donc – et c’est là la principale originalité de l’ouvrage – d’appliquer le cadre théorique développé à la suite des travaux d’Elinor Ostrom (1990) à la monnaie et la finance. Un commun s’institue : par la définition des droits et des devoirs de chacun de ses usagers, par l’édiction de règles acceptées par tous, et enfin par la mise en place de procédures de règlement des conflits et de sanction. Les évolutions qui ont perverti le projet initial du microcrédit n’ont été permises que parce que ses structures étaient organisées selon une architecture top-down. Des structures de financement en commun permettraient quant à elles de garantir l’accès à tous à la ressource, tout en en garantissant le renouvellement.

9Cette proposition arrive malheureusement en toute fin d’ouvrage, où elle constitue plus une ouverture qu’une véritable discussion. Le lecteur attiré par ce point risque donc de rester sur sa faim. Mais c’est tout un champ de recherche qui est ainsi ouvert. Il fallait en poser les enjeux, voilà qui est fait. Ne reste plus à la recherche que de s’en saisir pour opérationnaliser la proposition. C’est d’autant plus nécessaire que la question du financement du développement est aujourd’hui en tête de l’agenda politique mondial et qu’un autre « tentacule de la finance » se déploie, cette fois à travers les opérateurs de téléphonie mobile et leurs services de monnaie mobile.

Haut de page

Bibliographie

Ostrom, E., 1990. Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press.

Servet, J.-M., 2006. Banquiers aux pieds nus : La microfinance, Paris: Editions Odile Jacob.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Dissaux, « La vraie révolution du microcrédit », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le , consulté le 26 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11620

Haut de page

Auteur

Tristan Dissaux

Doctorant, Laboratoire Triangle, Université Lyon 2, tristan.dissaux@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page