Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence

Julien Vercueil
p. 1-10
Référence(s) :

Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence, Jean-François Huchet, Xavier Richet et Joël Ruet (dir.), Presses Universitaires de Rennes, coll. « Économie et société », 2015, 149 pages

Texte intégral

1Des recompositions industrielles se déroulent actuellement à grande échelle chez les deux géants asiatiques que sont l’Inde et la Chine. Les concepteurs de cet ouvrage collectif en fournissent quelques clés de lecture, afin de montrer que « derrière la macroéconomie des taux de croissance apparaissent nettement des types d’organisation économique contrastés » (Huchet et al., 2015a, p. 10). C’est justement l’un des intérêts du livre que d’associer une attention scrupuleuse à la variété des organisations, des institutions et des processus de transformation à la mise au jour de convergences, d’associations et de coévolutions qui relient chaque trajectoire singulière en Asie.

2Pour étudier ces contrastes avec les auteurs de l’ouvrage, nous diviserons cette note en cinq parties. Dans la première, nous adopterons le point de vue des politiques industrielles. Les auteurs de l’ouvrage en proposent des analyses historiques et institutionnelles qui mettent au jour les ruptures et des continuités par rapport aux périodes antérieures, qui ont précédé l’émergence économique. Dans les deuxième et troisième parties, nous passerons en revue les transformations qui ont lieu à l’échelle des firmes elles-mêmes, stimulées par les transformations de leur environnement concurrentiel. Les formes de concurrence se modifient, donnant lieu à des adaptations tactiques et stratégiques de la part des états-majors que l’ouvrage s’emploie à décrypter. La question de savoir si la taille des marchés domestiques permet toujours aux grandes entreprises nationales de développer les apprentissages nécessaires pour affronter les marchés mondiaux est posée. Car les stratégies d’expansion des firmes émergentes réussissent parfois, mais parfois aussi échouent et le sentier de croissance est semé d’embûches. Dans la quatrième partie, nous résumerons les analyses des obstacles et défis qui restent à surmonter pour que les trajectoires de croissance industrielle observées dans les deux pays ne dévient pas prématurément de leur but, qui est celui du rattrapage industriel, technologique et commercial vis-à-vis des firmes multinationales issues des pays avancés. Nous conclurons par quelques pistes de prolongement des analyses ouvertes par l’ouvrage.

1. La lente mue des politiques industrielles

3L’une des originalités de l’ouvrage est de mettre l’accent sur la continuité des politiques industrielles menées depuis les années 1980 dans les deux pays. Des changements profonds ont eu lieu depuis cette période, tant dans la conception que dans la mise en œuvre de ces politiques, mais sur la durée ils apparaissent comme fondamentalement progressifs, à l’inverse de ces coups de boutoir qui furent la marque de la politique maoïste des années 1960 en Chine, et qui désormais caractérisent le néo-libéralisme actuel, qui en est comme le miroir déformant.

4En Chine, la politique dirigiste des années1980-1990 avait pour ambition de faire émerger des champions nationaux tout en assurant une protection contre la concurrence internationale grâce à l’imposition de strictes conditions d’entrée sur le territoire national aux entreprises étrangères. L’autre ambition de cette politique était de forcer les autorités locales à provoquer la restructuration des entreprises des secteurs clés sur leur territoire. Mais de nombreuses surprises et échecs ont caractérisé cette première phase, comme le montre le chapitre consacré par Jean-François Huchet à l’histoire de la politique industrielle en Chine. En particulier, la logique purement administrative de la réforme a abouti en 1989 à la constitution de 1630 groupes industriels, qui « n’existaient que sur le papier [...] ces groupes [restant] en réalité une collection d’unités de production indépendantes » (Huchet, 2015, p. 59-60). Dans les villes, les réformes avaient induit la création d’un grand nombre d’entreprises industrielles qui, compte tenu de la nature de leurs productions et du niveau de développement du marché intérieur, fonctionnaient en surcapacité, tout en accumulant des dettes abyssales, « dans une période où les faillites étaient inexistantes et où la contrainte de remboursement des crédits bancaires pour les firmes publiques était quasiment nulle » (Ibid., p. 61).

5En Inde, l’abandon du « license raj » a conduit à la constitution d’un capitalisme congloméral et oligopolistique où les relations État/entreprises privées, loin de disparaître, se sont recomposées, l’autonomie des grandes familles d’industriels s’affirmant vis-à-vis de l’État, tout en conservant des liens de consanguinité parfois bien utiles avec le politique (Ruet 2015a, p. 37). Le résultat est qu’en Inde, « bon nombre de géants industriels d’aujourd’hui sont des fleurons du « Licence Raj » (Ibid., p. 21). C’est le cas de Reliance, premier groupe privé en termes de bénéfices. Joël Ruet en déduit que :

[…] il n’y a décidément pas bien loin du   « socialisme indien » au  « capitalisme indien », tant la relation État/grande industrie privée a toujours été au cœur du système. (Ruet, 2015a, p. 21)

6La comparaison proposée par Joël Ruet entre la Chine et l’Inde montre certaines similitudes dans les ressorts de l’économie politique des réformes. La nouvelle politique industrielle chinoise associe le soutien des firmes privées prometteuses avec la promotion de leurs dirigeants dans la structure du Parti communiste, ce qui leur assure des relais politiques personnels au plan régional, voire national, si besoin. Les fonds de gestion contrôlés par le pouvoir central entrent au capital des entreprises, scellant de nouvelles alliances qui renforcent la puissance des heureuses firmes élues et procurent des assurances politiques à leurs dirigeants (Ibid., p. 26).

7Toutefois, cette nouvelle politique industrielle utilise d’autres instruments que l’ancienne. En 1997, presque tous les ministères industriels hérités de la planification centralisée à la Mao ont été supprimés. L’ancienne Commission d’État au Plan, devenue obsolète, fut remplacée par la Commission Nationale pour la réforme et le développement, dans le but d’assouplir les conditions de mise en œuvre des priorités de la politique industrielle. Dans le même temps, l’administration de la R&D publique au sein du Ministère des Sciences et de la Technologie (MOST) était simplifiée. En 2003, les 130 plus grandes entreprises d’État (870 milliards de dollars d’actifs) ont été soumises à une tutelle administrative unique, la SASAC (State-owned Assets Supervision Administration), qui a délégué la supervision des autres entreprises publiques aux autorités municipales (Huchet, 2015, p. 70). Ces transformations institutionnelles, en même temps que l’amélioration des conditions fiscales du financement de la politique industrielle du gouvernement central, lui ont permis de procéder à trois inflexions nouvelles à partir des années 2000 :

  • l’élargissement du champ de la politique industrielle aux questions environnementales et territoriales (intensité énergétique de l’économie, lutte contre la dégradation de l’environnement, rééquilibrage régional) ;

  • l’assouplissement des instruments de direction de la politique industrielle avec l’introduction de mécanismes incitatifs en lieu et place des instruments coercitifs hérités du passé ;

  • l’extension des mesures prises aux entreprises privées et non plus seulement à celles de la SASAC.

8Dans ce contexte, concentration industrielle, modernisation et réduction de l’intensité énergétique peuvent être désormais menées de concert :

L’État tente par le biais de l’intensité énergétique de favoriser les fermetures d’entreprises aux technologies obsolètes et de promouvoir la concentration de la production dans les firmes de plus grande taille. (Ibid., p. 71)

9Dans le domaine des politiques d’innovation, les moyens publics se concentrent sur les grandes unités de recherche fondamentale, tandis que la recherche appliquée est autonomisée dans les grandes entreprises, dont le niveau d’investissement représente aujourd’hui deux tiers du total national. Le chapitre de Wei Zhao consacré au système national d’innovation chinois montre comment, malgré les défauts de liaison entre les principales institutions et organisations chinoises engagées dans la recherche et l’innovation (les organismes de R&D, de conception et de production des entreprises d’État sont faiblement coordonnés), le système industriel chinois présente de bons résultats en matière d’acquisition de compétences, aiguillonnées dans les secteurs privé et public par une concurrence exacerbée (Zhao, 2015, p. 99). William Hua Wang propose une étude de cas sur l’automobile électrique en Chine qui est illustrative de la manière dont se combinent les politiques publiques et les stratégies industrielles privées en Chine. L’impulsion initiale de l’État date des années 1990, dans l’objectif stratégique de réduire la dépendance énergétique fossile tout en assurant l’équipement des ménages en automobiles, l’acquisition de technologies propres et en contribuant au respect les engagements nationaux et internationaux en matière de pollution atmosphérique. Les autorités locales sont alors impliquées dans les programmes incitatifs, en particulier les villes pour le transport en commun : l’acquisition d’équipements est subventionnée par le gouvernement central. Ces éléments macro- et méso-institutionnels se combinent avec les stratégies microéconomiques des industriels chinois (constructeurs automobiles, industriels des batteries, opérateurs de réseaux électriques, sous-traitants) pour favoriser l’éclosion d’un secteur industriel dont les possibilités commerciales paraissent vastes et diverses à l’auteur, même si les obstacles ne manquent pas à son développement (Hua Wang, 2015, p. 127-130).

10En matière de rattrapage technologique aussi, « les échecs n’auront pas été inutiles » et ont joué un rôle dans la modification de la politique nationale de développement industriel de la période suivante (Huchet, p. 67). La réglementation en matière d’Investissements directs étrangers entrants (IDEE) a initialement imposé une séparation stricte entre IDEE tournés exclusivement vers l’exportation et IDÉE destinés au marché intérieur. Les premiers, dominés jusque dans les années 1990 par les capitaux hongkongais et taiwanais, ont entraîné la formation de réseaux régionaux d’entreprises denses et compétitifs, constituant parfois de véritables districts industriels de sous-traitants issus d’entreprises collectives et privées à Shanghai, Fujian et Guandgong. Les seconds, réservés à des contrats de création d’entreprises conjointes visant les transferts de technologie, ont produit des effets directs en donnant aux firmes impliquées l’accès à des productions et des technologies qui étaient jusque-là hors de portée (automobile, circuits intégrés, centraux téléphoniques digitaux, centrales nucléaires, etc.). Ils ont aussi eu des effets indirects sur les sous-traitants obligés de monter en compétence, sans être pour autant dévastés par une concurrence par les importations qui leur aurait été fatale (Ibid., p. 70-71).

2. Environnements concurrentiels et stratégies d’entreprise

11La levée des barrières à la concurrence qui caractérisaient les économies de l’Inde et de la Chine a produit des effets profonds sur les comportements des acteurs et sur les structures industrielles. En Inde, les réformes des années 1990 sont restées graduelles, dans la continuité des premières transformations incitant à davantage de concurrence engagées par Rajiv Gandhi entre 1984 et 1987. Elles ont laissé le temps aux entreprises de modifier leurs organisations, leur système de décision et leurs routines, tout créant les conditions d’un processus de concentration et d’augmentation de leur compétitivité internationale (Ruet, 2015a, p. 37).

12Dans la même période, les premières mesures de restructuration imposées de manière dirigiste par les autorités chinoises ont eu des résultats inattendus. En provoquant des surcapacités dans un contexte de progressive libéralisation des prix, elles ont créé les conditions d’un processus de sélection des entreprises publiques par la concurrence, avec pour celles qui sont les mieux gérées un cercle vertueux de modernisation-expansion qui les prépare à leur internationalisation future : Changchen, Mudan, Panda (informatique), Haier, Changhong, Konka (électroménager), Baosteel (acier), ZTE, Huawei (télécoms) n’ont pas été particulièrement favorisées par l’État, mais s’en sont peu à peu émancipé pour construire des stratégies de développement propres, de type foncièrement capitaliste. Mais dans le même temps, le nombre d’entreprises surendettées s’est accru, faisant peser un risque majeur sur les finances publiques, au point que les autorités seront obligées de réagir dans la deuxième moitié des années 1990 pour apurer les passifs (Huchet, 2015, p. 62-63).

13On voit par les exemples précédents que le rythme des changements institutionnels est essentiel à la production de leurs effets. C’est aussi ce que montre le chapitre de Xavier Richet, consacré au développement international des entreprises chinoises. Le déclenchement du processus de diffusion technologique n’est pas immédiat :

Ce n’est qu’au cours d’une seconde phase, une fois les firmes occidentales et leurs réseaux de fournisseurs établis dans le pays, à travers l’essaimage, que les firmes domestiques ont pu bénéficier des retombées de la présence des firmes occidentales, accumuler des compétences. (Richet, 2015a, p. 77)

14Si, pour tous les auteurs de l’ouvrage, l’interaction avec les partenaires occidentaux a été essentielle dans la transformation des firmes indiennes et chinoises, les modalités de ces interactions ont varié de manière très significative suivant les périodes, les régions, les pays, les secteurs et les technologies.

15L’exemple des stratégies de montée en gamme de certaines firmes indiennes illustre cette variété : Mahindra & Mahindra, initialement spécialisée dans le matériel agricole, noue plusieurs partenariats industriels peu fructueux, puis se rapproche de Renault puis Renault Nissan pour opérer un virage stratégique vers l’automobile en s’appuyant sur l’échange suivant : « permettre à leurs alliés de développer une production à bas coûts, en échange de quoi elles sont associées à la R&D » (Ruet, 2015b. p. 42-43). D’autres groupes industriels choisissent de s’intégrer aux chaînes de valeur globales d’ABB, Nokia, Hyundai ou Toyota. Les stratégies des groupes industriels indiens qui réussissent n’obéissent pas toujours aux prescriptions orthodoxes de recentrage sur le métier de base : en même temps qu’une rationalisation du groupe est menée, ils réussissent à valoriser ce que Joël Ruet appelle « des externalités inter-branches » : le partenariat technique et organisationnel noué sur un métier permet par transfert adaptatif de stimuler la diffusion des gains d’efficacité vers d’autres métiers. Ainsi sont développées à la fois « la rentabilité totale des investissements et la capacité de rattrapage rapide » des firmes (Ruet, 2015b, p. 43). Des logiques aussi classiques que celle qui préside à la matrice du Boston Consulting Group, connue de tout étudiant de premier cycle de gestion, sont aussi à l’œuvre dans ces processus d’expansion : le groupe Tata utilise les liquidités du domaine d’activité « vache à lait » qu’est devenue pour lui sa branche informatique (TCS) pour moderniser ses branches acier et automobile (Ibid., p. 42-43).

16À moyen terme, la stratégie de cost leveraging, qui consiste à transformer les avantages coûts en avantages technologiques, semble devoir constituer la nouvelle frontière de ces firmes multinationales (FMN) émergentes. Mais cette stratégie suppose une maîtrise de l’ensemble des processus productifs, organisationnels et financiers qui constituent un secteur. Pour Joël Ruet, en Inde « ce pari est déjà réussi pour l’informatique, en cours de validation pour une partie des biotechnologies pharmaceutiques et certains segments automobiles » (Ibid., p. 40-42). En Chine, l’analyse du potentiel technologique par Wei Zhao indique que, grâce au développement de technologies du temps de la coopération avec l’Union soviétique et à la taille du marché domestique, « on trouve toujours en Chine les éléments de la plupart des technologies » (Zhao, 2015, p. 97). Comme Jean-François Huchet, l’auteur insiste sur la spécificité du sentier de développement industriel de la Chine, par comparaison avec la Corée du Sud et le Japon : contrairement à ces derniers qui se sont spécialisés sur des segments soigneusement choisis, « le développement industriel [en Chine] se déroule dans presque tous les secteurs caractérisés par des processus de fabrication à grande échelle » (Ibid., p. 97).

17L’auteur met en évidence deux séquences de développement industriel et technologique en Chine. La première est une séquence de développement sectoriel. À partir des années 1980, elle fait se suivre le développement des secteurs de l’électroménager, des ordinateurs personnels, des équipements de télécommunications, des composants électroniques, pour finir avec les semi-conducteurs (Id., p. 98). Sur cette séquence se superpose une séquence technico-commerciale, qui débute par l’achat d’équipements occidentaux, l’investissement en connaissances sous forme de rétro-ingénierie jusqu’à atteindre la capacité de répliquer les équipements, pour finir par le développement de ressources de R&D indépendantes (Id. p. 99). Dans l’électronique, il met en évidence le rôle des OEM (Original Equipment Manufacturing) dans le développement de l’industrie chinoise, qui se fait alors à l’ombre des grands donneurs d’ordre de Taiwan, Hong Kong et d’autres pays d’Asie du Sud-Est. Progressivement, les entreprises chinoises ayant réussi dans le développement des OEM distribuent leurs produits en nom propre sur le marché chinois et intègrent de nouvelles compétences. Ce processus est intéressant, car il suit le chemin inverse de la fragmentation des chaînes de valeur, puisque :

[…] la pénétration des entreprises OEM a unifié la chaîne de valeur dans l’industrie électronique, notamment dans l’industrie des semi-conducteurs [...] car la conception, les équipements et la vente de produits relèvent d’un seul acteur. (Id. p. 100)

18Pour Jean-François Huchet, ce processus, s’il existe bel et bien, n’est ni inexorable ni dominant. Même si la montée en gamme technologique est une réalité, qui prend quelquefois un tour spectaculaire, ce qui domine encore en Chine, selon l’auteur, reste le cantonnement des entreprises autochtones à des segments à faible valeur ajoutée ou à faible marge, entretenu par la quasi-absence de marque propre de valeur internationale, qui leur interdit de dégager les financements nécessaires au rattrapage technologique (Huchet, 2015, p. 66). C’est un diagnostic assez proche de celui-ci que dresse Xavier Richet, pour qui l’industrie chinoise demeure caractérisée par une forte hétérogénéité structurelle. La nature des marchés, l’intensité de la présence des entreprises étrangères, les types de technologie et les niveaux de concurrence sont très variables d’une industrie à l’autre, ce qui induit une forte segmentation entre l’environnement concurrentiel des entreprises à capitaux étrangers (plus innovantes, positionnées sur des segments à plus haute valeur ajoutée) et celui des entreprises chinoises. Selon l’auteur, cette segmentation tient à trois facteurs :

  • l’entrée de la Chine à l’OMC, qui permet aux multinationales étrangères d’implanter des filiales détenues à 100 %, plus protectrices de leurs actifs technologiques et commerciaux ;

  • un protectionnisme technologique accru de la part des FMN occidentales ;

  • une attitude assez passive des partenaires chinois, au moins dans une première phase, qui limite la diffusion technologique (Richet, 2015a, p. 78).

19Ce constat en demi-teinte est confirmé par une étude du même auteur sur le secteur automobile chinois, qui met en évidence les effets mitigés des « coopérations contrôlées » par l’État entre les apporteurs de technologies occidentaux et les industriels automobiles chinois : certes, quelques actions d’éclat (comme le rachat de Volvo par Geely, dixième constructeur chinois) peuvent donner l’impression que la tendance est à la collecte des perles occidentales par des firmes chinoises en pleine expansion, mais la réalité est plus contrastée. Tandis que les firmes occidentales tentent de limiter au strict nécessaire les transferts de technologies impliqués par leur présence en Chine, elles profitent à plein de l’appétit des consommateurs chinois de la nouvelle classe aisée pour les modèles haut de gamme, qui sont les plus profitables (Richet, 2015b, p. 110). Le gouvernement tente de contrecarrer ce phénomène en stimulant la R&D endogène pour permettre une absorption plus rapide des technologies occidentales par la douzaine de constructeurs chinois de taille respectable (on compte encore plus de 100 constructeurs chinois au total, signe de l’immaturité d’un secteur qui est pourtant déjà le premier du monde en nombre d’exemplaires produits), qui ne captent pas 30 % du marché national.

20Du côté des entreprises du secteur des véhicules électriques, les industriels chinois, refroidis par la rétention technologique de leurs partenaires occidentaux, se tournent de plus en plus vers des fournisseurs du pays qui maîtrisent les technologies nécessaires et développent leurs propres standards. En cela, la nouvelle donne concurrentielle sur le secteur semble favoriser des formes d’intégration verticale dans le secteur, dont les technologies pourraient être de moins en moins allogènes (Wang, 2015, p. 131).

3. Le marché national, camp de base pour l’assaut des sommets mondiaux ?

21Le sentiment donné par l’ouvrage est que, par la multiplicité des formes de développement industriel, la Chine et l’Inde s’intègrent non plus de manière subalterne, mais de manière organique à l’économie mondiale et à ses nouveaux processus organisationnels : désormais, toutes les fonctions peuvent être intégrées aux systèmes de production émergents, y compris la R&D, et contribuer à résoudre des problèmes liés à l’accès aux marchés du nord. De ce fait, le marché national, source d’apprentissage, d’économies d’échelle et d’effets externes, peut devenir pour les firmes indiennes et chinoises un camp de base pour des stratégies plus offensives, qui viseraient à conquérir les marchés extérieurs. En même temps, bien que les réservoirs de main-d’œuvre restent immenses et pèseront longtemps sur les salaires, la montée de la productivité du travail et, pour la Chine, l’accumulation des excédents des transactions courantes ne peuvent qu’exercer une pression à la hausse des coûts internationaux de main-d’œuvre, tandis que la faiblesse des marges réalisées sur les productions d’entrée de gamme et intensives en main-d’œuvre devrait conduire les dirigeants d’entreprise à considérer une évolution vers le haut de la spécialisation de leurs firmes. Ainsi que l’indique Joël Ruet :

[…] les grandes firmes émergentes déjà anticipent les limites d’une compétition coût dont la généralisation à tout le Sud est annoncée. Elles ont dépassé la copie, elles transforment leur avantage-coût en investissant dans le rattrapage technologique. (Ruet, 2015a, p. 30)

22Dans le chapitre qu’il consacre à l’expansion internationale des firmes chinoises, Xavier Richet distingue quatre grands motifs d’internationalisation :

  • l’accès à de nouveaux marchés : par le contournement des barrières douanières via des stratégies d’investissement direct à l’étranger, cette stratégie propose des solutions aux surcapacités domestiques et permet des formes de diversification en obligeant l’entreprise à s’adapter à des marchés internationaux plus complexes et, pour certains, en expansion ;

  • la recherche d’efficience (notamment en matière de coûts), plus prégnante à mesure de la montée des coûts de production chinois. Les premières destinations sont le Vietnam et le Cambodge ;

  • l’accès aux ressources, « premier motif d’internationalisation » selon l’auteur. La transition vers un modèle de développement économe en matières premières est encore loin et l’appétit chinois pour les ressources naturelles est devenu proverbial ;

  • la recherche d’actifs stratégiques (technologies, marques étrangères à fort effet de réputation), qui permet à l’entreprise chinoise de réaliser de véritables sauts organisationnels et commerciaux en accédant directement à la propriété d’actifs immatériels dont l’élaboration a pu nécessiter plusieurs décennies (Richet, 2015a, p. 84-85).

23En comparaison, les multinationales indiennes sont moins nombreuses, mais gagnent en puissance, tel le groupe Tata, qui avec un milliard de dollars d’investissements programmés sur le continent africain dans l’automobile et les télécommunications apparaît comme le « fer de lance des investissements indiens dans toute l’Afrique » (Ruet, 2015b, p. 48). Les entreprises indiennes ont même, d’après Joël Ruet, « le potentiel de devenir les grandes gagnantes à moyen terme » (Ruet 2015a, p. 31), en rattrapant leur retard initial sur leurs homologues chinoises :

À chiffre d’affaires équivalent, un groupe indien vaut plus que ses homologues occidentaux, a des capacités d’investissement supérieures à ses concurrents chinois. (Ibid., p. 26)

24On objectera que cette appréciation fait grand cas de la valorisation boursière des firmes, oubliant que les marchés financiers — émergents comme matures — valorisent avant tout des conventions, lesquelles peuvent se dégonfler rapidement. L’enthousiasme de l’auteur pour les firmes émergentes indiennes doit donc être contrôlé par l’analyse des ressources et résultats fondamentaux des firmes : leur chiffre d’affaires, leurs profits, leur portefeuille d’innovations, leurs ressources humaines et organisationnelles, leurs stratégies.

25De fait, la version 2011 du classement « global 500 » de Fortune citée par Xavier Richet faisait apparaître, parmi les 500 premières firmes mondiales, 61 entreprises chinoises — dont 4 de Hong Kong —, 8 indiennes, 7 russes et 7 brésiliennes (Richet, 2015a, p. 76). Trois ans plus tard, on constate que le nombre d’entreprises chinoises est passé à 98 (contre 54 au Japon et 128 aux États-Unis), tandis que l’Inde ne plaçait plus que sept entreprises, à l’égal du Brésil1. Si la hiérarchie mondiale est indiscutablement bousculée, c’est bien à la Chine, et non à l’Inde, qu’elle le doit avant tout.

4. Obstacles et défis du développement industriel en Inde et en Chine

26Le contraste entre le potentiel supposé de certaines firmes émergentes et leur évolution réelle sur le terrain nous conduit à rappeler, avec les auteurs de l’ouvrage, les principaux obstacles, dans la lutte concurrentielle sans merci qui caractérise leur environnement, qui ne manqueront pas de se dresser à l’avenir sur leur route.

4.1 Les effets de seuil technologique

27C’est l’un des points clés de l’analyse par Xavier Richet du secteur automobile chinois (Richet, 2015b, p. 117), qui peut être étendu, mutatis mutandis, à d’autres secteurs industriels. Pour appuyer cette appréciation, on peut rappeler que le passage d’un niveau intermédiaire de savoir-faire à la frontière technologique suppose une capacité de financement de la recherche et développement extrêmement solide, permettant d’assurer les meilleures conditions de travail du moment à des chercheurs et développeurs de calibre international. Ces conditions qualitatives doivent, de plus, être pourvues dans la moyenne et longue durée, ce qui suppose un changement profond de logique de développement pour des entreprises qui ont jusqu’ici obtenu presque tout, tout de suite. Ces effets de seuils seront d’autant plus difficiles à franchir que les firmes multinationales situées à la frontière technologique vont déployer des stratégies concurrentielles de plus en plus hostiles en matière de propriété intellectuelle. À l’avenir, les contraintes de financement vont peser aussi de manière croissante sur les firmes chinoises engagées dans ces stratégies, limitant leurs possibilités d’investissement à long terme.

4.2 Les difficultés d’absorption organisationnelle

28Les stratégies d’expansion internationale des firmes chinoises par IDE sortant montrent de très nombreux exemples d’échec, surtout quand il s’agit d’opérations d’absorption. Par ailleurs, les entreprises chinoises ne s’appuient pas encore sur l’expérience accumulée sur leurs marchés pour se développer à l’international, contrairement aux FMN occidentales. Elles cherchent encore trop à combler leurs lacunes domestiques par l’internationalisation, et pas encore à s’appuyer sur leurs compétences nationales pour aborder l’international (Ibid., p. 89-90). Pour qui suit l’économie industrielle, les difficultés de faire entrer en synergie des cultures d’entreprises et des modes de gouvernance très différents ne sont pas surprenantes. Elles confirment en Chine et en Inde ce qui est observé depuis plusieurs décennies dans les processus de concentration industrielle et financière des pays industrialisés : les fusions et acquisitions ont, en général, une chance sur deux d’échouer à moyen terme.

4.3 Les effets de segmentation et de polarisation

29Le développement de grandes firmes industrielles émergentes n’est pas sans effet sur le tissu économique national. En Inde, le réseau de PMI, beaucoup plus ouvert à la concurrence internationale qu’auparavant, semble souffrir depuis les années 2000. Les 32000 PME industrielles employant 17,8 millions de personnes et produisant 40 % de la VA manufacturière, doivent se restructurer sous l’effet des rationalisations industrielles imposées notamment par leurs donneurs d’ordre les plus puissants (Ruet 2015b, p. 47-48), et ne peuvent pas compter sur le soutien de l’État, réservé aux Too big to fail (Kingfisher Airlines ou Air India), promptement secourus lorsqu’ils rencontrent des difficultés financières (Ibid., p. 49). La forte hétérogénéité des niveaux de productivité des entreprises industrielles peut devenir une menace pour le développement industriel des pays émergents : elle porte en germe un processus de polarisation industrielle qui risque de couper tout lien entre des firmes multinationales émergentes « aux pieds légers », totalement mondialisées et financiarisées, et le substrat industriel local, interdisant aux PMI qui le composent de bénéficier de l’effet d’apprentissage lié à la connexion aux marchés étrangers et le condamnant à végéter sur des marchés locaux cloisonnés et peu rémunérateurs.

5. Renouveler l’approche théorique des recompositions industrielles

30L’ouvrage regroupe des contributions riches en information, complémentaires les unes des autres, qui viennent combler un vide dans la littérature contemporaine sur les transformations actuelles de la Chine et l’Inde : prenant au sérieux l’intérêt d’une approche méso-économique, il propose une « focale [...] intermédiaire entre entreprise et macroéconomie » dont le but est de contribuer à la construction d’une « vision de long terme des stratégies industrielles régionales » (Ruet, 2015b, p. 50). Ce faisant, il nous permet de mesurer la variété des organisations industrielles qui forment le tissu économique de ces grands émergents, constitué de ce que les auteurs appellent des « strates » productives : le secteur informel, le secteur formel de faible technologie, le secteur formel à plus fort contenu technologique mais à faible valeur ajoutée et fortement concurrentiel, et enfin le secteur des entreprises avancées sur le plan technique et organisationnel (Huchet et al. [2015b], p. 10).

31Cette décomposition du tissu industriel en différentes « strates » nous paraît intéressante et pertinente pour l’analyse, mais trop statique. Quitte à filer la métaphore géologique, on aurait apprécié des propositions plus dynamiques, en termes de tectonique des secteurs et des organisations productives, ou de métamorphisme des technologies sous la pression de la recherche-développement et des formes changeantes de la concurrence. Les contributions issues de l’économie évolutionnaire (Nelson et Winter [1982], mais aussi Lundvall [2010], Potts [2001] ou encore Dosi et al. [1990]), dont certaines sont parfois évoquées en introduction de tel ou tel article, ne sont pas mobilisées pour l’analyse, alors qu’elles fournissent de nombreux outils théoriques permettant de faire fructifier la comparaison des trajectoires étudiées tout au long des chapitres du livre. Elles auraient permis également d’affiner une liaison parfois établie de façon mécanique dans le livre entre le degré de concurrence et l’apprentissage technologique. Au-delà d’un certain niveau d’intensité, la concurrence peut nuire en effet à la capacité d’absorption technologique des firmes (Dosi et al. [1990]).

32Ce corpus d’analyse, ainsi que plusieurs auteurs du courant institutionnaliste auraient pu être utiles également pour déconstruire les catégories d’« économie nationale » et de « commerce international », que les auteurs, dans leur introduction, considèrent comme obsolètes, au motif qu’« elles reposent sur une subsomption de réalités productives et sociales, qui ne sont pas celles des émergents, et sont chahutées au Nord par l’impact de l’émergence » (Huchet et al., 2015b, p. 11). Les bouleversements en cours touchent la structure du système productif global, qui ne semble plus compréhensible par le seul recours aux concepts classiques de la macroéconomie à base nationale. Le processus d’assimilation par l’industrie mondiale de nouvelles organisations productives issues des économies émergentes exerce des effets qualitatifs, et non pas seulement quantitatifs, sur sa structure. Cet ouvrage en propose une description détaillée, problématisée et fort utile. Il reste désormais à en produire l’analyse théorique.

Haut de page

Bibliographie

Dosi, G., Pavitt, K. et Soete L. (1990), The Economics of Technical Change and International Trade. New-York, Harvester Wheatheaf.

Hua Wang, W. (2015) : « La naissance de l’industrie de véhicules électriques en Chine », in Huchet, J.-F. et al. (2015a), p. 125-140.

Huchet, J.-F. (2015) : « Du dirigisme au réalisme : la politique industrielle chinoise à l’heure de la globalisation », in Huchet et al. (2015a), p. 51-74.

Huchet, J.-F., Richet, X. et Ruet J. (dir.) (2015a) : Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 147 pages.

Huchet, J.-F., Richet, X. et Ruet, J. (dir.) (2015b) : « Introduction générale », in Huchet et al. (2015a), p. 9-15.

Lundvall, B ;-A ; (2010) : National Systems of Innovation : Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, London, Anthem Press. Fist publication, Pinter Publishers, 1992.

Nelson, R., Winter, S. (1982), An evolutionary theory of economic change. Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press.

Potts, J. (2001) : The New Evolutionnary Microeconomics. Complexity, Competence and Adaptive Behaviour. Cheltenham, Edward Elgar.

Richet, X. (2015a) : « Les firmes chinoises à l’assaut des marchés », in Huchet et al. (2015a), p. 75-92.

Richet, X. (2015b) : « L’industrie automobile chinoise : de la coopération à l’internationalisation », in Huchet et al. (2015a), p. 109-124.

Ruet, J. (2015a) : « Globalisation des firmes multinationales des économies émergentes et recomposition des variétés du capitalisme », in Huchet et al. (2015a), p. 17-34.

Ruet, J. (2015b) : « Les firmes indiennes dans la production mondiale. État, marchés, innovation et gouvernance du travail », in Huchet et al. (2015a), p. 35-50.

Zhao, W. (2015) : « Systèmes d’innovation dans les pays émergents : le cas de la Chine », in Huchet et al. (2015a), p. 93-108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vercueil, « Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence », Revue de la régulation, 18 | -1, 1-10.

Référence électronique

Julien Vercueil, « Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/11606

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Maître de conférences à l’INALCO, CREE, julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page