Navigation – Plan du site
Opinions - débats

L’expérience des monnaies complémentaires : questionner et redéfinir le lien des citoyens à la monnaie

Entretien avec Celina Whitaker
Celina Whitaker, Thomas Lamarche, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
p. 1-13

Texte intégral

1Celina Whitaker est cofondatrice, avec Patrick Viveret, du Collectif Richesses, coprésidente du réseau FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse). Elle a été coordinatrice du Projet SOL pendant sa période expérimentale (2005-2010) et continue à s’investir dans le domaine des Monnaies Complémentaires, notamment au travers des réseaux SOL et MLC.

2RR : Vous avez été associée de près à la création d’une monnaie locale en France, et vous continuez de suivre un grand nombre de ces dispositifs. Avant de nous parler de ces expériences et de votre rôle dans leur mise en place, pouvez-vous nous dire comment votre parcours personnel et intellectuel vous a conduit aux Monnaies Locales Complémentaires ?

  • 1 http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Syst%C3%A8me_agraire

3Celina Whitaker : Je suis agronome de formation, mais avec une approche de l’agronomie qui ne se résume pas à la seule étude de la croissance et du rendement des cultures, et qui s’articule autour des notions de « système de production » et de  « système agraire ». La notion de « système de production » regarde la production agricole au travers du prisme de l’exploitation agricole, elle-même insérée dans un milieu écologique, social, économique — et de l’interaction des facteurs de production qui en résultent. Celle de « système agraire1 » élargit l’analyse à l’espace territorial avec ses caractéristiques écologiques propres, ses évolutions historiques et les rapports sociaux qui s’y jouent.

4J’ai d’abord travaillé au Brésil, à l’Université, dans la mise en place d’une formation d’ingénieurs agronomes organisée autour de cette vision systémique de l’agriculture, à l’inverse des formations plus classiques existantes au Brésil, qui privilégient l’approche des filières et de la seule étude technique de la production agricole.

  • 2 http://www.interafocg.org/

5De retour en France, j’ai travaillé dans un réseau d’associations, l’Inter-AFOCG2, associations de formation collective à la gestion. Ce réseau s’est créé à la fin des années 1970 dans l’idée de permettre l’autonomie des agriculteurs dans la réalisation de leur comptabilité et, au-delà, dans l’analyse de leurs résultats et leurs décisions de gestion face à la machine des centres de gestion agréés, proches du syndicat majoritaire (et porteurs d’une seule vision productiviste de l’agriculture). L’idée forte est de permettre à chacun d’être acteur et décideur en connaissance de cause, par le biais de l’autoformation collective et d’outils de gestion construits par la pratique. De la comptabilité, on passe à la gestion au service d’un projet, au centre d’un triangle dont les sommets à équilibrer seraient l’exploitation agricole comme entité économique, l’agriculteur et sa famille avec un projet de vie, et le milieu écologique et social.

  • 3 Secrétaire d’État Guy Hascoët, sous le gouvernement de Lionel Jospin.

6C’est dans ce cheminement que j’ai croisé le chemin de Patrick Viveret, au moment du démarrage de la mission qu’il a réalisée pour le Secrétariat d’État à l’Économie Solidaire3 sur « les nouveaux facteurs de richesse ». Cette mission, lancée à l’occasion du centenaire de la loi 1901, s’interrogeait sur ce qui faisait richesse dans une société, et posait l’exigence de reconsidérer en profondeur nos critères d’évaluation de la richesse.

7Au fond, je me suis rendu compte que la vision sociétale développée par Patrick Viveret dans son rapport était exactement la même que celle que nous portions à l’Inter-AFOCG, mais au niveau de l’exploitation agricole. Et les démarches se répondaient également : tout comme nous avions été amenés à questionner l’outil comptable pour poser l’enjeu plus large de la gestion du projet de l’agriculteur, il s’agissait, dans ce cas, de repenser la notion de richesse à partir de la critique de ses indicateurs classiques centrés sur la performance économique.

8C’est ainsi que je me suis intéressée à la question, que j’ai été amenée à participer au groupe de travail que Patrick Viveret avait mis en place pour « l’accompagner » dans sa réflexion.

  • 4 www.collectif-richesses.org

9En effet, en parallèle au comité d’orientation de la Mission « nouveaux facteurs de richesse », regroupant principalement des experts et chercheurs sur la question de la mesure de la richesse, nous étions plusieurs à nous retrouver au sein d’un groupe plus large, informel, ouvert, composé principalement de personnes liées au secteur associatif, et qui a donné lieu à la création du Collectif Richesses4. De mon point de vue, le comité d’orientation apportait contenus et légitimité scientifique et académique. Le Collectif Richesses était un lieu de débat, d’apport de réflexions et de propositions issues de la pratique.

10Mais il ne faut tout de même pas donner une image caricaturale de deux groupes distincts et distants. Le comité d’orientation comprenait, il me semble, quelques représentants des milieux associatifs et surtout, pour ce que je connais le mieux, le Collectif Richesses, pour sa part, accueillait en son sein des chercheurs et autres membres du comité d’orientation qui participaient à nos rencontres.

  • 5 Echanges de services et de savoirs entre personnes, comptabilisés sous la forme du temps passé. Que (...)

11Le lien avec les monnaies locales s’est alors fait au travers des réflexions et propositions du rapport Viveret, qui, à partir de la réflexion sur les représentations de la richesse, ouvre « naturellement » à la question du rôle et de la place de la monnaie dans nos sociétés. En fin de rapport, il y est fait un certain nombre de propositions, dont l’expérimentation d’une monnaie à utilité écologique et sociale et de systèmes d’échange à base temps5.

12RR : Vous avez eu un rôle clef dans la mise en place de la monnaie SOL, qui est une source d’inspiration pour d’autres dispositifs monétaires en France. Pouvez-vous nous raconter comment celle-ci est née ?

  • 6 Groupe de recherche inter et trans-disciplinaire
  • 7 Voir par exemple Jacques Robin, « Des monnaies plurielles pour de nouvelles formes d’échange » in T (...)
  • 8 Participaient à l'organisation de ce séminaire, outre Transversales Science Culture, la Fondation p (...)
  • 9 Voir l’article consacré au Trueque dans ce même dossier : https://regulation.revues.org/11480
  • 10 Voir l’article consacré au WIR dans ce même dossier : https://regulation.revues.org/11463

13Celina Whitaker : En amont du rapport Viveret, dans les années 1990, la revue Transversales Sciences Culture et le GRIT6 mènent une réflexion sur l’économie plurielle. Cette réflexion ouvre également sur celle de la monnaie et sur l’idée de « monnaies plurielles7 ». Un séminaire8 a été organisé en 1999 sur ce thème, autour de l’échange d’expériences internationales existantes comme le Trueque en Argentine9, le WIR en Suisse10, les banques du temps italiennes, les SEL en France, les LETs anglo-saxons, etc.

14Ce séminaire s’est poursuivi par un groupe de travail, en France, toujours autour de Transversales Science Culture, avec la participation des grandes entreprises de l’ESS que l’on retrouve ensuite dans le projet SOL (Chèque Déjeuner, la MACIF, le Crédit Coopératif), du CJDES, des membres du réseau des SEL et, bien entendu, Patrick Viveret, dans le cadre de sa mission.

15Ce groupe avance sur des propositions d’expérimentation, avec, au cœur, l’idée d’interroger l’activité économique, la nature et les formes de production des biens et services, et de « favoriser une économie à forte valeur ajoutée écologique et sociale », in fine, pour reprendre les termes de l’époque, « contribuer à remettre l’économie au rang de moyen plutôt que de fin ». Concrètement, les objectifs du projet SOL, tels que formalisés initialement par ce groupe, étaient les suivants : réconcilier l’économique avec l’humain, avec l’éthique et avec le politique ; rendre plus visible et lisible l’ensemble constitué par les structures relevant de l’Économie Sociale et Solidaire ; fidéliser les adhérents de ces structures ; favoriser le développement de ces structures.

16Cette réflexion sur le volet économique des activités humaines est alors complétée par la réflexion plus globale sur « ce qui fait richesse dans nos sociétés », l’idée de mettre en valeur le potentiel de création de richesse et d’échange de chacun, et les comportements écologiques et solidaires comme constitutifs de la richesse sociétale… Ce que l’on retrouve dans la proposition telle que formulée par Viveret dans son rapport : « favoriser l’échange et l’activité par une politique audacieuse des temps sociaux et l’expérimentation d’une monnaie sociale incitatrice de comportements civiques, solidaires et écologiquement responsables ».

17C’est dans le cadre des réflexions de ce groupe, et de sa volonté de lancer une expérimentation, qu’est apparue l’opportunité de présenter un projet au Fonds Social Européen (programme Equal). Ce type de programme est structuré, financièrement, avec 50 % de ressources provenant du FSE, 30 % de ressources publiques et 20 % de ressources privées. C’est ainsi que certaines collectivités territoriales se sont intégrées au groupe — des collectivités qui étaient déjà, d’une manière ou d’une autre, partie prenante de réflexions ou d’actions sur une nouvelle approche de la richesse — et que les entreprises de l’ESS présentes dans le groupe de travail ont naturellement trouvé leur place dans le programme Equal. Ce programme a démarré mi-2005 et s’est poursuivi jusqu’à mi-2009.

18RR : Quelles ont été les conditions d’émergence du SOL ? Pourquoi cela s’est-il concrétisé à ce moment-là ? Quels étaient les groupes porteurs et les acteurs à cette étape du projet ?

19Celina Whitaker : On peut dire que le SOL est né dans le creuset du bouillonnement intellectuel que représentaient Transversales Science Culture et la mission Viveret, au croisement de ces réflexions et d’acteurs de l’ESS proches de Transversales.

  • 11 Je sais que le terme de « société civile » fait débat. Je l'utilise ici dans un sens très large, en (...)

20On n’était pas, comme aujourd’hui, dans un contexte de crise avérée qui est souvent pointé pour expliquer le boom des monnaies locales, où l’outil monétaire apparaît clairement comme un levier possible pour répondre aux problématiques très concrètes de survie économique et sociale. Ce n’était pas le cas. Ceci étant, je crois qu’il faut être attentif à ne pas non plus réduire l’explication de l’émergence récente de monnaies locales à la seule « réponse au contexte de crise ». Le contexte a sans doute contribué au déclenchement, mais je crois qu’on ne peut comprendre cet essor sans le relier à ce long fil, ce cheminement de réflexions, d’initiatives, d’actions et de pratiques transformatrices portées par la société civile engagée11.

  • 12 Comme Emmaüs, le Secours Catholique, des Centres Sociaux, des membres d'ATTAC, le MDS, le lieu cult (...)

21Pour revenir sur cette question des groupes porteurs — et cela permettra de conclure sur l’historique et boucler sur ma trajectoire personnelle —, à l’époque, j’étais moi-même très investie dans le Collectif Richesses. C’était un collectif d’associations12 et de personnes engagées dans une démarche d’éducation populaire autour de la réappropriation citoyenne de la notion de « richesses » (« qu’est-ce qui compte pour nous ? ») et des indicateurs de richesse alternatifs, pour contribuer aux prises de conscience et la mise à l'ordre du jour de ces questions dans le débat public.

22J’arrive dans le projet SOL à peu près au moment du dépôt du projet Equal/FSE, donc après son cadrage initial (en termes de contenus et d’acteurs), pour en assurer la coordination, avec Jean Philippe Poulnot, de Chèque Déjeuner.

  • 13 Outil monétaire permettant de cibler une aide financière vers un besoin ou un public particulier (e (...)

23Finalement, c’est effectivement une nouvelle catégorie d’acteurs qui entre dans le projet SOL au travers de mon arrivée. La sociologie des deux groupes (le Collectif Richesses et le groupe Monnaie issu du séminaire Transversales) était très différente. Dans le Collectif Richesses, on trouvait principalement des acteurs du milieu associatif et de l’éducation populaire. Le groupe « monnaie » était pour sa part composé d’acteurs plus institutionnels, d’entreprises de l’ESS. De fait, ce groupe était composé d'acteurs déjà sensibilisés et présents dans le champ monétaire, porteurs de pratiques monétaires : banque, monnaie affectée13, assurances. Les SEL, de par leur double dimension de réseau citoyen et d’outil monétaire, participaient de fait aux deux groupes et faisaient en quelque sorte le trait d’union… Mais le Collectif Richesses n’a pas été impliqué dans le projet, ni dans la maturation, ni dans le dessin du projet lui-même.

24RR : Et donc, comment présenter, caractériser le SOL ? Quels succès et quelles difficultés avez-vous rencontrés ?

  • 14 Pour une présentation d'époque du SOL, et plus de détails sur son démarrage et sa mise en œuvre, vo (...)

25Celina Whitaker : Je présentais souvent le SOL comme une boîte à outils, au travers de laquelle on pouvait avoir accès à différentes formes monétaires en fonction des formes d’échange et des richesses que l’on voulait promouvoir14.

26Dans cette boîte à outils, il y avait essentiellement deux tiroirs :

    • 15 « Je cumule des points en achetant dans les entreprises du réseau SOL, et ces points peuvent alors (...)
    • 16 L'acceptation du Sol dans le cadre du programme Equal a été conditionnée à un certain nombre d'étud (...)

    D’une part le SOL coopération. Derrière le SOL coopération, il y avait l’idée de privilégier une autre économie, par la coopération entre entreprises et consommateurs donnant leur préférence à une économie respectueuse des humains et de l’environnement, qui se pense comme moyen et non comme fin. L’idée de favoriser, par cette préférence, le développement des entreprises de l’économie sociale et solidaire et, plus largement, d’une économie écologique et humaine, et de la rendre visible. À l’époque, très concrètement, le sol coopération prenait la forme d’une carte de fidélité de l’économie sociale et solidaire15. Je pense que les raisons de ce choix sont multiples : le cadre contraint par le programme européen16, l’intérêt des entreprises au démarrage du projet pour un outil de ce type, mais aussi le contexte de l’époque (c’était le boom des cartes de fidélité). On y reviendra.

Il faut aussi noter que l’idée de combiner ce SOL coopération avec un fonctionnement de type « monnaie locale » telles qu’on les rencontre aujourd’hui, était présente, en tout cas pour certains, depuis le début du projet. Contrairement à la carte de fidélité, la monnaie locale ne s’appuie pas sur la « distribution » de points par les entreprises participantes, mais sur la conversion d’euros en coupons de monnaie locale, par tout un chacun, entreprises et particuliers. Cette monnaie peut alors être utilisée dans un réseau de prestataires agréés. Le premier effet est donc « d’affecter » la monnaie à l’activité au sein d’un bassin de vie. Cette idée était même fortement poussée par les dynamiques territoriales en fin de période expérimentale, sans que nous ne soyons arrivés au point de le mettre en œuvre.

    • 17 Exemple débattu en Bretagne : comment valoriser le comportement de propriétaires d'appartements qui (...)

    D’autre part, le SOL engagement. L’idée, ici, était de valoriser les richesses non-monétaires, l’entraide et la solidarité, les comportements écologiques et solidaires. Ce SOL-là a été l’objet de beaucoup de discussions, extrêmement intéressantes et riches sur ce qu’on doit prendre en compte et sur la manière dont on doit le prendre en compte quand on parle de richesse sociétale et de contribution de chacun à cette richesse. Que veut dire l’engagement, le bénévolat ? Peut-on, doit-on comptabiliser cet engagement ? Quelle valeur donner à des comportements sociaux ou écologiques ? Comment prendre en compte ces engagements par un outil qui permette la comptabilisation de cette valeur17 sans tomber dans la monétisation (en euros) et la marchandisation ?

  • 18 Une monnaie affectée « classique » (un public cible, une aide ciblée : par exemple « aide à la lect (...)

27Il y avait aussi un tiroir plus spécifiquement destiné à des politiques incitatrices (à destination en particulier, mais pas exclusivement, des collectivités territoriales). Il s’agissait d’une part d’une monnaie affectée en SOLs18, et d’autre part, de l’idée de valoriser les comportements écologiques et solidaires en offrant, « en contrepartie », l’accès à certains services publics. Cette dernière modalité renvoie à la réflexion précédente sur l’engagement et, de fait, ne peut s’envisager, de mon point de vue, sans un réel pas de côté sur ce qui constitue la richesse d’un territoire et sur les différentes formes de contributions à cette richesse par les différents acteurs, citoyens et collectivité.

28À noter aussi que, dès le départ, il y avait l’idée de permettre l’interaction entre ces niveaux, le croisement entre ces tiroirs, sans qu’on ait pu aller très loin dans ce sens.

29On me demande souvent ce qui s’est fait, concrètement, en termes d’usages, d’instruments, de résultats. Pour moi, au final, le cœur de SOL a été la confrontation, le frottement entre toute cette réflexion sur une autre approche de la richesse et de la monnaie, et la réalité. Comment faire pour décliner ces idées en actions transformatrices dans une perspective de réappropriation citoyenne ?

30Concrètement, il y a eu de petites expérimentations sur les volets Sol engagement et monnaie affectée, mais l’accent a surtout été mis sur le SOL Coopération et des circuits d’échange se sont mis en place dans les territoires d’expérimentation, ont fonctionné plus moins bien, plus ou moins longtemps. On pourrait aller rechercher le nombre d’adhérents, le montant des transactions, etc. Mais sincèrement, et ce n’est pas pour refuser les éventuels échecs, je ne suis pas sûre que ce soit là le plus important. En tout cas, ce n’est effectivement pas là que se situe la contribution de SOL. Pour moi, on expérimentait, on défrichait. Ce qui m’intéresse est de voir comment ce qu’on a fait, les décalages et les difficultés qu’on a rencontrés sont des enseignements sur lesquels rebondir.

31RR : L’enseignement de fond porte sur l’expérimentation. Plus concrètement, quel enseignement tirer de cette expérience ?

32Celina Whitaker : Le premier d’entre eux, qu’il est important de poser dès le départ pour s’en affranchir par la suite, est celui des décalages liés à la diversité des catégories d’acteurs impliqués dans un projet. Dans le cas de SOL, on l’a pointé quand on a parlé de son émergence. La place centrale des grandes entreprises de l’ESS (et plus particulièrement de ces entreprises avec des cœurs de métier déjà en prise directe avec la question monétaire) dans le dessin et le démarrage du projet, peut être perçue comme un atout, dans le sens où elles avaient une réflexion et une pratique concrète sur le sujet. Elles avaient de ce fait une certaine légitimité pour se pencher sur cette question, ce qui a sans doute été important à l’époque où la thématique des monnaies complémentaires était considérée, bien plus qu’aujourd’hui, comme farfelue. Mais le programme s’insérait aussi dans leurs propres dynamiques en cours sur cette question monétaire, et, de fait, j’en retire l’impression que leurs logiques internes n’étaient pas compatibles avec une logique d’expérimentation plus radicale (dans le sens d’explorant à la racine, ici la racine de la question monétaire).

  • 19 Sauf à proposer des outils, certes innovants, mais ne venant pas bousculer fondamentalement les dys (...)

33Ce sont de grands groupes, avec un nombre d’adhérents important, et pour qui le lancement de toute innovation doit se penser à grande échelle, ce qui suppose, en amont, une technique fiable à 100 %, un bordage juridique qui ne s’aventure pas dans les marges, et, bien sûr, une certaine visibilité sur la rentabilité économique à moyen terme. Je ne critique pas ce positionnement, mais je souligne un décalage19 entre cette logique-là et le positionnement d’acteurs se plaçant plutôt du côté de transformations construites à partir d’une appropriation citoyenne de la monnaie, des groupes directement impliqués sur ce terrain, pour ne considérer que les deux extrêmes. Ce décalage s’est traduit très concrètement, par exemple, par la priorité absolue donnée au SOL coopération au détriment du SOL engagement, ou encore la très grande importance donnée à la technique comme préalable à tout, avec l’impact que cela a eu sur le projet. J’y reviendrai. Au final, tout le monde ressort frustré du résultat.

34Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a pas posé suffisamment clairement cette question : expliciter les intérêts, les attentes et les contraintes des acteurs dans leurs différences, éclaircir en quoi ces attentes et intérêts étaient, ou non, en contradiction, et pouvaient, ou non, se combiner, se compléter, y compris en se ménageant des espaces propres.

35C’est, pour moi, un premier enseignement pour toutes les initiatives monétaires qui, souvent, démarrent par une mobilisation citoyenne et qui ensuite, dans leur parcours, se retrouvent en interaction avec d’autres catégories d’acteurs, en premier lieu les collectivités territoriales.

36RR : Y a-t-il eu, malgré tout, des développements concrets du projet qui vous semblent riches d’enseignement ?

37Celina Whitaker : Bien sûr et j’en donne quelques exemples :

38D’abord, je voudrais revenir sur le choix du dispositif monétaire. Je n’entre pas là dans le débat électronique versus papier ni dans les raisons liées aux contraintes du cadre d’expérimentation Equal, ou à l’intérêt porté à ce type d’outils par les grandes entreprises. Je voudrais juste pointer un point particulier, et la question qu’il ouvre. Le choix d’un dispositif de type « carte de fidélité » venait aussi, en partie, en écho au contexte de l’époque. La thématique monétaire était très peu débattue. Nous étions plutôt classés dans la case des utopistes, hors de la réalité donc. Mais en parallèle, les cartes de fidélité étaient dans l’air du temps. Du coup, la carte de fidélité apparaissait comme quelque chose d’acceptable, de facile (puisque les gens en utilisaient par ailleurs), mais qui permettait aussi de faire prendre conscience aux personnes de ce que représentait ce geste, « être fidèle à une enseigne », mettre en évidence le rôle d’orientation économique de chacun dans ses choix d’achat, et permettre le pas de côté que représente un changement de comportement et de préférences d’achat. C’est-à-dire que, derrière ce choix, il avait aussi l’idée de mettre en place quelque chose de suffisamment proche de la réalité des gens pour que le pas de côté qui leur était proposé soit possible.

39C’est à mi-chemin entre l’idée de légitimation, de confiance dans le dispositif par la proximité avec ce qu’on connaît (et en lequel on a confiance), et l’idée d’une stratégie de transformation par étapes d’appropriation et d’engagement progressifs. Mais cela pose aussi la question du comment faire vivre le sens (et la transformation qui va avec) au travers d’un outil finalement trop proche des « habitudes non transformées ». Cette question se pose aussi aux initiatives de monnaie locale telles qu’elles se développent maintenant : comment mettre en place un système « facile d’utilisation pour tous », mais, ce faisant, ne pas tomber dans un système qui ne pousse pas à s’interroger sur le fond (car trop ressemblant, il ne provoque plus l’étonnement ouvrant à la recherche d’explications/compréhension) ?

40Un autre élément qui donne à réfléchir est celui de la priorité donnée au SOL coopération au détriment des autres volets du programme, et ce que cela a représenté en termes de dynamique. Petit à petit, c’est comme s’il y avait eu une « évidence consensuelle » (mais qui, de mon point de vue, n’était ni évidente, ni consensuelle), qu’il fallait développer en priorité le SOL coopération. Derrière, on retrouve sans doute le fait que cet outil-là était plus proche des métiers de base des grandes entreprises impliquées dans le projet, et donc que leurs intérêts ou appétences étaient plus directs. Mais il y avait aussi, chez certains, et pour reprendre le raisonnement précédent, l’idée qu’avoir rapidement des résultats économiquement quantifiables serait un levier pour la suite, démontrant l’intérêt de la monnaie et créant de l’adhésion. Cette hypothèse est difficile à évaluer vu que l’on n’a pas vraiment obtenu des résultats à grande échelle, mais je reste persuadée que de ne pas avoir travaillé avec la même intensité, à la même vitesse, le SOL coopération et le SOL engagement a été une erreur, y compris du point de vue du SOL coopération. Cela nous aurait obligés à nous décaler en permanence par rapport à une vision trop classique du SOL Coopération et à mieux tenir la ligne en termes réappropriation citoyenne de la monnaie.

  • 20 Je ne veux pas par-là minimiser les questions techniques, mais les relativiser, d'autant plus que l (...)

41Cela m’amène directement à un dernier point, qui est celui du poids de la technique. Là encore, je ne rentre pas dans le débat électronique versus papier, mais dans l’attention à porter sur la place et le rôle de la technique dans les projets. Dans le cas de SOL, la question technique a été posée d’emblée par la « nécessité » d’avoir un back-office fiable, sécurisé, performant, et ce rapidement et à grande échelle. Beaucoup trop d’énergie a été fléchée sur cette question, au détriment du reste20. Mais surtout, cela enclenche une posture selon laquelle la question serait « seulement et simplement » technique, et que l’on trouvera toujours une solution technique à tous les problèmes, alors qu’il s’agit d’un renversement de vision. Cela met les gens dans l’attente de « l’outil qui va arriver » au lieu d’ouvrir à explorer les possibles. Cela a bloqué, de mon point de vue, des expérimentations à plus petite échelle, plus souples, plus dynamiques, permettant d’approfondir, justement, le lien entre adéquation technique (quels outils) et sens, à partir de retours sur les pratiques des personnes dans cette perspective.

42Derrière cette posture, il y a aussi l’idée que la reconnaissance et la légitimation de la monnaie vont être données par cette fiabilité et sécurité techniques.

43RR : Cela nous semble renvoyer à la question de la confiance, et aux réflexions d’Aglietta et Orléan sur les trois niveaux de confiance méthodique, hiérarchique et éthique, pas vous ?

44Celina Whitaker : Oui, tout à fait, c’est une grille d’analyse très pertinente. Comment se créent la confiance et l’adhésion à cette monnaie ? Par la légitimation technique et institutionnelle ? Par l’usage ? Par l’appropriation du sens ? On a peut-être tendance à privilégier seulement la confiance par la fiabilité technique et la reconnaissance institutionnelle (et en particulier par les pouvoirs publics), et par l’acceptation par l’usage.

45Mais les différents niveaux doivent se mener de front, et de manière croisée. Créer la confiance par le sens (in fine, pourquoi a-t-on besoin de mettre en place un nouvel outil monétaire ?) me paraît essentiel. Cela signifie aussi se décentrer de la monnaie (qui, de mon point de vue, n’est pas un objectif en soi) pour la construire comme un outil, un moyen, certes particulier mais qui s’inscrit dans un projet de transformation plus large.

46RR : Aujourd’hui, on compte plus d’une trentaine de monnaies locales en France. Pensez-vous que cela présente une menace pour l’euro ? Que signifie la multiplication de ces monnaies ? Pour vous, quelle est la position du régulateur monétaire central quand il entend parler de ces monnaies ?

47Celina Whitaker : La question appelle plusieurs niveaux de réponse.

  • 21 Sauf la Sonante, à Nantes, mais qui est portée par une banque, le Crédit Municipal.

48Si l’on considère les monnaies locales telles que développées en France, et que l’on s’intéresse au dispositif, à l’architecture monétaire qui est proposée, on n’est pas du tout dans une configuration de menace pour l’euro, loin de là. Ce ne sont pas des monnaies de crédit, à l’inverse, par exemple, de monnaies de crédit mutuel, telles que les LET ou les WIR21. Elles s’obtiennent par conversion d’euros, lesquels euros constituent alors un fonds de réserve… De ce point de vue, elles sont finalement assez sages !

  • 22 Voir par exemple le manifeste pour les monnaies locales complémentaires http://monnaie-locale-compl (...)
  • 23 Dans ce sens, il est révélateur de voir le nombre et la variété de livres publiés sur la question m (...)

49Par contre, elles mettent en débat le rôle que l’on veut faire jouer à la monnaie, et les lieux de décision et de pouvoir. Les monnaies locales le posent clairement : d’une part, en se définissant comme un outil économique22 permettant de favoriser, de dynamiser l’économie locale, non-spéculative, au service des gens… mais aussi de renforcer le lien social à travers les échanges ; d’autre part, par leur dynamique citoyenne, c’est-à-dire la réappropriation par les citoyens de la compréhension du fait monétaire et l’instauration d’une gouvernance partagée par l’ensemble des acteurs parties prenantes des circuits monétaires mis en place. Poser l’hypothèse d’une monnaie complémentaire amène à interroger nos pratiques (sur la richesse, l’échange, la rétribution, la mesure, etc.), à se poser la question de ce qu’est la monnaie, de qui l’émet, qui la contrôle, etc., et à revisiter notre compréhension du système dans lequel nous sommes insérés. En ce sens, les monnaies locales sont une « contestation monétaire », remettant en cause l’idée de neutralité monétaire et incitant les citoyens à questionner son rôle, sa gouvernance, et à en revendiquer la maîtrise citoyenne. Elles constituent ainsi un outil de prise de conscience politique et un levier d’action sociétal23.

50RR : Comment interprétez-vous l’implication plus grande des collectivités locales ? Est-ce le symptôme d’une contestation politique ou d’une marge de manœuvre des collectivités ?

51Celina Whitaker : Je n’ai pas de légitimité ni d’informations concrètes pour répondre à cette question. Sans doute, il y a, dans l’intérêt que les collectivités portent aux monnaies locales, et dans leur l’implication, la compréhension de cet effet de la monnaie comme levier d’orientation et d’action pour ses propres politiques. Si une collectivité entre dans un dispositif de monnaie locale explicitement, comme acteur économique du territoire, elle prend position sur le type d’économie qu’elle souhaite favoriser et dynamiser dans son territoire.

52Mais je voudrais surtout insister sur l’importance de l’approche citoyenne. C’est là, de mon point de vue, que réside le pouvoir transformateur des monnaies locales. C’est-à-dire dans cette réappropriation de la compréhension de ce qu’est la monnaie, des mécanismes monétaires, et de (re)prise en main démocratique, collective, de notre capacité d’action sur cet outil central dans nos sociétés qu’est la monnaie, pour l’inscrire dans la construction de modes de vie justes et soutenables.

  • 24 Michel Aglietta, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, « La monnaie, la valeur et la règle », (...)

53RR : Dans un entretien avec la Revue de la Régulation, Michel Aglietta revient, à propos des monnaies locales, sur le lien entre le politique et la monnaie. Voici ce qu’il en dit : « le lien organique du public et de la monnaie est absolument décisif au niveau le plus fondamental. Ce lien étroit doit être pris en compte à chaque fois qu’on essaye de faire avancer un système monétaire, une innovation monétaire24 ». Cela pose la question de la nature du rapport et des formes d’articulation entre la société civile et les collectivités locales, voire nationales.

54Celina Whitaker : Pour moi, il s’agit de la construction d’un nouveau lien entre des citoyens et leur monnaie, et du projet politique qui sous-tend le projet monétaire. Cela rejoint, d’une certaine manière, les démarches de définition de nouveaux indicateurs de richesse et la réflexion concernant qui est légitime pour définir ce qui compte le plus : tout indicateur est porteur d’une vision, et traduit le socle de valeurs communes « autour desquelles nous choisissons de faire société ». Cette question nous interroge tous et appelle une réponse collective et concertée. Dès lors, il ne peut y avoir de définition des dits indicateurs sans processus collaboratif. Il en est de même pour les innovations monétaires qui se construisent « dans une perspective de transitions vers un mode de vie juste et soutenable25 ».

55Dans cet ensemble, le mode de relation avec l’État et les collectivités publiques doit être repensé. Il y a, dans les MLC, la volonté citoyenne d’être partie prenante de la question monétaire et, plus encore, de penser la monnaie comme bien commun. Cela amène à réinterroger le fonctionnement du système dans son ensemble, et de sa gouvernance. Ce qui n’est pas encore le cas…

56Prenons par exemple la Loi ESS, votée en juillet 2014 qui définit dans son article 10 Ter, les « titres des monnaies locales complémentaires ». Cette loi, par la reconnaissance de l’existence des monnaies locales complémentaires, fournit un cadre qui peut aider, permettre aux collectivités territoriales de s’impliquer dans des initiatives de monnaie complémentaire (en acceptant et utilisant la monnaie complémentaire). Sur ce point, elle est intéressante.

  • 26 Art. L. 311-5. : « Les titres de monnaies locales complémentaires peuvent être émis et gérés par un (...)

57Mais au-delà de cette reconnaissance, et de la confiance hiérarchique qu’elle instaure, la loi ne prend pas en considération les questions posées par les MLC en termes de rôle et de mode de gouvernance monétaire. Ainsi, l’article 10 Ter ne fait que confirmer le fait que les monnaies locales sont soumises aux dispositions du code monétaire et financier, mais il ne dit rien sur leur objet (des monnaies de bien commun pour un autre développement…). De plus, sa définition des émetteurs et gestionnaires de ces monnaies est restrictive26 et continue à véhiculer l’idée d’une prétendue neutralité monétaire en nous renvoyant à une forme d’organisation qui, à nouveau, sépare le politique (les choix d’orientation) et la gestion monétaire.

58La loi, telle qu’elle existe, est le résultat d’un rapport de places (plus que d’un rapport de forces). Au fond, en leur fournissant un cadre et une reconnaissance, elle acte la place des collectivités territoriales et des acteurs institués de l’ESS dans des initiatives de ce type, mais sans véritable prise en compte des dynamiques citoyennes et de ce qu’elles portent en termes d’innovation, et qui demanderaient plutôt un cadre permettant l’expérimentation et assurant une gouvernance démocratique.

59Les MLC, dans leur contribution au rapport de la Mission Monnaies Locales Complémentaires le posent clairement :

  • 27 « Si c'était à refaire : retour d'expérience sur la mise en place des monnaies citoyennes et perspe (...)

La question qui se pose à nous est de savoir comment penser un encadrement légal, qui donne la possibilité d’avancer, par la reconnaissance et la confiance hiérarchique qu’il instaure, sans pour autant empêcher de poursuivre dans l’expérimentation, les tâtonnements, la construction en action. Et ce, sur un thème éminemment politique, celui de la monnaie27 !

60RR : Un des débats actuels autour de ces monnaies renvoie à leur périmètre. Pensez-vous qu’il faille agrandir leur périmètre d’usage ou, au contraire, faut-il des périmètres réduits, à taille humaine ?

  • 28 Les « Rencontres » sont conçues comme un espace de dialogue pour les praticiens des monnaies social (...)

61Celina Whitaker : C’est une question à tiroirs… pour laquelle je n’ai pas de réponse. Lors de rencontres de Villarceaux28 de juin 2014, nous avons débattu des « enjeux du changement d’échelle », qui renvoient, en partie, à la question de la taille des dispositifs. On peut penser le changement d’échelle par augmentation de la taille, par essaimage / réplication des dispositifs (qui, eux, restent de petite taille) ou encore par diffusion / percolation des idées.

62Faut-il privilégier à tout prix une taille suffisante, avec un nombre d’utilisateurs important, une bonne vitesse de circulation de la monnaie, un périmètre large permettant un volume de transactions suffisamment important… et ainsi atteindre un seuil qui puisse asseoir la reconnaissance par la démonstration de l’impact obtenu par l’introduction de la monnaie (comme on a vu précédemment) ? Ou doit-on privilégier l’échelle des échanges humains et de l’inter-connaissance entre membres du réseau, une taille compatible avec une réelle participation des utilisateurs dans la conduite et la co-gestion de la démarche, l’appropriation du dispositif par les citoyens et le temps long de la co-élaboration ?

63Pour moi, il faut traiter cette question sous la forme de tensions à résoudre. Tensions entre le quantitatif et le qualitatif, entre croissance et appropriation, entre confiance méthodique et confiance éthique.

64De mon point de vue, ces tensions ne peuvent être traitées que par la pratique, au regard du réel auquel on se confronte dans la mise en œuvre du dispositif, et des objectifs que l’on poursuit. En effet, le risque, dans ce débat sur la taille (et l’efficacité) des dispositifs, est de se centrer sur la monnaie elle-même et non sur l’objectif de transformation. En ce sens, l’exemple du Palmas est explicite29. L’objectif était de promouvoir l’activité économique (solidaire) et l’emploi dans le quartier, et pour cela, de privilégier l’achat local. L’étude montre que la relocalisation de la consommation a été effective et a permis le développement endogène du quartier, alors que la circulation de la monnaie Palmas est restée faible. C’est un peu de monnaie qui a contribué à beaucoup de choses, par la prise de conscience qu’elle a permis, et sa combinaison avec d’autres dispositifs. La monnaie a fait partie d’un tout.

65La question de la taille renvoie également à celle du périmètre d’usage, du périmètre géographique à privilégier. Lors des rencontres des MLC en mai dernier30 l’idée de « territoire proportionné » a été posée. C’est un terme intéressant, car il relativise la question géographique, en la reliant au bassin de vie, la densité de population, les activités économiques existantes et leurs flux, les relations entre ce territoire et d’autres. On peut alors avoir, pour deux monnaies, des territoires de taille très différente, mais chacun à sa juste proportion. C’est un élément de réponse.

66Cela nous amène, en cascade, à la question de la cohabitation entre monnaies au sein d’un territoire plus large. Doit-on avoir une monnaie par bassin de vie, ou une même monnaie pour plusieurs bassins de vie dans la mesure où ils sont proches et en inter-relation ?

67Dans SOL, nous avions fait le choix (théorique) de nommer la monnaie par un même nom, alors qu’elle était expérimentée sur des territoires différents et délimités. L’idée était de coupler « territoires de vie » et coopération entre « territoires de valeur » ayant fait les mêmes choix en termes d’orientation de développement.

68Je pense que l’idée est bonne, en soi, en ce qu’elle projette, mais on ne peut la décréter. C’est l’intention qui est derrière qu’il faut apporter au débat et voir sous quelles formes les relations entre territoires peuvent être mises en pratique.

69Mais cette discussion reste, en l’état, trop théorique. Les réponses sont dans les pratiques, ou plus précisément dans le croisement théorie / pratique, quand le réel s’invite dans le modèle. Et c’est un long chemin, que l’on pose pas à pas.

70Il y a sans doute plus de recherche collaborative à faire là-dessus, en co-analyse avec les porteurs de projet sur les pratiques mises en place, les contextes, les dynamiques à l’œuvre et ce qu’elles produisent, à croiser aussi sans doute avec les réflexions plus théoriques sur la circulation monétaire et les conséquences en termes d’activité, etc.

71RR : Autour de ces monnaies locales complémentaires se côtoient des acteurs de terrain et des chercheurs qui participent à leur construction. Comment peut-on qualifier la nature des échanges entre acteurs et chercheurs ? Y a-t-il un fossé entre différents savoirs monétaires ? De façon plus générale, comment situez-vous les relations avec la recherche académique : quel message à leur/nous faire passer ?

72Celina Whitaker : La relation entre acteurs et chercheurs autour de ces projets et initiatives de MLC pose effectivement la question de la relation entre les différentes formes de savoir, les différents types d’expertise. Cela se cristallise peut-être de façon assez particulière autour de cette thématique de la monnaie et des MLC.

73D’une part parce que, au fond, on assiste à une irruption citoyenne dans un champ qui était jusqu’ici réservé aux spécialistes, et toujours présenté comme trop compliqué pour qu'on le comprenne. Mais aussi parce que c’est un champ que l’on ne peut pas traiter uniquement depuis la fenêtre de l’économiste. Quand Jean-Michel Servet parle de la fable du troc et des monnaies du lien, quand Aglietta et Orléan considèrent la monnaie comme fondatrice de nos formes sociales et la présentent comme un « fait social total », je crois qu’on est tous d’accord sur l’intérêt et la pertinence du croisement des disciplines, de la sociologie, l’anthropologie, l’économie, etc. autour de cet objet.

74Je fais un pas de plus en disant que, de ce fait même, il est aussi nécessaire de croiser ces savoirs interdisciplinaires avec les savoirs issus de la pratique, de la mise en œuvre des dispositifs monétaires et de leur confrontation au réel. Il ne s’agit pas là de renverser les rôles, d’effacer les spécificités des apports, mais de convoquer et de repositionner des savoirs de nature différente autour d’un objet commun, dans sa relation au réel.

  • 31 Et en particulier, pour ce que j'ai le plus connu, au sein du département INRA SAD (Sciences pour l (...)

75Il s’agit, tout d’abord, de la reconnaissance des savoirs issus des pratiques, des expertises autres qu’académiques. C’est-à-dire du savoir qui vient des gens, et de la reconnaissance que ce savoir est un apport : la pratique génère un savoir et ce savoir est nécessaire pour repenser le système. Pour prendre exemple dans un autre champ de connaissances que je connais, c’est la place accordée au savoir de l’agriculteur, du paysan. Il y a ainsi tout un champ de travaux de recherche-action qui reconnaît ce savoir, cet apport, à sa juste place31. Il y a alors en quelque sorte une collaboration entre les deux univers, entre chercheurs et paysans, qui ouvre à une co-analyse et co-élaboration de savoirs entre acteurs de terrain et chercheurs.

  • 32 Où, pour reprendre l'expression d'Hubert Reeves : « pour explorer le champ des possibles, le bricol (...)
  • 33 Voir par exemple : « Les agriculteurs source d'innovations : exemple des associations plurispécifiq (...)

76Le terrain de l’action monétaire, et qui plus est d’une action monétaire « réinvestie de son pouvoir d’orientation politique », ne peut être abordé que sous un tel angle. Et ce d’autant plus que l’on est, dans ces initiatives de monnaies locales, dans l’innovation, l’exploration de champs neufs, et donc dans des territoires d’invention32. Il s’agit alors aussi de la reconnaissance du rôle et de l’apport de ces initiatives citoyennes en tant qu’explorateurs de ces nouvelles formes de penser et d’agir sur la question monétaire. Si je continue le fil de mon exemple agricole, on peut le comparer au rôle des paysans dans la transition écologique. Ce que l’on observe, de fait, c’est la mobilisation des agriculteurs dans la recherche et la mise en œuvre de nouvelles pratiques, qui sont à la source d’innovations et donc de savoirs nouveaux, qui sont alors croisés avec les savoirs scientifiques33.

  • 34 Et je m'intègre à ce cheminement, au travers de mon expérience à SOL et ce qu'elle nous enseigne, e (...)
  • 35 Voir à ce propos le texte de Michel Lepesant, de la Mesure, à Romans sur Isère http://monnaie-local (...)

77Ainsi, sur le terrain des monnaies locales, on cherche, on construit, on expérimente34. On met en place, on se questionne, on rebondit sur des situations nouvelles, non-imaginées, on évolue, et ce faisant, on construit une expertise réflexive et concrète. Je pense par exemple actuellement à toute la discussion-action sur l’élargissement des publics. Après une première phase où l’une des grandes préoccupations des initiatives de MLC était d’avoir un réseau de prestataires suffisant, on remarque aujourd’hui que le nœud le plus difficile est celui des utilisateurs. Pour quelles raisons ? Comment faire ? Comment cela vient-il interroger notre propre vision sur la monnaie35 ?

78Il y a autour de ces monnaies, un enjeu croisé dans le choix du cadre d’analyse du fait monétaire et des acteurs en présence, et dans l’adoption d’un rapport plus symétrique entre chercheurs et praticiens dans la coproduction de savoirs. Dans les deux cas, il s’agit de la place des citoyens comme acteurs : dans la reconnaissance des savoirs issus de la pratique et de la capacité réflexive sur cette pratique, et dans notre organisation sociale autour de la monnaie et sa gestion collective.

  • 36 « Pour le dire autrement, la science impliquée est le nom d’une science qui prend pleinement acte d (...)

79Cela renvoie également à l’idée d’une « science impliquée » pour reprendre le terme proposé par Leo Coutellec36, dans son imbrication au contexte social et culturel, dans les valeurs qui la sous-tendent, dans la production d’éléments de réflexion et d’analyse pertinents pour questionner et alimenter l’action.

80RR : Il y a en effet la « parole autorisée » du chercheur qui « vaut » plus. C’est ce que disait Bourdieu : le chercheur parle « au nom de » ; sa parole est légitimée car c’est un chercheur. Il y a donc un déséquilibre entre la légitimité de la parole du chercheur et celle de l’acteur ordinaire.

81Celina Whitaker : Bien sûr, il y a cette question du déséquilibre entre les légitimités de la parole de l’un et de l’autre. Au-delà, se pose aussi la question de la reconnaissance de l’apport réflexif et analytique de l’acteur à partir de sa pratique.

82Dans leur contribution au rapport de la Mission Monnaies Locales Complémentaires, les acteurs porteurs d’initiatives monétaires ont posé cette question : « Quelle est la place qui nous a été donnée ? Objets d’étude ou apporteurs de contenu ? »

83C’est à nous, acteurs et chercheurs conscients de cela, de trouver les formes permettant ce croisement des savoirs, des expertises et des regards analytiques.

84Tout d’abord dans la définition même de l’objet d’étude : « Qu’est-ce qu’il serait intéressant de regarder, du point de vue du chercheur, du point de vue de l’acteur ? Comment évaluer de tels dispositifs, quels critères sont pertinents ? » Puis dans les modalités de collecte des données, les méthodes à repenser. Et enfin, dans l’analyse, c’est-à-dire le regard sur les données : comment le chercheur interprète les données au regard de ses connaissances ? Comment l’acteur les interprète, au regard de sa pratique, de son analyse de cette pratique et de ses objectifs ? Léo Coutellec parle de co-errances37. Je trouve que c’est un beau terme que l’on pourrait extrapoler.

85RR : Vous connaissez de près non seulement les expériences monétaires locales en Europe mais aussi les expériences en Amérique latine, en particulier celles des monnaies brésiliennes. Pour conclure cet entretien, qu’est-ce qui rapproche ces expériences et qu’est-ce qui les sépare ? Y-a-t-il une certaine universalité des questionnements ?

86Celina Whitaker : C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, si on ne veut pas tomber dans des généralités ou des simplifications abusives et peu productives. C’est clair qu’il y a une différence entre les initiatives monétaires en France et les expériences brésiliennes. Comment pourrait-il en être autrement ? Le contexte n’est pas le même, les dynamiques sociales et d’action ne sont pas les mêmes.

87On met souvent en avant la différence entre des monnaies qui naissent de situations de nécessité, de grande précarité (les expériences en Amérique Latine) et les initiatives françaises qui naissent plutôt d’une volonté de transition, de changement de système. Ce qui est sûr, c’est que, dans ces deux situations, contexte de nécessité quasi absolue dans un cas, ou prise de conscience de la possibilité d’agir sur le levier monétaire pour contribuer à un changement dans l’autre, le déclic n’est pas le même, la dynamique d’engagement n’est pas la même. Mais est-ce que cela empêche de trouver, au final des comportements similaires ?

88On peut aussi bien sûr pointer d’autres différences entre initiatives en Europe et en Amérique latine, ou encore tout simplement entre les démarches observées en France et celles qui fleurissent dans les pays du Sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Grèce). Ce ne sont pas toujours les mêmes dispositifs monétaires. On trouve par exemple en Espagne un certain nombre de dispositifs de type « crédit mutuel », à rapprocher en partie des systèmes LETs. Le choix du dispositif est bien sûr lié, en partie, à la problématique à laquelle il veut répondre, mais qu’il serait intéressant de creuser, pour interroger ce qu’il permet, les perspectives qu’il ouvre. Dans cet entretien, nous avons surtout abordé le SOL et les expériences de monnaies locales, dans la forme qu’elles existent en France. Le débat sur le choix concret de tel ou tel dispositif, de telle ou telle forme monétaire, en fonction des objectifs et des contextes, ouvre un autre champ de discussion et de réflexion passionnant.

  • 38 Par exemple les banques communautaires ou la Cubo Card.

89Un autre élément de différenciation des initiatives est la forme dont elles sont intégrées à des projets plus globaux. Les monnaies brésiliennes, pour ce que j’en connais38, émergent au sein de dynamiques plus larges, et en sont l’un des outils, en articulation avec d’autres (au contraire de la majorité des projets français qui s’articulent autour de l’outil monétaire). C’est aussi un débat intéressant pour les initiatives françaises, en ce qu’il pose la question du pourquoi, des objectifs recherchés, et de l’évaluation du dispositif monétaire au regard de ces objectifs (et non de son seul fonctionnement).

90Au fond, on ouvre, avec ces comparaisons, un autre champ de discussion et de réflexion qui peut être fécond pour inspirer, alimenter, penser l’action, à condition de prendre le temps d’une analyse contextuelle plus large de chaque situation…

Haut de page

Bibliographie

Coutellec, L. (2012), La co-errance ou comment être coopérativement cohérent, post de blog https://leocoutellec.wordpress.com/2012/12/10/le-concept-de-co-errance/

Coutellec, L. (2015), « Pour une philosophie politique des sciences impliquées », Ecologie & politique, no 2-51.

Lamé, A.  et al. (2015) « Les agriculteurs source d’innovations : exemple des associations plurispécifiques dans le grand ouest de la France » , à paraître dans Agronomie, Environnement et Sociétés, no 2.

Lepesant, M. (2014), MLC : où peuvent-elles aller ? Intervention aux JECO, Lyon de la Mesure, à Romans sur Isère http://monnaie-locale-romans.org/2014/11/mlc-ou-peuvent-elles-aller/#more-3688

Meyer, C. (2013), Finance solidaire et monnaie locale : le cas Palmas, Institut Veblen http://www.veblen-institute.org/Finance-solidaire-et-monnaie

Viveret, P. et Whitaker, C. (2015), « De l’audit des richesses aux monnaies citoyennes » in Magnen, J.-C., Fourel, C. et Nicolas, N. (dir.), Rapport Mission Monnaies Locales Complémentaires, Deuxième partie, avril 2015.

Réseau MLC, (2015), « Si c’était à refaire : retour d’expérience sur la mise en place des monnaies citoyennes et perspectives d’avenir », in Magnen, J.-C., Fourel, C. et Nicolas, N. (dir.), Rapport Mission Monnaies Locales Complémentaires, Deuxième partie, avril 2015.

Réseau MLC, Manifeste pour les monnaies locales complémentaires http://monnaie-locale-complementaire.net/manifeste-mlc/

Robin, J. (1999) « Des monnaies plurielles pour de nouvelles formes d’échange », Transversales Science Culture, no 59.

Whitaker, C. (2007) « Le SOL - monnaie complémentaire pour un développement plus humain ». Lettre électronique de Transversales Science Culture, décembre : http://grit-transversales.org

Whitaker, C. (2011) « L’ébullition des Monnaies complémentaires françaises », in Revue Territoires, no 515, février.

Whitaker, C. (2012) « Monnaies sociales, complémentaires, alternatives : de quoi parle-t-on ? » in Carine Dartiguepeyrou (coord) Au-delà de la crise financière, nouvelles valeurs, nouvelles richesses, Paris, L’harmattan.

Haut de page

Notes

1 http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Syst%C3%A8me_agraire

2 http://www.interafocg.org/

3 Secrétaire d’État Guy Hascoët, sous le gouvernement de Lionel Jospin.

4 www.collectif-richesses.org

5 Echanges de services et de savoirs entre personnes, comptabilisés sous la forme du temps passé. Quel que soit le service rendu, 1h égale toujours 1h.

6 Groupe de recherche inter et trans-disciplinaire

7 Voir par exemple Jacques Robin, « Des monnaies plurielles pour de nouvelles formes d’échange » in Transversales Science Culture no 59, 1999.

8 Participaient à l'organisation de ce séminaire, outre Transversales Science Culture, la Fondation pour le Progrès de l'Homme et le Laboratoire du Futur, avec le soutien de quelques grands acteurs de l’Économie Sociale tels la MACIF, le Groupe Chèque Déjeuner ainsi que la Caisse des Dépôts et Consignations.

9 Voir l’article consacré au Trueque dans ce même dossier : https://regulation.revues.org/11480

10 Voir l’article consacré au WIR dans ce même dossier : https://regulation.revues.org/11463

11 Je sais que le terme de « société civile » fait débat. Je l'utilise ici dans un sens très large, englobant toutes les dynamiques portées par des citoyens organisés formellement ou non, et dans le but de les différencier de l'action économique et de l'action publique.

12 Comme Emmaüs, le Secours Catholique, des Centres Sociaux, des membres d'ATTAC, le MDS, le lieu culturel Mains d’Œuvres, des membres de SEL, pour n'en citer que quelques-unes.

13 Outil monétaire permettant de cibler une aide financière vers un besoin ou un public particulier (exemples : tiicket restaurant, chèque petite enfance, chèque culture, etc.)

14 Pour une présentation d'époque du SOL, et plus de détails sur son démarrage et sa mise en œuvre, voir par exemple :

http://grit-transversales.org/dossier_article.php3?id_article=243

Whitaker, C. (2008), « Le projet SOL en résumé », in Lietaer, B., Kennedy, M., Monnaies Régionales, ECLM.

ou encore Whitaker C., Delille, P., « Le projet Sol : pour retrouver le sens des valeurs » in Blanc, J ; (dir.), Exclusion et liens financiers : Monnaies sociales, Rapport 2005-2006, Paris, Économica, 547 pages.

15 « Je cumule des points en achetant dans les entreprises du réseau SOL, et ces points peuvent alors être utilisés pour de nouveaux achats dans les entreprises du réseau ».

16 L'acceptation du Sol dans le cadre du programme Equal a été conditionnée à un certain nombre d'études préalables, pour assurer que le projet ne sortirait en aucun cas du cadre légal. Ainsi, nous avons dû faire une compilation des autres expériences européennes et des cadres légaux auxquels elles se rattachaient, ou encore reprendre les conclusions des analyses antérieures sur les SEL pour démontrer que ce que nous proposions n'allait pas à l'encontre du droit du travail, etc. Cette question de la légalité était très présente dans toute décision.

17 Exemple débattu en Bretagne : comment valoriser le comportement de propriétaires d'appartements qui choisissent de louer leur appartement par l'intermédiaire d'une AIVS - Agence Immobilière à Vocation Sociale, en dessous du prix du marché ?

18 Une monnaie affectée « classique » (un public cible, une aide ciblée : par exemple « aide à la lecture pour les jeunes ») combinée à un réseau de prestataires préférentiels (faisant partie du réseau de circulation de la monnaie et portant une « autre approche » de leur activité économique).

19 Sauf à proposer des outils, certes innovants, mais ne venant pas bousculer fondamentalement les dysfonctionnements monétaires.

20 Je ne veux pas par-là minimiser les questions techniques, mais les relativiser, d'autant plus que le système technique (et en particulier l’informatique) évoluant par lui-même (en autonomie par rapport au projet) et très rapidement, le risque est de courir en permanence derrière les solutions techniques les plus performantes.

21 Sauf la Sonante, à Nantes, mais qui est portée par une banque, le Crédit Municipal.

22 Voir par exemple le manifeste pour les monnaies locales complémentaires http://monnaie-locale-complementaire.net/manifeste-mlc/

23 Dans ce sens, il est révélateur de voir le nombre et la variété de livres publiés sur la question monétaire écrits par des non-économistes, quelques fois à compte d'auteur. La multiplication des initiatives de monnaie révèle également cette évolution des prises de conscience.

24 Michel Aglietta, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, « La monnaie, la valeur et la règle », Revue de la régulation, 16 | 2e semestre / Autumn 2014. URL : http://regulation.revues.org/10998

25 http://monnaie-locale-complementaire.net/manifeste-mlc/

26 Art. L. 311-5. : « Les titres de monnaies locales complémentaires peuvent être émis et gérés par une des personnes mentionnées à l'article 1er de la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire dont c'est l'unique objet social ».

27 « Si c'était à refaire : retour d'expérience sur la mise en place des monnaies citoyennes et perspectives d'avenir, Réseau MLC », in Magnen, J.-P. et Fourel, C., Rapport Mission Monnaies Locales Complémentaires, Deuxième partie, Avril 2015.

28 Les « Rencontres » sont conçues comme un espace de dialogue pour les praticiens des monnaies sociales et complémentaires, des chercheurs étudiant ces dispositifs et d’autres acteurs et chercheurs impliqués dans le débat sur la monnaie comme outil de transformation sociale. http://www.veblen-institute.org/Rencontres-monetaires-de

29 Voir à ce sujet l'article de Camille Meyer http://www.veblen-institute.org/Finance-solidaire-et-monnaie

30 http://monnaie-locale-complementaire.net/cr-de-la-rencontre-de-bidart/

31 Et en particulier, pour ce que j'ai le plus connu, au sein du département INRA SAD (Sciences pour l'Action et le Développement).

32 Où, pour reprendre l'expression d'Hubert Reeves : « pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace ».

33 Voir par exemple : « Les agriculteurs source d'innovations : exemple des associations plurispécifiques dans le grand ouest de la France », Lamé, A. et al., à paraître dans Agronomie, Environnement et Sociétés, 2015 no 2.

34 Et je m'intègre à ce cheminement, au travers de mon expérience à SOL et ce qu'elle nous enseigne, et de mon compagnonnage avec des acteurs de différentes initiatives de MLC.

35 Voir à ce propos le texte de Michel Lepesant, de la Mesure, à Romans sur Isère http://monnaie-locale-romans.org/2014/11/mlc-ou-peuvent-elles-aller/#more-3688

36 « Pour le dire autrement, la science impliquée est le nom d’une science qui prend pleinement acte de sa responsabilité, qui prend conscience de la nécessité d’une attention aux conséquences, qui ouvre la possibilité d’un questionnement sur ses finalités, une science qui ne revendique plus sa neutralité axiologique pour affirmer son objectivité, une science qui fait de l’engagement (sur un territoire, pour une visée particulière, dans un contexte) une valeur épistémique centrale, une science qui organise le partage des savoirs et des pouvoirs liés à ces savoirs », Léo Coutellec, « Pour une philosophie politique des sciences impliquées » in Écologie & politique, 2015/2, no  51.

37 https://leocoutellec.wordpress.com/2012/12/10/le-concept-de-co-errance/

38 Par exemple les banques communautaires ou la Cubo Card.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Celina Whitaker, Thomas Lamarche, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, « L’expérience des monnaies complémentaires : questionner et redéfinir le lien des citoyens à la monnaie », Revue de la régulation, 18 | -1, 1-13.

Référence électronique

Celina Whitaker, Thomas Lamarche, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, « L’expérience des monnaies complémentaires : questionner et redéfinir le lien des citoyens à la monnaie », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/11578

Haut de page

Auteurs

Celina Whitaker

Coprésidente du réseau FAIR, celina.whitaker@ouvaton.org

Thomas Lamarche

Articles du même auteur

Pepita Ould Ahmed

Articles du même auteur

Jean-François Ponsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page