Navigation – Plan du site
Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives

Contesting Through Projects. The Case of Associative Local Currencies
La contestación por medio de proyectos. El caso de las monedas locales asociativas
Jérôme Blanc

Résumés

Les monnaies associatives à circulation locale et commerciale, qui ont émergé en France depuis 2010 principalement, sont construites sur des fondements contestataires en vue d’une économie alternative et prennent la forme de projets destinés à agir sur la réalité. Elles font donc converger la critique et l’initiative. Ce texte analyse en quoi l’emploi de la catégorie du projet par les militants peut avoir un effet retour sur la portée de la contestation elle-même. À cette fin, ce texte commence par caractériser ce qui relève de la critique ou de la contestation dans les initiatives de monnaies associatives. Il poursuit en montrant en quoi ces initiatives relèvent de la forme du projet et souligne la contradiction possible entre projet et contestation du capitalisme dans sa forme néolibérale. Il ébauche la catégorie de « cité par projets solidaires » afin de rendre compte du genre particulier de projet que sont les monnaies locales associatives. L’examen d’une initiative monétaire associative particulière au filtre de la gestion de projet permet d’identifier les décalages que cette dernière occasionne sur le projet lui-même, et interroge la capacité de tels projets de réaliser leur dimension alternative et donc de contribuer à la transformation sociale désirée.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les référés anonymes dont les remarques m’ont permis d’améliorer le texte. Les lectures critiques de Franck Bessis, Bruno Frère, Emilie Lanciano, Bruno Théret, Bertrand Tortellier et David Vallat m’ont aussi été très profitables.

Introduction

Pourquoi l’économie solidaire n’a-t-elle pas d’ennemi, ou presque ? Ne serait-ce pas parce que personne (y compris ou surtout ceux qui occupent les positions dominantes) n’a rien à perdre à une entreprise dont l’action est condamnée à ne se réaliser toujours qu’à la marge ?

  • 1 Boltanski, L. (2009), « Préface » in Bruno Frère, Le nouvel esprit solidaire, Paris, Desclée de Bro (...)

Luc Boltanski1

1Les monnaies locales associatives sont des monnaies destinées à circuler entre des particuliers et des prestataires professionnels (commerçants et producteurs locaux) sélectionnés en fonction de leurs pratiques et de leurs valeurs. Elles doivent favoriser une économie locale répondant à des critères de soutenabilité et encourager la transformation progressive de la consommation, de la production et du commerce vers des pratiques plus soutenables. Elles visent aussi une forme d’éducation populaire en matière d’économie, de finance et de monnaie. Emises par des groupes associatifs, elles sont en plein essor en France depuis les premières expériences lancées en 2010 (Blanc et Fare, 2013). Elles s’enracinent dans une dynamique plus ancienne, française et internationale, qui a émergé dans les années 1980 avec les premiers LETS (Local Exchange Trading Systems), et qui a donné lieu à une grande diversité de dispositifs (Solomon, 1996 ; Servet,1999 ; Lietaer, 2001 ; Blanc, 2006). Tous ont cependant en commun d’être de nature associative : les associations se constituent autour d’une vision de ce que devrait être une bonne économie, une bonne finance, une bonne monnaie, et sont la construction collective de personnes assemblées volontairement autour de ce projet considéré comme d’intérêt collectif voire général. L’association est ici un regroupement formel de personnes autour d’une initiative non lucrative, sous des statuts qui varient selon les pays.

  • 2 Il est d’usage d’articuler économie sociale et économie solidaire en renvoyant l’économie sociale à (...)

2Dans le monde francophone, les observateurs académiques ont souvent placé ces expériences monétaires associatives dans l’univers de l’économie solidaire, aux côtés des expériences de finances solidaires, du commerce équitable voire des services de proximité (Laville et al., 2005 ; Gardin, 2006 ; Frère, 2009 ; Laville, 2010 ; Servet, 2010 ; Dacheux et Goujon, 2011). En Argentine, lieu d’explosion des monnaies associatives de 2001 à 2003, elles ont été perçues comme des manifestations d’une économie solidaire (Hintze, 2003) et des outils de construction de marchés solidaires (Plasencia et Orzi, 2007). Elles ont plus rarement été intégrées dans un registre d’économie sociale dont les racines coopératives alternatives sont réaffirmées (Draperi, 20112). Il faut souligner que ces expériences ne se résument pas à une économie pour les pauvres ou à des activités palliatives : leur point commun est précisément l’affirmation d’une recherche d’alternatives, que cette économie alternative soit intégrée dans le champ sémantique de l’économie solidaire, dans celui de l’économie sociale ou ailleurs. C’est ainsi que les LETS renvoient à des alternative currency movements, liés à une micropolitique de l’émancipation et de la lutte contre la mondialisation (North, 2006 et 2007) ou à la recherche d’alternative economic spaces contre l’économie formelle (Leyshon & al., 2003), que les monnaies sociales apparaissent dans des ouvrages explorant « l’autre économie » (Laville et Cattani, 2006), que les monnaies complémentaires sont citées parmi de nouvelles voies pour un « humanisme écologique » (Arnsperger, 2013) ou encore comme outils d’une société de décroissance (Liégey et al., 2013).

  • 3 Cette idée de considérer des alternatives au système économique actuel ou à certaines de ses caract (...)

3Ces projets sont donc alternatifs au sens où ils reposent sur une certaine vision des alternatives possibles3. L’idée même de créer une monnaie dans ce but synthétise cette orientation alternative : c’est bien cette dimension monétaire qui, d’emblée, séduit les uns par le côté provocateur ou jugé nécessaire de la « réappropriation citoyenne de la monnaie » (pour reprendre une expression souvent utilisée dans ce cadre), et rebute les autres, qui la jugent impossible ou insensée dans nos sociétés modernes apparemment marquées par l’unicité de la monnaie dans un cadre souverain.

4De façon plus synthétique, ces monnaies seraient parties prenantes d’un mouvement large et puissant qui combine une critique de l’organisation économique et sociale existante — guidée prioritairement par le marché et secondairement par l’État —, et des propositions concrétisées d’activités nouvelles ou adaptées faisant la part belle à la réciprocité, ce que Gardin appelle des « initiatives solidaires » (Gardin, 2006). Celles-ci renvoient à la recherche d’une « bonne économie », qui serait une économie façonnée par les désirs et les besoins des populations ancrées dans un territoire, améliorant le rapport de l’homme à son environnement, et qui serait aussi et en conséquence une économie non perturbée par des flux financiers hétéronomes.

5C’est cette convergence de la critique et de l’initiative que ce texte entend analyser en se concentrant sur les dispositifs de monnaies locales associatives. L’initiative se traduit par ce que les collectifs appellent eux-mêmes des projets. Or la catégorie du projet, aussi porteuse de possibilités créatrices soit-elle, n’est pas neutre : à suivre Boltanski et Chiapello (2011), elle est le produit de la société néolibérale, soit précisément ce contre quoi s’érigent ces projets monétaires locaux. Par conséquent, ce texte analyse en quoi l’emploi des codes et de la grammaire du projet peut avoir un effet retour sur la portée de la contestation elle-même.

6À cette fin, il commence par présenter les monnaies locales associatives dans leur dynamique historique et par caractériser la nature particulière de ces initiatives (1). Il poursuit en montrant en quoi ces initiatives relèvent de la forme du projet et souligne la contradiction possible entre projet et contestation du capitalisme dans sa forme néolibérale. Il ébauche la catégorie de la « cité par projets solidaires » afin de rendre compte du genre particulier de projet que sont les monnaies locales associatives (2). L’examen d’une initiative monétaire associative particulière au filtre de la gestion de projet permet d’identifier les décalages que cette dernière occasionne sur le projet lui-même, et interroge la capacité de tels projets à réaliser leur dimension alternative et donc à contribuer à la transformation sociale désirée (3). La conclusion évoque trois risques auxquels ces projets monétaires locaux seront conduits à faire face, pour peu qu’ils se diffusent durablement.

1. Les initiatives monétaires associatives comme contestation en actes

7Nous commençons par présenter le fonctionnement des monnaies locales et leur place dans la dynamique des monnaies associatives depuis les années 1980 (1.1). Sur cette base, nous caractériserons la nature particulière de ces initiatives : celle de « critiques pratiques » opérant un « faire collectif » (1.2).

1.1. La dynamique internationale des monnaies associatives depuis les années 1980 et leurs manifestations en France

8Les cadres de référence des expériences de monnaies locales associatives en France relèvent d’une dynamique propre tout en s’insérant dans des mouvements internationaux. Les expériences démarrent en 2007 avec la monnaie SOL, mais elles s’enracinent dans plus de dix années de réflexions militantes et d’expériences, elles-mêmes devant être resituées dans une dynamique internationale enclenchée au début des années 1980. Quatre générations de monnaies associatives peuvent ainsi être distinguées, qui se caractérisent par une organisation monétaire particulière et des rapports particuliers au monde socio-économique et aux autorités publiques, locales ou centrales (Blanc 2011). Ces générations ne se succèdent pas mais s’imbriquent (l’émergence d’un dispositif d’une génération nouvelle ne met pas fin aux précédents) et se transforment (l’innovation au sein d’une même génération peut lui redonner un coup de fouet).

  1. La première génération est celle des LETS (local exchange and trading systems), qui apparaissent dès 1983 au Canada : ce sont des cercles fermés d’utilisateurs, particuliers mais aussi parfois professionnels, dont les transactions sont enregistrées en une unité de compte interne inconvertible en monnaie nationale. On les qualifie parfois de systèmes de « crédit mutuel » car les comptes de chaque membre sont généralement positionnés à zéro à leur entrée dans le LETS ; comme aucune conversion entrante n’est possible, les échanges se traduisent par des comptes en crédit et d’autres en débit, la somme des soldes de tous les comptes étant toujours nulle.

  2. Une seconde génération apparaît en 1987 aux États-Unis avec le développement de banques de temps. Conçues sur la même technique de « crédit mutuel » des LETS, les échanges sont restreints aux seuls services, généralement non professionnels, et sont comptabilisés en fonction du temps passé à les fournir.

  3. La troisième génération, qui apparaît en 1991 aux États-Unis, correspond aux monnaies locales et répond à un tout autre principe : sous forme prioritairement papier, ces monnaies sont émises préalablement aux transactions (et non plus par crédit mutuel au moment même de la comptabilisation de la transaction), essentiellement par conversion entrante de monnaie nationale. Elles sont destinées à soutenir l’économie locale et donc intègrent nécessairement des professionnels (commerces, producteurs, associations…) auprès desquels les usagers particuliers viennent utiliser leur monnaie.

  4. Une quatrième génération de monnaies associatives émerge en 2000 à Rotterdam, sous la forme d’un projet complexe de rétribution des comportements écocitoyens connecté à la promotion de l’économie locale.

9Dans cette dynamique internationale, la France a connu une séquence spécifique marquée par des catégories indigènes qui ont évolué du fait à la fois des inspirations internationales et des spécificités locales. Cette séquence est la suivante :

  • émergence des SEL (première génération) à partir de 1994 ;

  • débuts des réflexions qui ont donné lieu au projet SOL (quatrième génération) en 1998 ;

  • mise en œuvre expérimentale de la monnaie SOL en 2007-2009 ;

  • émergence de monnaies locales (troisième génération) en 2010 ;

  • essaimage en franchise des Accorderies (deuxième génération) à partir de 2011 sur la base de partenariats établis avec la Fondation MACIF et des collectivités territoriales.

  • 4 Voir ce site, qui recense un certain nombre d’expériences et fournit de nombreuses informations et (...)

10Plus précisément, l’émergence des systèmes d’échange local (SEL) en 1994 a donné lieu à une première vague de réflexions militantes, ces SEL étant une adaptation des LETS anglo-saxons (Servet, 1999). Une différence notable caractérise cette adaptation : alors que les LETS anglo-saxons incluent fréquemment des activités marchandes, au point qu’il est possible, dans certains pays, de régler des achats du quotidien en combinant monnaie nationale et monnaie de LETS, les SEL français prennent une direction qui exclut progressivement les échanges marchands et professionnels. Le procès de Foix, en 1997-1998, qui relaxe de toute accusation de « travail dissimulé » les membres d’un SEL ayant échangé la réparation d’un toit (Laacher, 1998), cantonne définitivement les SEL à une économie non marchande et non professionnelle. À la fin des années 1990, les réflexions sur les nouvelles formes de monnaies (appelées alors « monnaies plurielles ») sont dynamisées par Patrick Viveret, lequel fournit au début des années 2000 un rapport officiel sur le concept de « richesse » qui servira de base à des « collectifs richesse » (des associations citoyennes disséminées sur le territoire) et aux réflexions qui donneront lieu bientôt à un projet monétaire nouveau, le projet SOL (Viveret, 1999 et 2003 ; Fare, 2007). Celui-ci est expérimenté sur plusieurs territoires à partir de 2007 avec un financement européen, quatre grandes entreprises de l’économie sociale et les collectivités locales concernées (Fare, 2011). Des dissensions quant à ses règles, son approche considérée par certains comme descendante, le trop fort accent mis sur une technique coûteuse et supposant une ingénierie centralisée (les cartes à puce) et l’exemple réussi du Chiemgauer (monnaie locale) en Bavière conduisent à l’émergence d’initiatives post-SOL qualifiées par les acteurs concernés de « monnaies locales complémentaires » (MLC). Les propositions de Philippe Derudder (2005, 2012) deviennent la référence de cet ensemble d’expériences. Mais une troisième branche émerge d’une critique interne du SOL expérimental : reconnaissant les options intéressantes des expériences de MLC, des initiatives néo-SOL émergent, au sein du réseau SOL existant, à partir de celle de Toulouse ; l’un de ses porteurs, Frédéric Bosqué, apparaît comme l’une de ses figures principales (Bosqué, 2014). Fin 2014, 24 monnaies locales associatives étaient en circulation et probablement une vingtaine était en projet (tableau 14).

Tableau  : Les monnaies locales associatives en circulation en France à la fin de l’année 2014

Tableau  : Les monnaies locales associatives en circulation en France à la fin de l’année 2014

Source : auteur

  • 5 Dans certains cas, la forme électronique est à l’étude comme complément d’une forme papier qui subs (...)

11Alors que le SOL expérimental (aujourd’hui disparu) était une monnaie électronique mobilisable par carte à puce, toutes les monnaies locales associatives suivantes ont pris la forme papier5. Leur valeur est fixée à parité avec la monnaie nationale, leur émission est couverte par une réserve équivalente en euros et leur convertibilité est contrôlée. L’entrée, faite par conversion de monnaie nationale en monnaie locale par les adhérents, est possible et même souvent favorisée par un taux bonifié (par exemple, 20 euros donnent accès à 21 en monnaie locale). La sortie par conversion de monnaie locale en euros est confinée aux seuls professionnels et des pénalités de sortie cherchent à maintenir la circulation monétaire interne et limiter les risques de revente en masse de la monnaie locale. Leur circulation vise un impact économique local, à la différence des systèmes comme les SEL ou les banques de temps. Leur raison d’être est en effet de circuler auprès de prestataires professionnels : elles doivent promouvoir une économie locale selon des valeurs fixées dans le projet associatif, souvent formulées dans une charte et qui correspondent peu ou prou à la conception d’une soutenabilité forte. Elles visent donc certains commerces et producteurs et en excluent d’autres (Blanc et Fare, 2013).

12Les monnaies associatives sont aujourd’hui un champ de normativité où se côtoient théoriciens et acteurs, les premiers fournissant un cadre de pensée pour l’action et parfois s’impliquant dans l’action, les seconds empruntant aux premiers des éléments de pensée tout en contribuant aussi à la réflexion et à la construction théorique. Acteurs et penseurs militants articulent, et parfois hésitent, entre l’utopie de solutions globales et les hétérotopies des expériences locales réelles. En commun se trouve la dénonciation de l’insoutenabilité du système économique, financier et monétaire contemporain, dans des directions variées mais liées : inégalités explosives, déconnexion destructrice de la sphère financière par rapport à la sphère productive et commerciale, pression intolérable sur les ressources et le climat.

1.2. Les monnaies locales associatives comme « critique pratique » et « faire collectif »

13Les monnaies locales associatives doivent être distinguées de formes de contestation qui donnent lieu à des initiatives individuelles (car celles-là sont collectives) et d’autres qui ne donnent pas lieu à des initiatives à caractère économique (car celles-là prennent la forme d’une intervention dans l’économie). Pour bien le comprendre, on peut repartir de la conceptualisation par Hirschman des réactions à une situation de déception. Un individu confronté à une déception a le choix entre faire défection (exit) et prendre la parole (voice) (Hirschman, 1995). Le loyalisme qu’il éprouve à l’égard de l’organisation ou de l’institution source de la déception modifie cette réaction : il l’oriente davantage vers la prise de parole, à rebours des mécanismes marchands dans lesquels le principe de concurrence s’exerce d’abord par la défection. Un tel cadre, aussi séduisant soit-il, néglige cette réaction de la déception qui s’exerce par l’action, au sens de l’initiative économique : au-delà de la prise de parole, et au-delà de la possibilité que des individus associent leur prise de parole par la création d’un collectif formel (en France, une association loi 1901), certaines réactions peuvent être de l’ordre de l’initiative économique au sens où les personnes décident d’intervenir dans les activités de production et de distribution des biens.

  • 6 Association pour le maintien d’une agriculture paysanne. Voir notamment Pleyers (2011).

14Construire un dispositif de monnaie locale associative suppose en effet l’association durable de personnes qui s’engagent non pas seulement à modifier leurs pratiques (ce que ferait, par exemple, le consom’acteur choisissant des produits bio) mais à construire l’infrastructure par laquelle ces pratiques peuvent changer (ce que feraient, par exemple, des personnes créant une association de paniers bio sous la forme d’une AMAP6). Autrement dit, ce n’est pas qu’une question de modification des choix individuels situés dans une dynamique collective qui leur donne sens, comme dans la plupart des pratiques de « consumérisme politique », de « consumérisme engagé » ou de « consommation critique » (Pleyers, 2011). Il s’agit aussi de faire, et de faire collectivement, ce que permettent les réseaux et associations par ailleurs vecteurs de consumérisme politique. C’est une entrée en économie, qui est loin d’être une évidence car elle suppose de passer d’une posture individuelle de critique à une posture collective du faire. Étudier les implications changeantes des individus (shifting involvements), comme Hirschman l’a fait après ses travaux sur l’articulation entre défection et prise de parole, ne l’a pas conduit non plus à intégrer dans son raisonnement ce passage au faire collectif (Hirschman, 1983) : qu’une déception dans la sphère privée conduise un individu à un engagement dans l’action publique n’est pas suffisant pour rendre compte de la particularité d’un faire qui ne se réduirait pas à une revendication de justice ou d’amélioration des conditions de vie d’individus ou de groupes.

  • 7 Le cadre d’analyse des nouveaux mouvements sociaux est cependant utilisé par North (2006), qui l’em (...)

15Ce faire collectif a ceci de particulier par rapport à la conceptualisation hirschmanienne qu’il engage un travail sur les règles et les outils des actes économiques quotidiens. Ce n’est pas une action publique ou politique au sens classique du terme, mais un engagement dans une activité économique qui a une portée politique. C’est une « critique pratique », comme le nomme Frère, traitant de l’économie solidaire dans sa généralité (Frère, 2009, p. 46) : une critique par la pratique associative militante. C’est un cas particulier de ce que Laville nomme « l’agir associatif » à partir d’une définition habermasienne de l’association comme « concept sociologique qui permet de concevoir des rapports engendrés spontanément et libres de domination de façon non contractualiste » (Laville, 2010, p. 21 et 24, citant Habermas). Pour mieux comprendre ce cas particulier du faire collectif qui n’est pas seulement un agir associatif, il est utile de présenter ce que Gendron (2001) a appelé des « nouveaux mouvements sociaux économiques ». Ils se distinguent des « mouvements sociaux » historiques, qui renvoient à des formes syndicales de revendication d’un « progrès social » dans de nouveaux rapports employeurs/salariés. Ils ne peuvent être assimilés non plus aux « nouveaux mouvements sociaux », qui ont contesté la tournure matérialiste et consumériste de la société fordiste tout en sortant de l’action syndicale plus traditionnelle7. Ils ont ceci de particulier qu’ils instrumentalisent les outils et règles économiques à des fins de transformation sociale : « Non contents de s’insérer, puis de transformer les processus politiques institutionnels, ces mouvements s’approprient un champ qui leur était autrefois étranger, l’économie, pour l’instrumentaliser et le redéfinir en fonction de leurs valeurs, de leur éthique et de leurs objectifs de transformation sociale » (Gendron, 2001, p. 179).

  • 8 Pour une analyse critique du rôle effectif des chartes dans les dispositifs de monnaies locales, vo (...)

16La particularité de ce faire collectif doit être trouvée notamment dans ce qui est l’objet de la « déception » au sens de Hirschman. Concernant les AMAP, les sources des déceptions individuelles et l’objet du faire collectif sont relativement précis : une défiance à l’égard de produits alimentaires contenant des pesticides, le refus du mode de production agricole qui donne lieu à de tels produits et contribue à la dégradation de l’environnement (l’agriculture productiviste), la volonté de rompre avec la grande distribution pour renouer un lien direct entre ceux qui s’alimentent et ceux qui produisent les aliments, la volonté de maintenir une agriculture dite paysanne, à taille humaine et aux produits bio ou quasiment bio. Autrement dit, l’objet de la contestation est spécifique, la solution proposée est à l’échelle locale et elle se traduit directement dans le quotidien des adhérents de l’AMAP. Le faire collectif s’intègre dans le registre associatif classique. Par contraste, les monnaies locales associatives émergent d’une contestation plus diffuse et moins spécifique. Il y a, comme pour les AMAP, le refus d’un système économique jugé responsable de nombreux maux et la recherche d’une solution à l’échelle locale. Les chartes que rédigent la plupart des dispositifs monétaires associatifs français articulent généralement l’objet de la contestation et ce qui est recherché. Leur contenu cependant est peu spécifique et peu lié aux problématiques propres au territoire considéré (ce qui ne veut pas dire qu’il ne fait pas sens à l’égard de ces problématiques) ; il exprime généralement une contestation du système économique, monétaire et financier dans son ensemble ainsi qu’un type de société et des valeurs vers lesquelles il s’agit de tendre8. Comme pour les AMAP, le faire collectif s’intègre dans le registre associatif classique, à ceci près qu’il cherche à heurter des routines, pratiques, normes et représentations des usagers, entreprises et collectivités et qu’il ne réussit que s’il les transforme.

17Pour résumer, l’objet discuté ici (les initiatives monétaires associatives) est fondé sur une contestation dont les motifs ne sont pas spécifiques au territoire considéré mais qui donne lieu à la construction d’une infrastructure (car support de pratiques) structurante et transformatrice (car visant à opérer une transformation des relations économiques) à l’échelle locale, sous une forme associative. La polarité négative de la contestation se transforme en polarité positive de l’action créatrice. Celle-ci est en effet proposition et mise en œuvre de règles et de formes nouvelles quant à l’outil monétaire et, par son biais, quant à l’activité économique mobilisée par cet outil et quant à la portée de cette monnaie pour la communauté des usagers. À ce titre, ces dispositifs renvoient à une forme d’innovation sociale apte à porter le consumérisme politique des usagers. En bref, ces initiatives ne sont pas seulement des actions : ce sont des projets.

2. Les monnaies locales associatives en tant que projets

18On commence ici par positionner les monnaies locales associatives dans l’univers du projet (2.1). Ces monnaies sont néanmoins marquées par une certaine variété, qui est notamment liée aux ressources que mobilisent ces projets (2.2). Il faut en définitive distinguer deux conceptions génériques du projet : le projet en tant qu’idéal vers lequel cheminer et le projet en tant que méthode d’action normalisée ; relevant alors d’une « cité par projets » propre à l’économie solidaire, on discute du paradoxe du projet adoptant les codes de la société contre laquelle il s’érige (2.3).

2.1. Particularités des projets monétaires associatifs

19Une étude lexicale de la façon dont les « monnaies non-bancaires » sont qualifiées sur Internet a conduit Tichit, Mathonnat et Landivar (2014) à identifier, dans un corpus de 320 pages web, cinq classes d’associations de termes, respectivement centrées sur les lemmes « banque », « crise », « SEL », « local » et « bitcoin ». La quatrième classe, centrée sur le lemme « local », « regroupe les projets de monnaies solidaires, portant des valeurs éthiques, sociales et ancrées dans un territoire qu’elles soient SOL ou citoyennes. Elles se distinguent de la catégorie des SELs par le fait qu’elles circulent dans l’économie standard. Elles en partagent toutefois les principales valeurs ». Le terme le plus associé à « local » est « projet » : c’est dire que ces dispositifs se conçoivent effectivement sous le mode du projet9. Le site du réseau des « monnaies locales complémentaires » en France cartographie ainsi des projets de monnaies — mais aussi des « projets de projets »10. Il y a cependant loin du projet proclamé à la grammaire précise de la gestion de projet telle qu’elle a émergé depuis une trentaine d’années. C’est l’articulation de ces deux significations qu’il faut maintenant éclairer.

20Faire un projet ne renvoie pas nécessairement à une procédure formelle et standardisée. La technicisation du projet est en fait très récente et, si les méthodes de gestion ou de management de projet tendent à se répandre, elles ne sont pas généralisées à tous les types de projets. Appliqué à des dispositifs de management, Bréchet et Schieb-Bienfait (2006) définissent le projet comme « processus de rationalisation de l’action collective fondé sur l’anticipation ». Cette rationalisation est articulée à des nécessités de régulation de l’action collective (Bréchet et Desreumeaux, 2006), lesquelles sont très visibles dans les projets de monnaies locales : la question des bonnes méthodes de prise de décision et de progression dans le projet, par exemple, y est souvent centrale.

21La typologie du projet que construit Boutinet est utile pour raisonner sur les logiques auxquelles renvoient ceux de monnaies locales. Elle se déploie en sept types, qui peuvent s’entremêler. Le septième type est constitué des « projets sociétaux » (Boutinet, 2010, p. 104-105). Ceux-ci renvoient essentiellement au projet politique construit dans la démocratie représentative et qui se décline selon une double opposition : entre le global et le local et entre l’attestataire et le contestataire. Il faut cependant élargir cette conception aux nouveaux mouvements sociaux économiques, dont la visée est transformatrice via des actions localisées. Les initiatives monétaires associatives articulent l’échelle locale du projet et la perspective globale de la transformation sociétale recherchée, et sont connectées aux autres expériences françaises et parfois internationales via des rencontres, assises etc. La plupart de ces initiatives ne sont pas produites par la démocratie représentative mais prétendent disposer d’un projet politique, dans une logique où domine le contestataire (construction en opposition à un état de la société) bien que recherchant aussi l’attestataire (recherche de soutien avec les collectivités locales ou territoriales concernées). Certains projets sont directement impulsés par des collectivités qui cependant s’appuient sur des collectifs associatifs pour le concevoir, le mettre en œuvre et le piloter (comme à Toulouse et en Ille-et-Vilaine) : contestataires par leurs fondements idéologiques, ils sont attestataires dans leur construction institutionnelle. Dans la plupart des cas, c’est la dimension sociétale qui est première dans ces projets monétaires associatifs : c’est-à-dire leur dimension politique et leur visée globale transformatrice, bien qu’ils soient mis en œuvre à l’échelle locale. C’est cette nature sociétale qui ensuite détermine les autres dimensions du projet. Pour le dire autrement et employer les catégories de la sociologie pragmatique de Boltanski, les projets monétaires associatifs naissent dans la cité civique.

22Ces projets sociétaux à l’échelle locale (type 7 selon Boutinet), en tant que projets politiques, mobilisent aussi d’autres formes de projets. Ils prennent la forme d’un projet organisationnel (type 6) au sens où il faut formaliser les finalités (par une charte notamment) et construire le collectif qui va mener l’ensemble (l’association loi 1901). En tant que projets d’action (type 4), ils sont « de l’ordre de l’interminable et de l’éternel recommencement » (rien ne permet d’identifier quand ils seront achevés et ils ne peuvent l’être, en réalité), sont collectifs, se déploient sur la place publique et appellent « en contrepoint l’interaction d’autrui qui ne saurait rester indifférent face audit projet » (Boutinet, 2010, p. 94) : c’en est précisément l’objectif. Ces projets monétaires associatifs incluent aussi des projets d’événements (type 5) en tant qu’étapes clés de diffusion et de sensibilisation du public. Contrairement aux précédents, ces projets d’événements sont marqués par une échéance et donc une fin : « l’événement s’inscrit dans des temporalités présentistes liées à l’éphémère » (Boutinet, 2010, p. 97).

2.2. Variété des projets

23Que les initiatives monétaires associatives relèvent de l’univers du projet est donc indubitable. Il y a cependant de grandes différences entre les multiples initiatives, ou projets monétaires associatifs locaux, dans le seul cas français, et ces différences croisent des approches contrastées de ce qu’est un projet.

24Ces différences se manifestent notamment par l’origine de l’association porteuse, par le rôle des collectivités dans la conception du projet et dans sa réalisation, et enfin par la présence relative des bénévoles et des salariés. Les associations porteuses sont fréquemment créées par des militants précisément dans la perspective de porter le projet monétaire (9 sur 14 cas observés en 2013). Certaines, pourtant, préexistent à ce projet, lequel constitue alors pour elles une façon parmi d’autres possibles de réaliser leur mission première. Ces associations préexistantes sont soit des associations de commerçants, soit des associations de promotion de l’économie sociale et solidaire, soit encore des associations militant pour de meilleures conditions de vie locale (tableau 2). Concernant le rôle des collectivités, il est généralement nul au stade de l’émergence de l’idée et de la conception du projet, et il est souvent nul, encore, lors du lancement effectif de la monnaie locale. Parmi les exceptions, on trouve le SOL violette (Toulouse) et le Galleco (Ille-et-Vilaine), impulsés par la collectivité publique mais au travers d’un processus participatif plus ou moins poussé et se traduisant in fine par la création d’une association spécifique autour du projet monétaire, largement financée par la collectivité concernée.

Tableau  : Types d’associations monétaires (à 2013)

Rapport au projet monétaire 

Porteurs des projets 

Association loi 1901 préexistant au projet monétaire

Association loi 1901 créée pour mettre en œuvre le projet monétaire

Association de fait

Associations militantes nationales

/

À leur début : SOL Alpin et SOL Nord-Pas-de-Calais

/

Associations militantes locales

Abeille

SOL violette, Roue, Muse, Mesure, Luciole, Déodat, Bogue

Dans un second temps : Occitan, SOL Alpin

Commune

Associations de promotion de l’économie sociale et solidaire

Heol

Dans un second temps : SOL Nord-Pas-de-Calais

/

/

Associations de commerçants et artisans locaux

Cigalonde

Dans un premier temps : Occitan

/

/

Note : est appelée ici association « militante » une association dont l’objet est de réaliser des valeurs alternatives

Source : auteur ; tableau réalisé à partir d’entretiens et de documents diffusés par les associations porteuses (Blanc et Fare, 2016)

25Lorsque le projet a été lancé, des collectivités et des programmes publics peuvent être sollicités pour soutenir financièrement le projet : commune ou communauté d’agglomération, région, financements européens distribués par les CRESS (chambres régionales de l’économie sociale et solidaire), etc. Pour la Luciole (Ardèche) et la Mesure (Romans-sur-Isère), par exemple, ces sollicitations ont pris la forme de demandes de subvention auprès de l’administration régionale concernée. De tels soutiens rendent possible le recrutement de salariés dans les associations qui ne peuvent pas mobiliser les ressources d’autres activités, mais sur une base difficilement pérenne. Le salariat est plus développé et pérenne dans les associations dont la monnaie locale n’est que l’un des projets (Heol) et dans celles financées dès le départ par une collectivité (SOL violette, Galleco). De façon générale, ces associations reposent beaucoup sur le bénévolat de leurs adhérents militants, qui trouve, à la longue, ses limites dans l’épuisement et le déclin de leur intérêt au fil des difficultés ou de l’enracinement du dispositif : on trouve dans cette fatigue et les désillusions liées à la réalisation du projet, un motif de repli sur la sphère privée identifié par Hirschman (1983).

26Les ressources propres de ces associations, c’est-à-dire celles issues de leur activité d’émission et de gestion de la monnaie, étant très limitées, celles-ci se trouvent devant un dilemme majeur. Une logique d’action autonome à l’égard des collectivités et des structures financières suppose de faire reposer la dynamique de l’association sur le bénévolat ; il est alors difficile de réaliser un travail durable et en profondeur pour développer l’acceptation de la monnaie locale via des circuits de plus en plus larges. C’est ainsi que l’autonomie des associations monétaires impose des freins majeurs à l’extension de leur activité. Pour dépasser cette limite, il faut recourir à des ressources extérieures aptes à financer un voire plusieurs salariés. De telles ressources ne s’obtiennent que par la soumission à un cadre institutionnel qui définit et rationalise ce qui peut être légitimement financé. Un projet monétaire associatif autonome tend ainsi à vivoter et à plafonner rapidement du fait de la faiblesse de ses ressources, mais un projet monétaire associatif dynamique est dépendant de ressources extérieures. Le premier n’est pas sommé de se plier à un cadre de rationalisation qui lui est extérieur ; le second doit en passer par là. Le premier n’adopte pas nécessairement la grammaire du projet en tant que méthodologie normée et normalisatrice ; le second intègre le registre de justification de la Cité par projets — sous une forme amendée cependant, de sorte qu’elle ne s’identifie pas exactement à la catégorie construite par Boltanski et Chiapello (2011).

2.3. Les monnaies locales associatives dans la Cité par projets solidaires

27La sociologie de la critique développée par Boltanski et d’autres chercheurs a fourni des outils d’analyse des registres de justification, c’est-à-dire des modalités de jugement en fonction d’univers de valeurs autonomes, les « cités » (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Boltanski et Chiapello, 2011). Parmi elles, la « cité civique » renvoie notamment à l’activité associative, qui soumet l’intérêt individuel à un intérêt collectif sur le mode d’une association contractuelle libre (roussauiste) entre les adhérents. À ce titre, comme on l’a évoqué déjà, les projets monétaires associatifs peuvent apparaître en premier lieu comme relevant du régime de justification de la cité civique, dans lequel la grandeur procède du sacrifice des intérêts personnels à l’intérêt général.

28L’apport tout comme le point central du Nouvel esprit du capitalisme est précisément la construction d’une septième cité : la « cité par projets », à partir de l’analyse d’un corpus de textes de management des années 1990 (Boltanski et Chiapello, 2011). La cité par projets est « calquée sur une dénomination fréquente dans la littérature de management : l’organisation par projets. Celle-ci évoque une entreprise dont la structure est faite d’une multitude de projets associant des personnes variées dont certaines participent à plusieurs projets » (Boltanski et Chiapello, 2011, p. 171). La cité par projets est ainsi par nature réticulaire ou connexionniste. La grandeur y est définie par la capacité « de générer des projets ou [de] s’intégrer à des projets initiés par d’autres » (ibid., p. 179). L’établissement des connexions et l’extension du réseau « réclament un certain engagement, quoique temporaire et partiel, et supposent un contrôle, par les autres participants, des qualités que chacun met en œuvre » (ibid., p. 174).

29Le concept de critique est employé pour raisonner sur les forces de légitimation, de redéfinition voire de déviation à l’œuvre — les « épreuves » : soit en interne, par une critique corrective ou réformiste prenant au sérieux la cité objet de critique, soit en externe, par une critique radicale s’exerçant contre le registre de justification d’une cité au nom des valeurs d’une autre cité (Boltanski et Chiapello, 2011, p. 79-84). Ils distinguent une critique artiste et une critique sociale s’exerçant contre le capitalisme au tournant des années 1960 et 1970 : alors que la critique sociale revendique solidarité, sécurité et égalité, la critique artiste revendique liberté, autonomie et authenticité dans l’organisation du travail. Une thèse importante de Boltanski et Chiapello, qui trouve un écho dans les dynamiques des monnaies locales associatives, est le paradoxe selon lequel la critique artiste a été récupérée par le capitalisme sous la bannière du projet.

30Il faut bien entendu distinguer le management par projet de la gestion ou management de projets. La cité par projets définie par Boltanski et Chiapello renvoie à un registre de justifications lié au management par projet en tant que les salariés sont soumis à une injonction de concevoir et s’insérer dans des projets, chaque achèvement de projet constituant pour eux une « épreuve légitime » devant révéler leur employabilité. Le management par projet relève donc d’une transformation des stratégies managériales dans le capitalisme néolibéral. Au sens de Boltanski et Chiapello, il concourt à récupérer la critique artiste en insufflant liberté, autonomie et authenticité au sein des relations de travail dans l’entreprise. Le management de projets, ou la gestion de projets, quant à elle, constitue un ensemble de techniques balisées et normalisées, qui sont nécessaires au management par projet mais qui peuvent tout aussi bien s’appliquer en dehors du cadre managérial, ainsi que le montre la diversité du projet et des « conduites à projet » identifiées par Boutinet (2010). Cela dit, l’ampleur de la normalisation de la gestion de projets, que traduit l’existence d’un grand nombre de manuels qui lui sont consacrés, lie d’emblée la gestion de projet et la cité par projets. Pour le dire autrement, la cité par projets diffuse son registre de justification hors de l’univers managérial.

31Frère (2009) a appliqué ce cadre à une analyse en profondeur des registres de justification de l’économie solidaire. Il connecte les initiatives solidaires, prenant généralement la forme associative, avec les fondements de la cité par projets. L’intégration du projet par ce qu’il appelle les « Solidaires » constitue cependant une forme particulière de cité par projets, dans laquelle les acteurs d’un projet ne raisonnent pas de façon isolée, en négligeant les à-côtés de la réussite ou de l’échec de leur projet, mais sont réunis par des valeurs communes comme l’autogestion, l’engagement, la convivialité et le localisme (Frère, 2009, p. 45). Ces valeurs communes connectent les projets et insèrent donc chacun d’eux dans une dynamique plus large, qui est « l’horizon d’une cité par projets communs à la croisée de leurs initiatives respectives » (Frère, 2009, p. 45). Ce qu’on appellera ici la « cité par projets solidaires », pour intégrer le vocabulaire de l’économie solidaire, détourne ainsi la « cité par projets » telle qu’elle a été conceptualisée par Boltanski et Chiapello (2011) en intégrant « les contraintes politiques et morales qu’imposerait la structure démocratique d’une cité » (Frère, 2009, p. 44). Une telle cité par projets solidaires semble retirer son substrat managérial à la cité par projets et, par conséquent, être indemne de toute capture néolibérale du projet.

32Les projets monétaires associatifs entrent bien dans le cadre de cette cité par projets redéfinie par l’économie solidaire, autrement dit hybridant la cité civique et la cité par projets centrée sur le seul management. Ils portent d’emblée une interpellation politique et démocratique en interrogeant une méta-institution, la monnaie : celle-ci est à la fois instituée et instituante, encastrée et encastrante ; elle est un véhicule privilégié d’interdépendances qui les institue dans le même temps (Alary et Blanc, 2013). Or — ces projets prétendent la soumettre à une injonction du « bien vivre » au moyen d’une redéfinition de ses règles, de ses principes, de ses formes etc. Ils portent aussi cette interpellation en lien avec les autres projets de même nature, via le réseau formel constitué par le Mouvement SOL (organisation nationale fédérant les projets néo-SOL) et le réseau informel formé par l’ensemble des associations se reconnaissant dans les « MLC » ou monnaies locales complémentaires. Ces deux réseaux, eux-mêmes connectés par des nœuds (des personnes pivots en situation de médiation), déploient des activités de connexion et d’essaimage des projets différentes : via des formations et des interventions directes pour le Mouvement SOL, via des rencontres nationales fréquentes et des assises plus épisodiques pour le réseau des MLC. Ces réseaux sont par ailleurs en lien avec des projets ou des espaces de militantisme connexes relatifs à la décroissance, aux territoires en transition, au Mouvement Colibris de Pierre Rabhi, etc. Les projets monétaires associatifs apparaissent dès lors en partie comme des émanations de ces espaces et projets connexes avec lesquels ils partagent des valeurs et auxquels ils empruntent des ressources.

33On a vu que, si le champ des monnaies associatives fait l’objet d’un travail collectif important de production de règles et de discours communs, il ne faut pas le prendre pour un ensemble homogène et unifié. Les divergences se traduisent à la fois par des projets monétaires locaux différenciés et par des possibilités de dissensus au sein même des collectifs organisateurs. Il s’agit donc d’examiner maintenant plus précisément en quoi les projets monétaires associatifs renvoient à la logique et à la grammaire du projet, et en quoi celles-ci façonnent l’orientation même du projet, afin de comprendre dans quelle mesure ils peuvent échapper au paradoxe de la critique, tel qu’analysé par Boltanski et Chiapello pour la critique artiste, et qui est d’être récupéré et intégré par le système qui fait précisément l’objet de la critique.

3. Décalages : des projets sociétaux à l’épreuve des ressources

34Le cas d’un projet monétaire associatif sous l’œil d’étudiants apprenant la gestion de projet renseigne à la fois sur l’écart qui peut exister entre ces projets sociétaux et la méthodologie standardisée du projet et sur la rationalisation que celle-ci implique (3.1). De façon générale, les épreuves de ressources sont un moment clé de rationalisation des projets (3.2).

3.1. De l’université au projet, aller et retour

  • 11 J’ai mené un travail d’observation à la fois du projet en cours de montage (depuis 2011) et du trav (...)

35On part ici d’un cas réel anonymisé11. Dans une ville V, un projet de monnaie locale qu’on nommera P a commencé à être imaginé dès 2011, dans l’enthousiasme des expériences émergentes dans plusieurs villes de France, dont le cas emblématique du SOL violette, à Toulouse, et dans une logique d’essaimage du réseau SOL. Les difficultés de maintien de l’intérêt militant, des énergies bénévoles et les problèmes de convergence de niveaux différents de militantisme autour de l’objet monnaie locale ont étiré le temps de sa gestation. En 2013, l’avancée du projet a conduit à prévoir le lancement de la monnaie pour septembre 2014. De nouvelles difficultés ont conduit à reporter ce lancement à septembre puis novembre 2015. En septembre 2014, il existait un noyau de six bénévoles prêts à accélérer le processus, parmi lesquels un seul avait participé aux premières étapes de la réflexion, trois ans auparavant. Durant l’année précédant le lancement, les réunions se succèdent : rencontres de prestataires, construction des règles, cafés débats ouverts à tous, etc. Le travail de préparation a été subdivisé en plusieurs commissions.

36Il y a, dans cette ville, une formation de master 2 en économie sociale et solidaire. L’un des modules de la formation est consacré à la gestion de projet. Il est demandé à des groupes d’étudiants de monter un projet entrepreneurial dans l’ESS et de le présenter. Ils doivent appliquer les principes de montage de projet et d’évaluation de projet appris en cours. Ce sont généralement des cas fictifs, qui peuvent cependant donner lieu à concrétisation par la suite. À la rentrée 2014, un groupe a voulu travailler avec et sur le projet de monnaie locale P. Plusieurs réunions et discussions ont eu lieu avec l’équipe du projet, qui a fait part de ses besoins : l’élaboration d’indicateurs d’impact. Le travail réalisé a été soutenu à l’université devant l’ensemble de la promotion de master et en présence d’une ancienne étudiante de cette même formation, qu’on appellera Elsa, devenue bénévole dans le projet P et faisant partie du noyau. Le travail des étudiants a été ensuite présenté à l’équipe du projet P, à l’extérieur de l’université.

  • 12 Une monnaie est dite fondante lorsque des frais sont imposés aux porteurs pour le maintien de sa va (...)

37Très vite après le démarrage de leur travail, les étudiants se heurtent à une difficulté majeure : les objectifs du projet P sont trop généraux et ils ne saisissent pas à quel besoin répond la monnaie locale. C’est que ce projet répond au type de « projet sociétal » tel qu’on l’a élargi à partir de Boutinet (2010). Les objectifs généraux, qui sont listés dans la charte des valeurs de l’association, ne trouvent pas de déclinaison dans des objectifs spécifiques à réaliser. Cette difficulté ruine d’emblée toute possibilité de construire des indicateurs d’impact, ce qui était la demande initiale du collectif bénévole. Le travail des étudiants change alors de nature, et il s’agit pour eux de fournir des recommandations pour que le projet P se conforme aux étapes d’une gestion de projet afin de pouvoir construire des indicateurs : il s’agit de convaincre le noyau organisateur de structurer son projet et de reporter la communication prévue à l’attention des usagers, des commerces et d’un partenaire financier déjà approché pour éviter tout effet désastreux. Lors de la soutenance de ce travail, il est reproché au collectif du projet P de manquer de lucidité, de ne pas analyser les risques (le groupe « peine à penser de façon pessimiste » ; il se repose sur l’idée que la monnaie locale va se diffuser surtout par le bouche-à-oreille), de ne pas être en mesure de répondre précisément à des questions importantes (comme par exemple le taux de reconversion de la monnaie locale en euro) et d’en rester à une vision idéologique surplombante (où il s’agit par exemple de lutter contre la spéculation) inapte à engager le projet sur un chemin de réussite. Il lui est conseillé d’abandonner le principe d’une monnaie fondante12 (pour lequel la communication s’avère complexe) et de préférer des systèmes de bonification et de dons en monnaie locale (plus attractif pour les usagers). L’ensemble doit contribuer à la crédibilité externe du projet. Les réactions du groupe enseignant valident ce diagnostic et sont rudes à l’égard du projet P : il n’est là que pour fédérer des militants ; mieux vaudrait ne pas se lancer ; il sera incapable de convaincre un quelconque financeur.

38Cet exemple est révélateur de l’écart qui peut exister entre la signification générale du projet en tant qu’idéal et la méthodologie particulière de la gestion de projet. Le projet P renvoie à la première signification (le projet en tant qu’idéal) et au régime de justification de la cité par projets solidaires. Il est profondément politique (ou sociétal) et il se heurte à des difficultés liées à la complexité de la construction d’une méta-institution à l’échelle locale. Il ne peut qu’être disqualifié à l’aune de la méthodologie de la gestion de projet. Le regard du groupe d’étudiants sur le projet P porte en germe sa déstabilisation, ce qu’on appellera ici un décalage. Si l’intervention des étudiants avait été durable, la disqualification académique du projet aurait pu activer un retrait de militants désarçonnés puis déçus (par un repli sur la sphère privée, comme l’analyse Hirschman, 1983, ou le passage à un autre projet, comme l’exige le registre de la cité par projets et celui de son rejeton hybridé, la cité par projets solidaires) et engendrer une désagrégation du projet. Mais ce regard académique normatif peut, en sens inverse, soumettre le projet P aux règles formelles de la gestion de projet et engendrer sa rationalisation. Le groupe d’étudiants a ainsi proposé notamment de raisonner au travers de l’outil de management stratégique SWOT (Strengths, weaknesses, opportunities, threats) ou de l’outil de gestion de projet SMART pour définir l’objectif attendu (Spécifique, mesurable, acceptable, réaliste, temporel). Ce mouvement de rationalisation est considéré comme nécessaire pour nouer des partenariats avec des organisations telles que la Société financière de la NEF, organisme de banque éthique et solidaire qui a longtemps marqué une distance certaine à l’égard de ces projets. Un conseiller NEF Gestion rencontré par le groupe d’étudiants affirme : « La monnaie est un outil, elle complète un projet politique et non l’inverse ». Il est difficile de signifier plus clairement ce que produit la rationalisation du projet : alors que le projet P cherche une transformation sociétale à partir de la monnaie locale et se raccroche à un régime de justification propre à la cité par projets solidaires, l’injonction gestionnaire rabat la monnaie au rang des outils, à une simple dimension technique inapte à produire du politique, et replace l’initiative monétaire associative dans le régime de justification de la cité par projets.

3.2. L’épreuve des ressources

39C’est ainsi que le cheminement d’un projet monétaire associatif peut osciller entre le caractère brouillon de l’intention générale politique et la standardisation de la gestion de projet.

40Dans le bouillonnement militant, le projet est ici d’abord une intention générale, un faire collectif dont l’importance réside précisément dans le fait qu’il est à la fois faire et collectif ; ce qui est recherché au travers du projet est de participer à un mouvement, même brouillon, pas nécessairement d’aboutir et de « réussir ». Ce caractère brouillon est renforcé par les dissensions entre militants. Le projet monétaire fédère un ensemble de militants aux profils très variés. L’ancienne étudiante Elsa, au croisement des cheminements militants et des principes de gestion de projet, explique être prise en étau entre certains plutôt « radicaux », provoquant de longs débats lorsque l’un d’entre eux utilise le terme PIB, et d’autres plutôt « modérés » situant leur action dans l’économie conventionnelle, tout en cherchant à la transformer. La démarche empirique du projet P est pleine de traductions, au sens que donne la théorie de l’acteur-réseau à ce terme : chaque interlocuteur appelle, de la part des militants, un discours différent apte à le convaincre et à ne pas l’effrayer.

41Cependant, cet ensemble d’interactions déstabilisantes, entre savoir académique et intention militante et entre intentions militantes elles-mêmes, peut être vu comme cas particulier d’un processus plus général qui tient à l’épreuve des ressources à laquelle sont nécessairement confrontés ces projets. Le décalage gestionnaire est rendu nécessaire lorsque le projet requiert de nouer des partenariats avec des acteurs socio-économiques en situation de l’appuyer voire de le financer : banques et autres organisations financières, collectivités locales ou territoriales.

42On reprend ici le concept d’épreuve, central dans la sociologie dite pragmatique, mais en puisant dans la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 2006) pour en faire un outil d’analyse de phases clés de projets, marquées par des épreuves à surmonter (Audoux et Gillet, 2011). Ces épreuves remodèlent les contours et les attendus de ces projets. Elles peuvent ralentir le projet ou le redéfinir, selon la manière dont elles sont surmontées : elles produisent des décalages, qui sont autant de glissements de sens. Cependant, ici on ne s’intéresse pas à l’ensemble des phases successives d’un projet, mais à leur rapport à la quête de ressources. En effet, la mise en œuvre d’un projet, quel qu’il soit, suppose la mobilisation de ressources qui sont loin d’être toutes monétaires. On a vu que, dans le cas des initiatives monétaires associatives, le bénévolat joue un rôle central dès le tout début des réflexions donnant lieu finalement à un projet. On a vu également la tension à laquelle sont confrontés ces projets : obtenir des ressources monétaires est une condition d’enracinement par l’efficacité et la pérennité qu’elles permettent. L’épreuve des ressources est donc double : il s’agit de mobiliser (ou « enrôler ») des bénévoles ; il s’agit de capter des ressources monétaires de la part de partenaires pérennes ou de circonstance (qui eux aussi sont « enrôlés »). Cette épreuve des ressources est sans doute la plus vive de toutes, car elle définit ce qui va être de l’ordre du faisable, à partir des grands objectifs initiaux. Dans les termes de Boltanski et Chiapello (2011), l’épreuve des ressources constitue une « épreuve légitime » car elle exige des critères de justification (en l’occurrence, pourquoi une collectivité financerait-elle tel projet) et des dispositifs de contrôle, et conduit à catégoriser et évaluer la grandeur des personnes et du projet engagés. C’est aussi une « épreuve de grandeur » telle qu’elle est développée par Boltanski et Thévenot (1991) : celle-ci permet de qualifier les êtres en référence à un ordre de grandeur qui est celui de la cité dans laquelle s’inscrit l’épreuve. Or, dans le cas étudié, cette épreuve de grandeur est d’autant plus ambiguë que le contenu militant du projet est contestataire. La cité par projets solidaires semble caractérisée à la fois par le caractère inéluctable de l’épreuve des ressources et par une incertitude sur son caractère légitime : consolide-t-elle les projets, ou les dévoie-t-elle ? Les débats sur la menace de l’isomorphisme dans l’économie sociale et solidaire (voir par exemple Enjolras, 1996) illustrent bien ce flottement.

43Chacune de ces épreuves suppose une traduction. Dans le cas des ressources monétaires sous la forme de subventions, l’épreuve se cristallise autour du dépôt d’un dossier de demande devant respecter un ensemble de critères rigoureux dans les termes desquels les attendus du projet doivent être traduits. Le projet P présenté ci-dessus a sollicité des collectivités publiques et, pour être audible de la part des évaluateurs, Elsa a dû réécrire le dossier initialement rédigé par un militant n’ayant pas opéré la traduction nécessaire. Le projet P a aussi soumis une demande de subvention au guichet régional consacré aux projets solidaires, en vue de recruter un salarié. Un tel guichet entend soutenir ces projets pour leur fonctionnement ou pour l’investissement. Il exige une activité « économiquement viable » c’est-à-dire déployant une activité générant son propre équilibre financier et la création d’emplois stables et pérennes. De telles conditions semblent impossibles à tenir dans l’état actuel des expériences connues (Blanc et Fare, 2014). C’est ainsi que le recours à des financeurs externes tend précisément à imposer le registre gestionnaire du projet, qui peut se résumer, s’agissant des ressources, à une interrogation sur le « modèle économique » des expériences projetées et sur la capacité d’autonomiser ce modèle économique — autrement dit, à le rendre dépendant des seules ressources marchandes. La façon dont cette épreuve est surmontée peut contredire le projet sociétal qui, au démarrage, a constitué la problématique commune et vider de son sens la contestation fondatrice.

Conclusion : les projets monétaires locaux face aux risques de leur extension

44Les projets monétaires associatifs sont d’abord des projets contestataires à prétention transformatrice. La possible extension de ces dispositifs fait surgir plusieurs risques ou menaces contradictoires pesant sur eux.

45Le premier risque tient à la réaction de protection d’un ordre monétaire (donc politique) menacé par la généralisation de tels dispositifs. Rösl (2006) a bien signifié les conditions de pérennité des expériences allemandes de Regio, l’équivalent des monnaies locales associatives françaises : tant qu’elles restent aussi marginales, elles ne méritent pas davantage qu’une surveillance lointaine ; leur généralisation poserait un grave problème à l’ordre monétaire existant. La marge reste tolérée et cadrée. Sortir de la marge et transformer la réalité est assurément une entreprise difficile pour les projets sociétaux de monnaies associatives.

  • 13 Voir par exemple la proposition de monnaies locales pour des camps de réfugiés de Ranalli (2014).

46Un second risque, d’ordre global, est souligné par Boltanski et Chiapello (2011) : c’est l’écueil d’une récupération par le système dominant de cette forme de contestation. En effet, la découverte de cet outil qu’est la monnaie instrumentalisée à des fins alternatives et locales peut être récupérée par des organisations dont les valeurs et les finalités sont conformes aux valeurs dominantes. De nouveaux projets monétaires peuvent ainsi apparaître, mais ce ne sont plus des projets contestataires : ils prolongent les logiques dominantes (par exemple dans le sens de la fidélisation d’une clientèle dans une localité ou un centre-ville, comme à La Londe-Les Maures) ou servent d’outil palliatif en situation critique13. Ils sont ainsi dépouillés de leur potentiel transformateur. C’est un usage possible de la loi sur l’économie sociale et solidaire votée en France en juillet 2014, qui inclut un article reconnaissant les « titres de monnaies locales complémentaires ».

47Un troisième risque, cependant, est lié aux conditions de généralisation des dispositifs existants. Pour s’étendre tout en étant pérennes, il leur faut enrôler des bénévoles sur la longue durée et surtout capter des ressources permettant de mobiliser du travail salarié. Il y a là un risque de contagion des outils et méthodes dominantes, lequel renvoie à une forme d’isomorphisme institutionnel. Pour Enjolras (1996), cet isomorphisme touche les associations selon trois modalités : par un isomorphisme normatif lié à leur professionnalisation, par un isomorphisme coercitif engendré par l’influence des pouvoirs publics et par un isomorphisme mimétique via le recours à des solutions usitées par ailleurs. Les épreuves de ressources sont précisément porteuses de ces trois formes d’isomorphisme, ce en quoi elles sont ambiguës. Les projets monétaires associatifs, pour accroître leur crédibilité auprès des partenaires socio-économiques, et plus particulièrement pour obtenir d’eux (surtout des collectivités publiques) des ressources aptes à soutenir leur développement, adoptent ainsi les outils et la grammaire du projet. Professionnalisation, mimétisme et influence des pouvoirs publics viennent donc ensemble. La critique pratique adopte ainsi les catégories dominantes, pour survivre ou se déployer. Le risque est évidemment qu’elle perde de sa portée en étant soumise à la nécessité de décaler le projet de sorte qu’il soit compatible avec les contraintes institutionnelles. Le projet peut en effet se redéfinir en fonction de standards qui lui permettent d’apparaître comme un projet contestataire raisonnable, ou un projet raisonnablement contestataire : un projet qui fait avancer dans le sens de la réforme et non de la radicalité, qui se coule dans les institutions existantes. Un tel projet renvoie une critique non plus radicale (comme le voudrait sa nature de projet sociétal) mais corrective (Boltanski et Chiapello, 2011) ; il engage une épreuve non plus existentielle mais de réalité (Boltanski, 2009 ; Corcuff, 2012).

48Si le « grand soir » apparaît alors inatteignable et si la perspective transformatrice du projet semble réduite par rapport aux vastes intentions initiales, le projet monétaire accède néanmoins à une certaine capacité transformatrice. C’est une interprétation qu’il est possible d’avoir de l’article sur les « titres de monnaies locales complémentaires » inclut dans la loi sur l’économie sociale et solidaire de juillet 2014 (Magnen et Fourel, 2015) : leur reconnaissance marque une étape majeure dans la critique pratique portée par ces projets monétaires associatifs. La capacité transformatrice de tels projets n’est ainsi pas immédiatement radicale mais opère lentement, par contagion : par une subversion douce, elle transforme de l’intérieur le cadre dominant tout en se dissolvant. Ce qui était marginal pénètre le cadre dominant qu’il a subverti tout en étant lui-même transformé par ce mouvement.

Haut de page

Bibliographie

Alary, P. et Blanc, J. (2014) « Monnaie et monnaies : pluralité et articulations », Revue Française de Socio-Économie, vol. 12, no 2, p. 15-25.

Arnsperger, C. (2013), « Fonder l’économie écologique », Revue d’éthique et de théologie morale, vol. 276, HS, p. 93-120.

Audoux, C. et Gillet, A. (2011), « Recherche partenariale et co-construction de savoirs entre chercheurs et acteurs  : l’épreuve de la traduction », Revue Interventions économiques / Papers in Political Economy, mai, no 43.

Blanc, J. (dir.) (2006), Exclusion et liens financiers : Monnaies sociales, Rapport 2005-2006, Paris, Economica.

Blanc, J. (2011), Classifying ‘CCs’: Community, complementary and local currencies’ types and generations”, International Journal of Community Currency Research, vol. 15, D, p. 4-10.

Blanc, J. et Fare, M. (2016), Turning values concrete: the role and ways of business selection in local currency schemes, Review of Social economy, à paraître.

Blanc, J. et Fare, M. (2014), « Les dispositifs de monnaies locales en quête de ressources : entre expérimentation et modèles socio-économiques », xive rencontres du Réseau Inter-Universitaire de l’économie sociale et solidaire (RIUESS), Lille, université de Lille 1/Université de Valenciennes, 21-23 mai.

Boltanski, L. et Thévenot, L. (1991), De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski, L. (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Boltanski, L. et Chiapello, E. (2011) [1999], Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bosqué, F. (2014), Les monnaies citoyennes. Faites de votre monnaie un bulletin de vote  !, GapYves Michel Éditions.

Boutinet, J.-P. (2010), Grammaires des conduites à projet, Paris, Puf.

Bréchet, J.-P. et Desreumaux, A., (2006), « Le projet dans l’action collective », in Allouche J. (dir.), Encyclopédie des ressources humaines, 2e édition, Paris, Vuibert, p. 1015‑1024.

Bréchet, J.-P. et Schieb-Bienfait, N. (2007), « Projets et pouvoirs dans les régulations concurrentielles », Revue d’économie industrielle, novembre, no 113, p. 9-29.

Corcuff, P., (2012), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte.

Dacheux, E. et Goujon, D. (2011), Principes d’économie solidaire, Paris, Ellipses.

Derudder, P. (2005), Rendre la création monétaire à la société civile : vers une économie au service de l’homme et de la planète, Barret-sur-Méouge, Y. Michel.

Derudder, P. (2012), Les monnaies locales complémentaires : pourquoi, comment ? Gap, Éditions Yves Michel.

Draperi, J.-F. (2011), L’économie sociale et solidaire : une réponse à la crise ? Paris, Dunod.

Enjolras, B. (1996), « Associations et isomorphisme institutionnel », RECMA, Revue internationale de l’économie sociale, n° 261, p. 68-76.

Fare, M. (2007), « Le rôle des réseaux dans la performation d’une idée : l’histoire du projet SOL, une monnaie à utilité sociale et écologique », Lyon, université Lumière Lyon 2.

Fare, M., (2011), Les conditions monétaires d’un développement local soutenable : des systèmes d’échange complémentaires aux monnaies subsidiaires, Thèse, Lyon, université Lumière Lyon 2.

Frère, B. (2009), Le nouvel esprit solidaire, Paris, Desclée De Brouwer.

Gardin, L. (2006), Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à l’État, Ramonville Saint-Agne, Erès.

Gendron, C. (2001), « Emergence de nouveaux mouvements sociaux économiques », Revue Pour, n° 172, p. 175-181.

Gesell, S. (1948) […], L’Ordre économique naturel, Paris, M. Rivière et Cie.

Godschalk, H., (2012), « Does demurrage matter for complementary currencies? », International Journal Of Community Currency Research, vol. 16, D, p. 58‑69.

Hintze, S. (dir.), (2003), Trueque y economía solidaria, Buenos Aires, Prometeo.

Hirschman, A. O. (1983), Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard.

Hirschman, A. O. (1995), Défection et prise de parole : théorie et applications, Paris, Fayard.

Laacher, S. (1998), « L’État et les systèmes d’échanges locaux (SEL). Tensions et intentions à propos des notions de solidarité et d’intérêt général », Politix, vol. 11, no 42, p. 123‑149.

Latour, B. (2006), Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Laville, J.-L., Magnen, J.-P., França Filho, G. C. (de) et Medeiros, A. (2005), Action publique et économie solidaire : une perspective internationale, Ramonville Saint-Agne, Erès.

Laville, J.-L. et Cattani, A. D. (dir.), (2006), Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard.

Laville, J.-L. (2010), Politique de l’association, Paris, Seuil.

Leyshon, D., Lee, R. et Williams, C.-C. (dir.), (2003), Alternative economic spaces, London, Sage.

Liegey, V., Madelaine, S., Ondet, C., Veillot, A.-I. et Ariès, P. (2013), Un projet de décroissance : manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie (DIA), Paris, Utopia.

Lietaer, B. (2001), The future of money. A new way to create wealth, work, and a wiser world, London, Century.

Magnen, J.-P. et Fourel, C. (2015), D’autres monnaies pour une nouvelle prospérité [Rapport], Ministère du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité et Secrétariat d’État chargé du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire, Paris.

Nachi, M. (2006), Introduction à la sociologie pragmatique : vers un nouveau « style » sociologique ? Paris, Armand Colin.

North, P. (2006), Alternative currency movements as a challenge to globalisation? A case study of Manchester’s local currency networks, Aldershot, Ashgate.

Plasencia, A. et Orzi, R. (dir.), (2007), Moneda social y mercados solidarios : potencia pedagógico y emancipatorio en los sistemas monetarios alternativos, Buenos Aires, Ediciones Ciccus.

Pleyers, G., (dir.), (2011), La consommation critique  : mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

Ranalli, B., (2014), “Local Currencies: A Potential Solution for Liquidity Problems in Refugee Camp Economies”, Journal of Refugee Studies, septembre, vol. 27, no 3, p. 422‑433.

Rösl, G. (2006), “Regional currencies in Germany - local competition for the Euro?” Deutsche Bundesbank Discussion Paper, Series 1, Economic Studies, Frankfurt, no 43/2006.

Servet, J.-M. (2010), Le grand renversement. De la crise au renouveau solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

Servet, J.-M. (dir.), (1999), Une économie sans argent : les systèmes d’échange local, Seuil, Paris.

Tichit, A., Mathonnat, C. et Landivar, D. (2014), « Classification des systèmes de monnaies non-bancaires : ce que disent les données du Web », Études et documents, CERDI, novembre, no 25.

Touraine, A. (1993), La voix et le regard : sociologie des mouvements sociaux, Paris, Librairie générale française.

Viveret, P. (1999), « Des monnaies plurielles pour une économie plurielle », Transversales science/culture, août, no 58.

Viveret, P. (2003), Reconsidérer la richesse, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Haut de page

Notes

1 Boltanski, L. (2009), « Préface » in Bruno Frère, Le nouvel esprit solidaire, Paris, Desclée de Brouwer, p. 17.

2 Il est d’usage d’articuler économie sociale et économie solidaire en renvoyant l’économie sociale à des statuts particuliers d’organisations (coopératives, associations et mutuelles) et l’économie solidaire à des finalités particulières (des formes de solidarité activées par la mobilisation de formes de réciprocité).

3 Cette idée de considérer des alternatives au système économique actuel ou à certaines de ses caractéristiques doit être bien distinguée de l’idée selon laquelle ces monnaies seraient d’usage alternatif aux monnaies nationales ou à l’euro. Peu de porteurs de projets affirment cet usage alternatif possible, mais quasiment tous affirment travailler à la construction d’alternatives.

4 Voir ce site, qui recense un certain nombre d’expériences et fournit de nombreuses informations et liens : http://monnaie-locale-complementaire.net/france/

5 Dans certains cas, la forme électronique est à l’étude comme complément d’une forme papier qui subsisterait.

6 Association pour le maintien d’une agriculture paysanne. Voir notamment Pleyers (2011).

7 Le cadre d’analyse des nouveaux mouvements sociaux est cependant utilisé par North (2006), qui l’emprunte à Touraine (1993) pour le transposer au cas des LETS.

8 Pour une analyse critique du rôle effectif des chartes dans les dispositifs de monnaies locales, voir Blanc et Fare (2016).

9 Le terme est beaucoup moins utilisé dans le monde des systèmes d’échange local (SEL), sans doute parce qu’il est arrivé à maturité (les SEL en création étant désormais très peu nombreux) mais aussi parce que la maturation d’un SEL est beaucoup plus courte que celle d’une monnaie locale associative.

10 Voir http://monnaie-locale-complementaire.net/

11 J’ai mené un travail d’observation à la fois du projet en cours de montage (depuis 2011) et du travail des étudiants à l’automne – hiver 2014.

12 Une monnaie est dite fondante lorsque des frais sont imposés aux porteurs pour le maintien de sa validité. Proposée et théorisée par Silvio Gesell (1948), la pratique s’est diffusée depuis les années 1980 à de nombreux cas de monnaies associatives (Godschalk, 2012).

13 Voir par exemple la proposition de monnaies locales pour des camps de réfugiés de Ranalli (2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau  : Les monnaies locales associatives en circulation en France à la fin de l’année 2014
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11535/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Blanc, « Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/11535

Haut de page

Auteur

Jérôme Blanc

Professeur des universités, Sciences Po Lyon et UMR 5206 Triangle, Jerome.blanc@sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page