Navigation – Plan du site
Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000

A Traditional Monetary Regime Challenged by the Currency State: kip History in North Laos from 1975 to 2000
Un régimen monetario tradicional contestado por la moneda de Estado : la historia del kip en el Norte de Laos, de 1975 a 2000
Pierre Alary

Résumés

Le gouvernement de la République démocratique populaire lao impose un nouveau modèle économique en 1986. Les réformes engagées cherchent à promouvoir une « économie de marché » et à diffuser la monnaie nationale, le kip. Monétiser l’économie constitue un objectif de premier ordre et, en même temps, un moyen pour mettre en œuvre les processus de marchandisation. Cependant, imposer une nouvelle monnaie ne va pas de soi dans la mesure où elle conteste directement l’ordre monétaire antérieur et les pratiques sociales correspondantes. À Phongsaly, province isolée au nord de la République, l’État s’appuie sur la fiscalité et sur les transferts pour diffuser sa monnaie dans un environnement où elle occupait, au départ, une place ténue. Le kip s’impose, il transforme les représentations monétaires et les monnaies traditionnelles ; les biens dotés d’attributs monétaires sont relégués au niveau de la marchandise. L’action de l’État impulse un nouveau paysage monétaire au sommet duquel se trouve une monnaie idoine au développement des échanges marchands. Ainsi, les mutations sociales recherchées s’enclenchent et le programme politique voté en 1986 se réalise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les crises monétaires prennent généralement corps dans un contexte de crise plus étendu, comme le montrent plus ou moins directement les travaux d’Ould-Ahmed (2004), de Saïag (2013) ou de Theret (2007). La dynamique de crise perturbe l’ordre monétaire établi, fragilise la cohésion sociale et de nouvelles monnaies apparaissent pour assurer le continuum social. Une fois la crise terminée, ces nouvelles monnaies s’effacent au profit de la monnaie d’État réhabilitée. Les transformations de l’architecture monétaire observées au Nord-Laos reposent sur une logique bien différente. A la fin du siècle dernier, l’État impose sa monnaie, marginalement présente auparavant, et conteste l’ordre monétaire traditionnel au sommet duquel se trouvait la piastre. Le kip (la monnaie d’État) devient alors « La monnaie » pour l’essentiel des Laotiens. Cependant, cette révolution monétaire ne tombe pas des nues ; elle voile de profondes mutations sociales dont les origines sont également politiques. L’État cherche à mettre en place un régime économique en rupture simultanée avec le mode d’organisation socioéconomique « traditionnel » et le mouvement de planification amorcé en 1975. Le nouveau mécanisme économique (1986) est le symbole de ce projet : il redéfinit l’architecture institutionnelle pour créer une « économie de marché » (Norindr, 1981) et utilise à dessein le mouvement de « kipisation » précité. En effet, le kip offre une nouvelle norme d’évaluation nécessaire à la marchandisation des productions, du travail et de la terre. Ces derniers deviennent alors des facteurs de production, ils disposent d’un coût monétaire comparables aux recettes monétaires et la mise en relief de ces grandeurs permet de déterminer le profit. Ainsi, parce que les logiques de marchandisation (coût/recette) prennent corps, la représentation du profit et le mobile de gain, au sens polanyien du terme (Polanyi, 2011), deviennent possibles. Ensuite, une fois les conditions de la marchandisation établies, la monnaie idoine à la mise en place du processus en question se diffuse via les biens marchands qui circulent. La remise en cause de la hiérarchie monétaire entraîne avant tout une recomposition de la hiérarchie des pratiques sociales, et l’expression « À tout social différent, monnaie différente » (Orléan, 2002, p. 333) prend une dimension singulière au Nord-Laos, à moins qu’elle ne soit universelle. Cependant, concevoir un projet politique au sommet de l’État ne le rend pas effectif pour autant. De fortes résistances sociales, liées aux anciennes pratiques, peuvent s’y opposer. Au Laos, l’État utilisa deux canaux pour monétiser l’économie en kip : la fiscalité et les transferts via le budget provincial.

2Le premier paragraphe présente le contexte historique nécessaire à la compréhension : des transformations politiques d’un pays marqué par les guerres d’Indochine ; de l’organisation socioéconomique fondée sur la paysannerie et de l’ordre monétaire traditionnel. Le second quantifie les transformations sociales et le niveau de monétisation en kips. Le troisième se penche sur le double mouvement (fiscalité/transfert) qui impose le kip comme représentation sociale et comme monnaie circulatoire. Enfin, le dernier paragraphe met en valeur les phénomènes sociaux à l’origine de la disparition des espaces monétaires antérieurs.

1. Le contexte historique d’une contestation monétaire portée par l’État

  • 1 Phongsaly est le nom d'une ville, d'un district et d'une province. La province de Phongsaly regroup (...)
  • 2 Nous attirons l’attention du lecteur sur la grande diversité des situations au Loas. L’interprétati (...)

3Coincée entre la Chine et le Vietnam, à l’extrême nord de la République démocratique populaire lao (RDPL), la province de Phongsaly1 offre de belles perspectives de recherches pour analyser les mécanismes de contestations monétaires. Certes, les dynamiques à l’œuvre dépendent d’un projet politique national, mais elles sont situées et spécifiques à l’espace provincial2. Loin d’être exhaustive, la présentation suivante se penche essentiellement sur les transformations politiques nationales mises en œuvre en 1986, et directement liées aux mécanismes de contestation. Elle s’intéressera également au système économique et à l’ordre monétaire de la province en 1975. Comprendre les logiques que ces derniers mettent en jeu s’avère crucial dans la mesure où, d’une part ils constituent l’environnement socioéconomique dans lequel la contestation étudiée s’établit et, d’autre part, ils sont bouleversés par la contestation monétaire portée par la monnaie d’État.

1.1 Un projet politique à l’origine de la contestation monétaire

  • 3 L’un des premiers mouvements de l’indépendance s’établit à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. À (...)

4Le royaume de Lan Xang représente, dans l’imaginaire collectif national, l’entité politique à l’origine de l’actuelle RDPL. Il occupe une place singulière dans le récit national contemporain et son fondateur, le roi Fa Ngum, (1316-1374) est désormais une figure totémique de l’État moderne (cf. l’article de presse cité dans Pholsena [2011] p. 81). Paradoxalement, les frontières de la RDPL sont directement héritées de « l’État » colonial (Stuart-Fox, 1997), même si les institutions qu’il impose ne pénètrent pas réellement l’ensemble du territoire en profondeur. Sous une autre forme, la population subit assez peu son autorité au quotidien et, en général, le pouvoir politique se définit localement. Seuls la monnaie, la piastre, et le régime fiscal, système de corvées inclus, ont eu une influence plus marquée sur l’ordinaire des Laotiens. Malgré de nombreuses évolutions, la situation institutionnelle ainsi décrite perdure tendanciellement jusqu’à l’indépendance proclamée en 19533, voire jusqu’à la révolution. En effet, l’approfondissement institutionnel lié à l’État est difficile dans un environnement conflictuel. À partir de 1953, les tensions redoublent, se déplacent sur fond de Guerre froide et, en 1954, le territoire national est scindé en deux (Dufumier, 1980). Les forces révolutionnaires Lao (le Pathet Lao), soutenues par le bloc de l’Est, administrent deux provinces au nord du pays et le gouvernement royal, que la France soutient, gère les autres provinces. Chaque faction cherche à unifier le territoire pour imposer son modèle politique et les limites territoriales entre les deux pouvoirs bougent. Les forces révolutionnaires s’imposent progressivement et réunifient le territoire en 1975. Le 2 décembre 1975 symbolise la victoire du Pathet Lao et la création de la RDPL. Le nouveau gouvernement engage rapidement le pays sur la voie du socialisme : la propriété des facteurs de production est prohibée, quelques entreprises d’État voient le jour et le pays se range dans le bloc de l’Est.

  • 4 « Lenin also stressed that under conditions in which administrative power is in the hands of the pe (...)

5Les orientations prises par le nouveau gouvernement ne produisent pas tous les effets escomptés et le rythme des réformes est assez rapidement discuté au sein des instances dirigeantes. En 1979, le Premier ministre, Kaysone, emprunte à Lénine les mots4 qui marquent une première inflexion (Evans, 1888). Non sans tension, la nouvelle orientation se précise et lors du quatrième congrès du Parti, en novembre 1986, le Nouveau Mouvement Économique (NME) est entériné. Le NME marque réellement et officiellement le nouveau chemin politique. La mise en place des réformes s’appuie globalement sur les axes suivants (Saignasith, 1997) :

  • Abandon du réseau étatique de distribution et de commercialisation ;

  • Abandon du système de prix officiels, les prix doivent refléter les prix de marché ;

  • Définition plus claire des systèmes de propriété privée et privatisation des entreprises nationales ;

  • Ouverture de l’économie Laos à la concurrence internationale ;

  • Réforme financière pour favoriser l’essor d’un marché bancaire et d’un système financier ;

  • Réforme de la politique budgétaire, de la politique fiscale et mise en place d’un système pour accélérer la monétisation de l’économie.

  • 5 Malgré les précautions sémantiques que dissimule le concept d’économie de marché, la RDPL, comme le (...)

6Le NME marque un tournant politique plutôt radical que les précautions sémantiques dissimulent difficilement. L’euphémisme « économie de marché5 » ménage les susceptibilités, mais il regroupe les conditions institutionnelles nécessaires au capitalisme. La mise en place d’un système de prix basé sur des normes concurrentielles et le désir de monétiser l’économie illustrent cette assertion. L’ensemble des réformes post-révolutionnaires enclenche le processus d’homogénéisation institutionnelle que la période coloniale (cf. supra), ou les premiers temps de l’indépendance, n’ont pas réellement amorcé.

7Cette présentation succincte des transformations politiques à l’échelle nationale précise le cadre de nos analyses. La dynamique de contestation monétaire s’amorce à Phongsaly, dans un contexte économique où les logiques de marchandisation n’existaient pas. En effet, d’une part, les foyers ne cherchaient pas à produire des quantités de biens supérieures à leurs besoins, d’autre part, les monnaies assuraient des types de médiations sociales en accord avec leur mode d’organisation.

1.2 Ordre monétaire et logique économique de la province de Phongsaly pré-révolution

8La province de Phongsaly est montagneuse et très boisée. En 1975, les infrastructures routières (il s’agit plutôt de pistes) sont extrêmement réduites, la densité de population est inférieure à 10 personnes au km2 (National Statistical Center of Laos, 1999) et règne une grande diversité ethnique. À titre d’exemple, une trentaine de groupes ethniques était identifiée à Phongsaly à la fin du siècle dernier (Boute, 2005), (Chazee, 1999), (National Statistical Center, 2000). Cette diversité culturelle entraîne une grande variété de modes de mise en valeur des agro-écosystèmes, mais aussi une « myriade » d’économies villageoises, une « myriade » de systèmes politiques locaux et une « myriade » de rapports à la monnaie. Malgré l’intérêt que présente cette diversité, elle ne constitue pas l’objet de ce travail qui cherche, au contraire, à identifier les récurrences spécifiques aux logiques de contestation monétaire. Au seuil de la révolution, la mise en lumière des points communs aux différentes entités sociales permet de tracer le schéma général suivant : pour l’essentiel des ménages, l’autoconsommation est un objectif de production ; la piastre se trouve au sommet de la hiérarchie monétaire, l’espace monétaire est cloisonné et le kip occupe une place ténue.

1.2.1 Le système économique local

  • 6 Le mobile de gain est un des mobiles d’action (Polanyi 2011).

9Le système économique local fonctionne sur des principes plus ou moins communs à toutes les sociétés de production domestique. Les institutions traditionnelles organisent la production, les transactions de biens et la consommation par rapport à une logique d’autoconsommation. Pour les foyers de paysans, l’objectif d’autoconsommation — versus celui du gain —, joue un rôle déterminant et constitue l’un des premiers mobiles d’action6. Selon Marshall Salhins (1976), cette caractéristique, généralement observée dans les communautés paysannes, procure l’abondance. En effet, avec un temps de travail par agent limité, ce mode d’organisation assure la satisfaction des besoins individuels. Rechercher l’autoconsommation n’exclut pas l’échange, mais les transferts de biens s’effectuent selon un mode singulier. Par exemple, il n’existe pas obligatoirement d’équivalence entre tous les biens (Einzig, 1949), (Caille, 1987). Les biens s’échangent à l’intérieur de sphères (Bohannan, 1959), et posséder en excès l’un d’eux n’offre pas obligatoirement accès à tous les autres. La notion de « sphère » délimite des périmètres d’échanges selon divers critères : de genre (Meillassoux, 1970) ; de parenté (Akin, Robins, 1999) ; etc. Le don et le contre-don (Mauss, 2002) jouent également un rôle central dans les échanges.

  • 7 Une partie de la province était sous contrôle du Pathet Lao. L’autre partie était, au départ, admin (...)

10Le modèle économique provincial s’inscrivait relativement bien dans ce schéma général avant le milieu des années 1970. Les foyers de paysans, en dehors de quelques rares rizières privées, avaient accès à la terre et la gestion du foncier dépendait de l’entité collective, même si l’unité familiale assurait la mise en valeur des parcelles. Par rapport à l’approvisionnement du foyer, ce contexte socioéconomique ne laisse qu’une place ténue aux échanges de biens. Les exemples cités par Yang (1972), au sujet d’une province rurale de l’est du Laos, ou encore ceux mobilisés par Aymé (1933) à Phongslay traduisent cette réalité. En revanche, cela n’exclut pas des formes de commerces tels que définis par Polanyi (2011), ni les d’échanges au long cours (Walker, A. 1999). Cependant, malgré leur importance sociale, ces transactions représentent un volume limité. Le système socioéconomique local laisse peu de place à la division sociale du travail (DST), et les quelques espaces où elle s’opère sont avant tout liés à une dimension politique et non économique. Les seuls acteurs inscrits dans un processus de division sociale du travail dépendent, en effet, de l’administration ou de l’armée. Le nombre d’agents effectuant une activité spécialisée est réduit : moins de 5 % de la population selon le Gouverneur du district de Boun Taï en poste en 1999. Certes Boun Taï est un district récent (3 ans en 1999), mais l’ordre de grandeur n’est pas fondamentalement différent dans les autres districts. De plus, les fonctionnaires participent largement aux travaux agricoles comme partie intégrante de leurs tâches administratives ou dans le cadre familial. Dans les années 1960, les fonctionnaires ont par exemple largement contribué à l’établissement des rizières irriguées de Boun Neua. Ils étaient également impliqués dans la gestion des quelques magasins d’État présents dans la zone. Les premiers apparaissent en 19647, mais nous n’en avons pas dénombré plus de 15 avant la révolution. De plus, ils étaient peu achalandés. En d’autres termes, les non-paysans représentaient une partie extrêmement limitée de la population et disposaient également d’une activité paysanne.

1.2.2 L’ordre monétaire local

  • 8 Le démantèlement de l’organe d’émission de la piastre d'Indochine, décidé les 29 et 30 décembre 195 (...)

11Intimement liées à la hiérarchie des pratiques sociales, au sommet de laquelle se trouve la production domestique au sein du foyer, les institutions traditionnelles, et non nationales, structurent l’ordre monétaire local. La piastre, malgré sa disparition en 19548, joue toujours un rôle central en 1975. Que le cycle de vie d’une monnaie ne suive pas toujours celui de ses institutions n’est pas un phénomène isolé. Le Thaler Marie Thérèse (Carthy (Mc), 1967), (Miege, 2001), (Rider [Le], 2001), le Gros Charles V (Bloch, 1958) survécurent au système institutionnel dont provenait leur légitimité initiale. D’un autre côté, comme le montre l’exemple des assignats, un système de pouvoir ne parvient pas à imposer une monnaie sans « un recouvrement étroit entre espace monétaire et espace politique » (Aglietta et Orléan, 1982, p. 48). Quoi qu’il en soit, en 1975, la piastre « structurait » l’ordre monétaire local et articulait un espace composé de 4 monnaies ou biens ayant des attributs monétaires (le riz, l’opium, certains animaux domestiques et les monnaies d’État).

  • 9 Pour le groupe lao de Moung Khoa, fortement influencé par les traditions kamous, le prix de l'union (...)

12Même si le cadre général présenté comporte de nombreuses nuances, la piastre occupait toujours une place singulière en 1975. Elle jouissait de la symbolique de l’argent qui la compose, et bénéficiait d’une image extrêmement positive auprès des populations étudiées. La piastre intervenait dans les actes fondamentaux de la vie sociale comme le mariage, les funérailles, les dettes morales telles que définies par Graeber (2013), etc.9. Elle intervenait également dans les mécanismes d’évaluations et de circulation de certains biens spécifiques. Les biens ayant des attributs monétaires par exemple, ou ceux qui sont inscrits dans une logique d’échange au long cours : benjoin, fer, etc. Cependant, son rôle circulatoire restait limité. D’une part son numéraire était important et les paysans visaient l’autoconsommation et non la production pour l’échange (cf. supra), d’autre part, ces derniers vendaient des biens pour se procurer des piastres qu’ils épargnaient. Ils cherchaient à accumuler des piastres pour les actes fondamentaux de la vie sociale précités. Pour toutes ces raisons, mais aussi parce que des biens ayant des attributs monétaires disposaient d’un prix en piastres, elles se trouvent au sommet de la hiérarchie monétaire.

13Le commerce de l’opium prit un essor particulier pendant la période coloniale et, au niveau national, il constituait l’une des premières ressources fiscales de l’administration (Dumarest, 1938), (Coy (Mc.), 1999). Ensuite, il participa largement au financement des guerres (Coy (Mc.), 1999). Localement, l’opium était utilisé à des fins médicinales ou récréatives et fut longtemps à l’origine des ressources monétaires en piastres. L’opium, comme quelques rares biens, avait un prix en piastres et offrait un accès à cette monnaie. Son prix variait assez peu d’une année sur l’autre, même si, comme pour le riz, on observait des variations saisonnières. Par ailleurs, il existait entre certains groupes ethniques des équivalences entre le travail saisonnier ou occasionnel et l’opium.

14On attribuait également aux animaux domestiques des attributs monétaires, dont l’épargne. Le bétail (bubalins, bovins, porcins) avait un prix en piastres, stable d’une année sur l’autre et nous n’avons pas observé de variations saisonnières. Le bétail assurait également l’approvisionnement en piastres, mais moins systématiquement que l’opium dans la mesure où les agents préféraient généralement conserver les animaux. En effet, même si la relation différait en fonction de l’animal, les accumuler procurait un certain prestige. Les animaux servaient aussi de moyen de paiement dans les compensations matrimoniales et jouaient un rôle central dans les cérémonies sacrificielles. De nombreux actes rituels avaient un prix en bétail et, dans ce cas, ce dernier assurait aussi la fonction d’unité de compte.

15Avant la révolution, le riz éteignait l’essentiel des dettes fiscales à Phongsaly et l’administration locale disposait d’un budget aux ressources constituées de riz, de quelques kips et de marchandises. Ces marchandises (tenues, savon, dentifrice, sel, bougies, etc.) étaient disponibles dans les magasins d’État et provenaient essentiellement des programmes de « coopération » avec les pays du bloc « socialiste » soutenant le mouvement révolutionnaire. À l’égal des ressources, les emplois des administrations provinciales étaient extrêmement limités, et cette frugalité des budgets semble une récurrence qui dépassait largement le cas de la Province de Phongsaly. Dans son ouvrage Stratégie d’un État Tampon, Christian Taillard (1989) note cette extrême pauvreté. Selon lui, les chefs-lieux de districts ne se distinguaient pas des autres villages, en dehors de quelques bâtiments administratifs. La rétribution des agents représentait l’essentiel des dépenses et se scindait en deux parties, l’une substantielle : le riz et des bons ( ces derniers ouvraient droit à des marchandises prédéfinies), l’autre dérisoire, en kips. Ce système de rémunération du travail des fonctionnaires donnait droit à quantité de biens, et son fonctionnement ne dépendait pas d’un système de prix. Le riz, en dehors de ses fonctions nutritives, validait de nombreuses relations sociales : les liens autorités/agents, à travers les « salaires » ou la fiscalité, ainsi que des valeurs nécessaires aux processus de constructions sociales. Pour de nombreux groupes ethniques, il intervient dans les compensations matrimoniales, par exemple, traduit la richesse et constitue un marqueur social. Le riz est également échangé contre du travail selon des taux définis localement et relativement stables d’une année sur l’autre. La stabilité ne s’oppose pas à des variations saisonnières, mais le modèle se reproduit dans le temps.

16La monnaie d’État, le kip intervenait dans peu de transactions. Il était accepté dans les magasins d’État, servait parfois d’unité de compte de référence, mais ne jouait pas réellement la fonction d’intermédiaire d’échange. Les paysans se référaient assez peu à l’unité de compte kip ; bien souvent ils troquaient. L’histoire mouvementée du kip n’est pas étrangère à l’influence ténue de la monnaie d’État. Avant 1975 circulaient deux types de kips : le kip libération (KL) pour les zones administrées par le gouvernement du Pathet Lao (cf. p. 3), et le kip banque nationale (KBN) pour les zones administrées par le gouvernement royal. Après 1975, le KL est imposé avant qu’un autre kip ne le remplace en1979 : le kip banque centrale.

17Cette présentation très succincte cherche à donner une image générale de l’ordre économique et monétaire de la province étudiée. Parce que la piastre circule à l’extérieur de la province, parce que l’opium, les animaux ont un prix en piastres, elle articule l’ordre monétaire local avec le « reste du monde ». Elle articule également les différents « espaces monétaires » locaux entre eux. En effet, entre la sphère de l’opium et celle des animaux domestiques il n’existe pas réellement d’équivalence. Comparer le travail évalué en opium et échanger contre de l’opium ne donne pas d’accès direct à un animal domestique. En revanche, produire de l’opium et le vendre en piastres permet d’acheter un animal domestique. Les animaux domestiques offrent ensuite l’accès à l’épargne, mais aussi à des actes fondamentaux à la cohésion du groupe (sacrifices, les mariages, les deuils, etc.). Par ailleurs, pour certains groupes ethniques, la piastre est fixée sur la coiffe et sur la tunique des femmes et symbolise ainsi l’aisance de la famille. Les transferts liés à l’activité de l’administration locale, impôts/riz/bons, n’ont pas d’équivalence et leur validité repose sur le triptyque contribuable/pouvoir légitime/fonctionnaire. Les mercuriales éditées par les magasins d’État ne constituaient pas un système de prix et il n’existait pas de relation générale entre tous les biens. X poules n’étaient pas équivalentes à un buffle, Y kilogrammes de riz à une vache, et l’un ne donnait pas obligatoirement accès à l’autre.

Schéma 1 : La Piastre au sommet de la hiérarchie monétaire

Schéma 1 : La Piastre au sommet de la hiérarchie monétaire

Source : auteur

18L’organisation politico-économique, fortement teintée par la dimension locale, se transforme après la révolution et les mutations les plus radicales, par rapport à notre objet d’étude, apparaissent avec le nouveau mouvement économique (1986). Le socialisme est pudiquement abandonné, l’État impose sa monnaie et l’organisation socioéconomique des communautés paysannes mute. Les échanges de biens se développent et le mobile d’action des paysans change. Ces derniers s’orientent progressivement sur une autre voie et, s’ils ne quittent pas le secteur, ils deviennent agriculteurs.

2. Les orientations politiques post-révolution et les mutations sociales de la province de phongsaly

19L’ordre économique de la province de Phongsaly, à l’instar des autres zones montagneuses, n’est pas fondamentalement chamboulé par les transformations politiques issues de la révolution. L’autoconsommation est toujours le premier mobile d’action et les échanges de biens reposent sur des logiques éloignées du gain en général (cf. §. 1.2). Les mutations de l’ordre économique local arrivent plus tard et elles procèdent surtout de la recomposition institutionnelle décidée en 1986 (NME). Certes, ces effets n’apparaissent pas brutalement et la « révolution économique », le développement des échanges de biens, s’amorce doucement à partir de la fin des années 1980 début des années 1990.

  • 10 Par rapport aux grandeurs mobilisées, le Centre national des statistiques ne disposait pas de toute (...)

20Le graphique 1 montre l’évolution du volume des échanges selon les normes comptables que nous avons adoptées. Sur la période considérée, les échanges sont multipliés par 7 et les transactions en kips, qui représentent la part congrue en 1975, sont multipliées par 1910. Les montants sont exprimés en milliers de kips constants 2000 (à titre indicatif en 2000, 1 $ = 10000 kips environ).

Graphique 1 : Évolution des volumes de transactions libellées en milliers de kips constants par habitant

Graphique 1 : Évolution des volumes de transactions libellées en milliers de kips constants par habitant

Source : auteur

21Le deuxième graphique traduit le processus de mutation sociale et la distance prise envers le modèle de production domestique. Avant 1990, les évolutions du volume des échanges de biens et du PIB suivaient le même trend. La production vendue reflétait un surplus contingent et le travail constituait le seul facteur de production, ou presque. Les agents sortent progressivement du modèle traditionnel et recourent de plus en plus aux consommations intermédiaires. En d’autres termes, à volumes de ventes constants, le nouveau modèle crée moins de valeur ajoutée dans la mesure où l’achat de consommations intermédiaires entre dans le processus de production. Les pentes des deux droites ne sont plus parallèles, ce qui traduit la mutation du modèle. Les processus de marchandisations élèvent les actes de « la production marchande » dans la hiérarchie des actions sociales :

Plus généralement, derrière toute marchandise nouvelle, même la plus banale, se joue toujours une redéfinition des rapports sociaux, qu’ils soient marchands ou non marchands, de telle sorte que se trouvent altérés les droits dont jouissaient antérieurement les acteurs. (Orléan, 2003)

Graphique 2 : Évolution des taux de croissance du PIB local et des volumes de biens échangés

Graphique 2 : Évolution des taux de croissance du PIB local et des volumes de biens échangés

22Les rapports sociaux se redéfinissent et la marchandisation de l’ordre économique local s’impose doucement. Les échanges réifiés deviennent de plus en plus une condition de la reproduction sociale ; ils procèdent de l’évaluation homogène que permet la monnaie d’État. Avec le développement des échanges de biens, celle-ci se diffuse et, à partir de 1990, l’ordre monétaire antérieur change. Le kip s’impose et les devises apparaissent timidement (bath, dollar, yuan). La nouvelle architecture institutionnelle installe le kip au sommet de la hiérarchie monétaire, et le système de prix en kips se généralise. En revanche, la piastre ne disparaît pas complètement. Le programme politique décidé en 1986 prend forme progressivement : la monétisation de l’économie et la mise en place d’un système de prix de marchés (cf. p. 4) deviennent bel et bien effectives. Le mouvement politique initié en 1986 impulse une nouvelle dynamique économique articulée à la recomposition du champ monétaire.

3. L’État et le premier temps de la contestation monétaire

23Un camaïeu de choix politiques, aux nuances plus ou moins vives, explique les transformations socioéconomiques que nous venons de présenter. Dans ce contexte, nous retenons avant tout l’influence de la contestation monétaire, et plus précisément le rôle de la monnaie d’État. La généralisation du kip s’appuie sur une volonté politique et elle dispose d’une forte dimension symbolique : une monnaie unique pour un territoire réunifié. En revanche, la volonté politique n’implique pas automatiquement l’acceptation de la monnaie par les populations et sans canaux de transmission une monnaie ne se diffuse pas. Au Laos, deux mécanismes furent particulièrement efficaces pour imposer le kip : la fiscalité et les transferts du gouvernement central. L’effet conjugué de ces deux mouvements amorce le circuit monétaire en kips. Le premier rend incontournable la monnaie d’État — seul le kip éteint la dette fiscale — qui pénètre ainsi dans tous les foyers. Le second mouvement « déverse » des kips dans les circuits locaux en construction. Par cette voie, le kip se trouve à disposition des agents qui le cherchent pour payer l’impôt. Les paragraphes suivants présentent ce double mouvement.

3.1 La grande transformation des règles fiscales

24De nombreux cas illustrent l’importance de la fiscalité dans le processus de recomposition du champ monétaire. Ce processus très ancien (Justens, 2004) se rencontre en Chine (Lamouroux, 2002), en France (Dupuy, 1992), au sein de l’Empire Ottoman, une seule monnaie fiscale est reconnue au xive siècle (Yildirim, 2000), en Afrique occidentale, le franc métallique éteint la dette fiscale au début de la colonisation (Servet, 1998), ou encore dans le Tanganyika britannique où le shilling jouait ce rôle (Carthy (Mc). D.M.P., 1967). À Phongsaly, le changement de monnaie fiscale s’opère très rapidement au début des années 1990. Le kip remplace le riz et l’impôt agraire, circonscrit à des productions végétales limitées, laisse place à une imposition étendue à toutes les productions et aux biens.

3.1.1 D’une monnaie fiscale à l’autre

  • 11 Au xviiie siècle, au Japon par exemple, le riz occupait une fonction semblable (Carre, 2002).
  • 12 L’impôt agraire repose sur les productions végétales, des quantités de riz, ou équivalent, produite (...)

25Avant la révolution, les modalités d’imposition à Phongsaly ne changeaient pas fondamentalement, quel que fut l’administrateur (Pathet Lao ou le gouvernement royal, cf. note de bas de page no 7). Les foyers étaient généralement redevables en quantité de riz11 . À partir de 1975, le nouveau gouvernement impose un cadre fiscal national sujet à de nombreuses interprétations locales et, pour équilibrer son propre budget, chaque province adopte des stratégies singulières. À Phongsaly, la politique fiscale s’inspire de l’impôt agraire12 (national) : la base d’imposition repose sur des productions végétales et la quantité de riz produite par foyer se trouve au centre de l’édifice. Entre 1975 et 1990, selon quatre agents ayant participé à la collecte de l’impôt en différentes zones de la province, les paysans produisaient avant tout les quantités de nourriture nécessaires à l’entretien du foyer :

Vous savez, on ne prélevait pas grand-chose, tous les paysans ne produisaient pas de riz en quantité suffisante et s’ils en produisaient, ils en avaient besoin pour leur famille ou alors ils faisaient de l’alcool de riz. (Fonctionnaire, BounNeua, 2000).

Par ailleurs, certains groupes ethniques, installés en collines, ne cultivaient pas de riz (pluvial et irrigué), et une grille d’équivalence servait de base pour convertir leurs productions en riz :

Nous avions une grille pour calculer l’impôt des montagnards, mais cela ne servait pas à grand-chose, c’était compliqué et on essayait de voir ce qu’ils pouvaient nous donner. (Fonctionnaire, Phongsaly 1998)

26Ainsi, toujours selon les agents, les fonctionnaires négociaient avec les représentants du village, comme sous l’ancien régime, puis les paysans livraient le fruit de l’impôt aux autorités locales à une date fixée.

27Selon nos sources, en 1975, les autorités locales n’ont pas établi de système fiscal pour les activités non agraires, dans la mesure où le commerce se résumait à quelques magasins d’État et le colportage illicite, très limité, échappait à l’impôt. Les mesures de prohibitions s’assouplissent au début des années 1980 (cf. note de bas de page no 4) mais le commerce ne décolle pas réellement dans un premier temps. Dans ce contexte, les quelques commerçants présents dans la zone négocient le niveau d’imposition avec les autorités locales. Dans la mesure où leurs activités sont ténues, très peu d’impôts étaient collectés. En revanche, contrairement au secteur paysan, le kip éteignait la dette fiscale. Ainsi, de 1975 à 1990, à Phongsaly, l’impôt représente peu et repose essentiellement sur une activité rizicole limitée.

28La réorientation économique, votée en 1986, s’intègre dans un programme plus général de redéfinition des institutions et les dirigeants nationaux affichent clairement la volonté de limiter l’autonomie des provinces dans le troisième plan quinquennal. Elles perdent progressivement le pouvoir de collecter l’impôt, d’administrer les taxes et la nouvelle trésorerie générale, basée à Vientiane, redéfinit les règles fiscales. Les fonds prélevés localement alimentent désormais les caisses de l’État, qui approvisionnent ensuite les comptes provinciaux. La trésorerie applique une politique fiscale harmonisée à l’échelle nationale. Le passage obligé de l’impôt par l’échelle centrale semble difficilement compatible, à peu de frais, avec un impôt en nature, et les premières mesures destinées à changer de monnaie fiscale remontent à juin 1987. Parallèlement au riz, le kip devient la monnaie fiscale (Bourdet, 1992). Ces directives s’appliquent progressivement à Phongsaly et le pouvoir libératoire du riz face à l’impôt ne disparaît qu’en 1990. En 1990, le kip devient la seule monnaie fiscale, il s’impose rapidement et la fiscalité s’harmonise. Le second ensemble de mesures étend la base d’imposition. Elle touche progressivement un nombre croissant d’activités économiques, la possession de certains biens et ne cesse d’évoluer pour épouser les contours des transformations sociales.

29Au sein du secteur agricole, l’assiette fiscale ne porte pas seulement sur le riz. Elle touche non seulement les productions végétales excédentaires mais aussi les productions animales. Peu à peu les foyers de paysans voient apparaître de nouveaux impôts, en kips, et au fur et à mesure, l’imposition touche de plus en plus de productions. Pour les activités commerciales en plein essor, l’impôt est redéfini et trois classes d’entreprises apparaissent :

  • la première classe concerne les grandes entreprises (4 à Phongslay en 2000) pour qui l’administration fiscale nationale détermine le niveau d’imposition ;

  • la deuxième classe regroupe des entreprises de taille moyenne dont le niveau d’imposition dépend de l’administration fiscale provinciale ;

  • la troisième classe est constituée de petites entreprises (commerce et artisanat) dont la base d’imposition se trouve fixée par l’administration fiscale des districts.

30L’administration fiscale (district) soumet à l’administration fiscale provinciale une proposition de base d’imposition. Si la base est acceptée, les taxes sont collectées selon cette norme. Le même type de relations existe entre le niveau provincial et le niveau national. Cependant, les entreprises de la province de Phongsaly ne possèdent généralement pas de comptabilité officielle. Le revenu imposable est alors estimé, selon la base d’imposition définie par l’agent fiscal et le responsable de l’entreprise. Pour les structures relevant de l’administration fiscale du district, les commerçants déclarent annuellement des stocks et l’importance du stock détermine l’impôt. La base d’imposition des artisans (menuisiers, réparateurs de véhicules, restaurants, etc.) repose sur un forfait proportionnel à l’importance de la structure et à celle du chiffre d’affaires déclaré. Parallèlement, les ménages, qu’ils soient paysans, artisans-commerçants, fonctionnaires, etc. deviennent sujet à l’impôt à travers les biens qu’ils possèdent : l’habitation, variable selon la taille et le style, le téléviseur, l’antenne parabolique, la mobylette, le véhicule (les taxes sur les véhicules existent depuis 1991), le groupe électrogène, etc. La liste des biens n’est pas exhaustive et évolue pour intégrer l’apparition rapide de nouveaux biens. Par exemple, en 1994 il était difficile de trouver du dentifrice, des clous, et des médicaments de base à BounTaï. En 2000, un commerce vend des télévisions et les répare, une pharmacie est relativement bien achalandée en produits chinois, etc.

31Deux points essentiels se dégagent des transformations de la fiscalité. D’une part, le kip conteste le système « bi-monétaire » riz/kip, où le riz dominait largement. D’autre part, la base d’imposition essentiellement fondée sur la production de riz devient beaucoup plus large. Elle englobe un panel étendu d’activités économiques et la possession de biens. Ce double phénomène, accroissement de la pression fiscale et extension de la base d’imposition, transforme tous les ménages en contribuables. Le kip pénètre obligatoirement dans tous les foyers car peu d’entre eux échappent désormais à l’impôt.

3.1.2 Évolution de la pression fiscale

32Entre 1975 et 1990, peu d’outils comptables sont disponibles à Phongsaly. Pour reconstituer les niveaux de prélèvements obligatoires, au niveau de la province, nous avons fait appel aux témoignages d’anciens contribuables et de fonctionnaires impliqués dans la collecte de l’impôt. L’application du plan comptable unifié mise en place à l’échelle nationale (Bourdet, 1992) au début des années 1990, destinée à contrôler les finances locales, impose le même outil comptable à toutes les provinces du pays. À Phongsaly, il ne prend réellement corps qu’en 1994 et nous avons retenu les données fournies par les services provinciaux spécialisés à partir de cette date.

Graphique 3 : Évolution de la pression fiscale par habitant à Phongsaly, en milliers de kips constants

Graphique 3 : Évolution de la pression fiscale par habitant à Phongsaly, en milliers de kips constants

Source : auteur

33Le graphique 3 traduit clairement les différentes mutations présentées supra. Les taxes sur les productions agricoles acquittées en riz dans un premier temps, le sont en kips par la suite. Les impôts agraires (riz) augmentent après la révolution et parallèlement les taxes non agricoles (en kips) sont extrêmement faibles (les activités commerciales traditionnelles privées sont prohibées entre 1975 et 1980). Les taxes agraires représentent l’essentiel de l’impôt de 1975 à 1985 : 90 % en 1975, 98 % en 1980, 74 % en 1985. Au début des années 1980, la petite entreprise privée redevient légale (cf. p. 4) et le niveau des taxes spécifiques à cette activité augmente (26 % des taxes en 1985). Ensuite, la pression fiscale croît considérablement entre 1985 et 2000. Au niveau provincial elle passe de 16 800 000 à 3 650 000 000 kips constants, elle est multipliée par 22 environ. En kips, la pression fiscale croît bien davantage et se voit multipliée par 200. Elle ne diminue (tous moyens de paiement confondus) qu’entre 1990 et 1995.

  • 13 Le niveau de monétisation en kip est très faible comme le montre le changement de kips de 1979. Ava (...)

34L’augmentation significative des prélèvements obligatoires ne doit cependant pas masquer une très faible pression fiscale par habitant. Dérisoire en 1975, elle ne dépasse pas les 30 000 kips constants par habitant en 2000, et ne présente pas une charge très lourde par foyer. En revanche, même si elle peut sembler faible elle n’est pas négligeable dans le contexte local13 et, en moyenne, les foyers (composés de 6 personnes) s’acquittent de 10 000 kips constants en 1990, de 90 000 en 1995 et de 180 000 en 2000. Certes, elle ne les touche pas tous avec la même intensité, mais l’immense majorité contribue et, même faible, la fiscalité impose le kip. Les foyers phongsalyiens ne peuvent plus ignorer la nouvelle norme monétaire. Ils doivent la rechercher pour payer l’impôt, le kip devient incontournable et s’inscrit dans un circuit citoyen/État avec la fiscalité d’un côté et les dépenses publiques de l’autre. Ce stade de l’analyse renvoie directement à l’objectif politique de monétisation de l’économie fixé dans le NME. Cet objectif masque une autre dimension : passer d’une monnaie fiscale « en nature » à une monnaie fiscale « monnaie d’État » constitue en soi un projet politique. En effet, que le programme révolutionnaire impose en nature fait sens par rapport au corpus idéologique révolutionnaire. Au sein de la société idéale imaginée par Marx, la monnaie a disparu, la société communiste fonctionne sans monnaie. Abandonner l’impôt en riz au profit d’un impôt monétaire afin d’enclencher le processus de monétisation de l’économie repositionne clairement les orientations politiques.

3.2 La grande transformation des emplois du budget provincial

35L’évolution des règles fiscales redéfinit les modalités de fonctionnement des administrations locales. Les opérations se libellent en monnaie nationale et le cadre comptable évolue. Parallèlement, les transferts monétaires du gouvernement central alimentent les comptes provinciaux en kips et nourrissent le circuit amorcé par la fiscalité.

36L’unification des moyens de paiements (Saignasith, 1997), côté ressources, dont disposent les autorités locales à partir de 1990 ne s’inscrit pas directement dans les logiques de contestation monétaire. Les bons que touchent les fonctionnaires avant cette date ne sont pas des monnaies. En revanche, les supprimer participe à la recomposition générale de l’ordre monétaire. Avant 1990, les bons offraient aux fonctionnaires une rémunération compensable par 22 produits dans les magasins d’État (Saignasith, 1997). Localement, selon les disponibilités, par membre de la famille, les bons permettaient d’obtenir : 2 paires de chaussures par an, 2 tenues, quelques biens alimentaires et une ration de riz mensuelle de 20 kg par membre de plus de 10 ans. Le foyer de fonctionnaire avait aussi accès à des bougies des couvertures, des cigarettes, etc. Cependant, la dotation alimentaire ne suffisait généralement pas et pour assurer une partie des besoins alimentaires de l’unité familiale, les fonctionnaires ou leur famille s’adonnaient bien souvent à une activité agricole. L’activité agricole correspondait à une nécessité et à un idéal révolutionnaire. En 1977, il est même conseillé au niveau national de suspendre les séances d’études pour les fonctionnaires participant aux travaux agricoles (Norindr, 1981). En 2000, les fonctionnaires déjà en poste à la fin des années 1970 témoignent de leur participation à ces travaux :

« […] on était nombreux, nous sommes tous allés à Boun Neua et nous avons travaillé trois mois. Vous voyez la plaine derrière les bâtiments du district, c’est nous qui l’avons faite. (Fonctionnaire, Samphan 2001)

37Ainsi, l’institution fournissait à ses agents les moyens d’assurer leur subsistance en travaillant directement, par le système de bons et avec une très faible rétribution monétaire. Cependant, cette dernière ne jouait pas un rôle central et, selon un autre agent local :

Il n’y avait pas besoin d’argent, l’État [leur] donnait le nécessaire. (Fonctionnaire, BounTaï, 1997)

Ce constat est largement confirmé par ailleurs :

On n’avait pas beaucoup d’argent, et on achetait quelques biens, du tabac dans un village par exemple, mais cela ne représentait pas beaucoup. (Fonctionnaire, Moun Kua, 1999).

38Les mêmes remarques se retrouvent au niveau national (Hours, 1997). La modification du mode de rémunération (effective en 1990 à Phongsaly) rattache directement les fonctionnaires à l’État. Leurs tâches sont réorientées vers des fonctions administratives uniquement et le travail agricole ne s’inscrit plus officiellement dans leurs tâches. Ces mesures s’accompagnent d’une augmentation de salaire en kips destinée à l’achat des denrées fournies par les bons ou autoproduites auparavant (Bourdet, 1995), (Saignasith, 1997). Les revenus monétaires des fonctionnaires de Phongsaly, inférieurs ou égaux à 500 000 kips constants par agent et par an en 1975, 1980 et 1985, passent à 2 700 000 en 1990, 3 250 000 en 1995 et 3 050 000 en 2000. Malgré ces augmentations substantielles de salaire monétaire, le pouvoir d’achat des fonctionnaires reste limité et ils ne sont pas toujours convaincus des effets positifs de la mesure :

[…] le salaire avait beaucoup augmenté mais il a fallu tout acheter, et quand on a acheté le nécessaire il ne reste rien. Avec le salaire en kips, on nous disait qu’on serait gagnants mais je n’en suis pas convaincu. (Fonctionnaire, Phongsaly 1999)

  • 14 Si nos souvenirs sont exacts, la construction en dur des bâtiments de MounMaï et MounKoua, remonte (...)
  • 15 Nous remarquons que, dans certains districts, les infrastructures publiques étaient, en 2000, dans (...)

39La « kipisation » des emplois liés à la masse salariale des agents provinciaux trouve un écho dans les autres dépenses. Entre 1975 et 1990, l’administration locale dépense peu, presque rien en monnaie nationale. À l’égal du système de bons, cette situation ne se distingue pas franchement du fonctionnement antérieur. Le type d’infrastructure, par exemple, traduit clairement le niveau de dépenses publiques. En 1990, le réseau routier est toujours embryonnaire et les bâtiments administratifs des districts, hormis ceux de Müang Khoa et de Müang Maï14, sont en bois15. Les fonctionnaires et la population locale se chargent de débiter manuellement les planches et les poutres. La couverture est en tôle, lorsqu’elle n’est pas en paille ; le sol est cimenté s’il n’est pas en terre battue et les pointes sont les seuls biens importés. Fabriqué localement le mobilier est rudimentaire, les fournitures (papeterie) sont utilisées avec une extrême parcimonie et les agents de l’État se déplacent à pied. Seul le gouverneur de province dispose d’un véhicule en 1990. L’administration locale limite ses dépenses monétaires à sa partie congrue et les autorités utilisent avant tout les ressources naturelles et humaines locales pour faire fonctionner leur administration.

40L’investissement public s’amorce doucement à partir de 1990. La piste reliant Phongsaly ville au réseau national est inaugurée en 1997. En 1997, l’ouverture d’une nouvelle piste entre Boun Neua et Nyot Ou débute. Parallèlement, l’administration se dote progressivement de véhicules et de matériel de bureautique (ordinateur, etc.).

41L’ensemble de ces investissements et la revalorisation des salaires, se traduisent par une augmentation significative des emplois en kips. L’administration met en œuvre des programmes de modernisation mais elle ne finance plus ses programmes par des ressources locales. L’État assure des transferts substantiels en kips qui alimentent le nouvel ordre monétaire.

Graphique 4 : Les transferts du gouvernement central en kips, en milliers de kips constants

Graphique 4 : Les transferts du gouvernement central en kips, en milliers de kips constants

Source : auteur

42Les transferts du Gouvernement central passent 1 000 000 à 7 500 000 kilokips dans un contexte où, avant 1990, l’essentiel des transferts reposait sur des biens compensables en bons. Le graphe n° 4 montre l’impact des réformes et l’augmentation des transferts en kips. Cet afflux irrigue la province en monnaie nationale.

43Ainsi la dynamique autour du kip observée à Phongsaly articule un double mouvement lié aux transferts du gouvernement central et à la fiscalité. Le premier approvisionne la province en monnaie nationale et le second impose le kip à tous les foyers. Par ces mécanismes le kip, et son système de prix, pénètre « partout » et se diffuse par le truchement d’un tiers peu connu auparavant, le marché. La diffusion du kip bouscule l’ordre monétaire antérieur et la monnaie d’État prend la place de la piastre au sommet de la hiérarchie monétaire.

Schéma 2 : La fiscalité et les transferts — premiers circuits de la monnaie d’État

Schéma 2 : La fiscalité et les transferts — premiers circuits de la monnaie d’État

Source : auteur

4. Les mutations sociales et la contestation monétaire : deuxième temps

44L’ordre monétaire antérieur reposait sur une dynamique autour de la piastre. Le kip occupe désormais cette place et le schéma précédent montre clairement l‘importance de l’État. Même si la controverse sur l’antériorité du marché sur la monnaie, et vice-versa, occupe la scène théorique en économie, nous ne reviendrons pas sur ces questions. Nous ne nous pencherons également pas sur le nouvel ordre monétaire. Nous ne le présenterons que succinctement, comme un élément contextuel de la contestation monétaire porté par le kip. Ce dernier autorise de nouvelles pratiques sociales et l’ordre monétaire antérieur se délite dans la mesure où disparaissent les pratiques que l’ordre en question validait. En effet, parce que le kip offre un nouveau langage, un nouveau système de signes (Theret, 2008), il transforme la hiérarchie des pratiques sociales et, dans ce contexte, les échanges réifiés s’élèvent. Nous ne traiterons pas l’ensemble des dynamiques sociales induites par la contestation de l’ordre ancien, elles sont multiples, imbriquées, difficilement dissociables et nous en retiendrons quatre : la diffusion du nouveau langage, le décloisonnement, le rapport à la dette et les nouvelles représentations des « pratiques économiques ».Le nouvel ordre monétaire laisse peu de place aux biens dotés d’attributs monétaires. L’opium, le bétail et le riz perdent les fonctions présentées dans le paragraphe 1.3 et ils se trouvent relégués au rang de simples marchandises dont le prix n’est plus libellé en piastres mais en kips. De plus, contrairement aux prix en piastres, stables d’une année sur l’autre mais soumis à des variations saisonnières (cf. § 1.3), les prix en kips sont erratiques et varient de plus en plus en fonction de variables communément appelées « offre et de demande ». Certes, il existe encore quelques poches ténues de résistances et, lors de mariages exemple, l’équivalent symbolique des compensations matrimoniales reste des quantités de buffles, de riz, etc. En revanche les représentations ne s’arrêtent plus sur l’animal, unité de compte, ayant un pouvoir libératoire, elles se déplacent généralement et, derrière l’animal, une somme monétaire en kips est recherchée. Seule, la piastre dispose encore de pouvoirs monétaires lors des funérailles, des mariages. En revanche, lesdits pouvoirs subissent de profondes transformations. Par exemple, pour un mariage dans une famille Phounoï de Phongsaly ville en 1999, les compensations matrimoniales furent libellées en kips. Cependant le jour du mariage, devant les invités, le futur gendre a remis les piastres à sa belle-famille. La cérémonie terminée le jeune homme a récupéré les pièces et les a restituées au commerçant spécialisé dans la location des pièces en question.

45Cependant, la recomposition de l’ordre monétaire n’élimine pas le pluralisme monétaire pour autant et les devises apparaissent progressivement au sein de la province. Le yuan chinois domine largement cet espace suivi par le bath thaïlandais et le dollar US. Les devises occupent des places spécifiques, tous les agents ne les utilisent pas et elles s’inscrivent dans le circuit de transactions de produits spécifiques. Une relation existe entre devises, type d’acteurs et types de biens. Les devises servent largement la dynamique de développement des transactions de marchandises portée par le kip et, si elles contestent l’ordre monétaire antérieur à certains égards, elles le contestent essentiellement selon des modalités imposées par le kip. Ainsi, par rapport à notre problématique, nous ne les traiterons pas malgré l’intérêt évident que présente ce sujet.

46L’État impose sa monnaie à marche forcée et diffuse indirectement une nouvelle grille de lecture des actes sociaux. Cependant, même si l’autorité de l’État joue un rôle central dans les mécanismes d’acceptation du kip et des rapports sociaux qui lui sont liés, elle ne suffit pas (cf. l’exemple des assignats p. 6). En effet, les agents acceptent le nouvel ordre mais abandonnent en même temps des pratiques traditionnelles et, qu’ils montrent peu de résistances aux injonctions du pouvoir légitime, traduit la présence de mécanismes d’acceptation d’une autre nature. Pierre Clastres pose la question différemment, mais elle nous semble transposable à l’objet de notre étude. En effet, nous n’avons pas la certitude « que le pouvoir politique se donne seulement à une relation qui se résout, en définitive, en un rapport de coercition » (Clastres, 2014, p. 10). Les mécanismes d’acceptation du modèle social que le pouvoir cherche à imposer (la monétisation en kips et « l’économie de marché » par exemple) ne reposent pas seulement sur la coercition. Même si le modèle en question ne les séduit pas toujours les agents doivent y adhérer à minima, et, à Phongsaly, les principes de violence symbolique (Bourdieu et Passeron, 1970) renforcent la dynamique liée au pouvoir. Le kip, par ce qu’il représente, n’est pas obligatoirement jugé positivement. En revanche, ne pas posséder le nouveau langage renvoie à des connotations négatives, disqualifiantes :

[…] avec le kip j’ai du mal alors je laisse faire les jeunes, les commerçants savent bien qu’on n’aime pas le kip, alors ils ne parlent qu’en kips, on n’ose pas répondre et ils nous roulent. (Paysans, 58 ans, Chalungli, 2000)

[…] avec le kip je ne sais pas ce qu’il faut donner, je vois bien que ça fait rire les autres, les hommes savent mieux, surtout les jeunes, ils sont moins bêtes. (Paysanne, 48 ans, Moutchi Pakha, 1999)

Les paysans n’ayant pas intégré la norme kip perçoivent du mépris à leur égard et s’auto-disqualifient :

Les Iko, c’est différent, ils n’utilisent même pas le kip. Quand ils viennent à la boutique, je ne dis pas c’est 10 000 kips ou autre, ça ne sert à rien, ils ne comprennent rien. Alors on troque, mais moi je calcule par rapport au prix. (Commerçant, Boun Taï, 1997)

Ou encore :

[…] ils ne veulent pas des kips, ils ne demandent même pas le prix, ils raisonnent comme avant même si tout a changé, mais ce n’est pas étonnant, faut dire qu’il y en a plein qui ne parlent même pas le lao. (Commerçant, Samphan 1997)

47Ne pas posséder le kip renvoie à une image de la « paysannerie pauvre ». Ces représentations négatives renforcent le processus de diffusion de la norme kip, elles l’imposent progressivement comme la norme d’évaluation au détriment des repères traditionnels. Par exemple, le prix de l’opium en piastres, des quantités d’opium contre des quantités de travail selon des barèmes traditionnels, etc.

48Le kip rompt le système cloisonné et intègre les espaces sociaux dans l’administration mais aussi dans l’économie paysanne traditionnelle. Dans l’administration, avant 1990, la rémunération des fonctionnaires ouvrait un droit à un quantum de biens dans les magasins d’États. Le pouvoir d’achat des fonctionnaires reposait sur une quantité de biens indépendamment d’un système de prix. Le riz proposé dans les magasins d’État, par exemple, provenait : de l’impôt (sans référence monétaire) ; du Vietnam (de Chine, également, avant 1979) ou de dons internationaux. Les petits produits facturés étaient produits dans les entreprises d’État où provenaient des anciens pays du CEMA (Council for Mutual Economic Assistance) dont les monnaies n’étaient pas toujours convertibles sur les marchés internationaux (Than, 1997). Ainsi, les fonctionnaires disposaient d’une rémunération essentiellement en nature et leur travail « s’échangeait » uniquement contre des biens en quantité déterminée. Cette forme de cloisonnement disparaît avec la monétisation de leur salaire en kips. La quantité de biens auxquels ils ont accès n’est plus définie, et peut varier en fonction de l’évolution du prix du riz par exemple. Dès lors les agents recherchent les prix plus avantageux pour disposer de quantités supérieures où diversifier leurs achats. Bien au-delà de ces cercles, le système de prix se diffuse et entre en conflit avec le système traditionnel cloisonné :

Les montagnards vendent souvent l’opium en piastres, mais en 1997 la piastre a chuté. On achetait beaucoup de piastres et on faisait beaucoup de bénéfice en leur achetant l’opium. On gagnait beaucoup d’argent mais à force ils ont compris. (commerçant Samphan 1998)

Le système de prix en kips supplante l’ancien système d’équivalence autour de l’opium (cf. supra) et ainsi les relations qu’il validait se transforment. Elles se transforment également lorsque le travail était payé en riz par exemple :

Avant on donnait un récipient comme ça de riz par jours par homme aux montagnards et sur cette base ils venaient travailler pour nous aider à construire la rizière. Ensuite on achetait le riz pas cher à Oudomxaï et on donnait la même quantité […] maintenant c’est plus possible pour planter les pastèques ils ont voulu des kips, ils savent le prix du riz et ils ne sont plus d’accord. (Paysan, Ban Yo, 2000)

49Le système de référence traditionnel s’efface et la fiscalité a directement joué un rôle important à ce titre. En effet, si les paysans vendent cher leurs marchandises, ou leur travail, ils s’acquittent plus facilement de l’impôt, ils sont incités à regarder les prix. Cependant le système en kips ne procède pas d’une dynamique locale. Il provient de provinces où les marchés de biens étaient déjà développés et il se diffuse parce que le langage kip est désormais compris à Phongsaly comme ailleurs au Laos.

50Les contributions issues de champs disciplinaires variés (anthropologie, économie, histoire et psychologie), regroupées dans la La monnaie souveraine (1998), attribuent un rôle fondamental à la dette. Parmi ces rôles, la dette constitue un lien social fondamental entre des individus vivant en société, même si, selon les périodes historiques, les cultures, elle n’est pas instituée sur les mêmes bases. Graeber (2011) identifie deux types des dettes, les unes recouvrent un système d’obligations morales et les engagements qu’elles scellent ne sont remboursés que par d’autres obligations sociales, de nouveaux engagements. Le second type de dettes exprime des liens sociaux d’une tout autre nature. Graeber les qualifie de dettes marchandes dans la mesure où la marchandise s’inscrit dans un mouvement de la dette qui peut se convertir en richesses. La monnaie donne aux dettes une expression sociale, elle rend les dettes opératoires dans la mesure où elle offre à tous les membres d’une société, une représentation commune des actes, des pratiques liées aux dettes. À Phongsaly, de 1975 et 2000, l’évolution de ce type de dettes s’observe in vivo. Le premier type ne disparaît pas totalement et le second apparaît. Le premier était lié à l’espace de la piastre, elle donnait, sans efforts conceptuels, une représentation des obligations morales qui se perpétuent à travers les unions matrimoniales, lors des deuils, etc. Le kip valide un autre circuit de dette lorsqu’il circule simultanément aux marchandises. En effet, la détention de monnaie prouve que le détenteur a déjà livré une production au corps social. Ainsi posséder des kips constitue une créance sur la société qui offre en retour un droit sur la production des autres (Orléan, 1992, p. 86). Dès lors, la production de marchandises devient un lien social et le niveau du lien social dépend des avoirs monétaires. Plus un agent possède de la monnaie plus il dispose de droits qui valident des liens avec des individus dont il ignore peut-être tout. En ce sens, la dette monétaire, parce qu’elle ouvre des droits sur des productions, constitue un lien social essentiel au fonctionnement d’une « société marchande ». En effet, de plus en plus de foyers ne produisent plus l’ensemble des biens nécessaires à leur consommation. La reproduction du système repose donc sur la complémentarité entre agents et, en dehors des périodes de crise, les dettes forment un lien social robuste, nécessaire à la division sociale du travail dont l’échange de marchandises est le corollaire. Par ailleurs, la dynamique de « dettes marchandes » est renforcée par les obligations morales et légales qu’elles impliquent. Ainsi, le modèle socioéconomique antérieur basé sur l’absence de division sociale du travail, ou presque, et sur le mobile d’autoconsommation est désossé dans la mesure où il ne produit plus de richesses selon les nouvelles normes sociales.

51Mettre en place une économie de marché figurait parmi les objectifs du NME. Le langage kip, à travers le système de prix, a participé à la construction des rapports de production nécessaires la remise en cause des mobiles d’action traditionnels. En effet, traditionnellement l’autoconsommation constituait l’un des tout premiers mobiles et les agents adoptaient des stratégies pour l’atteindre. La nouvelle norme d’évaluation homogène rend possible l’apparition du mobile de gain (cf. § 1.3) dont les ressorts orientent vers « l’économie de marché ». La recherche du gain participe à la destruction de l’organisation et de l’ordre monétaire traditionnels. Le mobile de gain repose sur la comparaison des coûts de production et des recettes liées à la vente. Le gain, le profit en d’autres termes, se crée ainsi mais il n’aurait pas pu apparaître en l’absence d’une norme homogénéisant la valeur des biens. Pour produire des pastèques par exemple, l’agriculteur doit disposer de terre (en m2), d’eau d’irrigation (m3), d’engrais (en kg), de pesticides (en l), de travail (en h), etc. Ensuite il vend des pastèques en tonnes. Comment comparer un coût de production en m2, m3, en kg, en l, en h avec une recette en T. Parce que la représentation kip est partagée, elle offre une norme abstraite, une signification à des activités très hétérogènes dans l’espace social. Les rapports de productions sont homogénéisés en coûts, le fruit de la production l’est en recette et la mise en relief de toutes ces composantes donne une autre grandeur également homogénéisée : le profit. Progressivement les agents recherchent le profit qui devient une composante de la reproduction sociale dans le nouveau modèle économique. Dès lors rien n’étonnera si le mobile de gain devient le mobile d’action des agents et s’ils abandonnent les mobiles d’actions antérieurs que validait l’ordre monétaire traditionnel.

Schéma 3 : Pour tous les biens, le kip devient une référence partagée par la majorité des acteurs

Schéma 3 : Pour tous les biens, le kip devient une référence partagée par la majorité des acteurs

Source : auteur

Conclusion

52Les choix politiques mis en œuvre lors du NME, en 1986, entraînent le pays sur une nouvelle voie : la planification est abandonnée, la propriété privée des facteurs de production est légitimée et la monétisation en kips devient un objectif. À Phongsaly ce projet politique devient réellement effectif un peu plus tard et s’appuie sur la réforme fiscale conjuguée aux transferts du gouvernement central. Le kip pénètre ainsi tous les foyers, personne ne peut y échapper, et les agents le recherchent pour acquitter la dette fiscale. Le kip est imposé à tous les agents et deux mécanismes s’opèrent. D’une part la norme d’évaluation, l’unité de compte, le langage kip devient progressivement intelligible à tous les contribuables. Le kip offre l’abstraction nécessaire à la comparaison de tous les biens et les processus de marchandisation deviennent alors possibles. D’autre part, devenus possibles, les échanges marchands se développent et le kip circule avec eux. Ainsi, par les canaux de la fiscalité, des transferts du gouvernement central et celui des échanges de biens croissants, la nouvelle norme monétaire se diffuse. Cette dynamique autour du kip, bouscule l’ordre monétaire antérieur et la piastre perd le statut qu’elle occupait. Au sommet de la hiérarchie monétaire, elle articulait un champ cloisonné où la cohérence de chaque espace se « cristallisait » dans les attributs monétaires de certains biens. Les logiques de marchandisations diluent ces attributs dans la marchandise que deviennent les biens en question. Le décloisonnement s’opère et contester l’ordre monétaire revient à contester l’ordre social dont les fondements traditionnels s’effondrent. L’organisation économique, antérieure à 1986, laisse place à une nouvelle dynamique où les échanges réifiés s’élèvent dans la hiérarchie des pratiques sociales. Ainsi, la boucle se ferme sur les objectifs politiques fixés lors du NME. Ils sont doublement atteints, la monétisation en kips de la République se réalise et une « économie de marché » se met en place. En revanche, le terme « économie de marché » semble être un euphémisme pour éviter un terme longtemps banni.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aglietta, M. et Orléan, A. (1982), La violence de la monnaie, Paris, Presses Universitaires de France.

Alary, P. et Lafaye de Micheaux, E. (Dir.), (2015), Capitalismes asiatiques et puissance chinoise, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Akin, D. et Robbins, J. (1999), Money and Modernity, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Ayme, G. (1930), Monographie du Ve°territoire militaire, Hanoï, Imprimerie d’Extrême-Orient.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bohannan, P. (1959), “The impact of money on an African subsistence economy, The Journal of Economic History, volume 19, Issue 4, p. 491-503.
DOI : 10.1017/S0022050700085946

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdet, Y. (1992), « Perestroïka au Laos, performances et perspectives de l’économie laotienne », Revue Tiers Monde, no 129, p. 181-208.
DOI : 10.3406/tiers.1992.4679

Bourdet, Y (1995), “Rural reforms and agricultural productivity in Laos, The journal of Developing Areas, 29, p. 161-182.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boute, V. (2005), En miroir du pouvoir. Les Phounoy du Nord Laos : ethnogenèse et dynamiques d’intégration, Paris, EPHE ve section, p. 530.
DOI : 10.3406/ephe.2005.12518

Bourdieu, P. et Passeron, J.C. (1970), La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit

Caille, A. (1987). « Monnaie des modernes et monnaie des sauvages », Bulletin du MAUSS, no 21, p. 143-150.

Carré, G. (2002), « Stratagèmes monétaires : les crises du numéraire en métal précieux dans le Japon du xviiie siècle », in La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1 : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Bruno Théret (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 2008, p. 233-264.

Carthy (Mc), D.M.P. (1967), “Media as ends: money and the underdevelopment of Tanganyika to 1940, The Journal of Economic History, volume 36, Issue 3, p. 645-662.

Chazee, L. (2000). Rural Marketing Survey for the Phongsaly Forest Conservation and Rural Development Project, Vientiane, Vientiane International Consultants, p. 51.

Clastres, P. (2014), La société contre l’État, Éditions de minuit.

Coy, A. M. (1999), La Politique de L’Héroïne, Paris, Éditions du Lézard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dufumier, M. (1980), « Les premières transformations socialistes de l’agriculture en République démocratique populaire du Laos », Revue Tiers Monde, vol. 21, no 84, p. 813-830.
DOI : 10.3406/tiers.1980.3982

Dumarest, J. (1938), Les monopoles de l’opium et du sel en Indochine, Lyon, Frères Bosc, p. 254.

Dupuy, C. (1992), « De la monnaie Publique à la monnaie privée au bas moyen âge », Genèses, Sciences sociales et histoire, no 8, p. 25-59.

Einzig, P. (1949), Primitive Money in its Ethnological, Historical and Economic Aspects”, London. 1966, 2nd ed., Oxford and New York, Pergamon Press, 557 p.

Evans, G. (1888), “Agrarian Changes in Communist Laos”, Institute of Southeast Asian Studies, vol. 85, p. 89.

Graeber, D. (2011), Dette : 5000 ans d’histoire, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Hours, B. et Selim, M. (1997), Essai d’Anthropologie Politique sur le Laos Contemporain. Marché, Socialisme et Génies, Paris, L’Harmattan.

Justens, D. (2004), 5000 ans d’histoire de l’argent au travers de la littérature, Bruxelles HEFF/Cooremans.

Lamouroux, C. (2002), « Bureaucratie et monnaie dans la Chine du xie siècle : les désordres monétaires au Shaani », in La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1 : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Bruno Théret (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 2008, p. 173-202.

Manich, M.L. (1967), History of Laos, Bangkok, Chalermint.

Mauss, M. (2002), « Essai sur le Don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année de la Sociologie, seconde série, 1923-1924, p. 106.

Meillassoux, C. (1970), Anthropologie Économique des Gouro de Côte d’Ivoire, Paris, Mouton.

National Statistical Center of Laos (1999), The Households of Lao PDR. Social and Economic indicators, Lao Expenditure and Consumption survey, 1997/98, Vientiane.

Nationalal Statistical Center of Laos (2000), 1975-2000, Basic Statistics of The Lao P.D.R., Vientiane, p. 162.

Norindr, C. (1981), « La politique agraire de la République démocratique et populaire lao, Plans de 1975 à 1985 », Cahier d’Asie du Sud-Est, nos 9-10, p. 123-147.

Orléan, A. (1992), « L’origine de la monnaie (II), la monnaie dans les sociétés holistes », Revue du MAUSS, nos 15-16, p. 111-125.

Orléan, A. (2002), « La Monnaie, Opérateur de Totalisation », Journal des Anthropologues, nos 90-91, p. 331-352.

Orléan, A. (2003), L’économie des conventions : définition et résultats. Analyse économique des conventions, Paris, Presses Universitaires de France.

Ould-Ahmed, P. (2003), « Le troc en Russie : Perte de légitimité de la monnaie ou perte de légitimité des institutions monétaires ? », contribution au séminaire : Crise monétaire d’hier et d’aujourd’hui, Paris, EHESS.

Pholsena,V. (2011), Laos un pays en mutation, Paris, Belin, coll. « La documentation Française ».

Polanyi, K. (1974), L’économie en tant que procès institutionnalisé. Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Librairie Larousse, p. 239-259.

Polanyi, K. (2011), La Subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société, Paris, Flammarion.

Salhins, M. (1976), Âge de pierre, âge d’abondance, l’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Saïag, H. (2012), « Le trueque argentin ou la question du fédéralisme monétaire (1995, 2002) », Revue française de socio-économie no 12.

Saignasith, C. (1997), Lao Style New EconomicMechanism. Laos » dilemmas and options, the challenge of economic transition in the 1990, New York, St. Martins Press.

Servet J-M. (1998), « Démonétarisation et remonétarisation en Afrique Occidentale et Équatoriale (xixe-xxe siècle) » in Aglietta, M. et Orléan, A., La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, p. 299-324.

Stuart-Fox, M. (1997), A History of Laos, Cambridge University Press.

Taillard, C. (1989), Stratégies d’un État tampon, Montpellier, G.I.P, Reclus.

Than, M. (1997), “Laos External Trade, an owerview in the Southern Asian context”, Laos dilemmas and options, the challenge of economic transition in the 1990, New York, St. Martins Press, p. 243-266.

Theret, B. (dir.), (2007), La monnaie dévoilée par ses crises, Éditions de l’EHESS, Paris.

Theret, B. (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, no 4, vol 59.

Walker, A. (1999), The Legend of the Golden Boat, Regulation, Trade and Traders in the Borderlands of Laos, Thailand, China and Burma. Honolulu, University of Hawai’i Press.

Yang, D. (1972), Les Hmong du Laos Face au Développement, Vientiane, Siaosavath.

Yildirim, Z. (2000), Légitimité et crise de l’Aspre, la première monnaie Ottomane xive° – xviie°siècles, Sciences économiques. Nanterre, Paris X, p. 358.

Haut de page

Notes

1 Phongsaly est le nom d'une ville, d'un district et d'une province. La province de Phongsaly regroupe 7 districts (Boun Neua, BounTaï, Müang Khoa, Müang Maï, Ngot Ou, Phongsaly et Samphan). Phongsaly désignera désormais notre terrain de recherche : la province de Phongsaly.

2 Nous attirons l’attention du lecteur sur la grande diversité des situations au Loas. L’interprétation du cadre institutionnel national pensée au niveau central, change beaucoup d’une province à l’autre voire d’un district à l’autre.

3 L’un des premiers mouvements de l’indépendance s’établit à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. À l’automne 1945, un gouvernement indépendant (Lao Issara) dirige le pays. Il sera destitué au printemps 1946. Les forces militaires françaises, chargées de reconquérir « l’Indochine », entrent à Vientiane en avril 1946 et mettent progressivement en place une monarchie constitutionnelle.

4 « Lenin also stressed that under conditions in which administrative power is in the hands of the people, we are not afraid that trading will develop. On the contrary, we can prevent capitalism from developing along the path of state capitalism, and create necessary, firm conditions for turning state capitalism into socialism in the future » (Evans, 1888, p. 52)

5 Malgré les précautions sémantiques que dissimule le concept d’économie de marché, la RDPL, comme les autres républiques populaires asiatiques, se dote d’institutions nécessaires à la mise en place d’un régime capitaliste (Alary, Lafaye de Micheaux, 2015).

6 Le mobile de gain est un des mobiles d’action (Polanyi 2011).

7 Une partie de la province était sous contrôle du Pathet Lao. L’autre partie était, au départ, administrée par le gouvernement royal. Par la suite, les autorités locales, envoyées par le gouvernement royal, se sont rapprochées du Pathet Lao sans se fondre dans cet État pour autant.

8 Le démantèlement de l’organe d’émission de la piastre d'Indochine, décidé les 29 et 30 décembre 1954 à Siam Reap (Cambodge), lors de la réunion quadripartite (Cambodge, France, Laos, Vietnam), entraîne la disparition de la piastre comme monnaie d'État.

9 Pour le groupe lao de Moung Khoa, fortement influencé par les traditions kamous, le prix de l'union entre deux jeunes était libellé en piastres (mais aussi, bétail, riz, etc.). Le prétendant devait verser à sa future belle-famille deux pièces d'une piastre (les ngueun man en langue nationale) et trois pièces de 0,5 piastre (voire 0,2 ou 0,1) (ngueun bi) pour « acheter le lait » selon l'expression locale. Cette expression fait référence au lait maternel consommé par le nourrisson qu'était la mariée. Seule la piastre acquitte la compensation matrimoniale scellant les alliances. Lors des funérailles, toujours chez les Kamous à Moung Khoa, la piastre offre au mort les ressources pour passer dans l'au-delà. "Elle couvre les frais de voyage" et le corps est brûlé avec trois piastres. Une pièce à l'intérieur de la bouche pour se nourrir et une dans chaque main pour couvrir les autres dépenses. Il n'existe pas d'équivalent, la piastre est l'unique monnaie acceptée sur cette « route inconnue ».

10 Par rapport aux grandeurs mobilisées, le Centre national des statistiques ne disposait pas de toutes les données nécessaires à nos recherches et nous avons conduit une série d’entretiens entre 1997 et 2002. Notre travail repose sur un échantillon de paysans, de commerçants-artisans et d’agents de l’État.

Cent foyers de paysans répartis dans 25 villages choisis dans les 7 districts de la province de Phongsaly constituaient l’échantillon de paysans. 12 sous-groupes ethniques sont représentés. Les questionnaires, fruits de nombreuses enquêtes préalables, listaient l'essentiel des biens achetés et vendus par les paysans. Nous ne cachons pas les difficultés rencontrées dans une perspective historique et dans un contexte où il n'existait pas de supports écrits. De longs entretiens, entre 10 et 15 heures pour chaque questionnaire, répartis sur plusieurs visites furent nécessaires.

Pour les commerçants-artisans nous avons retenu 117 personnes. Nous avons conduit des entretiens semi-directifs auprès d'anciens responsables ou salariés des magasins d'État en poste avant la mutation. Pour la période post-mutation nous nous sommes directement adressés à des actifs. Reconstruire des documents comptables fidèles exigeait du temps, les entretiens furent longs et laborieux.

Pour le budget de l'administration, 74 fonctionnaires ou anciens fonctionnaires formaient l'échantillon. Pour la période pré-cadre comptable national (1975-1995), nous avons reconstitué le budget des districts à partir d’éléments factuels : nombre d’agents, leurs rémunérations, le type de locaux, les véhicules, la disponibilité en matériel, les niveaux d’imposition, etc. Pour la période 1995-2000, les données se trouvent auprès des Services statistiques nationaux.

Toutes les données quantitatives ainsi collectées sont organisées sous la forme de tableaux économiques d’ensemble adaptés, selon une fréquence pluriannuelle de 5 ans (1975, 1980, 1985, 1990, 1995, 2000). Le volet qualitatif de notre étude, issu du même échantillon, explique les grandeurs et la cohérence de l’ordre monétaire à partir des arguments mobilisés par les agents.

11 Au xviiie siècle, au Japon par exemple, le riz occupait une fonction semblable (Carre, 2002).

12 L’impôt agraire repose sur les productions végétales, des quantités de riz, ou équivalent, produite par foyer (autoconsommée ou échangée). Sont exonérables : 100 kg par an et par personne, plus 100 à 200 kg par an si le foyer entretien un bonze (Norindr, 1981).

Le calcul du barème d'imposition augmente proportionnellement à la quantité produite (Evans, 1888). La fourchette se situe entre 8 et 30 %. Un taux de 30 % s'applique aux volumes (hors exonération) supérieurs à 900 kg de riz ou équivalent par an et par foyer (Dufumier, 1980, p. 827).

Exemple : Volume imposable par foyer = Quantité produite – 100 kg * (nombre de membres du foyer + 100 à 200 kg bonze).

Impôt = Volume imposable * Coefficient (8 à 30 %).

Si volume imposable (I) 0 ≤ I ≤ 900 alors coefficient (C) = 8 ≤ C ≤ 30.

Si volume imposable ≥ 900 kg alors le coefficient = 30 %.

Les équivalents : une équivalence existait entre le riz et les autres productions végétales. Exemple : 1 kg de maïs sec = 1 kg de paddy, 3 kg de manioc sec = 1 kg de paddy, etc.

Les productions agricoles non vivrières (tabac, thé, café, coton, etc.) sont taxées selon un taux constant de 8%, quelles que soient les quantités produites.

Les adhérents d'une coopérative bénéficient d’un allégement d’impôt. Selon le type de coopérative, le seuil d’imposition était plafonné à 20 % ou 10%. Les coopératives ayant atteint le troisième niveau de coopération bénéficient de l'exonération maximale.Le riz constitue l'unité de compte pour l'impôt payable en riz. Le transport du riz, du village au point de collecte, était à la charge des paysans.

13 Le niveau de monétisation en kip est très faible comme le montre le changement de kips de 1979. Avant 1979 la monnaie d’État est le kip libération (KL) (cf. p. 8). Le KL est frappé en Chine et les autorités laotiennes se rangent du côté vietnamien lors des troubles sino-vietnamien de 1979. En représailles, le gouvernement chinois fait imprimer de nombreux billets pour inonder la RDPL de KL, sa propre monnaie. Le gouvernement Laotien réagit très rapidement et change de monnaie en quelques jours en décembre 1979, le kip Banque Centrale (kip) remplace alors le KL. « L’arme monétaire » utilisée par les autorités chinoises s’est avérée peu efficace et a buté sur le faible niveau de monétisation en KL, tant au niveau national que local. Les somme de KL échangées livre un message univoque à ce titre. Au niveau national, 124 385 162 000 KL furent détruits pour laisser place à 124 385 162 kips. Le taux de conversion fut établi à 1 kip = 100 KL. Au moment du change, cela représente 31 096 290 $ US pour une population de 3 199 000 personnes, soit moins de 10 $ US/habitant. Cependant ce résultat masque de fortes disparités régionales. A Phongsaly, fin décembre 1979, en une semaine, le KL est remplacé par le kip. Nos informations proviennent de deux "agents de change" ayant participé à cette opération dans deux districts de la province. Des fonctionnaires furent convoqués, plus de 100 à Moun Koua, entre 100 et 200 à Boun Neua. Chaque groupe constitué de trois ou quatre fonctionnaires, était affecté à quatre villages environ. Une famille ne pouvait pas obtenir de l’échange plus de 3 000 kips (750 $ US). Si l'une d'entre elles disposait de sommes supérieures, elle devait la déclarer aux agents qui transmettaient le montant de la somme à la banque. Par la suite, la famille échangeait ses KL directement à la banque. Les agents rencontrés sont unanimes : beaucoup de familles n'échangeaient rien, certaines obtenaient 50 à 60 kips (12-15 $ US). Mr. X et son équipe changèrent 5 500 kips pour quatre villages, Mr. Z, 7 000 environ, toujours pour quatre villages. Considérant 300 habitants par village, nous obtenons pour la province de Phongsaly une moyenne de 1.5 et 2 $ US par habitant.

14 Si nos souvenirs sont exacts, la construction en dur des bâtiments de MounMaï et MounKoua, remonte à 1974 et 1977.

15 Nous remarquons que, dans certains districts, les infrastructures publiques étaient, en 2000, dans un état identique à celui des années 1970. À titre d’exemple, les bâtiments administratifs du district de Boun Neua étaient encore en bois en 2000, et n’avaient ni électricité ni téléphone. Toujours en 2000, l'administration de Boun Nuea possédait encore deux machines à écrire très rustiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : La Piastre au sommet de la hiérarchie monétaire
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Titre Graphique 1 : Évolution des volumes de transactions libellées en milliers de kips constants par habitant
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-2.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 2 : Évolution des taux de croissance du PIB local et des volumes de biens échangés
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-3.png
Fichier image/png, 110k
Titre Graphique 3 : Évolution de la pression fiscale par habitant à Phongsaly, en milliers de kips constants
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-4.png
Fichier image/png, 58k
Titre Graphique 4 : Les transferts du gouvernement central en kips, en milliers de kips constants
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-5.png
Fichier image/png, 71k
Titre Schéma 2 : La fiscalité et les transferts — premiers circuits de la monnaie d’État
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-6.png
Fichier image/png, 164k
Titre Schéma 3 : Pour tous les biens, le kip devient une référence partagée par la majorité des acteurs
Crédits Source : auteur
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11508/img-7.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alary, « Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000 », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/11508

Haut de page

Auteur

Pierre Alary

Maître de conférences à l’université Lille 1, Chercheur au Clersé (Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et économiques) et chercheur associé au CASE (Centre d’Asie du Sud-Est), pierre.alary@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page