Navigation – Plan du site
Varia

Croissance, inégalités et pauvreté au sein des pays émergents : le cas des BRICS

Growth, Inequality and Poverty in Emerging Countries: the Case of the BRICS
Crecimiento, desigualdad y pobreza en el seno de los países emergentes, el caso de los BRICS
Laila Porras

Résumés

Les cinq pays qui forment les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se singularisent, dans les années 2000, à la fois par une forte croissance économique – liée au processus de transformation économique et plus précisément d’ouverture commerciale et financière – ainsi que par une diminution de la pauvreté. Mais malgré ces évolutions communes, nous relevons une diversité des chemins concernant la dynamique croissance-inégalités au sein de ce groupe. Pour tous les pays à l’exception du Brésil, la croissance s’est accompagnée d’une hausse des inégalités de revenus. De surcroît, cette montée des inégalités s’est produite dans des situations variées et selon des mécanismes très différents. Nous pouvons observer que l’évolution des inégalités de revenus est influencée par une multitude de facteurs – le cadre économique global dans lequel un pays conduit son intégration dans l’économie mondiale peut, en effet, emprunter différentes voies. En fonction du sentier emprunté, les évolutions des inégalités peuvent s’opposer et apparaissent largement dépendantes des politiques nationales de transformation et des politiques sociales adoptées. Les effets liés à la mondialisation ne peuvent donc pas expliquer à eux seuls la montée ou la diminution des inégalités. Après avoir décrit, dans une perspective d’étude comparative, la dynamique croissance-inégalités-pauvreté propre à chaque pays au sein des BRICS, cette étude analysera l’évolution des différentes trajectoires nationales empruntées. Elle proposera également des facteurs explicatifs du changement des inégalités pour chaque pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1
  • 2 Ce n’est pas le lieu ici de discuter amplement l’évolution du terme « économies émergentes ». Il fa (...)

1L’objectif de cet article est d’analyser les différentes trajectoires décrites par les inégalités de revenus et de la pauvreté au sein des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) durant les vingt dernières années1. Ce groupe de cinq pays fait partie des « économies émergentes » : appellation qui désigne, non sans ambiguïté, les pays encore loin du niveau des pays « riches » ou « industrialisés », mais qui présentent des revenus intermédiaires et une forte croissance depuis les vingt dernières années. Il n’existe pas, en réalité, de définition officielle et unique de ce terme, tant on l’utilise selon des contextes et des acteurs variés. Deux critères semblent néanmoins faire l’unanimité concernant les « pays émergents » : ce sont des pays qui, depuis vingt ans, connaissent une croissance économique importante – voire très forte dans certains cas comme celui de la Chine et de l’Inde – et une transformation du mode de financement de leur développement2.Ces pays sont caractérisés par des transformations structurelles de leur économie ayant pour but l’augmentation de leurs parts de marché dans le commerce mondial de biens et de services, ainsi que l’ouverture mondiale de ces marchés financiers :

Le qualificatif « émergent » renvoie à la fois à l’univers de la finance et à celui de l’économie réelle. Dans le contexte de la globalisation financière, le concept d’émergence est porteur de cette double information. (Rigaud, 2010, p. 15-16)

  • 3 Dans le rapport cité, le groupe des « pays développés » comprend les 27 membres de l’Union européen (...)

En effet, une croissance de la part des économies émergentes dans les exportations mondiales est observée depuis 1980, au détriment du poids dans le commerce mondial des pays développés. Les pays émergents dont les exportations représentaient à peine 34 % du commerce mondial en 1980 ont vu leur part augmenter à 47 % en 2011, tandis que la part des pays développés a diminué, passant de 66 % à 53 %. C’est notamment le cas des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon. (OMC, 20143)

Tableau 1. Commerce des marchandises des certains pays émergents (Part en pourcentage du commerce mondial, 1980 et 2011

Tableau 1. Commerce des marchandises des certains pays émergents (Part en pourcentage du commerce mondial, 1980 et 2011

٭ex-U.R.S.S

Source : OMC, Rapport sur le commerce mondial 2013

  • 4 L’acronyme « BRIC », qui désignait au départ le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, a été créé e (...)

2L’acronyme BRICS a donc permis de réunir cinq pays singuliers. Au-delà de leurs différences – dont certaines sont analysées dans cet article – ces pays sont tout d’abord des économies émergentes dans le sens définit plus haut. Le tableau 2 rend compte de l’importance de ces pays dans le commerce mondial. Il illustre bien le choix « politique » que constitue l’intégration, au sein du groupe, de l’Afrique du Sud, dont le poids dans les exportations mondiales est nettement moins important que celui du reste des pays dits « BRICS ». Soulignons la dimension géopolitique de ce groupe qui représente plus du quart des richesses mondiales et 40 % de la population de la planète. Ces puissances économiques et politiques du xxie siècle sont également devenues des acteurs incontournables de la scène internationale, et les porte-paroles des économies émergentes lors de sommets internationaux tel que le G204.

Tableau 2. Poids des exportations des BRICS dans le commerce mondial, 2013

Tableau 2. Poids des exportations des BRICS dans le commerce mondial, 2013

Source : OMC, Profils commerciaux 2014

3La convergence des BRICS vers les pays riches n’est pas mécanique et ces pays émergents sont encore loin des niveaux des pays riches de l’OCDE en termes de PIB par habitant. Nous pouvons néanmoins signaler la dynamique vigoureuse des BRICS vers un rattrapage économique, notamment à partir des années 2000 (graphique 1).

Graphique 1. PIB par habitant comparé à la médiane de la moitié supérieure des pays de l’OCDE (en PPA constants de 2005, en pourcentage)

Graphique 1. PIB par habitant comparé à la médiane de la moitié supérieure des pays de l’OCDE (en PPA constants de 2005, en pourcentage)

Source : OCDE (2012)

  • 5 À exception de la Russie qui, selon le dernier classement de la Banque mondiale (2013), fait partie (...)

4Comme nous pouvons l’observer dans le graphique 2, qui illustre l’évolution du produit intérieur brut par habitant des BRICS pendant les deux dernières décennies, le regroupement, sous un même concept de pays présentant des différence importantes risque de gommer, en surface, l’hétérogénéité réelle qui existe à l’intérieur de cette classification, faisant douter de sa validité à moyen et long terme. Ainsi, malgré que tous les pays du groupe dit « BRICS » appartiennent à la classification de la Banque mondiale des pays à revenus intermédiaires5, nous notons des différences importantes concernant le PIB par habitant. Les conséquences de la crise mondiale, qui a éclaté à la fin des années 2000, ont mis encore davantage en évidence les spécificités nationales quant à la vulnérabilité de chaque économie.

Graphique 2. Produit intérieur brut par habitant en PPA, 1990-2010 (Dollars constants de 2005)

Graphique 2. Produit intérieur brut par habitant en PPA, 1990-2010 (Dollars constants de 2005)

Source : Banque mondiale

5Toutefois, en ce qui concerne le sujet abordé ici, la dynamique « croissance-inégalités-pauvreté », le choix d’étudier les « BRICS » selon une perspective comparative présente un double intérêt :

6Malgré des caractéristiques communes, il n’y a pas de modèle unique. Nous trouvons plutôt une diversité d’évolutions structurelles des BRICS, c’est-à-dire, une variété de voies observées de croissance et d’insertion dans l’économie mondiale (Vercueil, 2012). De la même manière, nous relevons une diversité des chemins concernant la dynamique des inégalités et de la pauvreté au sein de ce groupe. Ce qui nous porte à croire que la question de la dynamique « croissance-inégalités-pauvreté » peut être mieux appréhendée par une mise perspective comparative approfondie entre plusieurs études de cas.

  • 6 L’expression « transformation économique » est entendue ici d’une manière très large comme les muta (...)

7La notion d’« économies émergentes » faisant référence à la croissance liée au processus de transformation économique et plus précisément d’ouverture commerciale et financière, étudier les évolutions observées au sein des BRICS dans une perspective comparative présente un intérêt particulier pour le débat « inégalités-mondialisation6 ». L’analyse de la dynamique des revenus en Chine et dans d’autres pays émergents, est essentielle pour comprendre l’évolution des inégalités au sein de ces pays, mais aussi pour interpréter la dynamique de l’inégalité mondiale. En effet, comme le souligne François Bourguignon dans son livre La mondialisation de l’inégalité (2012), nous assistons, en matière d’inégalités dans le monde, à une double évolution au cours des vingt dernières années. D’une part, au sein des nations, les inégalités augmentent après plusieurs décennies de tendance à la réduction ; d’autre part, l’inégalité entre tous les citoyens du monde a diminué très significativement, notamment en raison de la hausse des revenus en Chine et en Inde.

8Étant donné les nombreux facteurs qui affectent la répartition des revenus, nous n’entendons pas couvrir tous les pays de façon homogène. Notre démarche consiste à proposer une analyse des facteurs qui ont joué un rôle majeur dans le revirement de la tendance des inégalités dans chaque pays. Nous nous sommes également concentrés sur des sous-périodes où l’inflexion des inégalités a eu lieu dans les différents pays.

9La section 1 décrit la dynamique des inégalités et de la pauvreté au sein des BRICS dans une perspective comparative. La section 2 propose des facteurs d’explication du changement de l’évolution des inégalités de revenus pour chacune des différentes trajectoires, et signale quelques pistes de recherche futures. La section 3 propose une conclusion.

1. Dynamique des inégalités et de la pauvreté des BRICS dans une perspective comparative

1.1 L’évolution de la croissance et des inégalités de revenus

10Les économies émergentes se distinguent par une longue période de croissance relativement robuste avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne de l’OCDE dans les années 2000. Tous ces pays ont également subi des transformations institutionnelles et structurelles qui ont contribué à les ancrer plus fortement dans l’économie mondiale. Elles ont montré également une résilience supérieure aux pays de l’OCDE pendant la crise 2008-2009. Il faut toutefois souligner que durant la décennie 1990 une diversité dans l’évolution du PIB est plutôt la règle. En effet, la croissance soutenue en Russie ne commence qu’à partir de 1999. Les données de croissance concernant l’Afrique du Sud et le Brésil sont mitigées. Cependant, l’Inde et la Chine montrent une croissance constante et soutenue depuis 1990 (graphique 3, tableau 3).

Graphique 3. Évolution du PIB : taux de croissance annuel, 1990-2014 (prix constants, pourcentage)

Graphique 3. Évolution du PIB : taux de croissance annuel, 1990-2014 (prix constants, pourcentage)

Source : FMI (2015)

Tableau 3. PIB : taux de croissance annuel moyen en volume, 1990-2014 (en pourcentage)

Tableau 3. PIB : taux de croissance annuel moyen en volume, 1990-2014 (en pourcentage)

Source : FMI (2015)

11Concernant les inégalités de revenus au sein des pays de ce groupe, deux faits stylisés sont à souligner. Premièrement, les BRICS ont des niveaux manifestement supérieurs à la moyenne de l’OCDE à la fin des années 2000. Nous pouvons observer, avec le graphique 4, que le coefficient de Gini du Brésil est près de deux fois supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE ; l’écart est encore plus grand pour l’Afrique du Sud. Deuxièmement, on observe qu’au long des vingt dernières années les BRICS sont devenus plus inégalitaires. La seule exception est le Brésil, pays qui a sensiblement progressé en matière de réduction des inégalités.

  • 7 Le coefficient de Gini indique la mesure dans laquelle la répartition des revenus observée pour les (...)
  • 8 Le coefficient de Gini en Chine et en Russie a commencé à changer avant le début des années 1990. N (...)

Graphique 4. Évolution des niveaux d’inégalité de revenus - coefficient de Gini7 du revenu des ménages (1993-20088)

Graphique 4. Évolution des niveaux d’inégalité de revenus - coefficient de Gini7 du revenu des ménages (1993-20088)

Source : Base de données OCDE-UE sauf pour la Chine (1985) et la Russie (1989) dont les données proviennent de la base de données de la Banque Mondiale

12La répartition des revenus des ménages par quintiles (graphique 5) montre qu’au Brésil la participation du quintile supérieur dans le revenu total diminue à la fin des années 2000, contrairement au reste des pays. La hausse de la participation du quintile supérieur dans le revenu total est plus marquée en Chine et en Russie. Ceci témoigne de l’importance de la croissance de hauts revenus, et de leur conséquence sur la hausse des inégalités de revenus dans ces deux pays.

Graphique 5. Répartition des revenus des ménages par quintiles٭ (Pourcentage, 1990 et début des années 2000)

Graphique 5. Répartition des revenus des ménages par quintiles٭ (Pourcentage, 1990 et début des années 2000)

٭Le pourcentage du revenu qui revient aux 20 % des habitants les plus riches et aux 20 % des habitants les plus pauvres. Il se peut que la somme des parts par quintile ne corresponde pas à 100 à cause de l’arrondissement.

Source : Les indicateurs de développement dans le monde, WDI Banque mondiale (basé sur les enquêtes nationales de revenus des ménages [Income Households Surveys-IHS] les plus récentes pour chaque pays)

1.2 Les disparités régionales

13Dans ces vastes territoires que sont les BRICS, les disparités régionales jouent un rôle central dans l’explication des inégalités des revenus. Les facteurs géographiques, historiques et institutionnels qui déterminent les inégalités régionales s’entremêlent bien souvent. Une première observation, permettant une analyse comparative de ces pays, est celle des inégalités de revenus dans le secteur urbain et dans le secteur rural. Comme nous pouvons le voir avec le graphique 6, les inégalités à l’intérieur des zones rurales et urbaines sont plus importantes en Afrique du Sud et au Brésil qu’en Chine et en Inde.

14Néanmoins la tendance observée depuis le début des années 1990 est celle d’une hausse des inégalités de revenus en Chine et en Inde, tant à l’intérieur des zones rurales que des zones urbaines.

15L’article de Gustafsson et al. (2011) établit une comparaison intéressante entre les inégalités de revenus en Chine et celles qui ont cours en Russie. Selon les auteurs, le niveau plus élevé des inégalités en Chine s’explique par les inégalités entre zones rurales et urbaines. L’écart du revenu moyen entre les ménages des zones urbaines et rurales est, en effet, plus important dans un pays très rural comme la Chine que dans un pays urbanisé tel que la Russie. Ceci est le résultat des différences de développement des deux pays, mais aussi de la politique de migration rurale-urbaine restrictive appliquée en Chine durant 50 ans. Les transferts publics ont davantage ciblé la population urbaine en Chine, intensifiant encore les inégalités.

16Il est intéressant d’observer que, contrairement à la tendance décrite par les autres pays, le Brésil est le seul pays où les revenus ont davantage augmenté dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Ces évolutions seront étudiées dans la deuxième partie, consacrée à l’économie nationale de chaque pays.

Graphique 6. Coefficient de Gini du revenu par habitant*

Graphique 6. Coefficient de Gini du revenu par habitant*

Note : Dans le cas de l’Inde il s’agit de données sur la consommation. Les chiffres se rapportent aux années 1993 et 2005 pour la Chine ; 1994 et 2005 pour l’Inde ;1993 et 2008 pour l’Afrique du Sud.

Source : Base de données OCDE-UE

1.3 Évolution de la pauvreté et des niveaux de vie

17Différentes approches tentent de conceptualiser et de mesurer la pauvreté, mais le terme n’est pas sans ambiguïté. Nous devons, entre autres, à Amartya Sen la clarification de la discussion portant sur le choix des différents indicateurs de pauvreté et de bien-être. Ses études sur l’économie du développement ont eu une influence considérable sur la formulation de l’indice du développement humain (IDH) publié, chaque année, par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans leur Rapport sur le développement humain. Le rapport de 1997 met en évidence les difficultés à définir la pauvreté :

La volonté d’identifier les populations touchées par la pauvreté et de mesurer celle-ci, occulte parfois le fait que la pauvreté est un phénomène trop complexe pour être ramené à une dimension unique de l’existence humaine. La plupart des pays ont pris l’habitude de fixer un seuil de pauvreté en se fondant sur les niveaux de revenu ou de consommation. Bien que cette approche mette en valeur une dimension importante de la pauvreté, elle donne une vision incomplète des phénomènes multiples susceptibles de briser les vies humaines. Telle personne peut jouir d’une bonne santé et vivre relativement longtemps, mais être analphabète et ainsi privée d’accès à la connaissance, de contacts et de rapports humains. Telle autre peut savoir lire et écrire, avoir reçu une bonne éducation, mais être vouée à décéder prématurément en raison de conditions épidémiologiques ou de prédispositions physiques. Telle autre, encore, peut se trouver privée d’un précieux pouvoir décisionnel dans les événements affectant son existence. Dans aucun de ces trois cas, le niveau de revenu seul ne saurait donner une image juste de la misère. (PNUD, 1997, p. 17)

L’IDH a été élaboré pour surmonter, en partie, les difficultés mentionnées. Le PNUD fonde ses analyses sur les notions de capacités, d’opportunités et de potentialités. C’est ainsi que l’on peut lire, toujours dans ce même rapport :

Selon le concept de capacité, la pauvreté d’une existence ne tient pas uniquement à l’état d’indigence dans lequel une personne se trouve effectivement, mais également au manque d’opportunités réelles – pour des raisons sociales ou des circonstances individuelles – de bénéficier d’une existence qui vaille la peine d’être vécue et qui soit considérée à sa juste mesure. Dans la notion de capacité, l’accent est mis sur les potentialités qu’un individu est en mesure ou non de réaliser, en fonction des opportunités dont il dispose. Ces potentialités désignent tout ce qu’un individu peut souhaiter faire ou être, par exemple vivre longtemps, être en bonne santé. L’approche de la pauvreté en termes de capacités se concentre sur des états possibles (potentialités), tout en distinguant, lorsque c’est possible, le choix qu’un individu possède mais néglige délibérément. (Id.)

18S’il est vrai qu’il n’existe pas un indicateur de pauvreté unique, l’utilisation de plusieurs indicateurs peut donner une idée sinon exacte du moins approximative de la réalité des niveaux de vie des populations de chaque pays dans une perspective comparative. C’est pourquoi, nous présentons l’évolution de la pauvreté absolue (tableau 4 et graphique 7), suivie de l’analyse en termes d’évolution de l’IDH (tableau 5).

19La Banque mondiale retient deux seuils de pauvreté : un seuil supérieur, connu sous le nom de « 2 dollars par jour », et le seuil de « $ 1,25 dollar par jour » qui mesure la pauvreté extrême. Le choix de l’un ou l’autre de ces seuils dépend du niveau de développement des pays. Le premier seuil est adapté aux pays les plus pauvres, notamment ceux de l’Afrique subsaharienne. Mais il montre bien les niveaux encore très élevés de pauvreté extrême en Chine et en Inde au début des années 1990, ainsi que leur importante diminution en Chine, en 2009, tandis qu’ils se maintenaient à un niveau très élevé (proches de ceux de pays de l’Afrique subsaharienne) en Inde, à la même date.

Tableau 4. Taux de pauvreté extrême (seuil de 1,25 dollar par jour PPA, en pourcentage)

Tableau 4. Taux de pauvreté extrême (seuil de 1,25 dollar par jour PPA, en pourcentage)

٭Données pour 2010 et non 2009

Source : Base de données de la Banque mondiale

20Toutefois, ce taux n’est pas un bon indicateur pour mesurer l’évolution de la pauvreté dans des pays qui ont des revenus plus élevés, tels que la Russie et le Brésil. Le second seuil est considéré comme étant un meilleur indicateur de la pauvreté pour ces populations. Le graphique 7 montre que les cinq pays considérés présentent des progrès dans la diminution de la pauvreté, avec notamment une diminution impressionnante en Chine. Il faut également souligner qu’avant de diminuer dans les années 2000, la pauvreté avait augmenté en Russie et en Afrique du Sud pendant la décennie 1990.

Graphique 7. Évolution des niveaux de pauvreté (1990-2010) - Pourcentage de la population se trouvant sous le seuil de 2 $ par jour

Graphique 7. Évolution des niveaux de pauvreté (1990-2010) - Pourcentage de la population se trouvant sous le seuil de 2 $ par jour

Source : Élaboration propre, Base de données de la Banque mondiale

21Néanmoins, des différences substantielles persistent au sein des BRICS en ce qui concerne la pauvreté. Le graphique 8 illustre bien le fait que les pays avec un PIB par habitant plus élevé, comme c’est le cas de la Russie, présentent également des pourcentages très faibles de pauvreté, correspondant au pourcentage de la population vivant sous le seuil de 2 dollars par jour.

Graphique 8. PIB par habitant et pauvreté, 2009/2011

Graphique 8. PIB par habitant et pauvreté, 2009/2011

Source : Élaboration propre, base de données de la Banque mondiale

22Comme nous l’avons expliqué, le Rapport sur le développement humain du PNUD a suivi les progrès humains dans le monde depuis 1990, en particulier à travers l’Indice du Développement Humain (IDH). Celui-ci est une mesure composite qui inclut des indicateurs correspondant à trois dimensions : longévité, niveau d’instruction et maîtrise des ressources nécessaires pour un niveau de vie décent. Quatre catégories sont présentées dans le classement mondial selon l’IDH : très élevé (supérieur à 0,800) ; élevé (IDH compris entre 0,712 et 0,796) ; moyen (IDH compris entre 0,536 et 0,710) ; et faible (IDH compris entre 0,304 et 0,534). Le tableau 5 présente les valeurs de l’IDH pour les cinq pays entre 1990 et 2012.

23En 2012, l’IDH en Chine était de à 0,699. Celle-ci appartient donc aux pays à développement humain moyen. Elle a enregistré la plus forte progression de son IDH depuis 1990, année pour laquelle cet indice s’établissait à 0,495 (développement humain faible). La croissance des revenus et la hausse du niveau de vie expliquent cette amélioration. L’espérance de vie en Chine (73,7 ans en 2012) est la plus longue au sein des BRICS après celle des Brésiliens.

24L’IDH en Inde était de 0,554 en 2012 : en vingt ans, le pays est passé d’une situation de faible développement humain à celle d’un développement humain moyen. Malgré ce progrès, l’Inde a le plus faible indice de développement humain des BRICS. L’espérance de vie reste encore très faible bien que plus élevée que celle de l’Afrique du Sud : 65,8 ans en 2012 seulement.

25Le Brésil a également changé de catégorie de développement en vingt ans : avec un indicateur de développement humain (IDH) de 0,730 en 2012, il est passé d’un développement humain moyen à un développement humain élevé. Le pays a notamment amélioré son système de santé et d’éducation : il se distingue par le plus fort taux de scolarisation et par l’espérance de vie (73,8 ans) la plus longue des BRICS.

26En 2012, l’IDH de la Russie était de 0,788 en 2012. Tout comme le Brésil, la Russie est donc classée parmi les pays à développement humain élevé. Il faut souligner néanmoins que le pays se singularise par une baisse de l’IDH entre 1990 et 2000, la transformation post-socialiste ayant des effets très adverses sur la qualité de vie des Russes pendant les premières années de transformation (avec une forte chute de l’espérance de vie des hommes). Cependant, depuis 2005, le niveau de développement humain se redresse (0,753) comme conséquence de l’amélioration de l’espérance de vie (69,1 ans) et de la croissance des revenus.

27L’IDH en Afrique du Sud se situe, en 2012, à 0,629, c’est-à-dire un IDH moyen. Avec la Russie elle enregistre l’évolution (non le niveau) la plus faible en termes de développement humain. En effet, si l’indice n’a pas décru comme c’est le cas pour la Russie entre 1990 et 2000, une stagnation de l’IDH a été observée pour la même période. Il est important de mentionner qu’en Afrique du Sud, l’espérance de vie a reculé de 12 ans entre 1990 (62 ans) et 2007 (50 ans) à cause (en partie) de la forte prévalence du VIH. L’espérance de vie s’est légèrement améliorée depuis ; elle est de 53,4 ans en 2012.

  • 9 Dans la mesure où les organismes statistiques internationaux améliorent en permanence leurs séries (...)

Tableau 5. Indicateurs du développement humain, 1990-20129

Tableau 5. Indicateurs du développement humain, 1990-20129

Source : PNUD (2013)

28Le tableau que nous venons de dresser permet de faire un certain nombre de constats. Premièrement, les inégalités de revenus ont beaucoup évolué au fil du temps dans tous ces pays, que ce soit sous l’effet d’une crise majeure ou dans le cadre d’une croissance économique vigoureuse. Deuxièmement, on trouve au sein des pays émergents, une importante diversité dans la dynamique croissance-inégalités-pauvreté durant la période des transformations économiques. Trois trajectoires différentes peuvent être distinguées :

29À une extrémité on trouve le Brésil, seul pays du groupe où une croissance importante de la production s’est accompagnée d’une diminution des inégalités de revenus et d’une réduction de la pauvreté (notamment dans les années 2000).

30À l’autre extrémité on trouve deux pays – Russie et Afrique du Sud –, où dans un premier temps, (années 1990) la pauvreté a augmenté de manière concomitante à la hausse des inégalités dans un contexte de crise économique et sociale. Dans un deuxième temps (années 2000), une forte croissance économique a donné lieu à une réduction de la pauvreté sans que pour autant les inégalités aient diminué de manière importante.

31Enfin, la Chine et l’Inde qui – ayant une économie en forte croissance – ont enregistré, tout au long de la période (années 1990 et 2000), une forte hausse des inégalités, mais sont parvenus à réduire la pauvreté.

32Étudier chacune de ces trajectoires semble donc nécessaire pour pouvoir identifier les vecteurs de changement des inégalités de revenus au sein de chaque pays dans un contexte de transformations économiques, et ainsi proposer une explication globale de ces dynamiques.

2. Différentes trajectoires d’inégalités et de pauvreté au sein des BRICS

2.1 Russie : une stratégie néolibérale dans un contexte de crise économique et institutionnelle

  • 10 La grande désillusion, Paris, Fayard, 2002.

Si la taille du gâteau économique national diminuait comme peau de chagrin, il était divisé toujours plus inéquitablement, si bien que le Russe moyen en recevait une tranche toujours plus fine10.

Joseph E. Stiglitz (2002)

  • 11 Voir Porras (2012).

33À la fin des années 1980, la Russie (Union soviétique), à l’instar de tous les PECO (Pays d’Europe centrale et orientale), avait une répartition des revenus moins inégalitaire que les pays occidentaux, en raison des caractéristiques institutionnelles propres au système socialiste11. Pendant la transformation post-socialiste, les inégalités en Russie ont augmenté de manière radicale et dans un laps de temps très court. En seulement quatre ans, le paysage de l’inégalité économique s’est trouvé complétement bouleversé, le coefficient de Gini passant de 0,24 en 1990 à 0,44 en 1994, et à 0,50 en 1996 (UNICEF, 2011). Dans le contexte d’une chute brutale de la production, la hausse de la pauvreté (avec un seuil de 4 dollars par jour) a été impressionnante : elle est passée de 2 % en 1988 à 50 % en 1993-1995 (Milanovic, 1998, p. 68).

34Les conditions initiales de la Russie en 1991 étaient très défavorables : une économie fragile, plongée dans la stagnation et un cadre institutionnel très peu propice à des transformations aussi radicales. En effet, l’un des problèmes principaux durant la période de Gorbatchev a été la désorganisation institutionnelle suscitée par les réformes durant la deuxième moitié des années 1980.

35Durant les premières années de transformation post-socialiste, la doctrine du « moins d’État », ancrée dans les préconisations des architectes néolibéraux, a conduit à une véritable démission de l’État en Russie (Standing, 1998, p. 24). Par conséquent, les développements dans le marché du travail et dans la politique sociale ne peuvent être dissociés de cette caractéristique idéologique des politiques néolibérales appliquées en Russie pendant les premières années de transformation économique.

  • 12 Le plan économique établi par Gaïdar et son équipe a marqué la période dans son ensemble, néanmoins (...)

36Eltsine – entouré d’un groupe d’économistes néolibéraux dirigé par Yegor Gaïdar – fit très vite appel au FMI, à la Banque mondiale et à la BERD pour la préparation d’un plan détaillé de coopération et de participation dans les réformes économiques. Le plan Gaïdar12 engendra la libéralisation de 90 % des prix de détail et de 80 % des prix de gros (à l’exception de ceux des produits de première nécessité et de l’énergie) ; une libération des échanges (élimination en janvier 1992 de tous les tarifs douaniers sur les importations et proclamation de l’ouverture de la Russie aux capitaux étrangers) ; et des politiques monétaire et budgétaire restrictives pour contrer les effets de la libération des prix. Les résultats économiques de l’introduction de ce paquet de mesures se sont rapidement fait ressentir, avec la flambée des prix et la chute de la production. En 1992, l’inflation était très élevée : 1500 % entre décembre 1991 et décembre 1992. Le PIB chute de 5 % en 1991, et de 15 % en 1992.

37Ces politiques de stabilisation ont eu pour conséquence la chute des salaires réels à partir de 1992. Malgré des taux d’inflation très élevés entre 1992 et 1995, le gouvernement n’a pas appliqué de mécanisme d’indexation salariale. Le fait que le gouvernement ait libéralisé les prix sans avoir mis en œuvre un système d’indexation des salaires montre que la réduction des salaires réels était un objectif de sa politique macroéconomique. En 1999, les salaires réels représentaient 36 % de ceux de 1989 et, malgré la croissance économique des dernières années, ils ne représentaient, en 2004, que 75 % de leur niveau de 1989 (UNICEF, 2007).

  • 13 Le cas le plus flagrant de privatisation corrompue a été l’affaire de la « privatisation par les pr (...)

38Il faut souligner que le programme de privatisation russe représente la réforme de propriété la plus grande et ambitieuse jamais connue dans l’histoire moderne. Elle s’est faite très rapidement : en janvier 1992, il y a 70 entreprises privées en Russie ; à la fin de la première étape de privatisation, en juillet 1994, le pays compte 110 000 entreprises privatisées tandis que le secteur privé représente 62 % du PIB russe (McFaul, 1996, p. 287). Le sentiment général qui prédominait alors était que le processus de privatisation à grande échelle était corrompu, et que par conséquent, les ressources de la nation qui devaient être consacrées à faciliter la transformation et à diminuer le contrecoup traumatisant du processus, étaient en réalité accaparées par une minorité qui devenait scandaleusement riche. Cette suspicion s’est confirmée durant la deuxième phase de la privatisation, quand les parts des grosses sociétés ont fini dans les mains d’un petit groupe d’investisseurs très proches du pouvoir (Appel, 199713).

39La démission de l’État russe a provoqué des coupes drastiques dans les dépenses publiques, affaiblissant l’administration et les institutions publiques. Ceci a eu comme résultat une dégradation du système de collecte de l’impôt, de sorte que l’État a été dépossédé de sources de revenus considérables. Cette perte de revenus a eu pour conséquence une diminution des subventions, l’État n’ayant même plus la capacité de payer à temps les salaires des employés du secteur public et les retraites. Ces catégories sociales ont vu leurs revenus diminuer de façon dramatique. En raison de la crise budgétaire, elles n’ont pas reçu leurs salaires et pensions pendant de longues périodes. Ceci a contribué à l’augmentation des inégalités de salaires et de revenus (Sapir, 1996, p. 39 ; Pagé & Vercueil, 2004, p. 73-74).

  • 14 L’impact de la transformation économique sur les taux de chômage doit être étudié avec prudence. Il (...)

40Selon les enquêtes d’emploi, le taux de chômage, pratiquement inexistant à l’époque soviétique, atteint 13 % en 1999 (UNICEF, 200714). Néanmoins ce taux, qui est déjà élevé, cache une réalité beaucoup plus dramatique : le marché du travail russe est caractérisé par le sous-emploi, les arriérés de salaire, ainsi que les congés administratifs non payés ou encore la diminution des heures de travail.

41Parallèlement à la chute brutale des salaires réels et à l’importance grandissante des arriérés de salaires, la hausse des inégalités salariales a pris une dimension extrêmement importante. Le coefficient de Gini a presque doublé en 10 ans : de 0,27 en 1989, il monte à 0,48 en 1996 et 0,52 en 2001. Le pourcentage de travailleurs percevant des bas salaires (2/3 de la médiane) ainsi que le pourcentage de travailleurs percevant des hauts salaires (1,5 fois la médiane) a drastiquement augmenté. Le salaire minimum a chuté de manière dramatique et a atteint son niveau le plus bas après la crise de 1998 : il représentait entre 5 et 6 % seulement du salaire moyen.

  • 15 OCDE (2001, p. 19-20).

42Dans les années 1990, les transferts en Russie n’ont pas aidé à compenser l’augmentation des inégalités de salaires. Au contraire, il y a eu un effet de renforcement des inégalités au travers des pensions et autres transferts sociaux. L’incapacité financière de l’État a notamment entraîné une généralisation des arriérés dans le paiement des pensions, parallèlement à la chute de la valeur réelle de celles-ci. Cette performance limitée des transferts est la conséquence de développements institutionnels inadéquats, comme l’incapacité de collecter les impôts nécessaires pour financer un niveau approprié de transferts sociaux. Un autre problème majeur a été le fait que les transferts sociaux n’ont pas été « ciblés » sur les ménages les plus pauvres : les ménages appartenant aux trois déciles les plus riches percevaient presque la moitié des transferts totaux. Parallèlement, 30 % des ménages les plus pauvres n’avaient pas accès aux transferts monétaires et aux subventions en 199415.

43En Russie, le problème de pauvreté est devenu étroitement lié aux bas salaires et au chômage. En conséquence, le phénomène de l’appauvrissement de masse n’est plus seulement un problème qui touche les familles nombreuses et les retraités appauvris, mais qui reflète un déclin du revenu réel de vastes sections de la population salariée.

44Dans la Russie des années 1990, la transformation systémique dans un contexte de crise économique et sociale a modifié la répartition des revenus de manière abrupte : la combinaison des politiques néolibérales, de l’effondrement de la structure administrative de l’État (qui est en partie la conséquence de cette stratégie), et plus généralement, de la crise économique et institutionnelle a eu des conséquences catastrophiques sur l’évolution des inégalités de revenus, et explique la hausse vertigineuse de la pauvreté au cours de la première décennie de transformation.

  • 16 Voir Sapir (2007).
  • 17 Pour plus de détail concernant les réformes structurelles, voir Walter (2003).

45La Russie des années 2000 est bien différente de celle d’avant la crise de 1998, avec des taux de croissance élevés et une quasi-disparition du troc et des impayés. Le gain de compétitivité induit par la dévaluation du rouble et la remontée des prix du pétrole permettent un rebond de l’économie dès 1999. Avec l’arrivée de Poutine en 2000, un virage dans la politique économique est opéré, qui consiste en un éloignement clair des préceptes dictés par le FMI et les conseilleurs internationaux16. Le retour de l’État ainsi que les réformes structurelles importantes (telle que la réforme fiscale) aideront à assainir l’environnement économique et financier17.

  • 18 Le chômage fait référence à la part de la population active qui est sans emploi mais qui est dispon (...)

46En 1999 et pour la première fois depuis le début de la transformation, on observe une croissance élevée du PIB (6,4 %). Une phase de croissance soutenue s’ouvre coïncidant avec un assainissement de l’environnement institutionnel et des finances publiques. Le chômage, qui touchait 13 % de la main-d’œuvre en 1999, se situe en 2005 à 7,4 % et atteint 5,6 % en 2013 (WDI, Banque mondiale18).

47La reprise de la croissance économique à partir de 1999, accompagnée de meilleures conditions institutionnelles, du retour de l’État et d’une politique sociale importante ont entraîné une diminution marquée de la pauvreté. Nous avons convoqués, dans la première partie, des chiffres de pauvreté obtenus sur la base des deux seuils internationaux de 1 et 2 dollars PPA par habitant, afin de permettre une comparaison internationale avec le reste des pays dits « BRICS ». Comme nous l’avons remarqué, au cours des années 2000, la pauvreté mesurée avec ces seuils est relativement faible étant donné le niveau du développement du pays. Le fait de prendre un seuil de pauvreté national (population ayant un revenu monétaire inférieur au minimum vital) permet de mieux cerner l’évolution de la pauvreté dans la Russie des années 2000 : le taux de pauvreté diminue, passant de 29 % en 2000 à 13,2 % en 2009 (Prokofieva, 2012).

48La protection sociale semble être devenue une priorité du gouvernement russe. Mais le niveau d’inégalités est resté très élevé. La persistance des inégalités accrues mettant en évidence la défaillance du système pour neutraliser les effets de la grande dispersion salariale et pour réduire les inégalités de revenus (Clément, 2010).

49Par ailleurs, les problèmes structurels non résolus de l’économie russe, essentiellement liés au modèle rentier exportateur, couplés à la prépondérance économique des secteurs de matières premières et de produits énergétiques, font de la Russie une économie fortement dépendante de la conjoncture internationale. En effet, celle-ci exporte principalement de l’énergie (gaz et pétrole ont un poids dominant dans ses exportations) et a renforcé sa position sur le marché mondial : son poids dans les exportations mondiales de produits primaires a doublé depuis 1992 et atteint 8 %. Toutefois, la crise économique internationale et la diminution des prix internationaux du pétrole à partir de 2014 ont mis en évidence sa fragilité.

2.2 Chine : changements structurels dans un contexte de croissance économique régionale déséquilibrée

  • 19 The Miracle and the Paradox. China at 60 Plus, Times of India, traduction de l’auteur.

La persistance de la pauvreté en Chine en dépit d’une croissance économique tellement rapide est un paradoxe. L’explication réside dans la hausse rapide de l’inégalité19.

Deepak Nayyar (2010)

50En Chine, la répartition des revenus était moins inégalitaire que dans les économies capitalistes occidentales et dans les PECO. Il faut souligner que dans les années 1980 les inégalités de revenus étaient très faibles en zones urbaines, les plus fortes inégalités étant établies en zones rurales, contrairement à la plupart des pays. Néanmoins, à partir de la deuxième moitié des années 1980, une augmentation constante des inégalités de revenus en zones urbaines est constatée, passant de 0,17 (un coefficient de Gini très faible) en 1985, à 0,23 en 1991 et à 0,32 en 2000. Parallèlement, les inégalités dans les zones rurales ont continué à s’accroître bien qu’à un rythme plus lent, passant de 0,27 en 1985 à 0,31 en 1991, et à 0,36 en 2000 (Ravaillon & Chen, 2007, p. 20). Il est important de souligner que les inégalités régionales avaient diminué entre 1979 et 1985. Un retournement de tendance est donc observé à partir de 1985 : le coefficient de Gini au niveau national passe de 0,26 en 1985 à 0,33 en 1991, 0,39 en 2000 et enfin, 0,41 en 2008.

Graphique 9. Chine : Coefficient de Gini rural, urbain et national, 1985-2000

Graphique 9. Chine : Coefficient de Gini rural, urbain et national, 1985-2000

Source : Ravaillon & Chen (2007, p. 20)

51En effet, grâce au rythme de croissance et à la hausse généralisée des revenus, la Chine a connu une réduction impressionnante de la pauvreté, mais la société chinoise est devenue plus inégalitaire. Les revenus ont augmenté d’une manière beaucoup plus importante dans le quintile supérieur, créant une société plus polarisée.

  • 20 Ainsi qualifié par Deepak Nayyar, “The miracle and the paradoxe. China at 60 plus”, The Times of In (...)

52Selon les estimations de la Banque mondiale, le nombre de personnes vivant sous le seuil « international » de pauvreté (1 dollar PPA par jour) est passé de 65 % en 1981 à 33 % en 1990, et à 10 % en 2004. Il faut néanmoins souligner que la pauvreté n’a pas disparu malgré la forte croissance depuis vingt-cinq ans en Chine. Ce « paradoxe20 » (persistance de la pauvreté malgré le contexte de vigoureuse croissance économique depuis 25 ans) s’explique par la très forte hausse des inégalités. Il faut dire que la Chine, comme la Russie, est passée d’un extrême à l’autre à l’échelle mondiale ; d’un pays aux faibles inégalités de revenus à un pays à fortes inégalités.

53La Chine a parfois été citée comme l’exemple de la réussite des politiques de libéralisation économique. Mais les politiques économiques qu’elle a mis en œuvre divergent significativement des politiques appliquées dans la plupart des pays à revenus faibles et intermédiaires qui se sont « insérés » dans le processus de mondialisation. La transformation de l’économie chinoise a été menée de manière graduelle et prudente. Ce qui s’oppose à la stratégie russe de transformation : « thérapie de choc », privatisation massive et rapide, et libéralisation de prix qui ont provoqué en partie l’effondrement économique et la perte de près de la moitié du PIB russe en cinq ans (Weisbrot et al., 2007, p. 43-45).

  • 21 Dans son article célèbre, « Economic growth and income inequality” Kuznets (1955) établit un lien (...)

54Analyser l’évolution des inégalités en Chine – dans un contexte économique, institutionnel et social complètement différent de celui de la Russie – peut contribuer à la compréhension du phénomène des inégalités sous un double aspect : Premièrement, dans un contexte de croissance soutenue, les inégalités sont-elles inévitables ? Ce qui ramène le débat à la fameuse courbe de Kuznets21. Deuxièmement, peut-on établir un lien direct entre mondialisation et inégalités ? Les inégalités en Chine sont étroitement liées aux inégalités urbaines/rurales et celles-ci sont imbriquées avec les inégalités régionales. Toutes les deux ont joué un rôle fondamental dans l’évolution générale des inégalités.

55Il est généralement admis que l’ouverture chinoise aux investissements étrangers a revigoré la croissance. Néanmoins, la politique d’ouverture initiée en Chine a d’abord concerné des politiques préférentielles dans certaines zones du pays. En effet, après 1978, la création des « Zones Économiques Spéciales » et l’ouverture de 14 villes côtières, en particulier au Guangdong et au Fujian, ont bénéficié d’avantages fiscaux substantiels. Puis, après 1990, la priorité donnée aux grandes villes (Shanghai, Beijing, Tianjin) a favorisé le développement des régions métropolitaines de la façade orientale de la Chine. Ces zones côtières ont été capables d’attirer les bénéfices de l’expansion de l’infrastructure et de la promotion des exportations, et ont attiré, en conséquence, des flux substantiels d’investissements étrangers directs. Sans accès à la côte et aux voies maritimes, les régions du nord et du sud de la Chine occidentale sont restées à la traîne. Les autorités ont cherché à favoriser la croissance de ces régions au détriment de l’équilibre territorial, pensant que le développement se diffuserait vers le reste du pays (Sengupta & Ghosh, 2007, p. 381 ; Bouquet, 2009, p. 376-377).

56Avant le processus de transformation économique, le pouvoir central garantissait une distribution significative des ressources entre les régions, ressources générées par les entreprises publiques. Les réformes fiscales sont allées dans le sens de l’inégalité. Les provinces riches n’étaient plus obligées de remettre au centre une partie de leurs gains. Les régions agricoles, qui dépendaient fortement des revenus du centre, ont souffert plus que les régions riches et diversifiées. Comme la nature redistributive du système fiscal s’est réduite, les provinces les plus pauvres ont collecté de faibles sommes de revenus, et leurs gouvernements locaux ont vu leurs dépenses diminuer entre 1990 et 2000 (Sengupta & Ghosh, 2007, p. 392-393).

57Le développement des « entreprises des bourgs et villages » (EBC) – petites entreprises locales indépendantes – a également renforcé les inégalités. Si ces entreprises ont montré un grand dynamisme, un biais sectoriel et régional s’est néanmoins établi, car elles ont davantage prospéré dans des régions caractérisées par la prépondérance des secteurs urbains et côtiers tels que le commerce, la restauration, les transports, les services et la construction (Riskin et al., 2004). Le pourcentage d’emplois dans les EBC oscillait, en 2007, entre 6 % à Guizhou (sud-est) et 32 % à Zhejiang (dans le littoral). En fait, ces entreprises dépendent largement du soutien des gouvernements locaux, lequel a été plus important dans les régions les plus avancées. Le système banquier et financier a également contribué à creuser les écarts entre régions. Une partie importante des fonds a été canalisée vers les zones traditionnellement riches (les zones côtières et le Nord-Est), quand l’accès au crédit a été limité pour les ménages et les entreprises des zones rurales (Sengupta & Ghosh, 2007, p. 393-394).

58Parallèlement à la considérable transformation économique, le marché du travail et l’emploi ont connu des mutations importantes. Certaines modifications ont assoupli le système qui, auparavant, avait imposé des restrictions fortes aux mouvements de la main-d’œuvre des zones rurales plus pauvre vers les zones prospères, urbanisées et riches du littoral. De cette manière, les migrants ruraux ont eu la possibilité de se voir délivrer un permis de résidence (hukou) pour pouvoir rester dans les villes. Ce qui a contribué à soulager la pression de la pauvreté dans les zones rurales. Néanmoins, l’accès à ce permis a été largement inégal selon les différentes régions. En outre, une partie de la population migrante n’a pas pu l’obtenir et a dû rester dans le secteur informel, sans possibilité d’accès aux services publics et autres bénéfices dont les résidents urbains jouissent (UNDP, 2005 ; Riskin & Bouché, 2004). En 2005, on estimait à 74 millions le nombre de migrants clandestins fuyant la pauvreté dans les campagnes. Sans bénéficier de droits sociaux et vivant dans des conditions souvent difficiles, ils représentaient 39 % de la main-d’œuvre urbaine pour la même année (OCDE, 2011).

  • 22 Entre 1998 et 2001, autour de 25,5 millions de travailleurs avaient été licenciés des entreprises d (...)

59En 1986, un nouveau système de contrat de travail abolit la garantie d’emploi à vie pour les travailleurs dans le nouveau secteur privé mais aussi dans les entreprises d’État. À partir de la deuxième moitié des années 1990, cette perte de sécurité de l’emploi s’est traduite par des licenciements massifs et l’augmentation du chômage dans les zones urbaines22. Parallèlement au changement du secteur public vers le secteur privé – et de façon significative vers le secteur informel –, une participation croissante de la force de travail, spécialement la plus vulnérable (migrants, chômeurs), n’a pas pu contribuer et bénéficier du système d’assurance chômage et d’autres schémas de protection sociale (Riskin & Bouché, 2004, p. 115).

60Les résidents des zones rurales ont toujours eu de faibles niveaux de sécurité sociale en comparaison à ceux des zones urbaines. Avant les réformes, les résidents urbains avaient accès aux indemnités de chômage, aux pensions de retraites et avaient également la garantie d’accéder à l’éducation et à la santé. Les résidents ruraux ne jouissaient pas des mêmes droits. Mais il existait un système d’assurance coopérative (commune system) qui assurait l’accès aux services publics de santé. Cette situation a changé avec les réformes : l’accès aux services d’éducation et de santé a commencé à diminuer avec la fin du système communal. Ces secteurs ont souffert de la décentralisation de la structure fiscale. Les dépenses publiques en santé, éducation et sécurité sociale ont diminué durant les années 1990 et, même si une certaine récupération s’est produite récemment, les niveaux en 2007 étaient plus faibles que le niveau de 1988 (Sengupta & Ghosh, 2007, p. 398).

61Un système de protection sociale a été introduit en 1997 et élargi à toutes les villes et villages en 1999. Il repose sur deux piliers principaux : le revenu minimum vital et l’assurance chômage. Néanmoins, ce système a été biaisé au profit des zones urbaines, laissant d’importantes parties de la population rurale sans protection sociale (Riskin & Bouché, 2004, p. 140).

62Les habitants des grandes villes côtières, industrialisées et ouvertes au commerce international, ont été les principaux bénéficiaires de l’essor économique chinois. La Chine est devenue le premier exportateur de produits industriels manufacturés (16 % du marché mondial) en 2010, loin devant l’Inde ou le Brésil (moins de 2 % chacun). Elle a diversifié ses exportations : les produits textiles ne forment plus que 16 % des exportations en 2010, loin derrière les biens électriques et électroniques qui constituent désormais plus de 40 % des exportations, et lui valent des parts dominantes sur le marché mondial. Ses performances reflètent son intégration dans les chaînes internationales de production. En effet, plus de la moitié de ses exportations sont issues d’opérations internationales de sous-traitance pour lesquelles la Chine assemble des composants importés. L’expansion des exportations chinoises est, en conséquence, indissociable de ses importations (Goldstein & Lemoine, 2013).

63Mais comme Salama (2006) le signale, la croissance en Chine est tirée par les exportations de produits industriels et par l’investissement. Le risque de l’épuisement d’un tel modèle devrait réorienter les sources de la croissance vers le marché intérieur.

64En résumé, l’une des principales conséquences de la stratégie de développement en Chine a été la polarisation entre les différentes régions, et à l’intérieur de ces régions, la hausse des écarts entre zones urbaines et rurales.

65Depuis 2000, la volonté d’atténuer les déséquilibres régionaux et les inégalités entre zones rurales et urbaines a pris une place croissante dans les grandes orientations chinoises. Plusieurs mesures ont été proposées, dans les dixième et onzième plans quinquennaux, qui vont du développement régional aux réformes du système de sécurité sociale (instauration progressive de la garantie de minimum vital dans les campagnes, assouplissement des restrictions applicables aux déplacements).

2.3 L’Inde : croissance déséquilibrée et désinvestissement de l’État dans le secteur rural et dans le domaine social

  • 23 An Uncertain Glory. India and its Contradictions, Allen Lane/Penguin, Londres, traduction de l’aute (...)

Ce qui est remarquable, ce n’est pas l’intérêt des médias pour les taux de croissance, mais son quasi-silence sur le fait que le processus de croissance est à tel point biaisé, qu’il fait apparaître le pays de plus en plus comme des îles californiennes dans la mer de l’Afrique sub-saharienne23.

Jean Drèze & Amartya Sen (2013)

66Après l’indépendance de 1947, l’Inde avait suivi une stratégie de développement basée sur la planification et qualifiée d’« économie mixte ». Même si les autorités montraient une certaine tolérance vis-à-vis des inégalités, elles veillaient à ce que celles-ci ne se soient pas excessives. Jusqu’aux années 1980, la dynamique globale des inégalités était toujours à la baisse, grâce au développement rural et à la redistribution de la part de l’État à travers des transferts financiers publics (Girauld, P.- N., et al., 2013, p. 360-361).

67Le pays a connu un creusement important de l’inégalité des revenus dans les années 1990 qui, comme dans le reste des BRICS (à l’exception du Brésil), s’explique largement par la forte hausse relative de la participation du quintile supérieur (graphique 2). Cette aggravation de l’inégalité en Inde depuis les années 1990 a eu lieu dans un contexte économique de croissance soutenue, qui a réduit la pauvreté absolue. Néanmoins, le pourcentage de pauvreté (avec un seuil de 2 dollars par jour) est le plus élevé de tous les pays de notre étude. Tout comme en Chine, pendant la période des réformes, les inégalités urbaines ont augmenté de manière beaucoup plus importante que les inégalités rurales (Pal & Ghosh, 2007, p. 328-329).

68Notre intérêt ici est d’analyser les politiques mises en place à partir des années 1990 pour comprendre l’aggravation de l’inégalité en Inde entre le début des années 1990 et la fin des années 2000. En effet, il y a eu retournement à l’échelle nationale : le coefficient de Gini (de la consommation) est passé de 0,32 à 0,38 entre 1993 et 2008 ; mais aussi à l’échelle des régions (entre les différents États et entre les zones urbaines et rurales) et à celle des secteurs.

69Le développement de l’Inde, s’il est bien moins spectaculaire que celui de la Chine, présente des taux de croissance élevés depuis les années 1980. Mais, à l’instar de la Chine, il est difficile d’attribuer cette croissance uniquement aux réformes d’ouverture. En effet, la croissance importante de l’Inde a eu lieu une décennie avant le début de la libéralisation. La croissance s’est accélérée en 1980, dix ans avant les réformes de 1991. L’histoire du succès de l’Inde inclut donc des politiques non orthodoxes comme le contrôle de changes et la protection du marché intérieur. Même après la libéralisation des années 1990, l’Inde a retenu un niveau plus élevé de protection de son marché intérieur que d’autres pays en développement (Pal & Ghosh, 2007, p. 327).

  • 24 La guerre du Golfe met fin aux importations de pétrole qui avaient l’avantage d’être payées en roup (...)

70En 1991, le pays se trouve plongé dans une grave crise des paiements extérieurs24, ce qui pousse le gouvernement à entamer une série de réformes pour stabiliser la situation financière et encourager les investissements directs étrangers. Ces réformes entreprises avec le soutien du FMI, incluent la diminution rapide des tarifs douaniers, des privatisations et une certaine déréglementation des marchés financiers. Même si certains auteurs qualifient cette stratégie de néolibérale, il est important de souligner que ces politiques ont été appliquées de manière plus graduelle et nuancée que dans d’autres économies en développement.

71Pal & Ghosh (2007, p. 341-342), mentionnent, comme résultat de l’application de ces réformes, la diminution régulière de l’investissement public (comme pourcentage du PIB), qui passe de 7 % à la fin des années 1980 à 2,7 % en 2003. Des investissements publics dans des secteurs cruciaux de l’économie, tels que l’agriculture, le développement rural, l’infrastructure sont coupés. Ceci a conduit à un effondrement des services publics dans les secteurs de la santé et de l’éducation. La diminution des dépenses publiques dans le secteur agricole et le développement rural marque un fort revirement de la tendance observée durant les années 1980. Parallèlement à cette réduction, une transformation du système fiscal réduit de manière importante les transferts financiers aux gouvernements régionaux. Étant donné que les gouvernements régionaux sont les fournisseurs dominants des services de base et d’infrastructure rurale, cette réduction de la capacité financière des États a affecté de manière importante la demande et la génération d’emplois dans le secteur rural.

72L’analyse de Jayadev (2013) suggère que les réformes dans le secteur banquier et financier ont eu comme conséquence la désintermédiation financière dans le secteur rural, dans l’agriculture ainsi que dans la petite et la moyenne industrie. Ceci a aussi affecté les petits emprunteurs et les États les plus pauvres. Deux facteurs semblent également avoir contribué à la hausse des disparités régionales : la distribution (nationale et étrangère) des investissements directs, qui est concentrée dans une poignée d’États ; et la libéralisation commerciale qui a développé certains secteurs dans certaines régions, créant des « poches de prospérité » en Inde, mais qui a affecté d’autres secteurs tels que l’agriculture et certaines manufactures (Pal & Ghosh, 2007, p. 345-348).

73Deaton & Drèze (2002) font le bilan de dix ans de libéralisation économique et de creusement des écarts sociaux et géographiques, suggérant l’idée suivant laquelle, en matière de niveau de vie, deux Indes cohabiteraient dans le sous-continent : la moitié sud-ouest représentant l’Inde prospère ; et le nord-est qui reste à la traîne. Ils expliquent une hausse des inégalités dans la consommation par habitant au niveau national, mais aussi entre zones urbaines et rurales, et entre les États.

  • 25 Il faut rappeler le caractère éminemment rural de l’Inde : en 2005, 68 % de la population totale du (...)

74Différents indicateurs montrent les conséquences de ces politiques : Topalova (2005) analyse les conséquences de l’ouverture commerciale sur les différents secteurs de l’économie, et attribue à cette libéralisation du commerce la diminution beaucoup plus lente de la pauvreté dans les zones rurales. Par ailleurs, une forte augmentation des inégalités régionales s’est produite durant les années 1990 (Pal & Ghosh, 2007, p. 345-348). Dans les années 1980, le taux de croissance annuel moyen du produit agricole était de 4 % ; il est passé à 3,5 % dans les années 1990, et à 2 % dans les années 2000-2010 tandis que les secteurs secondaire le tertiaire enregistraient des taux de croissance supérieurs à 9 %. La part de l’agriculture dans le PNB indien passe de 30 % au milieu des années 1990 à 17 % en 2010 – alors que le secteur primaire continue d’employer plus de 60 % de la population active (Jaffrelot, 201225). Ce déclin relatif s’explique non seulement par la baisse régulière des prix agricoles depuis 1991, mais de façon plus générale, et comme nous l’avons expliqué, par le désintérêt croissant de l’État pour le secteur agricole. En effet, la création d’emplois en Inde chute à partir des années 1990, mais ce ralentissement est beaucoup plus important dans les zones rurales. Il faut souligner que le taux de croissance de l’emploi dans les zones rurales est le plus faible de la période depuis l’indépendance du pays (Pal & Ghosh, 2007, p. 333-334).

75L’Inde a connu un creusement très important de l’inégalité des salaires au fil des ans : le rapport interdécile de la distribution des salaires a doublé depuis le début des années 1990. Mentionnons que, de notre étude, c’est le pays où le salaire minimum est le plus faible proportionnellement au salaire moyen (graphique 7). L’Inde est également, parmi les BRICS, le pays où la part de l’emploi informel est la plus élevée : plus de 80 %. La proportion de main-d’œuvre qui cotise à un régime de retraite et/ou un régime d’assurance maladie est de l’ordre de 10 % (elle est de 50 à 60 % en Afrique du Sud et au Brésil) L’indemnisation du chômage n’existe pas, tandis qu’elle est assez importante au Brésil et, dans une moindre mesure, en Russie, en Afrique du Sud et en Chine (OCDE, 2013).

76En ce qui concerne la redistribution des revenus, il faut dire que le pourcentage des dépenses publiques sociales dans le PIB est le plus faible des BRICS. L’Inde dépense trois fois moins au titre de la protection sociale que la moyenne de l’OCDE (OCDE, 2012).

77La spécialisation de l’Inde continue de concerner les services informatiques et ceux d’information, dont elle est le premier exportateur au monde avec 24 % du marché mondial. (Goldstein & Lemoin, 2013). Néanmoins, comme Salama (2006) le souligne, l’insuffisance du niveau d’instruction et de formation de la population (taux élevé d’analphabétisme), comme celle des infrastructures (routes, chemins de fer) constitue un obstacle à la poursuite d’une croissance à taux élevé.

78Grâce à une forte croissance, le pays a pu faire reculer la pauvreté de manière importante, mais dans un contexte d’accélération des déséquilibres à l’échelle nationale, régionale et sectorielle. Il semblerait que la combinaison des politiques d’ouverture et de libéralisation, ainsi qu’une retraite significative de l’État dans certains secteurs (notamment le secteur rural et social), expliquent en grande partie l’accentuation de ces déséquilibres.

2.4 Afrique du Sud : une politique anti-développementale dans un contexte d’inégalité de revenus exacerbée

  • 26 Cité dans le rapport de l’UNDP (2000, p. 24), traduction de l’auteur.

[…] il est devenu évident qu’il n’est pas possible d’avoir un budget développemental dans un cadre économique anti-développemental26.

Confédération Syndicale Sud-africaine, 1998

  • 27 Il existe un consensus dans la littérature sur la hausse des inégalités en Afrique du Sud après 199 (...)

79L’Afrique du Sud est profondément marquée par les fractures imposées par l’apartheid. Le pays est considéré comme l’un des plus inégalitaires au monde. Les inégalités entre les différents groupes ethniques du pays sont également caractérisées par de fortes disparités géographiques, économiques et sociales. Possédant déjà un niveau extraordinairement élevé d’inégalités, le pays est devenu encore plus inégalitaire après la chute de l’apartheid27.

80Les données de l’OCDE, présentées dans le graphique 1, montrent une hausse du coefficient de Gini de 0,67 à 0,70 entre 1993 et 2008. Mais cette augmentation a eu lieu dans la deuxième moitié des années 1990. Il n’est pas surprenant non plus que la polarisation économique – mesurée par le rapport du quintile supérieur et du quintile inférieur – soit la plus forte des BRICS (graphique 2). Par ailleurs, la hausse globale des inégalités de revenus cache, en réalité, le phénomène d’une différenciation très importante selon les groupes ethniques, comme nous allons voir.

  • 28 En ce qui concerne les différents groupes de la population sud-africaine, nous avons repris les ter (...)
  • 29 Voir, par exemple : UNDP (2003), Meth & Dias (2004), Leibbrandt et al. (2004), Seekings (2007).

81La pauvreté a aussi augmenté en Afrique du Sud entre 1994 et 2000, comme nous pouvons l’observer dans le tableau 4 et le graphique 6. Hoogeven & Özler (2006) estiment qu’avec un seuil de pauvreté de 2 dollars PPA, il y avait 22,9 millions de pauvres en 1995. Ce chiffre a augmenté à 25,2 millions en 2000, touchant également de façon plus importante la population « africaine28». Il existe également un consensus dans les cercles académiques sur la hausse de la pauvreté monétaire en Afrique du Sud entre 1994/5 et 1999/200029.

82D’immenses espoirs de réduction de la pauvreté et des inégalités ont accompagné la démocratisation du pays. Comment est-il possible qu’une hausse des inégalités de revenus, à partir d’un niveau déjà extrêmement élevé, ait pu se produire dans un contexte politique favorable à la justice sociale et à la réduction de l’écart économique et social entre les différents groupes de la population ?

83À l’arrivée de l’ANC (African National Congress) et de Mandela au pouvoir, un gouvernement d’union nationale se forme en 1994 et une nouvelle ère commence en Afrique du Sud. Cette grande transformation politique est aussi l’occasion de mettre en œuvre une stratégie nationale de transformation économique.

  • 30 Au début des années 1990, le débat économique opposait clairement deux options : la première, d’ori (...)

84Après plusieurs débats et négociations politiques, le gouvernement sud-africain présente sa stratégie macroéconomique « Growth Employment and Redistribution Strategy » (GEAR), en juin 1996. Les principaux piliers de cette stratégie étaient : une politique budgétaire restrictive, l’accélération de la libéralisation du commerce, une politique monétaire restrictive, les privatisations des entreprises de l’État et la déréglementation des marchés financiers. Selon les architectes de cette stratégie, elle visait à assurer la crédibilité de la politique suivie par le gouvernement tout en créant un environnement propice à la croissance et à l’investissement. Ce programme établissait un cadre économique prévisionnel très détaillé portant jusqu’à l’an 2000 (UNDP, 2003, p. 6330).

85Le cœur de cette stratégie économique était de caractère néolibéral. Pour réaliser l’objectif d’un déficit budgétaire de 3 % en 1999 sans augmenter les impôts, il a été prévu de rationaliser le secteur public, d’éliminer ou d’alléger certains services sociaux, de mettre en œuvre une réforme budgétaire, de réorganiser le système fiscal et d’améliorer les mécanismes de recouvrement des impôts. Les propositions les plus controversées étaient celles concernant le marché du travail. Les réformes proposées visaient à créer un marché de l’emploi flexible et impliquaient le développement de deux secteurs, l’un se caractérisant par des standards élevés et des salaires relativement corrects, l’autre par standards peu élevés et l’absence de salaire minimum. En effet, le gouvernement proposa un accord national pour limiter les hausses de prix et de salaires dans le but d’accélérer l’investissement et la création d’emplois. Il proposa également de fixer un salaire minimum, par branche et par région, et non pas au niveau national. Cette fragmentation du marché du travail, associée à une modération des salaires, devait permettre de réduire les coûts, d’accroître les investissements et de créer de nouvelles possibilités d’emplois (Padayachee & Habib, 1999, p. 518-520). Mais les résultats économiques et sociaux ont été très éloignés des résultats escomptés.

86Les conséquences économiques de ces réformes sont mitigées ; et les conséquences sociales, désastreuses. Sur le marché du travail, le chômage s’est aggravé et les inégalités de rémunérations se sont creusées. Les évolutions du marché du travail semblent être le fruit du mécanisme de transmission de la hausse surprenante de la pauvreté et des inégalités durant la période de réformes.

87À partir de 1995, on assiste à une hausse de la demande des travailleurs hautement qualifiés, conduisant à une augmentation relative des salaires dans les déciles les plus riches. Les salaires relatifs des travailleurs hautement qualifiés ont augmenté durant la période 1995-2000. Par ailleurs, conséquence des politiques budgétaire et monétaire restrictives dans un contexte de privatisation et de libéralisation financière et commerciale, le chômage de masse a grimpé, amenant à une répartition très inégale des revenus.

88Le taux de chômage officiel grimpe de 17 % à 24 % entre 1995 et 1999, tandis que le chômage mesuré par les enquêtes monte de 29 % à 38 % (Klasen & Woolard, 2000). Comme nous pouvons observer dans le graphique 10, tous les groupes ont souffert d’une hausse du chômage entre 1995 et 2001, néanmoins, cette hausse a été très différentiée selon les groupes ethniques. Le taux de chômage des « Africains » a augmenté dans une proportion beaucoup plus élevée que celui des autres groupes ethniques. Le taux de chômage des « Blancs » qui était initialement beaucoup plus faible, n’a pas augmenté de manière calamiteuse comme celui des autres groupes ethniques.

Graphique 10. Afrique du Sud : taux de chômage par groupes 1995-2005 (en pourcentage)

Graphique 10. Afrique du Sud : taux de chômage par groupes 1995-2005 (en pourcentage)

Source : Leibbrandt et al. (2007, p. 26)

89Des données plus récentes fournissent, en 2013, un taux de chômage officiel de 25,2 % – chiffre qui augmente à 33,7 % si l’on inclut les « demandeurs d’emploi découragés ». Le chômage affecte encore de façon très différenciée les groupes raciaux. Les Africains sont les plus affectés (29 %), tandis que le chômage ne touche que 7,2 % des Blancs (Pons-Vignon, 2014, p. 121).

90Pons-Vignon souligne le caractère structurel du chômage en Afrique du Sud et mentionne les trois raisons descriptives qui expliquent le niveau très élevé du chômage, à savoir : le taux de chômage historiquement très élevé, en particulier pour les non-Blancs, la croissance molle et l’intensité en travail déclinante de la croissance. Comme l’auteur l’explique, l’économie sud-africaine reste dominée par les entreprises et secteurs liés au complexe minéralo-énergétique. Ces secteurs comprennent en effet des activités intensives en capital plutôt qu’en travail, et ont une capacité limitée pour absorber les demandeurs d’emploi (Pons-Vignon, 2014, p. 122).

91Cette différentiation raciale au sein du marché du travail est également mise en évidence dans l’étude comparative de l’incidence de l’emploi à bas salaires. Le graphique 11 illustre la proportion de travailleurs en Afrique du Sud dont le niveau de rémunération est inférieur aux deux tiers de la médiane. Cet ensemble de données révèle la proportion beaucoup plus élevée des travailleurs africains qui occupent des emplois faiblement rémunérés :

Graphique 11. Incidence de l’emploi à bas salaires en Afrique du Sud, 2007 (en pourcentage)

Graphique 11. Incidence de l’emploi à bas salaires en Afrique du Sud, 2007 (en pourcentage)

Source : BIT (2011)

92Il est intéressant de signaler que maints efforts avaient été réalisés sur plusieurs plans pour réduire les inégalités entre Blancs et non Blancs. La Constitution, en premier lieu, avait éliminé toute discrimination raciale. D’autres initiatives d’ordre politique, telles que l’Affirmative Action et le Black Economic Empowerment, incitaient les entreprises à embaucher des non Blancs et des femmes, et favorisaient l’emploi des non Blancs sur des postes à responsabilités dans l’administration publique. Cependant, en dépit des importants remaniements des institutions formelles, les politiques néolibérales ont généré des résultats très inégaux sur les différents groupes ethniques en ce qui concerne le marché du travail sud-africain. Ceci révèle la persistance des phénomènes hérités de l’apartheid et souligne l’empreinte des processus économiques difficiles à renverser.

93Sur le plan de la redistribution, des programmes d’aide et d’allocations sociales (hérités de la période de l’apartheid) se sont multipliés et ont eu des effets importants pour contenir la hausse de la pauvreté et des inégalités de revenus. Plusieurs auteurs signalent le rôle des allocations sociales durant la période démocratique. Elles ont été, de manière générale, bien ciblées dans la mesure où elles ont fourni un revenu à la partie la plus pauvre de la population sud-africaine. Le nombre des bénéficiaires a augmenté, passant de 3 millions en 1997 à 9,4 millions en 2005. Bhorat et al. (2009) signalent que le système de sécurité sociale s’est élargi et approfondi. Les auteurs ont démontré qu’en l’absence des transferts monétaires vers les plus démunis, le coefficient de Gini de la répartition de revenus aurait été de 0,77 au lieu de 0,72 en 2005.

94Malgré une aide « généreuse » de l’État, l’évolution décevante des inégalités et de la pauvreté, à la suite des réformes appliquées dans la deuxième moitié des années 1990, semblerait être la conséquence de la stratégie de croissance adoptée, stratégie qualifiée par certains économistes de « croissance sans emploi ».

95Cette croissance a néanmoins signifié l’insertion de l’économie sud-africaine dans l’économie mondiale durant la décennie 2000. Son commerce extérieur a progressé à un rythme deux fois supérieur à celui de sa production, ce qui fait de l’Afrique du Sud le pays des BRICS le plus ouvert aux flux commerciaux (65 % entre 2007 et 2009). La structure commerciale du pays montre une part majoritaire des produits manufacturés, suivis des matières minérales et des produits agricoles. À l’échelle régionale, le pays occupe une place prépondérante représentant un tiers du PIB de l’Afrique sub-saharienne (Vercueil, 2012).

  • 31 Leibbrandt et al. (2007) soulignent l’importance du programme des allocations pour les enfants (Chi (...)

96Dans les années 2000, le gouvernement semble prendre conscience des contradictions engendrées par ce modèle, et s’aperçoit de la nécessité d’octroyer un rôle plus important à l’État dans la création d’emplois et la redistribution des revenus à travers l’assistance et la sécurité sociale. Ceci s’est traduit par une intensification des aides sociales et par des directives de promotion de l’emploi, telle que l’expansion des programmes de travaux publics (Seekings, 2007). On observe une diminution de la pauvreté et les inégalités de revenus diminuent, mais restent encore les plus importantes des BRICS et parmi les plus importantes sur la planète31.

2.5 Brésil : les enseignements d’une stratégie de croissance et de développement inclusive

  • 32 “Poverty, inequality and social policies in Brazil, 1995-2009”, Working Paper no 87, Institute for (...)

Depuis le milieu des années 1990 et particulièrement au cours de la dernière décennie, le Brésil a subi une période de réduction rapide de la pauvreté et de l’inégalité qui a été rendue possible par un boom économique dont le moteur de croissance a été la consommation aussi bien que des politiques sociales plus efficaces. Néanmoins le Brésil est toujours un pays à revenu intermédiaire avec un niveau d’inégalité des revenus intolérablement haut. Ainsi, il est impératif de demeurer sur la bonne voie et continuer avec la trajectoire récente de croissance favorable aux pauvres32.

Pedro H.G. Ferreira de Souza

97Différents indicateurs d’inégalités convergeaient pour attribuer au Brésil, depuis des décennies, le record absolu des inégalités dans le monde partagé avec… l’Afrique du Sud. Mais depuis les années 2000, nous assistons à une réduction graduelle et constante des inégalités de revenus qui, associée à la croissance économique, a réduit la pauvreté au Brésil de façon significative. De tous les pays observés, le Brésil est le seul qui a eu à la fois une croissance soutenue de la production et une réduction significative des inégalités. En effet, le coefficient de Gini est passé de 0,61 en 1997 à 0,55 à la fin des années 2000, soit une réduction importante dans un laps de temps assez court. Ceci a permis à 40 millions de Brésiliens de sortir de la pauvreté au cours de la dernière décennie.

98Une nouvelle ère politique et économique commence effectivement au Brésil, à partir de 1985, avec le retour à la démocratie et l’abandon de la politique de substitution d’importations adoptée dans les années 1960. Une politique d’ouverture commerciale et financière est mise en place, accompagnée d’un plan de stabilisation monétaire pour faire face à l’inflation galopante du pays. Après une tentative échouée pour endiguer l’inflation, plusieurs plans de stabilisation élaborés avec l’accord du FMI dans le cadre du Consensus de Washington se sont succédé. Mais jusqu’en 1993 ces divers plans de n’ont pas eu d’effet et l’inflation a atteint, en 1993, un niveau de 2600 % annuel. Ce n’est qu’en 1994, avec l’introduction du « Plan real », que pour la première fois les prix se stabilisent.

99Dans les années 1990, l’économie brésilienne devient une économie plus dynamique. Toutefois, les crises économiques de 1998-1999, qui touchent d’abord l’Asie la Russie et l’Amérique latine, affectent le Brésil qui, confronté à la spéculation, est obligé de dévaluer de manière brutale sa monnaie en 1999. Cette dévaluation a néanmoins, comme dans le cas russe, des effets positifs sur ses exportations, sur la croissance et sur la réduction de la pauvreté. À la différence du reste des BRICS, cette expansion économique a été accompagnée d’une réduction significative des inégalités.

100Plusieurs politiques mises en place dans le domaine du travail et de la redistribution sont à l’origine de la réduction des inégalités de revenus. Nous pouvons citer notamment les vastes programmes de transferts monétaires pour les plus pauvres (Bolsa Familia) ; la revalorisation significative du salaire minimum, qui a amélioré les revenus du travail ; et l’introduction du régime rural de retraite.

101Concernant le marché du travail, le Brésil a instauré un processus de revalorisation du salaire minimum en tant qu’instrument de sa politique socio-économique. Cela signifie que les ajustements et les hausses du salaire minimum ne sont plus négociés en fonction des circonstances historiques, mais qu’un objectif à plus long terme est fixé pour la revalorisation du salaire minimum. En effet, l’augmentation graduelle du niveau du salaire minimum a commencé en 1995. Ce processus s’est traduit par une augmentation significative du salaire minimum réel d’environ 80 %, si l’on compare son niveau moyen de 2011 à celui de 1995. Cette politique, qui a fait l’objet d’une négociation entre le gouvernement et les syndicats, prévoit d’augmenter le niveau du salaire minimum jusqu’en 2023 (Barbosa de Melo et al., 2012, p. 34-35, 49).

  • 33 L’Organisation internationale du travail donne une définition assez large du salaire minimum étant (...)

102Outre la fixation du salaire de base dans l’échelle des revenus, le salaire minimum joue un rôle central dans les politiques publiques du Brésil. Il détermine la retraite « plancher », les prestations sociales et l’assurance chômage minimales. Sa valeur de référence constitue un repère qui sert à établir les salaires fixés dans le secteur formel de l’économie brésilienne, qui est un secteur très important pour le marché du travail national. Conséquemment, l’incidence du salaire minimum sur les politiques sociales et sur le marché du travail est significative et a un impact sur la pauvreté et les inégalités, à travers la hausse du pouvoir d’achat des catégories dont les revenus sont les plus faibles dans le pays (Barbosa de Melo et al., 2012, p. 34-3533). Dans la plupart des économies émergentes, le ratio salaire minimum/salaire moyen s’établit entre 18 et 25 %, ce qui les place très en dessous du niveau des pays riches. En effet, le salaire minimum représente entre 30 et 50 % du salaire moyen au sein de l’Union européenne (OCDE Stats Database). Le salaire minimum comme pourcentage du salaire moyen au Brésil (35,3 %) est supérieur à ceux des autres pays dits « BRICS », mais plus faible que celui observé en France, comme nous pouvons le constater dans le graphique 12.

  • 34 Ces ratios sont des approximations, car la plupart des pays se caractérisent par des exceptions nat (...)

Graphique 12. Salaire minimum comme pourcentage du salaire moyen 200934

Graphique 12. Salaire minimum comme pourcentage du salaire moyen 200934

Source : OCDE (2012)

103Une façon d’évaluer l’efficacité des salaires minima consiste à examiner l’évolution de l’emploi à bas salaires en fonction des changements apportés aux salaires minima. Le cas du Brésil montre à la fois des augmentations régulières des salaires minima et des baisses concordantes de l’emploi à bas salaires. Il est également notable qu’en 2009, année de crise économique, le Brésil a augmenté de 12 % le salaire minimum quand l’inflation se situait à environ 5 % (BIT, 2011, p. 72-74). Contrairement à l’Inde, le Brésil a connu une forte compression du rapport interdécile (D9/D1) de la distribution salariale, qui a été pratiquement divisé par deux entre le début des années 1990 et la fin des années 2000.

104Au Brésil, le système d’indemnisation du chômage comporte deux dispositifs : le Fonds de garantie pour temps de service (Fundo de Garantia po Tempo de Servico, FGTS), et le système public d’assurance chômage universelle (Seguro Desemprego. Selon le rapport de l’OCDE (2012, p. 70), le Brésil est un cas intéressant du fait de la relative générosité de son système d’indemnisation du chômage et du taux élevé de couverture (pourcentage des chômeurs qui reçoivent une indemnisation).

105En 2003, le programme de transferts monétaires Bolsa Familia reprend le programme Bolsa Escola, qui existait depuis le milieu des années 1990. Il intègre plusieurs autres programmes de transferts monétaires ainsi que des avantages en nature dans un système unifié sous l’autorité d’une administration simplifiée. Il s’agit du plus important programme de transfert monétaire sous conditions destiné à aider les familles pauvres, surtout dans les domaines de l’éducation et de la santé. En 2009, le programme couvrait plus de 12 millions de ménages dans tout le pays, soit 97 % de la population ciblée. Grâce à ces programmes, la pauvreté et l’extrême pauvreté ont été considérablement réduites et les inégalités sont moins prononcées (UNDP/PNUD, 2013, p. 90).

106Un autre programme mis en place depuis 1996, Benefício de Prestação Continuada, fournit un transfert mensuel inconditionnel, équivalent au salaire minimum, aux personnes âgées et aux personnes handicapées vivant dans des familles dont le niveau de revenu par tête est inférieur à 25 % du salaire minimum. Ce programme et celui de Bolsa Familia n’ont pas seulement réduit les inégalités de revenus des ménages, mais ils ont aussi considérablement diminué les inégalités régionales (Silveira-Neto & D’Azzoni, 2011). Il est important de signaler que le Brésil est le seul pays dans lequel les régions rurales ont fait mieux que les zones urbaines en termes de croissance du revenu par habitant depuis les années 1990. Une partie de ces gains de redistribution est également imputable au régime rural de retraite, Previdência rural. Ce programme, qui s’est consolidé dans les années 1990, verse des prestations égales au salaire minimum à 8,4 millions de travailleurs ruraux au Brésil (OCDE, 2012, p. 56). Tous ces programmes d’orientation sociale ont été plus effectifs dans la réduction des inégalités régionales que les programmes de développement régional mis en œuvre auparavant.

107En résumé, la hausse du salaire minimum, conjuguée à la mise en place et l’extension de grande envergure de politiques sociales dans le contexte de croissance soutenue et d’ouverture économique, a contribué à réduire les inégalités et à combattre la pauvreté au Brésil. Cette croissance s’est basée sur les exportations des produits manufacturés avec des secteurs high-tech puissants, comme l’aéronautique (troisième exportateur mondial d’avions commerciaux), ainsi qu’à l’essor des secteurs agroalimentaires et miniers dont les exportations ont bénéficié du boom de la demande internationale dans les années 2000. Le pays est le troisième exportateur mondial de produits agroalimentaires (Goldstein & Lemoine, 2013).

  • 35 Weisbrot et al. (2007).
  • 36 Lustig & McLeod (2011) analysent un échantillon de 18 pays d’Amérique latine. Ils concluent qu’il y (...)

108L’exemple brésilien est important pour démontrer qu’un pays peut « émerger » tout en réduisant les inégalités (même si le niveau d’inégalités reste encore élevé). Il semblerait que, comme certains économistes le soulignent, une « autonomie des politiques économiques », c’est-à-dire la capacité des pays à prendre leurs propres décisions de politique économique, soit nécessaire dans les économies émergentes35. Il faut souligner que le Brésil fait partie du groupe des économies de l’Amérique latine qui ont connu un tournant à gauche dans l’échiquier politique des années 2000. Ce changement politique s’est accompagné d’une volonté d’afficher plus d’indépendance vis-à-vis des organismes internationaux, en adoptant des politiques salariales améliorant le sort des travailleurs les plus pauvres, ainsi qu’en mettant en œuvre des politiques de redistribution des revenus capables d’améliorer le sort des plus démunis. Tous ces pays ont commencé à corriger la répartition des revenus vers une réduction des inégalités36.

3. BRICS : dynamique des inégalités et vecteurs de changement

3.1 La relation entre croissance et inégalités n’est pas univoque

109Comme la mise en perspective de différentes trajectoires le montre, la relation entre croissance et inégalités n’est pas univoque. Elle est fortement tributaire des caractéristiques particulières à chaque économie dans un moment précis de son histoire, et des politiques économiques adoptées dans un cadre institutionnel donné. Le cas des BRICS au cours de la période historique récente confirme que la croissance ne s’accompagne pas naturellement d’une hausse ou d’une baisse des inégalités de revenus. Il ressort des éléments présentés dans la deuxième partie de cet article que les inégalités de revenus dans ces pays sont influencées par une multitude de facteurs exerçant différents effets sur la répartition des revenus.

110Globalement, les BRICS ont réussi à avoir des taux de croissance élevés, tout en étant capables de diminuer la pauvreté. Toutefois, la généralisation s’arrête là, car le rythme de la croissance économique et l’évolution des inégalités diffèrent largement d’un pays à l’autre. La montée des inégalités s’est produite dans des situations et selon des mécanismes très différents. La relation établie par Kuznets, pour laquelle la distribution des revenus a la forme d’un U inversé au cours de la croissance et du développement des pays, s’est avérée plus complexe.

111Dans certains pays, comme la Chine et l’Inde, les inégalités ont évolué en même temps qu’une croissance économique rapide. Tout au long des années 1990 et 2000, la croissance élevée de ces deux économies s’est accompagnée de la hausse du coefficient de Gini.

112Dans le cas de l’Afrique du Sud, la hausse des inégalités observée après la chute de l’apartheid, dans la deuxième moitié des années 1990, a eu lieu dans un contexte de croissance modérée et avec un climat social très détérioré. Durant les années 2000, la croissance s’améliore et une politique sociale plus intense fait reculer la pauvreté, mais l’Afrique du Sud reste parmi les pays les plus inégaux de la planète.

113Le cas russe montre la brutale expansion des inégalités dans un contexte de crise économique et sociale aiguë après la transformation post-socialiste, tout au long des années 1990. La récupération économique et l’amélioration des conditions sociales et institutionnelles ont réussi à diminuer de façon importante la pauvreté dans la première décennie des années 2000, mais le niveau des inégalités n’a guère évolué.

114Le Brésil a été le seul pays où la croissance économique s’est accompagnée d’une diminution des inégalités, notamment au cours des années 2000. L’exemple du Brésil est instructif quant à la possibilité d’une amélioration des inégalités économiques dans un contexte de croissance et d’ouverture. Les efforts du pays pour faire face à l’énorme inégalité historique de la société brésilienne ne sont pas suffisants mais démontrent qu’il est possible d’avoir une croissance économique tout en diminuant les inégalités.

115Le débat actuel sur la relation entre inégalités et croissance comprend une vision plus dynamique des inégalités. Celles-ci peuvent être influencées par plusieurs éléments dans le court, moyen et long terme. Nous avons observé qu’au sein des pays émergents des mesures ponctuelles, comme la hausse du salaire minimum au Brésil, peuvent faire diminuer les inégalités dans un moment donné, tandis que des processus d’une durée plus longue enclenchent une dynamique de hausse des inégalités, tels que les modèles de croissance chinois et indien le montrent.

3.2 Les inégalités des revenus sont influencées par une multitude de facteurs

116La figure 1 (voir Annexe 1) met en perspective comparative la dynamique des inégalités de revenus des cinq pays émergents qui forment le groupe des BRICS, dans le contexte des politiques de transformation économique. La première ligne signale l’évolution des inégalités de revenus pendant les transformations économiques des pays émergents. La deuxième ligne fait référence à la période durant laquelle ces évolutions ont été les plus importantes. La troisième ligne décrit de manière très succincte la stratégie de transformation et le rôle que l’État a joué dans la conduite des réformes. Enfin, la quatrième ligne explique les « vecteurs de changement des inégalités » au sein de chaque économie. Nous entendons par « vecteurs de changement des inégalités » la combinaison des facteurs institutionnels, économiques et politiques qui, à un moment donné, ont eu une influence prépondérante sur le changement des niveaux des inégalités dans un pays.

117La Chine a suivi une stratégie de transformation et d’ouverture plus graduelle et prudente avec une forte intervention de l’État. Cette stratégie s’est basée sur l’expansion des exportations (notamment manufacturières), mais aussi sur le développement du marché intérieur des biens de consommation. Toutefois, le développement de la Chine s’est accompagné d’un biais sectoriel et régional très important.

118L’Inde a des points communs avec la Chine quant à l’application de politiques de transformation non orthodoxes ainsi qu’une ouverture de son économie réalisée de manière graduelle et nuancée. Ce pays a pu émerger grâce notamment aux exportations des services (informatiques et d’information). Mais le développement économique en Inde a été marqué par un développement régionalement déséquilibré et par la retraite significative de l’État dans le secteur rural et le secteur social.

119La Russie a opté, au début des années 1990, pour une stratégie néolibérale orthodoxe et l’application de la thérapie de choc en même temps que la privatisation de masse réalisée de manière très rapide. L’effondrement de la structure administrative de l’État durant la première décennie de transformation post-socialiste est la conséquence partielle de cette stratégie qui, dès le début, a dénigré le rôle de l’État dans la conduite des réformes. Nous avons également décrit les conditions initiales institutionnelles, économiques et sociales très dégradées dans lesquelles la transformation a eu lieu. À partir des années 2000, grâce à l’exportation des hydrocarbures, aux prix élevés des matières premières, par exemple du pétrole, ainsi qu’à une amélioration notable du contexte institutionnel, le pays s’est redressé de manière impressionnante, mais il reste très vulnérable aux aléas externes et notamment à la situation géopolitique.

120L’Afrique du Sud, à l’instar de la Russie, a adopté une stratégie économique de type néolibéral après la chute de l’apartheid. Cette stratégie, dont les composantes ont été une politique budgétaire et monétaire restrictives, l’accélération de la libéralisation commerciale et financière, ainsi que les privatisations d’entreprises d’État, a été nommée stratégie de « croissance sans emploi », étant donné les conséquences funestes de celle-ci sur le marché du travail. Tout comme la Russie, le pays s’est amélioré grâce à une orientation rentière de son économie fondée pour l’essentiel sur l’exportation de matières premières et reste aussi très dépendante de la situation mondiale.

121Le Brésil a suivi une transformation économique plus graduelle que celles de la Russie et de l’Afrique du Sud, avec un rôle important de l’État dans l’effort de diminuer les inégalités régionales. Le modèle économique brésilien a été fondé sur la combinaison de deux éléments :

  • l’expansion des exportations de matières premières (avec une prépondérance des produits agroalimentaires) et des manufacture ;

  • l’expansion de la consommation intérieure.

122Dans le cas de la Chine et celui de l’Inde, les déséquilibres régionaux ont été les principaux vecteurs de l’accroissement des inégalités de revenus à l’heure de la transformation de leurs économies. En effet, dans le cadre du processus d’ouverture et de croissance, des tendances à la concentration du capital et des richesses dans certains secteurs et régions déjà développés, au détriment des régions moins développées, ont été constatées. Ces exemples mettent en lumière l’évolution des inégalités de revenus comme processus où interagissent des phénomènes à causalité circulaire et cumulative.

123Dans son ouvrage Economic Theory and Underdeveloped Regions (1959), Gunnar Myrdal souligne le caractère irréversible du temps, et expose le principe de la causalité circulaire et cumulative selon lequel un processus social tend à prendre un caractère cumulatif. Les inégalités ne se résorbent pas d’elles-mêmes avec la croissance, elles tendent plutôt à se renforcer. Ce qui est une façon de dire qu’aucune force équilibrante ne corrigera les déséquilibres sociaux. Dans le cas de la Chine et de l’Inde, à ce processus de causalité circulaire et cumulative viennent également s’ajouter des politiques économiques mises en place par les gouvernements. Politiques qui ont exacerbé ces tendances, telles que la retraite de l’État dans le secteur rural et social en Inde, et la politique volontariste de développement de certaines régions au détriment d’autres en Chine.

124En Russie, la montée exorbitante des inégalités de revenus durant les premières années de la décennie 1990 n’a pas eu lieu dans le contexte d’une dynamique de croissance économique. L’accentuation des inégalités s’explique, dans ce cas, par la mise en place de politiques économiques orthodoxes dans un contexte institutionnel très dégradé et de forte crise économique. L’effondrement de la structure administrative de l’État (qui a été en partie le résultat de la stratégie néolibérale) a eu des conséquences catastrophiques sur l’évolution des inégalités de revenus ; il est aussi responsable de la hausse vertigineuse de la pauvreté dans la première décennie de transformation. La faible redistribution des revenus et les niveaux très faibles des dépenses sociales durant les années 1990 n’ont pas aidé à contrecarrer la hausse des inégalités. Il faut dire que dans le cas russe, la différentiation régionale a joué également un rôle important dans l’explication de la hausse des inégalités, notamment en ce qui concerne le chômage et les revenus. Mais nous devons souligner que la pauvreté dans les années 1990 en Russie est devenue un phénomène de masse, et que la chute du niveau de vie du Russe moyen s’est produite en même temps que l’enrichissement d’un pourcentage infime de la population. La pauvreté était liée étroitement à un phénomène généralisé de bas salaires et de chômage. Ce cas montre donc à quel point la crise institutionnelle et l’absence de règles transparentes et de mécanismes fiables de renforcement de la loi ont permis l’expansion de phénomènes tels que le sous-emploi et les arriérées de salaires et de pensions.

125L’Afrique du Sud, qui a également adopté — après la chute de l’apartheid — les politiques macroéconomiques néolibérales prônées par les institutions internationales (FMI et Banque mondiale notamment), connaît le même sort que la Russie : une hausse des inégalités de revenus pendant les premières années de transformation et d’ouverture de son économie. Et ce malgré la mise en place de politiques volontaristes pour diminuer les inégalités économiques entre les différents groupes ethniques. Le cas de l’Afrique du Sud est intéressant de ce point de vue : malgré une réelle volonté politique pour atténuer les inégalités de revenus entre certains groupes sociaux, les politiques d’ouverture et de privatisation sont allées à l’encontre de la redistribution des revenus, de la hausse de la consommation et de la génération d’emplois. Avec l’adoption d’une stratégie néolibérale, dans une économie marquée par des fortes inégalités régionales et ethniques, le gouvernement sud-africain a restreint au minimum l’intervention de l’État et a exacerbé la polarisation dans le marché du travail ; les conséquences adverses sur la répartition de revenus que nous avons décrit auparavant en ont résulté.

126Le Brésil est le seul pays des BRICS qui a réussi à atteindre une croissance élevée avec une redistribution des revenus importante et un développement régional plus équilibré. En effet, la transformation économique graduelle mise en place au Brésil et régulée par l’État, qui joue un rôle important dans la diminution des inégalités régionales, a suivi un modèle économique fondé sur la combinaison de l’expansion des exportations et de l’expansion du marché de la consommation nationaux. La croissance économique a été accompagnée par la mise en place d’un système de protection et d’assistance sociales devenu plus généreux dans les années 2000, ainsi que de politiques volontaristes dans le domaine du travail, telle que la forte augmentation du salaire minimum. La hausse des revenus du travail ainsi que la redistribution des revenus plus importante de la part de l’État à travers les programmes d’aide aux plus démunis, aux femmes, aux enfants, aux régions, ont été les vecteurs principaux de la réduction des inégalités au Brésil.

127L’expérience brésilienne des années 2000 suggère que la thèse d’un arbitrage entre efficacité et égalité ne serait pas confirmée. La majoration de la protection sociale et de la redistribution des revenus a, en effet, connu en même temps une croissance soutenue, avec comme résultat la diminution de la pauvreté et des inégalités. Mais comme Gaulard (2011) le signale pertinemment, le rôle des politiques sociales du gouvernement de Lula dans la diminution des inégalités de revenus au Brésil ne doit pas être surestimé. La diminution des inégalités est aussi la conséquence de la croissance des revenus du travail, comme nous l’avons noté auparavant. Cette croissance des revenus du travail est fortement liée à la dynamique positive du pays. Le modèle brésilien, basé sur l’essor des secteurs liés aux ressources agricoles d’exportation, dépend néanmoins de l’évolution du cours des matières premières et de la situation internationale. La fragilité de ce modèle de développement a été exposée lors de la crise mondiale qui a éclaté en 2009, et pose de sérieuses questions sur la possibilité de maintenir un tel modèle à long terme.

3.3 Une relation complexe entre mondialisation et inégalités

128Au début de cet article, nous avons signalé les deux caractéristiques partagées par les économies dites émergentes : ce sont des pays qui depuis vingt ans connaissent une croissance économique importante (voire très forte en Chine et en l’Inde), ainsi qu’une transformation du mode de financement de leur développement. Les BRICS sont caractérisés par un accroissement de leurs parts de marché dans le commerce mondial de biens et de services, ainsi que par l’ouverture mondiale de ces marchés financiers. Toutefois, l’étude de la dynamique de ces économies en termes de croissance et d’inégalités nous a montré qu’il n’existait pas de relation univoque entre les deux phénomènes.

129De la même manière, l’analyse de ces économies montre que la relation entre mondialisation et inégalités est loin d’être un phénomène simple. Encore au début des années 1990, des institutions financières internationales telle que la Banque mondiale, à partir de certains tests économétriques menés notamment dans les pays asiatiques, défendait l’idée selon laquelle il était toujours bénéfique pour un pays de s’ouvrir au commerce international : le libre-échange devait augmenter le taux de croissance (à condition que le pays « pauvre » en travail qualifié et en capital, mais « riche » en travail non qualifié se spécialise selon ses dotations relatives en facteurs de production), tout en diminuant les inégalités, la demande de travail non qualifié devant croître et celle de travail qualifié diminuer (Salama, 2006). Pourtant, nous avons observé que l’ouverture n’a pas diminué les inégalités, mais qu’au contraire, dans la plupart des cas étudiés, celles-ci ont augmenté de manière vigoureuse. Seul le Brésil a pu diminuer l’inégalité (bien qu’il demeure l’un des pays les plus inégaux au niveau mondial). Certains éléments évoqués dans cet article montrent qu’un pays peut s’ouvrir de manière très différente aux marchés mondiaux. Et que la politique d’ouverture ne peut expliquer à elle seule la montée ou la diminution des inégalités. Le rôle de l’État, les politiques économiques (monétaire, budgétaire, industrielle, sociale, etc.), ainsi que les conditions initiales (économiques, sociales et institutionnelles) de chaque pays se combinent et donnent comme résultat une configuration singulière de la distribution des revenus dans un moment donné de leur histoire.

Conclusion

  • 37 Nous pouvons citer par exemple le travail d’Izumov & Claxon (2009) : les auteurs font une classific (...)

130L’étude comparative des différents cas nous permet, au niveau théorique, de tirer des enseignements de portée plus générale qui enrichissent la discussion sur les transformations économiques. En effet, comme le souligne Chavance à propos de la transformation post-socialiste : « Diverses généralisations […] ont souvent un caractère problématique car elles peuvent être réfutées par un ou plusieurs contre-exemples nationaux. » Pour parvenir à tirer des « conclusions générales » du processus de transformation, il faut affronter le défi de la diversité et faire une analyse inductive de la variété des expériences nationales. Le risque de généraliser une expérience ou une période déterminée est grand si nous n’avons pas une analyse de la spécificité nationale comme un composant de la théorisation générale (Chavance, 2004, p. 32-33). Chavance fait référence à la « transformation post-socialiste » dans les pays d’Europe de l’Est, mais cette démarche peut être transposée aux différents processus de transformation économique. En effet, l’analyse des trajectoires de ces cinq économies émergentes confirme la diversité des modèles nationaux dans les transformations structurelles des pays. Cet article s’insère, d’une manière modeste dans la discussion sur les « nouveaux modèles capitalistes » et la façon dont ces régimes ont affecté la répartition des revenus37.

131Nous avons observé l’importance des conditions initiales, du rôle de l’État, des politiques nationales de transformation, ainsi que des politiques particulières dans le domaine du travail et de la redistribution du revenu pour chaque économie étudiée pour comprendre l’évolution des inégalités de revenus et de la pauvreté à l’heure de la mondialisation. Nous avons identifié pour chaque pays, le (s) vecteur (s) de changement des inégalités dans des périodes précises, c’est-à-dire, les facteurs qui ont joué un rôle majeur dans le revirement de tendance des inégalités pendant la période de transformation économique des cinq pays émergents.

132Cet article met en lumière l’évolution des inégalités de revenus comme un processus où interagissent des phénomènes de causalité circulaire et cumulative et des phénomènes de path dependence. Il s’oppose à la vision qui postule que les inégalités se résorbent d’elles-mêmes avec la croissance. Or, en général, sans l’intervention de l’État, loin de se dissoudre spontanément dans la croissance, les inégalités ne font que se renforcer. L’approfondissement du rôle des États dans le développement économique et plus concrètement dans le domaine du travail et de la redistribution des revenus, dans un cadre macroéconomique cohérent, paraît donc nécessaire pour contrebalancer les tendances inégalitaires qui deviennent difficiles à « déverrouiller » par la suite.

133De surcroît, au niveau empirique, l’analyse des trajectoires des BRICS en termes de croissance, d’inégalités et de pauvreté nous permet d’avoir une réflexion sur les limites et les contradictions des modèles de croissance des pays émergents.

134Nul doute n’existe sur la croissance rapide des BRICS (notamment durant la décennie des années 2000) et son effet sur la réduction de la pauvreté, en particulier de la pauvreté extrême. Cette diminution a été particulièrement impressionnante en Chine. Toutefois, la croissance n’a pas également profité à tous. Au contraire, les inégalités n’ont cessé de se creuser dans la plupart des pays, à l’exception du Brésil.

  • 38 Il faut cependant prendre avec précaution les chiffres de croissance en Inde. Certains économistes (...)
  • 39 FMI (2015).

135Par ailleurs, le contexte économique mondial actuel a fini par rattraper les pays émergents. De manière générale les BRICS ne bénéficient plus aujourd’hui des taux de croissance vigoureux qui leur ont permis de réduire rapidement l’extrême pauvreté. La détérioration de ces économies se fait évidente à partir de 2012. Les deux cas extrêmes sont ceux du Brésil et de la Russie. Au Brésil, la croissance du PIB en pourcentage a diminué de moitié entre 2011 (3,9 %) et 2012 (1,8 %) pour se situer à 0,1 % en 2014. En Russie, le taux de croissance du PIB diminue de 4,3 % en 2011 à 1,3 % en 2013 et à 0,6 % en 2014. En Afrique du Sud, le taux de croissance de 3,2 % en 2011 diminue à 2,2 % en 2012 et à 1,5 % en 2014. En Chine le ralentissement économique est aussi évident bien que moins grave : le taux de croissance à deux chiffres des années 2000 fait place à un taux de croissance de 7,4 % en 2014. Le seul pays à avoir été épargné de la crise jusqu’à maintenant est l’Inde38 où le taux de croissance en 2014 (7,2 %) est plus élevé qu’en 2011 (6,6 %39).

136Les pays comme le Brésil et la Russie ont été touchés de plein fouet par la crise tandis que l’Afrique du Sud et la Chine ont connu, quant à eux, un certain ralentissement. Ceci met en exergue les limites, les contradictions et la vulnérabilité des modèles économiques des pays émergents. Ainsi il n’y a pas un modèle, mais des modèles répondant aux spécificités et singularités dans chaque trajectoire particulière.

  • 40 Enjeux tels que le déséquilibre entre les sexes et le vieillissement de la population, résultat en (...)
  • 41 Un quart des recettes du budget sert à payer les intérêts de l’endettement public interne, limitant (...)
  • 42 Pour une analyse détaillée des limites et contradictions des modèles des pays émergents, voir Salam (...)

137La Chine est confrontée aux limites des sources de la croissance en raison du contenu de ses exportations dans une économie mondiale en crise. En même temps, elle fait face à une faible part de la consommation des ménages en pourcentage du PIB et aux enjeux démographiques40. La vulnérabilité de l’Inde réside surtout sur le fait de présenter une économie dualiste où un secteur moderne et centré sur les services et quelques branches industrielles utilisant une main-d’œuvre fortement qualifiée coexiste au même temps qu’un secteur archaïque où se concentrent la plupart des emplois informels et non qualifiés. L’Inde est confrontée à des problèmes structurels considérables tels que le déficit du budget et de celui la balance commerciale41. L’Afrique du Sud, comme le Brésil, tire ses richesses de l’exploitation des ressources naturelles et se trouvent dans l’incapacité de développer une industrie nationale moderne. Ce sont des pays qui présentent des fractures sociales démesurées qui se caractérisent par une insécurité et une violence parmi les plus importantes au monde. La Russie, aussi largement dépendante des matières premières, a vu son économie se dégrader parallèlement à la chute des prix des hydrocarbures. En effet, la production d’hydrocarbures fournit à elle seule 30 % du PIB russe42.

  • 43 L’Inde est le pays où ces efforts restent très limités, comme nous l’avons observé dans cet article (...)

138Toutefois, deux points sont communs à toutes ces trajectoires. D’une part, la croissance des BRICS a été basée sur l’ouverture des secteurs réel et financier avec la prééminence du secteur extérieur comme moteur de l’économie. D’autre part, tous ces pays sont caractérisés par une répartition de revenus très inégale. À ceci il faut ajouter une protection sociale insuffisante (malgré les efforts déployés par la plupart d’entre eux notamment dans les années 200043) pour assurer les besoins d’une grande partie de la population.

139Le principal défi de ces pays consiste donc à poursuivre leurs efforts de réduction de la pauvreté malgré une croissance économique qui ne cesse de ralentir. Il semble qu’une voie possible soit le développement du marché intérieur grâce à la redistribution des revenus, à l’élargissement de la protection sociale et à la réduction des inégalités de ces économies caractérisées par une population abondante. Ceci pourrait être à son tour le nouveau moteur non seulement de la croissance mais d’un développement plus inclusif.

Haut de page

Bibliographie

Appel, H. (1997), “Voucher privatisation in Russia: structural consequences and mass response in the second period of reform”, Europe-Asia Studies, vol. 49, no 8, p. 1433-1449.

Banque mondiale, base de données, consulté le 15 mai 2013 : http://data.worldbank.org/

Barbosa de Melo, F., Figueiredo, A., Mineiro, A., Eduardo, S., Mendonça, A. (2012), « Le retour du salaire minimum en tant qu’outil de développement au Brésil » in BIT (2012), Justice Sociale et Croissance : le rôle du salaire minimum.

Bhorat, H., Van der Westhuizen, C. & Jacobs, T. (2009), “Income and Non-income Inequality in Post-apartheid South-Africa: What are the Drivers and Possible Interventions?” in Development Policy Research Unit (DPRU) Paper, TIPS, April 2009.

BIT (2011), Rapport mondial sur les salaires 2010/2011, Genève.

Boquet, Y. (2009), « Dynamiques de développement et inégalités régionales en Chine », Espaces, populations, sociétés, vol. 2009/3. [(En ligne]), 2009/3, mis en ligne le 1er décembre 2011, consulté le 15 mai 2013. URL :/index3767.html, Université des Sciences et Technologies de Lille.

Bourguignon, F. (2012), La mondialisation de l’inégalité, Paris, Éditions du Seuil/La République des Idées.

Charrin, E. (2015) « Inde, une croissance inéquitable », Alternatives Économiques, no 346, mai 2015.

Chavance, B. (2003), « Les théories économiques face à la transformation post-socialiste », in Forest, M. & Mink, G. (dir.), Post-communisme : Les sciences sociales à l’épreuve, Paris, L’Harmattan, coll. « Pays de l’Est ».

Clément, M. (2010), « Transferts publics et réduction de la pauvreté dans un contexte de croissance économique soutenue : l’exemple de la Russie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 41, no 2, juin 2010, p. 141-170.

Cornia, G. A. (2012), “Inequality Trends and their Determinants. Latin America over 1990-2010”, Working Paper no 2012/09, UNU WIDER, January 2012.

Deaton, A. & Dreze J. (2002), “Poverty and Inequality in India: A Re-examination”, Economic and Political Weekly, vol. 37, no 6, Septembre 7.

Deaton, A. (2015), The Hindu, October 2015.

Ferreira de Souza, Pedro H.G. (2012), “Poverty, inequality and social policies in Brazil, 1995-2009”, Working Paper no 87, Institute for Applied Economic Research, International Social Policy Center for Incusive Growth (IPC-IG).

FMI (2015), World Economic Outlook Database, consulté en juin 2015.

Gaulard, M. (2011), « La lutte contre les inégalités au Brésil : une analyse critique de l’action du gouvernement de Lula », Mondes en développement, vol, no 156.

Giraud, P-N., Huchet J-F., & Ruet J. (2013), « Globalisation et inégalités dans les pays émergents. Le cas de l’Inde et de la Chine », consulté en ligne le 15 mai 2013 : http://www.cerna.ensmp.fr/Documents/Globalisation_et_inegalites_dans_les_pays_emergents._Le_cas_de_l.pdf

Goldstein, A. & Lemoine, F. (2013), L’économie des BRIC, Brésil, Russie, Inde, Chine, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Gustafsson, B., Shi, L. & Nivorozhkina, L., “Why Are Household Incomes More Unequally Distributed in China than in Russia?” in Cambridge Journal of Economics, vol. 35, p. 897-920.

Hoogeven, J. & Özler, B. (2006), “Not Separate, Not Equal: Poverty and Inequality in Post-Apartheid South-Africa” in The William Davidson Institute Working Paper no 739, January 2005.

Jaffrelot, C. (2012), « La pauvreté en Inde. Une bombe à retardement ? », CERISCOPE Pauvreté, 2012, [(en ligne]), consulté le 01/06/2013, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part3/la-pauvrete-en-inde-une-bombe-a-retardement.

Jayadev, A. (2013), “Tracing Some of the Distributional Consequences of Financial Reforms in India: 1991-2005” Conference no 3, The interaction with growth, structural change, economic openness and social and political structures, Inequalities in Asia, 12th May- 8th June, World Economics Association (WEA).

Jomo, K.S., & Baudot J. (ed.) (2007), Flat World, Big Gaps. Economic Liberalization, Globalization, Poverty & Inequality, Orient Longman, Zed Books, Third World Network, United Nations.

Klasen, S., & Woolard I. (2000), « Surviving Unemployment without State Support : Unemployment and Household Formation in South Africa », IZA Discussion Paper no 237.

Kuznets, S. (1955), Economic Growth and Income Inequality” in The American Economic Review, vol. 45, no 1, p. 1-28.

Leibbrandt, M., Woolard, I. & Woolard, C. (2007), “Poverty and Inequality Dynamics in South Africa : Post-apartheid Developments in the Light of the Long-Run Legacy” in Southern Africa Labour & Development Research Unit, University of Cape Town, South Africa.

Leibbrandt, M. Poswell, L., Naidoo, P., Welch M. & Woolard I. (2004), “Measuring Recent Changes in South African Inequality and Poverty Using 1996 and 2001 Census Data” in CSSR Working Paper n84, Centre for Social Science Research, University of Cape Town.

Lustig, N. & McLeod, D. (2011), “Inequality and Poverty under Latin America’s New Left Regimes”, Tulane Economics Working Paper Series no 117, Tulane University.

McFaul, M. (1996), “The Allocation of Property Rights in Russia: The First Round”, Communist and Post-Communist Studies, vol. 29, no 3, p. 287-308.

Meth, C. & Dias, R. (2004), “Increases in poverty in South Africa, 1999-2002”, Development Southern Africa, vol. 21, no 1, March 2004, p. 59-85.

Milanovic, B. (1998), Income, Inequality and Poverty During the Transition from Planned to Market Economy, World Bank, Washington.

Myrdal, G. (1959), Théorie Économique et Pays Sous-développés (Economic Theory and Underdeveloped Regions, 1957), Paris, Présence Africaine.

Nayyak, D. (2010), “The miracle and the paradox. China at 60 plus” in The Times of India, October 2010.

OCDE (2001), The Social Crisis in the Russian Federation, Paris.

OCDE (2011), Études Économiques de l’OCDE : Chine 2010.

OCDE (2012), Toujours plus d’inégalité : Pourquoi les écarts de revenus se creusent.

OCDE-UE, Base de données, consulté le 15 mai 2013 : http://dx.doi.org/10.1787

OMC (2013), Rapport sur le Commerce mondial.

OMC (2014), Profils commerciaux 2014.

Pagé, J-P. & Vercueil, J. (2004), De la chute du mur à la nouvelle Europe. Économie politique d’une métamorphose, Paris, L’Harmattan, coll. « Pays de l’est ».

Pal, P. & Ghosh, J. (2007), “Inequality in India: A Survey of Recent Trends” in Jomo, K. S. & Baudot, J. (eds.) (2007), Flat World, Big Gaps. Economic Liberalization, Globalization, Poverty & Inequality, Orient Longman, Zed Books, Third World Network, United Nations.

Payadachee, B. & Habib, A. (1999), « Afrique du Sud : pouvoir, politique et stratégie économique dans la transition démocratique », Tiers-Monde, t. 40, no 159, p. 499-529.

PNUD (2013), Rapport mondial sur le développement humain 2013. L’essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié.

PNUD/UNPD (1997), Rapport mondial sur le développement humain 1997.

Pons-Vignon, N. (2014), « Quand l’arc-en-ciel s’estompe : l’Afrique du Sud est-elle un pays émergent ? », Revue Tiers Monde 3/2014, no 219, p. 119-140.

Porras, L. (2013), Inégalités de revenus et pauvreté dans la transformation post-socialiste. Une analyse institutionnelle des cas tchèque, hongrois et russe, Paris, L’Harmattan, coll. « Pays de l’Est ».

Prokofieva, L. (2012), « Pauvreté et inégalités en Russie », CERISCOPE Pauvreté [(revue en ligne]) consulté le 15 juillet 2015, URL : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/pauvrete-et-inegalites-en-russie.

Ravaillon, M. & Chen, S. (2007), “China’s (Uneven) Progress Against Poverty” in Journal of Development Economics, vol. 82, no 1, p. 1-42.

Redor, D. (1988), Les inégalités de salares à l’Est et à l’Ouest, Paris, Economica.

Rigaud, P. (2010), Les BRIC. Brésil, Russie, Inde, Chine, puissances émergentes, Bréal, coll. « Thèmes & Débat ».

Riskin, C. & Bouché, N. (2004), The Macroeconomics of Poverty Reduction: The Case of China, UNDP.

Riskin, C., Bouché, N., Shangton L., Ashwani S., Guobao W. (2004), “Pro-poor and macro policies for China” in Paper originally prepared for the Regional Workshop on Macroeconomics of Poverty Reduction, UNDP, Kathmandu, 4-6th January 2003.

Salama, P. (2006), Le défi des inégalités. Amérique latine/Asie : une comparaison économique, Paris, La Découverte.

Salama, P. (2013), Les économies émergentes latino-américaines. Entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, coll. « Économie ».

Salama P. (2014), Des pays toujours émergents ? Paris, La documentation Française.

Sapir, J. (1996), Le chaos russe. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, Paris, La Découverte.

Sapir, J. (1999), « À l’épreuve des faits… Bilan Théorique des politiques macroéconomiques mises en œuvre en Russie » in Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 30, no 2-3, p. 153-213.

Sapir, J. (2007), « Quel bilan économique pour les années Poutine en Russie ? » document de travail 07-1, CEMI-EHESS.

Seekings, J. (2007), “Poverty and Inequality after Apartheid, Paper presented for the second ‘After Apartheid Conference’” Yale, 27-28 April 2007.

Sengupta, R. & Ghosh, J. (2007), “Understanding the Extent and Evolution of Inequalities in China” in Jomo, K.S., & Baudot, J. (ed.) (2007), Flat World, Big Gaps. Economic Liberalization, Globalization, Poverty & Inequality, Orient Longman, Zed Books, Third World Network, United Nations.

Silveira-Neto, R. & Azzoni, C. (2011), “Measuring the Contribution of Social Policies to Regional Inequality Dynamic in Brazil”, ERSA Conference Papers ersa11p659, European Regional Science Association.

Stiglitz, J. E. (2002), La grande désillusion, Paris, Fayard.

Swaminathan, M. & Rawal, V. (2011), “Is India Really a Country of Low-Inequality? Observations from Eight Villages” in Review of Agrarian Studies, vol. 1, no 1, p. 101-124.

Topalova, P. (2005), “Trade Liberalization, Poverty and Inequality: Evidence from Indian Districts” in NBER Working Paper Series, no11614, Cambridge, Massachusetts.

Tregenna, F. & Tsela, M. (2012), “Inequality in south Africa: The Distribution of Income, Expenditure and Earnings” in Development Southern Africa, vol. 29, no 1, p. 35-61.

UNDP (2000), Human Development Report. South Africa 2000.

UNDP (2003), Human Development Report. South Africa 2003: The Challenge of Sustainable Development, Oxford University Press.

UNDP (2005), China Human Development Report 2005, United Nations Development Programme, Beijing/New York.

UNDP/PNUD (2013), Rapport sur le Développement Humain 2013.

UNICEF (2007), TransMONEE 2007 Database, Florence, Innocenti Research Centre.

Vanneman, R. & Dubey, A. (2010), Horizontal and vertical inequalities in India. Paper presented at the confe­rence on Inequality and the Status of the Middle Class: Lessons from the Luxembourg Income Study, Luxembourg, 28–30th June.

Vercueil, J. (2012), Les pays émergents. Brésil-Russie-Inde-Chine… Mutations Économiques et nouveaux défis, Bréal (3ème édition).

Walter, G. (2003), « Tour d’horizon. Les réformes économiques en Russie », Courrier des Pays de l’Est, 2003/8, no 1038.

Weisbrot, M., Baker D., And Rosnick D., (2007), “The scorecard on Development: 25 years of diminished progress” in Jomo K.S., & Baudot J. (ed.) (2007), Flat World, Big Gaps. Economic Liberalization, Globalization, Poverty & Inequality, Orient Longman, Zed Books, Third World Network, United Nations.

Haut de page

Notes

1

Nous nous concentrerons essentiellement sur les deux décennies qui ont permis de cristalliser la catégorie des pays dits « BRICS », cette-à-dire les années 1990 et 2000. Mais nous évoquerons, en fonction des pays et des phénomènes analysés, d’autres périodes telles que les années 1980 pour la Chine. Nous citerons également, selon la disponibilité des données (notamment en ce qui concerne la répartition des revenus), les chiffres les plus récents en fonction des enquêtes réalisées dans chaque pays.

2 Ce n’est pas le lieu ici de discuter amplement l’évolution du terme « économies émergentes ». Il faut néanmoins signaler que le terme « émergents », terme issu du monde de la finance et adopté par les institutions internationales (Banque mondiale, FMI, etc., s’est progressivement imposé à partir des années 1990. Comme toute classification concernant un phénomène social, le terme a un fort contenu idéologique. Le discours sur les « émergents » renvoie à une vision positive de rattrapage, de transformation, de croissance. Pour une discussion plus approfondie sur les termes « économies émergentes », « marchés émergents », « pays émergents », voir entre autres Vercueil (2012), Rigaud (2010), Salama (2006, 2013, 2014), Goldstein & Lemoine (2013).

3 Dans le rapport cité, le groupe des « pays développés » comprend les 27 membres de l’Union européenne, les autres pays et territoires de l’Europe occidentale qui ne font pas partie de l’UE (Islande, Norvège, Suisse, etc.), les États-Unis, le Canada, le Japon, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Tous les autres pays sont appelés « économies en développement et émergentes ».

4 L’acronyme « BRIC », qui désignait au départ le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, a été créé en 2001 par Jim O’Neill, économiste de la banque Goldman Sachs, pour souligner le potentiel de croissance de ces pays. Mais en 2009 le groupe devient une réalité géopolitique quand les chefs d’État de ces pays créent le « Forum des BRIC ». En 2010, l’Afrique du Sud est invitée à faire partie du « Forum des BRICS ».

5 À exception de la Russie qui, selon le dernier classement de la Banque mondiale (2013), fait partie du groupe des pays à revenus élevés (12 616 dollars ou plus).

6 L’expression « transformation économique » est entendue ici d’une manière très large comme les mutations économiques, institutionnelles et structurelles qui ont contribué à accélérer leur processus d’insertion dans l’économie mondiale.

7 Le coefficient de Gini indique la mesure dans laquelle la répartition des revenus observée pour les individus ou les ménages d’un pays s’écarte d’une distribution parfaitement uniforme. Il représente une situation d’égalité parfaite lorsqu’il est égal à zéro et une situation d’inégalité maximale lorsqu’il est égal à 1. Cependant, il n’est para rare de voir le coefficient de Gini osciller entre 0 et 100 lorsqu’il provient d’une institution internationale. Dans ce cas de figure, le coefficient de Gini initialement compris entre 0 et 1, a tout simplement multiplié par 100 afin faciliter sa lecture. Il en est de même pour les graphiques 6 et 9.

8 Le coefficient de Gini en Chine et en Russie a commencé à changer avant le début des années 1990. Nous avons choisi, comme année de référence, l’année 1985 pour la Chine et l’année 1989 pour la Russie, afin de rendre compte précisément des changements importants de niveaux des inégalités dans ces pays. Les données font référence aux revenus des ménages par habitant, à l’exception de l’Inde, pays pour lequel les chiffres de la consommation par habitant sont utilisés. Les estimations de l’inégalité, fondées sur la consommation des ménages, montrent un niveau moindre d’inégalité que celles fondées sur les mesures du revenu. Différents auteurs ont essayé d’estimer l’inégalité fondée sur les revenus dans certaines provinces indiennes et montrent que le coefficient de Gini est beaucoup plus élevé que celui basé sur des données de la consommation. Voir par exemple Swaminathan & Rawal (2011). Au niveau national, selon Vanneman & Dubey (2010), le coefficient de Gini pour les dépenses de consommation était de 0,35 en 2005, alors que celui pour le revenu était de 0,48.

9 Dans la mesure où les organismes statistiques internationaux améliorent en permanence leurs séries de données, les valeurs de l’IDH et les classements présentées dans le Rapport 2013, ne peuvent être comparés à ceux publiés dans les éditions précédentes.

10 La grande désillusion, Paris, Fayard, 2002.

11 Voir Porras (2012).

12 Le plan économique établi par Gaïdar et son équipe a marqué la période dans son ensemble, néanmoins il n’a pas été appliqué de façon constante et ininterrompue. Ceci a donné place à un débat sur la pertinence de l’utilisation du terme « thérapie de choc » pour décrire les premières années de la transformation en Russie. Il n’est pas question ici de revenir sur cette discussion, toutefois, certains éléments suffisent pour dire que la ligne générale de ce plan était inspirée des discours normatifs et descriptifs du Consensus de Washington. Pour en savoir plus, voir Chavance (2003), Sapir (1996, 1999), Stiglitz (2002).

13 Le cas le plus flagrant de privatisation corrompue a été l’affaire de la « privatisation par les prêts » ou « prêts contre actions », à travers laquelle une poignée d’oligarques acquit d’importants actifs publics. Voir Stiglitz (2002).

14 L’impact de la transformation économique sur les taux de chômage doit être étudié avec prudence. Il existe une grande différence entre les taux de chômage issus des enquêtes et les taux de chômage enregistrés (officiels). Les taux de chômage enregistrés extrêmement faibles en Russie s’expliqueraient par le fait que les personnes à la recherche d’un travail ne vont pas s’enregistrer aux bureaux d’emploi, notamment en raison du niveau très faible ou de l’inexistence des allocations chômage. Le chômage issu des enquêtes suit la méthodologie du Bureau international du travail (BIT) et comptabilise les personnes en âge de travailler (conventionnellement 15 ans ou plus) qui : 1°) n’ont pas travaillé ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence ; 2°) sont disponibles pour travailler dans les deux semaines ; 3°) ont entrepris des démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent ou ont trouvé un emploi à débuter dans les 3 mois.

15 OCDE (2001, p. 19-20).

16 Voir Sapir (2007).

17 Pour plus de détail concernant les réformes structurelles, voir Walter (2003).

18 Le chômage fait référence à la part de la population active qui est sans emploi mais qui est disponible pour travailler et à la recherche d’un emploi (estimation modélisée OIT).

19 The Miracle and the Paradox. China at 60 Plus, Times of India, traduction de l’auteur.

20 Ainsi qualifié par Deepak Nayyar, “The miracle and the paradoxe. China at 60 plus”, The Times of India, 6th October 2010.

21 Dans son article célèbre, « Economic growth and income inequality” Kuznets (1955) établit un lien entre croissance et inégalités. En simplifiant, l’hypothèse de l’auteur est que les inégalités de revenus suivent une courbe en U renversé durant le processus de développement, augmentant durant le processus d’industrialisation puis diminuant au fur et à mesure que les travailleurs s’intègrent aux secteurs économiques de haute productivité.

22 Entre 1998 et 2001, autour de 25,5 millions de travailleurs avaient été licenciés des entreprises d’État et des entreprises collectives (Riskin & Bouché, 2004, p. 126).

23 An Uncertain Glory. India and its Contradictions, Allen Lane/Penguin, Londres, traduction de l’auteur.

24 La guerre du Golfe met fin aux importations de pétrole qui avaient l’avantage d’être payées en roupies. Celles-ci constituaient 40 % du total importé. La guerre diminue également les transferts monétaires de 1,2 million d’Indiens vivant dans le Golfe (Vercueil, 2012, p. 99).

25 Il faut rappeler le caractère éminemment rural de l’Inde : en 2005, 68 % de la population totale du pays vivaient dans des villages (ruraux et agraires).

26 Cité dans le rapport de l’UNDP (2000, p. 24), traduction de l’auteur.

27 Il existe un consensus dans la littérature sur la hausse des inégalités en Afrique du Sud après 1994. Voir, par exemple : UNDP (2003), Leibbrandt et al. (2007), et Tregenna & Tsela (2013).

28 En ce qui concerne les différents groupes de la population sud-africaine, nous avons repris les termes utilisés dans les catégories statistiques nationales car ce sont celles qui sont utilisées pour construire et publier les statistiques d’emploi, chômage, pauvreté.

29 Voir, par exemple : UNDP (2003), Meth & Dias (2004), Leibbrandt et al. (2004), Seekings (2007).

30 Au début des années 1990, le débat économique opposait clairement deux options : la première, d’orientation libérale, soutenue par le Parti national, les milieux d’affaires nationaux et étrangers et par les institutions financières internationales ; la deuxième, proposée par l’ANC, préconisant une orientation développementaliste avec un rôle de l’État plus important. Progressivement l’ANC abandonne sa posture et passe du projet de nationalisations à celui de privatisations ; renonce au contrôle de la Banque centrale et envisage une croissance tirée par l’investissement privé, en particulier étranger (UNDP, 2000, 2003 et Padayachee & Habib, 1999).

31 Leibbrandt et al. (2007) soulignent l’importance du programme des allocations pour les enfants (Child Support Grant, introduit en 1998) dans la diminution de la pauvreté à partir des années 2000.

32 “Poverty, inequality and social policies in Brazil, 1995-2009”, Working Paper no 87, Institute for Applied Economic Research, traduction de l’auteur.

33 L’Organisation internationale du travail donne une définition assez large du salaire minimum étant donné la multiplicité des situations et des formes institutionnelles du salaire minimum dans les différents pays : « On peut entendre par “salaire minimum” la somme minimum qui doit être versée au travailleur pour le travail effectué ou les services rendus au cours d’un laps de temps déterminé, quel que soit son mode de calcul, à l’heure ou au rendement, au-dessous de laquelle il est interdit de descendre, tant dans un contrat individuel que dans une convention collective, qui est garantie par la loi et qui peut être fixée de manière à permettre au travailleur et à sa famille de subvenir à leurs besoins essentiels compte tenu de la situation économique et sociale du pays. » (BIT, 2014) Il est donc très difficile de comparer la valeur absolue du salaire minimum entre les pays, néanmoins, le rapport entre le salaire minimum et le salaire moyen au sein de chaque économie est utilisé pour les comparaisons internationales.

34 Ces ratios sont des approximations, car la plupart des pays se caractérisent par des exceptions nationales, régionales ou étatiques. Néanmoins, ces cas spéciaux ne devraient guère affecter le ratio. Dans le cas de l’Inde, il s’agit de l’État Fédéral ; il existe des taux propres aux États mais ils ne devraient pas être supérieurs au taux fédéral ; des taux spécifiques peuvent être fixés pour les adolescents (14-18 ans) et les enfants (moins de 14 ans). Pour la Russie il s’agit du taux national, il existe des taux régionaux. Pour la Chine, le chiffre est la moyenne de 286 villes.

35 Weisbrot et al. (2007).

36 Lustig & McLeod (2011) analysent un échantillon de 18 pays d’Amérique latine. Ils concluent qu’il y a un impact important du changement de régimes politiques sur la diminution de la pauvreté et des inégalités. Ils estiment que la diminution de la pauvreté et des inégalités coïncide avec la montée des gouvernements de gauche en Argentine, en Bolivie, au Brésil, au Chili, en Équateur, en Uruguay et au Venezuela. Cornia (2012, p. 7) arrive à la même conclusion, et estime qu’entre 2002 et 2009/10, les inégalités ont diminué en Amérique latine.

37 Nous pouvons citer par exemple le travail d’Izumov & Claxon (2009) : les auteurs font une classification des modèles capitalistes issus de la désintégration du bloc soviétique et des conséquences sur la répartition des revenus pour la période 1992-2003. Ils se basent sur certains faits stylisés du système politique et économique, et élaborent trois modèles de capitalisme : 1) le capitalisme démocratique ; 2) le capitalisme autocratique ; 3) le capitalisme de clans. Des faits stylisés concernant le marché du travail (protection des salariés, allocations sociales, etc.) et les politiques macroéconomiques et de redistribution (réformes économiques, politiques monétaire et budgétaire), correspondent à chaque modèle. Nous pouvons mentionner également le travail de Salama (2006), qui fait une comparaison entre les pays de l’Amérique latine et les pays d’Asie. L’auteur met l’accent sur le rôle de l’État et les divers modes d’ouverture des économies émergentes dans la mondialisation. Ou encore, Porras (2013) sur une comparaison entre la Russie, la Tchéquie et la Hongrie dans la transformation post-socialiste, où quatre dimensions sont étudiées de manière approfondie : les conditions initiales, la stratégie de transformation, les politiques concrètes dans le marché du travail et le rôle de l’État dans la redistribution des revenus.

38 Il faut cependant prendre avec précaution les chiffres de croissance en Inde. Certains économistes doutent de la véracité des chiffres de croissance indienne et s’interrogent sur les divergences entre les enquêtes sur la consommation des ménages menées par le gouvernement et les mesures officielles de cette même consommation qui sont prises en compte dans le calcul du PIB. Voir par exemple l’article d’Angus Deaton dans le journal The Hindu le 17 octobre 2015. L’économiste signale un « gonflement » de chiffres officiels dans un pays où « […] la croissance est devenue un drapeau qui donne des ailes aux récents gouvernements indiens ».

39 FMI (2015).

40 Enjeux tels que le déséquilibre entre les sexes et le vieillissement de la population, résultat en partie de la politique de l’enfant unique appliquée à partir de 1978 et qui vient de prendre fin.

41 Un quart des recettes du budget sert à payer les intérêts de l’endettement public interne, limitant les marges de manœuvre pour relancer la croissance et pour subvenir aux besoins sociaux très pressants notamment en raison de l’étendue de la pauvreté.

42 Pour une analyse détaillée des limites et contradictions des modèles des pays émergents, voir Salama (2014).

43 L’Inde est le pays où ces efforts restent très limités, comme nous l’avons observé dans cet article. Amartya Sen le résume de la façon suivante : « L’Inde est le seul pays qui a essayé – et continue d’essayer – de devenir un géant économique avec une force de travail massivement dépourvue d’éducation et des soins… Je pense que c’est un échec majeur de la stratégie économique indienne ». (Cité par Eve Charrin, « Inde, une croissance inéquitable », Alternatives Économiques, no 346, mai 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Commerce des marchandises des certains pays émergents (Part en pourcentage du commerce mondial, 1980 et 2011
Légende ٭ex-U.R.S.S
Crédits Source : OMC, Rapport sur le commerce mondial 2013
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 2. Poids des exportations des BRICS dans le commerce mondial, 2013
Crédits Source : OMC, Profils commerciaux 2014
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Titre Graphique 1. PIB par habitant comparé à la médiane de la moitié supérieure des pays de l’OCDE (en PPA constants de 2005, en pourcentage)
Crédits Source : OCDE (2012)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 2. Produit intérieur brut par habitant en PPA, 1990-2010 (Dollars constants de 2005)
Crédits Source : Banque mondiale
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique 3. Évolution du PIB : taux de croissance annuel, 1990-2014 (prix constants, pourcentage)
Crédits Source : FMI (2015)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 3. PIB : taux de croissance annuel moyen en volume, 1990-2014 (en pourcentage)
Crédits Source : FMI (2015)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 4. Évolution des niveaux d’inégalité de revenus - coefficient de Gini7 du revenu des ménages (1993-20088)
Crédits Source : Base de données OCDE-UE sauf pour la Chine (1985) et la Russie (1989) dont les données proviennent de la base de données de la Banque Mondiale
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique 5. Répartition des revenus des ménages par quintiles٭ (Pourcentage, 1990 et début des années 2000)
Légende ٭Le pourcentage du revenu qui revient aux 20 % des habitants les plus riches et aux 20 % des habitants les plus pauvres. Il se peut que la somme des parts par quintile ne corresponde pas à 100 à cause de l’arrondissement.
Crédits Source : Les indicateurs de développement dans le monde, WDI Banque mondiale (basé sur les enquêtes nationales de revenus des ménages [Income Households Surveys-IHS] les plus récentes pour chaque pays)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-8.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphique 6. Coefficient de Gini du revenu par habitant*
Légende Note : Dans le cas de l’Inde il s’agit de données sur la consommation. Les chiffres se rapportent aux années 1993 et 2005 pour la Chine ; 1994 et 2005 pour l’Inde ;1993 et 2008 pour l’Afrique du Sud.
Crédits Source : Base de données OCDE-UE
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-9.png
Fichier image/png, 24k
Titre Tableau 4. Taux de pauvreté extrême (seuil de 1,25 dollar par jour PPA, en pourcentage)
Légende ٭Données pour 2010 et non 2009
Crédits Source : Base de données de la Banque mondiale
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-10.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 7. Évolution des niveaux de pauvreté (1990-2010) - Pourcentage de la population se trouvant sous le seuil de 2 $ par jour
Crédits Source : Élaboration propre, Base de données de la Banque mondiale
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-11.png
Fichier image/png, 26k
Titre Graphique 8. PIB par habitant et pauvreté, 2009/2011
Crédits Source : Élaboration propre, base de données de la Banque mondiale
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-12.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 5. Indicateurs du développement humain, 1990-20129
Crédits Source : PNUD (2013)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-13.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 9. Chine : Coefficient de Gini rural, urbain et national, 1985-2000
Crédits Source : Ravaillon & Chen (2007, p. 20)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-14.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 10. Afrique du Sud : taux de chômage par groupes 1995-2005 (en pourcentage)
Crédits Source : Leibbrandt et al. (2007, p. 26)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-15.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 11. Incidence de l’emploi à bas salaires en Afrique du Sud, 2007 (en pourcentage)
Crédits Source : BIT (2011)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-16.png
Fichier image/png, 12k
Titre Graphique 12. Salaire minimum comme pourcentage du salaire moyen 200934
Crédits Source : OCDE (2012)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11480/img-17.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laila Porras, « Croissance, inégalités et pauvreté au sein des pays émergents : le cas des BRICS », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 22 décembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/11480

Haut de page

Auteur

Laila Porras

Docteure en économie à l’université Paris Diderot, Membre du LADYSS, Membre associé du CEMI (EHESS), chargée de cours à l’ESSCA/ESCE, laila.porras@ESSCA.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page