Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Des fondements théoriques du néo-surtravail : réponse à la note critique de Benoît Giry

Guillaume Tiffon
p. 1-5

Notes de l’auteur

Cette note est une réponse à Benoît Giry, à propos de sa recension de l’ouvrage de Guillaume Tiffon, La mise au travail des clients, Paris, Economica, 2013 ; Benoît Giry, « À propos de la théorie du néo-surtravail », Revue de la Régulation, no 17, 1er semestre / Spring 2015.

Texte intégral

1Dans une note critique, parue dans le numéro 17 de la Revue de la Régulation (Giry, 2015), Benoît Giry analyse méticuleusement la « théorie du néo-surtravail » exposée dans La mise au travail des clients, livre tiré de ma thèse de doctorat de Sociologie (Tiffon, 2009) et paru chez Economica en 2013 (Tiffon, 2013). Les objections formulées à l’encontre de mon travail reposent sur une lecture serrée de celui-ci, et renvoient à des débats théoriques qui questionnent les fondements mêmes de la thèse défendue dans ce livre.

2Stimulante, quelque fois virulente, cette note critique amorce une controverse théorique, qui appelle, me semble-t-il, une réponse de ma part. Je reviendrai pour ce faire sur ce que je considère comme ses cinq principales objections :

  1. le problème de la transformation de la valeur en prix, déjà présent chez Marx, qui me placerait, selon lui, dans une « impasse logique » ;

  2. les limites de ce qu’il présente comme ma « démonstration arithmétique » ;

  3. la distinction infondée que je ferais entre travail vivant et travail mort ;

  4. la supposée « confusion » opérée entre travail vivant et travail abstrait ;

  5. et enfin, la lecture « circulaire », au sens de tautologique, qu’il fait de ma démonstration.

1. Le problème de « la transformation de la valeur en prix », ou l’impasse du « ou bien, ou bien »

3Après avoir présenté la théorie du néo-surtravail, Benoît Giry revient sur la théorie de la valeur de Marx et les questions que soulève la transformation de la valeur en prix, afin de montrer qu’il n’existe que deux interprétations possibles de cette théorie :

  • ou bien « la valeur du travail [est] fixée avant sa mise sur le marché, auquel cas la quantité de travail abstrait détermine le prix. Le travail abstrait produit une valeur d’échange, qui existe en dehors du marché, qui préexiste à l’échange en tant que valeur “potentielle”, que l’achat “réalise” » ;

  • ou bien « la valeur du travail abstrait [est] fixée a posteriori, lors de l’acte d’achat : en ce cas, le prix détermine la quantité de travail abstrait ».

4Le fait de ne pas me positionner dans ce débat me placerait, selon lui, dans une « impasse logique ». Je considère au contraire que c’est précisément en refusant cette lecture dichotomique de Marx que j’évite cet écueil. À mes yeux, s’il y a bien une impasse, c’est surtout celle qui consiste à imposer de choisir entre ces deux interprétations, alors même que chacune d’elles, à mon sens, pose problème et rend très mal compte de la pensée de Marx.

5Dans la seconde interprétation, le marché est au cœur de la théorie : il détermine non seulement le prix, mais la quantité de travail abstrait, en fin de compte, socialement nécessaire pour produire une marchandise. Autrement dit, ce n’est pas la production — la quantité de travail abstrait — mais le marché qui, in fine, détermine la valeur. Or, si le marché détermine la valeur, fondamentalement, la théorie de la valeur travail n’a plus aucune raison d’être. Et toute l’élaboration théorique marxienne de l’exploitation se retrouve sans fondements.

6Quant à la première interprétation, elle pose elle aussi problème : d’abord, parce que d’après cette lecture le marché ne fait que « réaliser » la valeur déjà contenue dans la marchandise ; alors qu’il paraît difficilement contestable qu’une partie du travail abstrait engagé dans la production se retrouve invalidée a posteriori par le marché (sous forme d’invendus, de capacités de production inutilisées, etc.) et que, par conséquent, la quantité de travail (abstrait) socialement nécessaire à la production d’une marchandise — sa valeur donc — dépend pour partie du marché.

7Sur ce point, plutôt que de choisir entre ces deux interprétations, je préfère adopter une lecture dynamique de la théorie de la valeur de Marx : dans un premier temps, les entreprises, fortes de leurs productions passées et de leur connaissance du marché, essaient d’anticiper ce que ce dernier va « valider » et engagent du travail abstrait dans la production d’une marchandise. Ce temps de travail abstrait engagé dans la production va déterminer a priori « dans les grandes lignes » la valeur de cette marchandise. Mais dans un second temps, la valeur moyenne, validée a posteriori par le marché, va légèrement différer de la valeur anticipée, et « graviter » autour d’elle (en fonction des stocks d’invendus, des capacités de production inutilisées, etc.). C’est parce que la quantité de travail abstrait engagée au début du processus de production est elle-même le résultat de ventes antérieures, que la valeur « individuelle » engagée dans la production d’une marchandise, dans une entreprise donnée, gravite autour de la valeur moyenne, finalement constatée, une fois cette marchandise mise sur le marché. Ainsi, la valeur reste fondamentalement déterminée par la quantité de travail abstrait, ce qui n’exclut pas pour autant que, sur le marché, valeur « individuelle » et valeur moyenne puissent graviter l’une autour de l’autre, grâce aux (ré)ajustements constants opérés par les entreprises en fonction des ventes réalisées antérieurement.

8Plus problématique : Benoît Giry semble confondre « valeur » et « valeur d’échange » et faire comme si, dans cette interprétation, les prix étaient exclusivement déterminés par la quantité de travail abstrait, au même titre que la valeur. Il écrit : « Le travail abstrait produit une valeur d’échange, qui existe en dehors du marché, qui préexiste à l’échange en tant que valeur « potentielle » (Giry, 2015 ; p. 7), que l’achat « réalise » ». Ou encore : « la conception (1) implique que les prix soient fixés par la quantité de travail en amont de l’échange. » (p. 9) Or, de même que valeur individuelle engagée a priori et valeur moyenne constatée a posteriori gravitent l’une autour de l’autre, de même le prix ne correspond pas exactement à la valeur. Il fluctue sur le marché, en fonction de l’offre et la demande, sans pour autant être déconnecté de la valeur, puisque, avec la concurrence, les prix sont amenés à graviter autour de cette dernière.

9Loin de constituer une « impasse », cette lecture de Marx permet au contraire d’éviter l’obstacle sur lequel butte manifestement Benoît Giry, en ne parvenant pas à concevoir cette gravitation des prix autour de la valeur. Pour lui, ou bien le travail abstrait détermine la valeur, et la valeur d’échange – le prix – est « fixée en amont de l’échange », avant même que la marchandise ne soit introduite sur le marché ; ou bien le marché détermine et le prix, et la valeur. À vouloir sortir Marx d’une « ambiguïté » (p. 8), il caricature sa pensée et l’appauvrit. Là est l’impasse.

2. La théorie du néo-surtravail ne se réduit pas à une équation

10Dans sa note critique, Benoît Giry évoque une « démonstration arithmétique », sur laquelle il revient longuement, comme s’il s’agissait d’un élément central de la théorie du néo-surtravail. Or, si on trouve bien dans mon livre un exemple chiffré, je n’y démontre rien. En tant que sociologue, ma démarche est toute autre : c’est à partir d’une enquête de terrain que j’ai établi un certain nombre de constats empiriques, que j’ai ensuite formalisés dans des concepts, qui, articulés les uns aux autres, font système et constituent en cela une théorie, que j’illustre, en effet, sur deux pages par un exemple chiffré, à des fins « pédagogiques » et « illustratives », plutôt que comme un élément clé de la démonstration. À vrai dire même, compte tenu de mes compétences arithmétiques, je schématise grandement ce qui est dit par ailleurs de façon bien plus étayée dans le texte. Par exemple, la « valeur d’échange » de la force de travail des clients ne saurait se réduire à la baisse des prix évoquée dans l’exemple chiffré. Une section entière du livre y est consacrée. J’y aborde notamment les formes de rétribution symbolique et pratique (gains de temps, affranchissement des contraintes temporelles et spatiales de consommation,  etc.), qui rendent acceptable cette mise au travail des clients. Plus encore : j’y montre que plus ces aspects pratiques et symboliques sont perceptibles par les clients, moins les entreprises ont besoin de baisser leurs prix pour obtenir leur consentement.

11Autrement dit, il me semble important de rappeler le statut de cet exemple, qui n’a pas vocation à démontrer quoi que ce soit (les chiffres sont virtuels), ni à réduire la théorie à une simple équation. Il faut bien dissocier les deux : les limites de l’équation, qui reste très sommaire, ne sont pas celles de la théorie.

3. Le travail vivant n’est pas du travail mort…

12Sur le fond, Benoît Giry ne conteste pas les constats empiriques sur lesquels s’établit la théorie du néo-surtravail. Ce qu’il conteste, c’est l’interprétation qui en est faite :

Il peut paraître […] relativement indéniable, d’un point de vue empirique, que cette extraction de plus-value extra ou ce « surprofit » soit conditionné par l’augmentation de la productivité du travail permise par la « contre-externalisation », cette « mise au travail des clients ». Est-ce suffisant cependant pour affirmer, à la manière de Tiffon, que cette plus-value extra est « nouvelle » parce que le levier permettant l’augmentation de la productivité est différent de ceux qu’envisageait Marx ? Plus encore, est-ce suffisant pour prétendre que cet excédent de valeur a été produit par le travail du client et en conclure que ledit travail est productif ? Après tout, lorsque Marx observe une augmentation de productivité générée par l’introduction d’une nouvelle machine et permettant une plus-value extra, il n’en conclut pas, pour autant, que la machine est productrice de plus-value. (Giry, 2015, p. 11)

13Benoît Giry se prend ici les pieds dans le tapis. À mettre sur le même niveau travail mort et travail vivant, il compare ce qui, dans la langue de Marx, est fondamentalement différent. La grande différence entre la réduction du temps de travail nécessaire par l’introduction de machines et la mise au travail des clients, c’est que, dans un cas, l’homme est remplacé par une machine – du travail mort donc, qui par définition, ne saurait produire plus de valeur qu’il n’en contient, et donc, créer de la plus-value – ; alors que, dans l’autre, ce sont des clients – des humains – qui prennent en charge une partie du travail jusque-là réalisé par des salariés. Empiriquement comme théoriquement, il s’agit de deux mécanismes fondamentalement différents. Chacun en conviendra.

14Mais ce n’est pas cela qui « m’autorise » (Id.) à considérer la contribution des clients comme un travail, qui plus est, un travail productif, créateur de valeur. Car, comme le souligne fort justement Benoît Giry, ce qui est au fondement de la valeur, ce n’est pas le « travail vivant », mais le « travail abstrait » (p. 10). Sur ce point, nous sommes évidemment d’accord.

15Ce que s’obstine donc à ne pas voir Benoît Giry, c’est que la contribution des clients ne devient un travail productif, créateur de valeur, que dans la mesure où elle devient un travail abstrait. Il est tellement convaincu (par convention ?) que la contribution des clients ne peut être du travail abstrait qu’il en vient même à soutenir qu’il s’agit, au fond, d’un processus « classique » d’intensification du travail (p. 11). Tant pis, donc, si, sur le plan empirique, cette intensification n’est pas ordinaire ; si, concrètement, ces gains de productivité résultent d’une externalisation de tâches auprès des clients ; si, en fait, c’est justement parce que ces derniers prennent en charge une partie du travail que, vu de loin, les salariés donnent l’impression de « faire la même chose » en moins de temps. La théorie ne permettant pas de saisir le phénomène, faisons comme s’il n’existait pas…

4. L’abstraction du travail concret des clients

16Mais répondons à la question de fond : la contribution des clients correspond-elle à du travail abstrait ? Et si oui, en quoi ? Au risque de décevoir, la réponse n’est pas binaire : cela dépend ; elle change de nature selon les cas. Pour le montrer, je repartirai de la coproduction, c’est-à-dire du fait que les clients contribuent forcément à la production du service, ne serait-ce que pour formuler leur demande, co-construire le diagnostic de leur « problème », ou donner accès au support même de la prestation, qu’il s’agisse d’eux-mêmes (leur corps ou leur esprit) ou d’un bien qu’ils possèdent ou utilisent (notamment : Gadrey, 1992). Cette activité concrète, qui produit de la valeur d’usage, et participe directement de la qualité de service, peut, nous semble-t-il, être légitimement assimilée à du « travail concret ». La valeur d’usage d’un cours, par exemple, ne dépend pas seulement de l’enseignant et des infrastructures dans lesquelles il intervient. Elle dépend aussi, parfois même avant tout, de l’élève, de son attention, de ses compétences antérieures sur le sujet, de son travail personnel entre chaque séance, etc. De même, la valeur d’usage d’un concert dépend, en partie, parfois même grandement, des (autres) spectateurs et de l’ambiance dans la salle. Bref, structurellement, la contribution des clients participe de la valeur d’usage du service.

17Néanmoins, à ce stade de la démonstration, cette contribution est non marchande : la valeur de la « prestation » s’établit « classiquement » selon le temps de travail (vivant et/ou mort) socialement nécessaire à sa production (c + v + pl) ; la contribution des clients y entre nullement dans le calcul. À ce stade, elle est donc non marchande, hors-prestation, et ne saurait être assimilée à du « travail abstrait ».

18En revanche, lorsque par une innovation de procédé de service, des clients prennent en charge des tâches jusque-là assurées par des salariés, et que, dans un premier temps au moins, les prix ne baissent pas, ou partiellement, cela signifie que leur contribution entre dans le calcul de la valeur de la prestation. En cela, elle devient marchande. Plus encore, étant socialement encadrée, prescrite et égalisée par les procédures techniques et organisationnelles qui la rendent possible, elle devient un « travail abstrait ». En effet, ces tâches, initialement réalisées par des salariés et intégrées dans le calcul du temps de travail socialement nécessaire à la production de la « prestation », restent marchandes tant que les prix ne baissent pas, ou du moins, tant que les prix ne baissent pas au point que la plus-value extra ainsi réalisée ne disparaisse. Autrement dit, si les mécanismes de concurrence fonctionnent – ce qui n’est pas toujours le cas –, à terme, cette contribution va redevenir non-marchande, hors prestation, et donc, que du travail concret, non pris en compte dans le calcul de la valeur de la prestation, lorsque, avec la baisse des prix, la plus-value extra, qui est une sorte de prime à l’innovation, disparaîtra.

19Contrairement à ce que s’évertue à écrire Benoît Giry, la théorie du néo-surtravail ne se réduit donc pas à un constat empirique. Le fait que la contribution des clients soit un « travail vivant » est une condition nécessaire, mais non suffisante : pour qu’elle devienne un travail productif, source de plus-value, il faut également qu’elle devienne un travail abstrait, qui entre dans le calcul de la valeur de la prestation.

5. Sortir d’une lecture circulaire de la théorie du néo-surtravail

20Pour finir, Benoît Giry tire une dernière flèche : mon raisonnement serait circulaire, au sens de tautologique. Loin d’être démontrée, la mise au travail des clients tiendrait en fait à un postulat de départ :

Il parait clair […] que la théorie du néo-surtravail telle qu’elle est exposée par Tiffon n’a pas pour vocation de démontrer que le client travaille : elle prend cette proposition pour postulat. Le travail y est en quelque sorte à l’origine (lors de la mise en ligne du schéma de la marchandise service) et à la conclusion (lors de l’imputation de la néo plus-value extra au travail du client) puisqu’il est logiquement nécessaire, pour démontrer son caractère productif, que le client travaille : sans cela, les 2 euros de la démonstration ne sauraient lui être attribués. De ce point de vue, le raisonnement est purement circulaire. (Giry, 2015, p. 12)

21Je récuse catégoriquement cette idée. Ce que Benoît Giry présente comme un postulat de départ – qui, par définition, ne serait pas démontré – est en fait rien de moins que le constat, empirique et théorique, que partagent tous les spécialistes des services (économistes, sociologues, ergonomes, psychologues du travail et gestionnaires), à savoir que les services impliquent une « coproduction ». La seule interprétation que je fais, et encore, elle est déjà présente dans nombre de travaux sur les services, c’est que les clients, par leur coproduction, contribuent, parfois même de manière non négligeable, à la production de la valeur d’usage du service. En cela, comme je viens de le rappeler dans la partie précédente, l’activité déployée par les clients, bien qu’elle soit non marchande et hors-prestation, peut être assimilée à du travail concret. Mais ce n’est pas pour autant que je considère d’emblée qu’il s’agit d’un travail abstrait, et que toute activité réalisée par les clients constitue un travail productif, créateur de plus-value. Je n’ai jamais écrit ou laisser entendre cela ! Ce que j’ajoute au constat empirique des spécialistes de la coproduction, c’est une interprétation économique de celle-ci : en me réappropriant la théorie de l’exploitation de Marx, je montre que, dans certains cas, les clients sont enjoints à participer au processus de production de la plus-value extra.

  • 1 En référence notamment à Jacques Bidet qui propose de renommer la plus-value extra : « plus-value d (...)

22Ce que Benoit Giry semble donc ne pas voir, et que j’espère avoir clarifié dans cet article, c’est que la contribution des clients change de nature entre mon point de départ (chapitre I), où elle n’est qu’un travail concret, non marchand et hors prestation, qui ne produit que de la valeur d’usage, et mon point d’arrivée, la théorie du néo-surtravail (chapitre VI), où là, sous certaines conditions, elle devient également un travail abstrait, à l’origine d’une plus-value extra, qui a ceci de particulier qu’elle ne résulte pas seulement d’un avantage concurrentiel1, mais d’un travail des clients, qui, pour un temps, devient abstrait et producteur de plus-value.

23Ce qui est circulaire, en somme, c’est moins mon raisonnement que la lecture qu’en fait Benoît Giry : en ne voyant pas la différence que j’opère entre travail concret et travail abstrait des clients, il confond logiquement le point de départ et le point d’arrivée de la démonstration. Une fois le livre refermé, il ne reste plus qu’à le relire…

Tiffon, G. (2013), La mise au travail des clients, Paris, Economica.

Haut de page

Bibliographie

Bidet, J. (2004), Explication et reconstruction du capital, Paris, Puf.

Gadrey, J. (1992), Socio-économie des services, Paris, La Découverte.

Giry, B. (2015), « À propos de la théorie du néo-surtravail. La théorie de la valeur permet-elle de démontrer le caractère productif du « travail » du client ? », Revue de la Régulation, no 17.

Tiffon, G. (2009), La création de valeur par le client, Thèse de doctorat de sociologie, université Evry-Val-d’Essonne.

Haut de page

Notes

1 En référence notamment à Jacques Bidet qui propose de renommer la plus-value extra : « plus-value différentielle » (Bidet, 2004)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Tiffon, « Des fondements théoriques du néo-surtravail : réponse à la note critique de Benoît Giry », Revue de la régulation, 18 | -1, 1-5.

Référence électronique

Guillaume Tiffon, « Des fondements théoriques du néo-surtravail : réponse à la note critique de Benoît Giry », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 22 décembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11420

Haut de page

Auteur

Guillaume Tiffon

Maître de conférences, université Evry-Val-d’Essonne, Centre Pierre Naville, Centre d’Études de l’Emploi, guillaume.tiffon@univ-evry.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page