Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le dossier qui compose le cœur de ce numéro 18 constitue une nouvelle contribution à une économie politique qui s’ancre dans des terrains, des réalités, des objets et des méthodes variés, bien au-delà des approches en termes de régulation. En rassemblant des contributions sur les différentes formes, modalités et pratiques de Contestations monétaires, le dossier contribue à une économie politique de la monnaie qui est déjà solidement construite, comme le rappellent Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, coordonnateurs du dossier, dans leur introduction. L’entrée par les contestations donne au(x) programme(s) institutionnaliste(s) sur la monnaie un relief particulier, en ce qu’elle situe le débat sur la pluralité des monnaies (et des approches) et sur la contestation comme fait et enjeu de nature politique. La notion de contestation prend ainsi corps tant à l’échelle internationale (Benjamin J. Cohen sur le dollar, Frédéric Lordon sur l’Euro), entre monnaies dominantes, que de la part de nouveaux hégémons en puissance (y compris le bitcoin d’un certain point de vue : Ludovic Desmedt et Odile Lakomski-Laguerre, Alain Laurent et Virginie Monvoisin), mais aussi à l’échelle nationale (Pierre Alary à propos du Laos, Ramine Motamed-Nejad en Iran) ainsi que de la part de monnaies locales ou sociales (Georgina Gomez en Argentine, Jérôme Blanc sur les monnaies associatives, Guillaume Vallet sur le WIR, Celina Whitaker à partir du SOL et de son expérience de terrain). Le dossier s’intéresse donc à différents registres de contestation qui ne constituent pas nécessairement une lutte d’hégémonie. Il y a ainsi une ambivalence des monnaies complémentaires qui peuvent contribuer à contester l’ordre existant ou, au contraire, à le renforcer en contenant la contestation. On l’aura compris, ce dossier d’économie politique du fait monétaire s’inscrit dans une contestation de la pensée standard de la monnaie (André Orléan). Plusieurs notes de lecture très détaillées sur des ouvrages forts sont directement associées à ce dossier : David Cayla sur David Graber, Dette : 5000 ans d’histoire, Adrien Faudot sur Frédéric Lordon, La Malfaçon, Tristan Dissaux sur Jean-Michel Servet, La vraie révolution du microcrédit. La note sur Servet conclut sur l’intérêt d’un recours à Ostrom et aux communs qui permet une belle transition avec la note de Pascal Grouiez sur l’ouvrage dirigé par Benjamin Coriat, Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, laquelle note constitue un écho au dossier Autour d’Ostrom qu’il avait précédemment co-dirigé dans la Revue.

2En complément du dossier, plusieurs débats déjà riches sont nourris par de nouvelles contributions.

3À propos du concept de néo-surtravail qu’on trouvait dans la note de lecture de Benoît Giry sur Guillaume Tiffon, ce-dernier répond dans une note visant à défendre sa thèse du travail du client comme surtravail. Francisco Serranito, de son point de vue, montre que les politiques économiques de la Troïka n’ont pas tenu leur objectif. Un débat est lancé autour d’Imperium de Frédéric Lordon, à propos duquel Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent une longue note, confrontant l’ouvrage et la question de la souveraineté à leur économie politique néoréaliste. Enfin autour des BRICS, Laila Porras dresse un état des travaux sur inégalités et pauvreté et Julien Vercueil propose deux notes sur deux beaux ouvrages collectifs, soulignant le dynamisme des recherches sur les Capitalismes asiatiques (Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai) ou plus spécifiquement sur la Chine et l’Inde (Jean-François Huchet, Xavier Richet et Joël Ruet), prolongeant les dossiers (no 13, 2013 et no 15, 2014) que nous avons précédemment publiés sur l’économie politique de l’Asie.

4À la suite de son article sur les outils de régulation des externalités liées aux émissions de gaz à effet de serre publié en avant-première, afin de contribuer aux débats lors de la COP21, Nathalie Berta propose de continuer cette discussion en partant de l’ouvrage de Michel Damian, Les chemins infinis de la décarbonisation. Neuf questions clés pour la COP21.

5Ce faisant, la Revue de la Régulation entend poursuivre non seulement sa contribution régulière aux discussions scientifiques en cours sur ces sujets, mais également son activité de diffusion des idées académiques vers les cercles de réflexion citoyens et politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11418

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page