Navigation – Plan du site
Notes de lecture

L’Asie orientale au révélateur régulationniste

Julien Vercueil
p. 1-12
Référence(s) :

Robert Boyer, Hiroyasu Uemura, Akinori Isogai (Dir.), Capitalismes asiatiques. Diversité et transformations, Presses universitaires de Rennes, 2015, 463 pages

Texte intégral

L’auteur remercie les membres du comité de rédaction pour leur relecture attentive d’une première version de cette note. Il reste néanmoins responsable des erreurs qui pourraient subsister.

1L’influence grandissante de l’Asie sur la marche de l’économie mondiale est suffisamment évidente pour qu’on puisse se féliciter de la parution d’un ouvrage en français consacré à l’analyse des transformations qu’elle implique. Un autre motif de satisfaction est que les auteurs de l’ouvrage ne tombent pas dans la facilité consistant à presser quelques boutons d’un logiciel économétrique standard pour en tirer des conclusions qui seront oubliées à peine formulées. Ils proposent au contraire des études théoriques et empiriques exigeantes empruntées à l’approche en termes de régulation, qui supposent en amont un travail d’enquêtes, de recoupement critique des données, de réflexion modélisatrice complexe et itérative, et aboutissent à des analyses riches en propositions, en idées et en suggestions de recherches futures.

2L’ouvrage dont il est question ici est la traduction française d’un livre collectif paru en anglais en 2014, dirigé par Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai, traduit en français sous la direction d’Elsa Lafaye de Micheaux et Daniel Toudic, et augmenté, pour l’occasion, d’un avant-propos de Robert Boyer. Intitulé Capitalismes Asiatiques. Diversité et transformations, il se concentre dans les faits sur trois pays d’Asie orientale : le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Quelques auteurs intègrent davantage de pays dans leur analyse comparative, mais la colonne vertébrale de l’ouvrage est constituée de ce triptyque : six chapitres sont consacrés au Japon, quatre à la Chine et deux à la Corée du Sud. Deux autres chapitres tentent une caractérisation comparative des capitalismes asiatiques. Les deux derniers proposent une réflexion sur les conditions de l’approfondissement d’une intégration économique et monétaire de la région. L’ensemble est encadré d’une introduction et d’une conclusion écrites par les trois directeurs de l’ouvrage.

3Pour passer en revue les 18 chapitres de ce volume de 463 pages, nous retiendrons cinq thèmes transversaux qui nous ont paru particulièrement intéressants : l’impact des politiques de libéralisation qui ont suivi la crise asiatique, les transformations du système productif, le développement des inégalités de revenus, les formes d’intégration économique régionale et les fondements possibles de modes de régulation stabilisés pour la région.

1. Les réponses à la crise asiatique - et leurs effets

4La plupart des gouvernements ont répondu à la crise de 1997-1998 par des politiques d’inspiration néolibérale. L’objectif de ces politiques a été de remplacer les régulations publiques par des modes de coordination privés dans un grand nombre de domaines. Le rôle des politiques néolibérales est jugé essentiel pour comprendre les transformations récentes des structures économiques du Japon (Lechevalier, p. 76). Dans ce pays, le marché du travail a subi des réformes visant à en augmenter la flexibilité tandis que la financiarisation de l’économie mettait à mal l’adossement des entreprises à des établissements bancaires pourvoyeurs de financements stables. L’emploi de longue durée n’a pas disparu, mais il s’est doublé d’une explosion de formes particulières d’emplois (temporaire, à temps partiel, précaire, etc.) : « Le travail contingent et temporaire est décrit comme un cas d’empilement institutionnel sur la norme d’emploi à vie du marché du travail » (Isogai, p. 71).

5La réduction des emplois, spectaculaire à l’échelle des maisons-mères, l’est moins à l’échelle des groupes dans leur ensemble, car une grande partie de l’emploi a été externalisée (Isogai, p. 62). À l’échelle macroéconomique, cette double évolution se traduit par un découplage de l’évolution de la productivité et des salaires en même temps que le rythme de croissance de la productivité diminue (Hirano, p. 32). Les tensions sociales nouvelles accompagnent ces évolutions :

Mauvaises conditions pour les travailleurs non réguliers et augmentation des inégalités ; système social et de sécurité des personnes défectueux face aux répercussions d’une société vieillissante ; et cercle vicieux entre un mal-être et une demande domestique en sommeil. (Hirano, p. 34)

6La particularité du cas japonais vient de ce que la crise asiatique s’est déclenchée sur fond de « décennie perdue » : les années 1990 ont été celles d’une longue stagnation économique, d’autant plus inattendue qu’elle faisait suite à trois décennies de croissance vive ayant propulsé le Japon au rang de challenger industriel, commercial et même financier des États-Unis. Le « système d’entreprises japonais » (Isogai, p. 45), aussi appelé « compagnie-isme » par certains auteurs de l’ouvrage (Hirano, p. 26-27, Lechevalier, p. 75, Uemura, p. 162), combinait quatre éléments principaux : le financement de la firme par une banque principale, un mode de gouvernance privilégiant les partenaires de long terme, un mode de gestion de la main-d’œuvre reposant sur l’emploi de longue durée et une organisation des opérations privilégiant la stabilité des relations avec le réseau de fournisseurs. Ce « compagnie-isme » soutenait le mode de régulation japonais (au point d’être même confondu avec celui-ci par certains auteurs de l’ouvrage) en lui donnant les moyens de construire des capacités de production et d’innovation compétitives à l’échelle internationale. La « décennie perdue » en a montré les limites : une tendance à la diversification excessive des activités et aux surcapacités (Isogai, p. 50), mais aussi une dérive financière qui a consisté à chercher à tout prix des relais de croissance via l’investissement dans l’immobilier et les marchés de capitaux. L’éclatement de la bulle a conduit l’économie japonaise à une longue cure d’austérité qui a brisé sa croissance. C’est sur cet héritage que la crise asiatique de 1997 s’est abattue.

7Dans un contexte de réformes néolibérales, les entreprises japonaises ont répondu à la crise asiatique en modifiant radicalement leur organisation : il s’agissait de réduire le nombre de sous-traitants et d’augmenter la part de la production réalisée à l’étranger. En même temps, les participations croisées entre grandes entreprises, qui fondaient le noyau d’actionnariat stable caractéristique du capitalisme japonais, ont été détricotées par la financiarisation. La gouvernance d’entreprise par la valeur actionnariale immédiate a ainsi commencé à remplacer la gouvernance antérieure, centrée sur la progression à moyen terme des résultats industriels et commerciaux.

8En Corée du Sud, la crise asiatique a provoqué des bouleversements plus brutaux qu’au Japon : le programme d’assistance du FMI y a laissé sa marque sur les marchés financiers, qui ont été libéralisés, ainsi que sur les modes de financement des entreprises et sur leurs modalités de gestion, dont le mot d’ordre a été la recherche de transparence (Ok et Yang, p. 265). Le système financier, qui était qualifié de « coordonné » (par l’État) avant la crise, est devenu « libéral », aussi bien dans la gestion du crédit domestique que dans son ouverture au reste du monde et dans la gestion du taux de change (Ok et Yang, p. 271). Comme au Japon, l’emploi décroît continûment dans les grandes entreprises alors qu’il augmente dans les PME. L’explication réside non seulement dans les programmes d’externalisation des Chaebols, mais également dans un processus plus large de tertiarisation de l’économie coréenne.

9L’ampleur des transformations réalisées après 1997 dans l’économie coréenne est telle qu’elles sont interprétées par certains auteurs comme un véritable changement de mode de régulation, le capitalisme coréen passant d’un régime fordiste à un « régime hybride » combinant fordisme, capitalisme financiarisé et régime d’accumulation tiré par les connaissances :

Le passage de l’État développeur sous régime dictatorial au néolibéralisme sous régime démocratique et le passage du fordisme à un régime néolibéral hybride constituent les fondements de la deuxième grande transformation du capitalisme coréen. (Kim, p. 299)

2. Les transformations des systèmes productifs

10La crise de 1997, la libéralisation et la mondialisation ont profondément transformé les systèmes productifs asiatiques. Le levier principal de cette transformation est l’internationalisation de l’organisation productive, d’abord au Japon puis en Corée du Sud. Elle a largement bénéficié à la Chine.

11Au Japon, le taux d’accumulation s’est contracté en réaction à la période de suraccumulation qui avait conduit à la bulle de la fin des années 1980. Ce phénomène s’accompagne d’une « désindustrialisation négative », suivant la définition de Rowthorn et Wells (1987) : le recul de la part de l’industrie dans l’activité globale n’est pas lié à une croissance plus rapide de la productivité, mais à une stagnation de la production dans les secteurs industriels eux-mêmes. Les crises de 1997 et de 2008 ont fait chuter à nouveau le taux d’accumulation. Entre-temps, la période de reprise économique de 2002 à 2008 a favorisé l’augmentation de l’utilisation des capacités productives, mais pas celle du ratio production potentielle/capital (Uemura, p. 148). La différenciation des taux de profit s’est accrue : dans l’industrie, c’est la branche des équipements de transport qui tire la moyenne vers le haut. Cette hétérogénéité se confirme si l’on retient la taille comme critère de discrimination : au cours de la dernière décennie, le montant de capital est resté un bon prédicteur de la profitabilité des entreprises, tout comme dans les années 1980 (Ibid., p. 150). Quant à la Corée du Sud, les industries de transformations y ont perdu un cinquième de leurs emplois entre 1992 et 2008 (Ok et Yang, p. 275) tandis que la polarisation s’est accentuée entre une minorité d’entreprises, plutôt grandes, tournées vers l’exportation et une majorité d’entreprises de faible productivité dont l’activité reste dépendante du marché intérieur (Kim, p. 299).

12L’hétérogénéité productive du Japon est spécifiquement étudiée par Sébastien Lechevalier. Les restructurations visant à réduire la taille des têtes de groupe, les changements de la gouvernance d’entreprise, l’écart persistant entre les performances des entreprises sont trois caractéristiques fondamentales des changements intervenus dans le paysage productif japonais qu’il s’agit d’expliquer. L’internationalisation des entreprises semble avoir joué un rôle plus important dans cette « hétérogénéité dynamique » que le facteur technologique, qui aurait plutôt été un facteur limitatif (Lechevalier, p. 82-83). Selon l’auteur, la fin de la « décennie perdue » semble correspondre à l’émergence de nouvelles formes de coordination de cette hétérogénéité dynamique (Ibid., p. 93).

13Dans les années 2000 justement, les multinationales japonaises ont modifié leur organisation productive en transférant des pans entiers de leurs capacités de production (traitement des biens intermédiaires et assemblage des produits) vers les pays à faibles coûts salariaux, particulièrement en Chine, pour les exporter ensuite vers les États-Unis principalement. En 2005, les échanges de biens intermédiaires en Asie orientale comptaient pour 60 % des échanges intrarégionaux, qui représentaient à leur tour 50 % des échanges totaux des pays d’Asie. Mais le ratio d’approvisionnement local des filiales japonaises en Chine a rapidement augmenté, pour atteindre 60 à 80 % en 2007 (Wang, Shrestha, Uemura, p. 187, 197 et 199). Cet indicateur de la montée en gamme de l’industrie chinoise est-il suffisant pour imaginer que la Chine industrielle de demain puisse supplanter le Japon ? Pour apporter des éléments de réponse à cette question, Lei Song s’appuie sur les notions d’« architecture produit » et de « modularisation des processus productifs ». L’« architecture produit » désigne la manière dont les éléments fonctionnels sont reliés aux composants physiques (Ulrich, 1995). Au contraire d’une architecture intégrée, l’architecture modulaire construit des systèmes dans lesquels, à un certain niveau d’agrégation, chaque composant peut être changé sans modifier la structure d’ensemble.

14L’hypothèse principale de Lei Song est que l’architecture modulaire, impulsée par les pays avancés, a facilité la montée en gamme des productions industrielles dans les pays émergents (Song, p. 179-180). Cette hypothèse semble bien étayée : pour amortir leurs frais de Recherche & Développement, les multinationales japonaises et coréennes de l’électronique grand public ont distribué à leurs rivaux chinois les modules de composants, ce qui a accéléré leur rattrapage technologique. De même, dans l’industrie du logiciel les phases de conception, de développement et de maintenance ont été progressivement modularisées puis externalisées, accélérant par là les transferts de technologies permettant la montée en gamme des anciens sous-traitants, qui ont pu s’appuyer sur des modules déjà existants. Mais l’auteur n’extrapole pas pour autant ce résultat à la trajectoire d’ensemble des systèmes industriels émergents en Asie. Au contraire, il conclut de son étude que la tendance à la superposition des architectures produits et organisationnelles pourrait bien, dans certaines industries comme celle des téléviseurs, prendre l’industrie de la Chine au piège de la « modularisation à la chinoise » et plafonner ses capacités technologiques et industrielles (Ibid., p. 182).

3. Le développement des inégalités

15Les politiques néolibérales et les transformations du système productif se sont combinées pour favoriser l’expansion des inégalités de revenus dans la région. S’intéressant aux décennies 1980 et 1990, Hironori Tohyama met en évidence un changement de modèle social au Japon. Dans un espace délimité par la nature de la législation en matière d’emplois et la part des transferts sociaux dans le PIB, il montre que ce pays est passé d’un modèle s’apparentant aux économies socio-démocrates d’Europe continentale à un modèle plus proche des pays anglo-saxons à dominante libérale (Tohyama, p. 99-100). L’utilisation d’un modèle statistique à effets fixes estimé sur quinze pays pour représenter l’impact sur les transferts sociaux des risques économiques, des formes prises par les institutions du marché du travail et de la structure financière, permet à l’auteur d’avancer que la désindustrialisation a bien tendance à pousser les revendications des travailleurs en matière de protection sociale, mais que la transformation des institutions du marché du travail ne peut se substituer aux dépenses sociales. En revanche, l’hypothèse standard d’une substitution des actifs financiers à la protection socialisée n’est pas invalidée par ces tests (Ibid., p. 106).

16Sous l’effet des transformations économiques et institutionnelles qui se sont réalisées durant les vingt dernières années, la fameuse « offensive de printemps » (shuntô) s’est effritée (Yamada et Hirano, p. 62-63). Cet effritement exerce ses effets non seulement sur le processus d’égalisation des salaires entre branches, qui a cessé d’être effectif, mais aussi sur l’augmentation même des salaires, qui s’est considérablement ralentie sous l’effet de la stagnation macroéconomique. La croissance annuelle des salaires est passée de 6 % en moyenne dans les années 1980 à moins de 2 % entre 1999 et 2007, sans distinction de taille d’entreprise (Uni (a), p. 130-133). Cependant, dans certaines circonstances, les entreprises japonaises ont pu jouer un rôle d’amortisseurs d’inégalités de revenus lors des périodes de crise. La part salariale a augmenté durant les périodes de ralentissement économique (1992-2004), ce qui signale un phénomène de rétention de main-d’œuvre, sans doute principalement situé dans les grandes entreprises, même si celles-ci ont recouru à la flexibilisation du travail à partir de la fin des années 1990 (Uemura, p. 145).

17Hiroyuki Uni réfute l’explication donnée par les instituts de recherche proches du gouvernement japonais quant à l’augmentation des inégalités salariales. D’après cette explication, les deux causes de cette augmentation sont la mondialisation et l’irruption d’un changement technique favorisant les travailleurs les plus qualifiés. Les enquêtes quantitatives qu’il utilise montrent en effet que « l’inégalisation des salaires entre les employés de différentes professions et ayant une formation différente n’a pas véritablement contribué à la récente augmentation des inégalités salariales au Japon » (Uni (a), p. 126-127).

18La même observation vaut pour les différences salariales au sein d’un même sexe : malgré l’instauration du salaire au mérite, qui a supplanté après les années 1980 le salaire à l’ancienneté, les inégalités de salaires entre les femmes n’ont pas augmenté, contrairement à celles qui existent entre les hommes. Ceci peut s’expliquer par le fait que la proportion de postes à responsabilité occupés par les femmes est très faible (2 à 8 % suivant la définition du poste, dans les années 2000). À partir de ces observations, l’auteur soutient l’idée que ce sont des facteurs institutionnels qui sont à l’origine de la poussée des inégalités salariales au Japon (Ibid., p. 119-120).

19Wokek Ok et Junho Yang observent en Corée du Sud une évolution similaire à celle que pointaient Hironomi Tohyama et Hiroyuki Uni pour le Japon :

Le régime d’accumulation coréen s’est reposé plus largement sur un nombre restreint de grandes entreprises exportatrices, qui tirent profit d’un contexte commercial néolibéral avec une variabilité accrue du taux de change et un marché du travail plus flexible. (Ok et Yang, p. 204)

20Pour ces auteurs, la différenciation croissante entre l’évolution des salaires dans les PME (stagnation) et dans les grandes entreprises (croissance) renvoie à la prolifération des formes particulières d’emplois qui découle de la polarisation déjà évoquée du système productif, mais aussi d’une segmentation du rapport salarial, caractérisé par un « mélange de législation sur la protection de l’emploi relativement stricte et de syndicats d’entreprise assez fragmentés » : le taux de syndicalisation est plus élevé de 4,6 points dans les industries fortement concentrées, où les firmes leaders privilégient des qualifications plus élevées et sont plus enclines à rechercher la stabilité de l’emploi pour amortir leurs investissements en matière de formation du personnel (Ibid., p. 282).

21Les crises de 1997 et 2008, l’accroissement du chômage, la faiblesse persistante des investissements sociaux et de la protection sociale ainsi que la croissance subséquente des inégalités contribuent à expliquer pourquoi l’on observe, dans un contexte de démocratisation du régime politique de la Corée du Sud, une demande plus vigoureuse en faveur des politiques actives de l’emploi, de l’extension de la formation professionnelle, de la redistribution des revenus et de la limitation de la volatilité des marchés financiers (Kim, p. 299-302, Ok et Yang, p. 287).

4. L’approfondissement possible de l’intégration régionale

22L’intégration économique asiatique a plutôt progressé par le bas que par le haut, par les marchés et les micro-organisations plutôt que par les politiques et les macro-institutions (Jeong, Mazier et Saglio, p. 403). Ce retard du politique sur l’économique s’explique par les différends historiques entre les pays concernés (en particulier le Japon et la Chine, mais ce ne sont pas les seuls pays de la région à éprouver des difficultés à surmonter leurs rivalités pour coopérer) et par l’adoption de positions conflictuelles concernant la protection de leurs industries respectives (Harada et Tokyama, p. 307). La configuration actuelle de l’économie est-asiatique est donc encore aujourd’hui celle d’une mosaïque de combinaisons d’institutions nationales particulières — ce qui fait dire à certains auteurs que la diversité est le paradigme fondamental des capitalismes asiatiques (Ibid., p. 327), alors que la division régionale du travail atteint désormais une profondeur remarquable.

23Dans sa contribution, Hiroshi Nishi prend acte de cette diversité de combinaisons institutionnelles nationales pour proposer un modèle macroéconomique qui entend faire le lien entre structure institutionnelle et cycles économiques. Sa vision de la hiérarchie institutionnelle propre aux capitalismes asiatiques est différente de celle de Robert Boyer, que nous évoquerons plus loin. Elle postule que le régime international est dominant en Asie et qu’il contraint le régime monétaire et les formes de concurrence des économies nationales. Ces derniers définissent à leur tour les conditions d’exercice du rapport salarial, qui est la forme institutionnelle dominée. L’analyse des propriétés du modèle macroéconomique élaboré par Nishi aboutit à trois propositions :

  • Propositions 1 et 2. La stabilité du régime d’accumulation asiatique dépend du degré de substituabilité entre monnaie et actifs financiers. Si la substituabilité est élevée, le régime est instable. Si elle est faible, le régime est plus stable (Nishi, p. 350-351).

  • Proposition 3. La flexibilisation du marché du travail ne stimule pas la croissance économique et ne se traduit que par une horizontalisation de la courbe de Phillips, c’est-à-dire une plus grande sensibilité du chômage aux variations du taux d’inflation et inversement (Ibid., p. 354).

24Cette modélisation bat en brèche l’idée qu’en Asie orientale, on puisse observer rapidement une tendance à la réorientation des modèles de croissance vers le soutien de la demande effective nationale. Au contraire, elle est associée par l’auteur à la configuration institutionnelle de l’économie chinoise, qui montre un écart entre la capacité d’absorption du marché domestique et la production potentielle, déterminant à son tour le degré de dépendance de la croissance nationale envers la dynamique de la demande mondiale. Cette dépendance est maintenue sous contrôle par un contrôle strict des marchés de capitaux, des interventions continues sur le marché des changes et une accumulation gigantesque de réserves en devises par la banque centrale. Mais ce contrôle n’est pas éternel, pour Hiroshi Nishi : » […] le double changement causé par une intégration plus profonde de la Chine à l’économie mondiale et sa financiarisation externe et interne peut créer des dynamiques instables » (Ibid., p. 357).

25Deux autres contributions sont destinées à évaluer les modalités et les conséquences possibles du processus d’intégration économique de l’Asie. Celle de Hiroyuki Uni se concentre sur l’évolution des rapports de productivité entre les secteurs produisant des biens exportables et les secteurs abrités, dans une perspective inspirée de l’approche classique Balassa-Samuelson. À partir de la construction d’un tableau d’entrées - sorties (TES) pour quelques économies européennes concernées par la mise en place du mécanisme de change européen (MCE), les auteurs affirment la pertinence de cette forme d’intégration monétaire lorsque les trajectoires de productivité ne sont pas convergentes. À lire le chapitre en creux, on voit bien les difficultés engendrées par l’instauration d’un régime de changes fixes et irrévocables dans la zone euro, dans de telles circonstances. Le même travail est entrepris pour neuf pays asiatiques et les États-Unis sur des données couvrant la décennie 1990. Si l’on excepte l’initiative de Chiang Mai, la crise de 1997 a conduit les pays d’Asie à réagir individuellement en matière de gestion du flottement de leurs monnaies, solution moins efficace d’un point de vue collectif que pourrait l’être un régime de changes flottants administrés en commun sur le modèle du MCE. Selon Hiroyuki Uni, les principes d’un tel accord monétaire régional pourraient être assez simples :

  • une formule de calcul pour les parités monétaires en termes de coûts unitaires de travail ;

  • une règle de correction des écarts de taux à la cible ainsi déterminée ;

  • une règle d’intervention coordonnée en cas d’attaque spéculative sur une monnaie ;

  • des modes d’intervention sur les marchés des changes définies en commun (Uni (b), p. 383-384).

26Ces conclusions rejoignent celles de Se-Eun Jeong, Jacques Mazier et Sophie Saglio, qui sur la base d’un modèle macroéconomique international calibré sur l’Asie orientale, concluent à la double nécessité d’un régime de changes ajustables pour la région, couplé à « certaines formes de contrôle de capitaux et de taxation des transactions financières » (Jeong, Mazier et Saglio, p. 399). Les obstacles à des formes plus asymétriques d’intégration monétaire régionale, comme un bloc yuan ou un bloc yen, sont aujourd’hui trop importants pour que ces perspectives soient jugées crédibles à moyen terme par les auteurs (Ibid., p. 406).

5. Quels fondements pour de nouveaux modes de régulation ?

27Dans leur introduction commune à l’ouvrage, Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai prennent bien soin de rappeler une hypothèse fondatrice de l’approche régulationniste :

La viabilité d’une économie capitaliste dépend de la capacité des cinq formes institutionnelles [le mode d’action de l’État, le régime monétaire, le rapport salarial, les formes de concurrence et l’insertion internationale] à se fondre dans un régime d’accumulation contrôlé par un mode de régulation approprié. (Boyer, Uemura et Isogai (a), p. 12)

28Ce mantra de tout bon écolier de la régulation n’est pas seulement une figure de style pédagogique. Pris au sérieux, il doit être confronté par le chercheur à la complexité des terrains rencontrés, dans le but de détecter les nouvelles configurations institutionnelles susceptibles d’émerger des rapports sociaux, le plus souvent contradictoires et conflictuels, qui marquent des communautés nationales en mouvement perpétuel.

29C’est ce à quoi s’attachent la plupart des auteurs de ce livre. Dans cet effort, leur point de départ est, classiquement, la crise : celle de 1997 comme nous l’avons vu précédemment, la « décennie perdue » du Japon, ou plus rarement celle de 2008. Car la crise demeure le « grand analyseur » du capitalisme. C’est le moment où les tensions sont libérées, les hiérarchies redéfinies, les édifices institutionnels reconfigurés dans un processus de destruction créatrice dont l’issue n’est jamais connue d’avance, mais qui s’avère déterminante pour les trajectoires futures.

30Qu’ont-elles donc à nous dire, ces grandes crises qui traversent la région, sur les régimes d’accumulation et les modes de régulation des capitalismes asiatiques ?

31Les appréciations des auteurs divergent sur cette question. Dans une approche synthétique des transformations économiques chinoises et leurs conséquences internationales, Robert Boyer pose que le régime d’accumulation chinois est dominé par la concurrence (Boyer, p. 244 et 249). Nous avons vu que telle n’est pas l’analyse de Hiroshi Nishi, qui adopte un point de vue pouvant sembler à certains égards plus intuitif, en faisant du régime international la forme institutionnelle dominante en Chine. L’argumentaire de Robert Boyer pour retourner la hiérarchie consiste à remarquer que si l’ouverture commerciale de la Chine est impressionnante d’un point de vue quantitatif, l’effet taille de la Chine a tendance à masquer l’importance des contrôles exercés par les autorités sur le secteur extérieur, au travers des « entrées de capitaux, de la gestion des normes, des interventions au niveau du marché des changes et de la constitution de réserves importantes afin de prévenir une situation semblable à la crise de 1997 » (Ibid., p. 245). En conséquence, selon l’auteur, « l’ouverture économique est due à la projection du régime d’accumulation sur l’économie mondiale » (Id.), car « la hausse spectaculaire des exportations et l’augmentation de l’excédent commercial jouent un rôle déterminant dans la stabilisation d’un régime de croissance national déséquilibré » (Ibid., p. 248-249), soutenu par des gains de productivités ultrarapides permis par le passage d’une main-d’œuvre agricole à une main-d’œuvre industrielle à forte productivité (Ibid., p. 244). En cela, les conclusions de Robert Boyer rejoignent finalement, et presque paradoxalement celles d’Hiroshi Nishi, pour qui le contrôle des paramètres extérieurs par la puissance publique (État et banque centrale) permet effectivement de contenir les déséquilibres provoqués par l’écart entre capacités de production et capacité d’absorption de l’économie chinoise (Nishi, p. 356-357).

32Ces croisements paradoxaux entre deux visions opposées et pourtant convergentes de la hiérarchie institutionnelle nous semblent significatifs. Ils montrent en effet que l’important, dans l’approche en termes de régulation, n’est pas tant la question des origines, toujours contestables, de la mise en mouvement de l’architecture institutionnelle d’un capitalisme donné à un moment précis, mais bien davantage la compréhension du sens des interactions dynamiques que l’on peut observer entre les modules constitutifs (les « formes institutionnelles » dans le vocabulaire de la régulation) du système économique. Dans le cas de la Chine, le sens donné par les auteurs à la stabilité du régime d’accumulation est celui de la mise en cohérence de deux dynamiques désajustées — celle de l’investissement et celle de la distribution des revenus — qui, livrées à elles-mêmes, auraient rapidement fait capoter l’expansion chinoise. Si l’on suit ces analyses, on doit reconnaître que sans les interventions continues des autorités monétaires et financières chinoises au cours de la décennie 2000, l’appréciation réelle du yuan provoquée par l’accumulation des excédents courants et les entrées de capitaux aurait rapidement annihilé la compétitivité des coûts de production domestiques. Ce faisant, elle aurait bloqué le rythme d’accumulation effréné qui a alimenté son essor tout au long de cet « âge d’or » de l’économie chinoise, mettant à nu ses capacités excédentaires et provoquant un effet d’accordéon proche du type hayékien. Précisément, la fin de la « Chine bon marché » qui se profile actuellement, d’après les analyses de ce fin connaisseur de l’économie chinoise qu’est Guilhem Fabre (2013, 2015), peut augurer d’une nouvelle grande transformation du mode de régulation chinois, jusqu’ici caractérisé par un compromis social implicite que Robert Boyer formule comme suit : « un niveau de vie plus élevé en échange du monopole politique du parti communiste » (Boyer, p. 240).

33Au fil de l’ouvrage, l’expansion de l’économie chinoise dans la décennie 2000 s’impose comme l’un des pivots de la croissance des autres capitalismes est-asiatiques. C’est elle en effet qui a soutenu la reprise de l’économie japonaise après 2002, dont les investissements et les exportations, aidées par la dépréciation relative du yen, ont assuré l’essentiel du regain d’activité durant cette période (Isogai, p. 68). Mais c’est aussi cette expansion qui, par ses effets indirects sur l’augmentation des prix mondiaux des matières premières et son impact direct sur la concurrence internationale des produits et équipements manufacturiers, exerce désormais une pression menaçante sur les équilibres extérieurs de la Corée du Sud et le Japon, qui sont essentiels à leur modèle de croissance (Yamada et Hirano, p. 36, Wang, Shrestha et Uemura, p. 209). On le voit bien à la faveur de l’ouvrage : par sa taille, sa structure et sa dynamique propre, la deuxième économie du monde est désormais en mesure d’imposer des changements institutionnels significatifs à des voisins pourtant plus développés qu’elle. D’où l’intérêt de suivre de près les transformations de l’intégration économique régionale.

34L’autre pivot des modes de régulation est-asiatiques est la crise financière de 2008. La réponse monétaire régionale à cette crise a été le retour à l’ancrage vis-à-vis du dollar, qui a conduit à un regain de sous-évaluation réelle du yuan — et à un moindre degré du yen et du won (Jeong, Mazier et Saglio, p. 395). La crise s’est propagée au Japon par le canal boursier et celui des exportations (Uemura, p. 161-162), montrant que la financiarisation et l’internationalisation accrues des entreprises japonaises, caractéristiques des deux décennies précédentes, ont eu pour conséquence d’accentuer la vulnérabilité de l’économie nationale aux chocs extérieurs. Mais la prise de conscience des dangers d’une libéralisation excessive des marchés financiers a revêtu, au Japon comme ailleurs, un caractère temporaire et n’a en rien remis en cause la domination de la pression actionnariale sur les entreprises. Par conséquent, la politique de flexibilisation de l’emploi menée par les grandes entreprises nipponnes se poursuit, confirmant l’effritement du « compagnie-isme » comme pilier du régime d’accumulation (Isogai, p. 68, Uemura, p. 162). En Corée du Sud, les principales transformations structurelles du système productif avaient déjà eu lieu avant 2008. La crise a provoqué une réduction de l’emploi non salarié et non plus, comme en 1997, une chute des effectifs salariés des grandes entreprises (Ok et Yang, p. 286). Le régime d’accumulation coréen n’a donc pas été affecté par les conséquences de la crise des Subprimes, son mode de régulation encore moins. En Chine, la crise de 2008 a provoqué l’arrêt de la politique de réévaluation progressive du yuan par rapport au dollar et a conduit les autorités à mener une politique de relance par l’investissement en infrastructures sans précédent mondial, qui accentue la tendance à la constitution de surcapacités et que Robert Boyer interprète comme la « résistance du régime de croissance tiré par la concurrence » (Boyer, p. 253). L’auteur remarque qu’il ne sera pas facile de favoriser le basculement de l’économie vers un régime de croissance tourné vers le marché intérieur, car le gouvernement n’a pas la capacité d’agir directement sur la consommation privée :

Dix ans seront nécessaires pour déterminer si la politique menée à partir de 2008 conduira à une simple inflexion du précédent régime socio-économique ou à une bifurcation historique. (Ibid., p. 254)

35Pour conclure, nous pouvons nous interroger avec les auteurs sur les fondements possibles de nouveaux modes de régulation des capitalismes asiatiques, capables de stabiliser, au moins pour un temps, les dynamiques déséquilibrées qui les caractérisent actuellement. Les propositions normatives convergent autour de l’idée que le rapport salarial pourrait constituer le centre d’une refonte de la hiérarchie institutionnelle, contrebalançant l’extraversion du régime d’accumulation des économies de la région. Toshio Yamada et Yasuro Hirano considèrent ainsi que la modification du régime de croissance japonais passe par une augmentation du contenu en valeur ajoutée des exportations et une stimulation de la demande intérieure, dans le cadre d’une économie qui devrait développer son aptitude à solliciter le réseau des PME nationales et des organisations à but non lucratif qui se développent dans des domaines émergents que sont le social et l’environnement (Yamada et Hirano, p. 44). Hyungkee Kim fait de l’innovation un ressort majeur du régime d’accumulation futur de l’économie coréenne, insistant sur la nécessité de politiques actives en faveur de l’emploi qualifié et du développement de la formation professionnelle (Kim, p. 302). Répondant à Hiroyuki Nishi, qui pointe le caractère instable des dynamiques travaillées par une tendance à la financiarisation interne et externe de l’économie chinoise (Nishi, p. 357), Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai envisagent un scénario optimiste, dans lequel :

[…] une stratégie coordonnée et plus tournée vers la satisfaction de la demande et des besoins domestiques, impliquant le Japon, la Chine, la Corée et d’autres pays d’Asie orientale, réduirait la pression concurrentielle exercée sur les États-Unis et l’Europe, facilitant ainsi leurs propres ajustements structurels. (Boyer, Uemura et Isogai (b), p. 433)

36Reconnaissons avec les auteurs que les exigences politiques d’un tel scénario restent très élevées pour une région pratiquement dénuée d’expérience en matière de coopération institutionnelle plurilatérale.

6. Quelques angles morts de l’approche en termes de régulation appliquée aux capitalismes asiatiques

37Grâce à ce livre, la connaissance des ressorts de l’expansion et des déséquilibres des capitalismes est-asiatiques fait des progrès significatifs et permet de déconstruire les « imaginaires » couramment véhiculés, les présentations façonnées par et pour les financiers (Sum, 2013). La performance des auteurs et des co-directeurs de l’ouvrage est de mettre en mouvement l’appareil analytique régulationniste sur un terrain particulièrement difficile : celui d’une région où les recompositions endogènes se couplent à un processus d’ouverture accéléré pour produire des trajectoires apparemment divergentes, fort peu lisibles pour l’œil d’un Européen non exercé. À l’usage, l’analyseur régulationniste produit des résultats forts pertinents qui, comme on a pu le voir dans cette note, vont bien au-delà de la myopie habituelle des analyses standards, obnubilées par les vertus supposées de la libre concurrence, aveugles à l’histoire et aux interactions entre le politique et l’économique et par ce fait, structurellement limités dans leur pertinence.

38Il reste néanmoins quelques angles morts dans cette analyse, qui ne semblent pas liés uniquement à la composition du livre et à la liste de ses auteurs, mais renvoient selon nous à des difficultés propres à l’approche en termes de régulation. Le dépassement de ces limites devrait faire partie du programme de recherche régulationniste.

39Premièrement, en dépit des tentatives faites par certains auteurs de se concentrer exclusivement sur les processus d’intégration économique, les approches proposées restent principalement stato-centrée. De ce fait, la dimension infra ou macrorégionale paraît insuffisamment développée, ce qui empêche de bien saisir des développements particulièrement utiles lorsqu’il s’agit de comprendre les circuits de fragmentation de la production à l’échelle de l’Asie orientale, les effets de frontières et de recomposition territoriale ou les relations entre les autorités régionales et le pouvoir central. Ces éléments sont assez peu présents dans l’ouvrage.

40Certes, du point de vue théorique cette vision a sa raison d’être : la clôture fiscale, même dans une région particulièrement intégrée du monde comme la zone euro, reste de dimension nationale, ce qui confère à l’État sa puissance et délimite le rayon d’action de ses politiques à un territoire national qui maintient sa pertinence. On doit s’attendre à ce qu’il en soit de même en Asie orientale. Mais la montée en puissance des provinces chinoises, dont une douzaine possède une population supérieure à celle de la Corée du Sud, doit être prise en compte par l’approche régulationniste, compte tenu du rôle des autorités locales dans la gestion des déséquilibres qui caractérisent le développement économique. À cet égard, Robert Boyer rappelle que « même après la recentralisation des années 1990, deux tiers des dépenses publiques sont réalisés par les provinces et les échelons inférieurs » de la division administrative chinoise (Boyer, p. 242). Il est difficile dans ce contexte de se contenter d’admettre qu’il puisse exister un seul mode de régulation en Chine. Le problème posé par le cas chinois à l’analyse en termes de régulation nous semble plutôt celui de comprendre comment, dans le contexte de transformations si profondes et si rapides, différents modes de régulation régionaux peuvent coexister sans mettre en péril l’intégrité économique et politique de l’ensemble. À l’échelle macrorégionale, les analyses sur la division régionale du travail devraient intégrer les données récemment collectées par l’OMC et l’OCDE sur le commerce international en valeur ajoutée, qui jettent une nouvelle lumière sur la répartition des rôles entre les divers pôles industriels de l’Asie orientale. Même si les bases de données demeurent récentes et lacunaires, les questions classiques posées par le capitalisme de la connaissance s’en trouveraient sans doute renouvelées.

41Le deuxième angle mort est constitué par les problématiques tournant autour du changement technique. Le seul chapitre consacré à cette thématique est celui de Lei Song sur la relation Chine-Japon à l’heure de la modularisation de la production. L’analyse du système technique est pourtant essentielle à la compréhension des contraintes et des incitations qui freinent ou au contraire précipitent le changement institutionnel et organisationnel. N’étant pas un rapport social en tant que tel, mais plutôt le reflet et en même temps le contexte de ces rapports sociaux, le système technique n’est pas considéré par la théorie comme un « module théorique » de base de l’approche en termes de régulation. Mais qui pourrait nier qu’en Asie, les changements et l’apprentissage technologiques ont été et demeurent des facteurs déterminants dans les trajectoires d’émergence et de croissance d’entreprises, de secteurs et d’économies nationales tout entières ? Dans la période couverte par l’ouvrage, ces transformations ont joué un rôle fondamental dans l’évolution de formes institutionnelles aussi importantes que la monnaie, les formes de concurrence, l’insertion internationale ou le rapport salarial. Dans son chapitre, Sébastien Lechevalier plaide pour une meilleure ouverture des approches en termes de régulation aux problématiques évolutionnistes, qui sont attentives depuis leur origine à ces questions d’innovation et de changement technique (Lechevalier, p. 89). Nous appuyons ce souhait et l’étendons à l’économie des conventions, pour son aptitude à traiter des questions de coordination à l’échelle micro-économique, si importantes pour comprendre la stabilité évolutive des systèmes sociaux.

42Le troisième angle mort est la question environnementale. Du point de vue épistémologique le problème est assez proche de celui du changement technique car le rapport à la nature n’est pas un rapport social en tant que tel, mais un médium des rapports sociaux sur lesquels l’approche en termes de régulations s’est initialement concentrée. Mais ce médium devient aujourd’hui beaucoup plus central qu’auparavant en Chine et au Japon, au point de polariser les conflits sociaux et de mettre en danger le mode de régulation d’ensemble du système socio-économique. L’archéologie et l’histoire nous apprennent que le rapport à la nature a pu provoquer l’effondrement de civilisations entières (Diamond, 2006), il faut donc éviter de le négliger quand on embrasse des phénomènes aussi vastes que les modes de régulation. Pourtant, aucune contribution de l’ouvrage ne prend la peine - le risque ? - de s’attaquer au problème. Ici, le chantier pour l’analyse en termes de régulation est immense : il impose de mettre en liaison des concepts déjà construits par la théorie avec les nouvelles contraintes et opportunités liées à la transformation du rapport économique à la nature en Asie (c’est alors le régime d’accumulation qui est concerné), tout en prenant en compte la dimension socio-politique de ces liaisons (et on touche alors au mode de régulation).

43Souhaitons que cet ouvrage, qui restera comme une contribution majeure à la compréhension des trajectoires économiques contemporaine en Asie, puisse susciter des recherches dans ces directions.

Haut de page

Bibliographie

Boyer, R. (2015), « Le régime de croissance chinois et l’économie mondiale » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 235-261.

Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (2015a), « Introduction : l’Asie, laboratoire social des capitalismes contemporains ? » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 9-21.

Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (2015b), « Conclusion : l’évolution de la diversité des capitalismes asiatiques : de la crise asiatique à la crise des subprimes » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 411-434.

Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), Capitalismes asiatiques. Diversité et transformations, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Diamond, J. (2006), Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Gallimard, coll. « NRF Essais »,‎ 2006.

Fabre, G. (2013), “The lion’s share. What’s behind China’s economic slowdown?”, FMSH-WP-2013-53. <halshs-00874077>.

Fabre, G. (2015), “The lion’s share, act 2. What’s behind China’s anti-corruption campaign?” communication au séminaire BRICS, FMSH-EHESS, février 2015.

Harada, Y., Tohyama, H. (2015), « Capitalismes asiatiques. Configurations institutionnelles et hétérogénéité des modèles d’entreprises » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 307-332.

Isogai, A. (2015), « La transformation du système d’entreprises japonais et les relations institutionnelles hiérarchisées » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 45-74.

Jeong, S-E., Mazier, J., Saglio, S. (2015), « L’intégration ou la coordination monétaire sont-elles possibles au vu de l’hétérogénéité des pays asiatiques ? » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 385-410.

Kim, H. (2015), « Les grandes transformations de l’économie coréenne depuis 1962. Processus et conséquences », in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 289-302.

Lechevalier, S. (2015), « L’hétérogénéité croissante des entreprises au sein du capitalisme japonais. Faits, causes, conséquences, et implications » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 75-96.

Nishi, H. (2015), « Internationalisation des transactions commerciales et financières et croissance. Hiérarchie institutionnelle et approche Keynes-Minsky » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 333-357.

Ok, W., Yang, J. (2015), « L’économie coréenne entre deux crises économiques. Hybridation ou convergence vers une régulation marchande ? » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 265-288.

Rowthorn, R. E., Wells J. (1987), The Industrialization and Foreign Trade, Cambridge University Press, 431 pages.

Song, L. (2015), « Stratégie de développement et capacité d’innovation à l’heure de la modularisation et de l’intégration régionale. Origines des ajustements structurels de l’économie chinoise » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 171-184.

Sum, Ngai-Ling (2013), “A cultural political economy of crisis recovery: (trans-) national imaginaries and the subalterns in China”, Economy and Society, 42, 2013, p. 1-24.

Tohyama, H. (2015), « Risques économiques, risques financiers et dépenses sociales. Analyse comparée des marchés du travail et de la finance au Japon » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 97-118.

Uemura, H. (2015), « Changements institutionnels et transformations du régime de croissance de l’économie japonaise. Faire face à la crise économique mondiale et à l’intégration asiatique » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 139-165.

Uni, H. (2015a), « Augmentation des inégalités salariales au Japon depuis la fin des années 1990. Une explication institutionnelle » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 119-138.

Uni, H. (2015b), « Analyse comparative des conditions nécessaires à l’intégration monétaire. Europe et Asie » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 361-384.

Ulrich, R. (1995), “The role of product Architecture in the manufacturing firm”, Research Policy, 24 (3), p. 419-440.

Wang, J., Shrestha, N., Uemura, H. (2015), « Les liens internationaux de l’industrie chinoise et les multinationales japonaises. Évolution des interdépendances et des coordinations industrielles » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 185-210.

Yamada, T., Hirano, Y. (2015), « En quoi le mode de régulation japonais a-t-il changé ? Statut du compagnie-isme » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 25-44.

Yan, C. (2015), « Les liaisons amont-aval et la croissance tirée par les exportations en Chine. Enseignements des tableaux d’entrées-sorties internationaux asiatiques » in Boyer, R., Uemura, H., Isogai, A. (dir.) (2015c), p. 211-234.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vercueil, « L’Asie orientale au révélateur régulationniste », Revue de la régulation, 18 | -1, 1-12.

Référence électronique

Julien Vercueil, « L’Asie orientale au révélateur régulationniste », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11410

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Maître de conferences à l’INALCO, CREE, julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page