Navigation – Plan du site
Opinions - débats

À propos de la théorie du néo-surtravail

La théorie de la valeur permet-elle de démontrer le caractère productif du « travail » du client ?
About the neo surplus-labor theory. Can the theory of value demonstrate that customer’s labor is productive?
A propósito de la teoría del neo-sobretrabajo. La teoría del valor ¿permite demostrar el carácter productivo del “trabajo” del cliente?
Benoit Giry

Résumés

Nous nous proposons ici de discuter la théorie du néo-surtravail développée par Guillaume Tiffon. La théorie du néo-surtravail vise à expliciter les conditions sous lesquelles le « travail du client » peut être, dans le cadre de la production d’une « marchandise-service », créateur de valeur d’échange. Elle permettrait ainsi d’asseoir l’idée, déjà développée par ailleurs (Dujarier, 2008), d’un modèle productif reposant sur la mise au travail de la clientèle. Cependant, nous voudrions montrer qu’elle souffre de quelques ambiguïtés et confusions qui altèrent sa cohérence logique.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les relecteurs de la Revue de la régulation pour leurs précieuses remarques.

1Nous nous proposons ici de discuter la « théorie du néo-surtravail » telle qu’elle est exposée dans le dernier ouvrage (Tiffon, 2013) et la thèse (Tiffon, 2009) de Guillaume Tiffon. Cette théorie vise à expliciter les conditions sous lesquelles le « travail du client » peut être, dans le cadre de la production d’une « marchandise-service », créateur de valeur d’échange.

  • 1 Un exemple limite pourrait être celui de l’usage des traces laissées par la navigation des utilisat (...)

2Le « travail du client » ou « du consommateur » est aujourd’hui un thème émergent en sociologie (Bernard et al., 2011). Le constat empirique, repris aux marketeurs thuriféraires de la « coproduction », semble patent et n’est plus vraiment discuté : les destinataires des produits seraient de plus en plus sollicités pour « coproduire » ce qu’ils achètent et/ou consomment. Enrôlés dans des procédures plus ou moins « collaboratives », les usagers, les consommateurs, les clients, réaliseraient des travaux gratuits que les entreprises s’emploieraient à valoriser1.

3Cette formulation associant une figure traditionnellement définie par son improductivité (le client/le consommateur) et une activité définie par son caractère productif (le travail) séduit tout autant qu’elle paraît problématique : peut-on dire que les clients/consommateurs « travaillent » ? M.-A. Dujarier, auteure d’un ouvrage fondateur sur la question (Dujarier, 2008), donne une réponse qui s’appuie sur la plasticité du mot « travail » :

  • 2 (Dujarier, 2008, p. 15-16). Ce faisant, elle définit le mot « travail » sans pour autant définir le (...)

Le mot « travail » ne fait l’objet d’aucune définition consensuelle stable en sciences humaines et sociales. Nous l’emploierons ici en écartant volontairement ses connotations morales ou religieuses ainsi que son association abusive avec l’emploi et notamment le salariat. Nous parlons ici de travail pour les activités humaines répondant à trois critères. Un critère sociologique d’abord. Le travail est un rapport social, une activité socialisée et socialisante. Il est « divisé » d’une certaine manière au sein de la société, organisé, adressé et réalisé avec (ou contre) autrui. Ensuite, et pour le différencier du loisir, le travail crée de la valeur pour l’entreprise : c’est un critère économique. Enfin, nous parlons de travail comme activité du sujet en prise avec le réel et la contrainte, se débattant avec lui pour tenter de développer son milieu matériel, social et subjectif.2

  • 3 S’ils ne retenaient que les deux premiers, les argumentaires sociologiques sur le « travail du cons (...)

4Puisque le mot travail « ne fait l’objet d’aucune définition consensuelle stable en sciences humaines et sociales » nous ne nous attarderons pas à discuter ces critères de définition. Nous nous contenterons d’observer que de ces trois critères, le second est le seul véritablement distinctif. En effet, le travail est un rapport social mais, sauf à caractériser plus avant ce rapport social, cela ne le caractérise pas en propre : ce n’est pas le seul. La consommation en est un aussi. L’activité ne permet pas non plus de distinguer le travail. On peut dire d’à peu près n’importe quelle pratique concrète, notamment du loisir (que M.-A. Dujarier oppose, de manière platonicienne, au « travail ») ou de la consommation, qu’elle engage un « sujet en prise avec le réel et la contrainte ». Le fait que le travail soit réputé « productif » ou, comme le dit M.-A. Dujarier, qu’il « crée de la valeur pour l’entreprise » (notons l’apparition d’un acteur : l’entreprise) est donc ici fondamental : puisqu’il est quasiment impossible de ne pas faire la preuve que la consommation est à la fois un rapport social et une activité, ce qui est aussi le cas du travail, le seul critère discriminant pour distinguer les pratiques de travail est le critère de la création de valeur3.

5À cet égard, la problématique introduite par les recherches de Tiffon, présentée dans sa thèse (Tiffon, 2009) et dans l’ouvrage qui en découle (Tiffon, 2013), ne consiste pas uniquement en un passage du consommateur au client (défini comme celui qui s’acquitte du paiement du produit) mais aussi en une précision concernant le concept de « valeur » : il s’intéresse, s’appuyant sur une distinction aristotélicienne reprise par Marx, à la « valeur d’échange ». Tout en se plaçant dans le sillage de M.-A. Dujarier, G. Tiffon opère bien un déplacement : il ne s’agit plus de considérer des activités des clients comme du travail uniquement parce qu’elles auraient, sous d’autres modèles productifs, été prises en charge par des salariés mais bien d’étudier les manières avec lesquelles les entreprises peuvent organiser la validation marchande d’activités réalisées par les clients, quelque soit leur nature. Dès lors, sa problématique devient : à quelle(s) condition(s) peut-on affirmer que la « contribution » du client est productive au sens de Marx, c’est-à-dire qu’elle produit de la valeur d’échange ?

  • 4 Pour une critique plus complète voir (Bouchareb, 2013 ; Cihuelo, 2013 ; Montchatre, 2014).

6Cette note critique se propose de revenir sur sa réponse, nommée « théorie du néo-surtravail ». Plutôt que d’en fournir une critique externe la rejetant en bloc pour des raisons dogmatiques, nous proposons d’adopter ses postulats en reconstruisant son argumentation (1) afin de mettre en question la méthode par laquelle Tiffon choisi de démontrer le caractère productif du travail de la clientèle (2). Ce qui suit ne rendra certainement pas justice à l’intégralité des travaux de Tiffon qui, loin de se cantonner à l’exercice de démonstration que nous allons tenter de déconstruire, portent aussi sur une analyse de la « mise au travail des clients » et repose sur l’analyse d’un matériau qualitatif tout à fait conséquent recueilli sur des terrains variés (restauration rapide, grande distribution, centre d’appel, praticiens libéraux en kinésithérapie). Mais la théorie du néo-surtravail a tout de même une importance fondamentale dans le propos de Tiffon en tant que justification économique. Elle constitue un argument particulièrement fort pour la conservation de l’appellation du terme « travail », le développement d’une analyse du « travail du client » comme mise au jour d’un mode d’exploitation. Elle a, par ailleurs, suscité peu de discussions parmi les sociologues, auprès desquels elle a pu exercer un effet d’autorité4. Nous tenterons donc modestement, dans ce qui suit, de revenir sur la démonstration de Tiffon pour chercher à éprouver sa robustesse logique, condition nécessaire pour envisager de fonder à partir d’elle une théorie de la nature du rapport social qu’elle contribue à révéler. C’est parce qu’elle est porteuse de promesses analytiques fécondes que la théorie du néo-surtravail doit être discutée.

1. La théorie du néo-surtravail

1. 1. La création de la valeur d’échange

7Un système dans lequel la circulation des marchandises (M) s’effectue par le moyen de l’argent (A) peut se modéliser ainsi : M-A-M. Dans ce système d’échange simple, on vend (M-A) pour acheter (A-M). La « forme prédominante de la production bourgeoise » consacre cependant une forme différente de circulation dans laquelle on « achète pour vendre » : A-M-A. Marx précise : « Dans la pratique toutefois, on n’achète pas pour vendre, mais on achète bon marché pour vendre plus cher » (Marx, 1859). C’est là le principe même de l’accumulation du capital : générer un surplus. Le procès de circulation proprement capitaliste prend dès lors la forme suivante : A-M-A’ où A’ > A.

8Cette proposition est toutefois étrange. Comment ce mode de circulation peut-il produire un surplus ? Comme l’écrit Michel Husson, en l’état de la démonstration, « le mystère reste entier. Si j’achète des marchandises dans un magasin et que j’essaie de les revendre plus cher, je n’y arriverais pas, à moins de voler, d’une manière ou d’une autre, mon client ou de faire de la contrebande. Mais une société ne peut être durablement fondée sur la tromperie et le détournement » (Husson, 2004).

9Tiffon reprend alors la réponse de Marx : « pour produire ce surplus de valeur sans déroger “aux lois éternelles de l’échange des marchandises”, il faut que le possesseur d’argent – “l’homme aux écus” – ait l’heureuse chance de trouver sur le marché une marchandise dont l’usage génère plus de valeur qu’elle n’en possède. Or, une seule marchandise répond à cette condition : la force de travail. » (Tiffon, 2009, p. 246).

  • 5 L’idée que seul le travail pouvait représenter une grandeur ou une propriété commune aux différente (...)

10Tiffon part donc d’un axiome fondateur de la théorie de la valeur, que Marx hérite pour partie des « économistes classiques », qui postule que la force de travail est la seule marchandise capable de produire plus de valeur qu’elle n’en coûte. Cette proposition paraît fondée en raison5 et permet de solutionner l’énigme de la création de valeur qui se situe – point essentiel – dans les rapports sociaux de production et non dans l’échange (qui reste cependant une étape indispensable). La machine est toujours « rémunérée » à hauteur de sa production ou, pour le dire plus précisément, elle se contente de transmettre sa propre valeur à la marchandise qu’elle contribue à produire. Alors que le travailleur, une fois qu’il a produit les richesses nécessaires à sa subsistance dont son salaire est l’expression comptable, « surtravaille » pour le compte du capitaliste qui l’emploie. Ainsi, « en respectant en tout point la loi des échanges, c’est-à-dire en achetant des marchandises à leur juste valeur et en les revendant ce qu’elles valent, le possesseur d’argent parvient à en retirer plus d’argent qu’il n’en avait avancé […]. C’est là la grande découverte de K. Marx. » (Tiffon, 2009, p. 247).

11Cette « grande découverte » justifie la mise en équation d’un travail dorénavant entendu sous un rapport quantitatif. En distinguant le capital constant (c), le capital variable (v) et la plus-value (pl), on peut en effet définir, à la suite de Marx, la valeur d’une marchandise de la manière suivante = c + v + pl. À ce stade, du point de vue de la marchandise, on peut considérer que la répartition « classique » des rôles dans le cycle d’existence de la valeur est la suivante (tableau 1).

Tableau 1. Les rôles des différents acteurs dans la théorie de la valeur

Travailleur

Client

Consommateur

Production des valeurs d’usage et d’échange

« Achat » : réalisation de la valeur d’échange

« Consommation » : réalisation de la valeur d’usage

Potentiellement productif

Improductif

Improductif

1. 2. Les propriétés de la marchandise-service

12Mais cette formule ne conviendrait, selon l’auteur, qu’aux seules marchandises matérielles ou « industrielles ». La marchandise-service est, selon Tiffon, spécifique dans la mesure où « la valeur de sa prestation, c’est-à-dire du travail vivant et/ou mort mis à disposition des clients, est structurellement disjointe de la valeur de son résultat ». Ce faisant il oppose deux termes étrangers à la distinction aristotélicienne classique (valeur d’échange/valeur d’usage) qu’il reprend à J.-C. Delaunay, qui les avait lui-même élaborés à partir d’une relecture des travaux d’Heinrich von Storch (Delaunay, 2001). Chez Delaunay, la modélisation de la marchandise-service, dans laquelle « valeur de prestation » et « valeur du résultat » sont « structurellement disjointes », donne lieu à ce schéma (figure 1).

Figure 1. La marchandise-service chez Delaunay [2001]

Figure 1. La marchandise-service chez Delaunay [2001]

13L’entreprise (E) met en œuvre un procès de production (P) dans lequel le client (C) peut intervenir à des degrés divers. L’entreprise facture la prestation (S), le client profite du résultat (R). Delaunay précise, en commentaire : « Le résultat (R) et le travail dépensé pour l’obtenir (la prestation [ici : S]) sont disjoints » (Delaunay, 2001, p. 127). Non pas seulement « différents » (Tiffon, 2009, p. 53) mais « disjoints » : déliés, séparés. Pourtant, cet élément n’est retenu par l’auteur ni dans sa schématisation de la marchandise-service, ni dans la définition qu’il retient : « On peut parler de service, écrit-il plus loin, lorsque, pour transformer utilement l’état d’une réalité C que le destinataire B possède ou utilise, un prestataire A met à disposition de ce dernier un temps de travail vivant et/ou mort dont la valeur diffère nécessairement de celle du résultat de production » (Tiffon, 2009, p. 54). Ce que l’auteur schématise ainsi (figure 2).

Figure 2. La marchandise-service chez Tiffon (2009 ; 2013)

Figure 2. La marchandise-service chez Tiffon (2009 ; 2013)

14La « mise en ligne » du schéma de Delaunay par Tiffon est fondatrice. Puisque chez Tiffon valeur de la prestation et valeur du résultat sont mises sur un même plan (et non pas véritablement « disjointes » comme chez Delaunay) et que la valeur de la prestation est une composante de la valeur du résultat, les deux sont commensurables et peuvent être exprimées dans une même unité. Ainsi, la contribution (nécessaire, à ce stade) du client peut être exprimée en valeur en tant que composante de la valeur du résultat. Et c’est l’opérateur « travail » qui, se substituant à la notion de « contribution », va, comme chez Marx, permettre cette mise en équivalence. Si le client ne « contribue » plus mais « travaille », on peut légitimement procéder à l’addition marxienne des travaux abstraits en y ajoutant, en plus de la plus-value produite par les salariés (pls), la plus-value produite par les clients (plc). La formule de la valeur devient donc : c + v + pls + plc et la contribution de la clientèle deviendrait productrice de plus-value. À quelles conditions ?

1. 3. La « théorie du néo-surtravail »

15Au niveau empirique, une entreprise de service met en place une innovation de procédé de service destinée à augmenter la productivité du travail. L’innovation de procédé de service, ou « contre-externalisation », consiste à remplacer du travail salarié par du travail de la clientèle, en instaurant une procédure de libre-service, par exemple :

Il arrive, écrit Tiffon, que les entreprises de service parviennent à réaliser des gains de productivité, non pas en intensifiant le travail des salariés, non pas en substituant du capital au travail, mais en intensifiant la contribution des clients et, surtout, en les substituant, pour partie, aux experts en front office. […].
Prenons un exemple. Supposons que, dans les conditions ordinaires de production, un salarié traite 10 clients en une journée, et que chaque prestation vaille 16 euros dont 8 correspondent à l’usure des machines nécessaires à la production de cette prestation (c) et 8 correspondent à la valeur du travail vivant mis à disposition du client (v + pl). Mettons ensuite qu’un capitaliste parvienne, grâce à une innovation de procédé de service, à ce que le client prenne en charge une partie du travail nécessaire à la production de la prestation, et que, ce faisant, le salarié ne traite plus 10, mais 20 clients par jour. Réalisant deux fois plus de prestations en une journée, le salarié cristallise alors deux fois moins de travail sur chaque prestation ; et celle-ci ne vaut par conséquent plus 16, mais 12 euros puisque, si la valeur de l’usure des machines est toujours la même, c’est-à-dire de 8 euros, la valeur du travail vivant nécessaire à chaque prestation, elle, n’est plus de 8, mais de 4 euros. Cette prestation valant donc 12 euros cependant que, sur le marché, la valeur moyenne de cette prestation est encore de 16 euros, le capitaliste peut alors la vendre 14 euros. Bien qu’en abaissant ses prix de 2 euros par rapport à la concurrence, il réalisera ainsi une plus-value de 2 euros par prestation. Cette plus-value qui résulte de la substitution du client à l’expert en front office, nous l’appelons néo plus-value extra. […] En ce cas, la contribution du client n’est pas seulement nécessaire : elle devient également productive. (Tiffon, 2009, p. 253-254)

16Ainsi, le client « produit », non pas parce qu’il est amené à réaliser une tâche qui revenait traditionnellement au professionnel (monter lui-même un meuble, imprimer son billet de train, débarrasser son plateau dans un restaurant d’une chaîne de fast-food), mais parce que l’organisation du travail offre les conditions de la validation, par le marché (donc, par d’autres clients), de travaux réalisés par le client dans le cadre de sa procédure d’achat ou de consommation.

17Tiffon précise que cette plus-value est probablement temporaire. Les concurrents adopteront à terme l’innovation, la concurrence par les prix fera disparaître la néo plus-value extra et la contribution de la clientèle redeviendra nécessaire. En attendant, les conditions offertes par l’innovation de procédé de service permettent l’existence d’un surplus.

2. Remarques et questionnements

18D’où viennent ces 2 euros ? Voici le problème auquel se propose de répondre la théorie du néo-surtravail lorsqu’elle soutient que le travail du client est productif. Cette réponse est-elle satisfaisante ? Nous pensons que quelques confusions, omissions et limites vicient le propos de la théorie du néo-surtravail. Nous en relèverons trois principales : l’assimilation entre prix et valeur à un niveau micro-économique, l’utilisation de l’appareillage arithmétique du Capital, et la confusion entre travail concret et travail abstrait.

2. 1. Le problème de la transformation et l’émergence de deux interprétations possibles de la théorie de la valeur

19La schématisation de la marchandise-service nous invitait à raisonner en valeur, l’exemple utilisé pour soutenir la théorie introduit le prix comme équivalent. Or, ainsi que l’écrit Gilles Dostaler, auteur d’un ouvrage sur la question : « la “valeur” des deux premiers livres du Capital ne coïncide pas avec le prix auquel la marchandise est, du moins offerte, sinon vendue. La théorie de la valeur n’est donc pas immédiatement une théorie des prix, bien que les prix soient dérivés des valeurs » (Dostaler, 1978, p. 47). Assimiler prix et valeur n’a donc rien d’une opération neutre et soulève des problèmes qui peuvent être mis au jour grâce à un détour par l’histoire de la controverse relative au « problème de la transformation » des valeurs en prix.

20Voici l’un des avatars du problème : au moment de la rédaction du premier tome du Capital, il est admis, au moins depuis Smith, qu’une des lois fondamentales du capitalisme est la tendance à l’uniformité des taux de profits entre branches. Mais Marx prétend que le taux de profit (s/c+v) d’une branche donnée est fonction de la composition organique (c/v) de cette branche et comme cette composition organique est variable selon les secteurs, les taux de profits ne peuvent logiquement pas être homogènes. Du coup, il existe un paradoxe, au moins apparent, entre la détermination de la valeur et le phénomène de « péréquation du taux de profit » qui entraîne des prix différents de ceux qu’induirait un simple calcul à partir de la formule de la valeur.

21Marx connaît la remarque. C’est à l’époque l’une des principales critiques que lui opposent les économistes « vulgaires ». Il y trouve une solution dès 1862 qu’il expose dans une lettre adressée à Engels puis dans le livre III du Capital : « la concurrence (transfert de capital ou retrait de capital d’une branche pour le placer dans une autre) réalise ceci, que des capitaux de même grandeur dans des branches d’industrie différentes, obtiennent le même taux moyen de profit, en dépit de leur composition organique différente » (Engels et Marx, 1964, p. 122). Donc, si les prix de marché ne sont pas le reflet fidèle des quantités de travail introduites dans la production, c’est parce que chaque capitaliste, en tant qu’apporteur de capital, entend percevoir un taux de profit moyen, c’est-à-dire au moins égal à celui des autres.

22La démonstration de la théorie de la valeur en souffre-t-elle ? D’après Marx, non. Nous n’exposerons pas ici la démonstration mathématique qu’il présente dans le livre troisième du Capital et qui a été développée, voire corrigée, après lui par des auteurs comme Ladislaus Bortkiewicz (1959). Nous nous en tiendrons à l’idée que Marx postule, pour la démonstration, la correspondance des prix et de la valeur, considérant, en d’autres termes, que la « somme des prix = somme des valeurs » et la « somme des profits = somme des plus-values », ce qui a le mérite de permettre de continuer d’utiliser la formule de la valeur en l’état. Mais cela paraît contradictoire avec l’idée théorique précédente (selon laquelle les prix ne seraient pas le « reflet fidèle » des quantités de travail introduites dans la production). C’est que ces égalités ne peuvent se vérifier qu’au niveau global puisque ce que Marx dit c’est qu’une fraction de l’équivalent monétaire de la valeur d’une marchandise peut se trouver absent de son prix mais présente dans le prix d’une autre, dans une autre branche : c’est bien la somme des prix qui est égale à la somme des valeurs. Au niveau d’une branche ou d’une entreprise donnée, la péréquation du taux de profit entraîne, elle, une variabilité du taux de plus-value.

23Cette précision du livre III du Capital, en mettant en avant l’importance des prix de production, de l’institution monétaire et de la validation marchande, va jeter le trouble et donnera lieu à deux interprétations différentes de la valeur-travail. Une première conception (1) voudrait que le travail soit en quelque sorte une substance de la valeur de la marchandise. Ceci n’implique pas que le travail se réduise à une dépense de force, au sens physiologique, réifiée en marchandise matérielle mais que la valeur du travail soit fixée avant sa mise en marché, auquel cas la quantité de travail abstrait détermine le prix. Le travail abstrait produit une valeur d’échange qui existe en dehors du marché, qui préexiste à l’échange en tant que valeur « potentielle » que l’achat « réalise ». Une seconde (2) voudrait que ce soit la valeur du travail abstrait qui soit fixé a posteriori, lors de l’acte de d’achat : en ce cas alors, le prix détermine la quantité de travail abstrait. Parce qu’on peut l’interpréter dans ces deux sens, la théorie de la valeur contient donc une ambiguïté fondamentale : « ou bien le travail abstrait est-il “présocialisé” et de ce fait il est une substance qui détermine la valeur d’échange indépendamment du marché, ou bien c’est l’échange marchand et la monnaie, qui par la validation sociale des valeurs d’usage et des travaux privés, amène à la formation du travail abstrait par la médiation des prix, mais de fait la théorie de la valeur perd toute pertinence (si ce n’est de montrer l’exploitation) » (Montalban, 2012).

24Tiffon n’en fait pas état. Nous ne savons pas, dès lors, sur laquelle de ces deux interprétations de la théorie de la valeur s’appuie la théorie du néo-surtravail. Notre hypothèse est qu’elle repose précisément sur une hybridation des deux mais que cette solution la mène dans certaines impasses logiques que nous nous proposons de révéler en proposant de reposer les enjeux de la théorie en suivant la méthode utilisée par Tiffon.

2. 2. Les impasses logiques de la théorie du néo-surtravail et les limites de la démonstration arithmétique

  • 6 Ce qui constitue une explicitation du modèle puisque le propos de Tiffon supposait implicitement ta (...)

25Reposons le problème. Soit un marché à 4 offreurs6. Les chiffres dans les colonnes des firmes représentent c + v + pl soit la valeur d’une marchandise donnée pour chaque entreprise. La colonne Vm représente la valeur moyenne du service (par opposition à la valeur individuelle propre à chaque firme) moins le capital constant moyen (à la manière de l’auteur, on suppose c constant et identique pour toutes les firmes). La dernière colonne donne le montant d’une hypothétique « néo plus-value extra ». Le taux de plus-value salariale (donné et constant) est de 100 %. En situation initiale (T1), pour toutes les firmes, c = 10, v = 6 et pl = 6 (tableau 2).

Tableau 2. Tableau de marché

Marchandise A

Marchandise B

Marchandise C

Marchandise D

Vm

Néo pl. extra potentielle

T1

22 euros

22 euros

22 euros

22 euros

22 euros

0

T2

22 euros

22 euros

22 euros

16 euros

20,50 euros

4,50

  • 7 La prestation a sans doute considérablement changé mais nous devons considérer, pour la suite de la (...)

26Les lignes T1 et T2 représentent deux moments : en T1, toutes les firmes produisent de la même manière ; en T2, la firme D a adopté une innovation de procédé de service permettant de doubler la productivité par salarié et donc de diviser pls par deux7. La valeur moyenne de la marchandise (Vm) en T2 est de 20,50 euros. À ce moment, la firme D produit une marchandise d’une valeur potentielle de 20,50 euros qui lui coûte 13 euros de capital (v). En s’alignant sur le prix de marché moyen fixé par Vm, elle ferait donc une plus-value totale de 7,50 euros : 3 euros de plus-value produite par ses salariés et 4,50 euros de plus-value extra produite, semble-t-il, par sa clientèle.

  • 8 « En tant que cette baisse des prix participe largement de l’acceptation du néo-surtravail […], ell (...)
  • 9 Précisons que, contrairement à ce qu’affirme Tiffon, v’ ne peut être égal à VD(T1) – VD(T2) que dan (...)

27Pour que le client accepte de se mettre au travail, le capitaliste fait une concession que Tiffon assimile à un « coût8 » : une baisse du prix en dessous de la valeur moyenne de la marchandise (qu’à la suite de Tiffon nous notons v’9). Si Tiffon estime que ce n’est pas le seul avantage pour le client, c’est en tout cas le seul susceptible d’apparaître dans la démonstration arithmétique. Tiffon ne nous donne cependant pas de manière de chiffrer ce coût. Comment en effet fixer un coût à la contribution de la clientèle ? Notons simplement qu’il ne peut pas être nul sauf à faire le deuil de pouvoir calculer un taux de plc : vu qu’on ne peut pas diviser par zéro, le taux de plc (plc/v’) est donc impossible à calculer quand, comme Tiffon (2013, p. 162), on raisonne à prix constant (ce qui « arrive parfois », écrit-il). De même : peut-on diviser plc par un terme non présent dans la formule de la valeur de la marchandise-service ? Pour avancer, nous le fixerons arbitrairement à 1 euro.

  • 10 Nous faisons ici référence aux alternatives (1) et (2) vues dans « 2.1 Le problème de la transforma (...)
  • 11 Pour autant, c’est un coût étrange, dans la mesure où, à la différence des coûts salariaux, il ne s (...)

28En suivant (1)10, le prix de la marchandise D est de 16 euros, son coût de production de 13 euros. On pourrait, à la manière de Tiffon, prétendre que le prix de vente se fixe à 19,50 euros : comme toutes les contributions et tous les prix sont donnés, à taux de plus-value constant, il serait possible d’attribuer le surplus au travail de la clientèle (soit 3,50 euros) et d’assimiler la part de la plus-value non réalisée (1 euro) à un « coût » pour le capitaliste, celui de l’achat de la force de travail de la clientèle11. Mais cette opération paraît cependant illégitime dans la mesure où la conception (1) implique que les prix soient fixés par la quantité de travail en amont de l’échange. Le surplus ne peut donc pas exister et la théorie du néo-surtravail n’a plus rien à expliquer.

29Du second point de vue (2), la valeur de la marchandise est de 20,50 et ce prix détermine la quantité de travail abstrait qu’elle contient. Le surplus peut donc exister. Mais il est impossible de distinguer pls et plc puisque c’est la validation marchande qui va déterminer la quantité de travail abstrait et donc, corrélativement, un taux de plus-value qui ne peut être fixé à l’avance et permettre la répartition entre pls (qui prend la somme prévue par un taux fixe) et plc (qui prend ce qu’il reste). Il est donc impossible de dire si les 3,50 existent comme « néo plus-value extra ». Quant à « l’achat de force de travail de la clientèle », la notion de « plus-value non réalisée » ne pouvant avoir de fondement, il est impossible d’assimiler l’euro d’effort consenti par le capitaliste à un coût puisqu’il n’existe pas de grandeur définie ex ante qui permette d’affirmer que cet euro aurait dû exister. Il n’y a donc plus d’échange visible par le biais de l’appareil mathématique.

30Les remarques sur le calcul du taux de plc permettent de se rendre compte à quel point le phénomène du « travail du consommateur » paraît à l’étroit dans l’arithmétique de la valeur. De plus, l’appareil du Capital a toutes les peines du monde à intégrer l’hypothèse d’un (autre) travail productif, non payé de surcroît (au sens d’un travail où les « salaires » ne seraient pas avancés mais déduits de la valeur potentielle), susceptible d’être distingué de celui des travailleurs salariés. Aussi peut-on se poser la question de la conservation d’un outil rendant compte si mal du phénomène.

31Ce mode de démonstration de la théorie du néo-surtravail suppose donc, en l’état, qu’il existe (a) un surplus entre T1 et T2 et que (b) le taux de plus-value salariale (pls) soit donné et constant entre T1 et T2. Or, si dans (1) la proposition (b) est cohérente, (a) ne l’est pas. Dans (2), (a) pourrait s’entendre mais (b) contrevient à l’idée selon laquelle les prix pourraient être fixés par une considération de la concurrence sur le marché, ce qui est la condition nécessaire à l’existence de la néo plus-value extra. On pourrait aussi ajouter que ce modèle suppose, afin que ce type de mode de production très particulier soit légitime et donc pérenne, qu’on y trouve à la base un échange équilibré entre capitalistes et « néo-producteurs » (c). Sauf à considérer qu’il existe des modes de rétribution qui n’apparaissent pas dans le modèle mathématique (ce que Tiffon fait), (c) ne se vérifie que dans (1) et seulement partiellement.

  • 12 On aurait d’ailleurs pu poser la question du maintien du terme « client », « celui qui paie », dont (...)

32Il peut paraître pourtant relativement indéniable, d’un point de vue empirique, que cette extraction de plus-value extra ou ce « surprofit » soit conditionné par l’augmentation de la productivité du travail permise par la « contre-externalisation », cette « mise au travail des clients ». Est-ce suffisant cependant pour affirmer, à la manière de Tiffon, que cette plus-value extra est « nouvelle » parce que le levier permettant l’augmentation de la productivité est différent de ceux qu’envisageait Marx ? Plus encore, est-ce suffisant pour prétendre que cet excédent de valeur a été produit par le travail du client et en conclure que ledit travail est productif ? Après tout, lorsque Marx observe une augmentation de productivité générée par l’introduction d’une nouvelle machine et permettant une plus-value extra, il n’en conclut pas pour autant que la machine est productrice de plus-value mais bien au contraire que « même dans ce cas, l’accroissement de la plus-value provient de l’abréviation du temps de travail nécessaire et de la prolongation correspondante du surtravail » (Marx, 1867). Bien que la productivité par travailleur augmente dans l’exemple proposé par Tiffon, puisqu’elle est multipliée par deux, il nous précise que ce n’est pas une quelconque intensification du travail des salariés qui permet la création de la « néo plus-value extra » mais bien le travail de néo-travailleurs non payés : les clients12. C’est le caractère « vivant » du travail de la clientèle qui semble autoriser Tiffon à faire exception, par une descente au « niveau de la tâche » où il apparaît « clairement » que, dans le cas de l’innovation de procédé de service comme l’instauration de caisse de supermarchés automatiques, « ce n’est pas la machine qui se substitue à la caissière, mais, pour une bonne partie, le client » (Tiffon, 2013, p. 163). Or, ce n’est pas « le travail vivant » qui détermine la valeur de la marchandise mais le travail socialement nécessaire à sa production entendu comme du travail « abstrait ».

2. 3. Les relations entre travail abstrait et travail concret et l’articulation entre observation ethnographique et calcul économique

33Le caractère double du travail représenté dans la marchandise est au cœur de l’apport de Marx. D’un côté, le travail concret, qualitatif, produit des valeurs d’usages. Ce travail y est entendu comme un ensemble de pratiques qui permettent aux hommes de produire leurs conditions matérielles d’existence : « en tant qu’il produit des valeurs d’usages, qu’il est utile, le travail, indépendant de toute forme de société, est la condition indispensable de l’existence de l’homme, une nécessité éternelle, le médiateur des échanges organiques entre la nature et l’homme » (Marx, 1867). De ce point de vue, le travail est défini par son utilité à produire ces « conditions matérielles d’existence » et les procédures de consommation ou d’achat impliquant une coproduction peuvent se définir comme du travail.

  • 13 Voir Roubine (1928), par exemple.

34De l’autre, le travail abstrait. Il paraît difficile, contrairement à ce qui est souvent fait13, de dire que le travail abstrait « produit » des valeurs d’échanges. Le travail abstrait est, comme son nom l’indique, une « abstraction » qui permet de ramener les marchandises à une même grandeur et, partant, à les échanger. Pour autant, bien que cette grandeur soit une abstraction, elle n’en demeure pas moins destinée à mesurer un phénomène réel : le travail concret dépensé dans une production mais exprimé en une grandeur socialement égalisée à des fins marchandes. Pour le dire d’une autre manière, les marchandises s’échangent parce qu’elles sont utiles, donc parce qu’elles contiennent du travail concret mais le rapport quantitatif dans lequel elles s’échangent (le fait qu’un pantalon vaille 30 baguettes de pain) dépend du travail abstrait qu’elles contiennent. Ainsi le travail concret produit des valeurs d’usages, réifiées en marchandises, qui, mises en marché, s’échangent selon un rapport qui dépend de la quantité de travail abstrait qui y est incorporé : sa valeur d’échange.

  • 14 De nombreux auteurs ont montré qu’en réalité ce constat était très difficile à établir. Il supposer (...)

35Il est par conséquent impossible d’affirmer, si l’on considère le travail abstrait, que la hausse de productivité décrite par Tiffon ne correspond pas à une intensification dudit travail, quand bien même celle-ci serait le fruit d’une innovation de procédé de service. Là où une heure de travail abstrait permettait de produire un bien, il en produit deux : il y a donc intensification et cette intensification qui compte dans le calcul de la valeur. Le surplus s’explique aisément sans avoir recours à l’hypothèse du surtravail. Pour autant il est peut-être vrai, si l’on considère ethnographiquement le travail concret dans une « descente vers la tâche » selon le mot de Tiffon, que les travailleurs réels semblent faire moins de choses14. Mais l’automation produit des résultats similaires : la machine, en prenant en charge des tâches qui revenaient auparavant au travailleur, change le travail mais cette donne n’implique pas, si l’on s’en tient à une logique marxiste, que la machine produise de la plus-value. L’argument principal de la théorie du néo-surtravail repose donc sur une confusion.

  • 15 Par exemple : (Tiffon, 2009, p. 258).

36La « descente au niveau de la tâche » qui permet à Tiffon d’observer des pratiques actives de consommation ou d’achat ne permet donc pas de déduire qu’il y a là du « surtravail » parce qu’elle souffre d’un manque d’analyse du procédé qui permettrait d’« abstraire » ce travail concret. Les constats empiriques faits par observation ne s’articulent pas aussi simplement que Tiffon semble le croire avec les calculs que propose l’analyse économique. Lorsqu’on distingue travail concret et travail abstrait, ce qui est l’apport principal de Marx, le fait que ce soit bien « le travail du client » qui se substitue « à celui de la caissière » dans l’utilisation des caisses automatiques apparaisse « clairement » à l’ethnographe par le biais de l’observation du travail concret ne suffit pas à justifier que l’on change les modes de calculs de l’économiste qui ne tiennent compte, eux, que du travail abstrait. Il est, dès lors, impossible qu’un tel « constat empirique » renvoie mécaniquement à une nouvelle formule de la valeur, malgré ce que semble penser Tiffon15.

37La théorie du néo-surtravail entend démontrer, par la mise au jour du caractère productif du travail du client, un exemple de prolongement de l’exploitation par d’autres moyens que le seul travail salarié. Une exploitation qui reposerait sur une base élargie et aurait recourt à une main-d’œuvre gratuite. Les entreprises aménageraient, par le biais d’innovations idoines, les conditions nécessaires à la socialisation marchande des travaux privés réalisés dans le cadre des procédures d’achat et de consommation par les clients/consommateurs. Cette idée est séduisante – elle fait écho aux tentatives managériales « d’intégration des procédures de consommation aux procédures de production » (Montchatre, 2014) – mais soulève des questions quant à la manière de la fonder en raison. La théorie de la valeur formalisée par Marx ne semble, contrairement à ce qu’affirme Tiffon, d’aucun secours pour saisir et comprendre le phénomène dans la mesure où elle ne permet pas de prouver que le travail du client est directement à l’origine de la création de valeur. Ce « néo-surtravail » recèle des propriétés qui le rendent insaisissable par l’appareillage de Marx. On en vient à douter que ces activités, réalisées dans le cadre de la procédure de consommation ou d’achat, produisent de la valeur, au sens de l’auteur du capital.

38Il paraît clair, par ailleurs, que la théorie du néo-surtravail telle qu’elle est exposée par Tiffon n’a pas pour vocation de démontrer que le client travaille : elle prend cette proposition pour postulat. Le travail y est en quelque sorte à l’origine (lors de la mise en ligne du schéma de la marchandise service) et à la conclusion (lors de l’imputation de la néo plus-value extra au travail du client) puisqu’il est logiquement nécessaire, pour démontrer son caractère productif, que le client travaille : sans cela, les 2 euros de la démonstration ne sauraient lui être attribués. De ce point de vue, le raisonnement est purement circulaire.

39La question du rôle du client dans les processus productifs (celle de l’évolution de son rôle, des tâches qu’il réalise pendant l’achat ou la consommation, du profit éventuel que peuvent en tirer les entreprises) doit cependant être mise à l’agenda scientifique. Les observations qui s’accumulent et soulignent le phénomène de « contre-externalisation », cette délégation d’une part croissante des tâches vers le client, suggèrent-elles une mutation (et laquelle) du capitalisme ? Est-ce que cette « contre-externalisation » résume à elle seule le rôle que joue le client dans l’organisation du travail productif ? Est-elle le seul mode envisageable d’intervention du client dans les processus productifs ? Les capitalistes doivent-ils vraiment « enrôler » des travailleurs gratuits ou extraient-ils simplement de la valeur de travaux privés, sans l’accord de ceux qui les ont réalisés ? Dans ce dernier cas : quels dispositifs permettent cette extraction ? Etc. De telles questions – qui rejoindraient, en les reformulant, des questions déjà anciennes et permettraient de faire fond sur une tradition de recherche déjà constituée (par exemple, les travaux sur la relation de service ou sur l’intégration du client dans les modèles productifs) – peuvent être aussi l’occasion de nous interroger sur les termes et les concepts dans lesquels nous pensons les phénomènes d’exploitation, de travail et d’échange marchand. Elles doivent être prises comme des invitations à l’innovation théorique et méthodologique.

40En se repliant sur l’arithmétique des petits c, v et pl, la démonstration de Tiffon ne clôt pas le débat. Ce faisant, la théorie du néo-surtravail se condamne simplement à ne pas penser les spécificités d’une pratique qu’elle contribue à mettre si élégamment au jour. Sans compter le risque, à voir du travail partout, de faire disparaître l’échange, la procédure d’achat (ou de consommation selon l’acteur considéré) en tant qu’acte spécifique (Grandclément, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Bernard S. (2012), Travail et automatisation des services, la fin des caissières ?, Toulouse, Octarès.

Bernard S., Dujarier M.A., Tiffon G. (dir.) (2011), « L’activité des clients : un travail ? », Science de la société, n° 82, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Böhm-Bawerk E. (1949), Karl Marx and the Close of his System, New York, Augustus Kelley.

Bortkiewicz L. (1959), « Essai de rectification de la construction théorique fondamentale de Marx dans le troisième livre du Capital », Cahiers de l’ISMEA.

Bouchareb R. (2013), « La Mise au travail des clients », Sociologie, comptes rendus, http://sociologie.revues.org/2075

Cihuelo J. (2013), « Guillaume Tiffon, La mise au travail des clients », La Nouvelle Revue du Travail, n° 3, http://nrt.revues.org/1203

Delaunay J.C. (2001), « Valeur et activités de service dans le capitalisme d’aujourd’hui », in Le capitalisme contemporain : questions de fond, Delaunay J.C. (dir.), Paris, L’Harmattan.

Dostaler G. (1978), Valeur et prix : histoire d’un débat, Paris, Maspéro.

Dujarier M.A. (2008), Le travail du consommateur, De McDo à Ebay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte.

Engels F. et Marx K. (1964), Lettres sur le « Capital », Paris, Éditions sociales.

Grandclément C. (2011), « Le libre-service à ses origines : mettre au travail ou construire le consommateur ? », Entreprises et histoire, n° 64, p. 64-75.

Husson M. (2004), « Pourquoi une théorie de la valeur ? », Le marxisme face au capitalisme contemporain, Paris, éditions Syllepse, coll. « Les Cahiers de critique communiste ».

Machut A. et Chevallier M. (2014), « Le consommateur pris dans la toile », Alternatives Économiques, 331 (1), p. 62.

Marx K. (1859), Critique de l’économie politique, Paris, Éditions sociales.

Marx K. (1867), Le capital. Critique de l’économique politique, Paris, Éditions sociales.

Montalban M. (2012), « De la place de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation : critique et synthèse », Revue de la régulation, n° 12, 2e semestre / Autumn.

Montchatre S. (2014), « Guillaume Tiffon, La mise au travail des clients », Revue française de socio-économie, n° 13, p. 311-314.

Naville P. (1961), L’automation et le travail humain, Paris, éditions du CNRS.

Roubine I. (1977), Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Paris, Maspéro.

Tiffon G. (2009), « La création de valeur par le client. De la marchandise service à la théorie du néo-surtravail », thèse de l’université d’Evry-Val d’Essonne.

Tiffon G. (2013), La mise au travail des clients, Paris, Economica.

Vatin F. (1987), La fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincksieck.

Haut de page

Notes

1 Un exemple limite pourrait être celui de l’usage des traces laissées par la navigation des utilisateurs d’Internet que les entreprises s’emploient à extraire et à vendre. Internet transformerait ainsi le consommateur en « travailleur gratuit » (Machut et Chevallier, 2014).

2 (Dujarier, 2008, p. 15-16). Ce faisant, elle définit le mot « travail » sans pour autant définir le mot « consommation » : on comprend la difficulté, tout le propos repose sur l’idée que les deux sont imbriquées. Mais la préservation des deux mots n’a de sens que s’ils désignent des réalités différentes sinon son ouvrage sur « le travail du consommateur » fourni une simple sociologie des pratiques de consommation et aurait très bien pu s’appeler « La consommation ». Elle définit cependant le « consommateur » comme « celui qui utilise un produit marchand (un bien ou un service) pour son usage » (p. 15), définissant en creux la consommation comme l’utilisation, pour un usage individuel, d’un bien ou d’un service marchand et dessinant une procédure de consommation au cours de laquelle le consommateur est par définition improductif. C’est l’association entre cette figure improductive et le mot travail qui suscite l’intérêt de l’énoncé « travail du consommateur ».

3 S’ils ne retenaient que les deux premiers, les argumentaires sociologiques sur le « travail du consommateur » se condamneraient à la découverte un peu convenue que les consommateurs sont « actifs » ou, pour le dire autrement, que la consommation est une « pratique », éventuellement une « pratique sociale ».

4 Pour une critique plus complète voir (Bouchareb, 2013 ; Cihuelo, 2013 ; Montchatre, 2014).

5 L’idée que seul le travail pouvait représenter une grandeur ou une propriété commune aux différentes marchandises est cependant critiquée, notamment par (Böhm-Bawerk, 1949, p. 75).

6 Ce qui constitue une explicitation du modèle puisque le propos de Tiffon supposait implicitement tantôt, comme Marx, des marchés disposant d’une multitude d’offreurs (j’en veux pour preuve que la modification du prix de marché de la marchandise produite par l’entreprise adoptant une innovation de procédé de service ne modifie pas le prix moyen de ladite marchandise), tantôt des situations quasiment monopolistiques (lorsque le capitaliste ne semble pas vouloir profiter d’un avantage concurrentiel en maintenant son prix initial malgré l’adoption d’une innovation de procédé de service).

7 La prestation a sans doute considérablement changé mais nous devons considérer, pour la suite de la démonstration, que nous avons affaire à des marchandises de mêmes qualités, susceptibles de participer du même marché. Pour les besoins de la démonstration, nous ferons, dans un premier temps, comme si le passage de T1 à T2 ne dépréciait pas immédiatement la valeur de la force de travail. Cette valeur devrait nécessairement se déprécier sur un marché aussi réduit puisqu’en l’occurrence en T2, une heure de travail ne produit plus, en moyenne, une seule marchandise mais bien 1,25 marchandises.

8 « En tant que cette baisse des prix participe largement de l’acceptation du néo-surtravail […], elle constitue, d’une certaine manière, le coût de la mise au travail des clients, la valeur d’échange de leur contribution », (Tiffon, 2009, p. 256).

9 Précisons que, contrairement à ce qu’affirme Tiffon, v’ ne peut être égal à VD(T1) – VD(T2) que dans le cas d’un marché disposant d’une multitude d’offreurs, cas où l’introduction d’une baisse de coût de production dans une entreprise donnée n’a pas d’influence sur le prix moyen de la marchandise. Pour être généralisable aux autres situations auxquelles Tiffon fait implicitement référence (cf. note de bas de page n° 6), la formule doit donc être modifiée.

10 Nous faisons ici référence aux alternatives (1) et (2) vues dans « 2.1 Le problème de la transformation et l’émergence de deux interprétations possibles de la théorie de la valeur ».

11 Pour autant, c’est un coût étrange, dans la mesure où, à la différence des coûts salariaux, il ne s’ajoute pas à la formule de la valeur de la marchandise service, il s’y soustrait.

12 On aurait d’ailleurs pu poser la question du maintien du terme « client », « celui qui paie », dont l’usage semble accréditer la thèse d’une génération spontanée du capital, de l’argent qui produirait de l’argent sans la médiation du travail, ce que critique précisément Marx. Ce n’est cependant pas ce que veut dire Tiffon qui étudie « le travail » du client. Aussi, l’usage du terme « néo-travailleurs » serait plus approprié.

13 Voir Roubine (1928), par exemple.

14 De nombreux auteurs ont montré qu’en réalité ce constat était très difficile à établir. Il supposerait que le travail concret se déploie dans un espace métrologique homogène, ce que permettait, par exemple, sa réduction à une dépense de force physique. L’automation introduit plus souvent un changement de nature du travail qui ne permet pas de dire si le travailleur concret en fait plus ou moins qu’avant l’automation : il fait différemment (Naville, 1961 ; Vatin, 1987 ; sur les caisses automatiques et le travail des caissières : Bernard, 2012).

15 Par exemple : (Tiffon, 2009, p. 258).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La marchandise-service chez Delaunay [2001]
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11352/img-1.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Figure 2. La marchandise-service chez Tiffon (2009 ; 2013)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11352/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Giry, « À propos de la théorie du néo-surtravail », Revue de la régulation [En ligne], 17 | 1er semestre / Spring 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11352

Haut de page

Auteur

Benoit Giry

Doctorant - Centre Emile Durkheim – UMR 5116, Université de Bordeaux, benoit.giry@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page