Navigation – Plan du site
Notes de lecture

De la fiction financière et de son ante-validation politique

Réponse à Julien Vercueil à propos de sa recension de l’ouvrage Le capital fictif
Cédric Durand

Notes de la rédaction

Cette note est une réponse à Julien Vercueil à propos de sa recension de l’ouvrage de Cédric Durand, Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014 ; Julien Vercueil, « Le capital, au-delà de la fiction », Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn, 2014.

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Matthieu Montalban pour ses remarques et suggestions précieuses qui m’o (...)

1Je voudrais d’abord remercier Julien Vercueil pour sa lecture précise de mon livre et pour ses commentaires stimulants1. Dans l’ensemble, cette recension rend compte de préoccupations partagées et d’une convergence de vues quant aux enjeux de « la montée en puissance du financier ». Je suis par exemple en plein accord avec son invitation à prolonger le travail engagé par des études empiriques plus détaillées en ce qui concerne, d’une part, les rapports entre financiarisation et mondialisation et, d’autre part, l’incorporation dans les processus politico-institutionnels des impératifs de la reproduction du capital fictif. Le compte-rendu de Julien Vercueil engage également la discussion sur l’objet théorique au centre de l’ouvrage, à savoir le concept de capital fictif lui-même. C’est sur cet aspect que je vais concentrer ma réponse en exposant, dans un premier temps, le contenu donné à l’opposition dialectique entre fictif et réel puis, dans un second temps, en soulignant l’originalité du concept de capital fictif et sa pertinence pour penser l’hégémonie contemporaine de la finance.

1. La dialectique du fictif et du réel

2Une objection formulée par Julien Vercueil concerne le terme de fictif lui-même et la dichotomie avec le « réel » qu’il introduit :

Pourquoi donc le qualificatif de « fictif » est-il employé ici, si ce n’est pour affirmer une opposition à une « réalité » qui serait d’une autre nature? Le terme de « réel » revient souvent dans l’ouvrage et chaque fois il s’oppose au caractère « fictionnel » du capital financier. L’ouvrage distingue systématiquement entre ce qui est concret et ce qui ne l’est pas, ce qui crée de la valeur et ce qui n’en crée pas […]. Face à ce dualisme ontologique, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’hypothèse du matérialisme « pur et dur » selon laquelle il n’est pas de réalité hors du matériel. Ceci pose une question qui nous semble importante pour le concept clé de l’ouvrage : où s’arrête le « fictif » ?

3Julien Vercueil souligne a raison que le qualificatif de « fictif » s’oppose à celui de « réel » tout au long de l’ouvrage, une opposition conceptuelle mais qui s’illustre aussi de manière empirique lorsque, dans le chapitre 4, la montée en puissance au cours des dernières décennies des différentes formes de capital fictif relativement au PIB est mise en évidence. Comment faut-il comprendre cette opposition ? Elle est en fait relativement simple : il s’agit de distinguer, d’un côté, la valorisation imaginée, c’est-à-dire celle qui est anticipée et se cristallise sous forme de convention financière dans les titres et, d’un autre côté, la valorisation réelle, c’est-à-dire celle correspondant à des marchandises produites et dont la valeur d’usage immédiate – et non le droit de tirage sur la production future – est associée à une valeur d’échange validée par une transaction marchande. En période normale, valeur fictive et valeur réelle semblent se confondre : la liquidité de marché implique pour chacun des détenteurs de capital fictif la possibilité de vendre les titres et d’utiliser la monnaie ainsi acquise pour acheter des marchandises et jouir de la valeur d’usage qu’elles procurent. Par exemple, la vente de 330 actions Total dont la valeur unitaire fluctue depuis plusieurs années autour de 45 euros rapporte environ 15000 euros qui peuvent être utilisés immédiatement pour acheter un scooter de grosse cylindré Yamaha TMAX, meubler son salon avec du mobilier Charlotte Perriand ou bien partir trois semaines à deux pour une croisière de luxe aux caraïbes. Valorisation financière fictive et valorisation marchande réelle coïncident. La déconnexion entre ces deux ordres de valorisation n’apparaît au grand jour qu’en période de crise, quand les titres financiers se dévalorisent subitement : lorsque les revenus anticipés ne sont pas au rendez-vous, tous tentent de se défaire de leurs titres, la liquidité d’évapore et les cours s’effondrent, altérant radicalement les conditions de conversion d’un ordre de valorisation à un autre.

4Contrairement à ce que suggère Julien Vercueil, cette dichotomie entre fictif et réel ne présuppose pas une position arrêtée concernant l’origine de la valeur, ni la délimitation entre travail productif et travail improductif. Ces questions, éminemment complexes et traitées par une littérature considérable, ne sont tout simplement pas abordées dans l’ouvrage. Et l’on peut rejoindre le principe général selon lequel valeur s’incarne dans la monnaie qui est « l’instrument par excellence de la puissance marchande en tant qu’elle ouvre l’accès à toutes les marchandises » (Orléan, 2011, p. 149) tout en étant conscient des insuffisances d’une telle approche pour penser la formation des prix et le caractère antagonique des rapports de production capitalistes (Montalban, 2012).

5Accepter que la valeur s’incarne dans la monnaie, n’interdit ainsi pas de constater l’existence de deux types de valeurs. D’un côté, les titres financiers représentent une valeur fictive correspondant à des prétentions à des revenus monétaires futurs qui sont autant de droits sur des marchandises non encore produites ; la liquidation de cette valeur fictive en valeur réelle est possible à tout moment pour les individus dès lors que d’autres agents reprennent à leur compte la fiction, mais elle est impossible pour la communauté prise dans son ensemble. À l’inverse, la valeur réelle renvoie aux marchandises elles-mêmes, c’est-à-dire aux valeurs d’usage disponibles dont la valeur d’échange est validée par des transactions monétaires. C’est précisément cette distinction que retient la comptabilité nationale qui n’inclut pas la valorisation financière comme hausse du PIB puisqu’il ne s’agit pas d’une production de biens et services.

6À ces deux types de valeurs correspondent deux ordres de valorisation distincts (figure 1). La valorisation réelle dépend des procès de travail, des conditions de production (politiques, juridiques, environnementales), des conditions de consommation (répartition des revenus, construction sociale des valeurs d’usage) et des formes de la concurrence. La valorisation fictive résulte de la formation autoréférentielle de grandeurs qui représentent l’actualisation de revenus attendus de procès de valorisation réels non encore advenus ; elle est affectée, notamment, par le contexte monétaire (taux d’intérêt, quantité de monnaie en circulation, inflation) et la préférence pour la liquidité des agents.

7Le dualisme fictif/réel ne procède pas d’une indépendance de ces deux ordres de valorisation, pas plus que la valorisation fictive n’est un simple voile de la valorisation réelle. Ces deux ordres de valorisation sont asymétriquement interdépendants. La valorisation fictive est soumise à une épreuve de vérification continuelle à travers la conformation ou l’absence de conformation des revenus financiers effectivement versés aux anticipations, revenus qui sont dérivés du procès de valorisation réelle. Cette épreuve de vérification souligne les limites de l’autonomie relative de l’instance de valorisation fictive – et du travail des acteurs de la finance qui le supporte – par rapport au procès réel de valorisation. Pour préserver son intégrité, la valeur fictivement accumulée exige que les promesses financières qui lui sont associées soient honorées en temps et en heure. En sens inverse, lorsque les engagements financiers ne sont plus tenus, le capital fictif se dévalorise produisant une crise financière. En effet, toute suspension des remboursements d’une dette ou révision à la baisse des profits invalide les anticipations passées et conduit à une révision des espérances de flux de revenus à venir. Immédiatement, le cours du titre concerné est affecté, une baisse qui tend à contaminer les titres qui partagent avec lui certaines caractéristiques (exposition d’un secteur à un changement de conjoncture par exemple), puis, possiblement, l’ensemble du système financier si les effets cumulatifs de dévalorisation des titres contraignent certains acteurs à liquider leurs positions en catastrophe pour faire face à leurs propres échéances de remboursement.

8La valorisation réelle est quant à elle soumise à une vérification interne, lorsque les marchandises effectuent leur saut périlleux en passant de la sphère de la production à celle de la circulation sur les marchés. Il existe cependant une rétroaction du procès de valorisation fictive sur le procès de valorisation réelle à travers le financement des agents économiques. Une crise financière se manifeste par une rupture en chaîne des obligations de paiement prévues et un effondrement du système de crédit qui viennent entraver brutalement l’activité économique réelle (Crotty, 1985).

Figure 1. Valorisation réelle et valorisation fictive

Figure 1. Valorisation réelle et valorisation fictive

9En bref, le livre souligne la tension qui existe entre la valorisation financière de droits de tirage sur des marchandises qui restent à produire (une puissance marchande en devenir) et les marchandises effectivement disponibles issues du travail humain et de la nature. C’est à partir de ces prémices qu’il est possible d’examiner plus avant comment l’accumulation fictive interfère avec les opérations économiques réelles.

2. De la préemption et de son ante-validation

10La critique de Julien Vercueil ne se limite pas à la question de la dichotomie fictif-réel, mais porte sur le concept de capital fictif lui-même qui apparaît dans sa lecture comme un concept inadéquat, imprécis ou simplement redondant. Sans qu’il ne l’affirme directement, son commentaire suggère qu’il s’agirait là d’une coquetterie théorique, n’ajoutant rien au terme largement usité de capital financier. Il écrit ainsi :

Quelle est la différence avec le capital financier ? Avec les divers moyens de mobilisation de l’épargne ? Avec les divers supports de la liquidité ? Nous n’en trouvons pas. En bref, le « capital fictif », c’est la monnaie plus les titres de placement. C’est-à-dire, rien de moins que la contrepartie de toute l’activité économique qui ne passe pas par le troc.

11Cette affirmation appelle plusieurs clarifications. Il faut tout d’abord rappeler que le concept de capital financier, définit classiquement par Rudolf Hilferding (1979), renvoie à une configuration du capitalisme dans laquelle le capital industriel est subordonné aux banques et aux institutions financières. Le capital fictif est une des modalités de médiatisation du pouvoir exercé par les institutions financières sur l’industrie. D’autres notions telles que le crédit bancaire, la dette publique ou la capitalisation boursière renvoient à des formes de capital fictif, elles se situent donc à des degrés de généralités moindres que celui-ci. L’apport spécifique du concept de capital fictif est d’introduire une dimension radicalement distincte : l’idée de préemption sur la puissance marchande future, c’est-à-dire une « accumulation de droits, de titres juridiques sur une production à venir » (Marx, 1976, p. 434).

12Dans le contexte contemporain d’hégémonie de la finance, cette préemption est soutenue par l’action du politique. Pour bien comprendre ce qui se joue, il convient de faire un rapide détour par la question de l’ante-validation sociale du travail privé ou, pour reprendre une formule d’Alain Lipietz, la « canonisation a priori du travail privé comme travail social » (Lipietz, 1983, p. 140) qui a été au cœur de développements théoriques majeurs dans le années 1970, recherches s’inscrivant il est vrai dans une approche en termes de valeur travail. Nous pensons ici en particulier à État et Capital (1976) de Suzanne de Brunhoff – une économiste marxiste spécialiste des questions monétaires et financières récemment disparue – et au chapitre VI de l’ouvrage de Michel Aglietta Régulation et crises du capitalisme (1976).

13L’idée d’ante-validation prend d’abord sens lors de l’émission ex-nihilo de monnaie bancaire. Lorsqu’une banque accorde un crédit à un entrepreneur « la banque anticipe la validation sociale des marchandises qui seront produites par l’industriel, elle est sûre que ces marchandises seront vendues et qu’avec le produit de la vente l’industriel la remboursera » (De Brunhoff, 1976, p. 38). Il ne s’agit cependant pour l’instant que d’une ante-validation privée de travaux privés : « la banque agit à ses risques et périls, les crises de réalisation s’accompagnant de crises du crédit et de faillites bancaires ». Néanmoins, quand la monnaie centrale a cours forcé – c’est-à-dire que l’État impose l’acceptation sans restriction de la monnaie de la banque centrale – et tant que les banques privées sont en mesure de se refinancer auprès de la banque centrale cette « ante-validation privée » se transforme en « une validation sociale des anticipations privées de la banque et de l’entrepreneur ». Cette validation sociale a priori n’en est pas moins fragile, c’est une anticipation indirecte d’un produit à venir qui, en cas de crise de réalisation, se révèlera être une « pseudo-validation sociale des travaux privés ». Cette pseudo-validation se manifeste à travers l’inflation, la dévalorisation de la monnaie reflétant l’étendue de la non validation a posteriori des anticipations ante-validées socialement par les refinancements de la banque centrale.

14Dans le cadre contemporain du capitalisme mondialisé et financiarisé, l’expression de la contrainte monétaire en répercussion à des problèmes de réalisation a changé de forme. En premier lieu, l’ante-validation sociale déborde désormais le seul canal du crédit bancaire. Avec l’unification des différents marchés financiers et l’affirmation de l’impératif de liquidité, l’ante-validation sociale supporte les autres formes de capital fictif que sont la dette publique, les actions, les obligations et les produits dérivés et structurés. En outre, la liberté de circulation des capitaux et l’émergence d’acteurs financiers transnationaux nécessitent une régulation internationale de cette ante-validation qui passe par une forte coordination des actions des banques centrales et des politiques économiques des gouvernements des principales économies. Dans ce nouveau contexte, une crise financière manifeste toujours une crise de réalisation, mais l’effort de validation sociale a priori en vue de la contenir prend la forme de multiples mesures visant à la sauvegarde du système financier telles que les opérations de recapitalisation bancaire, des garanties publiques et des politiques monétaires exceptionnelles qui incluent un relâchement de l’exigence de qualité des titres acceptés lors des opérations de refinancement ainsi que des rachats massifs de titres par la banque centrale. L’objectif de stabilité financière est le nom que prend cette détermination du politique à endosser la préemption privée par les marchés financiers de la production de marchandises à venir, la valorisation financière est ante-validée socialement par le politique.

  • 2 La banque d’Angleterre souligne ainsi que ses achats de titres publics ont poussé à la hausse la va (...)

15À la différence des années 1970, l’ante-validation sociale d’espérances de valorisation qui ne se réalisent pas ne peut plus se muer en une pseudo-validation sous forme d’inflation. La persistance d’un chômage de masse et l’afflux de marchandises depuis les pays à bas salaires exercent une pression à la baisse continue sur les salaires et sur les prix. Après trois décennies de reflux du mouvement ouvrier, les conditions sociopolitiques sont radicalement différentes de telle sorte que le conflit de répartition aiguisé par l’échec des procès de valorisation ne se prolonge plus à l’abri de l’illusion monétaire. Il s’effectue désormais de manière explicite. Les banques centrales et les pouvoirs publics engagent des opérations de recapitalisation et des politiques monétaires non-conventionnelles pour garantir l’intégrité du système de crédit et soutenir la valeur des titres. Ce faisant, le politique réaffirme la validation sociale des anticipations privées cristallisées dans les créances bancaires et les autres titres financiers ce qui a pour effet d’accentuer les inégalités de patrimoine2. En parallèle, les gouvernements s’efforcent de créer les possibilités d’une validation effective en altérant les conditions du processus de valorisation : c’est le sens des diverses mesures visant, d’une part, à accroître les profits en transformant les conditions d’engagement de la force de travail (simplification du droit du travail, changement dans les procédures de négociation collective, baisse des salaires…) et, d’autre part, à comprimer les consommations collectives (austérité budgétaire, limitation de la couverture santé, allongement de la durée de cotisation) pour réduire le prix du travail, contenir les prélèvements obligatoires et garantir la continuité du service de la dette par les administrations publiques ; mesures auxquelles il faudrait ajouter d’autres dimensions ayant trait à l’élargissement des espaces ouverts à la valorisation marchande ou encore les négociations sur le commerce et les investissements dont un des principaux objectifs est de définir des standards pour prolonger la prééminence des grandes firmes du Nord à l’échelle mondiale. En bref, les politiques de stabilité financière se couplent à des politiques d’austérité budgétaire et de réformes structurelles afin d’assurer la vérification ex-post de l’ante-validation sociale de la valeur financière accumulée. Les politiques de stabilité financière d’un côté, et les mesures d’austérité et les réformes structurelles de l’autre, forment donc un couple qui exprime la persistance de la contrainte monétaire dans un contexte où l’hégémonie du capital financier lui permet de d’affirmer la priorité de ses prétentions sur le produit social par rapport aux attentes des autres secteurs sociaux.

16On comprend ainsi que lorsque Julien Vercueil écrit que le capital fictif est « la contrepartie de toute l’activité économique qui ne passe pas par le troc », il prend les choses à l’envers et passe à côté de l’essentiel. La relation est inverse, elle part du capital fictif accumulé par anticipation qui doit trouver dans l’activité économique future ou, plus précisément, dans le procès de valorisation à venir, une contrepartie. Ce résultat est extrêmement important car il permet de poser la sphère financière non comme un reflet plus ou moins déformé de l’activité économique, mais comme une accumulation de prétentions dont la validation ex post n’est pas donnée a priori mais dépend de la transformation des conditions économiques, sociales, environnementales et politiques qui ensemble conditionnent le procès de valorisation. Ce concept permet ainsi de penser l’instabilité financière non pas de manière endogène mais en rapport aux dynamiques contingentes et conflictuelles dans les sphères de l’échange, de la production et de la régulation politique. Le concept de capital fictif offre en outre une base théorique pour récuser l’injonction à défendre la stabilité financière et invite les corps sociaux à dénouer les promesses accumulées dans la sphère financière pour se réapproprier leur avenir.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy.

Crotty J. (1985) « The Centrality of Money, Credit and Financial Intermediation in Marx’s Crisis Theory: An Interpretation of Marx’s Methodology », in Resnick and Wolff, (eds), Rethinking Marxism : Essays for Harry Magdoff and Paul Sweezy, Autonomedia, New York, pp. 45–81.

De Brunhoff S. (1976), État et Capital, Paris, Éditions Maspero.

Hilferding R. (1979), Le Capital financier, Paris, Éditions de Minuit.

Lipietz A. (1983), Le monde enchanté de la valeur, Paris, Éditions Maspero.

Marx K. (1976), Le Capital, vol. III, Paris, Éditions sociales.

Montalban M. (2012), « De la place de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation : critique et synthèse », Revue de la régulation, n° 12, 2e semestre / Autumn.

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Matthieu Montalban pour ses remarques et suggestions précieuses qui m’ont aidé à améliorer ce texte. Les erreurs éventuelles restent bien entendu de ma seule responsabilité.

2 La banque d’Angleterre souligne ainsi que ses achats de titres publics ont poussé à la hausse la valeur d’un large spectre d’autres titres financiers ce qui a conduit à une hausse relativement plus importante de la richesse des ménages les plus aisés qui possèdent la plus grande part de ces titres. The Distributional Effects of Asset Purchases, Bank of England, 12 July 2012 http://www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/quarterlybulletin/qb120306.pdf. Sur ce point, voir également : Chris Giles, “Debate rages on quantitative easing’s effect on inequality”, FT.com, October 21, 2014. http://www.ft.com/intl/cms/s/0/c630d922-586f-11e4-942f-00144feab7de.html#axzz3Vs6mMGpr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Valorisation réelle et valorisation fictive
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11101/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Durand, « De la fiction financière et de son ante-validation politique », Revue de la régulation [En ligne], 17 | 1er semestre / Spring 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/11101

Haut de page

Auteur

Cédric Durand

Maître de conférences, Centre d’économie Paris Nord (CNRS / université Paris 13), cedric.durand@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page