Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Nicolas Brisset, Performativité des énoncés de la théorie économique : une approche conventionnaliste

Nicolas Brisset

Résumés

Cette thèse explore la portée analytique de la notion de performativité des théories économiques. Après avoir souligné que la principale limite de celle-ci est sa difficulté à théoriser les échecs performatifs, on en propose une nouvelle approche, fondée sur la notion de convention : pour performer le monde social, une théorie doit devenir une convention dans un monde fait d’autres conventions. Cette nouvelle approche est ensuite utilisée dans le cadre de trois études de cas.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 11 décembre 2014 à l’université de Lausanne
Sous la direction de Roberto Baranzini (université de Lausanne) et Jérôme Lallement (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Jury :
Olivier Favereau, professeur, université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, rapporteur
Harro Maas, professeur, Universiteit Utrecht
Emmanuel Picavet, professeur, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Philippe Steiner, professeur, université Paris Sorbonne, rapporteur
Alessandro Villa, professeur, université de Lausanne, président du jury
Dominique Vinck, professeur, université de Lausanne
Bernard Walliser, ingénieur général des ponts et chaussées, École nationale des ponts et chaussées, directeur de recherche, EHESS

Question(s) de recherche

2Depuis les années 1970, historiens de la pensée comme sociologues se sont largement penchés sur les interactions entretenues par les outils issus des théories économiques et par les pratiques effectives de marché. Ces différents travaux indiquent la porosité de la frontière entre activité scientifique (observer, mesurer, théoriser) et participation au monde social. Une porosité dont beaucoup d’économistes ont fait leur métier. Pensons à la figure de l’ingénieur économique français du xixe siècle, ou encore au designer de marchés Alvin Roth, qui reçoit en 2012 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel. L’idée, selon laquelle la discipline économique façonne le monde social plus qu’elle ne constate la manière dont il fonctionne effectivement, a été portée ces 15 dernières années par un riche corpus sociologique initié par Michel Callon. On parle alors du pouvoir performatif des théories économiques. La thèse, dont le présent texte est une présentation, interroge, au-delà de ce pouvoir performatif, les limites auxquelles les théories peuvent être confrontées lorsqu’elles tendent à s’imposer comme un élément structurant de la réalité sociale : comment expliquer théoriquement que la « performativité » des théories économiques ne réussit pas toujours ? Que certaines théories échouent à façonner le monde social à leur image ?

Méthode

3Après avoir restitué le fond de l’approche performativiste, on aborde, dans la première partie de la thèse, les principales critiques faites à la notion de performativité. On reproche régulièrement à la sociologie performativiste son allégeance à la théorie économique standard : à considérer la science économique comme l’origine du monde social, sa matrice, on y perdrait toute distance critique. L’économiste scientifique participe à la construction du monde social et (donc) dit le vrai. La première thèse que l’on défend est que la conceptualisation performativiste est en difficulté dès qu’il s’agit de penser les échecs performatifs. Cette difficulté est avant tout le fait d’un refus de considérer que les individus susceptibles d’utiliser les théories économiques sont immergés dans un monde social s’imposant à eux et pouvant limiter le pouvoir performatif des théories économiques en question. Dans le cadre de la sociologie de la performativité, il ne s’agit pas d’expliquer les comportements des acteurs sociaux en se référant au monde social qui les précède, mais de comprendre la construction par les agents de leur propre monde. Or, le préalable à la construction de la réalité technique et sociale sur la base d’une théorie nécessite que l’utilisation de cette dernière devienne une convention, une pratique partagée reposant sur des croyances collectives. C’est-à-dire que les membres d’une population se coordonnent sur l’utilisation de la théorie en question.

4En intégrant cette idée, la thèse de la performativité ouvrirait la porte à l’appréhension de l’échec performatif : une théorie échoue à performer le monde social lorsqu’elle échoue à devenir une convention. La notion de convention constitue le cœur de notre raisonnement. Il s’agit du deuxième temps de la thèse (partie 2). Empruntée à David Lewis, elle permet de théoriser les mécanismes de l’échec de performativité. L’idée de convention renvoie en première approximation à un dispositif social de perception du monde, indiquant aux acteurs la manière dont ils doivent agir en face de certaines situations et dans certaines circonstances. Ainsi, se laisser guider par une théorie, c’est accepter comme donnée une norme d’action dans un monde fait d’autres conventions. Les conventions limitent les possibilités performatives d’une théorie.

5La troisième partie de la thèse est alors consacrée à l’utilisation de cette nouvelle manière d’envisager la performativité dans le cadre de trois études de cas.

Résultat(s)

6Partant du constat d’une difficulté à théoriser les échecs de performativité, la thèse se propose donc d’apporter une approche alternative de ce concept, centrée sur une définition de la performativité par ses conditions, et d’en explorer la pertinence heuristique via trois études de cas.

7Pour prendre un statut de convention, une théorie devra :

  • Fournir aux acteurs sociaux une représentation de leur monde social permettant de choisir parmi plusieurs actions.

  • Indiquer un choix jugé pertinent par les acteurs sociaux lorsque la convention est généralisée.

  • Être compatible avec l’ensemble des conventions constituant l’environnement social.

8Ces trois conditions, qui émanent directement de la définition lewisienne des conventions, permettent de dégager trois limites à la performativité. Elle constitue le cœur de notre approche de la performativité et la réponse à la question posée par ce travail. Pour pouvoir intervenir au sein du monde social, une théorie, par exemple la théorie de l’action rationnelle, doit déjà pouvoir devenir un repère de coordination. C’est-à-dire qu’elle doit pouvoir servir de cadre conceptuel à travers lequel les agents envisagent le monde. Cet impératif est celui de l’empiricité : une théorie doit pouvoir être à l’origine d’énoncés empiriques de type « x est rationnel au sens de la théorie économique, contrairement à y ». C’est à cette condition qu’un dispositif technique pourra promouvoir la théorie standard de la rationalité, en permettant aux individus de distinguer la rationalité de l’irrationalité. C’est par exemple le cas des nudges, dispositifs politiques ayant pour objectif d’inciter les individus à prendre des décisions rationnelles au sens de la théorie économique. Une fois cet impératif posé, une théorie ne conservera son statut de convention que si elle permet aux individus de réaliser les objectifs qu’ils se sont fixés en la prenant comme repère ; ou du moins, faut-il qu’ils le croient. On parlera d’un critère d’autoréalisation, à savoir que la diffusion d’une stratégie modifie le monde social conformément aux attentes des agents. Dans le cas contraire, ils abandonneront la stratégie proposée par la théorie économique. Enfin, la troisième condition impose qu’une théorie se proposant comme convention soit compatible avec les conventions déjà en place au sein du monde social. Par exemple, les représentations du monde de bon nombre de sociétés rendent difficile la mise en place d’un marché des organes humains. Ces derniers ne sont pas considérés comme des « objets » pouvant être vendus par le biais de dispositifs marchands.

9Trois études de cas serviront chacune à isoler un des trois critères : l’impact social des théories de la rationalité ; le rôle des modèles financiers dans la constitution des marchés financiers (on étudie en particulier le Chicago Board Options Exchange) ; la mise en place de marchés dans le cadre du commerce d’organes humains. À chacune de ces études sera appliqué un de nos critères :

  • La notion de rationalité n’a pu s’inscrire au sein de politiques de rationalisation qu’à partir du moment où sa définition a permis de distinguer de manière plausible la rationalité de l’irrationalité. La promotion d’un comportement rationnel est en effet intimement liée à la capacité d’indiquer les contours d’un tel comportement.

  • Si la finance est certainement l’objet privilégié des études performatives, les modèles théoriques se heurtent à des phénomènes financiers qui leur résistent, poussant ainsi les théoriciens à adapter leurs outils au monde. Il ne suffit pas que les agents de marché adoptent une théorie pour que l’état du monde s’y conforme (ou du moins n’infirme pas la théorie) aux yeux de ces mêmes agents. La théorie, pour être performative, doit être autoréalisatrice.

  • Dans le cadre des marchés aux organes, les théoriciens sont confrontés à un ensemble de représentations sociales limitant la plasticité du monde. En l’occurrence, le rejet social de l’organe humain comme marchandise a poussé les économistes à s’orienter vers des modes d’appariements alternatifs aux marchés. On étudie en particulier le système mis place aux États-Unis par Alvin Roth (2007).

10Si ces trois critères ont pour fondement la définition lewisienne de la convention, ils sont également le résultat d’un travail de reconstruction analytique ayant pour objectif de désencastrer la convention de l’usage qu’en fait Lewis en théorie des jeux. Tel est par exemple le cas pour le deuxième critère : si dans un strict cadre de coordination, l’aspect autoréalisateur d’une convention va de soit, la chose est différente en ce qui concerne la performativité d’une théorie économique particulière, qui nécessite que la généralisation croissante de la théorie viennent corroborer la théorie. Si tel n’est pas le cas, alors la théorie devra être amendée, où les critères de vérité utilisés par les acteurs sociaux modifiés, pour que le processus performatif puisse se poursuivre.

Haut de page

Bibliographie

Austin J. L. (1970) [1962], Quand dire c’est faire, Paris, Seuil.

Callon M. (dir.) (1998), The Laws of the Markets, Oxford, Plon.

Callon M., Millo Y., Muniesa F. (eds.) (2007), Market Devices, Norwich, Blackwell Publishing.

Lewis D. (1969), Convention, Blackwell Publishers, Oxford.

MacKenzie D., Muniesa F., Siu L. (eds.) (2007), Do Economists Make Markets?, Princeton, Princeton University Press.

Roth A. (2007), “Repugnance as a Constraint on Markets”, Journal of Economic Perspectives, 21(3), p. 37-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Brisset, « Nicolas Brisset, Performativité des énoncés de la théorie économique : une approche conventionnaliste », Revue de la régulation [En ligne], 17 | 1er semestre / Spring 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/11071

Haut de page

Auteur

Nicolas Brisset

Chercheur postdoctoral (boursier Fernand Braudel), Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris, Collège d’études mondiales, brissetni@gmail.com, https://sites.google.com/site/nicolasbrissetacademique/these-1

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page