Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le conseil scientifique de la Revue de la régulation s’élargit, et c’est pour nous un grand plaisir et un honneur de recevoir ainsi de nouveaux renforts internationaux et prestigieux. Les personnalités concernées sont proches des travaux que nous publions. Leurs origines diversifiées montrent l’étendue des champs disciplinaires et des spécialités que la Revue de la régulation explore (ici, les sciences politiques, la sociologie et bien sûr l’économie). Ces soutiens renforcent ainsi notre dynamique internationale et interdisciplinaire. Tous nos remerciements à Susan Berger (MIT), Colin Crouch (University of Warwick Business School), Giovanni Dosi (Scuola Superiore Sant’Anna), Geoffrey Hodgson (Hertfordshire University), Richard Nelson (University of Columbia), Viviana Zelizer (Princeton) et Kathleen Thelen (MIT).

2Le numéro 16 de la Revue de la régulation nous donne à nouveau l’occasion d’un échange avec le courant postkeynésien (après le n° 10). Il illustre les liens tissés entre ces approches et permet à des chercheurs d’orientations différentes, souvent complémentaires, de travailler ensemble. Le dossier, coordonné par Mickaël Clévenot et Edwin Le Héron, invite à explorer les nouvelles voies de la modélisation macroéconomique postkeynésienne. Dans leur introduction, Mickaël Clévenot et Edwin Le Héron reviennent sur la généalogie de ces modèles et montrent en quoi le dossier permet d’établir un important état des lieux de l’approche SFC (modèles stock-flux cohérents) au travers de ses développements récents, notamment la mobilisation de modèles multi-agents (ABM). Les progrès réalisés dans ce domaine permettent d’ouvrir la modélisation à de nombreuses problématiques et d’accroître l’intérêt de cette approche. Ils en font une alternative crédible et pertinente aux modèles d’équilibre général dynamique stochastique (Dynamic Stochastic General Equilibrium, DSGE).

3Quatre travaux mobilisent des modèles stock-flux cohérents (Stock-Flow Consistent) initiés par Wynne Godley et Marc Lavoie. Une cinquième contribution, tout en s’inscrivant dans la cohérence stock-flux, développe aussi une modélisation multi-agents. En fin de dossier, nous avons demandé à plusieurs auteurs de s’associer afin de rendre compte de manière détaillée du dernier ouvrage de Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics – New Foundations, publié chez Edward Elgar en 2014. Cet ouvrage constitue à la fois une synthèse et une réflexion sur les nouveaux fondements théoriques et méthodologiques de ce courant de pensée.

4Le dossier s’ouvre sur l’article de Pascal Seppecher qui cherche à résoudre la question du profit monétaire de la théorie du circuit à partir d’un modèle à agents multiples hétérogènes dont les très nombreuses interactions microéconomiques conduisent à un état stable macroéconomique non prédéterminé. L’originalité manifeste de l’article pourrait en faire bientôt une référence. Une version anglaise sera prochainement mise en ligne afin d’assurer une large diffusion de cette approche novatrice. Dans la contribution suivante, Tarik Mouakil cherche avec un modèle SFC à justifier macro-économiquement l’hypothèse d’instabilité financière de Minsky. L’article de Thomas Dallery et Jordan Melmies ainsi que celui d’Antoine Godin décomposent le secteur productif en trois types d’entreprises, pour, avec Thomas Dallery et Jordan Melmiès, s’interroger sur la dynamique des prix et l’influence du financement sur la répartition des revenus, et, avec Antoine Godin, tester les effets de la politique d’employeur en dernier ressort sur le niveau du chômage et des inégalités sociales. Enfin, Luis Ortiz-Reyes et Jacques Mazier analysent le régime de croissance financiarisé en retenant, au niveau des entreprises non financières, soit une norme d’endettement, soit une norme de fonds propres. La forme de ces équations est par la suite mobilisée dans le cadre de modèles SFC représentant deux régimes de croissance plus ou moins financiarisés.

5Outre ce dossier sur le post-keynésianisme, ce numéro propose un entretien avec Michel Aglietta qui est l’occasion de revenir sur son itinéraire intellectuel, sur sa conception de la monnaie et sur les récents développements que nous donne à voir la monnaie à différentes échelles du local au global. Cet entretien résonne par avance avec le dossier Contestations monétaires dont la parution est prévue pour le numéro d’automne 2015.

6En varia, Arnaud Buchs se penche sur les régimes et crises du mode d’usage de l’eau. Son analyse permet de construire une périodisation des usages de l’eau sur le temps long qui s’intègre à une analyse conceptuelle du changement institutionnel. La contribution d’Adrien Faudot présente une analyse d’un régime peu étudié sous l’angle de sa dynamique d’accumulation, le régime rentier en Arabie saoudite. Sortant de la seule analyse de la rente, qui est cependant fondatrice, Adrien Faudot montre que d’autres facteurs et d’autres formes institutionnelles sont essentielles (ancrage au dollar, centralité des jeux migratoires dans le rapport salarial…) pour saisir la dynamique instable du régime et pour caractériser son mode de régulation. Avec l’article de Pascal Charbonnat sur les concepts de marché dans l’économie politique au xviiie siècle, nous ouvrons l’espace à une perspective d’histoire et de philosophie de la pensée. Sa contribution s’intéresse de manière combinée aux usages ordinaires et savants du mot marché, dans une perspective généalogique afin de comprendre l’évolution du concept moderne. Ce faisant, l’auteur contribue à l’analyse de l’évolution d’une institution centrale de l’économie à travers ses usages discursifs. Enfin, l’article d’Éric Lahille développe une réflexion d’économie politique historique centrée sur la crise des subprimes aux États-Unis. La thèse de l’auteur est que la nature profonde de cette crise est politique. Il explore les différents aspects de cette dimension politique en utilisant un cadre d’analyse régulationniste. L’objectif est de montrer la co-évolution entre un régime d’accumulation largement financiarisé et les fondements géopolitiques, notamment la quête d’hégémonie, de la forme nouvelle de néolibéralisme qui apparaît aux États-Unis dans les années 2000. Cette co-évolution fait naître des contradictions internes dans les politiques publiques menées aux États-Unis. Ce sont, pour l’auteur, ces contradictions qu’il faut analyser pour comprendre la crise.

7Pour clore cet éditorial, nous vous invitons au Colloque international « La théorie de la régulation à l’épreuve des crises / The theory of régulation in times of crisis » qui aura lieu à l’université Paris Diderot (Paris, France) du 10 au 12 juin 2015. À ce jour, le comité d’organisation a enregistré plus de 200 propositions de communications, en provenance des cinq continents. Les nouvelles recrues du conseil scientifique de la revue viendront également en nombre. De belles discussions en perspective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11057

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page