Navigation – Plan du site
Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents

Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents

Introduction
Renewing Post-Keynesian Macroeconomics? Agent-Based and Stock-Flow Consistent Models. Introduction
Renovar la macroeconomía post-keynesiana? Los modelos stock-flujo coherentes y multiagentes. Introducción
Mickaël Clévenot et Edwin Le Héron

Résumés

Le numéro 16 de la Revue de la régulation nous donne à nouveau l’occasion d’un échange avec le courant postkeynésien (cf. n° 10 de la revue) et plus particulièrement sur la modélisation macroéconomique postkeynésienne. Quatre travaux mobilisent la modélisation avec cohérence des flux et des stocks (Stock-Flow Consistent ou SFC) initiée par Wynne Godley et Marc Lavoie et un cinquième, s’il respecte également la cohérence des flux et des stocks, s’appuie sur la modélisation multi-agents (ABM). En fin de dossier, plusieurs notes de lecture sont associées pour rendre compte du dernier ouvrage de Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics, ouvrage présentant les nouvelles fondations de ce courant de pensée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article fera l’objet prochainement d’une traduction en anglais.

1Le dossier s’ouvre sur l’article de Pascal Seppecher qui cherche à résoudre la question du profit monétaire de la théorie du circuit à partir d’un modèle à agents multiples hétérogènes dont les très nombreuses interactions microéconomiques conduisent à un état stable macroéconomique non prédéterminé1. Puis Tarik Mouakil cherche avec un modèle SFC à justifier macro-économiquement l’hypothèse d’instabilité financière de Minsky. L’article de Thomas Dallery et Jordan Melmiès ainsi que celui d’Antoine Godin décomposent le secteur productif en trois types d’entreprises, pour, avec Thomas Dallery et Jordan Melmiès, s’interroger sur la dynamique des prix et l’influence du financement sur la répartition des revenus et, avec Antoine Godin, tester les effets de la politique d’employeur en dernier ressort sur le niveau du chômage et des inégalités sociales. Enfin, Luis Ortiz-Reyes et Jacques Mazier analysent le régime de croissance financiarisé en retenant au niveau des entreprises non financières, soit une norme d’endettement, soit une norme de fonds propres. La forme de ces équations est par la suite mobilisée dans le cadre de modèles SFC représentant deux régimes de croissance plus ou moins financiarisés.

1. La modélisation postkeynésienne stock-flux cohérente

2Les premières tentatives keynésiennes de faire des modèles possédant une cohérence des flux et des stocks ont été menées sous l’impulsion de William Brainard et James Tobin et donc à la Cowles Commission de l’Université de Yale après 1968. Il s’agissait d’ajouter à un modèle de flux IS-LM des stocks dont les contraintes et les évolutions respecteraient celles des flux. Wynne Godley associé à Francis Cripps en 1983 fournit une nouvelle impulsion cambridgienne à ce type de modélisation. Sa rencontre à la fin des années 1990 avec Gennaro Zezza au Levy Institute et avec Marc Lavoie fut déterminante et le véritable départ des modélisations postkeynésiennes SFC, même si les travaux initiés par Lance Taylor (2004) à la New School for Social Research de New York avaient ouvert la voie. Le livre de Wynne Godley et Marc Lavoie Monetary Economics, an integrated approach to credit, money income production and wealth, publié en 2007 par Palgrave-Macmillan, associé au website de Zezza, ont fourni les fondements pour de nouveaux travaux.

3Construire un modèle stock-flux cohérent (SFC) requiert trois étapes : écrire les matrices de stocks et de flux selon les secteurs analysés, compter les variables et les identités comptables issues de ces matrices, définir chaque inconnue avec une équation (identité comptable ou équation de comportement). Ces modèles ne sont en rien de simples modèles du circuit de la comptabilité nationale, mais intègrent des marchés, des comportements microéconomiques, des fonctions de réaction, des matrices de portefeuille. L’intérêt des stocks est important notamment pour les variables financières ou la prise en compte de l’environnement, mais aussi pour concilier les deux traditions keynésiennes antagonistes de la monnaie flux (financement de l’économie) et de la monnaie stock (préférence pour la liquidité). Ce cadre comptable et les restrictions qu’imposent la cohérence stock-flux « retirent plusieurs degrés de liberté aux configurations possibles des structures de paiement au niveau macroéconomique, rendant ainsi soluble la tâche de construire des théories permettant de “clore” les relations comptables sous la forme de modèles complets » (Taylor, 2004). Contrairement aux tentatives néoclassiques du même genre, qui échouent parce que les contraintes issues de la seule résolution par les prix sont trop fortes, l’approche postkeynésienne fournit des amortisseurs (déficits publics, stocks d’invendus pour les entreprises, déficit de la balance extérieure, etc.) qui facilitent leur résolution.

4Ces modèles de croissance sont dynamiques et déterminent un état stationnaire (steady state). Ils intègrent beaucoup de concepts issus de Keynes (demande effective), Kalecki (mark up), Kaldor, Minsky et plus généralement de la tradition cambridgienne (modèle de croissance et de répartition) associée à la monnaie endogène des postkeynésiens. Mais ils reprennent également les intuitions de Tobin : les modèles macroéconomiques doivent suivre la trajectoire des stocks, intégrer plusieurs actifs et taux de rendement, inclure les contraintes sectorielles de budget ainsi que les contraintes d’addition dans les équations de portefeuille. Il n’y a pas de trou noir, tout flux doit aller et provenir de quelque part. Enfin une dynamique temporelle évite que le temps ne se télescope, ainsi les modèles SFC donnent un sens au temps historique de Joan Robinson.

5La modélisation SFC est une modélisation macroéconomique structurelle. Les équations de comportement des acteurs sont supposées invariantes dans le cadre d’un régime de croissance. Il est donc possible de réaliser des chocs sur les modèles pour en comprendre les propriétés dynamiques et évaluer ainsi des changements de comportements de la part des entreprises, des ménages, de l’État et des acteurs financiers. Un autre aspect caractérise cette approche, la cohérence comptable et économique entre les flux de revenus et l’évolution des stocks de capital physique et financier. Dans de nombreux modèles standard, certaines relations implicites ne sont pas prises en compte, c’est par exemple le cas du modèle de Branson et Henderson (1985) de détermination de taux de change. Ils tiennent compte des rendements des actifs pour justifier la variation des changes, mais sans tenir compte des effets de stocks. Ces effets de stocks sur le change sont puissants car ils conduisent à revaloriser ou dévaloriser les actifs selon qu’ils soient détenus dans une monnaie ou l’autre, ce qui influence nettement les rendements. Voici l’un des points aveugles que tente de lever l’approche SFC. Dès lors qu’on passe dans une économie dominée par les fonds propres, l’oubli dans les relations dynamiques des feed-back liés aux effets de stocks, par exemple les effets de richesse et les effets de levier financier, devient rédhibitoire. Les modèles d’équilibre général dynamique stochastique (DSGE) présentent également une comptabilité complète en flux et en stock à travers les Social Accounting Matrix (SAM). Mais à la différence des SFC, la prise en compte de l’ensemble de ces effets induits est évacuée à travers l’hypothèse d’anticipations « rationnelles » des agents.

6Dans l’approche tronquée, à la Branson, on se trouve dans une économie fonctionnant en équilibre partiel. Avec les modèles DSGE, on se trouve dans une économie en équilibre général, mais où les déséquilibres sont évacués grâce à l’hypothèse d’un temps logique, c’est-à-dire où les acteurs tâtonnent tant qu’ils n’ont pas trouvé d’équilibre sur l’ensemble des marchés. Avec l’approche SFC, le steady state ne se fait pas obligatoirement par les prix, mais également par des quantités (stocks d’invendus, déséquilibre des finances publiques, chômage) qui sont autant d’amortisseurs. Si un choc est réalisé sur le modèle il va susciter des erreurs de prévision. Un mécanisme d’erreur adaptatif entre les grandeurs prévues et les grandeurs réalisées vient progressivement stabiliser le régime – rétroaction négatives. Ou, au contraire, le choc ne peut être régulé dans le cadre institutionnel décrit ce qui conduit à la disparition du régime de croissance par des effets cumulatifs déstabilisateurs, la crise-rétroactions négatives. C’est particulièrement le cas lors de l’introduction dans les modèles d’une détermination endogène du prix des actifs financiers. Ainsi, l’intérêt de l’approche SFC est qu’elle ne présuppose pas un équilibre donné de long terme, par opposition à un équilibre partiel ou général pour les approches standard. La différence entre les approches standard et hétérodoxes tient au final dans la conception du temps, des anticipations et de la monnaie. Les modèles SFC ont eu pour mission première d’intégrer dans un cadre macroéconomique la monnaie au sens keynésien de support de la liquidité et de financement de l’économie (monnaie endogène). Toutefois cette liquidité n’est toujours pas parfaitement intégrée dans les modèles SFC en raison de l’approche macroéconomique agrégée où les problèmes de coordination sont résumés par des déséquilibres entre les grands agrégats, alors qu’initialement elle représente des difficultés de coordination entre les acteurs individuels. De ce point de vue, les développements réalisés à travers l’approche multi-agents pourraient nous rapprocher du concept keynésien de liquidité.

7Plus largement, on pourra s’interroger sur la possibilité même d’une représentation formalisée de l’incertitude à laquelle donne lieu les interactions économiques d’une multitude d’agents. Et finalement on pourra se rappeler du rôle joué par les institutions dans la régulation dynamique de l’ensemble de ces interactions et la possibilité de les représenter elles-mêmes sous forme modélisée. C’est à ce pari scientifique que nous invite ce numéro visant à modéliser les institutions de la régulation : régime monétaire, régime de la concurrence, rapport salarial et modalité d’intervention de l’État. Il manque juste une description des modalités d’insertion internationale dans ce dossier pour réaliser un tour complet des grandes institutions sur lesquelles la théorie de la régulation fonde son analyse du capitalisme.

2. Des points communs avec la démarche de la théorie de la régulation

8L’approche postkeynésienne contemporaine s’appuie sur la modélisation pour établir des diagnostics sur le fonctionnement de l’économie capitaliste ou établir des recommandations de politique économique. De ce point de vue, cette approche possède une proximité évidente avec les travaux de macroéconomie appliquée qui ont inauguré l’approche régulationniste dans les années 1970. Mais cette proximité, comme on l’a évoquée dans le numéro 10 de la Revue, a des racines théoriques plus anciennes que l’on peut situer dans l’articulation de la modélisation marxienne du modèle de reproduction élargie et dans l’approche kaleckienne qui associe la dynamique macroéconomique et les phénomènes financiers. Le modèle physico-financier (fi-fi) développé au Trésor par Michel Aglietta, ou le modèle STAR développé également au Trésor durant les années 1970 par Robert Boyer, Jacques Mazier et quelques autres marquent bien des préoccupations communes de modélisation entre les problèmes de modélisation du moyen terme avec la prise en compte explicite de l’offre à travers les conditions d’accumulation du capital, de son financement et de la répartition des revenus, même si les seconds aspects ont pu paraître dominants. C’est d’ailleurs l’accent sur les aspects de demande ainsi que la critique de Lucas (1976) qui vont contribuer à éclipser durant une vingtaine d’année l’approche hétérodoxe modélisée. Les modèles à équations simultanées dont la conception structurelle était issue d’une théorie a priori vont être remplacés à la suite de Sims par un retour à l’analyse des données. La critique de Sims a concerné trois caractéristiques de la modélisation macro économétrique d’inspiration keynésienne, c’est-à-dire : l’absence de test d’exogénéité des variables retenues pour la modélisation ; l’absence de tests sur la structure causale et le choix quasi-arbitraire des formes fonctionnelles ; le traitement considéré comme inadéquat des anticipations des agents économiques.

9L’après 1980 sera marqué par la domination dans la modélisation macroéconomique par l’approche des Cycles Réels à l’origine des modèles dynamiques stochastiques d’équilibre général (DSGE) qui mettent justement l’accent sur l’offre. Notons au passage que ces modèles ne sont pas plus robustes à la critique de Lucas. Il faudra attendre la crise du capitalisme financiarisé pour que l’intégration des phénomènes financiers redevienne cruciale et contribue à disqualifier quelque peu les modèles DSGE décrivant un monde hyper stable (invariant) où les crises ne sont pas intégrées, la finance et la monnaie étant largement ignorées. C’est donc à partir de la réflexion sur l’intégration des phénomènes monétaires et réels qu’une nouvelle dynamique va apparaître dans la modélisation macroéconomique hétérodoxe. Outre l’approche développée par Bhaduri-Marglin (1990) à travers une représentation synthétique des comportements macroéconomiques, la modélisation postkeynésienne SFC a développé l’intégration les phénomènes monétaires et financiers et leur influence sur l’accumulation du capital et la répartition des revenus.

10Cette renaissance apparaît avec la publication du working paper de Godley et Lavoie publié en 2000 au Levy Institute et repris en 2001 dans le Journal of Post Keynesian Economics. Dans ce travail, les auteurs construisent des modèles économiques où les aspects financiers sont décrits de manière exhaustive. Dans l’équation d’accumulation du capital, la finance est représentée à travers un Q de Tobin et, dans la fonction de consommation, des effets richesses apparaissent. Par ailleurs les dividendes sont représentés par la distribution d’une partie des profits. Il est possible de faire varier le taux de distribution et de mesurer ainsi la pression plus ou moins élevée de la valeur actionnariale dans la distribution des revenus. Cette réflexion fait directement échos à la discussion organisée dans la revue Economy and Society de 2000 entre Michel Aglietta et Robert Boyer sur les propriétés dynamiques du capitalisme financiarisé. À l’époque, la caractérisation de cette nouvelle phase du capitalisme n’est pas encore très claire (cf. Clévenot 2008 ; 2011), les développements dans la représentation du capitalisme financiarisé à travers les deux approches postkeynésiennes permettront de comprendre d’où proviennent les déséquilibres et l’instabilité importante du régime ainsi que les crises financières comme modalité de régulation du régime. L’influence de Minsky sera essentielle. Au-delà, la poursuite de la réflexion sur les institutions du capitalisme financiarisé et ses jeux de pouvoir continuent à animer la réflexion des auteurs régulationnistes à l’instar des travaux de Frédéric Lordon et sa Politique du capital, Michel Aglietta et Antoine Rébérioux sur les dérives du capitalisme financier...

11C’est à la modélisation postkeynésienne SFC que l’on va s’intéresser dans ce dossier et à ses développements les plus récents, en particulier la modélisation fondée sur une multitude d’agents qui constitue potentiellement un renouvellement majeur de la macroéconomie. En effet, à l’optique de l’agent représentatif dans la perspective néo-classique ou des phénomènes agrégés keynésiens, on substitue une myriade d’agents économiques hétérogènes. Dès lors, il devient possible de tenir compte des phénomènes d’apprentissage et d’interaction entre les agents, et des crises endogènes peuvent émerger. Ces phénomènes ne sont pas initialement pensés, anticipés par le modélisateur, l’équilibre ou l’état stationnaire ne sont pas prédéterminés. Dès lors il est possible de faire émerger des dynamiques complexes et des transformations endogènes dans le comportement des individus en décrivant des règles d’apprentissage qui sont loin des hypothèses d’optimisation et d’anticipations rationnelles. On trouve une nouvelle porte d’entrée pour représenter l’endométabolisme du capitalisme (Lordon, 1993). Il apparaît donc possible dans ce cadre de modéliser les hypothèses de rationalité limitée/située à la Simon dans un monde où jusqu’à présent la modélisation macroéconomique passait par pertes et profits ces considérations sur le comportement des agents jusqu’alors trop complexes pour être intégrées dans les modèles. Les progrès informatiques sont également à l’origine de la possibilité de ces nouveaux développements de la modélisation. Ainsi, les progrès récents de la modélisation sont en mesure de fournir le cadre pour représenter une rationalité située, comme vient de le saluer le prix Herbert Simon 2014 remis à Federico Bassi pour un article où il utilise la modélisation multi-agent pour expliquer le chômage d’hystérèse. Un bémol cependant, la prise en compte de cette complexité tend à exposer cette démarche à la critique de Lance Taylor sur la dimension gothique de nos modèles. On doit bien reconnaître que l’entrée dans ce champ est coûteuse et qu’il est difficile de bien identifier les dynamiques sous-jacentes du fait du la multiplicité des interactions. Ce qui est gagné en cohérence et en complexité semble devoir être perdu en transparence et en clarté. L’art des modélisateurs consistera à trouver le juste équilibre entre ces objectifs contradictoires de façon à ce que cette approche puisse sortir du cercle de quelques initiés et éventuellement donner lieu à des recommandations de politique économique.

3. Présentation des cinq articles

12Pascal Seppecher interroge la théorie du circuit sur sa capacité à rendre compte du profit monétaire et du paiement des intérêts aux banques. Vieille question que Bernard Vallageas avait développée au début des années 1970 dans sa thèse, avant de « clore » ce débat dans son article de 1996. La théorie du circuit est une interprétation particulière et très francophone du concept d’économie monétaire de production (EMP) que Keynes développa dès 1933, montrant alors que la production précédant l’échange et la monnaie précédant l’épargne, comprendre le capitalisme passait par une théorie de l’économie monétaire de la production à la place du projet orthodoxe de l’économie d’échange réel. Le temps historique et l’incertitude étaient placés au cœur de l’analyse.

13Or cette question du temps historique est un problème récurrent de la théorie du circuit qui considère que tout commence simultanément et se clôt en même temps, supposant généralement que le temps du circuit productif et celui de la monnaie sont identiques. Si l’on suppose que la monnaie entre dans l’économie de manière endogène, créée par les banques pour le paiement des seuls salaires, il est alors impossible de comprendre le profit monétaire des entreprises et des intérêts aux banques à la fin de la période comme une somme de monnaie, même si le profit monétaire apparaît bien. Si dans le modèle simple de Zezza que développe Pascal Seppecher, la question du profit et des intérêts monétaires peut être résolue, tout comme la question de l’épargne des ménages si elle est transformée en actif financier des entreprises mais non conservée en monnaie (S = I = Kal financier), il est tout à fait juste que l’idée d’un circuit unique bouclant toutes les opérations et détruisant toute la monnaie est purement analytique, une Robinsonnade assez éloignée de la prise en compte du temps historique et de l’incertitude que souhaitait Keynes avec l’économie monétaire de production.

14Pascal Seppecher se propose de lever les ambiguïtés de l’analyse du circuit à partir d’un modèle multi-agents (Agent based modeling ou ABM) où les enchevêtrements de périodes et des durées différentes pour les différentes opérations sont introduits, ainsi qu’une prise en compte de la dynamique du système : ainsi la période de base débute par la distribution des dividendes c’est-à-dire d’une part des profits de la période précédente. Le modèle d’une économie monétaire de production de Pascal Seppecher respecte la cohérence des flux et des stocks (SFC, pas de boîte noire ni de « fuite ») et permet de montrer le profit monétaire des entreprises, les intérêts perçus par les banques et une épargne des ménages sous forme liquide grâce à la non conjonction des circuits réels et monétaires. Les intéressantes simulations menées avec ce modèle montrent l’importance de la rotation du capital circulant, rendant notamment très fragile les économies lorsque la durée de cette rotation se rapproche du temps des crédits bancaires. De même, cette durée de rotation influe sur le niveau de la masse monétaire, du taux d’autofinancement et sur le niveau des profits. Comme dans certains modèles de circuit, une avance monétaire aux entreprises sur une seule période ne permet pas de dégager un profit monétaire (plus précisément accumulé en monnaie et permettant l’autofinancement). Avec ce modèle SFC-ABM stimulant qui repose des questions faussement simples de la macroéconomie, Pascal Seppecher conclut avec un optimisme que nous aimerions partager :

Si cette alliance entre macroéconomie monétaire et approche multi-agents prend corps, nous anticipons l’émergence d’une nouvelle classe de modèles hautement réalistes capables de venir contester aux modèles d’équilibre général le rôle de modèles de prévision et de décision.

15Tarik Mouakil tente d’intégrer l’hypothèse minskienne d’instabilité financière dans un modèle stock-flux cohérent. Cette perspective vise à combler une faiblesse importante de l’hypothèse d’instabilité financière (HIF) qui correspond à une hypothèse microéconomique aux conséquences macroéconomiques, mais où le passage du micro au macro n’a jamais été parfaitement réalisé par Hyman Minsky. Cette critique lui a été adressée à la fois à droite par James Tobin et à gauche par Paul Davidson. L’HIF correspond à une prise de risque croissante des agents économiques en raison de leur succès passé suivant l’aphorisme de Minsky : « stability is destabilizing ».

16Cette prise de risque est habituellement représentée par l’augmentation du levier financier, c’est-à-dire du rapport entre la dette et les fonds propres des entreprises (ratio stock/stock). Selon Minsky ceci doit conduire à une pro-cyclicité du levier financier. Mais cette situation paraît aberrante si on la replace dans le cadre macroéconomique des équations de Kalecki. En effet, l’augmentation des crédits de certaines entreprises et a fortiori de l’ensemble des entreprises conduit au niveau global à la réduction du ratio de dette de l’ensemble des entreprises en raison du paradoxe de la dette. Si l’intuition de la dégradation endogène des bilans des entreprises est bonne, on ne peut la représenter, comme Minsky le proposait, avec la pro-cyclicité des leviers financiers en termes de stock. Mouakil propose de présenter l’hypothèse d’instabilité financière en flux comme l’augmentation de l’inadéquation entre l’actif et le passif des entreprises. Ainsi, il serait possible de réconcilier l’HIF avec la perspective macroéconomique sans perdre l’essentiel du message minskien. On aurait pu plus simplement rapporter le coût de la dette au profit des entreprises de manière à retirer l’effet d’illusion financière généré par l’inflation financière qui masque la dégradation de la qualité des bilans d’entreprises. Comme le prix des actions des entreprises augmente plus vite que le niveau de leur dette, on assiste en phase A de bulle financière à une amélioration de la situation financière qui masque l’augmentation de la prise de risque qui apparaît grâce au ratio du flux du service de la dette sur le flux des profits. Le divorce entre l’évolution du ratio stock/stock par rapport au ratio flux/flux doit également permettre d’identifier la prise de risque excessive des entreprises.

17La question de la pression financière fait également parti du travail réalisé par Thomas Dallery et Jordan Melmiès. Ce travail étend les thèmes abordés par la modélisation SFC aux relations inter-entreprises. L’intérêt de la modélisation est de montrer que l’accès au financement peut renforcer une domination commerciale. Si la concurrence entre les entreprises se traduit souvent par une baisse des prix, celle-ci menace le taux de marge des entreprises qui vont tenter de le maintenir en reportant cette pression concurrentielle sur leurs partenaires qu’il s’agisse des salariés ou d’entreprises sous-traitantes. Il est supposé ici que les entreprises donneuses d’ordre sont dominantes dans la relation inter-entreprises. Cette première tension exercée est renforcée par la pression du secteur bancaire à travers la discrimination des entreprises quant à leur accès et au coût du financement. La question posée est de savoir si ces conflits microéconomiques entre les entreprises sont de nature à influencer le niveau de la croissance de l’économie au niveau macroéconomique. L’ensemble des entreprises est désagrégé en un secteur de consommation finale, un secteur intermédiaire et un secteur de bien de production. Il est supposé que le secteur dominant est celui qui se trouve à proximité de la demande finale. Par rapport aux modèles SFC habituels où les banquent offrent l’ensemble des crédits désirés aux entreprises (monnaie endogène), les auteurs ont choisi de décrire une contrainte d’endettement plus réaliste d’un point de vue microéconomique de façon à pouvoir exprimer le pouvoir des banques (cf. Le Heron et Mouakil, 2008). Au final, trois scénarios sont explorés : une baisse des prix sur les produits de consommation due à la concurrence. Un second scénario explore la réaction du secteur de la consommation finale qui souhaite reporter cette baisse de marge sur ses fournisseurs afin de rétablir sa position financière. Dans le troisième scénario, ce sont les firmes du secteur intermédiaire qui vont imposer des baisses de prix et de salaires de façon à rétablir leur position financière. Dans ce cadre, la concurrence ne conduit pas à la réduction des marges, mais contribue à renforcer les inégalités d’emploi et de salaires entre les secteurs, l’ajustement final portant sur l’emploi et les salaires. Ainsi, la concurrence, loin d’améliorer le bien-être des agents économiques, aurait juste tendance à répartir, souvent de manière inégalitaire, la charge des efforts entre les différents secteurs de l’économie. Ce développement des analyses de Wood permet plus généralement de s’interroger sur la pertinence des politiques de concurrence développées en Europe et au-delà et sur le nécessaire rééquilibrage des relations interindustrielles.

18Dans Job Guarantee: a Structuralist Perspective, Antoine Godin cherche à mesurer la validité de la politique d’emploi garanti (ou Employeur en dernier ressort soit ELR) proposée par Minsky en 1965 et reprise depuis notamment par Randy Wray. L’objectif est en particulier de tester les nombreuses critiques qui ont été développées récemment à son encontre. Il compare cette politique à celle plus traditionnellement keynésienne d’une relance par la demande (Keynesian demand spur ou KDS), c’est à dire deux politiques aux antipodes des préconisations actuelles de flexibilité du marché du travail et de baisse des salaires réels, voire nominaux. Pour ce faire, Antoine Godin construit un modèle SFC original, largement kaleckien, en décomposant la structure de la production en trois secteurs (biens de consommation, biens d’investissement et énergie) ainsi que les ménages, en capitalistes, travailleurs et chômeurs. Une des originalités du modèle est de fournir un marché du travail assez sophistiqué influencé par Seccareccia, endogénéisant notamment la courbe d’offre de travail. Cinq scenarios sont analysés. Ce modèle SFC est donc à bien des égards original.

19Une première conclusion intéressante est de montrer que si la relance traditionnelle a un plus fort impact pour un même montant dépensé sur la croissance, les revenus et l’emploi privé que l’ELR, ce dernier réduit mieux les inégalités et plus le chômage en fournissant des emplois en dehors du secteur privé. Un autre apport est de montrer que la critique de l’ELR par Seccareccia, affirmant que cela tirerait tous les salaires vers le bas aboutissant à un plein emploi à bas salaire, est certes fondée mais n’est pas vraie systématiquement. En effet, si la demande globale est suffisamment stimulée par la politique d’ELR et surtout si on n’équilibre pas le budget, alors l’emploi dans le secteur privé augmente ce qui peut se traduire au contraire par une hausse des salaires dans ce secteur.

20Mais l’aspect le plus intéressant du modèle est sans doute de montrer que la structure de production et de consommation a une influence sur l’efficacité des politiques d’emploi et sur leur impact en termes d’inflation. Ceci devrait conduire les modélisateurs SFC à avoir recours plus systématiquement à une décomposition du secteur des firmes et des ménages, comme le montre également l’article de Dallery et Melmiès.

21Luis Ortiz-Reyes et Jacques Mazier tentent de caractériser les spécificités du régime financiarisé français à partir des comportements des entreprises non financières. La financiarisation est représentée à travers les effets de débordement de la sphère financière vers la sphère réelle. Pour comprendre les effets possibles, deux configurations sont retenues. Ces comportements sont inspirés par la forme des équations économétriques estimées à partir des données françaises pour les sociétés non financières. La première fait référence à une norme d’endettement et la seconde à une norme de fonds propres. Les entreprises peuvent gérer leur endettement suivant l’une ou l’autre de ces modalités (équations 16 et 17). Dans le premier cas, l’endettement est déterminé par un ratio endettement sur capital traduisant l’hypothèse traditionnelle. Ce ratio dépendant positivement du taux de profit et de la rentabilité financière et négativement du taux d’intérêt. Dans le second cas, la capitalisation des entreprises est rapportée aux actions détenues par les entreprises plus le stock de capital. Ce ratio est lié positivement au coût de l’endettement et au ratio d’endettement, négativement à la rentabilité financière qui apparaît comme un coût du capital. La seconde équation importante du modèle décrit l’accumulation du capital physique qui dépend d’un accélérateur de profit auquel est ajouté un rôle négatif pour le ratio d’endettement et la rentabilité financière qui apparaît encore une fois comme un coût du capital. Deux modèles stock-flux cohérents sont construits à partir des deux modalités de financement. Enfin des chocs sont réalisés afin d’identifier des différences de comportement entre les deux régimes. Le fait dominant des régimes est l’instabilité et la présence de cycles clairement induits par les effets de valorisation financière. L’un des aspects importants de l’article réside dans l’équation d’accumulation du capital où l’on observe le rôle négatif lié au coût du capital financier. Cela signifie que la logique financière impacte la décision d’investissement dans la mesure où les entreprises doivent économiser le capital et orienter l’épargne vers les emplois les plus rentables, l’investissement physique étant mis directement en concurrence avec l’investissement financier.

4. Nouvelles perspectives pour la modélisation postkeynésienne : la démarche SFC-ABM

22Ce dossier permet de faire un état des lieux partiel, mais significatif, de l’approche SFC ainsi que ses développements récents à travers la modélisation ABM. Les progrès réalisés dans ce sous-champ permettent de couvrir de nombreuses problématiques et d’accroître l’intérêt de cette approche. L’objectif du programme de recherche SFC-ABM est de fournir une modélisation macroéconomique qui permette notamment de comprendre les crises économiques financières de manière endogène. La synthèse entre une démarche vraiment microéconomique (ABM) et un cadre macro rigoureux (SFC) est une voie prometteuse. Ces deux démarches de modélisation récentes et distinctes sont finalement complémentaires.

23Grâce aux multiples agents hétérogènes qui interagissent, la trajectoire de l’économie d’un modèle macro ABM n’est pas prédéterminée par un équilibre macroéconomique. Ces modèles sont dit bottom-up puisque la dynamique de l’économie vient de la microéconomie et des phénomènes d’apprentissage. Les crises peuvent être endogènes. Les modèles ABM permettent d’éviter l’agent représentatif, que l’on retrouve d’une certaine manière dans les fonctions de comportement macro des modèles SFC. Enfin le cadre ABM nécessite de définir précisément la séquence des événements, ce qui correspond parfaitement à la vision du temps historique partagée par les postkeynésiens. Ces modèles permettent une grande diversité de situation, mais c’est aussi leur défaut. L’absence de cadre macroéconomique les conduit souvent à décrire des situations fortement improbables.

24Les modèles SFC offrent un cadre macroéconomique rigoureux qui respecte l’évolution des flux et des stocks. Ils sont dits top-down puisque leur logique est largement déterminée par des fonctions de réaction macroéconomique. Ils permettent des interactions entre secteurs économiques très réalistes, ainsi que d’intégrer les chiffres de la comptabilité nationale. Par contre, ils restent globalement des modèles décrivant un état stable (steady state) afin de pouvoir identifier un régime sur lequel sera réalisé des expérimentations à travers des modifications de comportement. Une analyse du sentier de croissance sous-jacent, le steady-state pour lui-même et non plus en variante n’est pas la voie habituellement choisie. Si l’on souhaite décrire des crises endogènes dans les modèles SFC, il faudra emprunter ce sentier périlleux afin de décrire des dynamiques endogènes instables.

25Cette démarche conserve donc quelques failles inhérentes à toute tentative de modélisation. Des choix sont opérés sur les paramètres qui permettent de calibrer ces modèles, choix qui peuvent apparaître ad hoc. Ces paramètres correspondent parfois à des ordres de grandeurs raisonnables, d’autres fois ils n’ont tout simplement pas fait l’objet d’estimation en raison du manque de données ou de l’absence de traitement économétrique. C’est particulièrement le cas des fonctions de demande de titres financiers traités au niveau macroéconomique. Un garde-fou est néanmoins posé par la cohérence comptable des modèles qui font l’une des forces essentielles de cette approche. Par ailleurs, les auteurs ont bien voulu transmettre leurs programmes ce qui permet d’améliorer la transparence de cette démarche et apporte une valeur supplémentaire à ce dossier. Les possesseurs du logiciel Eviews pourront donc aisément reproduire les simulations présentées dans les différents modèles. Seul le modèle ABM n’est pas immédiatement transférable puisque le programme Jamel sur lequel il fonctionne est le résultat du travail de son créateur. Cette limite peut être partiellement levée par le logiciel gratuit Netlogo qui permet d’écrire relativement simplement des modèles ABM. Le programme de recherche actuel initié par Joseph Stiglitz et financé par l’INET (Institute for New Economic Thinking), cherchant à fournir des modèles macroéconomiques alternatifs aux DSGE en synthétisant la modélisation à agents multiples hétérogènes et le cadre postkeynésien de la cohérence stock-flux (SFC-ABM), devrait rapidement fournir une nouvelle plateforme de modélisation compatible avec ces deux démarches (Caiani et al., 2014). Des progrès seront alors possibles dans la direction initiée par ce dossier.

26Enfin, un dernier point concerne la tentation à l’inflation du nombre d’équations. Ceci apparaît particulièrement lorsqu’on s’intéresse à l’économie internationale où les équations sont plus que multipliées par le nombre de pays. Dans la modélisation SFC il n’y a pas de trou noir, mais à vouloir décrire trop de comportements, on peut finir par perdre le fil d’un modèle devenant trop complexe et perdant ainsi de sa pertinence. Dans ce cas, on risquerait de reproduire ce que l’on reproche parfois aux modèles standard : une technicité rendant difficile la lecture au-delà des critiques théoriques sur les hypothèses formulées. Enfin, pour se rapprocher encore un peu plus des intuitions régulationnistes, des efforts devraient être réalisés du côté de l’offre qui reste souvent insuffisamment décrite. Néanmoins avec la démarche SFC-ABM, il se dégage une réelle possibilité de formaliser les crises de manière endogène et de représenter le comportement d’agents suivant des règles d’apprentissage imparfaites beaucoup plus réalistes que les comportements proposés dans le courant standard. Cette nouvelle approche constitue-t-elle uniquement une mode liée à des financements importants, ou un véritable renouvellement de l’économie modélisée avec une ré-articulation originale entre les comportements individuels et les phénomènes agrégés permettant de jeter un nouveau pont entre les fondements microéconomiques et les effets d’agrégation macroéconomique ? L’avenir nous le dira. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une démarche réellement originale et potentiellement en mesure de concurrencer les modèles DSGE.

27Plus largement, on peut s’interroger sur les rôles respectifs de la modélisation dans l’explication du fonctionnement réel de l’économie et de ses institutions. La modélisation peut-elle résumer tout le réel ? Evidemment non. Traditionnellement, la théorie de la régulation mêle les approches formalisées et quantifiées à une analyse plus institutionnaliste faisant appel à des narrations historiques dans une approche compréhensive et réflexive. Si la modélisation est souvent adaptée à la compréhension des chocs et des crises de court et moyen termes, elle nécessite généralement de raisonner dans un cadre institutionnel donné qui pourtant évolue sans cesse notamment sous la pression de ces tensions et crises. La compréhension des évolutions structurelles à plus long terme rend nécessaire des méthodologies et des niveaux d’analyse complémentaires. Désormais, l’approfondissement de la division du travail scientifique qui confine parfois à une forme d’anomie, rend de plus en plus difficile de maintenir la cohérence entre ces deux manières d’analyser l’économie. Mais au-delà des aspects de technicité, il apparaît que les conditions institutionnelles du travail scientifique empêchent de plus en plus la rencontre entre des approches dont le croisement a toujours été fructueux. C’est le cas en particulier des méthodes d’évaluation des instances de tutelles de la recherche économique en France. Ainsi, nous réaffirmons dans ce dossier l’importance de mener de front les deux manières de faire de l’analyse économique dans la tradition régulationniste.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel & Courbis Raymond (1969), « Un outil du Plan : le modèle Fifi », Économie et statistique, n° 1, mai, p. 45-65.

Aglietta Michel (2000), “Shareholder value and corporate governance: some tricky questions”, Economy and Society, vol. 29-1, p. 146-159.

Bassi Federico (2014), “Aggregate demand, capital accumulation and ‘genuine’ hysteresis in a post-Keynesian model of growth”, WP, CEPN, Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité.

Bhaduri Amit & Marglin Stephen (1990), “Unemployment and the real wage: the economic basis for contesting political ideologies”, Cambridge Journal of Economics, n° 14, p. 375-393.

Boyer Robert (2000), “Is a Finance-led growth regime a viable alternative to Fordism? A preliminary analysis”, Economy and Society, vol. 29-1, p. 111-145.

Branson William H., Henderson Dale W. (1985), “The specification and influence of asset markets”, in Handbook of International Economics, R. W. Jones & P. B. Kenen (ed.), edition 1, vol. 2, chapter 15, p. 749-805, Elsevier.

Caiani Alessandro, Godin Antoine, Caverzasi Eugenio, Riccetti Luca, Russo Alberto, Gallegati Mauro, Kinsella Stephen, Stiglitz Joseph (2014), “Innovation, Demand, and Finance in an Agent Based-Stock Flow Consistent model”, WP, Conference Agent-Based modeling and Stock-Flow Consistent Macroeconomics Program, Monte Conero (Ancona), September.

Clévenot Mickaël (2008), « Les difficultés à nommer le nouveau régime de croissance », Revue de la régulation, n° 3/4, 2e semestre/Autumn.

Clévenot Mickaël (2011), « Post-keynésianisme et théorie de la régulation : des perspectives communes », Revue de la régulation, n° 10, 2e semestre, Autumn.

Cripps Francis & Godley Wynne (1983), Macroeconomics, London : Fontana.

Dallery Thomas & Melmiès Jordan (2014), “Price competition, inter-firms relationships, bank discrimination and wage inequalities: a Post Keynesian perspective”, Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn.

Godin Antoine (2014), “Job Guarantee: a Structuralist Perspective”, Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn.

Godley Wynne & Lavoie Marc (2007), Monetary Economics: An integrated Approach to Credit, Money, Income, Production and Wealth, Palgrave Macmillan, [2nd édition 2012].

Lavoie Marc & Godley Wynne (2001), “Kaleckian Models of Growth in a Coherent Stock-Flow Monetary Framework: A Kaldorian View”, Journal of Post Keynesian Economics, vol. 24-2, Winter, p. 277-311.

Le Heron Edwin & Mouakil Tarik (2008), “A Post Keynesian Stock-Flow Consistent Model for the Dynamic Analysis of Monetary Policy Shock on Banking Behavior”, Metroeconomica, vol. 59-3, p. 405-440.

Lordon Frédéric (1993), Irrégularités des trajectoires de croissance, évolutions et dynamique non-linéaire. Pour une schématisation de l’endométabolisme, Thèse EHESS, 679 p.

Lucas Robert (1976), Econometric Policy Evaluation: A Critique, Carnegie-Rochester Conference Series on Public Policy 1, p. 19-46.

Mouakil Tarik (2014), “A ‘Minsky crisis’ in a Stock-Flow Consistent model”, Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn.

Olive Gaston, Mazier Jacques, Boyer Robert & Boullé Jacques (1974), « Le modèle Star », Économie et Prévision, Programme national Persée, vol. 15(1), p. 3-68.

Reyes-Ortiz Luis & Mazier Jacques (2014), “Financialized growth regime: lessons from Stock-Flow Consistent models”, Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn.

Seppecher Pascal (2014), « Pour une macroéconomie monétaire dynamique et complexe », Revue de la régulation, n° 16, 2e semestre / Autumn.

Taylor Lance (2004), Reconstructing Macroeconomics, Structuralist Proposals ans Critiques of the Mainstream, Harvard University Press, Cambridge-Massachusetts.

Vallageas Bernard (1996), « L’apport de l’analyse financière des flux à la théorie post-keynésienne des circuits et à la mesure des profits », Économies et Sociétés, vol. 30 (2-3), p. 9-54.

Zezza Gennaro (2011), “Godley and Graziani: Stock-Flow-Consistent Monetary Circuits”, WP, University of Cassino and Levy Economics Institute.

Haut de page

Notes

1 Cet article fera l’objet prochainement d’une traduction en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Clévenot et Edwin Le Héron, « Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11043

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page