Navigation – Plan du site
Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents
Notes de lecture sur l'ouvrage de Marc Lavoie

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations

Chapitre 7. Open-economy macroeconomics
Jacques Mazier
Référence(s) :

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations, chapitre 7. Open-economy macroeconomics, Edward Elgar Publishing Ltd, 2014, 688 pages

Texte intégral

1La macroéconomie internationale est un thème sur lequel les postkeynésiens ont relativement peu écrit et où il n’existe pas de consensus entre eux. Écrire un chapitre de synthèse sur le sujet est donc un exercice difficile. Lavoie met en avant deux sujets qui auraient été plus particulièrement privilégiés par les postkeynésiens, la réforme du système monétaire international depuis le plan Keynes et les contributions de Davidson, la contrainte de la balance des paiements sur la croissance et la loi de Thirwall. Curieusement, il rajoute des thèmes supplémentaires sous une forme qu’il qualifie lui-même d’iconoclaste, la thèse de la compensation, la parité des taux d’intérêt, la théorie des taux de change et les modèles de croissance en économie ouverte de type Harrodien ou Kaleckien. Cela donne un ensemble hétéroclite, à vrai dire assez surprenant à première lecture, mais d’une grande érudition et qui mérite le détour. Un regret malgré tout, la discussion de beaucoup des points débattus aurait gagné en clarté dans une présentation homogène du type modèle SFC auquel il est fait régulièrement référence à juste titre. Mais cela n’était pas le but de l’exercice !

2Le mécanisme de compensation (entre les différents postes du bilan de la banque centrale) est discuté en premier, ce qui surprend. Ce mécanisme, largement ignoré dans les manuels mais reconnu par la Banque de France dans les années 1970, a une portée très générale puisqu’il s’observe aussi bien à l’époque de l’étalon or que durant l’entre-deux guerres ou dans la période actuelle. Il est important car il permet de préserver la thèse centrale de la monnaie et du crédit endogènes, indépendamment des chocs provenant de l’évolution de la balance des paiements (tout au moins jusqu’à une certaine limite en cas de situation déficitaire).

3La théorie de la parité non couverte des taux d’intérêt, bien que non vérifiée, est un des fondements de la macroéconomie internationale standard, pour des raisons, somme toute, de commodité. Les postkeynésiens préfèrent la théorie de la parité couverte des taux d’intérêt, qui, elle, marche très bien mais qui se ramène, en pratique, à une simple détermination mécanique. Son mérite est de préserver la possibilité pour la banque centrale de fixer son taux d’intérêt. La façon dont se déterminent les taux de change dans ce cadre est moins claire.

4Après ces deux parties introductives, Lavoie rentre dans le cœur du sujet avec une discussion sur les déterminants des taux de change et sur l’architecture des systèmes monétaire et financier internationaux. Il n’y a pas là non plus de consensus complètement assuré mais les modèles SFC à la Godley-Lavoie, complétés par la prise en compte des anticipations chartistes et fondamentalistes, offrent une synthèse très satisfaisante. Dans ces modèles il y a une détermination réelle et financière du taux de change qui peut être obtenu alternativement, selon le mode de fermeture retenu, soit par un mécanisme d’offre et de demande de titres, soit par la confrontation des flux d’entrées et sorties de devises (commerce extérieur, revenus et mouvements de capitaux). Le taux de change apparaît ainsi déterminé par les paramètres du commerce extérieur (surtout à moyen terme) et ceux associés à la demande de portefeuille (à court terme). Si les anticipations chartistes deviennent dominantes, le modèle devient instable.

5Les post-keynésiens sont partagés sur le régime de changes à adopter, fixes ou flexibles. Des changes fixes réduisent l’incertitude et limitent l’instabilité mais peuvent comporter un biais déflationniste. Des changes flexibles accroissent les marges de manœuvre et l’instabilité peut être davantage liée à la libéralisation financière et à la dérégulation qu’au flottement lui-même. Dans l’ensemble, on peut se demander si l’importance des effets prix dans les ajustements n’est pas sous-estimée dans les analyses passées en revue. Rien n’est dit non plus sur des régimes de change fixes, mais ajustables en cas de nécessité, avec, si nécessaire, certaines mesures pour limiter les effets de la mobilité des capitaux. Rien n’est dit également sur la notion de taux de change d’équilibre (au sens de Williamson), sans doute peu compatible avec le cadre postkeynésien strict, mais qui peut être un guide utile pour la conduite de la politique de change.

6L’architecture monétaire et financière internationale donne aussi lieu à débat. Certains postkeynésiens (Moore) sont en faveur de la dollarisation complète, ce qui est pour le moins surprenant, ou, dans une version plus pragmatique, d’un monde multipolaire avec une zone dollar, une zone euro et une zone asiatique (à terme autour du yuan ?). Si, dans chaque zone, la monnaie de référence sert d’ancrage, avec possibilité d’ajustements pour les monnaies participantes de la zone, pourquoi pas ? S’il agit de zones monétaires vraiment unifiées, cela n’a guère de sens, étant donné l’hétérogénéité des pays participants. Ce point n’est pas vraiment discuté par Lavoie. Le plan Keynes, repris depuis les années 1980 par Davidson, avec la création d’une Chambre internationale de compensation, est beaucoup plus dans la tradition postkeynésienne, avec la possibilité de faire payer des intérêts aux pays excédentaires pour les inciter à réduire leurs excédents et avec une redistribution aux pays déficitaires. À cela s’ajoute la possibilité de modifier la grille des parités en dernier ressort. D’un point de vue formel, ce projet de bancor apparaît pertinent mais il semble quelque peu utopique sur le plan politique, même à long terme.

7Reste la zone euro pour laquelle Lavoie montre avec raison que le système de TARGET2 s’apparente beaucoup à la Chambre de compensation de Keynes appliquée à l’échelle de la zone, sans toutefois comporter la possibilité de modifier la grille des parités intra-européennes, ni de mettre à contribution les pays excédentaires, ce qui n’est pas une mince différence. Lavoie considère en outre que les banques centrales nationales des pays déficitaires peuvent accroître leurs passifs auprès de la BCE sans restriction, les pays excédentaires accroissant leurs actifs. Ce point est loin d’être évident et mériterait discussion.

8Les modèles Harrodiens en économie ouverte permettent quelques rappels bienvenus sur l’absurdité des règles recherchant des excédents budgétaires simultanément dans l’ensemble d’une union monétaire. La loi de Thirwall est un bon résumé des contraintes s’imposant à un pays, sa généralisation à une économie mondiale à deux pays semble moins évidente.

9Les modèles Kaleckiens en économie ouverte apportent un éclairage intéressant sur le caractère tiré par les salaires ou par les profits d’une économie donnée. Les ambigüités sont cependant nombreuses, comme le souligne Lavoie. Les résultats dépendent des facteurs qui sont à l’origine du changement dans la répartition des revenus. On pourrait ajouter qu’une économie peut être tirée par les salaires à court terme et tirée par les profits à moyen terme. Les résultats économétriques apparaissent fragiles de ce point de vue. S’intéresser au caractère seulement domestique de la demande n’a pas grand intérêt. Ce qui compte pour l’emploi est la demande totale. Une hausse de la part des salaires simultanément dans l’ensemble des pays n’aurait sans doute pas des effets aussi favorables que ceux donnés par les simulations de Onaran et Galanis mais ces effets ne devraient pas être négatifs selon Lavoie, ce qui ouvre la voie à une stratégie de croissance tirée par les salaires (Lavoie et Stockhammer). Sans doute, mais la réalité est malheureusement plus compliquée. Que peut signifier une relance coordonnée par les salaires au niveau mondial, avec la Chine, les États-Unis et l’Europe ? Certes l’économie mondiale est fermée mais la demande domestique de cette économie mondiale n’existe pas. L’économie mondiale est une agrégation d’économies nationales en compétition féroce. Ensuite il faudrait distinguer plus que cela n’est fait dans ces modèles le secteur manufacturier (ou exposé) et le reste. C’est au demeurant une vieille position de Kaldor qui a souvent insisté sur ce point. Quel sens aurait une relance par les salaires en France en 2014 à un moment où la rentabilité du capital dans le secteur manufacturier est au niveau historiquement très bas du début des années 1980 et où il y a un problème massif de compétitivité industrielle, question peu abordée par les postkeynésiens au demeurant ? Il existe des marges de manœuvre dans d’autres pays. Mais la coordination n’est pas à l’ordre du jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Mazier, « Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10923

Haut de page

Auteur

Jacques Mazier

Professeur de sciences économiques, CEPN, université Paris 13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page