Navigation – Plan du site
Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents
Notes de lecture sur l'ouvrage de Marc Lavoie

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations

Chapitre 8. Inflation theory
Olivier Allain
Référence(s) :

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations, chapitre 8. Inflation theory, Edward Elgar Publishing Ltd, 2014, 688 pages

Texte intégral

1Le chapitre 8 poursuit deux objectifs complémentaires. Le premier consiste à examiner les causes de l’inflation. Les postkeynésiens rejettent l’approche quantitativiste d’une inflation tirée par la demande au profit d’une théorie où l’inflation est poussée par les coûts (travail, énergie, matières premières, etc.). L’analyse se concentre sur la dynamique du coût du travail qui peut s’expliquer par différents conflits de répartition. Il peut s’agir d’un conflit de répartition de la masse salariale entre différents groupes de travailleurs qui déclenchent une spirale salaires-salaires en cherchant à maintenir ou à améliorer leur position dans la hiérarchie socio-économique (cf. la section 8.7). Mais l’accent est mis sur la spirale prix-salaires qui découle du conflit qui oppose les travailleurs aux entrepreneurs dans la répartition du revenu national : les premiers cherchent à augmenter le salaire nominal pour accroître le salaire réel et le rapprocher du niveau qu’ils désirent (leur cible de salaire réel, ωw) ; les seconds cherchent à augmenter les prix des produits pour accroître leur taux de marge ou, ce qui revient au même, pour réduire le niveau du salaire réel vers leur propre cible (ωf). L’inflation est alors d’autant plus forte que l’écart entre les aspirations respectives des travailleurs et des entrepreneurs (ωw – ωf) est élevé et que chaque agent dispose d’un pouvoir de négociation important (les travailleurs sur la fixation du salaire nominal, les entrepreneurs sur la fixation du niveau des prix).

2Selon l’approche postkeynésienne, les déterminants de l’inflation sont en grande partie exogènes, liés à des caractéristiques historiques, institutionnelles et culturelles. La cible des travailleurs (ωw) dépend ainsi largement des critères d’équité qu’ils défendent et de l’information qu’ils reçoivent concernant les revenus perçus par telle ou telle catégorie socio-professionnelle. D’autres paramètres entrent en ligne de compte, notamment en économie ouverte où la pression que les travailleurs exercent sur les salaires peut se renforcer suite au renchérissement des importations consécutif à une dépréciation réelle de la monnaie locale (hausse du taux de change réel, er).

3Du côté des entreprises, la cible ωf dépend de différentes contraintes (abordées au chapitre 3), en particulier la nécessité de réaliser un compromis entre l’objectif de croissance des managers et l’objectif de profit des actionnaires. Ce conflit entre les managers et les actionnaires peut d’ailleurs se retourner contre les travailleurs, lorsque les premiers baissent ωf pour répondre à l’appétit croissant des seconds (p. 547). Par ailleurs, ωf diminue avec le degré de concentration des entreprises. Il en va de même en cas de hausse du taux de change réel, les entrepreneurs cherchant à préserver leurs marges face à l’augmentation du coût de l’énergie ou des matières premières importées de l’étranger.

4Si le conflit de répartition permet d’expliquer l’inflation, il permet également de définir le salaire réel d’équilibre de manière endogène ω* (avec ωf < ω* < ωw). Le second objectif du chapitre consiste donc à introduire cette propriété dans les modèles présentés dans les chapitres précédents et à en examiner les conséquences.

5Ainsi, en économie fermée, une aggravation du conflit de répartition se traduit par la hausse du salaire réel d’équilibre (ω*) qui entraîne une hausse de l’activité et de la croissance si le modèle est wage-led, une baisse si le modèle est profit-led. On retrouve également un des résultats importants d’une économie ouverte en régime wage-led, à savoir que la hausse de ω* génère une diminution de la demande domestique qui peut être compensée par l’augmentation de la demande extérieure nette lorsque celle-ci est sensible à la hausse du taux de change réel (à condition évidemment que la hausse de ω* entraîne une hausse de er ou soit provoquée par celle-ci – cas examiné par l’auteur)

6Bien sûr, la situation économique peut rétroagir sur le taux d’inflation. Mais, conformément à la lecture usuelle que les keynésiens font de la courbe de Phillips, cet effet n’est qu’indirect : la dégradation de la situation économique et la montée du chômage peuvent inciter les travailleurs à réduire leur cible de salaire réel (ωw devient endogène), ce qui entraîne une baisse de l’inflation. Deux points sont ici soulignés. D’une part, la courbe de Phillips est en partie horizontale si on suppose que les travailleurs conservent la même cible ωw tant que le taux de chômage reste dans un certain intervalle. La courbe ne reprend son allure habituelle qu’en dehors de cet intervalle : le taux de chômage doit atteindre des niveaux faibles pour que la cible augmente ; inversement, le taux de chômage doit atteindre des niveaux élevés pour que la cible ωw baisse. Dans le second cas, il peut même advenir que ωw devienne inférieur à ωf ce qui génère de la déflation.

7D’autre part, il est possible d’enrichir à nouveau les modèles antérieurs en supposant que la cible de salaire réel des travailleurs varie de façon endogène. L’économie a alors toutes les chances de se stabiliser sur un équilibre bas : une situation économique un peu déprimée incite les travailleurs à réduire leur cible (ωw baisse), entraînant la baisse du salaire d’équilibre (ω*) et, dans un cadre wage-led, la diminution de la demande globale, le ralentissement de l’activité, la hausse du chômage, une nouvelle baisse de la cible ωw, etc.

  • 1 Précisons toutefois que l’impact de la déflation sur l’activité économique via l’effet richesse et (...)

8Au final, ce chapitre (très clair comme les précédents) soulève néanmoins une interrogation car il porte moins sur l’inflation que sur la négociation et la répartition du revenu national. C’était d’ailleurs indispensable étant donné le rôle central accordé à la répartition tout au long de l’ouvrage. L’inflation ne constitue alors qu’un produit joint à l’analyse, presque secondaire, d’autant que si on en connaît une des principales causes (le conflit de répartition), on n’en connaît toujours pas les conséquences. En effet, un même choc de répartition (par exemple une hausse du salaire réel, ω*) peut résulter d’un mécanisme inflationniste (l’augmentation des aspirations des travailleurs, ωw) ou désinflationniste (la diminution des aspirations des entrepreneurs, ωf). En d’autres termes, le livre ne dit pas si, pour les économistes postkeynésiens, l’inflation (ou la déflation) a des effets propres sur l’équilibre économique (on pense notamment à son impact sur les taux d’intérêts réels et sur la situation respective des créanciers et des débiteurs, mais d’autres pistes peuvent aussi être envisagées).1

Haut de page

Notes

1 Précisons toutefois que l’impact de la déflation sur l’activité économique via l’effet richesse et la situation débitrice ou créditrice des agents est examinée ailleurs dans l’ouvrage (chapitre 5, p. 302-303).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Allain, « Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10919

Haut de page

Auteur

Olivier Allain

Enseignant-chercheur, université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité & Centre d’économie de la Sorbonne, olivier.allain@parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page