Navigation – Plan du site
Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents
Notes de lecture sur l'ouvrage de Marc Lavoie

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations

Chapitre 1. Essentials of heterodox and post-Keynesian economics
Jean-François Ponsot
Référence(s) :

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations, chap. 7. Inflation theory, Edward Elgar Publishing Ltd, 2014, 688 pages

Texte intégral

1Le premier chapitre de l’ouvrage de Marc Lavoie a en réalité deux objets. Tout d’abord, il constitue une longue introduction à l’ouvrage de 660 pages dans lequel l’auteur offre une présentation exhaustive et personnelle du programme de recherche postkeynésien. Ensuite, il fournit les bases d’une réflexion stimulante sur la place de l’hétérodoxie face à l’économie standard.

2Le point de départ de la réflexion est la crise financière globale. Marc Lavoie considère qu’elle a révélé à ceux qui en doutaient encore les insuffisances de la théorie orthodoxe et le désarroi de ses représentants pour comprendre la réalité et les désastres des politiques qu’ils ont eux-mêmes préconisées. Plus que jamais, une alternative à l’analyse dominante est nécessaire. Marc Lavoie laisse entendre que les ressentiments à l’égard de l’orthodoxie étaient antérieurs à la crise financière globale. Il fait notamment référence aux étudiants français et au mouvement pour une économie post-autiste (PAE) lancé en 2000. Il est dommage qu’il n’ait pas plus développé ce point, car de toute évidence l’hétérodoxie n’a pas attendu la crise financière globale pour exister.

3Une diversion intéressante se penche alors sur ceux que Marc Lavoie appellent les contestataires (dissents). Ceux-ci ont en commun de remettre en cause les travaux de l’analyse mainstream (celle que l’on retrouve dans les manuels d’économie) ou de relâcher les hypothèses de base des modèles canoniques. Cette perspective critique n’est pas l’apanage exclusif des hétérodoxes. Certains orthodoxes sont de toute évidence des contestataires. C’est le cas de P. Krugman, J. Stiglitz, R. Coase, R. Shiller, O. Williamson, A. Sen, D. Rodrik ou H. Simon. Marc Lavoie aurait pu inclure O. Blanchard dans cette longue liste d’économistes orthodoxes critiques. Certains contestataires orthodoxes peuvent un jour devenir les chefs de file de la nouvelle orthodoxie qui s’est imposée au fil du temps. Par exemple, M. Friedman était un dissident avant que la théorie monétariste ne compose le cœur du mainstream des années 1970. L’œuvre de Keynes a également connu cette trajectoire, selon Marc Lavoie. On regrettera qu’il n’engage pas une réflexion plus approfondie pour expliquer pourquoi dans certains cas et pas dans d’autres des travaux contestataires deviennent un jour le nouveau mainstream. À travers quel cheminement certains travaux parviennent-ils à s’imposer ? S’appuient-ils sur des hypothèses ou une méthodologie dans l’air du temps ? Sont-ils le résultat de jeux d’influence ou de rapports de force entre courants théoriques, auteurs, institutions, centres de recherche ou groupes d’opinion ?

  • 1 R. Wray est répertorié dans le camp des institutionnalistes.
  • 2 La catégorisation de l’école de la régulation n’échappe pas à ces imprécisions et hésitations de la (...)

4À l’instar du regretté Fred Lee, Marc Lavoie se livre ensuite au délicat exercice de classification des courants hétérodoxes. La tâche est rude et expose inévitablement son auteur à la critique. Ceci est particulièrement avéré lorsque l’auteur cherche à délimiter le périmètre du courant auquel il appartient, celui des postkeynésiens. Dans le chapitre 1, Marc Lavoie répertorie cinq branches de l’école postkeynésienne : les fondamentalistes keynésiens, les sraffaïens, les kaldoriens, les kaleckiens et les institutionnalistes. L’école du circuit est présentée comme un courant hétérodoxe distinct de l’école de pensée postkeynésienne. L’école néochartaliste, ou approche MMT (Modern Monetary Theory), popularisée à travers sa théorie de l’employeur en dernier ressort, n’y figure pas1. Or plus loin dans l’ouvrage, dans le chapitre 4 consacré au crédit, à la monnaie et aux banques centrales, Marc Lavoie propose une autre classification à cinq branches, en expliquant que les postkeynésiens s’intéressant à la monnaie ont en commun l’hypothèse d’endogénéité de l’offre de monnaie, « qu’ils soient sraffaïens, circuitistes français et italiens, kaleckiens, fondamentalistes postkeynésiens ou néochartalistes » (p. 182). Au bout du compte, le lecteur finit par se perdre dans ce jeu d’étiquettes à géométrie variable ; la typologie des courants hétérodoxes avancée par Marc Lavoie, aussi sophistiquée et stimulante soit-elle, manque parfois de constance et de cohérence2.

5La partie consacrée à la différenciation des préceptes qui sous-tendent les programmes de recherche hétérodoxe et orthodoxe est sans aucun doute la plus stimulante. Marc Lavoie oppose les deux paradigmes à partir de cinq points d’entrée. La première opposition est de nature ontologique (ou épistémologique) : les hétérodoxes appréhendent le monde sur un mode réaliste, tandis que l’orthodoxie s’inscrit dans une démarche instrumentaliste à la Friedman (le réalisme des hypothèses importe peu, ce qui compte c’est la cohérence et la solidité du raisonnement prédictif). Vient ensuite la divergence se rapportant à la rationalité des agents : l’hétérodoxie suppose que les agents économiques recherchent la plus haute satisfaction possible et définit leur rationalité par rapport à leur environnement ; l’orthodoxie repose sur des agents optimisateurs et fonde leur rationalité sur le modèle économique présupposé. Le troisième clivage est bien connu, il concerne la méthodologie de recherche employée : méthode holiste et organiciste d’une part, individualisme méthodologique d’autre part. Le « noyau dur économique » constitue le quatrième point de dissemblance : le corpus théorique hétérodoxe repose sur le tryptique économie de production – croissance – abondance des ressources à répartir, alors que l’orthodoxie raisonne dans une économie d’échange où se pose la question de l’allocation de ressources rares. Enfin, hétérodoxes et orthodoxes ne partagent pas le même « noyau dur politique ». Ceci s’apparente à un clivage idéologique nous dit Marc Lavoie, car l’opposition repose, in fine, sur la conception du marché et de l’État. Les premiers supposent que les marchés sont inefficients et considèrent qu’on ne peut se passer de l’intervention de l’État ; les seconds croient, au contraire, à l’action vertueuse des marchés libres et au rôle perturbateur de l’État.

6La présentation se concentre ensuite sur les préceptes strictement postkeynésiens, dont les principaux sont le réalisme ontologique, un cadre d’analyse reposant sur le déséquilibre, l’instabilité économique et une économie monétaire, la prise en considération du temps historique irréversible et de l’incertitude radicale, le principe de la demande effective, la relation causale investissement – épargne, la distribution du revenu, l’importance des institutions et des relations de pouvoir et le pluralisme en économie.

  • 3 On notera que cette métaphore est très proche de celle utilisée par Keynes à son époque. Selon ce d (...)

7Marc Lavoie regrette le scepticisme de nombreux postkeynésiens quant au recours aux méthodes empiriques et aux instruments économétriques. Selon lui cette position critique peut se comprendre pour ce qui concerne certains travaux du programme de recherche orthodoxe : ils ne font que valider ou confirmer empiriquement la théorie orthodoxe, ils sont un simple « artefact ». Les résultats sont biaisés du fait de procédures défaillantes ; l’outil économétrique est utilisé comme un « instrument magique »3. Mais ce n’est pas parce que l’économie orthodoxe fait un mauvais usage des techniques quantitatives qu’il faut les rejeter. Bien au contraire, Marc Lavoie considère que les travaux hétérodoxes pourraient l’utiliser de manière beaucoup plus scientifique, dans la mesure où ils s’appuient sur des hypothèses réalistes, contrairement aux travaux orthodoxes. Pourquoi Marc Lavoie ne précise-t-il alors pas ici, dans ce premier chapitre, le sens de la démarche modélisatrice qu’il a entreprise à la fin des années 1990 dans le sillage de Godley à travers l’approche SFC (stocks flux cohérents) ? Certains hétérodoxes sont rétifs à la moindre équation et sont parfois désarçonnés par les matrices de flux et de stocks des modèles SFC. Là-encore, il faut aller beaucoup plus loin dans l’ouvrage pour comprendre l’intérêt de cette méthodologie. C’est seulement dans le chapitre 4 que Marc Lavoie justifie cette approche qui vise à dépasser la confusion entre les flux et les stocks (véritable « pêché originel » de la macroéconomie selon Kalecki), à étudier simultanément les dimensions réelle et financière de l’économie, et ainsi contribuer à une analyse plus complète de l’économie monétaire de production.

8En définitive, la démarche hétérodoxe selon Marc Lavoie est simple. Il est inutile de perdre son temps à critiquer l’économie orthodoxe. Mieux vaut consacrer son énergie à construire une alternative solide crédible. Dès lors, on ne comprend pas trop pourquoi il consacre une si longue section du chapitre aux limites de l’approche orthodoxe. Certes, la démonstration est convaincante et elle ravira les férus d’épistémologie. Mais elle alourdit inutilement le chapitre (un renvoi en annexes eut été peut être plus pertinent) et, partant, peut faire oublier au lecteur la vocation première de l’ouvrage : présenter de manière exhaustive les fondements d’une école de pensée hétérodoxe féconde – l’école postkeynésienne – et contribuer à l’élaboration de politiques économiques alternatives réalistes. Il est à espérer que le prix élevé pratiqué par la maison d’édition ne détournera pas les étudiants et les chercheurs de cet ouvrage de référence.

Haut de page

Notes

1 R. Wray est répertorié dans le camp des institutionnalistes.

2 La catégorisation de l’école de la régulation n’échappe pas à ces imprécisions et hésitations de la part de l’auteur. Lorsqu’il dessine les contours de l’école postkeynésienne, Marc Lavoie s’interroge : « Devrait-on dire que l’école française de la régulation fait partie de l’école postkeynésienne, dans la mesure où des régulationnistes utilisent de nombreuses équations comportementales tirées des travaux des keynésiens de Cambridge, ou devrait-on plutôt affirmer que le postkeynésianisme fait partie de l’école de la régulation, dans la mesure où cette dernière développe une approche historique et institutionnelle beaucoup plus large pour analyser les systèmes économiques ? » (p.33). Plus loin, page 41, Marc Lavoie reprend à son compte un article de Robert Boyer publié dans la Revue de la régulation en 2011 et inscrit ce programme de recherche à la fois dans la branche kaldorienne et la branche institutionnaliste de l’école postkeynésienne. Etrangement, dans le tableau page 43, les deux seuls régulationnistes mentionnés, Robert Boyer et Pascal Petit, figurent uniquement dans la branche des kaldoriens, ils ne sont plus institutionnalistes.

3 On notera que cette métaphore est très proche de celle utilisée par Keynes à son époque. Selon ce dernier, l’économétrie naissante de Tinbergen relevait de « l’alchimie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Ponsot, « Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10917

Haut de page

Auteur

Jean-François Ponsot

Maître de conferences, Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG), université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page